La langue française

Mutiler

Sommaire

  • Définitions du mot mutiler
  • Étymologie de « mutiler »
  • Phonétique de « mutiler »
  • Citations contenant le mot « mutiler »
  • Traductions du mot « mutiler »
  • Synonymes de « mutiler »
  • Antonymes de « mutiler »

Définitions du mot mutiler

Trésor de la Langue Française informatisé

MUTILER, verbe trans.

A. − Qqn ou qqc. mutile qqn (de qqc.) ou qqc.
1. [L'obj. désigne une pers., un animal ou une partie du corps] Priver (d'un membre, d'un organe externe); infliger une blessure grave qui porte atteinte à l'intégrité physique de. Synon. amputer, estropier.Mutiler (qqn) au visage, à la jambe. Mutiler quelqu'un d'un bras, d'un pied (Ac.). Ce lâche qui mutilait un cheval pour se venger d'un soufflet (Mérimée,Colomba, 1840, p.134).Il s'était dit parmi eux que les insurgés mutilaient les prisonniers, et qu'il y avait dans le cabaret le cadavre d'un soldat sans tête (Hugo,Misér., t.2, 1862, p.497):
1. Un ingénieur avait dit un jour à Rivière, comme ils se penchaient sur un blessé, auprès d'un pont en construction: «Ce pont vaut-il le prix d'un visage écrasé?». Pas un des paysans, à qui cette route était ouverte, n'eût accepté, pour s'épargner un détour par le pont suivant, de mutiler ce visage effroyable. Saint-Exup.,Vol nuit, 1931, p.120.
P. métaph.:
2. Développer chez l'enfant le sens critique (...). Rien de mieux contre le «nazisme». Les gens de ce pays paraissent à ceux du Nord presque indifférents et insensibles à la catastrophe qui mutile la France. Gide,Journal, 1940, p.41.
Emploi pronom. réfl. Porter atteinte (quelquefois volontairement) à son intégrité corporelle. Les Romains (...) se mutilant pour ne plus servir et se coupant les doigts (Vigny,Journal poète, 1861, p.1364).
Emploi pronom. réfl. indir. Tu me fais l'effet de ces lâches soldats Qui pour ne pas servir se mutilent un bras! (Augier,Jeunesse, 1858, p.403).
2. En partic. [L'obj. désigne une pers.] Châtrer, émasculer. Plautien, ministre de Sévère, en mariant sa fille au fils aîné de l'Empereur, fit mutiler cent Romains libres, dont quelques-uns étoient mariés et pères de famille (Chateaubr.,Génie, t.2, 1803, p.579).
3. P. anal. [L'obj. désigne un arbre, un élément de la végétation] Dépouiller des branches nécessaires au développement, porter atteinte à la forme de. Les ronces, les rosiers, les arbres fruitiers y poussaient pêle-mêle, et leurs pousses vigoureuses, que ne mutilait jamais le ciseau du jardinier, s'entre-croisaient sur les allées jusqu'à les rendre impraticables (Sand,Valentine, 1832, p.56).Le tombeau de Sainte-Hélène a déjà usé un des saules (...): l'arbre décrépit et tombé est mutilé chaque jour par les pélerins (Chateaubr.,Mém., t.2, 1848, p.673).
B. − P. anal. Qqn ou qqc. mutile qqc.
1. [L'obj. désigne un inanimé concr., en partic. une oeuvre d'art] Détériorer, endommager gravement. Synon. défigurer, dégrader, massacrer (fam.).Mutiler un monument, un tableau, un paysage, un quartier. Il (...) mutilait les crayons avec son canif (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.805).La chambre des ducs est au-dessus du caveau sépulcral. Les Bernois en avaient mutilé les lambris (Hugo,Rhin, 1842, p.410).
2. En partic. [L'obj. désigne une oeuvre littér.] Altérer gravement en retranchant une partie essentielle ou en apportant de nombreuses modifications qui dénaturent. Synon. amputer, tronquer.Mutiler un texte, les vers d'un poème. Tu as raison, Zoé; je mutilais le texte et j'omettais un endroit considérable (A. France,Bergeret, 1901, p.48).
Emploi abs. Dans l'obligation d'abréger ce qu'il [l'auteur] m'a confié, je mutile sans cesse, c'est-à-dire, je gâte (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.989).
[P. méton. de l'obj.] Vous voyez ces mêmes philosophes [du dernier siècle] embarrassés souvent par cet écrivain [Bacon] (...) se permettre même de le mutiler hardiment ou d'altérer ses écrits (J. de Maistre,Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.518).
C. − Au fig. Qqn ou qqc. mutile qqn (de qqc.) ou qqc.
1. [L'obj. désigne un inanimé abstr.]
