La langue française

Consultation

Sommaire

  • Définitions du mot consultation
  • Étymologie de « consultation »
  • Phonétique de « consultation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « consultation »
  • Citations contenant le mot « consultation »
  • Images d'illustration du mot « consultation »
  • Traductions du mot « consultation »
  • Synonymes de « consultation »

Définitions du mot consultation

Trésor de la Langue Française informatisé

CONSULTATION, subst. fém.

Action de consulter.
I.
A.− [Correspond à consulter I A; en parlant de plusieurs pers.] Action de se consulter ou de consulter avec quelqu'un, de délibérer ensemble sur une question. Entrer en consultation avec qqn; consultation de savants. « Pour prendre une détermination dans un cas comme le vôtre, il y a besoin d'une consultation intime d'amis... Allons chez Huysmans » (E. et J. de Goncourt, Journal,1895, p. 867):
1. ... le 26 décembre 1954, Pierre Mendès-France, président du Conseil depuis juin (...) décida, à la suite d'une large consultation interministérielle, de soumettre à l'accord de son gouvernement la construction de la bombe et du sous-marin nucléaires. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 116.
Spéc., MÉD. Délibération, conférence de plusieurs médecins entre eux sur un malade dont le cas est grave ou complexe. Consultation entre confrères (médecin traitant et consultant(s)); être appelé en consultation. Tentez tout! appelez un confrère en consultation! (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 219):
2. De retour chez lui, le pauvre avocat apprit que l'on craignait pour la raison de sa mère. Le docteur Bianchon, le docteur Larabit, le professeur Angard, réunis en consultation, venaient de décider l'emploi des moyens héroïques pour détourner le sang qui se portait à la tête. Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 366.
B.− [Correspond à consulter I B] Usuel. Action de donner un avis, un conseil. Consultation juridique, médicale. Une consultation du pape qui fut d'avis que le vrai roi était celui qui exerçait le pouvoir (Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 32).
1. DR. Consultation d'un avocat. Avis motivé, verbal ou le plus souvent écrit, donné par un juriste professionnel sur un point litigieux de droit ou de procédure. C'était l'heure de ses consultations; l'avocat portait une cravate blanche (Flaubert, L'Éducation sentimentale, t. 1, 1869, p. 225).Il donnait des consultations aux petits marchands du quartier sur les moyens d'éluder une dette ou d'éviter des poursuites (A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 183):
3. Le lendemain matin, elle ne monta pas à cheval. Je me rendis à Bordeaux (j'y allais passer deux jours chaque semaine, malgré les vacances du Palais, afin de ne pas interrompre mes consultations). Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 136.
[Au Palais de justice] Centre de consultation juridique gratuite.
2. MÉDECINE
Consultation d'un médecin. Entretien d'un médecin à son cabinet avec son client, au cours duquel il le questionne, l'ausculte en vue de diagnostiquer une maladie et le cas échéant de prescrire un traitement. Cabinet de consultation; jour, heures de consultations; consultation gratuite; donner des consultations; le docteur X reprendra ses consultations le... Anton. visite (au domicile du malade).La Dame. − Il ne donnait pas de consultations gratuites (Romains, Knock,1923, II, 4, p. 11).Tu vas te coucher en rentrant et le docteur viendra à cinq heures après sa consultation (Gyp, Souvenirs d'une petite fille,1928, p. 334):
