La langue française

Mugir

Sommaire

  • Définitions du mot mugir
  • Étymologie de « mugir »
  • Phonétique de « mugir »
  • Citations contenant le mot « mugir »
  • Images d'illustration du mot « mugir »
  • Traductions du mot « mugir »
  • Synonymes de « mugir »

Définitions du mot mugir

Trésor de la Langue Française informatisé

MUGIR, verbe

I.− Emploi intrans.
A.− [Le suj. désigne un animal de l'espèce bovine] Pousser le cri prolongé, vibrant, grave et sonore qui lui est propre. Synon. beugler, meugler.L'onagre a-t-il crié, le bœuf a-t-il mugi quand ils ont eu de l'herbe? (Hugo, Fin Satan,1885, p. 906):
1. Aux champs, au fond des terres même, l'absence de bruits n'est jamais entière. Un chien aboie, un taureau mugit de désir en rôdant, une bête maraudeuse jette son cri de chasse... Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 182.
B.− P. anal. Émettre un cri ou un bruit comparable à un mugissement. Synon. hurler, gronder, rugir; crier, brailler.
1. [Le suj. désigne un animal autre qu'un bovin] Ils reverront le fleuve échappé des grands monts, Où nage en mugissant l'hippopotame énorme (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 184).Dans les soirs d'Amsterdam, lorsque la brume arrive Sur le fauve jardin, plein d'exaltations, Et qu'on entend mugir vers leur lointaine rive La panthère alanguie et les tristes lions (Noailles, Éblouiss.,1907, p. 23).
2. [Le suj. désigne une chose] Faire entendre un bruit ou un son puissant et prolongé. J'entendis un torrent mugir et rouler une vocifération patoise, sonore, caillouteuse (Arnoux, Paris,1939, p. 175).J'étais comme le passager attardé qui entend mugir la sirène (Gracq, Syrtes,1951, p. 199):
2. ... après une pause, l'orgue assisté de deux contrebasses mugissait, emportant dans son torrent toutes les voix, les barytons, les ténors et les basses... Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 5.
Au fig. [Le suj. désigne un élément de la vie intellectuelle ou morale] S'exprimer, se manifester avec violence. Qu'est-ce que ce drame? Une première pierre peut-être de l'édifice dramatique qui mugit dans ma tête (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1855-56, p. 30).Nous nous connaissons sans doute un peu plus clairement qu'autrui, mais chacun doit descendre en soi-même et à mesure qu'il descend les ténèbres s'épaississent jusqu'au tuf obscur, au moi profond, où s'agitent les ombres des ancêtres, où mugit l'instinct ainsi qu'une eau sous la terre (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 188).
3. [Le suj. désigne une pers.] Pousser des cris violents; parler ou chanter avec une force excessive. Mugir de joie. On (...) voyait remuer des mourants à demi calcinés et mugissant de douleur (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 476).Et le train filait toujours (...). Nous approchions de la nuée [Paris]. Des noms s'illuminaient (...). Les doux bêlaient, les aigres miaulaient, les gras mugissaient, les maigres rugissaient (Valéry, Soirée avec M. Teste,1895, p. 85).
II.− Emploi trans., rare. Exprimer, dire, chanter quelque chose, en criant avec une force excessive. Si, malheureusement, une servante venait à passer, il reprenait sa voix de stentor et mugissait : « Allez-vous-en! Allez-vous-en! Fermez la porte! » (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 78).Chez Colonne, la lénitive madame de Granval (...) nous a servi son Chant du Reître, mugi par le pauvre Auguez (Willy, Bains de sons,1893, p. 74).Mais Ladourd retombe lourdement sur sa chaise, secoue la tête comme le taureau qui compte ses banderilles, mugit son indignation (H. Bazin, Mort pt cheval,1949, p. 105).
Prononc. et Orth. : [myʒi:ʀ], (il) mugit [myʒi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xiiies. (Gautier de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, 250); 2. 1507 « produire un bruit comparable à un mugissement » (O. de St-Gelais, Eneide, fo140b, éd. 1529 ds Gdf. Compl.); 3. 1744 verbe trans. je mugis des vers (Favart, Acajou, I, 4 ds Littré). Réfection d'apr. le lat. mugire « mugir, beugler; retentir, crier avec violence », de l'a. fr. muir, muire, même sens (xiie-xives. ds Gdf., T.-L.). Fréq. abs. littér. : 342. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 796, b) 515; xxes. : a) 459, b) 220.

