La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « mutilé »

Mutilé

Définitions de « mutilé »

Trésor de la Langue Française informatisé

MUTILÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de mutiler*.
II. − Adjectif
A. −
1. [En parlant d'une pers., d'un animal] Dont l'intégrité physique est irréversiblement détruite par la perte d'un ou plusieurs membres ou organes externes, ou à la suite d'une blessure grave. Synon. amputé, blessé, estropié.Cadavre mutilé. Olivier d'Auterme et plusieurs autres seigneurs (...) crevèrent les yeux aux mariniers, et les envoyèrent tout mutilés aux gens de la ville (Barante,Hist. ducs Bourg., t.1, 1821-24, p.173).La dépouille mutilée de Louis XVI (Chateaubr.,Mém., t.4, 1848, p.570).
2. [En parlant d'une partie du corps] Bras mutilé; jambe, main, tête mutilée. La reconstruction des organes mutilés (Lautréam.,Chants Maldoror, 1869, p.291):
1. On m'arracherait les bras et les jambes, que, comme le serpent, les morceaux mutilés de Philippe se rejoindraient encore et se lèveraient pour la vengeance. Musset,Lorenzaccio, 1834, III, 3, p.180.
3. P. anal. [En parlant d'un arbre, d'un élément de la végétation] Dont la forme originelle est irréversiblement perdue; dépouillé des branches nécessaires au développement. Des bouquets de troncs mutilés marquant la place de bois fameux (Maurois,Silences Bramble, 1918, p.248).Le grand cèdre (...) est toujours là, vieux géant mutilé qui défie encore les orages (Green,Journal, 1945, p.119).
B. − P. anal.
1. [En parlant d'un inanimé concr., en partic. d'une oeuvre d'art] Gravement détérioré, endommagé. Synon. défiguré, dégradé, massacré (fam.).Édifice, monument, tableau mutilé; statue mutilée. Quelques restes informes et mutilés de mes bagages (A. France,Bonnard, 1881, p.302):
2. Cette pauvre fontaine est honteusement mutilée et dégradée; la colonne centrale était chargée de figures exquises dont il ne reste plus que les torses, et par-ci, par-là, un bras ou une jambe. Hugo,Rhin, 1842, p.380.
2. [En parlant d'une oeuvre littér.] Qui a été gravement altéré par des suppressions ou des modifications. Synon. altéré, amputé, modifié, partiel, tronqué.Récit, texte mutilé; vers mutilés. La censure du coup d'État victorieux a tronqué leur compte rendu et a fait publier par ses historiographes cette version mutilée comme étant la version exacte (Hugo,Hist. crime, 1877, p.82).Son article, altéré, défiguré, mutilé, paraissait, à son regard, à peu près méconnaissable (Duhamel,Combat ombres, 1939, p.133).
C. − Au fig.
1. [En parlant d'un inanimé abstr.]
a) Gravement altéré. Synon. défiguré, déformé, partiel, tronqué.Réalité mutilée. L'historien présentera-t-il les faits dans leur complexité (...). Il les représentera dénués de presque toutes les particularités qui les constituent, par conséquent tronqués, mutilés (A. France,Jard. Épicure, 1895, p.140).Un courant religieux (d'ailleurs laïcisé et mutilé) qui naît en Israël, et s'épanouit dans l'Évangile (Vedel,Dr. constit., 1949, p.243).
b) Dont une partie a été supprimée; rendu incomplet, fragmentaire, insuffisant. Synon. incomplet, partiel, tronqué.Le petit fils de Louis XIV consentant à devenir le premier des élus de la nation et à tenir d'un serment fait au peuple un pouvoir renouvelé et mutilé (A. de Broglie,Diplom. et dr. nouv., 1868, p.169).Les révoltés (...) brûlés du désir de la vraie vie, frustrés de l'être et préférant alors l'injustice généralisée à une justice mutilée (Camus,Homme rév., 1951, p.130):
3. Celui que j'étais à vingt ans est quelqu'un que je ne connais presque plus (...). Saurais-je seulement lui parler, à cet inconnu? Je n'ai de lui qu'un souvenir mutilé. Tantôt il lui manque le coeur, tantôt l'imagination; il n'est jamais là tout entier. Green, Journal, 1942, p.181.
2. [En parlant d'une pers. et, p. méton., d'un aspect de la personnalité] Privé de quelque qualité, d'un élément de la personnalité. Synon. amoindri, dégradé, diminué.Nadine se sent mutilée quand elle accepte sa féminité et aussi quand elle la refuse, dis-je. C'est ce qui rend ces rapports si difficiles pour vous (Beauvoir,Mandarins, 1954, p.353):
4. ... là où l'individu est soumis à la loi de l'ensemble par la force et par l'habitude, et non point par la seule raison, l'humanité est basse et mutilée. C'est donc seulement par l'abolition du capitalisme et l'avènement du socialisme que l'humanité s'accomplira. Jaurès,Ét. soc., 1901, p.136.
III. − Substantif
A. − Personne qui a été mutilée. Synon. amputé, estropié.Giddenem avait caché les mutilés derrière les autres. Hamilcar les aperçut: − «Qui t'a coupé le bras, à toi? (...)» (Flaub.,Salammbô, t.1, 1863, p.152).
Mutilé de + subst. désignant la partie du corps atteinte.
P. métaph. Je pressens ce que le coeur éprouve lorsque la terre où nous avons joué enfants devient cette mutilée de la face que les années de paix ne guériront pas; lorsque les vieux murs sacrés de notre maison laissent échapper de leurs flancs ouverts cette part de notre être, la plus secrète, la plus préservée (Mauriac,Journal occup., 1940, p.308).Il y a des amputations mentales, (...) un certain nombre de Français sont des mutilés de l'esprit, des bacillaires du jugement (L'Œuvre, 16-17 juin 1941).
Mutilé (de guerre, du travail). Personne qui, par suite de guerre ou d'accident du travail, est amputée ou porteuse de séquelles motrices. Places réservées aux mutilés. Cette dame n'est pas mutilée de guerre? (Alain,Propos, 1924, p.585).L'autre [de ces jeunes hommes], mutilé de guerre (un œil perdu) (Pesquidoux,Livre raison, 1932, p.51).
En partic. Homme castré. L'eunuque bat des mains, ébloui d'épouvante (...). Et le mutilé rit à la plaie éternelle! (Hugo,Fin Satan, 1885, p.788).
B. − P. anal., rare. Arbre déchiqueté. Un de ces arbres (...) un de ces vieux mutilés du Bocage, un châtaignier étêté depuis plus de deux cents ans (...) fut fendu (...) par la foudre (A. France,Livre ami, 1885, p.186).
Prononc.: [mytile]. Fréq. abs. littér.: 524. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 946, b) 793; xxes.: a) 593, b) 638.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MUTILER. v. tr.
Retrancher un membre ou quelque autre partie extérieure du corps. Mutiler quelqu'un d'un bras, d'un pied. Qui l'a ainsi mutilé? Le participe passé s'emploie substantivement. Les mutilés de la guerre. Il se dit aussi en parlant des Œuvres d'art, des ouvrages de l'esprit. Mutiler une statue. On a mutilé ce chapiteau. Ce tableau a été mutilé à coups de couteau. Mutiler un texte.

