Onde : définition de onde


Onde : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ONDE, subst. fém.

I.
A. − Modification se produisant à la surface de l'eau, consistant en une alternance de soulèvements et d'abaissements qui donnent l'illusion d'un déplacement. À Piombino, il [Léonard de Vinci] observe attentivement le mouvement par lequel une onde de la mer en chasse une autre (Stendhal,Hist. peint. Ital.,t.1, 1817, p.231).Un jeune et rose soleil montant, parmi les buées matinales, sur un grand fleuve roulant par larges ondes lisses, le fleuve qui a de l'eau, le Niger (Benoit,Atlant.,1919, p.240):
1. ... les poissons de la Loire montaient baiser à la surface de l'eau la lumière du jour, et le chevalier encadrait l'image de sa bien-aimée dans les ondes qu'ils laissaient sur l'eau paresseuse. Boylesve,Leçon d'amour,1902, p.196.
P. méton., poét., littér.
1. Au sing. ou au plur. L'eau de la mer, les eaux courantes ou stagnantes. René (...) avoit regretté de ne s'être pas précipité dans les ondes écumantes (Chateaubr.,Natchez,1826, p.502).Le monstrueux hippopotame (...), fendant l'onde bouillonnante, montre son corps noir et cuirassé tout ruisselant d'eau (Sue,Atar-Gull,1831, p.15).
L'onde amère et, absol., l'onde. La mer (p. oppos. à la terre). Et l'homme à qui l'amour mouvant comme la mer En fuyant ne laissa que l'âcreté d'un rêve Pareil au sel que l'onde a laissé sur la grève (Ch. Guérin, Coeur solit.,1904, p.160):
2. Regrettez-vous le temps où le ciel sur la terre Marchait et respirait dans un peuple de dieux; Où Vénus Astarté, fille de l'onde amère, Secouait, vierge encor, les larmes de sa mère, Et fécondait le monde en tordant ses cheveux? Musset,Rolla,1833, p.1.
Expr. Sur la terre et sur l'onde. Sur terre et sur la mer. Voilà notre Hélène émiettée de tous les côtés, dans le ciel, sur la terre et sur l'onde! (Claudel,Protée,1927, ii, 9, p.407).
Onde noire. Le Styx, fleuve des Enfers, dans la mythologie grecque:
3. −Pardonne-moi, doux psychagogue, d'oser solliciter une parole de plus. En descendant vers l'onde noire, il y a de longs siècles, c'est toi [Mercure] qui me fis déchiffrer des inscriptions funestes. Ce Christ hébreu dont elles parlent est-il venu? −Il est venu, Criton. Maurras,Chemin Paradis,1894, p.189.
Expr. Passer l'onde noire. ,,Mourir`` (Ac.).
2. Au sing. Eau ou, plus rarement, autre liquide. L'onde est tarie en nos amphores! (Régnier,Poèmes anc.,1890, p.16).Les verres, sur le marbre, tenaient une onde verte qu'on eût dit puisée dans la nappe émeraude d'un billard, bassin de cette nymphée (Valéry,Variété II,1929, p.159).
B. − P. anal., au plur.
1. Mouvement qui rappelle celui des ondes à la surface de l'eau. Les ondes d'une foule. Des ondes rapides et brusques couraient sur les herbes sèches (Gracq,Syrtes,1951, p.162):
4. Mais ce n'étaient que les plaines au delà, les plaines brûlées, émiettées, sur lesquelles le vent promenait des ondes de poussière ou de sable, et formait comme des embruns et des lames. Loti,Inde sans Angl.,1903, p.253.
2. Ligne souple résultant d'une suite de courbes alternativement concaves et convexes. Ondes d'une chevelure, d'une draperie. Les ondes de soie de son diadème dénoué viennent caresser mon front, lorsqu'elle penche sur mon visage sa tête de seize années (Chateaubr.,Mém.,t.1, 1848, p.127).La crépelure domptée de ses cheveux châtains se révélait, quand même, en petites ondes qui accrochaient la lumière, en vapeur dorée sur la nuque et près des oreilles (Colette,Mais. Cl.,1922, p.142).
Spécialement
ARCHIT., DÉCOR. Ornement consistant en lignes sinueuses et parallèles. (Dict. xixeet xxes.).
MENUIS. Outil à ondes. ,,Outil servant à faire des moulures`` (Jossier 1981).
3. Succession alternative de nuances ou de reflets sur une surface. Les ondes d'un bois veiné, de la moire. Le cabinet, une pièce tapissée d'un papier vert à fleurettes où le salpêtre traçait des ondes (Pourrat,Gaspard,1925, p.128).Des moires, des ondes parcouraient sa peau [d'une mule], son beau pelage ras, alezan brûlé, luisant et vivant (Arnoux,Zulma,1960, p.90).
C. − Au plur. Cercles concentriques qui se forment à la surface de l'eau quand on y jette une pierre. Sous le maillot, les contractions de son ventre et les bondissements de son coeur mêlent un peu les fins de leurs ondes, comme se mêlent les ondes de deux pierres lancées dans l'eau (Montherl.,Olymp.,1924, p.269).
P. anal. Cercle lumineux diffus autour d'une source lumineuse. Les nuances tendres des ondes qui naissaient de la flamme en paraissaient plus ravissantes. Et les ondes naissaient toujours, élargissaient leurs cercles à l'infini, sur le même rythme inépuisable et lent (Genevoix,Rroû,1931, p.195).
P. métaph. Le travail d'organisation va du centre à la périphérie. Il commence en un point qui est presque un point mathématique, et se propage autour de ce point par ondes concentriques qui vont toujours s'élargissant (Bergson,Évol. créatr.,1907, p.93).
II. − SC. et TECHN.
A. − Modification de l'état physique d'un milieu quelconque se propageant à la suite d'une perturbation initiale:
5. Si nous imprimons un ébranlement à un point de la surface d'une masse liquide, nous donnons naissance à une onde [it. ds le texte] dont nous suivons des yeux la propagation en tout sens, à partir du centre d'ébranlement. Cette onde a une vitesse de propagation qui lui est propre, et qu'il ne faut pas confondre avec les vitesses de chacune des particules fluides qui successivement s'élèvent et s'abaissent un peu, au-dessus et au-dessous du plan de niveau qui les contient dans l'état de repos. Cournot,Fond. connaiss.,1851, p.242.
SYNT. Source d'une onde; crête, creux d'une onde; amplitude, fréquence (exprimée en hertz), période, vitesse de propagation d'une onde.
