La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « meurtre »

Meurtre

Variantes Singulier Pluriel
Masculin meurtre meurtres

Définitions de « meurtre »

Trésor de la Langue Française informatisé

MEURTRE, subst. masc.

A. − Action de tuer délibérément un être humain avec violence. Synon. homicide.Inciter au meurtre; perpétrer un meurtre; accusé, coupable, prévenu d'un meurtre; le mobile d'un meurtre; être arrêté sous l'inculpation de meurtre. Des peuples entiers (...) obéissoient, obéissent encore à la loi du meurtre légal des enfans (Bonald,Essai analyt.,1800, p.137).Le meurtre commis avec préméditation ou guet-apens est qualifié d'assassinat (Ac.1935).Puisque l'homme qui ment se ferme aux autres hommes, le mensonge se trouve proscrit et, à un degré plus bas, le meurtre et la violence, qui imposent le silence définitif (Camus,Homme rév.,1951, p.350):
. Tuer est ordinaire à l'animal et surtout à l'homme. Le meurtre a été longtemps estimé dans les sociétés humaines comme une forte action et il subsiste encore dans nos moeurs et dans nos institutions des traces de cette antique estime. A. France,Orme,1897, p.186.
Loc. verb. Se défendre comme d'un meurtre de qqc. Nier farouchement avoir commis telle action ou tenu tel propos. (Dict. xixeet xxes.).
Meurtre de Dieu. Synon. de déicide (v. ce mot I).
P. anal. Action de tuer un animal. J'ai vu une coïncidence entre la mort de ma mère... et le meurtre du petit furet (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.94).Les formes de sadisme, que Dupré groupe sous le nom de «malignité constitutionnelle»: bris d'objets, torture et meurtre d'animaux (Mounier,Traité caract.,1946, p.727).
B. − Au fig. Chose regrettable, action dommageable. On prétend qu'elle va se marier de nouveau; ce seroit un meurtre, car elle est le charme et l'enjoûment de la société (Fiévée,Dot Suzette,1798, p.137).
Loc. verb., fam. Crier au meurtre. Se plaindre bruyamment d'un dommage, d'une injustice dont on est ou dont on se croit victime. Il crie au meurtre contre les juges qui lui ont fait perdre son procès (Ac.).
Prononc. et Orth.: [moeʀtʀ ̭]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1130 murdre «homicide» (Lois Guillaume le Conquérant, éd. J. E. Matzke, § 22); 1530 meurtre (Palsgr., p.236a). Déverbal de meurtrir*. On note dès le début du xiies., les mêmes var. que pour le verbe (cf. Gdf. et T.-L.). Fréq. abs. littér.: 1559. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2327, b) 2056; xxes.: a) 2240, b) 2195. Bbg. Olivier (R.). Ein Beispiel vergleichender deutsch-französischer Synonymik. Z. fr. Spr. Lit. 1958, t.68, pp.243-250.

Wiktionnaire

Nom commun - français

meurtre \mœʁtʁ\ masculin

  1. Homicide volontaire.
    • L’idée du meurtre inspire bien moins d’effroi lorsque la loi-même en donne l’exemple et le spectacle ; l’horreur du crime diminue dès qu’elle ne le punit plus que par un autre crime. — (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante)
    • La loi de Lynch était fréquemment appliquée ; un homme convaincu de meurtre ou de vol pouvait se voir arrêter, juger, et… pendre, en moins d’un quart d’heure, pour peu qu’un comité de vigilance énergique s’emparât de lui. — (Paul de Rousiers, La Vie américaine. Ranches, fermes et usines, 1899, pp. 224-225)
    • Ici, les gens parlaient d’incendies et de massacres, de cruautés et de représailles, du meurtre d’inoffensifs Asiatiques par des tourbes que déchaînait la haine de race, de villes mises à sac et complètement brûlées […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 392 de l’édition de 1921)
    • À la suite du terrible massacre des juifs de la péninsule ibérique, en 1391, le Call de Perpignan fut envahi, en 1392, et devint la proie du meurtre et du pillage. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, page 129)
  2. (Figuré) Action perçue comme dommageable ou moralement répréhensible.
    • Ma cousine Bette, épouser ce jeune homme-là, elle qui serait sa mère ?… Mais ce serait un meurtre ! — (Honoré de Balzac, La Cousine Bette, chapitre XXII, 1847)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MEURTRE. n. m.
Homicide commis avec violence. Commettre un meurtre. Crier au meurtre. Être coupable, accusé, prévenu, convaincu de meurtre. Il a vengé le meurtre de son père. Le meurtre commis avec préméditation ou guet-apens est qualifié d'assassinat. Fig. et fam., Crier au meurtre, Se plaindre hautement de quelque injustice, de quelque dommage qu'on prétend avoir reçu. Il crie au meurtre contre ceux qui lui ont fait perdre son procès. Il s'en défend comme d'un meurtre, Il désavoue hautement et avec chaleur telle action, telle parole qu'on lui attribue. Fig. et fam., C'est un meurtre, C'est grand dommage. Cueillir des fruits si verts, c'est un meurtre, c'est un vrai meurtre.