Wiktionnaire

Verbe 1

mugir \my.ʒiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Sens propre) Pousser son cri, en parlant des bovins.
    • Ses concitoyens le regardaient comme un homme d’une grande opulence. Il possédait cinquante feddans de bonne terre ; cinq gamousses, dix bœufs mugissaient dans ses étables. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
  2. (Figuré) Donner de la voix, quand on la force et qu’elle approche du mugissement, pour un humain.
    • Cet homme mugissait de colère, de fureur, de rage, de douleur.
    • (Par extension) Le fracas de l’orchestre leur arrivait, assourdissant. Par instants, les violons dominaient le vacarme qu’ils semblaient apaiser, caresser, contenir, mais le saxo, le piston, la clarinette et surtout la trompette […] se mettaient ensemble à mugir et à pétarader de telle sorte que personne ne parlait plus. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  3. (Figuré) Faire le bruit des flots de la mer, des vents, des torrents, etc., quand ils sont violemment agités.
    • En effet, on entendait la tempête mugir autour de la maison. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Rien n’a pu effacer le souvenir de la sauvagerie de la pointe du Raz et de la Baie des Trépassés, et l’horreur fascinante de la mer mugissant dans l’enfer de Plogoff. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)

Verbe 2

mugir \my.ʒiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Sens propre) Pousser son cri, en parlant des bovins.
    • ...où des vaches insomniaques mugissent leur nostalgie des passages à niveau. — (Frédéric Dard, San-Antonio Les années 1960 : L’Intégrale, Univers Poche, 2015 → lire en ligne)
    • Les conques mugissent leur appel de mort. — (Charles Renel, La coutume des Ancêtres, Bibliothèque malgache, 2015 → lire en ligne)
  2. (Figuré) Faire le bruit des flots de la mer, des vents, des torrents, etc., quand ils sont violemment agités.
    • L'Océan mugit son immensité. — (Alexandre Dumas, Les morts vont vite, édition augmentée, Arvensa Éditions, 2015, page 27 → lire en ligne)
    • C'est qu'aux noirs horizons la lutte inapaisée / Mugit son cri terrible et répand sa rosée — (Daniel Bernard, Les Virelais, 1865, page 242 → lire en ligne)
  3. (Figuré) Donner de la voix, quand on la force et qu’elle approche du mugissement, pour un humain.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MUGIR. v. intr.
Il se dit proprement du Cri du taureau, des bœufs et des vaches. On entendait mugir les taureaux. Il se dit, figurément, de la Voix humaine, quand on la force et qu'elle approche du mugissement. Cet homme mugissait de colère, de fureur, de rage, de douleur. On dit plutôt aujourd'hui Rugir. Il se dit aussi, figurément, du Bruit que font les flots de la mer, les vents, les torrents, etc., quand ils sont violemment agités. On entendait mugir les flots. Le vent mugit dans les voiles. Ce torrent s'élance en mugissant à travers les précipices.

Littré (1872-1877)

MUGIR (mu-jir) v. n.
  • 1Il se dit proprement du cri du taureau, des bœufs, des vaches et d'animaux analogues. Le monstre bondissant Vient aux pieds des chevaux tomber en mugissant, Racine, Phèd. V, 6. Le taureau ne mugit que d'amour ; la vache mugit plus souvent de peur et d'horreur que d'amour, Buffon, Quadrup. t. I, p. 199.
  • 2 Fig. Il se dit de la voix humaine quand on la force d'une façon excessive. Il mugissait de fureur. Lorsqu'il entend de loin d'une gueule infernale La chicane en fureur mugir dans la grand'salle, Boileau, Sat. VIII. Ils [les acteurs] vous jouent, ils vous défigurent… un autre mugit, un autre fait les beaux bras, et la pièce va au diable, Voltaire, Lett. Chabanon, 22 déc. 1766.

