La langue française

Mésestimer

Définitions du mot « mésestimer »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉSESTIMER, verbe trans.

[Le suj. désigne une pers. ou un ensemble de pers.]
A. − Avoir mauvaise opinion (d'une personne, d'un groupe de personnes); ne pas estimer (quelqu'un), (le) mépriser. Si la bourgeoisie mésestimait Max, l'admiration que son caractère excitait parmi le peuple formait un contre-poids à cette opinion (Balzac,Rabouill., 1842, p.372).Je crois que nos dirigeants ont alors mésestimé le peuple français (Gide,Journal, 1940, p.63).
Au part. passé. Une magistrature sans considération, présidée par un chancelier mésestimé (Staël,Consid. Révol. fr., t.1, 1817, p.39).
Emploi pronom.
réfl. Il avait eu besoin de se faire un point d'honneur de sa profession pour ne pas se mésestimer lui-même (Balzac, Œuvres div., t.1, 1830, p.277).
réciproque. Ces deux puissants esprits (...) ne pouvaient que se mésestimer mutuellement (J. Rostand,Genèse vie, 1943, p.42).
B. − Ne pas apprécier (quelque chose) ou (le) sous-estimer. On a jugé en bien ou en mal le grand travailleur, selon qu'on estimait ou mésestimait le travail (Michelet,Oiseau, 1856, p.183).J'avais mésestimé la prudence des grands prélats et leur haute maîtrise (Cocteau,Poés. crit. II, 1960, p.21).
Au part. passé. À propos de roses, je remarque (...) une guirlande de cette fleur trop mésestimée aujourd'hui (Mallarmé,Dern. mode, 1874, p.800).
REM.
Mésestimable, adj.,vieilli. Qu'on ne peut estimer. Vous aussi, vous seriez mésestimable (Staël,Lettres L. de Narbonne, 1793, p.165).
Prononc. et Orth.: [mezεstime], [-ze-], (il) mésestime [-im]. Ac.1694, 1718 mesestimer, dep. 1740 mé-. Étymol. et Hist. 1555 (J. Peletier du Mans, Dialogue de l'ortografe et prononciation françoese, cf. Livet, p.162). Dér. de estimer*; préf. mé-*. Cf. plus anciennement mesaesmer «dédaigner, mépriser» (xiie-xives. ds T.-L.; Gdf.), dér. de aesmer «estimer, apprécier, juger» (lat. *adaestimare) et mesesmer (ca 1195 ds T.-L.), dér. de esmer (lat. aestimare, v. estimer). Fréq. abs. littér.: 39.

Wiktionnaire

Verbe

mésestimer \me.sɛs.ti.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tenir quelqu’un en mésestime.
    • Elle se mésestimait elle-même, elle maudissait le mariage, elle aurait voulu être morte ; et, sans un cri jeté par sa fille, elle se serait peut-être précipitée par la fenêtre sur le pavé. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • – Après tout, dit mon père (qui craignait toujours de mésestimer les inconnus), ne faisons pas de jugement téméraire. C’est peut-être un grand poète !
      – Ce n’est pas impossible, dit l’oncle, car il s’est trompé deux fois de tramway.
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 119)
  2. Apprécier une chose au-dessous de sa valeur.
    • Vous mésestimez ce diamant, cette étoffe.
    • Yoran, un peu perdu dans ses réflexions, mésestima la distance qui séparait sa main de la gourde d’eau et la renversa d’un geste maladroit. — (Claire-Lise Marguier, Le Trône du prince, Rouergue, 2015, page 76.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉSESTIMER. v. tr.
Tenir quelqu'un en mésestime. Depuis qu'il a fait cette action, je l'ai toujours mésestimé. Cette action l'a fait mésestimer de tout le monde. Il signifie aussi Apprécier une chose au-dessous de sa valeur. Vous mésestimez ce diamant, cette étoffe.

Littré (1872-1877)

MÉSESTIMER (mé-zè-sti-mé) v. a.
  • 1N'avoir point d'estime pour. Ce n'est point à Camille à t'en mésestimer, Corneille, Hor. I, 4. Et, pour ne risquer rien en pratiquant les femmes, Les adorer en gros toutes confusément, Et les mésestimer toutes séparément, Th. Corneille, l'Amour à la mode, IV, 1. Les Allemands ne peuvent nier la dette [avoir été battus] cette fois, et ce n'est pas sans raison qu'on les mésestime chez vous, Bayle, Lett. à Minutoli, 17 mars 1675. Seigneur, il est bien dur, pour un cœur magnanime, D'attendre des secours de ceux qu'on mésestime, Voltaire, Zaïre, II, 1.
  • 2Apprécier une chose au-dessous de sa valeur. Vous mesestimez ce diamant.
  • 3Se mésestimer, v. réfl. Avoir de la mésestime pour soi-même. C'est donc avec raison que l'âme s'humilie, Se mésestime, se déplaît, Corneille, Imit. I, 22.

SYNONYME

1. MÉSESTIMER, MAL ESTIMER., Mésestimer, en parlant des choses, se prend toujours en mauvaise part, et signifie apprécier les choses au-dessous de leur juste valeur. Mal estimer se dit soit en bien, soit en mal, et c'est estimer ou au-dessus ou au-dessous de la juste valeur, LAVEAUX.

2. MÉSESTIMER, MÉPRISER., Mésestimer, c'est accorder une estime moindre qu'il ne faut ; mépriser, c'est accorder un prix moindre qu'il ne faut. Ces deux mots sont donc très voisins ; ils ne se distinguent que par la nuance entre estime et prix.

HISTORIQUE

XVIe s. Je ne la mesestime pas [l'étymologie], et ne veux point dire qu'elle ne serve beaucoup à l'intelligence des mots, J. Pelletier, dans LIVET, la Gramm. franç. p. 162.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mésestimer »

Mes… préfixe, et estimer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de estimer avec le préfixe més-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mésestimer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mésestimer mesɛstɛ̃e

Citations contenant le mot « mésestimer »

  • sans mésestimer la gravité.....mais il est ellement charmant de se faire photographier.... et même courtiser ...surtout s'il est ""beau "" midilibre.fr, Un célèbre graffeur parisien accusé de viols : 25 victimes présumées portent plainte - midilibre.fr
  • Car oui, la première rencontre avec les crayons de couleur et feutres est une étape importante dans la vie d'un enfant. Elle contribue à son développement, aussi bien physique et psychologique. Tant et si bien que les adultes aussi sont de plus en plus nombreux à aiguiser leurs mines. Il faut dire que l'on aurait tort de mésestimer de telles activités. Des voix expertes nous expliquent pourquoi. , Enfants : les étonnants bienfaits du coloriage - Terrafemina
  • La mémoire de 1939-1945 est devenue la marotte du président Poutine qui évoque la question en longueur lors de rencontres informelles, de sommets des dirigeants de pays ex-soviétiques, de sa conférence de presse annuelle, d’une réunion avec les entrepreneurs, devant ses généraux et plus récemment, dans une longue tribune publiée par une revue confidentielle américaine. Sa cible : les Européens et les Américains qu’il accuse de révisionnisme antirusse et de mésestimer, non sans arguments, le rôle joué par l’URSS dans la victoire contre le nazisme. La Croix, La Seconde Guerre mondiale, l’obsession de Vladimir Poutine

Traductions du mot « mésestimer »

Langue Traduction
Anglais underestimate
Espagnol subestimar
Italien sottovalutare
Allemand unterschätzen
Chinois 低估
Arabe يقلل من شأن
Portugais subestimar
Russe занижен
Japonais 過小評価
Basque gutxietsi
Corse sottovalutà
Source : Google Translate API

Synonymes de « mésestimer »

Source : synonymes de mésestimer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mésestimer »

Mésestimer

Retour au sommaire ➦

Partager