Littré (1872-1877)

MEURTRE (meur-tr') s. m.
  • 1Homicide commis avec violence. Commettre un meurtre. Accusé de meurtre. Vous ne feriez peut-être pas un meurtre, Fléchier, Serm. I, 114. L'éloquence de la chaire n'est pas propre au récit des combats et des batailles… et je ne viens pas vous donner des idées de meurtre et de carnage devant ces autels, Fléchier, Duc de Mont. J'entends crier partout : au meurtre ! on m'assassine ! Boileau, Sat. VI. Songez, sans me flatter du sort de Soliman, Au meurtre tout récent du malheureux Osman, Racine, Bajaz. II, 1.

    Fig. et familièrement. Crier au meurtre, se plaindre hautement de quelque injustice, de quelque dommage qu'on prétend avoir reçu. Le bon Jean crie au meurtre, Régnier, Sat. X.

    Fig. et familièrement. Faire des meurtres, tourmenter de ses railleries. Elle le savait bien, et ne se corrigea pas pour cela du plaisir de faire des meurtres, Sévigné, 284.

    Fig. Il s'en défend comme d'un meurtre, il désavoue hautement et avec chaleur telle action, telle parole qu'on lui attribue. Il s'en défend comme d'un meurtre, mais ses actions le trahissent, Sévigné, 121.

    Fig. familièrement. C'est un meurtre, se dit d'une chose regrettable, d'une mutilation faite à quelque chose de précieux. C'est un meurtre, que vous soyez la femme d'un fat comme lui, Hauteroche, Cocher, sc. 15. Ce serait un meurtre de laisser vieillir dans la servitude un homme né pour faire du bruit dans le monde par son génie, Lesage, Estev. Gonz. ch. VII. Tu crois que ta fête sera bien ? - Charmante ; c'eût été un meurtre d'y renoncer, Picard, Duhautcours, I, 10.

    Quel meurtre ! même signification. Ah ! quel meurtre bon Dieu, ç'aurait été pour vous, Si pour votre malheur il vous eût épousée ! Quinault, Mère coq. V, 5.

  • 2 Fig. Très grand mal fait à autrui et comparé à un meurtre. Il paraît que l'usure, même celle qu'on appelle légitime dans le droit romain, est condamnée par saint Augustin, qui l'appelle, dans le même lieu, le meurtre des pauvres, Bossuet, Usure, 3.

HISTORIQUE

XIe s. Qui Freceis [Français] occiset, et les homes ne l'amenent à la justice, sin [si en, ainsi en] rendrunt le murtre quarant sept mars, Lois de Guill. 26.

XIIIe s. Murdres ne puet longuement estre celés, Villehardouin, XCVIII. Quant pour faire tel meurtre [nous] venimes ceste part [ici], Berte, XXII. Murdres, si est quant aucuns tue ou fait tuer autrui en agait apensé [guet-apens], puis soleil couquant [couchant] dusqu'à soleil levant, Beaumanoir, XXX, 3.

XVe s. Celle nuit en y ot [à Bruges par les Gantois] des occis plus de douze cents… et faits plusieurs autres murdres, larcins et maufaits, Froissart, II, II, 158.

XVIe s. Le meurtre y fut tel d'une part et d'autre, qu'il ne resta dans la place que quatre-vingts hommes, D'Aubigné, Hist. I, 241. Soubs couleur de quelque meurtre [assassinat], il lui fait trencher la teste, Montaigne, I, 38.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « meurtre »

(Date à préciser) Déverbal de meurtrir, apparenté à l’anglais murder et à l’allemand Mord.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, moûd, moût' ; picard, murtre ; bourguig. meutre ; du germanique : angl. murder ; allem. mord ; goth. maurthr ; il se rattache au radical sanscrit mar, tuer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « meurtre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
meurtre mœrtr

Fréquence d'apparition du mot « meurtre » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « meurtre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « meurtre »

  • Toute pratique rituelle, toute signification mythique, a son origine dans un meurtre réel.
    René Girard — La violence et le sacré
  • Un meurtre sans des ciseaux qui brillent est comme des asperges sans sauce hollandaise. Sans goût.
    Alfred Hitchcock
  • Nous sommes réticents aux meurtres particuliers, mais permissifs aux génocides et résignés au meurtre général, biologique.
    Viviane Forrester — La violence du calme
  • Tendre l'autre joue est une incitation au meurtre.
    Arnaud Cotrel
  • Il n'y a pas de suicides, il n'y a que des meurtres.
    Elsa Triolet — Proverbes d'Elsa, Les Éditeurs français réunis
  • Parler - se taire : un même meurtre.
    Jean-Claude Renard — La Lumière du silence
  • Le meurtre est l'ultime échec de la parole.
    Jean-Michel Bessette — Sociologie du crime
  • Le meurtre parfait est de pousser l'autre au suicide...
    Nathalie Delourme
  • L’usage exige qu’un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir.
    Karl Kraus
  • En Colombie, près de deux mineurs sont victimes de meurtre chaque jour en Colombie.
    Le Figaro.fr — Colombie: prison à perpétuité pour viol ou meurtre de mineur
Voir toutes les citations du mot « meurtre » →

Traductions du mot « meurtre »

Langue Traduction
Anglais murder
Espagnol asesinato
Italien omicidio
Allemand mord
Chinois 谋杀
Arabe قتل
Portugais assassinato
Russe убийство
Japonais 殺人
Basque hilketa
Corse omicidiu
Source : Google Translate API

Synonymes de « meurtre »

Source : synonymes de meurtre sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot meurtre au Scrabble ?

Nombre de points du mot meurtre au scrabble : 9 points

Meurtre

Retour au sommaire ➦