La langue française

Mythe

Sommaire

  • Définitions du mot mythe
  • Étymologie de « mythe »
  • Phonétique de « mythe »
  • Citations contenant le mot « mythe »
  • Images d'illustration du mot « mythe »
  • Traductions du mot « mythe »
  • Synonymes de « mythe »
  • Antonymes de « mythe »

Définitions du mot mythe

Trésor de la Langue Française informatisé

MYTHE, subst. masc.

A. − Récit relatant des faits imaginaires non consignés par l'histoire, transmis par la tradition et mettant en scène des êtres représentant symboliquement des forces physiques, des généralités d'ordre philosophique, métaphysique ou social. Mythe solaire; mythe de Prométhée. Les mythes grecs, parents des mythes sanscrits, n'exprimaient à l'origine que le jeu des forces naturelles (Taine,Philos. art,t.2, 1865, p.203).Orphée est condamné à ne jamais revoir Eurydice, parce qu'il l'a regardée. Ce vieux mythe exprime bien la loi du rythme, qui ramène ainsi et entraîne de belles images du fond des abîmes, mais toujours derrière lui, et sans s'arrêter jamais (Alain,Beaux-arts,1920, p.93):
1. N'est-ce pas assez que, par ce mythe d'Adam, ce mythe de Caïn, ce mythe de la race de Caïn et de la race de Seth, et par tout ce qui suit, il [Moïse] nous ait appris véritablement en quoi consiste la vie, en quoi consiste le bien et le mal! P. Leroux,Humanité,1840, p.623.
En partic. Expression allégorique d'une idée abstraite; exposition d'une théorie, d'une doctrine sous une forme imagée. Mythe de la caverne de Platon. C'est une vieille histoire, cette dualité... Vous vous souvenez de Platon, du mythe de l'«attelage»?... L'un tire à hue, et l'autre à dia... Toute la vie, on se sent écartelé (Martin du G.,Souv. autobiogr.,1955, p.xci):
2. Prétendre est la seule faute; mais je ne crois pas que l'on puisse apprendre cela ailleurs que dans Platon. Le lecteur sérieux croit que Platon se moque. Au vrai sa manière de parler par mythe est une précaution suivie contre le sérieux. Les appliqués sont bornés. Alain,Propos,1932, p.1059.
B. − P. ext.
1. Évocation légendaire relatant des faits ou mentionnant des personnages ayant une réalité historique, mais transformés par la légende. Mythe napoléonien; mythe de Don Juan; le mythe de Pétain. Nana tourne au mythe, sans cesser d'être réelle. Cette création est babylonienne (Flaub.,Corresp.,1880, p.388):
3. ... ce fut surtout le vieux quartier qui, bientôt, leur fit fête, ce quartier dont le petit peuple, touché dans son instinct, sentit la grâce de légende, le mythe profond du couple, la belle jeune fille soutenant le maître royal et reverdissant. On y adorait le docteur pour sa bonté, sa compagne fut vite populaire... Zola,Dr Pascal,1893, p.184.
2. Représentation traditionnelle, idéalisée et parfois fausse, concernant un fait, un homme, une idée, et à laquelle des individus isolés ou des groupes conforment leur manière de penser, leur comportement. Mythe du chef, du héros; mythe de l'argent, du confort, de la minceur, de la vitesse; mythe de la galanterie française; mythe de la grève générale. Il entendait l'énumération de ses propres vertus: − ... Un guerrier de race... de ceux qui brodent sur nos drapeaux l'or impérissable des victoires... Son tour était venu dans le cérémonial d'être transcendé par le mythe du bon général, ami de ses hommes, du grand général infatigable au combat comme aux travaux de paix (Druon,Gdes fam.,t.1, 1948, p.164):
4. Tous ensemble, ils ont ébauché le livre de la servitude et de la grandeur sportives. C'est en vain que Pierre Hamp essaye de lui opposer l'honneur du travail ouvrier, Chamson, l'honneur de la vertu paysanne, et Guéhenno, l'honneur de Caliban. Tous ces mythes sont des spéculations de l'esprit. Au contraire le sport répond à un désir organique. J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p.130.
C. − P. anal.
1. Construction de l'esprit, fruit de l'imagination, n'ayant aucun lien avec la réalité, mais qui donne confiance et incite à l'action. La paix entre la France et l'Allemagne allait être signée le 11 novembre et les prisonniers libérés aussitôt après. Cette rumeur démente fut de toutes celle qui prit le plus de corps, et joua pendant une quinzaine à Beckersbruch le rôle d'un mythe véritable (Ambrière,Gdes vac.,1946, p.69):
5. ... l'économie sans rareté et (...) la société sans contrainte. Ces deux mythes exaltent la pensée et l'action de l'Occident. Notre expérience historique a été et demeure telle que ces mythes sont accueillis par les esprits lucides, réfléchis et probes à la condition seulement qu'ils prennent la mesure de leur vérité historique, dans une action éprouvée et une connaissance vérifiée par les luttes sociales. Perroux,Écon. XXes.,1964, p.463.