a) Altérer gravement en omettant ou en déformant un élément essentiel. Synon. déformer, tronquer.Mutiler un fait, un récit; mutiler la pensée de. La morale de l'intérêt mutile la vérité: elle choisit parmi les faits ceux qui lui conviennent et elle répudie tous les autres, lesquels sont précisément les éléments mêmes de la moralité (Cousin,Vrai, 1836, p.281).Cette thèse [de la vie dans la matière inorganique] se soutient sans doute, si l'on mutile la définition de la vie, si on la réduit, par exemple, à l'idée de la croissance et de la conformation pures et simples, propriétés déjà inhérentes aux corps appelés bruts (Boutroux,Contingence, 1874, p.83).
b) Réduire, priver d'un élément essentiel. Ces libertés (...) Richelieu les mutila d'abord, puis les abolit (Tocqueville,Anc. Rég. et Révol., 1856, p.334).On ne peut enchaîner ensemble les volontés de deux êtres qu'en mutilant l'une d'elles, sinon toutes les deux (Rolland,J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1456).
2. [L'obj. désigne une pers.] Ôter une partie nécessaire, priver de quelque qualité essentielle, d'un élément de la personnalité. Synon. amoindrir, dégrader, diminuer.Mutiler la nature humaine. Ces impulsions vertueuses qui mutilent l'âme et l'appauvrissent (Massis,Jugements, 1923, p.92).Le drame du mariage, ce n'est pas qu'il n'assure pas à la femme le bonheur qu'il lui promet (...) c'est qu'il la mutile; il la voue à la répétition et à la routine (Beauvoir,Deux. sexe, t.2, 1949, p.284).
Emploi pronom. réfl. [La femme] pouvait ne pas se marier, vivre en homme, remplir en tout et partout le rôle d'un homme; mais à quoi bon se mutiler, nier le désir, se mettre à part de la vie? (Zola,Travail, t.2, 1901, p.320).Chacun ne combat l'autre qu'en se mutilant lui-même (Lacroix,Marxisme, existent., personn., 1949, p.3).
Mutiler qqn de qqc.Priver d'un élément essentiel. Mutiler l'homme d'une passion, c'est comme si on lui coupait un membre (Zola,Travail, t.2, 1901, p.215).Ce qui est (...) exact, c'est qu'elle [la femme] souhaite mutiler l'homme de ses projets, de son avenir (Beauvoir,Deux. sexe, t.2, 1949, p.266).
Prononc. et Orth.: [mytile], (il) mutile [mytil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1334 «retrancher un membre ou une partie du corps» (Bibl. Éc. des Ch., 4esérie, t.II, p.58 ds Gdf. Compl.); 1680 se mutiler «se châtrer» (Rich.); 1823 verbe pronom. «s'estropier» (Boiste); 2. 1559 «faire une dégradation partielle d'une oeuvre d'art» (Amyot, Alc., 33 ds Littré); 3. av. 1702 «porter atteinte à la vérité» (Bossuet, Sermons, Haine de la vérité, 2, ibid.); 4. 1765 «faire des retranchements dans un texte» (Encyclop.); 5. fin xives. part. passé mutilé des deux yeux «aveugle» (Bouteiller, Som. rur., p.820 ds La Curne); 1845 part. passé subst. plur. (Besch.). Empr. au lat. mutilare «mutiler, retrancher, couper», «estropier (les mots)», «diminuer, amoindrir». Fréq. abs. littér.: 175.
DÉR.
Mutilateur, -trice, adj. et subst.(Chose ou personne) qui mutile. a) [Correspond à supra A] Fourbes exécuteurs, Alchimistes, bourreaux, prêtres, mutilateurs, (...) Décomposant à l'œil, sous leurs coupables mains, La sève de l'hysope et le sang des humains (Lamart.,Chute, 1838, p.1022).Chérouvier va publier un article sur cette histoire des balles mutilatrices (Duhamel,Cécile, 1938, p.42).b) P. anal. [Correspond à supra B] Je demandois (...) Que (...) Chaque branche, en dépit des vieux décorateurs, Et des ciseaux mutilateurs, Pût rendre un libre essor à son luxe sauvage (Delille,Convers., 1812, p.332).c) Au fig. [Correspond à supra C] Croiser l'unité de temps à l'unité de lieu comme les barreaux d'une cage, et y faire pédantesquement entrer (...) tous ces faits (...) que la providence déroule à si grandes masses dans la réalité! (...) tout cela mourra dans l'opération; et c'est ainsi que les mutilateurs dogmatiques arrivent à leur résultat ordinaire (Hugo,Préf. Cromwell, 1827, p.22). [mytilatoe:ʀ], fém. [-tʀis]. 1resattest. 1. 1512 «qui mutile» (J. Lemaire de Belges, De la Différence des Schismes ds Œuvres, éd. J. Stecher, t.3, p.234); 2. 1766 «qui se rend coupable de dégradations» (J.-M. Papillon, Traité hist. et pratique de la grav. sur bois, t.1, p.149); de mutiler, suff. -(at)eur2*.
BBG.Gohin 1903, p.265 (s.v. mutilateur). _ Quem. DDL t.4 (s.v. mutilateur).

