La langue française

Outré

Sommaire

  • Définitions du mot outré
  • Étymologie de « outré »
  • Phonétique de « outré »
  • Citations contenant le mot « outré »
  • Traductions du mot « outré »
  • Antonymes de « outré »

Définitions du mot outré

Trésor de la Langue Française informatisé

OUTRÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de outrer*.
II. − Adjectif
A. − Qui est exagéré, excessif. Arrogance outrée. Pour les attitudes grandioses, les musculatures savantes, le style outré et fier, il [Corrège] ne doit rien à Michel-Ange (Gautier, Guide Louvre, 1872, p.233).Une galanterie outrée et désuète, un asservissement peut-être sincère et, là-dessous, une dureté de possesseur (Arnoux, Gentilsh. ceinture, 1928, p.192).Marie s'assit sur le rebord d'un châssis [de fleurs]. Elle songeait à l'étrange musée [les peintures de Frédéric]. Pourquoi ces couleurs horribles, ces formes outrées et baroques? (Chardonne, Varais, 1929, p.159).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Par là s'explique, sans l'excuser, l'outré de la scène moderne, le fac-simile de tous les crimes (Chateaubr., Essai litt. angl., t.1, 1836, p.229).L'outré, le caricatural, n'y épargnent aucun personnage [dans Y'avait un prisonnier] (Colette, Jumelle, 1938, p.223).
[En parlant d'une pers.] Qui exagère, manifeste de l'outrance. Saint-Simon est outré ou incomplet, je l'accorde, mais non pas faux dans ses peintures (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t.10, 1865, p.276).[Tintoret] Les esprits académiques, à la fin du seizième siècle, l'ont décrié comme outré et négligent (Taine, Voy. Ital., t.2, 1866, p.564).
B. − Qui est vivement irrité, indigné, qui est poussé à bout. À la sortie, rencontré F... scandalisé, écoeuré, outré, qu'on pût mettre à la scène de pareilles moeurs (Léautaud, Journal littér., 2, 1908, p.232).C'est le jour (...) où (...) vous échangeâtes avec Maurice un baiser sur la bouche. −Monsieur! fit en fronçant le sourcil madame des Aubels outrée, je ne vous permets pas (A. France, Révolte anges, 1914, p.95).Et derrière le chef de train (...) les voyageurs qui vitupéraient à qui mieux mieux m'amusaient indiciblement, tous ces bons bourgeois révoltés, outrés, la face grimaçante, l'oeil mauvais et qui enrageaient à la pensée que je pouvais me payer leur tête (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p.277).
Prononc. et Orth.: [utʀe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. outrer. Fréq. abs. littér.: 317. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 458, b) 531; xxes.: a) 515, b) 361.

Wiktionnaire

Adjectif

outré \u.tʁe\

  1. Qui est excessif, exagéré, qui passe les bornes prescrites par la raison.
    • Une pensée outrée.
    • Des sentiments outrés.
    • Des louanges outrées.
    • Sa morale est outrée.
      Le caractère de ce personnage est 'outré'.
    • La traduction de Mudwoman paraît en octobre chez Philippe Rey, dernière livraison d’une production outrée d’une centaine de titres. — (Thomas Stélandre, « La Reine-araignée », Libération, nº 10047, lundi 2 septembre 2013, p. 30)
    • (Par extension) Cet homme est outré en tout.
  2. Qui est poussé à bout, qui est transporté.
    • Outré de douleur, de dépit, de colère.
  3. Qui est révolté de colère.
    • Il est outré de vos refus, de vos injures.
    • (Absolument) Il est outré.

Forme de verbe

outré \u.tʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de outrer.

