Ourdir : définition de ourdir


Ourdir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OURDIR, verbe trans.

A. −
1. TISSAGE
a) Préparer, disposer sur l'ourdissoir les fils de la chaîne réunis en nappe et tendus, avant de les monter sur le métier à tisser. Roulant La quenouille d'ivoire au gré de leur doigt blanc, Vingt femmes de Lydie aux riches bandelettes Ourdissent finement les laines violettes (Leconte de Lisle,Poèmes ant.,1852, p.179).
Au passif. La chaîne encollée est ourdie sur deux rouleaux et forme deux nappes d'égale longueur et d'égale tension, disposées de part et d'autre de la base du métier (Thiébaut,Fabric. tissus,1961, p.167).
Absol. Le casse-fil ou organe de contrôle des fils de la nappe à ourdir (Thiébaut,Fabric. tissus,1961p.43).
Empl. pronom. passif. La toile s'ourdit d'abord et se trame ensuite (Lar. 19e).
b) Entrecroiser les fils de trame avec les fils ourdis. Synon. tisser, tramer.J'aime le métier, l'art, la création, trouver, ourdir un beau tissu (Michelet,Journal,1854, p.252).Les douze premiers fils ourdis forment une figure (Araud, Ch. Thomas, Fabric. drap,1921, p.17).
P. anal., littér. L'instinct de l'araignée, qui ourdit une toile pour y capturer des mouches (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p.94).
Absol. Les fils (...) ne sont pas de même nature, mais de qualité, de force différentes, selon leur destination. Il en est de secs pour ourdir, d'autres visqueux pour coller (Michelet,Insecte,1857, p.207).
2. Au fig. Préparer, agencer avec habileté les premières mesures qui permettront à quelqu'un d'arriver à ses fins, de mener à bien une entreprise.
a) Ourdir qqc. contre qqn/qqc.Ourdir une conspiration, une intrigue, une machination, une vengeance contre qqn/qqc. On accusait Praetextatus de répandre des présents parmi le peuple pour l'exciter à la trahison, et d'ourdir un complot contre le pouvoir et contre la personne du Roi (Thierry,Récits mérov.,t.2, 1840, p.135).Depuis ce souper, vingt cerveaux se mirent à la torture pour ourdir une trame contre Agathe et son fils, en se conformant à ce programme (Balzac,Rabouill.,1842, p.449).On y annonçait que le général Bugeaud était «appelé au commandement en chef de l'armée de Paris, qu'on eût à se défendre contre cet acte d'oppression ourdi contre le droit de réunion» (Vigny,Mém. inéd.,1863, p.148).
[Avec effacement du compl. prép.] Tout cela ajoute encore aux alarmes des citoyens des contrées méridionales de la France, sur-tout lorsqu'ils rapprochent tous ces faits (...) des trames de toute espèce ourdies dans le même temps par les ennemis de la Révolution (Robesp.,Discours,Pétit. peuple avign., t.6, 1790, p.595).
Au passif. Je suis d'une famille de militaires, je ne voulais pas croire que des officiers pussent se tromper. J'en reparlai encore à Beauserfeuil, il m'avoua que des machinations coupables avaient été ourdies, que le bordereau n'était peut-être pas de Dreyfus (Proust,Sodome,1922, p.709).
b) Ourdir qqc.Si elle avait ourdi de si cruels mensonges, elle y avait été poussée par le désir de connaître le véritable amour (Balzac,Secrets Cadignan,1839, p.367).C'est de mon métier d'auteur dramatique d'ourdir, de régler et de dénouer les affaires de ce genre! (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels,1883, p.273):
1. ... l'isolement, l'inaction où vit un neurasthénique peuvent être ourdis par lui du matin au soir sans lui paraître pour cela supportables, et tandis qu'il se dépêche d'ajouter une nouvelle maille au filet qui le retient prisonnier, il est possible qu'il ne rêve que bals, chasses et voyages. Proust,Guermantes 1,1920, p.188.
Empl. pronom. La tragédie racinienne ne peut jamais prendre que les trente-six dernières heures d'une action; donc jamais de développements des passions. Quelle conjuration a le temps de s'ourdir, quel mouvement populaire peut se développer en trente-six heures? (Stendhal,Racine et Shakspeare,t.1, 1823, p.48).À une époque où la question rhénane est vivement débattue et où les intrigues de tout genre s'ourdissent pour ébranler dans leur fidélité et leur attachement à la France les habitants des deux départements d'Alsace, il est plus important que jamais de souder par tous les moyens à la mère-patrie la frontière de l'Est (Albitreccia,Gds moyens transp.,1931, p.63):
2. Là s'ourdissaient ces tromperies fleuretées de légalité qui consistent à commanditer sans engagement des entreprises douteuses, afin d'en attendre le succès et de les tuer pour s'en emparer en redemandant les capitaux dans un moment critique: horrible manoeuvre par laquelle furent enveloppés tant d'actionnaires. Balzac,C. Birotteau,1837, p.271.
B. − P. anal., TECHNOL. Étendre, élonger des fils de caret, des cordons de paille, etc. pour composer un cordage, une natte. On ourdit, c'est-à-dire on étend davantage les fils qui sont destinés à former un cordage quelconque commis au tiers (Will.1831).Il s'agit d'obtenir une aussière de 120 brasses (...) des torons sont ourdis à 160 brasses; les fils sont alors parallèles (Bouasse,Cordes et membranes,1926, p.44).
Prononc. et Orth.: [uʀdi:ʀ], (il) ourdit [uʀdi]. Homon. hourdir (var. de hourder), hourdis. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Mil. xiies. empl. métaph. (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, 233, 5: dementres uncore que je ordisseie, suztrençad mei [dum adhuc ordirer, succidit me]); b) 1180-90 «tisser» (Alexandre de Paris, Alexandre, III, 5551 in Elliott Monographs, 37, p.267); 2. 1180 «entreprendre (quelque chose)» (Partonopeu de Blois, éd. J. Gildea, 8747). Du lat. pop. ordire, class. ordiri «faire une trame; ourdir sa toile (de l'araignée)» d'où au fig. «commencer, entreprendre (quelque chose)». Fréq. abs. littér.: 151.
DÉR.
Ourdisseur, -euse, subst.a) Tiss. Personne qui effectue l'ourdissage. C'était encore le tic tac des métiers à dentelles, le va-et-vient des navettes tissant l'or des chasubles (...) les cantiques des ourdisseuses (A. Daudet, Lettres moulin,1869, p.60).La garniture est la quantité de matière nécessaire à la réalisation d'un nombre déterminé de rouleaux ou de sections. Le plus souvent, on remet à l'ourdisseuse une quantité de matières (lot) légèrement supérieure à la garniture (Thiébaut,Fabric. tissus,1961, p.47).b) P. anal. Personne qui ourdit un complot, une intrigue. Ce marquis, bel ourdisseur de trames, qui leur vole à plaisir leurs filles et leurs femmes, est un charmant vaurien dont un regard séduit magiquement (Banville,Cariat.,1842, p.28). [uʀdisoe:ʀ], fém. [-ø:z]. Att.ds Ac. dep. 1835. 1resattest.a) 1410 «ouvrier qui ourdit une chaîne» (Stat. de la drap. de Chauny ds Gdf.), b) 1558 au fig. (J. Du Bellay, La Courtisanne repentie ds OEuvres, éd. H. Chamard, t.5, p.136: Retirez vous, amoureuses pensees [...] ourdisseurs de finesse, propos flatteurs...); de ourdir, suff. -eur2*.