Wiktionnaire

Verbe

mutiler \my.ti.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Retrancher un membre ou quelque autre partie extérieure du corps.
    • Mutiler quelqu’un d’un bras, d’un pied.
    • Qui l’a ainsi mutilé?
  2. Enlever un morceau, une partie d'œuvres d’art, d'ouvrages de l’esprit.
    • Mutiler une statue.
    • On a mutilé ce chapiteau.
  3. (Figuré) (Par extension) Défigurer.
    • Ce tableau a été mutilé à coups de couteau.
    • Mutiler un texte.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MUTILER. v. tr.
Retrancher un membre ou quelque autre partie extérieure du corps. Mutiler quelqu'un d'un bras, d'un pied. Qui l'a ainsi mutilé? Le participe passé s'emploie substantivement. Les mutilés de la guerre. Il se dit aussi en parlant des Œuvres d'art, des ouvrages de l'esprit. Mutiler une statue. On a mutilé ce chapiteau. Ce tableau a été mutilé à coups de couteau. Mutiler un texte.

Littré (1872-1877)

MUTILER (mu-ti-lé) v. a.
  • 1Priver de quelque membre. Après qu'il l'eut fait ainsi mutiler par tout le corps, il commanda qu'on l'approchât du feu, et qu'on le fît rôtir dans la poêle pendant qu'il respirait encore, Sacy, Bible, Machab. II, VII, 5. Je leur dis quelquefois que tout est le mieux du monde ; mais ceux qui ont été ruinés et mutilés à la guerre n'en croient rien, ni moi non plus, Voltaire, Hist. d'un bon bramine. Il [l'homme] mutile son chien, son cheval, son esclave, Rousseau, Ém. I. Achille mutile son ennemi, et l'insulte après l'avoir abattu, Chateaubriand, Génie, II, II, 7.

    Par extension. Mutiler un arbre, en retrancher les branches nécessaires. Mutilait sans pitié les tiges inégales Dont la tête orgueilleuse ombrageait leurs rivales, Delille, Conversat. ch. III.

    Fig. Comme nous la touchons [la vérité inhérente en nous] de plus près [que la vérité en Dieu], et que nous pouvons, pour ainsi dire, mettre nos mains dessus, nous pouvons aussi pour notre malheur la mutiler et la corrompre, la falsifier et l'obscurcir, Bossuet, Sermons, Haine de la vérité, 2.