2. Fam. Chose rare, ou si rarement rencontrée, qu'on pourrait supposer qu'elle n'existe pas. Je redeviens un littérateur pur et simple. Mon oeuvre n'est plus un mythe. (Un volume de contes, rêvé. Un volume de poésie, entrevu et fredonné. Un volume de critique...) (Mallarmé,Corresp.1871, p.342):
6. Il leur offrit une foule de choses qui jusques-là étaient restées pour eux complétement inédites. Ce fut à compter de ce dîner que le homard cessa d'être un mythe pour Schaunard... Murger,Scènes vie boh.,1851, p.186.
3. Aspiration fondamentale de l'homme, besoin métaphysique. Mussolini, Franco, le peuple de Rome et celui de Barcelone sont joués ici au naturel. Ô mythe du progrès! Voilà l'homme tel qu'il est, la foule telle qu'elle est (Mauriac,Journal 2,1937, p.200).Lui qui ne veut pas de régime populaire, lui qui respecte le mythe de la puissance, il a bien aussi son régime préféré (Brasillach,Corneille,1938, p.294):
7. De ces quelques hommes dont je parlais, les uns m'apparaissent au xiieet au xiiiesiècles. D'autres ont produit l'ardeur et la splendeur de la Renaissance. Les derniers, qui sont nés dans le xviiiesiècle, s'éteignent avec les dernières espérances d'une certaine civilisation principalement fondée sur le Mythe de la Beauté, et sur celui de la Connaissance, l'un et l'autre, créatures ou inventions des anciens Grecs. Valéry,Variété IV,1938, p.95.
Modèle parfait, type idéal représentant des symboles inhérents à l'homme ou des aspirations collectives. Mythe de la femme; mythe de l'innocence. À beaucoup, il apparut comme un revenant; à d'autres, plus jeunes, il faisait figure de mythe devenu soudain palpable (Druon,Gdes fam.,t.2, 1948, p.107).
REM.
Mythicité, subst. fém.Amour, emploi du mythe, du mythisme (infra dér. 2). [Barrès] avait vécu, en artiste et en Lorrain, dans cette atmosphère de la colline de Sion, terre de légende, d'histoire et de mythicité (Thibaudet,Princes lorr.,1924, p.62).
Prononc. et Orth.: [mit]. Homon. mite. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1803 subst. fém. «fable mythologique» (Wailly); 1840 «exposition d'une idée, d'un enseignement sous forme allégorique» (Ac. Compl. 1842); 1874 «représentation idéalisée d'un état passé de l'humanité» (Lar. 19e). Empr. au b. lat. mythos «fable, mythe», gr. μ υ ̃ θ ο ς proprement «suite de paroles qui ont un sens, discours, fiction, mythe». Fréq. abs. littér.: 970. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 568, b) 325; xxes.: a) 932, b) 2905.
DÉR. 1.
Mythifier, verbe.a) Emploi intrans., rare. Instaurer un mythe; faire, créer un mythe. En vérité, il y a tant de mythes en nous et si familiers qu'il est presque impossible de séparer nettement de notre esprit quelque chose qui n'en soit point. On ne peut même en parler sans mythifier encore (Valéry,Variété II,1929, p.232).b) Emploi trans. Transformer (quelqu'un, quelque chose) en mythe; donner (à quelqu'un, à quelque chose) un aspect, une dimension mythique. Il est vrai que la neige restait candide sur les corniches, les becs de gaz et les stores en tôle des hôtels particuliers qui bordent cette cité minuscule [la cité Monthiers], cité que notre pente à mythifier et à grandir ce qui s'éloigne, me pousse toujours à décrire et à dessiner beaucoup plus vaste. Le gaz qui clignote ajoutait sa touche scélérate (Cocteau,Portr.-souv.,1935, p.109). [mitifje], (il) mythifie [mitifi]. 1reattest. 1929 (Valéry, loc. cit.); de mythe, suff. -ifier*.
2.
Mythisme, subst. masc.a) Science des mythes. Hérodote et Tite-Live devaient être tenus pour des historiens sérieux, Homère devait passer pour un poète individuel, avant que l'étude comparée des littératures eût révélé les faits si délicats du mythisme, de la légende primitive, de l'apocryphisme (Renan,Avenir sc.,1890, p.297).b) Esprit mythique. Le rêve nocturne est la source où s'alimente la poésie; il est en même temps celle du merveilleux et celle des mythes: le cauchemar, fait aussi bien d'enchantements que d'épouvantes, «sème des soleils dans le ciel; il bâtit pour en approcher des villes plus hautes que la Jérusalem céleste; il dresse pour y atteindre des avenues resplendissantes aux degrés de feu... Voilà tout le mythisme d'une religion» (Béguin,Âme romant.,1939, p.340). [mitism̭]. 1resattest. 1834 «sciences des mythes» (Boiste), 1840 «abus des explications mythiques» (Ac. Compl. 1842); de mythe, suff. -isme*.
BBG.− Symboles 1969, p.16. _ Halpern (B.). Myth and ideology in modern usage. History and theory. 1961, t.1, pp.129-149.