Longueur d'onde (λ). [En parlant des ondes matérielles (v. infra B 1) ou électromagnétiques (v. infra B 2)] Distance qui sépare deux points consécutifs de même phase d'un mouvement ondulatoire qui se propage en ligne droite et qui correspond à l'espace franchi par la vibration en un temps appelé période. Le message était transmis sur une longueur d'onde de 625 mètres; (...) l'opérateur a cru pouvoir localiser l'avion dans un rayon de 80 kilomètres autour de «l'île du Sable» (Breton,Nadja,1928, p.155).Si (...) la rétine enregistrait les rayons infra-rouges de grande longueur d'onde, la nature se présenterait à nous avec un autre visage (Carrel,L'Homme,1935, p.77).
Expr. fig., fam. [En parlant de deux ou plusieurs pers.] Être, s'accorder, vibrer sur la même longueur d'onde. Se comprendre mutuellement, parler le même langage. Ne pas être sur la même longueur d'onde. Le schizoïde sait souvent être social. (...) mais, trouvant peu de sensibilité qui vibre sur la même longueur d'onde, il n'arrive pas à satisfaire ce besoin (Mounier,Traité caract.,1946, p.371).
Onde amortie. ,,Onde d'amplitude décroissante`` (Kamen. 1972).
Onde entretenue. ,,Onde qui garde la même amplitude`` (Kamen. 1972).
Onde réfléchie. Onde renvoyée par un obstacle (d'apr. Électron. 1963-64).
Onde stationnaire. ,,Phénomène d'interférences résultant de la superposition de deux vibrations de même période et de même amplitude se propageant en sens inverse sur la même droite`` (Uv.-Chapman 1956). Ventres, noeuds de vibration d'une onde stationnaire. Sous certaines conditions de synchronisme, l'onde directe et l'onde réfléchie peuvent donner lieu à une onde immobile dite stationnaire (Électron.1963-64).
Train d'ondes. ,,Série d'ondes amorties`` (Électron. 1963-64).
Ondes longitudinales. ,,Ondes dans lesquelles la vibration ou le déplacement se produit dans la direction de propagation des ondes; par exemple les ondes sonores`` (Uv.-Chapman 1956).
Ondes transversales. ,,Ondes dans lesquelles la vibration ou le déplacement se produit dans un plan perpendiculaire à la direction de propagation des ondes; par exemple les ondes électromagnétiques`` (Uv.-Chapman 1956).
B. − En partic.
1. PHYS. Ondes matérielles ou mécaniques. Ondes qui se propagent par vibrations de la matière (gazeuse, liquide ou solide) sans qu'il y ait déplacement de celle-ci, comme par exemple les ondes sonores ou les ondes sismiques. (Dict. xxes.).
a) Onde acoustique ou sonore. Onde constituée par la propagation d'une vibration mécanique à la vitesse de 330 mètres/seconde dans l'air, et dont la fréquence se situe entre 16 et 15 000 à 20 000 hertz. Les différences de la «forme» proprement dite de l'onde sonore, différences produites par la déformation due aux harmoniques, se traduisent par des différences de qualité proprement dite (Ruyer,Esq. philos. struct.,1930, p.116).D'autres systèmes de détection sont basés: sur les ondes acoustiques qui se forment lors des explosions aériennes et sous-marines (Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p.194).
P. anal. Tant que la petite armée descendit la côte, le rugissement populaire roula ainsi par ondes sonores traversées de brusques éclats (Zola,Fortune Rougon,1871, p.28).
b) BALISTIQUE
Onde de bouche. Onde sonore produite par la déflagration de la poudre au départ du coup d'une arme à feu, se propageant à la vitesse du son. Un observateur, placé au voisinage du plan de tir d'une arme à feu (...) entend deux bruits lorsque l'arme tire (...) le second, grave et prolongé, est produit par l'onde de bouche (Lar. encyclop.).
Onde balistique. ,,Onde sonore produite par l'ébranlement des couches d'air que traverse le projectile pendant son parcours dans l'espace`` (Lar. 20e).
c) MÉCAN. DES FLUIDES. Onde de choc. ,,Onde matérielle, vibration aérienne créée par une perturbation d'une énergie considérable ou par un corps qui se déplace à une vitesse supérieure à celle du son`` (Uv.-Chapman 1956).
Au fig. Phénomène dont le développement est irrémédiable et dont les conséquences ou les répercussions sont souvent fâcheuses. La dernière crise n'est pas monétaire. Elle est psychologique, elle est politique. L'onde de choc est venue de Wall Street (L'Express,21 mai 1973ds Gilb. 1980).
d) GÉOPHYS. Onde sismique. Onde provenant du choc produit par un tremblement de terre, et qui se propage à l'intérieur ou à la surface de la Terre. Réflexion et réfraction des ondes sismiques (Encyclop. Sc. Techn.t.91973, p.789).
2. PHYS. Ondes électromagnétiques. Ondes dues à des vibrations de nature électromagnétique, qui se propagent en dehors de tout support matériel connu à la vitesse de 300 000 kilomètres/seconde dans l'air ou dans le vide. Ondes électromagnétiques (...). Par ordre de longueur d'onde croissante, ce sont les rayons gamma, les rayons X, les rayons ultra-violets, les radiations de la lumière visible, les rayons infrarouges, et les ondes hertziennes ou de T.S.F. (Uv.-Chapman1956).
a) TÉLÉCOMM. Ondes hertziennes ou de T.S.F. (vieilli) ou radioélectriques ou, absol., ondes. Ondes électromagnétiques dont la longueur varie de quelques millimètres à plusieurs kilomètres, utilisées pour la transmission des messages et des sons. Détection des ondes; récepteur d'ondes. Les ondes hertziennes, le radium, avant qu'on ne les eût découverts (Bourget,Sens mort,1915, p.225).On règle un pendule de Paris sur un pendule de New-York, par la télégraphie sans fil; mais si vite que courent les ondes, je n'entends toujours pas le «top» au moment même où il est envoyé (Alain,Propos,1921, p.314):
6. Moi-même, je n'avais encore jamais entendu parler du radar. Je savais qu'il y avait des avions brouilleurs d'ondes, hérissés d'antennes qui tissaient un rideau mouvant de signaux incompréhensibles autour de chaque formation de bombardement survolant l'Allemagne... Cendrars,Bourlinguer,1948, p.288.
Onde porteuse. Onde dont la fréquence et l'amplitude sont constantes et propres à l'émetteur, utilisée comme support pour les signaux électromagnétiques (d'apr. Neyron 1970).
b) RADIO. Ondes longues (ou grandes ondes), ondes moyennes (ou petites ondes), ondes courtes. Gammes dans lesquelles sont classées les ondes radioélectriques utilisées pour la radiodiffusion. C'est une belle invention. Sept lampes! Vous captez Moscou, hein! en ondes courtes (Arnoux,Paris,1939, p.212).Mr. Harriman, roi des chemins de fer, a chez lui cent postes d'appel. Radios, ondes longues ou courtes, New-York est un orage permanent (Morand,New-York,1930, p.279).
