Tisser : définition de tisser


Tisser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TISSER, verbe trans.

A. −
1. Entrelacer, entrecroiser des fils, des fibres textiles pour produire un tissu, une tapisserie ou pour réaliser le dessin d'un tissu. Tisser la laine, la soie; tisser du lin, du chanvre; tisser un motif, une représentation. Un modeste métier de bois où les filles du logis passent le jour à tisser du coton (About, Grèce, 1854, p. 183).Le lisage proprement dit, qui consiste à tisser le dessin à la main dans un ensemble de cordes verticales (Thiébaut, Fabric. tissus, 1961, p. 138).
P. anal. L'entrée d'une nouvelle chicane où les Boches ont tissé à nouveau du fil de fer (Vialar, Morts viv., 1947, p. 233).
2. Absolument
a) Pratiquer le tissage. Tisser à la main, au métier, sur métier. On tissait alors admirablement, mais on n'avait ni dessins ni teinture (Michelet, Journal, 1842, p. 467).Parfois pourtant ils se vêtent d'étoffe qu'ils achètent à des nomades, car ils ne savent pas tisser (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 883).
b) Subst. + à tisser. Servant au tissage.Métier, navette à tisser. Pour assembler les pièces d'une machine à tisser, 37 minutes étaient nécessaires (Pethoud, Organ. industr. et comm., 1931, p. 54).
B. − Produire une pièce de linge, de vêtement par ce procédé. Tisser un tapis, une tapisserie; tisser du drap, de la toile; tisser des draps, des mouchoirs, une écharpe, un filet. Les femmes filent le coton, et tissent les vêtemens dont leurs familles ont besoin (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 72).Parmi les plantes textiles figure au premier rang le lin, avec lequel ils tissent des étoffes (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 18).
Empl. pronom. passif. Cependant, dans les métairies, les chemises de femmes se tissaient avec deux fils: de lin pour le corps, d'étoupe de la taille aux genoux (Pesquidoux, Livre raison, 1932, p. 20).La moquette est un tissu à surface endroit velue qui se tisse soit à poils coupés, soit à poils bouclés (Thiébaut, Fabric. tissus, 1961, p. 114).
En partic. Produire un objet avec une matière semi-rigide. Synon. tresser.Virgile, pour ajouter à la mélancolie de son site, se suppose occupé à tisser une corbeille de branches de houx (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 121).
P. anal. [Le suj. désigne un animal] Construire en entrecroisant des fils, des fibres, etc. Tisser un nid, un cocon. L'araignée des bois tisse sa toile que la rosée et le soleil diamantent et dorent (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Hommes d'auj. (A. Theuriet), 1885-93, p. 476).Les larves carnivores (...) tissent une sorte de hamac entouré de fils verticaux glutineux reflétant leur lumière et qui servent à « pêcher » les divers insectes attirés qui se collent à eux et deviennent ainsi des proies faciles (Gèze, Spéléol. sc., 1965, p. 162).
P. métaph. Ils la meublaient [une villa], la tapissaient, l'ornaient; devant le sourire attendri des leurs ils bâtissaient, ils tissaient plutôt leur nid (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 228).
C. −
1. P. anal., littér. Former un réseau, un voile dans un espace. Un matin délicieux et clair, mais où la brume d'automne commençait à tisser ses légers voiles (L. Daudet, Astre noir, 1893, p. 215).Le jour gris, tombant comme une pluie fine, tissait sans arrêt de transparents filets (Proust, Guermantes 2, 1921, p. 347).
Empl. pronom. La neige, c'était la joie de l'enfance. Pourtant cette blancheur qui se tissait dans le crépuscule lui causa un grand malaise (Green, Moïra, 1950, p. 205).
2. Au fig. Élaborer, organiser quelque chose. Ils furent nombreux à défricher les lignes commerciales tendant à tisser un réseau de plus en plus dense autour du globe (Industr. aéron. fr., 1962, p. 4).Le capitalisme ne tissait pas encore entre les états une solidarité suffisante pour que le mercantilisme, même en Angleterre, perdît son crédit (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 86).
Au part. passé. Toute la monstrueuse iniquité, tissée dans l'ombre depuis deux jours, lui apparut sous le ciel clair (Zola, Vérité, 1902, p. 88).
En partic. Établir, créer des liens, des relations entre des personnes. Par la soupe onctueusement persuasive (...) par la chaleur douce de l'abri, elle tissera prudente, un rets de fragiles habitudes (Genevoix, Rroû, 1931, p. 162).