4. ... la salle d'attente au rez-de-chaussée, le cabinet de consultation au premier étage. Une plaque de cuivre portant le nom du docteur Bellamy indiquait les jours et les heures de consultation. Une plaque plus petite priait les patients de tirer le bouton et d'entrer. Simenon, Les Vacances de Maigret,1948, p. 125.
P. méton. Le résultat de l'entretien consigné par écrit. Cette lettre renfermait de plus une consultation et une ordonnance de son médecin et du mien (Lamartine, Raphaël,1849, p. 305).
P. ext. Lieu des consultations. Aller à la consultation :
5. ... elle allait un jour par semaine dans une consultation conseiller les jeunes mères sur l'allaitement des nouveau-nés et les maladies du premier âge; ... Nizan, La Conspiration,1938, p. 28.
Consultation externe. Service de consultation dans un hôpital pour des malades venus du dehors ou pour leur admission à l'hôpital. Les cinémas s'emplissent selon une cadence que l'on retrouve à la consultation gratuite des hôpitaux (Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 24).Malades en hospitalisation et en consultation externe (L'Organ. hospitalière en France,1957, p. 18).
SYNT. Consultation d'hygiène sociale; consultation médicopsychopédagogique; consultation prématrimoniale, prénatale, postnatale, de protection infantile, des nourrissons; consultation d'orientation éducative.
II.− [Correspond à consulter II] Action de prendre avis ou conseil.
A.−
1. Action de consulter quelqu'un, de demander un avis, un conseil à une personne compétente. Grande, longue consultation :
6. « Les conditions d'un armistice ne peuvent être fixées qu'après consultation des experts militaires et selon la situation militaire au moment même où s'engagent les négociations... » Foch, Mémoires,t. 2, 1929, p. 273.
2. Action de consulter une collectivité, de prendre son avis dans les limites de sa compétence. Consultation électorale, populaire, de la nation, de l'opinion. La grande consultation nationale d'où sortira l'Assemblée nationale constituante qui construira le régime de la IVeRépublique (De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 562).
3. Action de consulter des devins, des dieux, etc. en vue de connaître l'avenir, les conditions de la réussite, etc. Consultation d'une voyante. Écrivez à MmeX. Vous recevrez une voyance personnelle, écrite de sa main. Renseignements sur les consultations verbales (Mon ouvrage, ma maison,mai 1976, p. 108).
B.− Action de consulter quelque chose, de l'examiner pour y chercher un renseignement, une information, une indication. Consultation d'un ouvrage, d'un index, d'un fichier; salle de consultation des catalogues, des manuscrits. Discothèques de consultation (Le Disque en France,1963, p. 19).
[Dans une bibliothèque] Consultation sur place. Accès à la documentation au lieu où elle se trouve rangée. Anton. emprunt.
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃syltasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Av. 1356 consultacion « délibération » (Bersuire, Tite-Live, ms. Ste-Gen., [xives.], fo30eds Gdf. Compl.); 2. 1548 consultation « action de prendre l'avis de quelqu'un » (N. du Fail, Baliverneries d'Eutrapel, Bibl. elz., t. I, p. 163); 3. 1580 « action d'examiner quelque chose pour en tirer un renseignement » (Montaigne, Essais, II, 12, éd. A. Thibaudet, p. 666); 4. 1625 « échange de vues entre médecins au sujet d'un malade » (Le Grand dict. fr.-lat. augmenté, J. Stoer, p. 299, s.v. conseil); 5. 1636 jur. « avis motivé donné par un homme de loi » (Monet, p. 237). Empr. au lat. class. consultatio « action de délibérer » et « question posée à quelqu'un », dér. de consultare (consulter*). Fréq. abs. littér. : 609. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 622, b) 1 039; xxes. : a) 650, b) 1 110.