Ourdir : définition du Wiktionnaire

Verbe

ourdir \uʁ.diʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Textile) Préparer ou disposer sur une machine, l’ourdissoir, les fils de la chaîne d’une étoffe, d’une toile, etc., pour mettre cette chaîne en état d’être montée sur le métier, où l’on doit la tisser en faisant passer au travers, avec la navette, le fil de la trame.
    • Dans d’immenses pièces où règne une atmosphère chaude et humide afin d’éviter toute électricité statique, les fibres sont ourdies et ensuite tissées.— (Fabrice LÉONARD – Au pays des fils d’or - Journal Le POINT, page 144, N° 2193-25, septembre 2014)
  2. (Par extension) (Figuré) Préparer la trame d’une action.
    • La ruse la mieux ourdie
      Peut nuire à son inventeur
      Et souvent la perfidie
      Retourne à son auteur.
      — (Jean de La Fontaine, Fables, « La Grenouille et le Rat »)
    • Malgré moi, j’ourdissais des plans abominables ; et chaque jour Madeleine, à son insu peut-être, mettait le pied dans des trahisons. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 177)
    • Que les instruments qui ont servi à ourdir cette sanglante machination politique doivent disparaître, cela est évident … — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
    • Ah ! elle avait été bien ourdie la machination du docteur de La Pommerais ! Il est bien connu que la civilisation ne tend nullement à faire disparaitre la délinquance mais bien à la faire évoluer. — (Achille Dehel, Le poison au service du crime, 1946)
    • J'imaginais les affres du Dominateur, allongé dans son sépulcre, essayant d'ourdir une contre-attaque. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ourdir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OURDIR. v. tr.
T. d'Arts. Préparer ou disposer sur une machine les fils de la chaîne d'une étoffe, d'une toile, etc., pour mettre cette chaîne en état d'être montée sur le métier, où l'on doit la tisser en faisant passer au travers, avec la navette, le fil de la trame. Ourdir de la toile. Ourdir la trame d'un drap. Fig., Ourdir une trame, Former un complot. C'est lui qui a ourdi cette trame. On dit de même Ourdir un complot, ourdir une trahison, une intrigue.