Adjectif

outré \uˈtreɪ\

  1. Très non conventionnel.
    • To begin with, King Lear is the most unconventional, the most nearly hysterical, the most outré and outrageous play Shakespeare ever wrote. — (David Littlejohn, The Ultimate Art: Essays Around and About Opera, Chapter 16: The Twentieth Century Takes on Shakespeare, page 261, 1992)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OUTRÉ, ÉE. adj.
Qui est excessif, exagéré, qui passe les bornes prescrites par la raison. Une pensée outrée. Des sentiments outrés. Des louanges outrées. Sa morale est outrée. Le caractère de ce personnage est outré. Dans ce sens, il se dit quelquefois des Personnes. Cet homme est outré en tout. Il signifie aussi Qui est poussé à bout, transporté. Outré de douleur, de dépit, de colère. Il est outré de vos refus, de vos injures, Vos refus, vos injures le révoltent. En ce sens, on dit absolument : Il est outré. Je suis outré.

Littré (1872-1877)

OUTRÉ (ou-tré, trée) part. passé d'outrer
  • 1Poussé au delà de la mesure. Quoi ! tu veux me donner pour des vérités, traître, Des contes que je vois d'extravagance outrés ? Molière, Amph. II, 1. Ils [les rois] s'astreignent à certaines lois, parce que la puissance outrée se détruit enfin elle-même, Bossuet, 5e avert. 56. Nous avons vu la doctrine de Socrate, conservée par Phédon, accommodée aux mœurs du temps par Aristippe, et outrée par Antisthène, Condillac, Hist. anc. III, 18.

    Excessif, exagéré. L'aveugle témérité et la peur outrée produisent les mêmes effets lorsque le péril n'est pas connu, Retz, II, 123. Il est bon de parler et meilleur de se taire ; Mais tous deux sont mauvais alors qu'ils sont outrés, La Fontaine, Fabl. VIII, 10. Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur, La Fontaine, ib. IX, 1. Un air outré d'indifférence, Sévigné, 9 mars 1672. On a vu comme ses maximes outrées ont produit celles des calvinistes plus outrées encore, Bossuet, Var. XV, § 122. Grotius… ne cessa de regarder le calvinisme comme une secte de gens emportés, et qui avaient introduit dans la chrétienté sur la matière de la grâce et du libre arbitre, non-seulement une doctrine outrée, mais encore des sentiments impies et barbares, Bossuet, 2e instr. sur les passages, dissert. sur Grotius, I. Le seul Lucifer, évêque de Cagliari en Sardaigne, se sépara de l'Église par un zèle outré, à cause qu'elle conservait dans leurs siéges les évêques qui se repentaient de s'être laissé surprendre, Bossuet, 2e instr. pastor. § 107. Tout ce qui est outré dans les lois tend à la destruction des lois, Voltaire, Polit et législ. Délits et peines, haute trahison. Prusias est un peu comme les vieillards de comédie, qui prennent des résolutions outrées quand on leur a reproché d'être trop faibles, Voltaire, Comm. Corn. Nicom. IV, 4.

    Terme de beaux-arts. Se dit de l'exagération des formes, des ombres et des couleurs.

    Substantivement. L'outré. Nous allons tomber en tout dans l'outré et dans le gigantesque ; adieu les beaux vers, adieu les sentiments du cœur, adieu tout, Voltaire, Lett. d'Argental, 13 oct. 1769.

  • 2En parlant des personnes, qui passe la mesure. Tertullien, le plus figuré, pour ne pas dire le plus outré de tous les auteurs, Bossuet, 6e avert. 92. M. Jurieu peut dire tant qu'il lui plaira, que saint Cyprien et saint Augustin étaient outrés sur l'unité, Fénelon, t. II, p. 85. Quels temps ont jamais été plus outrés sur tout ce qui fait la félicité des sens ? Massillon, Cérémon. de l'absoute, Ferv.

    Qui pousse les choses à outrance. J'oserai seulement avec respect avertir les théologiens scolastiques de mesurer leurs expressions, de manière qu'ils ne donnent point de prise à des gens outrés, Bossuet, Instr. sur les Ét. d'orais. III, 8.

  • 3Surchargé de travail, de peine. Outrés du chaud et de la douleur de leurs plaies, Vaugelas, Q. C. 326. Et le dedans du royaume a été outré tellement, que la dévastation est sensible d'année en année, D'Argenson, Mém. t. II, p. 366 (in-8°, 1860).