Wiktionnaire

Nom commun

consultation \kɔ̃.syl.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Conférence que l’on tient pour consulter sur quelque affaire ou sur une maladie.
    • Le succès de l’haruspicine ne se limitait pas à la religion officielle. Une foule d’haruspices privés proposait ses consultations au public moyennant finance : dans la Carthage du IVe siècle apr. J.-C., le futur saint Augustin, alors étudiant, y eut encore recours. — (Dominique Briquel, Les Étrusques, collection « Que sais-je ? », Presses Universitaires de France, 2005, 3e éd., 2016, p.89)
    • La maladie devenant grave, on a demandé une consultation.
    • Appeler un médecin en consultation, Le faire venir pour conférer avec le médecin ordinaire.
  2. (Par extension) Sondage, vote ou référendum.
    • La consultation de mercredi s’est tenue dans de bonnes conditions, et le « oui » l’a emporté de peu.
  3. Avis verbal ou écrit que les avocats ou les médecins donnent touchant l’affaire, touchant la maladie sur laquelle on les consulte.
    • L'échographie mammaire doit être intégrée dans la consultation sénologique. — (René-Charles Rudigoz, Échographie et écho Doppler en gynécologie, page 164, Masson, 2004)
  4. (Par extension) Lieu et de l’heure auxquels un médecin reçoit les malades.
    • Aller à la consultation.
    • Envoyer quelqu’un à la consultation.
  5. (Marché public) Procédure engagée par un client visant à recueillir des offres pour un marché ouvert à la concurrence ; appel d’offres.
    • Cette association permet ensuite à l’entreprise de proposer les réponses techniques qui lui paraissent les plus appropriées aux choix du maître d’œuvre et de développer des variantes, ce qui est accepté dans les offres de la consultation. — (Agence publique pour l'immobilier de la justice, Le Nouveau marché d’ingénierie, p. 5. Brochure éditée le 31 août 2001)
    • De par sa position, le chef de projet peut être amené à établir lui-même le chiffrage d'une prestation. En général, cette action fait suite à la remise d'une consultation sous la forme d'un cahier des charges. — (Olivier Englender, ‎Fouad Bouchaouir & ‎Yannick Dentinger, Gestion de projet : 50 outils pour agir, Vuibert, 2014, outil 6)

Nom commun

consultation

  1. Consultation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONSULTATION. n. f.
Conférence que l'on tient pour consulter sur quelque affaire ou sur une maladie. La maladie devenant grave, on a demandé une consultation. Appeler un médecin en consultation, Le faire venir pour conférer avec le médecin ordinaire. Il signifie aussi Avis verbal ou écrit que les avocats ou les médecins donnent touchant l'affaire, touchant la maladie sur laquelle on les consulte. Consultation gratuite. Il se dit, par extension, du Lieu et de l'heure auxquels un médecin reçoit les malades. Aller à la consultation. Envoyer quelqu'un à la consultation.

Littré (1872-1877)

CONSULTATION (kon-sul-ta-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de consulter. Je vous défends de faire à ce sujet aucune consultation à d'autres qu'à moi, Bossuet, Lett. abb. 93.
  • 2Avis motivé d'un ou de plusieurs jurisconsultes sur un point de droit. Un avocat a-t-il quelque réputation établie ? il cesse de plaider et se borne aux consultations où il s'enrichit, Fénelon, t. XXI, p. 166.

    En un sens opposé, mémoire qu'une personne présente et sur lequel elle demande un avis motivé.

    Autrefois on nommait pilier de consultation, ou, simplement, pilier, le premier pilier de la grand'salle où se rangeaient les anciens avocats ; et chambres des consultations, certains cabinets voisins où ils s'assemblaient pour consulter. Il y avait aussi le banc de consultations.

  • 3Réunion de médecins auprès d'un malade pour délibérer sur les moyens de le secourir. Un jour, il était en consultation avec d'autres médecins, Rousseau, Conf. V.

    Avis que donne un médecin que l'on vient consulter ; ou bien mémoire contenant l'opinion d'un ou de plusieurs médecins sur l'état d'un malade.

    Le lieu et le temps consacrés aux consultations. Aller à la consultation du médecin.

HISTORIQUE

XIVe s. Celui qui fait consultation, soit bien, soit mal, il fait questions et raisons d'une partie et d'autre, Oresme, Eth. 183. Il avient aucune fois que la consiliacion ou consultacion dure trop lonc temps, Oresme, ib. 183. Sur lesquelles choses le senat ha eu grant consultacion, Bercheure, f° 28, verso.

XVIe s. Le commencement de toute vertu, c'est consultation et deliberation, Montaigne, II, 3. Nous avons formé une verité par la consultation et concurrence de nos cinq sens, Montaigne, II, 359. Nous estimons grande chose nostre mort, et qui ne passe pas sans solenne consultation des astres, Montaigne, II, 381. Nous n'avons que faire de consultations et interpretations doctorales, Montaigne, IV, 276. Appelans la modestie pusillanimité ; la consultation et deliberation prudente tergiversation palliée, Lanoue, 55. Aux consultations des affaires nous appellons les anciens capitaines, Du Bellay, M. Prol. Les tribuns du peuple, qui estoient presens à ceste consultation du senat, Amyot, Cor. 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONSULTATION, s. f. (Jurispr.) est l’examen d’une question de fait ou de Droit, & l’avis qui est donné sur ce qui en résulte.