Ourdir : définition du Littré (1872-1877)

OURDIR (our-dir) v. a.
  • 1Disposer, arranger les fils de la chaîne pour faire un tissu. Tous ces tapis Qu'a tissus la Savonnerie, Ceux que les Persans ont ourdis, Voltaire, Ép. 28.

    Terme de corderie. Étendre, élonger tous les fils de caret qui doivent composer un cordage.

    Entrelacer des cordons de paille pour faire une natte.

    Tourner l'osier autour du moule, le tortiller pour en faire des paniers ou d'autres ouvrages.

    Terme de pêche. Ourdir les cannes, faire des espèces de claies semblables aux paillassons des jardiniers.

    Poétiquement et fig. Et vous, fatales sœurs, reines des destinées, Vous dont les noires mains ourdissent nos années, Rotrou, Herc. mour. V, 2. La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie, Je ne dormirai point sous de riches lambris ; Mais voit-on que le somme en perde de son prix ? La Fontaine, Fabl. XI, 4.

  • 2 Fig. Disposer comme le tisserand dispose ses fils. Cependant, son Dauphin… De faits si renommés ourdira son histoire Que ceux qui dedans l'ombre éternellement noire Ignorent le soleil, ne l'ignoreront pas, Malherbe, II, 1. De leur mollesse léthargique Le discord sortant des enfers, Des maux que nous avons soufferts Nous ourdit la toile tragique, Malherbe, VI, 29. C'est elle [notre âme] qui forme la liaison de nos sensations, et qui ourdit la trame de nos existences par un fil continu d'idées, Buffon, Disc. nat. anim. Œuv. t. V, p. 317.
  • 3 Fig. Tramer, machiner. Que ne sait point ourdir une langue traîtresse Par sa pernicieuse adresse ! La Fontaine, Fabl. III, 6. Quand on est à cent lieues de Paris, il est difficile de prévoir et de parer les effets des petites cabales, des petites intrigues, des petites méchancetés qu'on y ourdit sans cesse pour s'amuser, Voltaire, Lett. d'Alemb. 19 mai 1773. En voyant ourdir autour de moi mille trames, je ne savais me plaindre que de la tyrannie de ceux que j'appelais mes amis, Rousseau, Conf. IX. Vous y verrez avec quel artifice il a ourdi sa calomnie, Marmontel, Mém. VIII.
  • 4 Fig. Il se dit de la contexture des ouvrages d'esprit. Son talent [de Virgile] était de faire des tableaux plutôt que d'ourdir avec art la trame d'une fable intéressante, Voltaire, Ess. poés. ép. ch. 3.
  • 5S'ourdir, v. réfl. Être ourdi. La toile s'ourdissait.

HISTORIQUE

XIIe s. Trenchede est ensement cum de teissant [tissant] la meie vie ; dementres uncore que ordisseie, suztrenchad mei [me trancha par dessous], Liber psalm. p. 233.

XIIIe s. Nules mestresses du mestier ne pueent ne ne doivent ourdir fil aveques soie ne flourin [espèce de bourre de soie] aveques soie, parce que l'uevre est fause et mauvese, Liv. des mét. 88.

XVe s. Sans ourdir on ne peut tiltre [tisser], Coquillart, p. 15, dans LACURNE.

XVIe s. Tarquinius faisoit soubs main tenter le peuple, et ourdissoit une trahison, Amyot, Publ. 5. Pendant que ceste trame s'ourdissoit, Amyot, Fab. 44. Ourdir, pour s'empestrer, mille nouveaux liens, Estre serf d'un tyran qui rit du mal des siens…, Desportes, Amours d'Hippolyte, XLIV.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Ourdir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

OURDIR, terme de Manufacture, ce mot signifie préparer ou disposer sur une machine faite exprès, les fils de la chaîne d’une étoffe, d’une toile, d’une futaine, d’un basin, &c. pour la mettre en état d’être montée sur le métier, afin de la tisser en faisant passer à travers avec la navette le fil de la trème : après que la chaîne d’une étoffe de laine a été ourdie, on la colle, & on la fait sécher, sans quoi il seroit difficile de la pouvoir bien travailler. (D. J.)