    Activement. Et je mugis des vers en étouffant ma voix, Favart, Acajou, I, 4.

  • 3Produire un bruit formidable. Sitôt que la pointe première Se discerna de la lumière, La terre se mit à mugir, Et fit pâlir et non rougir, Scarron, Virg. VI. Les murs en sont émus, les voûtes en mugissent, Boileau, Lutr. III. Les vents déchaînés mugissent avec fureur dans les voiles, Fénelon, Tél. IV. La mer, mugissant, ressemblait à une personne qui, ayant été longtemps irritée, n'a plus qu'un reste de trouble et d'émotion, étant lasse de se mettre en fureur, Fénelon, ib. L'onde turbulente Mugit de fureur, Rousseau J.-B. Cantate, Circé. L'astre brillant du jour à l'instant s'obscurcit ; L'air siffle, le ciel gronde, et l'onde au loin mugit, Voltaire, Henr. I. Quand le Vésuve commence à mugir et à rejeter les matières dont il est embrasé, Buffon, Hist. nat. Preuv. théor. terre, Œuv. t. I, p. 205. L'enfer mugit d'un effroyable rire, Béranger, Ange exilé. Fit asseoir l'espérance où mugit la tempête [le cap de Bonne-Espérance], Delavigne, Paria, I, 1. Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes, Lamartine, Médit. le Lac. Quand l'ouragan mugit, quand des monts brûlants s'ouvrent, Hugo, Odes, I, 11.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XIIIe s. Cele beste me veut destruire, Que je voi là crier et muire, Unicorne et Serpent.

XIVe s. Quand il les amenoit, aucunes des vaches du farat [troupeau] commencierent à muir, Bercheure, f° 9. Je sui trestouz certains, les gens nous maudiront, Et contre nous à Dieu les bestes muiront, Girart de Ross. V. 4075.

XVIe s. Alors la voix est empeschée, tellement que si peu qui leur en demeure, c'est en mugiant et balbutiant, et requerant aide et secours, s'ils pouvoient parler, Paré, XIX, 33. Quand le bœuf hausse le muffle vers le ciel et mugit, Paré, Animaux, I, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MUGIR, v. n. MUGISSEMENT, s. m. (Gram.) c’est le cri du taureau ; il se dit aussi des flots agités par la tempête, d’un homme transporté de fureur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mugir »

(Verbe 1) (XIIIe siècle) Du latin mugire (« faire meuh ») → voir muir en ancien français.
(Verbe 2) (XIIIe siècle) Du latin mugire (« faire meuh ») → voir muir en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin mugire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et esp. mugir ; ital. muggire ; du lat. mugire, qui est une onomatopée, comme le grec μυϰάομαι, mugir, et le sanscr. muj, sonner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mugir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mugir myʒir

Citations contenant le mot « mugir »

