La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « mitiger »

Mitiger

Définitions de « mitiger »

Trésor de la Langue Française informatisé

MITIGER, verbe trans.

A. − Vieilli. Rendre moins acide. Synon. édulcorer.Mitiger par du sucre l'acidité d'un citron (Ac.1935).
MÉD. Atténuer les effets de quelque chose. Le vinaigre pourra (...) être employé (...) comme un moyen propre à mitiger l'action du sinapisme (Nélaton,Pathol. chir., t.1, 1844, p.33).
B. − Au fig., vieilli et littér.
1. Rendre quelque chose moins pénible, moins douloureux pour quelqu'un. Synon. adoucir, édulcorer.Mitiger un châtiment, une peine. Après avoir cherché des demi-mots pour mitiger l'annonce fatale, il finit cependant par lui tout dire (Stendhal,Chartreuse,1839, p.345).
− Dans le domaine jur.Obéir avait peut-être chance de faire mitiger la sentence. Désobéir était obliger à aggraver celle-ci (Maritain,Primauté spirit.,1927, p.85).
Emploi pronom. passif. Tous [les événements] se mitigent ou s'aggravent, suivant les besoins d'une cause ou selon le tempérament de l'écrivain qui les manie (Huysmans,Là-bas, t.1, 1891, p.30).
2. Rendre quelque chose moins absolu ou moins rigoureux (au plan doctrinal ou éthique). Synon. tempérer.Ce fameux système de la grâce générale, qui mitige tout le jansénisme (Sainte-Beuve,Port-Royal, t.4, 1859, p.481).
3. Rendre quelqu'un moins violent, moins entier. Synon. calmer, modérer, retenir, tempérer.Tout indique qu'il était doux, modéré, de bon conseil, plus fait pour mitiger et retenir celle qu'il dirigeait que pour la pousser aux extrêmes (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.2, 1850, p.114).
[P. méton. du compl. d'obj.] Un bon moyen d'attacher à la Révolution les familles riches ou du moins de mitiger leur haine (Stendhal,H.Brulard, t.1, 1836, p.305).
C. − P. ext., vieilli
1. [Le suj. désigne une pers.] Mêler quelque chose à quelque chose pour le rendre moins pur, moins austère. Elle mitige sa lecture par l'éducation de ses serins, par la conversation avec son chat (Balzac, Œuvres div., t.3, 1840, p.218).
2. [Le suj. désigne un inanimé] Se mêler à quelque chose de manière à le rendre moins pur. Elle [l'eau] élimine les choses qui pourraient mitiger son reflet (Rodenbach,Règne silence,1891, p.46).Le triomphe du vainqueur était mitigé par le peu de cas qu'il faisait de la valeur du vaincu (Pergaud,De Goupil,1910, p.27).
Emploi pronom. passif. Les tempéramens se combinent et se mitigent de cent manières différentes. On n'en rencontre presque point qui soient exempts de mélange (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t.1, 1808, p.47).
REM.
Mitigeur, subst. masc.Robinet à réglage instantané de température d'eau pour appareils sanitaires. Mitigeur mécanique, à touches. Un nouveau robinet mixte bain-douche facilite le réglage instantané de la température de l'eau, c'est «le mitigeur» (Le Monde,6 mars 1976ds Gilb. 1980).
Prononc. et Orth.: [mitiʒe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1355 «apaiser, calmer (une personne)» (Bersuire, Tit.-Liv., B.N. 20312ter, fo90 vods Gdf. Compl.); 1558 dr. mitiguer la peine (Seyssel, Hist. de Louys XII, p.83 ds Hug.); 1714 part. passé subst. les mitigés «ceux qui ont des opinions modérées» (Fénelon, Lettre à Mxxx, 20 janv. ds B. de l'Inst. genevoix, t.36, p.462); 2. 1850 «varier, rendre moins uniforme» (Balzac, loc. cit.); 3. 1893 mitigé de «mêlé, mélangé» (Courteline, Ronds-de-Cuir, II, p.45); 4. 1574 «devenir moins pénible (d'une affaire)» (E. Cosmopolite, Premier dialogue du réveille-matin des Français, 65 ds FEW t.6, 2, p.182b). Empr. au lat. mitigare «amollir, rendre doux, calmer». Fréq. abs. littér.: 17.