Ourdir une corde, terme de Corderie, qui signifie disposer le long de la corderie autant de fils qu’il en faut pour former la corde qu’on se propose de faire, & leur donner une longueur & une tension égale.

Quand le cordier a étendu un nombre suffisant de fils, il les divise en autant de parties, qu’il veut que sa corde ait de cordons ; il fait un nœud au bout de chacun de ces faisceaux pour réunir tous les fils qui les composent, puis il divise chaque faisceau en deux pour passer dans le milieu l’extrémité des manivelles, où il les assujettit par le moyen d’une clavette. Voyez l’article Corderie.

Ourdir, terme de Mâçons ; les mâçons disent ourdir un mur, pour signifier qu’ils y mettent le premier enduit ; ainsi ourdir en terme de mâçon, c’est faire un grossier enduit avec de la chaux ou du plâtre sur un mur de moëlon, par-dessus lequel on en met un autre fin qu’on unit proprement avec la truelle. (D. J.)

Ourdir a la tringle, terme de Nattier en paille ; c’est bâtir & arrêter les cordons de la natte sur les clous de deux grosses & longues pieces de bois que les Nattiers nomment des tringles.

Ourdir, (Rubanier.) est l’action d’assembler une quantité plus ou moins considérable de brins de soie pour en former un tout qui composera la chaîne telle qu’elle soit. Nous supposerons dans tout cet article une piece ourdie à seize rochets pour nous fixer à une idée déterminée, ce que nous dirons relativement à cette quantité devant s’entendre de toute autre ; outre que c’est la façon la plus ordinaire, sur-tout pour le ruban, que nous envisagerons spécialement dans cette explication : je suppose même que ce ruban est à vingt portées, qui formeront six cens quarante brins de soie dont cette chaîne sera composée ; expliquons tout ceci séparément. Les rochets sont placés dans les broches de la banque, ces banques varient quant à la forme chez plusieurs ouvriers, mais reviennent toutes à un même but ; les rochets sont placés, dis-je, à cette banque, huit d’un côté & huit de l’autre, de façon qu’il y ait sept déroulemens en-dessus & en-dessous, & cela pour la facilité de l’encroix, & alternativement depuis le premier rochet jusqu’au dernier ; ce qui étant fait, l’ourdisseur prend les seize bouts de soie qu’il noue ensemble, & en les ouvrant à-peu-près en égale quantité, il fixe ce nœud sur la cheville du moulin qui est en-haut, puis il encroise par deux brins. Voyez Encroix. Il décharge ses doigts qui sont le pouce & l’index de la main droite, de ces seize brins de soie ainsi encroisés sur deux autres chevilles qui avoisinent celle dont on vient de parler ; puis au moyen de la manivelle du banc à ourdir sur lequel il est assis qu’il tourne de droite à gauche, l’ourdissoir tourne dans le même sens & les soies par la descente continuelle & mesurée du blin, voyez Blin, s’arrangent sur le moulin & prennent la figure spirale que le blin leur impose, étant parvenu à la longueur qu’il veut donner à la piece (& qui se connoît par la quantité de tours de la spirale, puisque sachant ce qu’un tour contient, on saura ce qu’une quantité en doit contenir) il arrête & encroise par portée à cet endroit, ce qui se fait en prenant à la fois les seize brins, & les passant dessus puis dessous les chevilles de l’encroix d’en-bas, & revenant sur ses pas de maniere qu’il passe ces seize brins dessus puis dessous les mêmes chevilles ; il remonte en tournant la manivelle en sens contraire, c’est-à-dire, qu’il tourne à présent de gauche à droite ; il remonte jusqu’en haut où étant arrivé, il encroise de nouveau par deux brins comme la premiere fois, & voilà ce qu’on appelle portée ; on voit que par cette opération il y a trente-deux brins sur l’ourdissoir, c’est ce qui constitue une portée, & que pour faire une piece de vingt portées, il faut vingt descentes & vingt remontées, ce qui formera les six cens quarante brins requis, en multipliant trente-deux par vingt. Si l’on vouloit qu’il y eût une demi-portée avec un nombre de portées complettes, on comprend assez que pour lors, il ne faudroit qu’arrêter au bas de la derniere descente : pour savoir si on a le nombre de portées que l’on souhaite, on les peut compter sur l’encroix d’en bas, en amenant la totalité auprès des boutons des chevilles de l’encroix, & les repoussant une à une dans le fond, ce qui se fait aisément, puisque chaque demi-portée se distingue de sa voisine, parce qu’ayant été encroisée en totalité, c’est-à-dire, les seize brins à la fois, & tournée dessus une cheville puis sous l’autre, ensuite sur cette derniere & sous la premiere, comme il a été déja dit dans cet article, ce sont les doigts index des deux mains qui font cette opération en les amenant un peu à soi ; ils attirent un peu en-devant toutes les portées, on lâche l’un ou l’autre de ces deux doigts, mais non pas tous deux à la fois ; il se détache par ce moyen une demi-portée qui est reçue sur le doigt mitoyen de la main vacante qui s’introduit entr’elle & toutes les autres, puis donnant le même mouvement avec l’index de cette même main, l’autre demi-portée est de même reçue sur le mitoyen de l’autre main. Voilà donc ces deux doigts introduits entre une portée entiere & la totalité des autres, cette portée est poussée au fond des chevilles par le dos de ces deux doigts, & ainsi des autres jusqu’au bout. Lorsqu’on veut ourdir de plusieurs couleurs à côté les unes des autres pour faire du ruban rayé, il n’y a pour cela qu’à changer les seize rochets de la premiere & y en substituer un autre nombre de différente couleur, & cela pour autant de portées que l’on voudra, puis reprendre encore les premiers ou même d’autres encore de différentes couleurs, prenant garde d’observer l’égalité des couleurs dans les distances des rayeures, c’est à-dire qu’il y ait pareille quantité d’une couleur à un bord qu’à l’autre, le contraire étant dérangeroit la symmétrie, à-moins qu’on ne voulût faire du ruban appellé boiteux, voyez