    Absolument. Surmené. Ce vous eût été peu de gloire de mener à outrance un homme déjà outré et à qui la fortune a donné tant de coups que les moindres le peuvent abattre, Voiture, Lett. 52. Le cheval de Beau-Chesne était outré, et il n'avait pu me suivre, Retz, IV, 32.

  • 4 Fig. Saisi, pénétré, en parlant d'un sentiment pénible. Outré de colère, de dépit. Oranthe… Le cœur outré de même ennui, Jura que, s'il mourait pour elle, Elle mourrait avecque lui, Malherbe, V, 19. Mon cœur outré d'ennuis n'ose rien espérer, Corneille, Cid, II, 3. Quoi ! quand le cœur outré de sensibles atteintes…, Rotrou, Vencesl. I, 1. La guerre qui s'échauffe tous les jours… la crainte qu'on a des mauvaises nouvelles… la désolation de ceux qui sont outrés de douleur, Sévigné, 20 juin 1672.
  • 5Mis hors de soi, irrité. Si bien qu'enfin outré de tant d'indignités, Corneille, Pomp. II, 4. La princesse est outrée de penser que le roi en est content, et qu'il le fera venir à la cour, Sévigné, 499. La fureur et la jalousie transportent les Juifs ; ils font des complots terribles contre saint Paul, outrés principalement de ce qu'il prêche les gentils, Bossuet, Hist. II, 7. Philomèle, au fond des forêts, Toujours de ses malheurs outrée… Se plaignait à vous des affronts Que lui fit l'insolent Térée, Chaulieu, à la duch. du Maine. Je t'écris sur ce sujet, parce que je suis outré d'un livre que je viens de quitter, qui est si gros, qu'il semblait contenir la science universelle ; mais il m'a rompu la tête sans m'avoir rien appris, Montesquieu, Lett. pers. 66.

    Absolument. Et dont le cœur outré brûle de vous détruire, Tristan, Mariane, IV, 6. La veuve de Maître Paul est outrée, Sévigné, 144. J'étais d'autant plus outré que…, Rousseau, Confess. VII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OUTRÉ, adj. (Gramm.) excessif, exagéré : tout est outré dans ce récit ; c’est un homme outré dans tout ce qu’il fait ; n’outrez rien, si vous voulez être cru. Il a encore une acception, qui le rend synonyme à offensé vivement ; je suis outré de ses propos, de sa conduite.

Outré, (Maréchal.) un cheval outré, c’est celui qu’on a trop fait travailler. Poussif, outré, voyez Poussif.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « outré »

(Date à préciser) Du participe passé du verbe outrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français outré, participe passé de outrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « outré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
outré utre

Citations contenant le mot « outré »

  • VIDEO – Affaire Olivier Duhamel : Pascal Praud outré après la blague douteuse d'un invité Gala.fr, VIDEO – Affaire Olivier Duhamel : Pascal Praud outré après la blague douteuse d'un invité - Gala
  • Il s’est dit outré par «la violence» et le «désordre» qui se sont manifestés mercredi au coeur de la démocratie américaine. L’actualité, Trump se dit outré par l'émeute au Capitole et promet une transition ordonnée | L’actualité
  • Le consultant de Canal+ Pierre Ménès se dit outré par les propos de certains consultants et journalistes officiant sur la chaîne L'Equipe, suite au départ de Raymond Domenech, qui est devenu récemment l'entraîneur du FC Nantes. , Pierre Ménès dénonce les méthodes de la chaîne L'Equipe après le départ de Raymond Domenech : "J'ai été scandalisé !" (VIDEO)

Traductions du mot « outré »

Langue Traduction
Anglais outraged
Espagnol indignado
Italien indignato
Allemand empört
Chinois 愤怒
Arabe غاضب
Portugais indignado
Russe возмущенный
Japonais 憤慨した
Basque haserre
Corse indignatu
Source : Google Translate API

Antonymes de « outré »

Partager