Les ondes. La radiodiffusion. J'assistai, rue V..., de ma chambre, à plat ventre, à la cérémonie mortuaire de la comtesse de Noailles. (J'y assistai par les ondes) (Cocteau,Fin Potomak,1940, p.46):
7. Le 18 juin, parlant à la radio pour la première fois de ma vie et imaginant, non sans vertige, celles et ceux qui étaient à l'écoute, je découvrais quel rôle allait jouer dans notre entreprise la propagande par les ondes. De Gaulle,Mém. guerre,1954, p.131.
Sur les ondes. À la radio. Discours, match retransmis sur les ondes. Une musique légère venait de cesser, la voix du speaker surgit sur les ondes; elle détailla quelques faits brièvement, puis la musique reprit (Roy,Bonheur occas.,1945, p.360).
Mettre en ondes. Réaliser une émission radiodiffusée. (Dict. xxes.). Metteur en ondes. Spécialiste chargé de réaliser une émission radiodiffusée. En réalité, la difficulté de nommer restait majeure. Nous la rencontrions pour intituler les courtes séquences de l'ordre d'une minute que nous offrions aux metteurs en ondes (Schaeffer,Rech. mus. concr.,1952, p.80).Mise en ondes. Réalisation d'une émission radiodiffusée. V. Schaeffer, Rech. mis.concr., 1952, p.46.
Guerre des ondes. En temps de guerre, mesures prises par les belligérants pour exploiter toutes les possibilités de la radio et empêcher l'ennemi de s'en servir. La guerre des ondes prend les formes les plus diverses (...) propagande radiodiffusée (...) brouillage (...) écoute des radiocommunications ennemies (...) chiffrement des messages, camouflage des communications (Quillet1965).
C. − P. anal. (avec le mode de propagation d'une onde), PHYSIOL. Onde musculaire. ,,Contraction localisée se propageant le long de la fibre musculaire striée à la manière d'une onde`` (Méd. Biol. t.3 1972). Ondes péristaltiques*.
D. − Ondes Martenot. Instrument de musique électronique à clavier. Synon. vieilli ondioline.Il est probable qu'après la musique concrète, qui sera allée trop loin, on reviendra aux ondes Martenot, qui n'y étaient pas allées assez fort (Schaeffer,Rech. mus. concr.,1952p.181).
III. − Au fig. [P. réf. au mode de propagation des ondes]
A. − Phénomène physiologique, manifestation sensorielle qui affecte la personne par accès, de façon intermittente. Au plus fort d'un travail, au plus passionnant d'une lecture, soudain une onde chaude parcourait son corps; sa gorge était sèche, ses yeux se troublaient (Arland,Ordre,1929, p.28):
8. ... l'enfant apparaissait. Mais il était arrêté là, par l'étranglement de l'organe (...) la mère poussait violemment, s'épuisait à ce labeur, dans le besoin mécanique de la délivrance; et les ondes douloureuses continuaient à descendre, accompagnées chacune du cri de son obstination, luttant contre l'impossible. Zola,Joie de vivre,1884, p.1096.
B. − Émotion, sentiment qui se manifeste par intermittence chez une personne, ou qui se transmet d'une personne à l'autre, d'un ensemble de personnes à un autre. Onde de fureur, de haine, de sympathie, de timidité. Il s'était rapproché d'elle. Des ondes alternées d'honnêteté et de rouerie, de gravité et de rigolade passaient sur son visage, sans arrêt (Montherl.,J.filles,1936, p.981).Il y avait entre lui et moi des espèces de vibrations, des ondes imperceptibles aux autres (...) qui nous émouvaient lui et moi (Genevoix,Assassin,1948, p.181):
9. Le soir, les Parents terribles ont eu la chance. Tout les aidait. Les ondes du public et celles des artistes se nouaient sur le no man's land de la fosse d'orchestre recouvert d'une bâche. Les comédiens se surpassaient. Les spectateurs avaient du génie. Cocteau,Maalesh,1949, p.194.
REM. 1.
Ondemètre, subst. masc.,télécomm. Appareil servant à mesurer la longueur d'onde d'une émission radioélectrique, ou à régler un poste émetteur ou récepteur sur une longueur d'onde déterminée. Pour connaître la longueur des ondes émises par un poste [radioélectrique], on relie à l'ondemètre le détecteur et l'écouteur (Coustet,T.S.F. prat.,1924, p.123).
2.
Ondique, adj.Qui se propage à la manière des ondes. Le coup d'État n'est pas composé des mêmes courants ondiques que la révolution (L. Daudet,Universaux,1935, p.79).
Prononc. et Orth.: [ɔ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1112 «mouvement sinueux de l'eau agitée» unde (Saint Brendan, éd. E. G. R. Waters, 178); id. «l'eau» (ibid., 948: Les plaies sunt mult parfundes, Dun senglantes sunt les undes); 1549 «la mer» (Ronsard, Odes, I, 17, éd. P. Laumonier, I, 151); 2. ca 1140 «se dit de ce qui rappelle le mouvement de l'eau, ici «soulèvement d'une matière en ébullition» (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 572); 3. 1ertiers xives. a ondes «avec une apparence sinueuse rappelant celle de l'onde (en parlant de cheveux)» (La Lande dorée que le vicomte d'Aunoy fist ds Nouv. Recueil de Contes, éd. A. Jubinal, II, p.180); 1565 d'un tissu (Exéc. testam. de J. de la Fargue, prêtre, A. Tournai ds Gdf. Compl.). II.Fig. xives. «ce qui affecte la personne de manière intermittente» par undes «par saccade (du pouls)» (Bernard de Gordon, IV, 5 ds Littré); xviiies. les ondes de la colère (Bossuet, Sermons, Charité fratern., 1, ibid.). III. 1. 1765 phys. «lignes de surface concentriques dans un fluide qui a reçu une impulsion» (Encyclop. t.11); 1821 ondes lumineuses (Fresnel, Inst. Mém. scienc., t.V, p.342 ds Littré); 1899 ondes hertziennes (H. Poincaré, Théorie Maxwell, p.61); id. longueur d'ondes (Id., ibid., p.71); 1909 onde électromagnétique (Id., Mécan. nouv., p.12); 2. 1948 ondes Martenot «instrument de musique électronique» (P. Devaux, Hist. de l'électr., p.121). Du lat. unda «eau agitée, vague, eau»; fig. «ondes de l'air; agitation d'une foule». Fréq. abs. littér.: 2200. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4933, b) 3572; xxes.: a) 2085, b) 1978. Bbg. Kant (S.). L'Opinion devant un probl. technol.: la presse et l'électr. Nanterre, 1979, p.114, 116, 244, 256, 276, 282.

