La langue française

Objection

Sommaire

  • Définitions du mot objection
  • Étymologie de « objection »
  • Phonétique de « objection »
  • Citations contenant le mot « objection »
  • Images d'illustration du mot « objection »
  • Traductions du mot « objection »
  • Synonymes de « objection »
  • Antonymes de « objection »

Définitions du mot objection

Trésor de la Langue Française informatisé

OBJECTION, subst. fém.

A. − Ce que l'on oppose à une proposition.
1. Argument opposé à une affirmation pour la réfuter. Objection captieuse, décisive, fondamentale, solide, spécieuse; forte objection. [Plutarque] répond très-bien aux objections des épicuriens de son temps, qui, comme ceux du nôtre, rejetaient la providence (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.314).Ces discours étaient si sincères, si sérieux, et il s'y mêla d'abord, de la part d'Harriet, des objections si faciles à réfuter, car elles étaient faites exprès pour l'être... (Gobineau, Pléiades, 1874, p.306).Nous ne pensons pas qu'on croie nous faire une objection sérieuse en nous représentant que la civilisation, déjà une fois perdue avec la chute du monde antique a cependant connu une renaissance (Benda, Trahis. clercs, 1927, p.238).
2. [Souvent avec compl. prép. à] Raison que l'on oppose à une initiative, à une décision ou à une demande pour la repousser. Émettre une objection à, soulever des objections. Il ne pourrait avoir d'objection à une chose agréable pour nous, indifférente pour lui (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.2, 1823, p.442).V. équitable ex. 1:
1. ... cette souffrance immédiate ne doit pas être une objection à la rupture. Non, la seule objection sérieuse à une rupture est −qui le croirait? −celle-ci: à la fin de tout cela il reste qu'il y a une chance, une chance sur cent mais enfin une chance certaine, que dans ce mariage nous soyons heureux tous les deux. Montherl., Démon bien, 1937, p.1303.
[Dans un procès] Faire objection. S'opposer à ce que soit prise en compte une question ou une argumentation de la partie adverse. Quand Osmond expliqua qu'il convenait, pour apprécier les responsabilités, d'évoquer la situation des prisonniers noirs loués au planteur, son adversaire fit objection (M. Denuzière, Bagatelle, Paris, J.-Cl. Lattès, 1981, p.452).[En formule interjective] :
2. Un brouhaha, fait de réflexions irritées, monta dans la salle, et l'avocat de l'Administration cria encore, suivant la formule consacrée: −Objection Votre Honneur! M. Denuzière, Bagatelle, Paris, J.-Cl. Lattès, 1981, p.452.
Objection de conscience. V. conscience II B 1.
B. − Observation faite pour critiquer, condamner; reproche. Mais il avait à se défendre contre des observations et des objections encore plus sensibles pour lui que celles d'un M. Le Nain ou d'un Lamoignon (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.4, 1859, p.66).V. archaïsme ex. 8.
Prononc. et Orth.: [ɔbʒ εksjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 «difficulté que l'on soulève contre une assertion, une proposition» (Dialogue Grégoire, 83, 4 ds T.-L.); b) 1955-56 objection de conscience (R. Born ds Rev. du Droit pénal et de Criminologie, p.719-29 ds Yam.-Kell 1970); 2. 1840 «reproche» (Mérimée, Colomba, p.3). Empr. au b. lat. objectio «action d'opposer; action de reprocher, reproche» lui-même dér. de objectum, supin de objicere (v. objet). Fréq. abs. littér.: 1630. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2770, b) 2008; xxes.: a)2184, b)2178. Bbg. Gohin 1903, p.338.

Wiktionnaire

Nom commun

objection \ɔb.ʒɛk.sjɔ̃\ féminin

  1. Ce que l’on oppose à une affirmation, à une proposition, à une demande.
    • Il n'y eut plus ni objections ni réplique, et le comte, s'apercevant qu'il prêchait dans le désert, s’arrêta lui-même et cessa de parler. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Donner des démentis est à la portée du premier imbécile venu. C'est une forme de l’idémisme, de l'automatisme mental. Mais réfuter une objection ! Voilà qui n'est pas votre fait. — (Belles-lettres: revue mensuelle de lettres françaises, 1923, vol.9, p. 205)
    • Mais à cette réunion, j'eus le tort de présenter mes idées sous une forme édulcorée (la théorie de l'onde-pilote) qui prêtait à de nombreuses objections. — (Louis de Broglie; La Physique quantique restera-t-elle indéterministe ? Séance de l'Académie des Sciences, du 25 avril 1953)
    • Ces conditions sont jugées inacceptables par le gouvernement tunisien. Les alliés passent outre aux objections françaises et livrent les armes promises, le 15 novembre 1957. — (P.-F. Gonidec, Droit d'outre-mer, Éditions Montchrestien, 1959, vol.2, p.80)

Nom commun

objection \əb.ˈdʒɛk.ʃən\

  1. Objection.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBJECTION. n. f.
Ce que l'on oppose à une affirmation, à une proposition, à une demande. Objection forte, solide, fondée, sans réplique, pressante, subtile, spécieuse, ingénieuse. Faire une objection. Résoudre, repousser, réfuter une objection. Répondre à une objection. Prévoir, prévenir une objection. Aller au-devant d'une objection. Insister sur une objection. Il n'y a pas d'objection à cela. Cette objection se détruit, tombe d'elle-même.