Wiktionnaire

Verbe - français

mitiger \mi.ti.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre moins acide, adoucir.
    • Mitiger par du sucre l’acidité d’un citron.
  2. (Figuré) (Plus souvent) Tempérer, adoucir, rendre plus aisé à supporter, à subir, à pratiquer.
    • Mitiger une règle trop austère.
    • Mitiger une loi, un jugement, une peine.
    • Mitiger une assertion, une proposition, La rendre moins absolue, y apporter quelque atténuation.
    • Cette assertion a besoin d’être mitigée, demande à être mitigée.
    • Son zèle [d’une Grignan qui voulait se faire religieuse] est-il mitigé ou à la rigueur ? — (Sévigné, 23 septembre 1680 in Littré)
    • Peut-être le fait d’ignorer de quels saints il s’agissait, peut-être la trop grande habitude qu’elle avait de cet objet un peu lugubre, avec son Christ d’argent aux formes molles et ses bordures d’écaille légèrement endommagées, mitigeaient-ils chez Fernande la foi en son efficacité. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 43)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MITIGER. v. tr.
Rendre moins acide, adoucir. Mitiger par du sucre l'acidité d'un citron. Il signifie plus souvent, figurément, Tempérer, adoucir, rendre plus aisé à supporter, à subir, à pratiquer. Mitiger une règle trop austère. Mitiger une loi, un jugement, une peine. Mitiger une assertion, une proposition, La rendre moins absolue, y apporter quelque atténuation. Cette assertion a besoin d'être mitigée, demande à être mitigée. Ordres mitigés, Ceux qui vivent sous une règle moins austère et moins pénible que celle de leur première institution.

Littré (1872-1877)

MITIGER (mi-ti-jé. Le g prend un e devant a et o : mitigeant, mitigeons) v. a.
  • 1Rendre quelqu'un moins entier, moins vif, moins rigoureux. L'expérience mitigea ce caractère absolu et enthousiaste.
  • 2Rendre quelque chose moins intense, moins vif, moins dur. Mitiger la douleur, les passions. Mitiger une proposition. Ils [M. et Mme de Grignan] ont ici une petite fille qui, sans avoir la beauté de sa mère, a si bien mitigé et radouci l'air des Grignans, qu'elle est en vérité fort jolie, Sévigné, à Bussy, 27 janv. 1692. Les physionomies, par le commerce que les hommes ont ensemble, contractent je ne sais quoi de liant qui les mitige, Marivaux, dans DESFONTAINES. Les Anglais, dans qui la nature a mis l'esprit d'indépendance, les adoptèrent [les réformes de Luther], les mitigèrent, et en composèrent une religion pour eux seuls, Voltaire, Louis XIV, 36. Solon mitigea le système politique de Dracon, Diderot, Opin. des anc. philos. (grecs)
  • 3Se mitiger, v. réfl. Devenir moins absolu, moins rigoureux. On apprend que ces hérétiques [les Albigeois] se mitigeaient quelquefois à l'égard du mariage, Bossuet, Variat. X. Il me semblait que mon homme se mitigeait, qu'il était plus flatteur que zélé, plus généreux que charitable, Marivaux, Marianne, part. I.

HISTORIQUE

XIVe s. Aucunes herbes ou melodies si ont vertu naturelle de mitiguer et de donner alegence au lunaticque, le Songe du Vergier, I, 176. Combien que li pere [les sénateurs] temptassent en toutes manieres de mittiger le plebe envers lui, Bercheure, f° 90, verso.

XVIe s. Dès qu'il la voit, il mitige et pallie Son parler aigre, Marot, I, 253. Il convient incontinent appliquer remedes qui mitigent la douleur, Paré, V, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mitiger »

(Date à préciser) Du latin mitigare, « adoucir ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et espagn. mitigar ; ital. mitigare ; du lat. mitigare, de mitis, doux, et igare, fréquentatif de agere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mitiger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mitiger mitiʒe

Fréquence d'apparition du mot « mitiger » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « mitiger »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « mitiger »

  • Une inquiétude que le port du masque pourrait mitiger. Moi ça me rassurerait aussi en tant que parent de savoir qu’au moins il y a cette précaution de prise à l’école, affirme Kariann Aarup. Elle veut que ses enfants puissent retourner à l’école, mais elle ne veut pas les mettre en danger. Selon elle, le masque ajouterait un niveau de précaution.
    Radio-Canada.ca — La majorité des parents veut que le masque soit obligatoire à l'école, selon un sondage | Radio-Canada.ca
  • L'institution espérait débloquer en juillet ou août les 400 millions de dollars promis en mars au titre de l'instrument financier rapide et destinés à aider la Tunisie à mitiger la crise du Covid-19. Mais un nouveau premier ministre devra entre désigné dans les dix jours, ce qui ne laissera sans doute pas le temps au ministre des finances, Nizar Yaïche, et à son homologue de la coopération internationale, Selim Azzabi, de boucler le dossier.
    Espace Manager — La démission de Fakhfakh bloque un milliard de dollars d'aides du FMI et de l'UE !

Traductions du mot « mitiger »

Langue Traduction
Anglais mitigate
Espagnol mitigar
Italien mitigare
Allemand mildern
Chinois 减轻
Arabe تخفيف
Portugais mitigar
Russe смягчать
Japonais 和らげる
Basque arintzeko
Corse mitigà
Source : Google Translate API

Synonymes de « mitiger »

Source : synonymes de mitiger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mitiger »

Combien de points fait le mot mitiger au Scrabble ?

Nombre de points du mot mitiger au scrabble : 10 points

Mitiger

Retour au sommaire ➦