Boiteux. Pour les ouvrages nuancés, c’est-à-dire dont la couleur va en diminuant par gradation, il ne s’agit que de mettre à la banque les deux rochets de la couleur la plus foncée de celle que l’on traite, par exemple, la couleur de rose ; les deux rochets seront presque de couleur de cerise ou au moins de couleur de rose foncée ; les deux autres rochets seront de couleur de rose tant soit peu plus clair, les deux suivans encore un peu plus clair que les derniers & toujours de même, jusqu’à deux rochets qui se trouveront être de couleur de chair, étant encroisés deux à deux, comme il a été dit plus haut ; ces différentes nuances se trouveront distinguées chacune à leur place dans le fil de l’encroix. Après que la piece quelle qu’elle soit a été ainsi ourdie ; il est question de se préparer pour l’ôter de dessus l’ourdissoir, voici comme il faut s’y prendre pour y parvenir ; il faut commencer par passer le bout d’un fil (pendant que l’on tient l’autre dans la main), à travers le premier vuide que laissent entr’elles les soies sur les chevilles de l’encroix, puis ramenant ce bout de fil par-devant, après qu’il a passé par le second vuide des mêmes chevilles ; ce bout est noué avec celui qui étoit resté dans la main, ce nœud doit être exactement fait pour n’être point sujet à se dénouer ou à se casser, ce qui perdroit totalement tout ce qui vient d’être fait, puisque le tout se confondroit pêle-mêle, & deviendroit impossible à débrouiller ; ce fil conserve les soies dans le même arrangement où elles étoient sur les chevilles de l’encroix, il doit être un peu long ; cette longueur lui est nécessaire pour pouvoir débrouiller chaque brin qui est à présent composé de deux (puisqu’il a été ainsi encroisé) pour le pouvoir passer dans les lisses & ensuite dans le peigne chacun à sa place & dans l’ordre de l’ourdissage. Ce qui vient d’être fait à l’encroix d’en-haut doit être fait aussi à l’encroix d’en-bas, où l’on a encroisé par demi-portée, ce qui distinguera encore chaque portée pour pouvoir être mise chacune à part dans les dents de l’escalette, lorsqu’il s’agira de ployer la piece en large pour la mettre sur le métier, voyez Ployoir ; ce bout de fil est d’une telle conséquence, qu’il y a quantité d’ourdisseurs qui encroisent par deux, en-bas comme en-haut, afin que si par malheur un des deux fils d’encroix venoit à se rompre, on pût avoir recours à l’autre en retournant la piece, étant sûrs de recouvrer cet encroix à l’autre bout, précaution louable & qui devroit être généralement suivie ; étant assuré par ce moyen de la solidité de ces encroix, il faut ôter cette piece de dessus l’ourdissoir ; si les deux encroix sont encroisés par deux, il n’importera par lequel bout commencer ; mais si l’un étoit par portée, il faudroit commencer par l’autre, c’est-à-dire par celui qui est encroisé par deux, afin que le bout encroisé par portées se trouvât sur le billot où le tout va être mis, & qui se trouvera par ce moyen dessus lorsqu’il faudra plier la piece en large ; ce bout quel qu’il soit par lequel on veut commencer, est dépassé de dessus les chevilles de l’encroix, & passé au moyen de plusieurs tours qu’on lui fait faire à l’entour du billot, dont on tient les deux bouts dans les deux paumes des mains, en le faisant tourner entre elles par le moyen des pouces qui posent sur les bords ; il tourne de dedans en-dehors, en enroulant avec lui la piece contenue sur l’ourdissoir ; mais cet ourdissoir libre déroulera trop vîte & fera relever trop lâche, il y a plusieurs moyens pour obvier à cet inconvénient ; premierement, lorsque l’ourdissoir a un plancher ; après avoir dépassé la corde de dessus la grande poulie d’en-bas, on attache au moyen d’un petit clou qui est sur le bord de cette poulie, une boîte remplie de ferrailles ou de pierres, laquelle boîte s’appelle charrette ; cette charge qui est à plat sur le plancher dont on parle, & qu’il faut que l’ourdissoir fasse tourner avec lui le fait aller doucement, & il ne cede que conséquemment au tirage du billot ; si ce plancher n’y étoit pas, ainsi qu’à beaucoup d’ourdissoirs où il manque, il faut en ce cas approcher le pié gauche & le poser de façon qu’il puisse recevoir sur le bout l’extrémité de chaque aîle du moulin, on est maître par-là de diriger le mouvement de ce moulin, ou même de l’arrêter tout-à-fait lorsqu’il est nécessaire. J’ai parlé plus haut du banc à ourdir, il y a beaucoup d’ourdissoirs où cette partie manque, pour éviter, disent ceux qui n’en veulent pas, l’embarras qu’il cause n’y ayant jamais trop de place pour tout ce métier, pour lors il faut y suppléer en faisant tourner ce moulin par l’impulsion de la main gauche contre l’aîle du moulin où elle le rencontre ; il suffit d’une chaise pour être assis auprès de l’ourdissoir, il y en a même qui se tiennent debout, chacun fait à sa façon : quelquefois l’ourdissoir devient rude à tourner, ce qui nuit à l’ourdissage, sur-tout si ce sont des soies extrèmement fines ; on y remédie en faisant sortir le moulin de sa situation suffisamment pour découvrir la petite crapaudine qui lui sert de centre, & y mettre de l’huile, puis le moulin est remis en son lieu & tourne avec plus de douceur : j’ai dit dans cet article, que les rochets étoient mis à la banque alternativement en sens contraire, c’est-à-dire que le déroulement se fait en-dessus & en-dessous alternativement, voici à quoi je destine cet usage ; lorsqu’il s’agira d’encroiser par deux, les deux brins qui doivent être encroisés ensemble se seront plus approchés par la différence de leur mouvement ; ensorte que l’ourdisseur les trouvera sous ses doigts presque comme il les lui faut pour les encroiser ; il doit être encore dit ici, qu’il faut que l’ourdisseur ait presque toujours les yeux sur la banque, pour être en état de renouer sur le champ les brins qui viennent à casser, ce qu’il apperçoit par la cessation du mouvement du rochet.