Wiktionnaire

Nom commun

mythe \mit\ masculin

  1. Récit fabuleux contenant en général un sens allégorique.
    • […] : l’Atlantide. Que cette contrée ait existé, cela est hors de doute. Mais il paraît certain qu’elle avait déjà disparu, bien avant l’apparition de l’homme sur la terre, et que la prétendue races des « Atlantes » n’est qu’un mythe. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., page 15)
    • En général, les intellectuels arabes musulmans, y compris ceux de gauche, ne sont pas parvenus à rappeler à leur public que la laïcité en politique était à l’ordre du jour dans l’histoire islamique après Mahomet ou après ses prophéties, contrairement aux mythes de l’historiographie islamique […]. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 109)
    • Vêtus de feuilles, les derniers bardes folklorisaient à l'envi, mais le goût des mythes, la mise en place des aventures, des épopées, l'instinct d'aller voir dans les âmes désertaient la lande […]. — (Charles Le Quintrec, La Bretagne de Charles Le Quintrec, Éditions C. Bonneton, 1984, p. 118)
  2. (Familier) (Par analogie) Chose dont on entend parler mais qu’on ne voit jamais.
    • Troisième mythe, celui de la voiture autonome. Depuis quelques mois une petite musique s’insinue dans nos oreilles. La technologie supposée révolutionner le monde de l’automobile n’est pas près de sortir de sa phase de test. — (Philippe Escande, High-tech : « les trois mythes technologiques de 2019 », Le Monde. Mis en ligne le 25 octobre 2019)
  3. (Par extension) Construction intellectuelle qui permet la cohésion d'un groupe humain ou son action.
    • On peut indéfiniment parler de révoltes sans provoquer jamais aucun mouvement révolutionnaire, tant qu’il n’y a pas de mythes acceptés par les masses ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, page 38)
    • Et elle repose, selon le père Émile Shoufani, grec catholique, sur un concept erroné ou tout au moins obsolète : les chrétiens de Terre sainte. Un mythe. — (Catherine Dupeyron, Chrétiens en Terre sainte : Disparition ou mutation, Albin Michel, 2007, chapitre 2)
    • C'est cette rupture dans le savoir — […] — qui a fait de Galilée le symbole même du scientifique, et comme toute figure emblématique, une part de mythe lui est rattachée (on lui attribue notamment cette fameuse phrase — qui précisément n'aurait pas été murmuré — juste après sa condamnation « Et pourtant elle tourne » comme preuve de sa ténacité scientifique). — (Muriel Montagut, « Des sciences et des hommes », dans La recherche clinique en sciences sociales, sous la direction de Vincent de Gaulejac, Florence Giust-Desprairies & Ana Massa, Toulouse : Eres, 2014)
    • Mythologie du village français ? Oui, complètement ! C’est même drôle à quel point nous recouvrons la réalité par des métaphores et des mythes. Actuellement, ce sont l’image de la guerre et de l’abri qui dominent. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
  4. (Familier) Personne connue et admirée de tout le monde grâce à son prestige.
    • Le proviseur est un mythe au collège.