Empl. pronom. Ils n'ont pas aperçu ce lent travail de consolidation, ce réseau de liens qui peu à peu se tisse de soi-même et qui fait de la solidarité organique quelque chose de permanent (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. 358).Il sentait avec appréhension se tisser autour de lui les mailles serrées du réseau dont la femme amoureuse enveloppe celui qu'elle aime (Bourget, Drame, 1921, p. 94).
Tisser des liens. Empl. pronom. À mesure que des liens mystérieux se tissaient entre Christophe et ses amis invisibles, une révolution se faisait dans sa pensée artistique (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1137).Il songea longuement à sa jeunesse, aux années où il avait connu Albert et s'étaient tissés entre eux ces liens inavouables (Gracq, Argol, 1938, p. 181).Au part. passé. Il était impossible d'imaginer qu'il pût se dégager des liens si habilement et si fortement tissés dont elle l'avait enveloppé (Feuillet, Veuve, 1884, p. 166).
Prononc. et Orth.: [tise], (il) tisse [tis]. Att. ds Ac. dep. 1778 (1694-1740: uniquement tistre; 1778-1798: tisser et tistre; 1835: tisser et tistre qui ,,n'est plus en usage que dans les temps formés de tissu, qui est son participe``; 1878, 1935: tisser et s.v. tissu, ue réf. à tistre considéré comme inusité). Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1160 tistre « faire de la toile, de l'étoffe en croisant ou entrelaçant des fils » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 4013: la porpre fu a or broudee, par grant entante fu ovree: trois faees serors la firent, an une chanbre la tissirent); b) ca 1470 fig. (Georges Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 4, p. 347: tant [...] que matiere mesme se presente pour etre tissue de present et mise en œuvre); 2. déb. xiiies. toiscir (Bible, Richel. 763, fo233 ds Gdf., s.v. tissir). B. 1361 tisser (Ordonnances des Rois de France, t. 4, p. 210), a supplanté les autres formes apr. le xvies. Du lat. texere de même sens; tistre a d'abord été remplacé par tissir, p. anal. avec issir/ist, puis tissir a été supplanté par tisser (cf. Fouché Morphol., pp. 110-111); l'anc. part. passé tissu subsiste dans la lang. littér., empl. seul ou dans les temps composés. Fréq. abs. littér. : 481. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 292, b) 459; xxes.: a) 847, b) 1 037.
DÉR.
Tisseur, -euse, subst.Ouvrier, ouvrière qui réalise un ouvrage sur métier à tisser, qui fait du tissage. Synon. tisserand (vieilli).Tisseur au Jacquard, au métier mécanique; tisseur d'Aubusson, de Beauvais, de Gobelins; tisseur de lisses; tisseur de tapis, de carpettes. Il lui réservait les tissus les plus imprévus créés par la fantaisie des tisseurs japonais, hindous ou lyonnais (Tharaud, Dingley, 1906, p. 48).C'est seulement en 1786 que Cartwright fait apparaître le métier mécanique qui libère enfin totalement le tisseur de son travail fastidieux (Thiébaut, Fabric. tissus, 1961, p. 133).P. métaph. Laissez-moi déployer (...) cette toile que pendant bien des nuits J'ai tissée, renvoyé d'un mur à l'autre de cette amère vérandah comme une navette aux mains des noires tisseuses! (Claudel, Soulier, 1929, 3ejournée, 13, p. 840).En appos. (...) Votre père n'était pourtant pas un homme de la noblesse?Oh non, madame (...) tout ce qu'il y a de plus roturier, de plus humble (...) un ouvrier tisseur (A. Daudet,Rois en exil,1879,p. 224).P. anal. Celui, celle qui tresse. Le boucher blanc à l'air de sacrificateur, le plumeur de poulets, le tisseur de corbeilles de jonc sur son genou (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 108). [tisœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1935. 1resattest. ca 1170 tissur (Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, II, 70 ro, p. 101), fin xives. tixeur (Gloss. gall.-lat., B. I. 1. 7684 ds Gdf. Compl.), 1567 tisseur (H. Junius, Nomenclator octolinguis omnium rerum propria nomina continens s.v. vestiaria), de tisser, suff. -eur2*; cf. tissier att. du xiieau xviiies. (v. Gdf.), supplanté, avec tisseur, par tisserand* à partir du xvies. (v. FEW t. 13, 2, pp. 291-194). − Fréq. abs. littér.: 33.
BBG.Bodmer (A.). Spinnen und Weben im frz. und deutschen Wallis. Genève, 1940, p. 77. − George (K. E. M.). Les Désignations du tisserand ds le dom. gallo-rom. Tübingen, 1979, p. 10, 13, 20 (s.v. tisseur, euse). − Gohin 1903, p. 378. − Lanly (A.). Morphol. hist. des verbes fr. Paris, 1977, pp. 97-99. − Quem. DDL t. 2.