Onde : définition du Wiktionnaire

Nom commun

onde \ɔ̃d\ féminin

  1. (Physique) Ondulations d’un milieu élastique ou d’un flux électromagnétique. Perturbation d’un milieu qui se propage.
    • Je cherchai donc à me représenter la dualité onde-corpuscule par une image spatiale où le corpuscule serait le centre d’un phénomène ondulatoire étendu. — (Louis de Broglie ; La Physique quantique restera-t-elle indéterministe ? Séance de l’Académie des Sciences, du 25 avril 1953)
    • (Figuré)Rien n’est plus malaisé que l’exploitation méthodique d’un évènement du cœur, rien ne s’amortit plus vite que les ondes d’un coup de foudre. — (Paul Nizan, La Conspiration, 1938, p.44)
    • Les ondes sonores sont des ondulations de l’air produisant le son.
    • Les ondes lumineuses furent considérées comme des ondulations du milieu éthéré élastique, dont on supposait l’existence et par lequel on expliquait les phénomènes lumineux.
    • Les ondes hertziennes sont des ondulations électromagnétique, produites par des décharges électriques et dont la découverte a rendu possible l’invention de la télégraphie sans fil.
    • Les ondes de l’eau de la mer, d’un lac, d’une rivière, qui se déplace en faisant des rides plus ou moins grosses.
  2. (Familier) (Au pluriel) Émission radiophonique ou télévisuelle.
    • Serions-nous ensorcelés par le ton papelard des Raminagrobis, par la traîtrise de ce langage melliflue qui, parfois, nous arrive sur les ondes ? — (Jacques d’Arnoux, Les sectes maçonniques, dans Nouvelles paroles d’un revenant (justice pour Dieu), Nouvelles Éditions Latines, 1965, p. 55)
  3. (Poétique) L’eau, en général.
    • L'onde claire, transparente, limpide, paisible, fugitive d’une source, d’un ruisseau, d’une rivière, d’un fleuve.
    • Elle se regardait dans le cristal d’une onde pure.
  4. (Poétique) La mer.
    • Sur la terre et sur l'onde. — Le vaisseau vogue sur les ondes.
    • Le soleil se cache dans les ondes, sort du sein de l'onde.
    • L'onde amère. — Les nymphes de l'onde.
    • À la merci des ondes. — Au gré de l'onde.
    • Belle Aréthuse, ainsi ton onde fortunée
      Roule au sein furieux d’Amphitrite étonnée
      Un cristal pur et des flots toujours clairs
      Que jamais ne corrompt l’amertume des mers.
      — (Voltaire, La Henriade, 1723)
  5. (Au pluriel) (Figuré) Ce qui présente une surface ridée, alternativement concave et convexe, ce qui a des variations alternatives de teintes qui ressemblent aux ondes de la mer.
    • Moire à grandes, à petites ondes. — Tracer des ondes.
    • Des cheveux en ondes. — Les ondes spirales des colonnes torses. — Les ondes d’un bois veiné.

Nom commun

onde \Prononciation ?\ féminin

  1. Onde (surtout de la mer).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Onde : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ONDE. n. f.
Eau de la mer, d'un lac, d'une rivière, qui se déplace en faisant des rides plus ou moins grosses. Il est principalement d'usage en poésie et désigne l'Eau en général. L'onde claire, transparente, limpide, paisible, fugitive d'une source, d'un ruisseau, d'une rivière, d'un fleuve. Elle se regardait dans le cristal d'une onde pure. Il se dit particulièrement, dans le même langage, de la Mer. Sur la terre et sur l'onde. Le vaisseau vogue sur les ondes. Le soleil se cache dans les ondes, sort du sein de l'onde. L'onde amère. Les nymphes de l'onde. À la merci des ondes. Au gré de l'onde. Poétiq., L'onde noire, Le Styx, le Cocyte. Passer l'onde noire, Mourir.

ONDES, au pluriel, se dit figurément de Ce qui présente une surface ridée, alternativement concave et convexe, ce qui a des variations alternatives de teintes qui ressemblent aux ondes de la mer. Moire à grandes, à petites ondes. Tracer des ondes. Des cheveux en ondes. Les ondes spirales des colonnes torses. Les ondes d'un bois veiné. En termes de Physique, Ondes sonores, Ondulations de l'air produisant le son. Ondes lumineuses, Ondulations du milieu éthéré élastique, dont on suppose l'existence et par lequel on explique les phénomènes lumineux. Ondes hertziennes, Ondulations du même ordre, produites par des décharges électriques et dont la découverte a rendu possible l'invention de la télégraphie sans fil. Longueur d'onde, dans un corps vibrant, se dit de la Distance que franchit le mouvement ondulatoire en se propageant pendant la durée d'une vibration. La longueur d'onde de la lumière violette est d'environ quatre dix-millièmes de millimètre.

Onde : définition du Littré (1872-1877)

ONDE (on-d') s. f.
  • 1Eau qui se soulève. Le vent fait des ondes sur la rivière. Je tremble au seul récit de la tempête furieuse dont sa flotte fut battue pendant dix jours ; les matelots furent alarmés jusqu'à perdre l'esprit, et quelques-uns d'entre eux se précipitèrent dans les ondes, Bossuet, Reine d'Anglet. L'onde approche, se brise et vomit à nos yeux Parmi des flots d'écume un monstre furieux, Racine, Phèdre, V, 6.
  • 2 Fig. Il se dit des passions, des sentiments qui se soulèvent comme une onde. La douleur… a ses vagues impétueuses, qu'elle pousse avec violence ; elle s'élève par ondes ainsi que la mer, et, lorsqu'on la croit apaisée, elle s'irrite souvent avec une nouvelle furie, Bossuet, 1er sermon, passion, 1. Il l'a dite cette injure, il l'a dite d'un ton aigre et méprisant ; les ondes de la colère s'élèvent plus fort…, Bossuet, Sermons, Charité fratern. 1.
  • 3Dans le style élevé, l'eau en général. Quand l'océan troublé vous verra sur son onde Achever quelque jour la conquête du monde, Racine, Alex. III, 6. Sur le bord d'une onde pure, Racine, Athal. II, 9. Ce fleuve soulevé roulant sur nous son onde, Voltaire, Triumv. I, 1. L'onde rajeunit l'arbre, et l'arbre orne son cours ; Et tous deux, s'alliant sous des formes sans nombre, Font un échange aimable et de fraîcheur et d'ombre, Delille, Jardins, III. Les pâles ondes du Tibre, Staël, Corinne, II, 4.

