La langue française

Loupe

Sommaire

  • Définitions du mot loupe
  • Étymologie de « loupe »
  • Phonétique de « loupe »
  • Citations contenant le mot « loupe »
  • Images d'illustration du mot « loupe »
  • Traductions du mot « loupe »
  • Synonymes de « loupe »
  • Antonymes de « loupe »

Définitions du mot loupe

Trésor de la Langue Française informatisé

LOUPE1, subst. fém.

A. − MÉTALLURGIE
1. Pierre fine ou précieuse présentant un défaut de cristallisation, une transparence imparfaite. Loupe de saphir, de rubis (Ac.).
2. Excroissance de matière nacrée, située sur la face interne d'une coquille d'huître perlière. (Dict. xixeet xxes.).
B. − TECHNOL. Masse de minerai mal fondu, renfermant des scories. Le puddleur (...) roulait en tous sens la masse métallique; (...) au moment précis où elle atteignait, par son mélange avec les scories, un certain degré de résistance, il la divisait en quatre boules ou «loupes» spongieuses, qu'il livrait, une à une, aux aides marteleurs (Verne,500 millions, 1879, p. 74).Le métal fondait, tombait en gouttelettes ramassées en une loupe de fer (...). Lorsque cette loupe était suffisamment grosse, (...) on la battait (Fillon,Serrurier, 1942, p. 3).
C. − PATHOL. Kyste sébacé, se situant généralement au niveau de la tête. Une loupe ou enflure au genou (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 4, 1859, p. 89).La grosseur (...) prit en peu de mois les dimensions d'un oeuf de perdrix (...); il (...) adopta cette forme de faux cols demi-hauts dans lesquels une sorte d'alvéole réservée cachait la loupe (Gide,Caves, 1914, p. 686).Les loupes sont des tumeurs qui siègent au cuir chevelu (Roussy dsNouv. Traité Méd.fasc. 5, 2 1929, p. 334).
P. métaph. L'extirpation de cette loupe dévorante du système réglementaire et exclusif (Say,Écon. pol., 1832, p. 185).
P. anal. Des monticules d'un aspect singulier. (...) des verrues et des loupes d'une terre molle et rose qu'on dirait par endroits gonflée et tuméfiée (Hugo,Fr. et Belg., 1885, p. 195).
D. − BOT. Excroissance ligneuse qui se forme sur le tronc ou les branches de certains arbres (synon. de broussin1); p. méton., bois de cette excroissance, utilisé en ébénisterie. Sur les troncs d'inquiétants polypes, d'horribles loupes (Huysmans,Là-bas, t. 2, 1891, p. 20).Les loupes d'amboine blondes et précieuses (Arts et Litt., 1935, p. 84-5).Les loupes sont des excroissances qui se rencontrent sur certains arbres; elles sont dues à diverses causes: piqûres d'insectes, blessures (...), l'orme, le noyer sont susceptibles d'avoir des loupes. Les placages en loupe sont assez récents dans l'art du meuble (Viaux,Meuble Fr., 1962, p. 5).
E. −
1. OPT. Lentille biconvexe qui donne des objets une image virtuelle droite et agrandie; p. méton., appareil monté avec cette lentille. Forte, grosse loupe; peindre, travailler à la loupe. Superbe loupe, avec manche en nacre, lentille St-Gobain (Catal. jouets [Louvre], 1936).La loupe du botaniste, c'est l'enfance retrouvée. Elle redonne au botaniste le regard agrandissant de l'enfant (Bachelard,Poét. espace, 1957, p. 146):
1. Pour la main humaine, le point qu'on en pouvait présenter sous le microscope semblait, même au verre le plus faible, un objet immense, vague, incompréhensible à force de grossièreté. Même à une loupe moyenne, qui grossit seulement douze ou quinze fois, elle paraissait un tissu jaunâtre et rosâtre, rude et sec, mal tendu, une sorte de taffetas à réseau... Michelet, Insecte, 1857, p. 114.
Loupe binoculaire. Microscope stéréoscopique. La confection des coupes est suivie sous la loupe binoculaire (Husson, Graf,Manuel biol. gén., 1965, p. 73).
Loupe dichroscopique. V. dichroscopique dér. s.v. dichroscope.
2. P. métaph. Attention critique, examen minutieux, sévère. Quand il [Flaubert] braque sa loupe sur un personnage, il ne néglige pas une verrue, il fouille les plus petites plaies (Zola,Romanc. natur., Flaubert, 1881, p. 116):
2. Censeurs que le Génie énerve, Exerçant leur sombre minerve Sur des chefs-d'oeuvre indiscutés, Pour, avec leur loupe risible, Y trouver une erreur possible, Sans s'attarder à leurs beautés... Ponchon,Muse cabaret, 1920, p. 218.
Loc. verb. (Verbe +) à/avec la loupe.Avec beaucoup de minutie ou avec un goût exagéré pour le détail, et qui donne parfois une vision déformée de la réalité. Ce regard jeté à la loupe sur mes moindres détours de pensée, cette scrutation continue de mon être le plus caché (Bourget,Disciple, 1889, p. 85).Examinant les sentiments à la loupe, grossissant les choses menues et ne voyant pas les grandes (Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p. 709).Rohner, il est admirable quand je le regarde à la loupe et en détail (Duhamel,Maîtres, 1937, p. 269).
3. P. anal., littér. Chose qui rappelle une loupe par son aspect extérieur ou son effet grossissant. Les larmes qui tendaient une loupe d'eau entre ses cils et lui montraient un univers grotesque (Cocteau,Gd écart, 1923, p. 72).La loupe de cuivre du balancier (Butor,Passage Milan, 1954, p. 16).
Prononc. et Orth.: [lup]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1328 loupe de saphir (doc. ap. L.-Cl. Douët d'Arcq, Nouv. recueil de comptes de l'argenterie, 44 ds IGLF); 2. 1358 «défaut dans une masse de métal» (doc. ds Gdf. Compl.); 3. 1450 «masse de fer affinée qu'on passe au marteau» (Vente des biens de Jacques Coeur, Archives nationales, KK 328, fo211 ro, ibid.); 4. 1549 «tumeur sous-cutanée formant une excroissance indolore» (Est.); 5. 1680 «instrument d'optique» (Rich.); 6. 1684 «excroissance ligneuse qui se développe sur certains arbres» (Furetière, Essais d'un dict. univ., s.v. bois, p. 5b). Orig. incertaine. Soit issu d'un rad. lopp-, créé en fr., désignant un morceau informe qui pend lâchement (cf. ca 1180 faire la loupe «tirer la langue à quelqu'un en signe de dérision» ds Renart, éd. M. Roques, I, 564), soit d'orig. frq., cf. le rhénan luppe «morceau» (FEW t. 5, p. 422a, 495).
DÉR. 1.
Loupeur, -euse, subst.Ouvrier spécialisé dans la recherche des loupes (supra D). Après avoir tâté d'une infinité de professions inconnues et excentriques, il se faisait loupeur en Asie Mineure. (...) paresseusement occupé à découvrir des loupes: les excroissances des noyers de ce pays avec lesquels on fabrique des plaquages de meubles très appréciés (E. de Goncourt,Zemganno, 1879, pp. 18-19). [lupoe:ʀ], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1877 (Littré Suppl.); de loupe1, suff. -eur2*.
2.
Loupeux, -euse, adj.[En parlant d'un arbre, d'un bois] Qui présente des loupes (supra D). Ormes gerçurés et loupeux (Arnoux,Zulma, 1960, p. 12).[lupø], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1798-1878. 1resattest. a) 1573 «(pierre précieuse) qui a des loupes» (doc. ds Mém. de la Société de l'hist. de Paris et de l'Île-de-France, t. 35, 1908, p. 203: un saphir fort chargé de couleur, percé, fort louppeux, cabochon), b) 1580 tumeur loupeuse (M. de La Porte, Épithètes, 409vods Hug.), c) 1690 «(arbre) qui présente des nodosités» (Fur., s.v. fresne); de loupe1, suff. -eux*.
BBG.Gohin 1903, pp. 358, 364. _ Sain. Sources t. 3 1972 [1930], p. 302.

LOUPE2, subst. fém.

Arg. et pop., vieilli. Flânerie, paresse, débauche. C'est nous qu'est les ch'valiers d' la loupe. Pour ne rien fair' nous nous hâtons (Richepin,Chans. gueux, 1876, p. 133).Elle [la prostituée] est pour cet homme [le soldat], l'intérêt passionnant, la séduction captivante du lieu, et non, ainsi que pour les casquettes et les chapeaux mous, l'assaisonnement polisson d'une soirée de loupe (E. de Goncourt,Élisa, 1877, p. 136).
Tirer une loupe. Paresser. Synon. tirer sa flemme.[Le Sublime] leur apprend [aux apprentis de son atelier] la manière de tirer une loupe; du travail, il ne leur en parle jamais (Poulot,Sublime, [1872], p. 71).
Prononc. : [lup]. Étymol. et Hist. 1. 1836 camp de la loupe «réunion de paresseux» (Decourcelle ds Larchey, Excentr. lang., 1865, p. 192); 2. 1865 tirer sa loupe (Esn.); 3. 1866 loupe «paresse, fainéantise» (Delvau). Déverbal de louper2*.
STAT.Loupe1et2. Fréq. abs. littér.: 227. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 284, b) 333; xxes.: a) 261, b) 387.

Wiktionnaire

Nom commun

loupe féminin

  1. (Optique) Verre convexe des deux côtés qui grossit les objets à la vue.
    • Un détective se sert d'une loupe pour trouver des indices.
    • La loupe servit dès lors à éplucher les figures des femmes. Renée fit des découvertes étonnantes ; elle trouva des rides inconnues, des peaux rudes, des trous mal bouchés par la poudre de riz. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • D’ailleurs, le moment serait peut-être opportun de les passer à la loupe… Car sans eux, rien ne se fait, et il serait dommage de les oublier… — (Laurent de Wilde, Monk, 1996, collection Folio, page 100)
  2. (Médecine) Tumeur enkystée qui vient sous la peau, qui s’élève en rond et augmente quelquefois jusqu’à une extrême grosseur.
    • On gratta à la porte et une fille, une campagnarde, parut, plus large que haute, rousse, bancale, une loupe lui cachant l’œil gauche, l’œil droit d’un bleu si pâle qu’il en paraissait blanc, les lèvres énormes et les dents débordant les lèvres. — (Anatole France, Les Dieux ont soif, Calmann-Lévy, 1912, chap. 2, page 26)
    • Depuis un an en effet, j’allais deux fois par semaine subir au catéchisme l’enseignement de Mlle Gosselin, personne de petite taille qui ne souriait jamais, gardait toujours son chapeau noir sur la tête et portait au-dessus de la lèvre une loupe plantée de quelques poils. Elle nous faisait réciter les prières, quelques cantiques et les commandements. — (Jean L’Hôte, La Communale, Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 69)
  3. (Botanique) Excroissance ligneuse qui se développe sur le tronc ou sur les branches de certains arbres.
    • Il aimait le tronc bossué de l’orme, dont chaque loupe pousse, avec de tendres rejetons, des touffes de feuilles dentelées et des samares de papier. — (Italo Calvino, Le Baron perché, 1957. Traduit de l’italien par Juliette Bertrand, 1959, page 109)
    • Les loupes d’orme servent à faire de jolis ouvrages de tabletterie.
  4. (Bijouterie) Pierre précieuse d’une transparence imparfaite.
    • Loupe de saphir, de rubis, etc.
  5. Masse de matière nacrée restée informe dans la coquille d’une huître perlière.
  6. (Métallurgie) Produit issu d'une fonte imparfaite qui contient des scories.
    • Le produit obtenu était une loupe impure, très souvent aciéreuse, mêlée à beaucoup de scories ; on la purifiait en la cinglant et en la martelant plusieurs fois. — (Louis Knab, Fabrication et emplois industriels de l’acier, Paris : G. Steinheil, 1869, page XII)
  7. (Populaire) Goût de la flânerie ou même de la fainéantise.
  8. (Figuré) (Par analogie) Moyen de faire ressortir, de rendre plus visible.
    • L’intérêt mondial pour cette maladie et le regroupement des cas sur quelques semaines créent cependant un effet loupe, qui laisse espérer que ces malades ne tomberont pas dans l’oubli. — (Sandrine Cabut, Pascale Santi et Elisabeth Pineau, Coronavirus : les mystérieux troubles persistants chez certaines personnes atteintes par le Covid-19, Le Monde. Mis en ligne le 30 mai 2020)

Forme de verbe

loupe \lup\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de louper.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de louper.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de louper.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de louper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de louper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOUPE. n. f.
T. de Médecine. Tumeur enkystée qui vient sous la peau, qui s'élève en rond et augmente quelquefois jusqu'à une extrême grosseur. Il lui est venu une loupe à la tête. Extirper une loupe. Il se dit, par analogie, en termes de Botanique, d'une Excroissance ligneuse qui vient aux troncs et aux branches de quelques arbres. Les loupes d'orme servent à faire de jolis ouvrages de tabletterie. Il se dit aussi, en termes d'Optique, d'un Verre, convexe des deux côtés, qui grossit les objets à la vue et qu'on appelle autrement Lentille biconvexe. Se servir d'une loupe pour lire de très petits caractères. En termes de Joaillerie, il se dit d'une Pierre précieuse d'une transparence imparfaite. Loupe de saphir, de rubis, etc., Il se dit aussi d'une Masse de matière nacrée restée informe dans la coquille d'une huître perlière. Il désigne aussi, dans le langage populaire, le Goût de la flânerie ou même de la fainéantise.

Littré (1872-1877)

LOUPE (lou-p') s. f.
  • 1 Terme de médecine. Tumeur indolente, enkystée, qui vient sous la peau et contient une matière pultacée. La princesse de Conti ne s'habillait pas encore, d'une loupe qu'elle s'était fait ôter de dessus un œil, Saint-Simon, 41, 234.
  • 2 Terme de menuiserie. Excroissances, nœuds et racines des différents bois. Les loupes d'ormes servent à faire de jolis ouvrages de tabletterie.
  • 3Tumeur qui est naturelle à quelques animaux. Le chameau naît avec des loupes sur le dos.
  • 4Extravasation de matière nacrée à l'intérieur de la coquille des huîtres perlières. Les loupes de perles sont des tumeurs dans les nacres, qui demandent beaucoup d'adresse pour les scier proprement.

    Terme de joaillerie. Pierre précieuse que la nature n'a pas achevée.

    Loupe de saphir, loupe de rubis, certaines parties imparfaites et grossières qui se trouvent quelquefois dans ces pierres.

  • 5Nom donné vulgairement à la lentille biconvexe, qui grossit beaucoup les objets à la vue. La loupe constitue le microscope simple.

    Loupes d'eau, nom qu'on donnait à des lentilles de verre très grandes, et dont l'épaisseur était remplie d'eau distillée, Dict. des arts et mét. Miroitier. Ces loupes composées de deux glaces sphériques courbées et remplies d'eau, brûleront en bas, et produiront de plus grands effets que les loupes de verre massif, parce que l'eau laisse passer plus aisément la lumière que le verre le plus transparent, Buffon, Hist. min. Introd. part. exp. Œuv. t. VII, p. 275.

    Fig. et populairement. Se dit d'un ouvrier paresseux, par allusion à celui qui travaille à la loupe, et qui par conséquent ne va pas très vite. Quelle loupe !

  • 6 Terme de métallurgie. Fer affiné, mais encore mélangé avec des scories, et qu'on va passer au marteau, ou sous les cylindres cingleurs. L'ouvrier perce et pétrit avec des ringards cette loupe à demi liquéfiée, qui, par ce travail, s'épure et laisse couler par le fond du foyer une partie de la matière hétérogène que le feu du fourneau de fusion n'avait pu séparer, Buffon, Min. t. IV, p. 23.
  • 7 Terme de monnaie. Nom donné aux briques et aux carreaux des vieux fourneaux, qui ont servi à la fonte de l'or et de l'argent, et qu'on casse, pour en tirer, avec le moulin aux lavures, les particules de métal qui peuvent s'y être attachées.
  • 8Caisse en bois qui sert aux peintres de décor pour s'asseoir ou s'élever.

HISTORIQUE

XIVe s. Une loupe de saphir encerclée en or, De Laborde, Émaux, p. 369.

XVe s. Le suppliant feri un coup d'un goy, de quoy l'en arrache les buissons, de la louppe qui est devers le dos d'icellui goy, sur le front du dit Jehan, Du Cange, loppa.

XVIe s. Amputer les excroissances, comme loupes, verrues, etc. Paré, Introd. 2. Une mittre episcopale, toute semée de perles, garnie de grosses louppes de saphirs et autres meschantes pierres, De Laborde, Ém. p. 369.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

LOUPE. - HIST. XIVe s. Ajoutez : Dou quel demorant [du cuivre d'une cloche] fu rabatu par le mestre Willaume le fondeur, pour l'ordure et le loupe qui estoit ou metal qui fu fondus, (1358), la Cloche des ouvriers (communiqué par M. Cafiaux)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LOUPE, s. f. (Dioptr.) on appelle ainsi une lentille à deux faces convexes, dont les rayons sont fort petits ; cette lentille a la propriété de grossir les objets, voyez Lentille ; & elle les grossit d’autant plus que son foyer, c’est-à-dire le rayon de sa convexité, est plus court. Supposons que l’objet placé au foyer de la loupe puisse être vû distinctement sans loupe à 8 pouces de distance, & que le foyer de la loupe soit demi-ligne, l’objet sera augmenté en raison de demi-ligne à 8 pouces, c’est-à-dire de 1 à 192, parce que la loupe fait voir l’objet distinctement (comme s’il étoit à la distance de 8 pouces), & sous le même angle à peu-près sous lequel on le verroit sans loupe, mais confusément à la distance de demi-ligne. Voyez l’article Microscope, où on donne la raison de cette proportion.

Loupe, terme de Chirurgie, tumeur qui se forme sous la peau dans les cellules du tissu adipeux. Cette tumeur est circonscrite, sans chaleur, sans douleur, & sans changement de la couleur naturelle de la peau qui la couvre. La peau n’y est pas adhérente, & l’on sent dans son centre une fluctuation quelquefois très-sensible, & quelquefois plus obscure.

Les loupes sont des humeurs enkistées, qu’on a rangées sous trois classes, relativement à la nature de l’humeur qu’elles contiennent : mais cela ne forme que des différences accidentelles, puisque, comme l’a fort bien remarqué notre célebre chirurgien françois Ambroise Paré, on ne connoit ce que contiennent ces tumeurs que lorsqu’elles sont ouvertes. Voyez les art. Enkisté, Atherome, Steatome, Meliceris.

M. Littre ajoute une quatrieme sorte de loupe formée par une graisse molle, & qu’il a nommée lipoma. Voyez Lipome.

La cause formelle des loupes est une accumulation des sucs lymphatiques, qui prennent des couleurs & des consistences différentes, suivant qu’ils sont plus ou moins chargés de sucs bilieux, graisseux, gélatineux, ou d’autres sucs recrémenteux. Les coups, les chûtes peuvent en être les causes occasionnelles & primitives. Les loupes se forment peu-à-peu par des degrés insensibles ; aussi ne comprimant point les vaisseaux du voisinage, & ne le faisant que fort peu & très lentement, le sang se conserve une entiere liberté de circuler, en dilatant à proportion les vaisseaux collatéraux, ce qui fait que les loupes n’attirent ordinairement aucune inflammation. Quand elles grossissent, elles peuvent s’enflammer, s’abscéder ; il y en a qui deviennent skirrheuses & carcinomateuses, cela dépend de la dégénération vicieuse des sucs qui y sont renfermés. Voyez Cancer & Carcinome.

Paré appelle énorme une loupe dont il a fait heureusement l’extirpation. Elle pesoit huit livres, étoit de la grosseur de la tête d’un homme, située derriere le col, & pendoit entre les épaules. Il est parlé, dans les Transactions philosophiques, d’une loupe bien plus extraordinaire qu’avoit à la mâchoire inférieure un nommé Alexandre Palmer, de Keith en Ecosse ; il la portoit depuis vingt-sept ans. Sa grosseur énorme & les douleurs violentes qu’elle lui causoit, le déterminerent à se la faire couper. La base de cette loupe avoit cinq pouces d’étendue, ce qui est considérable par le lieu qu’elle occupoit ; elle pesoit vingt une à vingt-deux livres : elle étoit de figure sphéroïde, & avoit trente-quatre pouces de tour dans un sens & vingt huit dans un autre. L’hémorrhagie qui suivit l’opération, fut arrêtée par le moyen de la poudre de vitriol, & la plaie par des pansemens ordinaires fut guérie en six semaines.

Les loupes sont des maux opiniâtres, mais qui ne sont pas ordinairement dangereux, lorsqu’elles ne changent point de nature ; elles peuvent néanmoins incommoder beaucoup par leur volume ou par leur situation. On ne peut espérer de les guérir par la voie de la résolution, que quand elles sont commençantes ; & les loupes graisseuses se résoudront plus facilement que les autres par des applications discussives, telles que la fumigation de vinaigre dans lequel on aura fait dissoudre de la gomme ammoniaque : les emplâtres de ciguë, de diabotanum, de vigo cum mercurio, sont fort recommandés, & ne font pas grand effet.

Les loupes, dont la base est étroite, peuvent être détruites par la ligature ; l’extirpation est plus prompte & moins douloureuse. J’ai vû plusieurs personnes qui craignoient l’instrument tranchant, en demander l’usage par préférence à la ligature qu’on avoit tentée. Quand le pédicule est assez considérable, on peut inciser circulairement la peau vers la base de la tumeur, & en lier la base intérieurement ; ce procédé épargne les grandes douleurs qui viennent de la grande sensibilité de la peau. On peut aussi cautériser circulairement la peau, & tracer par une escarre la voie de la ligature.

Nous avons donné au mot Enkistée des regles pour l’extirpation de ces sortes de tumeurs ; mais les grands principes se tirent de l’Anatomie, qui instruit dans chaque cas particulier des parties auxquelles la tumeur a ses attaches. Elle peut tenir à des tendons, à des nerfs, être sur la route de vaisseaux considérables, &c. toutes ces différences font varier le traitement, ou établissent des procédés particuliers. On peut attaquer la tumeur par sa partie la plus éminente par la moyen des cathérétiques, dont on continue l’usage méthodiquement jusqu’à la parfaite éradication de la tumeur. Si la loupe étoit carcinomateuse, ce seroit une voie fort dangereuse ; l’extirpation par l’instrument tranchant est indispensable, si elle est possible. Quand le kiste est emporté ou détruit en entier, l’ulcere est simple, & se guérit aisément par les pansemens ordinaires. (Y)

Loupes, (Monnoie.) on appelle ainsi dans les monnoies les briques & les carreaux des vieux fourneaux qui ont servi à la fonte de l’or & de l’argent. On les broye & on les concasse, pour en tirer par le moyen du moulin aux lavures, les particules de ces deux métaux qui peuvent s’y être attachées. Voyez Lavures.

Loupes se dit encore en terme de jouaillier, des perles & des pierres précieuses imparfaites, dans la formation desquelles la nature est, pour ainsi dire, restée à moitié chemin.

Les pierres qui restent le plus ordinairement en loupes, sont les saphirs, les rubis & les éméraudes. A l’égard de ces dernieres, il ne faut pas confondre leurs loupes avec ce qu’on appelle prime d’éméraudes. Voyez Emeraude.

Pour ce qui est des loupes de perles, ce n’est quelquefois des endroits que de nacre de perles un peu élevés en demi-bosse, que les Lapidaires ont l’adresse de scier & de joindre ensemble en forme de vraies perles. Voyez Perle.

LOUPE, s. f. (Grosse forge.) Voyez cet article.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « loupe »

(XIVe siècle) Origine obscure :
  • soit d'un radical *lopp- désignant un morceau informe qui pend lâchement → voir lope et loppe en ancien français ;
  • soit du vieux-francique, de même radical indo-européen que lobe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, loube ; espagn. lupia et lobanillo ; Coïre, luppe ; du lat. lupa, louve, cette tumeur ayant été nommée louve, comme un ulcère a été nommé loup ; cette étymologie est de Diez qui allègue l'allemand Wolfgeschwulst, tumeur de loup, qui signifie une loupe. Par assimilation de rondeur, le nom de loupe serait passé au verre grossissant et à la masse métallique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « loupe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
loupe lup

Citations contenant le mot « loupe »

  • Tout esprit saint vu à la loupe est un grouillement d'éléments de démence. De Paul Valéry / Cahiers I
  • Pour mieux voir les défauts des autres, on prend une loupe ; pour les siens, on se bande les yeux. De Paul Chrétien-Audruger
  • A travers les larmes on voit drôlement mieux qu'à la loupe ou avec des jumelles. De Marc Gendron / Titre à suivre
  • Si je regarde l'obscurité à la loupe, vais-je voir autre chose que l'obscurité ? De Clarisse Lispector
  • Ce rapport prend en compte la portée de la loupe binoculaire (volume et valeur) par rivaux, régions, classes de produits et utilisateurs finaux, connaissances antérieures et connaissances des prévisions. Le document examine conjointement la perspective de la concurrence sur le marché international, les principaux acteurs du marché et les tendances actuelles. Il met même en évidence les opportunités et défis à venir, les ambiguïtés et les obstacles à l’importation, les lignes de vente et les fournisseurs. Le document d’analyse estime également l’échelle de croissance de la loupe binoculaire en tant que tendances à venir dans le monde entier. Encore plus, il sépare la loupe binoculaire allant du type à l’objectif et de l’analyse complète aux principaux acteurs et prévisions du marché. Thesneaklife, Impact de la demande du marché de la loupe binoculaire COVID-19 2020-2026 Rudolf Riester GmbH, HEINE, Oculus, Neitz – Thesneaklife
  • Tout dépend de la situation. Dans un couple, il faut de l'amour pour que les deux personnes restent ensemble. Il doit y avoir de la sollicitude mutuelle. Traverser des épreuves nécessite un minimum de sollicitude, et ensuite, ça rend le couple plus fort. Dans les liaisons où il y a déjà des problèmes préexistants, le confinement a agi comme une loupeladepeche.fr, Éric Trappeniers, psychothérapeute du couple : "Le confinement a agi comme une loupe" - ladepeche.fr
  • Le nouveau calendrier à la loupe : Treize Mondial, Super League - Le nouveau calendrier 2020 des Dragons Catalans à la loupe - Rugby à XIII - Treize Mondial

Images d'illustration du mot « loupe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « loupe »

Langue Traduction
Anglais magnifying glass
Espagnol lupa
Italien lente d'ingrandimento
Allemand lupe
Chinois 放大镜
Arabe عدسة مكبرة
Portugais lupa
Russe увеличительное стекло
Japonais 虫眼鏡
Basque lupa
Corse lupa
Source : Google Translate API

Synonymes de « loupe »

Source : synonymes de loupe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « loupe »

Partager