Nom commun

mythe

  1. Mythe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MYTHE. n. m.
Récit fabuleux contenant en général un sens allégorique. Le mythe de Prométhée. Un mythe oriental. Il se dit aussi, familièrement, d'une Chose dont on entend parler mais qu'on ne voit jamais. C'est un mythe.

Littré (1872-1877)

MYTHE (mi-t') s. m.
  • 1Trait, particularité de la Fable, de l'histoire héroïque ou des temps fabuleux.
  • 2Particulièrement, récit relatif à des temps ou à des faits que l'histoire n'éclaire pas, et contenant soit un fait réel transformé en notion religieuse, soit l'invention d'un fait à l'aide d'une idée. Le mythe est un trait fabuleux qui concerne les divinités ou des personnages qui ne sont que des divinités défigurées ; si les divinités n'y sont pour rien, ce n'est plus mythe, c'est légende ; Roland à Roncevaux, Romulus et Numa, sont des légendes; l'histoire d'Hercule est une suite de mythes. Il n'est pas nécessaire que le mythe soit un récit d'apparence historique, bien que c'en soit la forme la plus ordinaire.
  • 3 Fig. et familièrement. Ce qui n'a pas d'existence réelle. On dit qu'en politique la justice et la bonne foi sont des mythes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mythe »

Du latin mythos, lui-même emprunté au grec ancien μῦθος, mûthos (« fable »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Μῦθος, récit, légende.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mythe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mythe mit

Citations contenant le mot « mythe »