    Particulièrement. La mer. Cet empire absolu sur la terre et sur l'onde, Corneille, Cinna, II, 1. Il peut faire trembler la terre sous ses pas… De ses proscriptions rougir la terre et l'onde, Corneille, Cinna, III, 4. Tout fléchit sur la terre et tout tremble sur l'onde, Corneille, Nicom. III, 2. Ô voyage bien différent de celui qu'elle avait fait sur la même mer, lorsque, venant prendre possession du sceptre de la Grande-Bretagne, elle voyait, pour ainsi dire, les ondes se courber sous elle et soumettre toutes leurs vagues à la dominatrice des mers ! Bossuet, Reine d'Anglet. Et vous, à qui jadis, pour créer l'harmonie, L'Attique, et l'onde Égée, et la belle Ionie, Donnèrent un ciel pur, les plaisirs, la beauté, Chénier, l'Invention.

    L'onde noire, le Styx, voy. NOIR, n° 4.

    Passer l'onde noire, mourir.

  • 4Onde se dit de tout ce qui a un mouvement de soulèvement semblable à celui de la mer. Car le feu dont la flamme en onde se déploie Fait de notre quartier une seconde Troie, Boileau, Sat. VI. Éole des blés jaunissants Agite les ondes dorées, Bernis, Quatre sais. l'Été. Des nœuds de leur ceinture placée au-dessous du sein, elles faisaient naître les ondes d'une draperie élégante, Marmontel, Cont. mor. Mariag. Samn. Le reptile se jette en orbe, monte et s'abaisse en spirale, roule ses anneaux comme une onde, Chateaubriand, Génie, I, III, 2. Quelquefois des nuages, jetés en onde sur le flanc des pyramides, les partagent en deux moitiés, Chateaubriand, ib. VIII, V, 4.

    S. F. pl. Terme de beaux-arts. Lignes composées d'une succession de courbes alternativement concaves et convexes. Les ondes d'une colonne torse, les courbes du profil de cette colonne.

  • 5Il se dit des teintes, des nuances qui imitent une onde. Les ondes de la moire. Les ondes d'un bois veiné. Elle a déterminé Mme de Lesdiguières à prendre une livrée magnifique et modeste ; c'est un fond isabelle… et sur ce fond… elle a mis un large velouté noir de quatre doigts, en onde, Sévigné, à Guitaut, 11 mai 1683. La gorge, la tête, tout le dessus du corps jusqu'au bout de la queue sont noirs ; on voit seulement au dos et aux épaules quelques ondes roussâtres, Buffon, Ois. t. IX, p. 333. Son plumage est très richement émaillé par le fauve jaunâtre et le beau noir qui s'y entremêlent en ondes, en taches et en festons, Buffon, ib. t. XIII, p. 45.

    Ondes, nom donné à des lignes de différentes couleurs, qui vont en serpentant sur la robe d'un coquillage.

  • 6Soulèvement dans une matière solide. Il se forme, à la surface de ces masses, des trous, des ondes, des aspérités ; et au-dessous de la surface il se fait des vides, des cavités, des boursouflures, Buffon, 2e ép. nat. Œuvr. t. XII, p. 101.

    Défaut dans le verre.

  • 7Nom donné aux traces circulaires qui se propagent à la surface d'un liquide qui a été ébranlé dans un de ses points. Lorsqu'on agite l'eau à un endroit de sa surface, on voit se former des ondes qui se propagent circulairement autour d'un centre commun, Poisson, Inst. Mém. scienc. t. I, p. 71. Expériences dans lesquelles on a observé le temps que la première onde produite par l'immersion d'un corps solide d'une figure connue emploie à parcourir un espace égal à un mètre, ID. ib. p. 172. Si l'on agite l'eau en plusieurs endroits à la fois, les ondes produites auront lieu simultanément et sans aucune modification résultant de leur coexistence, ID. ib. t. VIII, p. 574.

    Onde positive, onde marchant dans le sens du mouvement communiqué à un liquide, par l'injection d'une certaine quantité de liquide. Onde négative, onde marchant en sens inverse et produite par le retrait d'une certaine quantité.

    Onde sismique, ondulation du terrain, dans un tremblement de terre.

  • 8 Terme de physique. Ondes sonores, ondulations de l'air, que l'on admet, par analogie avec les ondes de l'eau, pour expliquer les phénomènes du son.

    Onde muette, vibration trop lente pour être perceptible à l'oreille.

  • 9Ondes lumineuses, ondulations qu'on suppose dans un fluide hypothétique, l'éther, et qui ont la propriété de représenter pour le calcul les phénomènes de la lumière. Suivant le système des ondulations, la variété infinie des rayons de diverses couleurs qui composent la lumière blanche provient tout simplement de la différence de longueur des ondes lumineuses, comme les divers tons musicaux de celle des ondes sonores, Fresnel, Inst. Mém. scienc. 1821 et 1822, t. V, p. 342.
  • 10Masse de matière qui double l'épaisseur du cerveau d'une cloche.
  • 11Sorte de levier qui joue sur la barre fendue du métier à bas.

    Ondes d'échappement, sorte de rateau mobile établi à la partie supérieure du métier à tricot.

  • 12Outil à ondes, outil servant en menuiserie à faire les moulures.

SYNONYME

ONDE, FLOT. Onde exprime seulement le mouvement de va-et-vient d'une onde qui se soulève. Le flot ajoute à cette idée quelque chose de plus fort, de plus soulevé.

HISTORIQUE

XIIIe s. En un verger, lez une fontanelle, Dont claire est l'onde et blanche la gravelle, Romanc. p. 37. Il ne veoient pas comment la neif peust souffrir les copz des ondes, Joinville, 192. Esgarde, ne s'enfuit temps aussi comme l'onde, Qui toujours court aval, n'arriere ne soronde ? La folle et la sage.

XIVe s. Devant moi [elle] estoit destressée ; Les tresses blondes Si vont sur les talons à ondes, Lande dorée. Mettez du persil hachié boulir une onde, et dreciez, Ménagier, II, 5. [Dans la pneumonie] le pouls va par undes, difficulté grande de respirer, Bernard de Gordon, (traduction), IV, 5.

XVe s. Le poure cheval beut tant des undes de ceste eau, qu'il mourut tantost, Perceforest, t. III, f° 127.