Ce sont ordinairement des avocats qui donnent des consultations sur les matieres de Droit & de coûtume, & sur tout ce qui a rapport à l’administration de la justice.

Leurs consultations ont beaucoup de rapport avec ces décisions des jurisconsultes, qu’on appelloit chez les Romains responsa prudentum. Ces jurisconsultes étoient les seuls qui avoient la liberté d’interpreter les lois ; & ce furent leurs décisions qui servirent à former le digeste. Il en est à-peu-près de même parmi nous ; quoique toutes sortes de personnes versées dans le Droit & dans la Pratique puissent donner des avis à ceux qui leur en demandent, néanmoins les avocats ont seuls caractere pour donner des consultations authentiques. En effet, les ordonnances veulent qu’en certaines matieres on soit muni de la consultation d’un avocat avant d’être admis à plaider, comme dans les requêtes civiles, où les lettres de chancellerie ne sont expédiées que sur une consultation signée de deux anciens avocats, & de celui qui a fait le raport. Il faut aussi pour les appels comme d’abus une consultation signée de deux anciens avocats ; & ces consultations s’attachent aux lettres de chancellerie. La plupart des commissaires départis dans les provinces sont aussi dans l’usage de ne point autoriser les communautés d’habitans à intenter aucune demande, que sur une consultation d’avocat, afin de ne point les autoriser trop légerement à entreprendre de mauvaises contestations. Enfin ceux qui sont interdits, ou auxquels on a donné un conseil, ne peuvent intenter aucune demande sans la consultation par écrit de l’avocat qui leur a été nommé pour conseil.

Les anciennes ordonnances distinguent les avocats en trois classes ; savoir les avocats conseillers, consiliarii, c’est-à-dire consultans ; les avocats plaidans, & les avocats écoutans, qui sont les jeunes avocats : cette distinction suppose qu’il n’y avoit autrefois que les anciens avocats qui eussent droit de donner des consultations. Cette qualité d’ancien s’acquéroit autrefois au bout de dix ans ; présentement il faut vingt années d’exercice. Il est constant que les anciens avocats sont communément plus propres à la consultation que les jeunes, parce qu’ils ont eu le tems d’acquérir plus de connoissance & d’expérience dans les affaires. Aussi les ordonnances qui requierent une consultation, veulent-elles qu’elle soit signée de deux anciens avocats. Dans toute autre matiere il est libre de consulter ou de ne pas consulter, & de s’adresser à tel avocat que l’on juge à propos, ancien ou jeune.

Les consultations se font verbalement ou par écrit : celles qui se donnent par écrit, commencent ordinairement par ces mots : Le conseil soussigné qui a vû le mémoire & les pieces y jointes, &c. est d’avis, &c. elles finissent ordinairement par ces mots : Délibéré à tel endroit ; ensuite la date & la signature des consultans. Il n’y a cependant pas de forme essentielle ; chacun peut les rédiger comme bon lui semble.

Avant de s’embarquer dans une affaire, il est bon de commencer par consulter, & de ne pas imiter ces plaideurs téméraires & obstinés, qui ne consultent que pour chercher des moyens de soûtenir une cause desespérée. Il faut consulter un homme sage & expérimenté, qui ne soit pas un simple praticien, mais qui ait un fond de principes ; qui écoute avec attention & avec modération ce qu’on lui expose, & les raisons qu’on allegue pour combattre les siennes ; qui ne soit ni indécis ni trop entreprenant, qui ne se détermine ni par humeur ni par vivacité, mais par des raisons solides, & avec beaucoup de circonspection ; qui ne soûtienne point son avis avec trop de chaleur ni par entêtement, ou par un faux point d’honneur ; mais il faut que ce soit par des réflexions judicieuses, & qu’il fasse gloire de se réformer, si on lui fait voir qu’il est dans l’erreur, comme cela peut quelquefois arriver aux plus habiles gens.