Ourdir, (Soierie.) c’est distribuer la quantité de fils qui doivent former la chaîne sur l’ourdissoir.

Pour cet effet, on prend les quarante fils qui composent la cantre, & après les avoir fait passer chacun dans une boule de verre, attachée au-dessus de chaque rochet sur lequel la soie est devidée, on noue tous ces fils ensemble ; ensuite on les met sur une premiere cheville qui est à une traverse au haut de l’ourdissoir ; après quoi on les enverge par l’insertion des doigts, voyez Enverger. Envergées, on les place sur deux autres chevilles à quelque distance de la premiere, puis on passe tous les fils ensemble sur une tringle de fer bien polie, la moitié de ces mêmes fils étant séparée par une autre tringle également polie. Les deux tringles de fer étant attachées au plot de l’ourdissoir, qui au moyen d’une mortoise quarrée & de la grandeur d’un des quatre montans qui sont arrêtés en-haut & on-bas des deux croisées, dont celle d’en-bas ayant une crapaudine de cuivre dans le milieu où entre le tourillon de l’arbre de l’ourdissoir, leur donne la liberté de tourner, a la liberté de monter & de descendre. A la croisée d’en-haut est passée une broche de fer, sur laquelle s’enroule & déroule une corde de boyau, passée sur une poulie du plot, & arrêtée à un tourniquet posé perpendiculairement à la poulie du plot.