Tisser : définition du Wiktionnaire

Verbe

tisser \ti.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire de la toile ou d’autres étoffes en croisant ou entrelaçant sur un métier les fils dont elles doivent être composées.
    • Les femmes, qui sont de taille moyenne et plutôt trapues, portent une robe en vadmel, sorte de flanelle tissée avec la laine qu'elles-mêmes ont cardée et filée. — (Anna Sée, L'Archipel des Féroé, dans la revue Le Tour du Monde, L.44, 1905)
    • Cette industrie du drap est en effet l'une des plus complexes, et le nombre des opérations nécessaires pour transformer la laine brute en produit fini est très élevé. Il fallait trier la laine, la teindre, la mélanger, la carder, la filer, la tisser, dégraisser le tissu, le fouler, le lainer, le tondre, l'épinceter, et enfin lui donner de l'éclat en le pressant. — (André Maurois, histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.235)
  2. Former un réseau, un voile dans un espace.
    • Pourtant cette blancheur qui se tissait dans le crépuscule lui causa un grand malaise.
  3. Établir, créer des liens, des relations entre des personnes.
    • Tisser des liens amicaux.
  4. (Figuré) Fabriquer, élaborer comme un tissu.
    • Il y aurait vraiment un livre à tisser avec la vie de cette admirable femme, ruminait Durtal. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tisser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TISSER. v. tr.
Faire de la toile ou d'autres étoffes en croisant ou entrelaçant sur un métier les fils dont elles doivent être composées. Tisser de la toile, du drap. Tisser du lin, de la laine, du coton. Tisser au métier. Un métier à tisser.

Tisser : définition du Littré (1872-1877)

TISSER (ti-sé) v. a.
  • Faire de la toile ou d'autres étoffes en croisant ou en entrelaçant les fils de la chaîne et de la trame. Une machine à tisser.

    Il ne s'emploie pas au figuré.

HISTORIQUE

XVIe s. Cleante après venoit, lequel tissa La belle toyle…, Baron D'Oppède, les Triomphes de Pétrarque, f° 89, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tisser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TISSER, v. act. (Gramm.) c’est fabriquer sur le métier ou autrement, tout tissu ou un ouvrage d’ourdissage, quel qu’il soit, comme la toile, le drap, les étoffes, &c.

Tisser, v. act. terme de Friseuse de point, c’est coucher & ranger le tissu, selon l’ordre du patron ; pour faire du point, on cordonne, on tisse, on fait les brides, on brode, & finalement on fait les picots. (D. J.)

Tisser, (Rubanier.) c’est la maniere de fabriquer la frange sur le moule, voici comment cela se fait ; après que les soies de la chaîne sont passées dans les lisses, ainsi qu’il a été dit ailleurs, le bout étant fixé sur l’ensuple de devant au moyen de la corde à encorder ; il est question d’y introduire la trame qui est ordinairement composée de plusieurs bouts de soie retords ensemble, & dont on peut prendre tant de brins que l’on voudra. Cette trame est appellée retord. Voyez Retord. On approche de cette chaîne un moule de bois, qui est de la hauteur & figure que l’on veut donner à la frange ; c’est-à-dire uni, si la frange doit être unie, ou festonnée, si la frange doit être festonnée ; on voit ces différens moules dans les figures. L’ouvrier ouvrant son pas y introduit la trame au moyen de cette ouverture, en passant la soie qui la compose & qu’il tient de la main droite, & le moule de la gauche, & du côté gauche de la chaîne ; il commence cette introduction de trame par-dessous le moule, en tenant le bout de cette trame avec les mêmes doigts dont il tient le moule ; il ramene cette trame par-dessus ledit moule, puis il frappe cette duitte avec le doigtier ou coignée qu’il a à la main droite ; ensuite il enfonce un autre pas où il fait la même chose & continue de même ; on voit que cette continuité de tours est ce qui forme la pente de la frange qui sera guipée en sortant de dessus le métier, si elle le doit être, ou coupée sur le moule si c’est de la frange coupée ; lorsque le moule se trouve rempli, l’ouvrier prend une partie de cette pente qu’il fait glisser de dessus le moule (qui va pour cet effet un peu en rétrécissant par ce bout) du côté du rouleau de la poitrine, & tirant la marche du côté des lisses ; cette partie de pente ainsi hors du moule se tortille aisément par son propre rond, & par le secours des doigts de l’ouvrier qui entortillent un peu cette partie ayant les doigts passés dedans, ce qui l’oblige à se tourner & à former ce qu’on appelle coupon, & que l’on voit sur les métiers de la Planche ; ces différens coupons débarrassent le moule, à l’exception d’une certaine quantité de duittes que l’on y laisse pour le tenir en respect, & en laissant la plus grande portion libre pour recommencer le travail.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tisser »