Littré (1872-1877)

OBJECTION (ob-jè-ksion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • Difficulté qu'on soulève contre une proposition, contre une assertion. Enfin et voici le fort de l'objection : n'y a-t-il pas des choses ajoutées dans le texte de Moïse…, Bossuet, Hist. II, 13. On n'aime point la piété véritable, parce que, contente des biens éternels, elle ne fait pas la fortune de ceux qui la suivent ; c'est l'objection ordinaire que font à Dieu les hommes du monde, Bossuet, la Vallière. Dès que je m'aperçois que l'on m'entend, j'aime mieux les objections que les applaudissements ; mais je demande, ou qu'on me laisse dans l'oubli, ou qu'on veuille bien prendre la peine de m'entendre, et de me représenter ensuite tel que je suis, Dumarsais, Œuvr. t. I, p. 150. Je me sentirais assez de force pour oser lui faire respectueusement quelques objections, Voltaire, Candide, 13. J'aurais de grandes objections à faire sur ce qu'il me propose ; mais j'aime encore mieux une conclusion qu'une objection ; concluez donc, mon cher ami, Voltaire, Lett. Moussinot, nov. 1737. Prévoir une objection, c'est la réfuter, sans être obligé d'y répondre, Duclos, Consid. mœurs, 4.

HISTORIQUE

XIVe s. Albert fait ici une objection…, Oresme, Eth. 47.

XVIe s. Pour repoulser ces objections là et autres semblables, ils disent que…, Amyot, De la vertu morale, 23.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

OBJECTION. - HIST. Ajoutez : XIIe s. En l'objection de ma question est aoverte cause de raison, li Dialoge Gregoire lo Pape, 1876, p. 83.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « objection »

Du latin objectio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’ancien français objection. [1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. objectio ; espagn. objeccion ; ital. obbiezione ; du lat. objectionem, de objectum, supin de objicere, objecter, proprement jeter en avant, de ob, et jacere, jeter (voy. JET).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « objection »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
objection ɔbʒɛksjɔ̃

Citations contenant le mot « objection »

  • A la liberté de provocation, répond la liberté d'objection. De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • Ma grande objection à l'argent, c'est que l'argent est bête. De Alain / Politique
  • Refuser la liberté d'objection, au nom de la liberté est une pitrerie ou un sophisme ridicule. De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • L'intellectuel est un objecteur de conscience et il est naturel qu'il ait une objection de conscience face au pouvoir qu'il a lui-même réclamé. De Jean Lacouture / Entretien avec Pierre Assouline - Novembre 1986
  • Combattre les objections, ce n'est souvent détruire que les fantômes. De Joseph Joubert / Carnets
  • Objection, objection, objection. , ▷ E-commerce : Écrire une publicité Facebook qui convertit
  • Alors qu’en Nouvelle-Zélande, un référendum sur la loi concernant l’euthanasie doit se tenir en même temps que les élections générales le19 septembre prochain, l'hospice de Nouvelle-Zélande a demandé une audience d'urgence pour savoir s’il pouvait faire valoir l’objection de conscience. , Nouvelle Zélande : loi sur l'euthanasie et objection de conscience | Gènéthique
  • Les recours dont il est question avaient été introduits par deux sages-femmes suédoises qui ne peuvent exercer leur profession parce que leurs demandes de ne pas pratiquer l’avortement sont systématiquement rejetées par leurs employeurs. Ces refus furent validés par les autorités suédoises ; la Suède étant l’un des très rares pays à ne pas reconnaître de droit à l’objection de conscience face à l’avortement. L’avortement y est « libre » jusqu’à 18 semaines et porte sur un cinquième des grossesses. , IVG et objection de conscience : la CEDH refuse de considérer la requête de deux sages-femmes suédoises | Gènéthique

Images d'illustration du mot « objection »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « objection »

Langue Traduction
Anglais objection
Espagnol objeción
Italien obiezione
Allemand einwand
Chinois 异议
Arabe اعتراض
Portugais objeção
Russe возражение
Japonais 異議
Basque eragozpena
Corse ogettazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « objection »

Source : synonymes de objection sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « objection »

Partager