Quand l’ouvrier met l’ourdissoir en mouvement, la corde qui se déroule laisse descendre le plot ; ce piot conduit tous les fils qu’il tient arrêtés entre deux poulies, de même que par la tringle supérieure, jusqu’à ce que le nombre de tours qui indique la quantité d’aunes qu’on veut ourdir soit complet.

Quand on a le nombre de tours desiré, on prend la demi-portée avec la main droite, & la passant sur une cheville, on la fait passer dessous une seconde, & la ramenant par le dessus, on la passe ensuite dessous la premiere ; de maniere que la demi portée ou la brassée placée alternativement dessus & dessous les deux chevilles, forme une espece d’envergeure pour les portées seulement ; ce qui donne la facilité de les compter.

Quand cette opération est faite, on fait tourner l’ourdissoir en sens contraire ; de maniere que la corde du plot s’enroule & le fait monter jusqu’à l’endroit d’où il étoit descendu. Alors on enverge de nouveau, fil par fil, & l’on mêle les fils envergés sur les chevilles où ont été posés les premiers ; & faisant passer la brassée sur la premiere, on enverge de nouveau, on descend comme la premiere fois & on remonte de même, jusqu’à ce que la quantité de portées qui doivent former la chaîne soient ourdies.

La piece ourdie, on passe des envergeures en-bas & en-haut ; celle d’en bas servant à séparer les portées pour les mettre au rateau, quand on plie la piece sur l’ensuple de dessus. L’envergeure d’en-haut sert à prendre les fils de suite & de la même façon qu’ils ont été ourdis ; pour tendre la piece on la remonte.

Les envergeures passées & arrêtées, on tire les chevilles d’en-bas, & on leve la piece en chaînette, & pour lors on lui donne le nom de chaîne. Voyez l’article Chaine & Ourdissage.

Ourdir, terme de Vanier, signifie tourner & placer l’osier autour d’un moule, pour commencer à monter l’ouvrage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ourdir »

Étymologie de ourdir - Littré

Berry, ordir ; prov. ordir ; esp. urdir ; ital. ordire ; du bas-lat. ordire (dans Isidore), ourdir ; du lat. ordiri, commencer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ourdir - Wiktionnaire

Du latin populaire *ordīre, en latin classique ordiri « faire une trame ; tisser sa toile (pour l’araignée) » d’où (figuré) « commencer, entreprendre (quelque chose) ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ourdir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ourdir urdir play_arrow

Conjugaison du verbe « ourdir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe ourdir

Citations contenant le mot « ourdir »