Littré (1872-1877)

MUTILÉ (mu-ti-lé, lée) part. passé de mutiler
  • 1À qui on a retranché quelque membre. Qu'ai-je fait pour me voir ainsi Mutilé par mon propre maître ? La Fontaine, Fabl. X, 9. Cette dame fut saisie par les gardes du roi et livrée à Amestris, qui lui fit couper les mamelles, la langue, le nez, les oreilles et les lèvres, et la renvoya ainsi mutilée à la maison de son mari, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 281, dans POUGENS.

    Substantivement. Personne mutilée. Un mutilé. Des mutilés.

    Terme d'entomologie. Se dit des élytres, quand ils sont courts et qu'ils ont l'air d'avoir été coupés.

  • 2Se dit des monuments d'art ou de lettres qui ont subi quelque dommage. Et ce n'est pas un dieu comme vos dieux frivoles, Insensibles et sourds, impuissants, mutilés, Corneille, Poly. IV, 3. Toutes les statues de Mercure qu'on voyait de forme carrée à l'entrée des maisons et des temples [à Athènes], se trouvèrent mutilées en une nuit, et particulièrement au visage, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 629, dans POUGENS. Le 1er livre [de Longus], que tout le monde sait être mutilé dans les éditions, me parut entier dans ce manuscrit, Courier, Lett. à M. Renouard.
  • 3Qui a subi des retranchements, en parlant d'une œuvre littéraire. Comédie mutilée par la censure.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MUTILÉ. Ajoutez :
5Un objet en métal poli est dit mutilé, lorsqu'il présente de légères dégradations à sa surface extérieure.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mutilé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mutilé mytile
mutilée mytile

Citations contenant le mot « mutilé »

  • Un sentiment bien circonscrit est un sentiment mutilé. De Paul Valéry / Mélanges
  • Androgyne mutilé, je cherche désespérément dans les mots ma moitié perdue. De Claude Courtot / Une épopée sournoise
  • Parmi les animaux qui ont perdu la vie dans ces conditions atroces, différents profils et des animaux souvent habitués à la présente de l'être humain. Le 12 février, un jeune cheval de 4 ans nommé Gold des Luthiers a été retrouvé mort et mutilé dans le lycée agricole de de Château-Salins en Moselle. L’animal se trouvait avec quinze autres chevaux dans un enclos. LCI, Des chevaux mutilés puis tués dans toute la France : policiers et gendarmes face à "un grand mystère" | LCI
  • Depuis le début de l’année, des chevaux ou autres équidés sont retrouvés morts, la plupart du temps mutilés à l’oreille, dans plusieurs départements de France. Une jument et un âne ont récemment subi le même sort en Seine-Maritime  SudOuest.fr, Chevaux morts à l’oreille coupée : la série continue avec deux nouvelles victimes en Seine-Maritime
  • Une dizaine de chevaux ont été retrouvés morts et mutilés ces derniers mois dans toute la France. Le Figaro.fr, Un groupe de tueurs de chevaux terrorise les éleveurs

Traductions du mot « mutilé »

Langue Traduction
Anglais mutilated
Espagnol mutilado
Italien monco
Allemand verstümmelt
Chinois 被肢解
Arabe مشوه
Portugais mutilado
Russe изуродованный
Japonais 切断された
Basque mutila
Corse mutilata
Source : Google Translate API

Synonymes de « mutilé »

Source : synonymes de mutilé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mutilé »

Mutilé

Retour au sommaire ➦

Partager