  • Une civilisation débute par le mythe et finit par le doute. De Emil Michel Cioran / La Chute dans le temps
  • Le bonheur est un mythe inventé par le diable pour nous désespérer. De Gustave Flaubert / Lettre à Louise Colet
  • Le temps brise et disperse la réalité, ce qui reste devient mythe et légende. De Nuto Revelli / Le Disparu de Marburg
  • L'humanité n'est même plus une légende, elle est un mythe. De Romain Gary
  • Le vandalisme est rentré dans le mythe de notre époque De Gérard Garouste / France Inter, 19 juin 2015
  • Le fait d’être accessible ne casse pas du tout le mythe De Michel Polnareff / M6
  • Pour détruire la racine du mythe, il faut anéantir la semence même de l'homme. De Robert Marteau / Mont-Royal
  • Un voyage, c’est une folie qui nous obsède, nous emporte dans le mythe. De Sylvain Tesson / Lire, 1er janvier 2015
  • Tout état doit se créer une utopie lorsqu'il a perdu le contact avec le mythe. De Ernst Jünger / Héliopolis
  • Le couple repose sur un mythe fusionnel. Comme si nous ne faisions qu’un. Alors que nous sommes définitivement deux. De Denis Robert / Le bonheur
  • Nous ne prétendons donc pas montrer comment les hommes pensent dans les mythes, mais comment les mythes se pensent dans les hommes, et à leur insu. Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le cuit, Plon
  • Jouir comme la foule du mythe inclus dans toute banalité, quel repos […]. Stéphane Mallarmé, Poèmes en prose, Un spectacle interrompu
  • Le mythe de Rimbaud, comme tout mythe traditionnel, antique ou primitif, est encouragement de l’homme à repousser, à transcender ses limites. De Claude Jeancolas / Passion Rimbaud
  • La courtisane est un mythe. Jamais une femme n'a inventé une débauche. De Gustave Flaubert / Lettre à Louise Colet
  • C'est une mission de l'intellectuel que d'empêcher la métamorphose d'un moyen politique en article de foi, en mythe. Claude Aveline, Les Devoirs de l'esprit, Grasset
  • On ne devient homme véritable qu'en se conformant à l'enseignement des mythes, en imitant les dieux. Mircea Eliade, Le Sacré et le profane, Gallimard
  • Et si le mythe c'était la vérité ? Valery Larbaud, A. O. Barnabooth, Journal intime , Gallimard
  • Les mythes signifient l'esprit qui les élabore au moyen du monde dont il fait lui-même partie. Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le cuit, Plon
  • La création est de toute façon un mythe puisque personne au sens strict n'invente jamais rien. De Gérard Bessette / Le Semestre
  • L’immoralité est un mythe inventé par les honnêtes gens pour expliquer la curieuse attirance qu’exercent les autres. De Oscar Wilde / Formules et maximes
  • La religion participe souvent du mythe du progrès qui nous protège des terreurs d’un futur incertain. De Frank Herbert / Dune
  • Un mythe possède donc de nombreux éléments de l’ordre de l’imaginaire, comme des dieux, des êtres et créatures fabuleux, et reposant aussi sur des croyances. Durant les périodes ou les lieux où des mythes sont actifs, on croit en leur véracité et des cultes leurs sont souvent liés. Si la plupart des mythologies sont associées à l’antiquité et ont laissé place à d’autres croyances, elles ont laissé de nombreux héritages encore présents dans les cultures. Dol Celeb, Définition du mythe, de la mythologie, fonction et exemples
  • Le parcours photographique et plastique totalement onirique proposé par Benjamin Deroche dans les jardins de l’abbaye de Jumièges s’inspire du mythe du Loup vert, tel qu’il nous est rapporté par le Journal d’Auguste Luchet, en 1837. www.paris-normandie.fr, Benjamin Deroche explore le mythe du loup à l’abbaye de Jumièges jusqu’à l’automne
  • Le public se précipite. Les aficionados collectionnent les statuettes, les affiches, les autographes. Les frères Salkind, en producteurs avisés, ont engagé le réalisateur et la plupart des acteurs pour des suites. Les versions successives iront en s’appauvrissant. Mais le mythe demeure.Vendredi 10 juillet à 20h50 sur RTL9. Film fantastique de Richard Donner (1978). Avec Christopher Reeve, Margot Kidder, Gene Hackman. 2h26. François Forestier L'Obs, « Superman », la naissance d’un mythe
  • Un ton offensif, qui n'a en réalité guère surpris du côté de l'électricien EDF. "La plupart des problématiques soulevées figuraient déjà dans les travaux de Jean-Martin Folz", souligne un porte-parole du groupe. Le rapport en question, commandé par EDF et remis à l'automne dernier, démontait le mythe de l'excellence française dans l'atome.   LExpansion.com, Filière nucléaire : Flamanville ou le mythe de l'excellence française - L'Express L'Expansion

Images d'illustration du mot « mythe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mythe »

Langue Traduction
Anglais myth
Espagnol mito
Italien mito
Allemand mythos
Chinois 神话
Arabe أسطورة
Portugais mito
Russe миф
Japonais 神話
Basque mitoa
Corse mitu
Source : Google Translate API

Synonymes de « mythe »

Source : synonymes de mythe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mythe »

Partager