  • Plaçant la pandémie de Covid-19 sur le terrain politique, Recep Tayyip Erdogan a dénoncé le 11 mai 2020 les « groupes de pression arméniens et grecs » (?) qui, selon lui, profiteraient de l’état d’urgence sanitaire afin d’ourdir des plans visant à déstabiliser la Turquie. Et d’avertir qu’il ne se laisserait pas faire.  FSSPX.Actualités / FSSPX.News, Le président turc rouvre les blessures du génocide arménien - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • Je sais qu’on ne dit plus trop les choses ainsi. Mais, tout de meme, « les » Fasquelle… Est-ce que Nicky et Jean-Claude ne sont pas le couple légendaire, le seul, de l’édition contemporaine ? Est-ce qu’ils n’étaient pas, à la façon des deux théologiens de Borges, comme une même âme dans deux corps ? Et, parmi les belles choses que Jean-Claude a accomplies, dans cette figure de grand éditeur à la française, et à l’ancienne, qu’il a sculptée, la part de Nicky ne fut-elle pas essentielle, centrale, vitale ? Sans elle, en tout cas, il y a presque 50 ans, je n’entre pas chez Grasset. Sans elle, aucun des complots vertueux que nous avions, au moins, le mérite et le talent d’ourdir nous-mêmes, n’aurait existé et fonctionné. Sans elle, aucune des longues soirées passées, square Vergenne, à réapprendre à rire, ce qui s’appelle rire, de ce rire éruptif, en cascade, qui était l’une de ses signatures et qu’elle parvenait presque à communiquer, quand gagnaient le désarroi, le chagrin ou le spleen. Et puis la très jolie jeune fille au t-shirt blanc, de l’autre côté de la rue des Saints Pères, ce jour béni de septembre 1972 – la plus inattendue des éditrices « in partibus ».  Nicky est morte cette nuit. Jean-Claude devra continuer, seul désormais, son chemin de grand vivant. Et leurs proches, ici et ailleurs, sont accablés de tristesse. Mes éditeurs. Mes amis. La Règle du Jeu, Bernard-Henri Lévy, Adieu à Nicky Fasquelle - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Nous répondrons donc à trois questions majeures : 1) Pourquoi Alassane Dramane Ouattara a-t-il décidé d’attribuer un faux complot de coup d’Etat à Guillaume Kigbafori Soro et ses compagnons de Générations et Peuples Solidaires ? 2) Comment Alassane Dramane Ouattara et son clan ont-ils procédé pour ourdir cette fausse accusation ? 3) Pourquoi le faux complot inventé par Ouattara pour éliminer Guillaume Soro de la présidentielle 2020 est-il en train d’échouer lamentablement ? Afrik.com, Le faux complot inventé par le régime Ouattara pour éliminer Guillaume Soro de la présidentielle 2020 : motivations, mécanismes et échecs
  • Le général “Toufik” et son successeur à la tête du renseignement Athmane Tartag, ainsi que la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT, trotskistes) Louisa Hanoune, jugés dans la même affaire devant le tribunal militaire de Blida, au sud d’Alger, ont écopé de la même peine, selon APS. Le procès portait sur plusieurs réunions secrètes qui se seraient déroulées au printemps de cette années, et qui auraient servi à ourdir un complot contre l’armée. Le HuffPost, En Algérie, le frère de Bouteflika condamné à 15 ans de prison pour "complot" | Le HuffPost
  • Haha la these du complot. Larme ultime des domidolatres qui n'ont plus un seul argument pour expliquer que le projet ait été rejeté par la dnacg. Comme si la France entière se préoccupait de Béziers. Que ce soit la ffr, la ligue, la France du rugby, la France du non rugby ils s'en foutent complètement de Beziers. Que ce soit béziers ou une autre équipe ça leur fait ni chaud ni froid, ils n'ont aucune raison d'ourdir des complots contre nous. Mais pour comprendre ça faut réfléchir au moins 2 secondes. Pas a la portée de tous à l'évidence. midilibre.fr, Béziers : les comptes ayant été validés, l’ASBH évite la descente aux enfers - midilibre.fr
  • Par sa composition chapitrée, la propension des demi-sels de l’histoire à ourdir des stratagèmes pour embobiner un chef de la pègre, Lucky Strike évoque une version trash et dynamitée de L’Arnaque (1973) à la sauce hémoglobine ; l’intrigue volontairement touffue renvoyant plutôt au Grand Sommeil (1946). Tutoyant le plus cru des réalismes par ses personnages aux contours terriblement humains — on croirait un digest de la Comédie humaine : problèmes de fin du mois, de violence conjugale, de superstition, de sénilité des aînés, d’employeurs mesquins… —, ce polar mâtiné de séquences grand-guignol est tempéré par un humour macabre irrésistible lui conférant au bout du compte une dimension morale et philosophique. , Cinéma Lyon : critique du film Sac d’embrouilles : "Lucky Strike" de Kim Yong-hoon De Yong-hoon KIM (Cor, 1h48) avec Jeon Do-yeon, Woo-Sung Jung, Seong-woo Bae, Yuh-jung Youn, Man-Sik Jeong par Vincent Raymond
  • En cette année du centenaire de l’État du Grand-Liban, après 401 ans de joug ottoman, aidez-nous, municipalités, villages et citoyens, directement et non à travers l’État central. L’initiative n’est pas seulement économique et sociale, elle est également culturelle : la francophonie serait au cœur de ce « plan ». Quelle institution plus vivante que cette longue et profonde complicité culturelle, qui depuis si longtemps nous permet d’ourdir ensemble, par un même discours, dans un même langage, le complot de la liberté, qui a fondé nos deux pays et que nous pourrions aussi perpétuer en jumelant nos villages avec des communes françaises. , Lettre ouverte – Réponse à l’appel de M. Le Drian : Aidez-nous en faisant un « Plan Marshall » directement en faveur de nos villages sans passer par l’État central

Images d'illustration du mot « ourdir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ourdir »

Langue Traduction
Corse warp
Basque okertu
Japonais ワープ
Russe деформироваться
Portugais urdidura
Arabe اعوجاج
Chinois
Allemand kette
Italien ordito
Espagnol deformación
Anglais warp
Source : Google Translate API

Synonymes de « ourdir »

Source : synonymes de ourdir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ourdir »


Mots similaires