  • 2 Absolument. Châtrer. Plautien, en mariant sa fille au fils aîné de l'empereur, fit mutiler cent Romains libres, Chateaubriand, Génie, IV, VI, 13.
  • 3 Par extension, détruire partiellement un ouvrage d'art. On a mutilé ce tableau à coups de couteau. Mutiler une statue. Cessez de mutiler tous ces grands monuments, Voltaire, Orphel. II, 5.
  • 4 Fig. Faire éprouver à une œuvre littéraire des retranchements ou des déformations comparées à la mutilation des corps. Je vous demanderai qu'il ne soit pas permis aux comédiens de mutiler mes pièces ; vous savez qu'il y a des gens qui croient en savoir beaucoup plus que moi et qui substituent leurs vers aux miens, Voltaire, Lett. Richelieu, 22 juill. 1767. J'eus le désagrément dont M. de Malesherbes ne m'avait pas prévenu, de voir horriblement mutiler mon ouvrage, et empêcher le débit de la bonne édition, jusqu'à ce que la mauvaise fût écoulée, Rousseau, Confes. X.
  • 5Se mutiler, v. réfl. Se couper quelque membre, et aussi se châtrer.

HISTORIQUE

XIVe s. Et ainsi fu lidit poure homme mahengnié et mutilez, Bibl. des chartes, 4e série, t. II, p. 58. Ung adveugle ou ung mutilé, le Songe du vergier, I, 182. Si est assailly ou tué ou mutilé de ses ennemis, ib.

XVe s. Et en voit-on plusieurs mourir et mutiller, en faisant ledit ouvrage, tant pour la puanteur qui est esdites mines, comme pour les autres perils, qui sont d'aller sous la terre minant, Lett. patent. du 30 mai 1413. Et personnes de tous mestiers Sont tuit fraint par beauté de femmes, Et maint en ont esté infame, Mutilé, mors et affolez, Deschamps, Miroir de mariage, p. 92.

XVIe s. Ilz deposerent qu'Alcibiades et autres siens familiers avoient ainsi tronçonné et mutilé quelques autres images, Amyot, Alc. 33. Les mutilés [en tératologie] ce sont aveugles, borgnes, bossus, boiteux, ou ayans six doigts à la main ou aux pieds, ou moins de cinq, ou joints ensemble, Paré, XIX, Préf.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MUTILER, v. act. terme d’Architecture, c’est retrancher la saillie d’une corniche de quelque ordre que ce soit, ou quelques membres. On dit alors un ordre mutilé, qui n’a pas tous ses membres ou moulures. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mutiler »

Lat. mutilare, de mutilus ; grec, μύτιλος et μίτυλος, μιτύλλω, couper, mutiler, qu'on rapporte au radical sanscrit , détruire, périr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Du latin mutilare (« retrancher, mutiler »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mutiler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mutiler mytile

Citations contenant le mot « mutiler »