XVIe s. Les fleuves doux et les undes salées, Marot, II, 58. Tournant la face vers son feu, avisa le vin qui bouilloit à grosses ondes, Yver, p. 567. Passans à travers les galeres des barbares, qui s'escartoient les unes des autres, à cause du vent et de l'agitation des undes de la mer, Amyot, Timol. 26. Cousteau trenchant des deux costez et fait à ondes, D'Aubigné, Hist. III, 299. Elle bouillira une onde seulement, en l'escumant curieusement, De Serres, 226. … mais bien te faut apprendre à danser, à baller, à friser tes cheveux, Les allonger en onde, et les serrer en nœuds, Ronsard, 894.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Onde : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ONDE, s. f. en terme de Physique, est l’assemblage d’une cavité & d’une élévation sur la surface de l’eau ou de tout autre fluide. Voyez Fluide & Ondulation.

On peut concevoir la formation des ondes de la maniere suivante.

La surface de l’eau tranquille étant naturellement plane & parallele à l’horison ; si, de quelque maniere que ce soit, elle vient à se creuser vers le milieu, comme en A (Pl. de l’Hydrodynam. fig. 30.) sa cavité sera aussi-tôt environnée d’une élévation BB. Et le fluide qui compose cette élévation descendant par sa gravité, & allant au-dessous du niveau en vertu de sa vîtesse acquise, il se formera une nouvelle cavité ; mais cette nouvelle cavité ne se peut faire qu’en élevant l’eau des deux côtés, ce qui remplira la premiere cavité, & formera une nouvelle élévation vers C ; & par la dépression de cette derniere élévation, l’eau en formera une nouvelle du même côté. Il y aura ainsi un mouvement successif dans la surface de l’eau, & la cavité qui pousse en avant l’élévation, sera mûe de A vers C. Cette cavité jointe à l’élévation voisine forme ce qu’on appelle une onde, & l’espace occupé par l’onde sur la surface de l’eau, mesuré suivant la direction de l’onde, est appellé la largeur de l’onde.

Comme les lois de ce mouvement ont été déterminées par M. Newton, nous allons en donner la substance.

1°. Lorsque la cavité A, par exemple, est environnée de tous les côtés par une élévation, & que le mouvement dont nous venons de parler s’étend en tout sens, le mouvement des ondes est circulaire.

2°. Supposons à présent que AB (fig. 31.) soit un obstacle contre lequel vient heurter l’onde qui commence en C, & proposons-nous d’examiner le changement que l’eau souffre dans un point quelconque E, lorsqu’elle est arrivée en ce point. Dans tous les lieux où l’onde passe librement, elle s’éleve, forme ensuite une cavité qui se remplit aussi tôt après ; & pendant que la surface du fluide éprouve ce changement, ses parties vont & viennent dans un petit espace. La direction du mouvement est le long des rayons CI, CD, &c. & la vîtesse peut être représentée par la ligne CE. Que ce mouvement soit décomposé en deux autres suivans GE & DE dont les vîtesses soient respectivement représentées par ces lignes ; par le mouvement suivant DE les particules n’agiront pas contre l’obstacle ; mais après le choc elles continueront leur mouvement dans cette direction avec la même vîtesse, & ce mouvement sera représenté par EF, en supposant EF & ED égales entr’elles : mais le mouvement suivant GE étant directement opposé, l’obstacle est détruit entierement. Car quoique les particules qui frappent cet obstacle soient élastiques, elles ne sont pas en cette occasion sujettes aux lois de la percussion des corps à ressort parfait, à cause que les ondes qui se meuvent continuellement en avant & en arriere, n’ont qu’un mouvement progressif, si lent, que le choc des particules contre l’obstacle ne peut changer leur figure. Voyez Percussion.

Mais il y a une réflexion des particules qui vient d’une autre cause. L’eau ne pouvant pas aller en avant à cause de l’obstacle, & étant poussée par celle qui la suit, prend le chemin où elle éprouve le moins de résistance, c’est-à-dire, qu’elle monte ; & cette élévation qui est plus grande en quelques endroits qu’en d’autres, est produite par le mouvement qui se fait suivant la direction GE ; parce que c’est par ce seul mouvement que les particules frappent contre l’obstacle.

L’eau par sa descente acquiert la même vîtesse que celle avec laquelle elle s’étoit élevée, & ses particules sont repoussées par l’obstacle avec la même force dans la direction EG que celle avec laquelle elles le frappent. De ce mouvement & de celui qui se fait suivant EF dont nous venons de parler, il naît un mouvement suivant EH dont la vîtesse est exprimée par la ligne EH qui est égale à la ligne EC. Ainsi par la réflexion la vîtesse de l’onde n’est pas changée, mais seulement sa direction ; son mouvement se faisant alors suivant EH, de la même maniere que, si en pénétrant l’obstacle, elle eût continué son mouvement le long de EH. Si du point C on tire la perpendiculaire CD à l’obstacle, & qu’on la prolonge, ensorte que Dc soit égal à cD, la ligne EH continuée passera par c : & comme cette démonstration convient également à tous les points de l’obstacle, il s’ensuit que l’onde réfléchie a la même figure de ce côté de l’obstacle qu’elle auroit eue par-delà la ligne AB, si elle n’avoit point frappé l’obstacle. Si cet obstacle est incliné à l’horison, l’eau y montera & en descendra en y souffrant un frottement, parce que la réflexion de l’onde sera troublée & même souvent entierement détruite, & c’est là la raison pour laquelle il arrive souvent que les bancs des rivieres ne réfléchissent pas les ondes.

S’il y a un trou comme H dans l’obstacle BL, la partie de l’onde qui y passera continuera son mouvement en ligne droite & s’étendra vers QQ ; & il se formera en ce point une nouvelle onde qui se mouvra dans un demi-cercle dont le centre sera celui du trou. Car la partie supérieure de l’onde qui a passé la premiere par le trou, coule & descend dans le moment vers les côtés, & forme en descendant une cavité qui devient entourée d’une élévation de chaque côté du trou, & qui se meut de la même maniere que nous l’avons expliqué à l’occasion de la premiere onde.

Pareillement, une onde à laquelle on oppose un obstacle comme AO, continue de se mouvoir entre O & N ; mais elle s’étend vers O dans une partie de cercle dont le centre n’est pas loin de O ; & de-là nous pouvons aisément conclure quel doit être le mouvement d’une onde derriere un obstacle quelconque N. Les ondes sont souvent produites par le mouvement d’un corps qui fait des vibrations, & s’étendent encore circulairement, quoique le corps fasse ses vibrations en ligne droite : car l’eau qui s’éleve par l’agitation, forme en descendant une cavité qui se trouve entourée d’élévations de tous les côtés.