  • Entendez-vous dans nos campagnes, mugir ces féroces soldats, qui viennent jusque dans nos rangs égorger nos fils nos compagnes... lindependant.fr, (VIDÉO) Émeutes à Londres - Attaque à l'épée, voitures de police saccagées, 15 agents blessés : nuit de violences dans le quartier de Brixton - lindependant.fr
  • Quant à ces féroces soldats, je le dis, ce n'est pas pour cafter, mais y font rien qu'à mugir dans nos campagnes. De Pierre Desproges
  • « Aujourd’hui, on entend mugir trahison et ce n’est pas étonnant. En soutenant aujourd’hui les travailleurs en lutte, on peut dire que notre député LREM Éric Bothorel a la mémoire courte. La macronie porte une lourde responsabilité. C’est elle qui a aussi finalisé la casse du Code du travail qui facilite ces nombreuses suppressions d’emplois. Cette fois-ci, la saignée est si importante à Lannion qu’il en va de la survie du site ». Le Telegramme, Plan social chez Nokia Lannion : la France Insoumise avec les salariés le 4 juillet - Lannion - Le Télégramme
  • Mais l’animal politique n’a pas tardé à resurgir. Sans mugir. Ni rugir. Plutôt discrètement et à sa façon : celle d’un parrain. L’heureux filleul n’était autre que Yannick Jadot. Borloo l’avait repéré lors du Grenelle de l’environnement en 2007, du temps où Jadot officiait pour Greenpeace, et il avait apprécié son pragmatisme. « Il ne donne pas de leçons aux autres. Donc, il n’est pas de gauche », disait-il !…. Selon lui, Jadot est un homme libre, capable d’échapper aux dérives sectaires et aux zizanies des écologistes pour les sortir de leurs scores à 5 % quand ils se rabougrissent et se divisent. Et les mener à leur potentiel, qui va au-delà des 20 %. Le Telegramme, [Débat] Et revoilà Borloo ! - Débats - Le Télégramme
  • Les fans s’arracheront les cheveux en relevant les aberrations qui se bousculent d’une scène à l’autre. Citons pêle-mêle le fait de voir l’Espagne concourir en demi-finale (alors qu’elle fait partie des qualifiés d’office pour la finale), un candidat entouré de six personnes lors de sa performance (le règlement interdit d’être plus de six sur scène) ou des jurys internationaux distribuant des 12 points à l’issue de la demi-finale (alors que ce cérémonial est propre aux finales). C’est peut-être un détail pour vous mais pour qui sait citer de mémoire le nom des dix derniers candidats chypriotes, ça fait mugir beaucoup. , « Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga » : Une comédie Netflix bien loin de la réalité du concours
  • ̶  Ainsi, j’errais et je me nourrissais de songes. C’est pourquoi, d’ailleurs, la troisième semaine, je me décidai à filer en banlieue. Pourquoi pas Saint-Germain-en-Laye ?  ̶  Pour y retrouver le souvenir de François Ier ?  ̶  Non : des haricots d’Espagne, qui font une soupe délectable. Je fis une brève apparition à la gare et j’en sorti épouvanté. Du monde jusque sur les tampons des voitures ! Au portillon d’accès, une belle affiche : « Le mois dernier, 8 morts et 38 blessés. Soyez prudents ! » Je le fus et m’en allai prendre l’autobus. II venait de partir. Deux heures d’attente. Le suivant était complet avant de s’ébranler. Quatre heures. Départ, enfin : à nous la liberté ! Aux environs de la Malmaison, où l’oublieuse Joséphine dansa avec le tsar de toutes les Russies, panne. Inutile de réparer : le gaz s’était perfidement enfui et chaque fois que le conducteur essayait de remettre le moteur en marche, on eût dit des rafales de mitrailleuse. Il ne me restait plus qu’à attendre l’autobus suivant. Le voici. Il arrive, il est presque vide. Quelle veine ! À ce moment précis, les sirènes se mettent à mugir. L’autobus stoppe : pour une belle alerte, ce fut une belle alerte. Elle dura trois heures trois quarts. SI bien que fourbu, crotté et grelottant car une vilaine pluie s’était naturellement mise à tomber j’arrivai sur le coup de minuit chez ma cousine… — La cousine aux haricots ? — On ne saura jamais combien la faim peut renforcer le sentiment de la famille ! Ah ! mon ami, les belles vacances passées là ! Les plus belles dis ma vie ! J’ai regagné ce cher Paris à pied, comme un compagnon du Tour de France — Mais, dites-moi, le Tour de France ? Vous n’aviez pas de bicyclette ? — Tiens, je n’y ai même pas songé ! Et puis pour en avoir une en ce temps-là, il fallait au moins être millionnaire… Books, Été particulier

Images d'illustration du mot « mugir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mugir »

Langue Traduction
Anglais roar
Espagnol rugido
Italien ruggito
Allemand brüllen
Chinois
Arabe هدير
Portugais rugido
Russe рев
Japonais 轟音
Basque orroa
Corse ruggini
Source : Google Translate API

Synonymes de « mugir »

Source : synonymes de mugir sur lebonsynonyme.fr
Partager