  • L'amour c'est comme la vérité. Vouloir l'expliquer c'est l'altérer, c'est la mutiler. De Dominique Lévy-Chédeville / Gaspard de la nuit des étoiles
  • Dans un communiqué, le RN assure qu'alors qu'"une vague de faillites et de licenciements s'annonce pour l'automne, la France décide de se mutiler financièrement pour nourrir une vision idéologique et antinationale de l'Europe appelée 'Union européenne'". Europe 1, "Macron ne sait pas négocier" : l'opposition étrille le plan de relance européen
  • Hassoun, 58 ans, est un Palestinien né au Liban. En 2007, il a été reconnu coupable de complot en vue d’assassiner, d’enlever et de mutiler des personnes dans un pays étranger avec Jose Padilla, qui est toujours emprisonné. News 24, Les États-Unis expulsent un homme après avoir poussé à des stalles de détention illimitées - News 24
  • C’est notamment la libération de dopamine qui l’a confortée dans son désir de s’auto-mutiler. Aussi appelée «hormone du bonheur», la dopamine sécrète beaucoup d’énergie mais aussi de l’agressivité. Elle est notamment stimulée par plusieurs facteurs tels que la consommation de drogues, la nourriture ou encore le sport. «L’automutilation en faisait partie, les tatouages aussi», a expliqué l'actrice. «La dopamine comprend le mot dope pour une bonne raison, c’est que l’on se sent bien», a indiqué Paris Jackson. , Paris Jackson se confie à propos de ses tentatives de suicide
  • Le 23 juin dernier un détenu de 20 ans meurt brûlé vif au quartier disciplinaire de la maison d'arrêt de Villepinte. Il est 19 h 30, lorsqu'une fumée noire s'échappe de sa cellule dans le bâtiment B. Ses cris de douleur et ses appels à l'aide transpercent les murs et glacent d'effroi les autres prisonniers. Il était pourtant particulièrement surveillé et aussi très perturbé. Il lui arrivait souvent de se mutiler. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour recherche des causes de la mort. Elle est toujours en cours. leparisien.fr, Après la mort d’un détenu, la sécurité incendie de la prison de Villepinte en accusation - Le Parisien
  • « La pression est maximale dans les Hautes-Alpes, la Lozère et le Cantal. C’est là, qu’aujourd’hui, le loup fait de l’»over-killing», du « sur-killing ». Quand le loup attaque en prédateur, il y revient, il en fait trop, il ne s’arrête pas. Les éthologues l’ont démontré : le loup est programmé pour ça. Quand il attaque un troupeau, il ne se contente pas de tuer une ou deux brebis, ce qui suffirait à nourrir toute la meute : non, il va toutes les attaquer, les mutiler, c’est plus fort que lui. C’est son comportement biologique, son instinct, un arc réflexe. Au XIXe siècle, on savait ça, le loup était l’ennemi public n° 1. Au XXIe, on l’a totalement oublié, il n’y a plus de mémoire collective directe… Ce qu’on a aussi oublié, c’est que les victimes du loup sont toujours les plus pauvres : au XIXe, ce sont les enfants qui gardaient les troupeaux, ce sont eux qui se faisaient égorger. Aujourd’hui, le maillon faible, ce sont les bergers, les plus pauvres de nos paysans. , Retour du loup : « Le péché originel, c’est le déni… » - Toulon.maville.com
  • En pleine crise sanitaire, un Égyptien a été accusé d’avoir fait mutiler génitalement ses trois filles mineures. Il avait pris comme prétexte… le coronavirus. Le père de famille leur a expliqué qu’un médecin allait venir les vacciner contre la Covid-19. Mais, elles ont à la place reçu une drogue qui les a rendu inconscientes, relatait dimanche 7 juin The Independent. Le médecin leur a alors mutilé les parties génitales. La mère des trois filles, divorcée du père, a donné l’alerte. Le parquet a « ordonné le renvoi d’un procès pénal urgent » envers le médecin et le père. Le chef du Centre du Caire pour le développement et le droit, Entessar el-Saeed, a qualifié cette poursuite d’ « encourageante ». Il précise à The Independent que « les filles et les mères sont devenues plus conscientes des dangers de la procédure ». Valeurs actuelles, Un Egyptien profite du coronavirus pour faire mutiler sexuellement ses filles | Valeurs actuelles
  • « Au début, tu crois que (te mutiler) ça fait du bien, mais avec le temps, tu réalises que ça te détruit de l’intérieur et qu’il y a beaucoup de conséquences », raconte-t-elle. Le Journal de Montréal, Désespérée au point de se mutiler | Le Journal de Montréal

Traductions du mot « mutiler »

Langue Traduction
Anglais mutilate
Espagnol mutilar
Italien mutilare
Allemand verstümmeln
Chinois 残废
Arabe تشويه
Portugais mutilar
Russe расправа
Japonais 切断する
Basque mutilate
Corse mutila
Source : Google Translate API

Synonymes de « mutiler »

Source : synonymes de mutiler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mutiler »

Partager