Différentes ondes ne se dérangent pas les unes les autres, même lorsque leurs mouvemens suivent différentes directions, c’est ce que l’expérience nous fait connoître tous les jours.

Pour déterminer la vîtesse des ondes, il est à propos d’examiner un autre mouvement de même genre. Imaginons un fluide renfermé dans un tube cylindrique recourbé EH (fig. 32), ensorte que la quantité de fluide contenue dans la branche EF soit plus haute que dans l’autre branche de la partie lE divisée en deux parties égales en i. Il est clair que la liqueur contenue dans la branche EF descendra par sa gravité, en remontant en même tems de la même quantité dans la branche EH, & que lorsque la surface du fluide sera arrivée en i à la même hauteur dans les deux branches ; le fluide, au lieu de rester en équilibre, continuera de se mouvoir par la vîtesse acquise en descendant, & montera dans le tube GH, tandis qu’il descendra dans la branche EF d’une quantité il égale à Ei, à la petite différence près produite par le frottement contre les parois du tube. Dans cette nouvelle position, le fluide qui est dans le tube GH étant le plus haut, descendra par sa gravité, ensorte que le fluide monte & descend ainsi tour-à-tour jusqu’à ce qu’il ait perdu tout son mouvement par le frottement.

La quantité de matiere à mouvoir est tout le fluide contenu dans le tube, la force motrice est le poids de la colonne lE dont la hauteur est toujours double de la distance Ei ; laquelle distance augmente & diminue par conséquent en même raison que la force motrice. Mais la distance Ei est l’espace que parcourt le fluide en arrivant de la situation EH à la situation du repos ; & cet espace est par conséquent comme la force qui agit continuellement sur le fluide. Or si on se rappelle que c’est un principe semblable sur lequel est fondé l’isochronisme de la cycloïde ; on verra de la même maniere que quelle que soit l’inégalité des vibrations du fluide, ces vibrations sont de même durée, & que le tems de ces vibrations est le même que celui des oscillations d’un pendule, dont la longueur seroit la moitié de celle qu’occupe le fluide dans le tube, c’est-à-dire la moitié des lignes E F, F G, G H. Voyez Pendule.

Pour déterminer par ces principes la vîtesse des ondes, considérons différentes ondes qui se suivent immédiatement, comme A, B, C, D, E, F, (fig. 33.) Toutes se mouvant de A vers F ; l’onde A a parcouru toute sa largeur, lorsque la cavité A est arrivée en C ; ce qui ne sauroit avoir lieu sans que l’eau qui est en C ne monte à la hauteur du sommet de l’onde, & qu’elle ne descende ensuite à la profondeur C. Et comme tout ce mouvement ne donne aucune agitation sensible à l’eau qui est au-dessous de la ligne hi, on peut le regarder comme étant de même espece que celui que nous venons d’examiner, & prendre par conséquent, pour le tems que l’eau met à monter & à descendre, c’est-à-dire, pour le tems qu’une onde met à parcourir sa largeur, celui de deux oscillations d’un pendule égal en longueur à la moitié de BC, ou le tems d’une oscillation du pendule qui seroit égal à B, C, D, c’est-à-dire, quadruple du premier.

Ainsi la vîtesse de l’onde dépend de la longueur de la ligne B, C, D, laquelle est d’autant plus grande que l’onde s’étend plus loin & descend plus bas. Dans les ondes fort larges, qui ne s’élevent pas bien haut, les lignes B, C, D different peu de la largeur de l’onde ; & par conséquent le tems que chaque onde met à parcourir sa largeur, est celui qu’un pendule égal à cette largeur mettroit à faire une oscillation. Voyez Oscillation.

Dans les mouvemens des pendules, & par conséquent dans ceux des ondes, les espaces parcourus sont en raison du tems & de la vitesse ; d’où il s’ensuit que les vitesses des ondes sont comme les racines quarrées de leurs largeurs : car comme les tems dans lesquels elles parcourent leurs largeurs, sont dans la raison de ces racines quarrées, il faut aussi que les vitesses soient dans la même raison, afin que le produit des tems par les vitesses, soit comme la largeur des ondes, ou les espaces parcourus. Chambers.

M. Newton, comme nous l’avons dejà dit, est le premier qui ait donné les lois du mouvement des ondes. On les trouve à la fin du II. livre de ses princip. à peu près telles que nous venons de les exposer. Ce philosophe conclut du théorème précedent, que des ondes qui seroient de 3 piés de large, & qui seroient par conséquent de la longueur du pendule à secondes, parcourroient en une seconde un espace égal à leur largeur ; & qu’ainsi dans l’espace d’une minute, ces ondes feroient environ 183 piés, & 11000 piés environ dans une heure. Au reste, j’ajoute que ce théorème n’a lieu que dans l’hypothese que les particules du fluide montent & descendent verticalement dans leurs vibrations ; mais comme elles montent & descendent suivant des lignes courbes, M. Newton avertit que la vitesse des ondes n’est déterminée qu’à-peu-près par sa théorie.

Le même auteur nous donne aussi les lois de la propagation des ondes dans un fluide élastique ; & il en déduit la vitesse du son à peu près telle que l’expérience la donne. Voyez Son, voyez aussi Ondulation. (O)

Ondes, (Conchyl.) on appelle ondes les lignes qui vont en serpentant sur la robe d’une coquille. (D. J.)

Ondes, terme de manufacture ; se dit aussi des différens desseins qui se représentent dans quelques tapisseries que l’on travaille à l’aiguille sur des canevas. On dit les ondes du point de Hongrie, du point de la Chine, du point d’Angleterre ; on les nomme de la sorte, parce qu’ils se continuent en montant & baissant le long de l’ouvrage, à la maniere que les ondes d’une eau courante se suivent les unes les autres. Il y a aussi des bergames à ondes.

Onde, partie du métier à bas. Voyez l’article Métier à bas.

Onde, en terme de Boutonnier ; c’est l’effet que produisent deux fils jettés l’un après l’autre dans le même sens sur un bouton fait aux pointes, voyez Pointes. Les ondes augmentant de 2 tours en 2 tours, forment en montant à la tête du bouton autant de petits échelons, dont l’arrangement en sens contraire, est apparemment la raison qui leur a fait donner ce nom. Combien de choses prennent-elles le nom d’autres avec lesquelles elles ont moins de ressemblance que celles-ci n’en ont entre elles ?

Onde, terme de Calendre ; c’est à l’imitation des ondes qui paroissent sur la superficie de l’eau légérement agitée, que les ouvriers ont donné à divers de leurs ouvrages ou étoffes, des figures qu’ils nomment des ondes.

Dans plusieurs étoffes de soie ou de laine, comme dans les moires, les tabis, les camelots, même dans quelques toiles ou treillis, les ondes se font par le moyen de la calendre, dont les rouleaux gravés appuyant inégalement sur l’étoffe qu’on passe entre deux, s’y impriment plus ou moins, suivant qu’ils la pressent avec plus ou moins d’effort. Savary. (D. J.)

Onde, ou calotte d’une cloche, terme de Fondeur. C’est une partie de matiere qui sert à augmenter l’épaisseur du cerveau, afin de donner plus de solidité aux anses. L’onde ou calotte est de même épaisseur que le cerveau, c’est-à dire d’un corps ou d’un tiers de bord ; mais elle n’a pas le même diametre, il s’en faut un bord & demi de chaque côté. Voyez l’article Fonte des cloches.

Ondes, (Hautelisserie.) petites étoffes de soie, de laine & de fil dont les façons sont ondées, qui se font par les Hautelisseurs de la sayetterie d’Amiens. Elles doivent avoir vingt aunes un quart à vingt aunes & demie de longueur, sur un pié & demi & un pouce de roi de largeur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « onde »

Étymologie de onde - Wiktionnaire

(1100-1125) Du latin unda.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de onde - Littré

Wallon, ombe ; provenç. onda, unda, honda ; espagn. et ital. onda ; du lat. unda, flot ; sansc. uda, eau, de und, être humide.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de onde - Wiktionnaire

Du latin unda (« onde », « eau », « agitation »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « onde »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
onde ɔ̃d play_arrow

Citations contenant le mot « onde »

  • Autour de Julian Bugier, plusieurs invités décryptent et débattent d'un fait d'actualité qui pose question. Aujourd'hui, l’onde de choc après la découverte de la mutation de la covid outre-manche. Europe 1, L’onde de choc après la découverte de la mutation de la covid outre-manche
  • Ensuite Libération pose à la chercheuse cette question : comment rompre la loi du silence ? En sortant du silence et en accueillant la parole des victimes d’inceste et en s’adressant aux hommes à voix haute. Dans l’affaire Kouchner/Duhamel tout le monde savait ou presque dans l’entourage de cette famille recomposée mais tout le monde s’est tu. Pourquoi ? parce que la victime elle-même faisait silence et s’opposait au dévoilement. Ce n’est avec l’autorisation de de son frère que Camille Kouchner a pu sortir du silence. S’en prendre à ceux qui savaient et n’ont rien dit comme le font en ce moment même les petits procureur hystériques de Twitter n’a aucun sens puisqu’il se taisait par respect pour la victime. C’est aussi ça le cercle vicieux de l’inceste. Se taire c’est l’entretenir, en parler c’est souffrir. Il y a donc le silence subi tel que le décrit Camille Kouchner dans les colonne de l’Obs aujourd’hui, et il y a le silence choisi tel que l’Obs toujours décrit cette ruée vers le silence. Radio Classique, Inceste : l'Affaire Olivier Duhamel déclenche une onde de choc - Radio Classique
  • Micro-crèche Onde et Line, 9 route de Dinard, à Pleslin. Contact : microcreche.onde[email protected], 06 95 03 40 66, ondeetline.fr. Le Telegramme, Pleslin-Trigavou : la microcrèche Onde et Line ouvrira en septembre 2021 - Pleslin-Trigavou - Le Télégramme
  • L’onde de choc de l’affaire Duhamel LEFIGARO, L’onde de choc de l’affaire Duhamel
  • Je crois qu’on entend encore dans les entrées d’immeubles l’écho des pas de ceux qui avaient l’habitude de les traverser et qui, depuis, ont disparu. Quelque chose continue de vibrer après leur passage, des ondes de plus en plus faibles, mais que l’on capte si l’on est attentif. De Patrick Modiano / Rue des boutiques obscures
  • D’une manière générale, on attribue une connotation négative à toutes les idées liées à la bienveillance ou aux ondes positives. De David Foenkinos / Le Figaro Magazine, 2 janvier 2015
  • La musique [...] est la vapeur de l'art. Elle est à la poésie ce que la rêverie est à la pensée, ce que le fluide est au liquide, ce que l'océan des nuées est à l'océan des ondes. De Victor Hugo / William Shakespeare
  • Qui serait assez téméraire pour affirmer que nous connaissons et percevons toutes les forces, toutes les ondes et tous les moyens de communications ? De Hubert Reeves / Patience dans l’azur
  • Le comique télé est à l'humour ce que le surgelé est à la grande cuisine, c'est du rire pour micro-ondes. De Guy Bedos / Télérama - 1986
  • Les affaires de désir ont lieu dans le nez : buée, fumée, rosée, ondes, particules, répulsions ou attractions invisibles, odeurs en creux et limaille en l'air. De Philippe Sollers / Passion fixe
  • Chacun de nous est un petit émetteur-récepteur qui s'ignore. Si nos ondes se heurtent violemment, naît le ressentiment. De Michelle Guérin / Le Ruban de Maebius
  • L'amour est un petit bateau Qui s'en va, tout joyeux, sur l'onde, Voguant vers des pays nouveaux Au hasard de sa course vagabonde. De Charles Trenet / Bateau d'amour
  • La gloire est comme un cercle dans l'onde qui va toujours s'élargissant, jusqu'à ce qu'à force de s'étendre, il finisse par disparaître. De William Shakespeare / Henri VI
  • Quelle belle journée ! Je n'ai pas eu à marcher. J'ai été porté par une onde violette. De Dario Fo / Le Figaro, 7 décembre 2019
  • Sur tout l'onde éternelle étale son glacis. La vie la mort sont une même flamme. De Louis Guillaume / Le Point
  • Un four cuit toujours trop ou pas assez. Un micro-onde fait même les deux à la fois. De Loi de Murphy
  • L’amour, c’est une onde de bonheur en cours de matérialisation. De Frédéric Dard / San Antonio
  • Ci-gît un homme dont le nom fut écrit sur l'onde. John Keats, Épitaphe, par lui-même
  • La puissance dépend de l'empire de l'onde. Antoine Marin Lemierre, Le Commerce
  • L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours. Jean de La Fontaine, Fables, le Héron

Traductions du mot « onde »

Langue Traduction
Corse onda
Basque olatu
Japonais
Russe волна
Portugais onda
Arabe موجة
Chinois
Allemand welle
Italien onda
Espagnol ola
Anglais wave
Source : Google Translate API

Synonymes de « onde »

Source : synonymes de onde sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires