Machiner : définition de machiner


Machiner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MACHINER, verbe trans.

Fréq. au part. passé.
A. −
1.
a) [Le suj. désigne gén. un lieu] Munir, équiper de machines (v. ce mot I A). Derrière le fauteuil présidentiel, contre un mur tout machiné d'appareils, de téléphones, de tubes d'appel, le secrétaire général et ses employés se tenaient sur la plate-forme de cet autel à plusieurs étages qui constituait le bureau (Vogüé, Morts, 1899, p. 125):
1. ... l'impression était saisissante: ces grands navires [des cuirassés, des sous-marins, etc.] prodigieusement machinés (...) disposant de tout ce que la technique moderne peut offrir de puissance et de précision, tout à coup réduits à l'impuissance (...) à cause d'un peu de vapeur qui s'était formée sur la mer. Valéry, Variété III, 1936, p. 197.
ARTS. Faire fonctionner à l'aide de machines (v. ce mot I A 2 c) ce qui est nécessaire au spectacle, et notamment les décors. Quant au final, fugue, marche des Pierres, j'espère en lui, pourvu que la décoration machinée ne trahisse là tout le monde (ValéryLettres à qq.-uns, 1945, p. 178).
P. méton. Scène machinée. Scène remplie de décors mus à l'aide de machines:
2. ... la scène moderne, telle que nous l'ont léguée les astucieux artisans de la Renaissance, encombrée et machinée, est un champ clos où la matière et l'esprit se livrent perpétuellement bataille... Arts et litt., 1936, p. 64-4.
Emploi passif. Je vais vous placer dans une coulisse, mais n'en bougez pas; car on donne ce soir une féerie; le théâtre est machiné, et lorsqu'on n'a pas l'habitude, on peut se blesser (Kock,Pucelle, 1834, p. 12).
P. anal. Une «folie» toute capitonnée et machinée de trucs d'opérette (Barrès, Enn. Lois,1893, p. 223).
b) Table machinée. Table munie de mécanismes permettant de créer des illusions et utilisée par les prestidigitateurs:
3. Il y a ici une espèce de gentilhomme qui est un prestidigitateur, un sorcier avec ses mains (...) élevant l'escamotage au merveilleux et faisant rêver ce que les dix doigts de l'homme peuvent réaliser du miracle. Cet Alberti m'emmène ce soir chez lui, voir une table machinée pour ses trucs sur ses indications. Goncourt, Journal, 1867, p. 357.
2. Au fig. [Le suj. désigne tout ou partie d'une pers.] Structurer, organiser physiologiquement ou mentalement. La cervelle la plus merveilleusement machinée pour plonger aux abîmes (Arnoux, Algorithme, 1948, p. 15).
Emploi passif. François de Séryeuse, comme beaucoup d'êtres très jeunes, était ainsi machiné qu'il ne percevait que ses sensations les plus vives, c'est-à-dire les plus grossières (Radiguet, Bal, 1923, p. 86).
B. − [Le suj. désigne une pers., un groupe de pers.] Organiser en secret des combinaisons (généralement malhonnêtes ou illégales) pour obtenir un résultat.
Machiner qqc.Machiner un complot, un crime; machiner la ruine, la perte de qqn. Elle se mit à machiner tout bas une de ces vengeances doublées de fourberie (Murger, Scènes vie jeun.,1851, p. 105).Quand il avait machiné une bonne déception, il se régalait, pendant des journées entières, des épouvantes humbles d'Hélène et de l'attitude irritée de Tiburce (Zola, M.Férat, 1868, p. 261).Attendrait-on qu'il machinât quelque scélératesse mieux réussie? Il fallait bien en venir à la grande explication (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 252).
Emploi passif. Ceux-ci [les seigneurs] (...) le poussèrent à la vengeance (...). Le tout fut machiné et dressé sous couvert de châtiment céleste (...) et (...) moyennant des actes et des conventions formelles qui simulaient la légalité (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 4, 1851-62, p. 417).Il me paraît très concevable que ces «documents» ont pu être machinés par Vichy, en vue de porter un tort grave et, même, irréparable à la France libre (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 334).
Emploi pronom. Il se machine pour moi et Locke une affaire d'or (Stendhal, Corresp., 1805, p. 205).Il se machine cette nuit quelque chose d'extraordinaire dans cette tête-là (...) et dans ma maison (Feuillet, Scènes et com., 1854, p. 66).
Machiner qqc. contre qqn.Machiner qqc. contre le gouvernement. Il revient d'une mission (...) sollicitée pour surprendre quelque chose de ce que machine contre nous l'inquiétant Bismarck (Goncourt, Journal, 1888, p. 749).J'aurais bien voulu lui donner une leçon avant que l'animal ne machinât dans sa cervelle d'homme de loi Dieu sait quelle manigance contre moi (Cendrars, Main coupée, 1946, p. 135).
Emploi pronom. Il est bien possible qu'il se machine quelque chose contre nos intérêts (Balzac, U. Mirouët, 1841, p. 179).
C. − Agencer, organiser les machines (v. ce mot III B) d'une oeuvre d'art. Sous l'influence de Dupré, Théodore Rousseau apprendra à machiner ses tableaux, à les composer en vue d'un effet décoratif (Réau, Art romant., 1930, p. 123):
4. ... dans le cadre du roman psychologique traditionnel soigneusement machiné et où la personne humaine est décrite à la fois du dehors et du dedans par un romancier qui cerne son modèle d'un trait net, qui en définit et qui en fixe arbitrairement le caractère, les considérations d'ordre sexuel sont la chose du monde dont il peut le mieux se passer. Mauriac, Mém. intér., 1959, p. 239.
Prononc. et Orth.: [maʃine], (il) machine [maʃin]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1330 «ourdir, intriguer» (Guillaume de Digulleville, Pèlerinage vie hum., éd. J. J. Stürzinger, 8290); 2. 1834 arts (Kock, loc. cit.). 1 empr. au lat. machinari «tramer, ourdir» (aussi att. au sens de «combiner, imaginer, exécuter (quelque chose d'ingénieux)»), dér. de machina, v. machine; 2 dér. de machine*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 118. Bbg. Wagner (R.-L.). Notules pour le lex. du m. fr. Romania. 1937, t. 63, pp. 241-247.

Machiner : définition du Wiktionnaire

Verbe

machiner \ma.ʃi.ne\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se machiner)

  1. Ourdir, tramer en secret.
    • Machiner à la perte de quelqu'un.
    • J'accuse, en un mot, reprit-il, j'accuse la ballerine nommée Mirabelle d'avoir machiné une intrigue diabolique dans le but d'entraîner à l'abîme une âme que tant de soins et de piété paternelle avaient conservée à l'état de candeur. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Le prince machine une intrigue pour aider le jeune homme à monter sur le trône paternel. — (Albert Mousset, Histoire de Russie, 1945)
    • …je ne sais pourquoi j’ai le pressentiment qu’il nous trompe et qu’il machine quelque diabolique projet contre nous. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Un complot se machine contre lui …
  2. (Technique) Munir de certains appareils.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Machiner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MACHINER. v. tr.
Former en secret des machinations. Il machine votre perte. Machiner une trahison. Il machinait je ne sais quoi contre eux. Voilà une intrigue machinée de longue date. Il signifie aussi Établir les machines d'un théâtre. Un théâtre bien machiné, Un théâtre bien pourvu de machines. Table machinée, Table disposée d'une manière convenable pour l'exécution des tours d'un escamoteur.

Machiner : définition du Littré (1872-1877)

MACHINER (ma-chi-né) v. a.
  • 1Établir les machines d'un théâtre.
  • 2 Fig. Préparer par des menées sourdes, par des intrigues. Il avait déjà machiné ma mort, avant que je vinsse à la couronne, Vaugelas, Q. C. VIII, 8. Le Fils de Dieu ne permet aux démons d'entreprendre aujourd'hui sur sa personne, qu'afin de nous faire entendre par son exemple ce qu'ils machinent tous les jours contre nous-mêmes, Bossuet, 2e sermon, Démons, Préambule. Vous concevez de mauvais desseins, vous fabriquez des tromperies, vous machinez des fraudes les uns contre les autres, Bossuet, Sermons, Justice, 2. Thémistocle, athénien, était banni de sa patrie comme traître ; il en machinait la ruine avec le roi de Perse, à qui il s'était livré, Bossuet, Polit. I, II, 3. S'il machinait quelqu'autre intrigue, il faudrait tout recommencer, Beaumarchais, Mar. de Figaro, III, 18.

    Absolument. Je jugeai qu'on ne m'avait fait attendre ainsi le passe-port, que pour se donner le temps de machiner à son aise, dans les lieux où l'on savait que j'avais dessein d'aller, Rousseau, Lett. à M. L. D. M. Corresp. t. VII, p. 268, dans POUGENS.

  • 3Chez les cordonniers, blanchir le fil avec l'enduit appelé machine.
  • 4Se machiner, v. réfl. Être machiné. Un roi apprend qu'il se machine, dans son État, des pratiques contre son service, Bossuet, Sermons, Nécess. de travailler à son salut, 1.

HISTORIQUE

XIVe s. Et tantost [il] se efforça de machiner sa mort, Bercheure, f° 24, recto.

XVe s. Tout sujet vassal qui, par convoitise, barat, sortilege et mal engin, machine contre le salut corporel de son roi, Monstrelet, I, 39. Il sentoit jà [ses concitoyens] murmurer et machiner contre lui, Chastelain, Chron. des ducs de Bourg. II, 18.

XVIe s. Pausanias n'avoit auparavant jamais rien descouvert à Themistocles de la trahison qu'il machinoit, Amyot, Thém. 44. Toutes ces mines ne firent pas descroire à Camillus qu'ilz n'eussent point machiné de se rebeller contre les Romains, Amyot, Cam. 65. Le Seigneur denonce que tout ce que nous machinons et meditons lui est notoire [connu], Calvin, Instit. 284.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « machiner »

Étymologie de machiner - Wiktionnaire

(XIVe siècle) Emprunté au latin machinari (« tramer, ourdir », au sens propre « combiner, imaginer, exécuter quelque chose d'ingénieux »), dérivé de machina (« machine »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de machiner - Littré

Provenç. machinar ; espagn. maquinar ; ital. macchinare ; du lat. machinari ; de machina, machine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « machiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
machiner maʃine play_arrow

Conjugaison du verbe « machiner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe machiner

Citations contenant le mot « machiner »

  • Ce n’est jamais le temps qui manque aux scélérats Pour nuire, et machiner de nouveaux attentats. De Sénèque

Traductions du mot « machiner »

Langue Traduction
Corse ingegneria
Basque ingeniaria
Japonais エンジニア
Russe инженер
Portugais engenheiro
Arabe مهندس
Chinois 工程师
Allemand ingenieur
Italien ingegnere
Espagnol ingeniero
Anglais engineer
Source : Google Translate API

Synonymes de « machiner »

Source : synonymes de machiner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires