Larder : définition de larder


Larder : définition du Wiktionnaire

Verbe

larder \laʁ.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Cuisine) Piquer une pièce alimentaire (un morceau de viande par exemple) de morceaux de lard avant la cuisson, parfois en les disposant de manière à faire un dessin.
    • Vuidez vos dindons, retroussez-les, battez-les sur l’estomac, lardez-les de gros lard assaisonné, […] — (L’agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)
    • Je ne sais si l’art de la cuisine avait à gagner en passant par des mains royales, mais l’état de l’ornementation y avait fait de grands progrès. Les longes de veau et les filets de bœuf surtout qui présentaient une plus grande surface, redescendaient à l’office avec les dessins les plus variés. Le roi [Louis XIII] se bornait à larder en paysage, c’est-à-dire qu’il dessinait des arbres, des maisons, des chasses, des chiens, des loups, des cerfs, des fleurs de lys ; mais Nogent et les autres ne se bornaient point à des figures héraldiques et variaient leurs dessins de la façon la plus fantastique, ce qui leur valait quelquefois de la part du chaste Louis les admonestations les plus sévères et faisait exiler impitoyablement des tables royales les morceaux ornementés par eux. — (Alexandre Dumas, Le comte de Moret (Le sphinx rouge), 1865, III, 1)
    • Deux jours durant, les fourneaux de la cuisine ne dérougirent pas. La ménagère et son assistante, Suzon, firent cuire, rôtir, bouillir, griller, farcir; elles lardèrent, dégorgèrent, braisèrent; on glaça, pana, habilla; bref, qui l’eût cru? le presbytère de Saint-Ildefonse semblait converti en une auberge où l’on allait donner à manger à tout un régiment. — (Rodolphe Girard, Marie Calumet, Montréal, 1904, ch. XX)
  2. (Par extension) (Figuré) Transpercer à l’arme blanche.
    • Vous auriez bien du rester neutre;
      Où vais-je vous larder, dindon ?
      Dans le flanc, sous votre maheutre ?
      Au cœur, sous votre bleu cordon ?
      — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, IV, 1)
    • Immédiatement, un soldat le blessa d’un coup de baïonnette. Michaïlo tomba et les soldats s’acharnèrent sur lui en le lardant de quinze coups. — (Rodolphe Archibald Reiss, Comment les Austro-Hongrois ont fait la guerre en Serbie, 1915)
    • Elle maudissait sa vanité, son bavardage, et eût volontiers lardé sa sotte langue à coup d’épingle. — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes (1842), traduction de Henri Mongault, 1949)
    • (Figuré) Les jours de semaine, l’angoisse larde l’estomac de Théo comme s’il avait avalé un panier d’oursins. — (Marie-Ève Sévigny, Intimité et autres objets fragiles, Triptyque, 2012, p. 16)
    • (Figuré) Larder quelqu’un d’épigrammes, de railleries, etc.
    • (Figuré) Larder ses discours, ses écrits de citations, de mots grecs ou latins, etc.
  3. (Technique) Planter de proche en proche des clous dans un bois pour y faciliter la tenue du plâtre qu’on y appliquera.
  4. (Marine) Coudre une ralingue au bord d’une voile en faisant passer le fil entre les corons.
  5. (Jeux) En parlant d’une carte à jouer, l’introduire secrètement dans un paquet dans un but de tricherie.

Nom commun

larder \ˈlɑɹ.dəɹ\

  1. Garde-manger.

Forme de verbe

larder \ˈlardɛr\

  1. Impersonnel du présent de l’indicatif du verbe lardañ/lardiñ.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Larder : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LARDER. v. tr.
Garnir de lardons un morceau de viande. Larder un morceau de bœuf à la mode. Fig. et fam., Larder quelqu'un de coups d'épée, Le percer de plusieurs coups d'épée. Larder quelqu'un d'épigrammes, de railleries, etc., Lui lancer coup sur coup plusieurs épigrammes, plusieurs railleries. Larder ses discours, ses écrits de citations, de mots grecs ou latins, etc., Faire, en parlant, en écrivant, un usage trop fréquent de citations, de mots grecs ou latins.

Larder : définition du Littré (1872-1877)

LARDER (lar-dé) v. a.
  • 1Mettre des lardons dans la viande.

    Absolument. Un rôtisseur qui larde bien.

  • 2 Familièrement. Larder quelqu'un de coups d'épée, le percer de plusieurs coups d'épée.

    Larder un cheval, lui donner si fort et si souvent de l'éperon que les plaies y paraissent.

    Fig. Larder quelqu'un d'épigrammes, de brocards, etc. lui lancer coup sur coup plusieurs épigrammes, plusieurs brocards. Animez les frères, continuez à larder de bons mots les sots et les fripons, Voltaire, Lett. d'Alemb. 13 déc. 1763.

  • 3 Fig. Larder ses discours, ses écrits de citations, de mots grecs ou latins, etc. faire, en parlant, en écrivant, un usage trop fréquent de citations, de mots grecs ou latins.
  • 4 Terme de marine. Passer, sur les deux faces d'une voile ou d'une sangle, des bouts de fil dont on détord les extrémités pour les mettre en étoupes.

    Passer une aiguille entre les torons d'une ralingue pour la réunir à sa voile.

  • 5Se dit dans les manufactures de soieries, lorsque la navette, au lieu de passer franchement dans la levée du pas, passe à travers quelques portions de la chaîne levée ou baissée.
  • 6 Terme militaire. Larder un saucisson, un gabion, l'unir à d'autres par des piquets.
  • 7 Terme de jeux. Larder une carte, l'insérer furtivement et frauduleusement dans un jeu.
  • 8Piquer çà et là une multitude de clous dans une pièce de bois, afin de faire tenir le plâtre qu'on y applique.

HISTORIQUE

XIIIe s. Dist celle qui n'est pas musarde : Dieux, fait-elle, come il me larde De biau parler ! Lande doree. Il ne s'en peüst pas garder, S'en le deüst [quand même on devrait] tout vif larder, la Rose, 12506. Prince, prelat, baron, por Dieu prenez ci garde ; France est si grasse terre, n'estuet pas qu'on la larde ; Or la vuet cil laissier [se croiser] qui la maintient et garde, Por l'amor de celui qui tout a en sa garde, Rutebeuf, 137.

XIVe s. Les lardés [dans un cerf] c'est ce qui est entre les costés et l'eschine, Ménagier, II, 5.

XVe s. Nous laironsnous en ceste maniere larder et occire laschement ? Bouciq. I, 24. Il faut blandir, il faut larder [flatter] Ceux qui ont le gouvernement, Deschamps, Poésies mss. f° 293. Quand nous eusmes bien coppié [raillé] Et bien lardé et devisé, Coquillart, Monol. du puits. Il les fit tuer, et bien en haste plumer, larder et mettre en broche, Louis XI, Nouv. XCIX.

XVIe s. Le prince de Condé à six pas de là estoit porté par terre, son cheval lardé d'un tronçon de lance, D'Aubigné, Hist. I, 216. C'estoit l'un de ceux qui l'avoient si bien lardé [brocardé] à sa venue, Despériers, Contes, XX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Larder : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LARDER, v. act. (Cuisine.) c’est avec l’instrument pointu appellé lardoire, piquer une viande de lardons, ou la couvrir entierement de petits morceaux de lard coupés en long. On dit piquer. Voyez Piquer, & une piece piquée.

Larder les bonnetes, (Marine.) Voyez Bonnetes.

Larder un cheval de coups d’éperon, (Maréch.) c’est lui donner tant de coups d’éperon, que les plaies y paroissent.

Larder, (Rubanerie, Soierie, &c.) se dit lorsque la navette au lieu de passer franchement dans la levée du pas, passe à-travers quelque portion de la chaîne levée ou baissée ; ce qui seroit un défaut sensible dans l’ouvrage si l’on n’y remédioit, ce qui se fait ainsi : l’ouvrier s’appercevant que sa navette a lardé, ouvre le même pas où cet accident est arrivé, & contraignant sa trame avec ses deux mains en la levant en-haut si la navette a lardé en-bas, ou en baissant si la navette a lardé en-haut ; il repasse sa navette à-travers cette partie de chaîne que la trame ainsi tendue fait hausser ou baisser, & le mal est réparé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Larder : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « larder » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « larder »

Étymologie de larder - Wiktionnaire

De l’anglo-normand larder et l’ancien français lardier, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de larder - Littré

Lard ; provenç. et espagn. lardar ; portug. lardear ; ital. lardare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de larder - Wiktionnaire

Dénominal de lard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « larder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
larder larde play_arrow

Conjugaison du verbe « larder »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe larder

Citations contenant le mot « larder »

  • La serrure à larder (ou à encastrer) s'insère dans l'épaisseur de la porte d’entrée, du côté battant, à l'opposé des charnières. L'installation nécessite de mortaiser l'emplacement du (ou des) coffre(s) et de creuser une rainure d'encastrement pour la têtière. Si l'on désire installer un modèle plus performant, ces usinages rendent l'opération assez compliquée à moins que la nouvelle serrure ait exactement le même encombrement que l'ancienne. En rénovation, il est plus simple de poser à la place une serrure en applique.  Futura, Choisir une serrure pour sa porte d’entrée

Images d'illustration du mot « larder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « larder »

Langue Traduction
Corse untura
Basque gantzaz
Japonais ラード
Russe сало
Portugais banha
Arabe شحم الخنزير
Chinois 猪油
Allemand schmalz
Italien lardo
Espagnol manteca de cerdo
Anglais lard
Source : Google Translate API

Synonymes de « larder »

Source : synonymes de larder sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « larder »


Mots similaires