Étymologie de tisser - Littré

Forme moderne qui a remplacé l'ancien verbe tistre (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tisser - Wiktionnaire

Du latin texo (« tisser ») avec des intermédiaires en ancien français, tistre > tissir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tisser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tisser tise play_arrow

Conjugaison du verbe « tisser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe tisser

Citations contenant le mot « tisser »

  • Ce rapport se concentre sur le volume et la valeur du marché Métier à tisser sans navette 2020-2024 au niveau mondial, régional et au niveau de l’entreprise. D’un point de vue mondial, ce rapport représente la taille globale du marché Métier à tisser sans navette en analysant les données historiques et les perspectives futures. Au niveau régional, ce rapport se concentre sur plusieurs régions clés: l’Amérique du Nord, l’Europe, la Chine et le Japon, etc. , Marché Métier à tisser sans navette Demande 2020, fournisseurs, technologies émergentes, tendances, applications, segmentation de l’historique de développement par prévision jusqu’en 2024 – Commune Magazine
  • Ce rapport de recherche est équipé des informations classées pour Machines à tisser sans navette marchés par des paramètres tels que les acteurs, les marques, les régions, les types et les applications. Le rapport détaille également les informations sur l’état du marché mondial, le paysage de la concurrence, le taux de croissance, les tendances futures, les moteurs du marché, les défis, les opportunités et l’analyse des forces du porteur en ce qui concerne ces éléments. Electroziq, Marché Machines à tisser sans navette 2020-2026 Les tendances émergentes de l’industrie se concentrent sur les facteurs de croissance des principaux acteurs Picanol, Itema Group, Van de Wiele, Dornier – Electroziq
  • Elles ont réceptionné les quatre premiers métiers à tisser la soie, venus de Lyon, sous l’impulsion d’un homme qui allait marquer l’histoire de la ville. Le curé Nicolas Lambert a milité pour attirer à Chauffailles des débouchés et des emplois dans le textile, quand ne subsistait qu’une simple blanchisserie de coton. « Il déplorait que les jeunes n’aient pas de travail », affirme Sophie Gaillard. La production de textile a grandi, la ville aussi. , Culture - Loisirs | Chauffailles : immersion au temps des métiers à tisser
  • Dans ce projet, les chercheurs ont étendu la pratique du tissage traditionnel pour créer des interfaces sur la peau, explorant le potentiel de «tisser une seconde peau». Mode in Textile, "wovenskin" 'ou la possibilité de tisser des interfaces comme une seconde peau
  • Il n'y a pas de plus beau fil que celui des fileuses de lune. Au matin le soleil les ramasse sur les prés humides pour tisser sa chevelure. De Antoine de Marville / Ariane et les autres
  • Celui qui s’est engagé à tisser un coutil pour couvrir les fesses de l’éléphant s’est obligé à réussir une oeuvre exceptionnelle. De Ahmadou Kourouma / Monnè, outrages et défis
  • Plutôt que de se promener sur la rive et regarder le poisson d'un oeil d'envie, mieux vaut rentrer chez soi et tisser un filet. De Proverbe arabe
  • Les hommes entrent dans la vie et en sortent comme la navette passe et repasse sur le métier à tisser. De Proverbe chinois

Images d'illustration du mot « tisser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tisser »

Langue Traduction
Corse tessitura
Basque ehuntzen
Japonais 織る
Russe ткать
Portugais tecer
Arabe نسج
Chinois 编织
Allemand weben
Italien tessere
Espagnol tejido
Anglais weave
Source : Google Translate API

Synonymes de « tisser »

Source : synonymes de tisser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tisser »



mots du mois

Mots similaires