On peut consulter plusieurs avocats ensemble ou séparément. Quelques-uns préferent de les consulter chacun en particulier, pensant par-là tirer d’eux plus de lumieres, & que les avis séparés sont plus libres ; que dans une assemblée de consultans, il s’en trouve quelquefois un qui a de l’ascendant sur l’esprit des autres, & qui leur impose ; & que les autres n’ayant pas la fermeté de lui résister, adoptent son avis par condescendance ; ce que l’on appelle vulgairement des consultations moutonnieres. Il est certain que quand chacun rédige séparément son avis par écrit, on trouve communément dans ces différentes consultations une plus grande abondance d’idées, qu’il n’y en auroit dans une seule & même rédaction. Cependant si l’on a l’attention de choisir plusieurs consultans d’égale force, & pour rédacteur un avocat vif & pénétrant, qui ne laisse rien échapper, cette voie paroît la plus sûre pour avoir une bonne consultation, & plus propre à se déterminer ; parce que les différens consultans discutant ensemble les raisons que chacun d’eux propose, elles sont communément bien mieux débattues que par un seul ; & tel qui a donné son avis tout seul, auroit quelquefois été d’un avis opposé, s’il eût prévû les raisons qui ont déterminé l’autre : plus vident oculi quam oculus.

Lorsque plusieurs avocats concourent pour une même consultation, c’est le plus jeune qui fait le rapport du fait & des pieces, & qui est chargé de rédiger la consultation : il la signe le premier comme rédacteur, & la présente ensuite à signer à ses anciens ; ce qui se fait ordinairement par ordre de matricule : cependant cela ne s’observe pas toûjours exactement.

Les consultations par écrit sont mises le plus souvent ensuite du mémoire à consulter, & en ce cas elles sont relatives au mémoire pour les pieces & les faits qui y sont énoncés. Lorsque la consultation est rédigée séparément du mémoire, il est à-propos de faire mention en tête des mémoires & pieces qui ont été communiqués ; & cela sert à justifier le consultant, si on a omis de lui communiquer quelque piece essentielle, comme font quelquefois ceux qui consultent, soit par inadvertance ou par un esprit de ruse mal-entendu ; car c’est s’abuser soi-même que de ne pas déclarer tout à son conseil, même ce qu’il y a de plus fort contre soi.

Il seroit bon de désigner de quelle part on a été consulté, pour ne pas tomber dans l’inconvénient de consulter pour & contre ; car quoique la vérité soit une dans son langage, il n’est pas séant que celui qui a eu le secret d’une partie puisse le communiquer à son adversaire.

Les consultations ne doivent avoir pour but que la justice & la vérité ; un avocat qui plaide une cause qu’il croit bonne ou au moins problématique, peut employer tous les moyens légitimes qu’il croit propres à la soûtenir ; mais un consultant ne doit épouser les intérêts d’aucune partie ; il doit condamner sans ménagement celui qui le consulte s’il est mal-fondé, & ne point lui dissimuler la difficulté que peut souffrir la question.

Il ne suffit pas au-surplus au consultant de dire son avis séchement, viventis non est autoritas ; c’est pourquoi il doit appuyer son avis de toutes les raisons & autorités qui peuvent être utiles pour le soutien de la cause.

On appelle pilier des consultations, le premier pilier de la grand’salle du palais, où les avocats consultans se rassemblent le matin depuis onze heures environ jusqu’à une heure.

Les chambres des consultations sont différentes chambres situées dans l’enclos du palais, où les avocats se retirent pour donner des consultations : la plus grande de ces chambres, qu’on appelle la grand’chambre des consultations, sert aussi quelquefois pour certaines assemblées de discipline.

Les consultations de charité se donnent en la bibliotheque des avocats un jour de chaque semaine. On nomme à cet effet, pour chaque fois, six d’entre ceux qui ont au moins dix ans de palais, & un avocat plus jeune pour faire le rapport des questions & rédiger les consultations.

Le roi Stanislas duc de Lorraine & de Bar, a fondé à Nancy des consultations de charité.

On appelle aussi consultation un droit que les procureurs comprennent dans leurs mémoires de frais & dans la taxe des dépens ; ce droit a été établi en certains cas où le procureur est censé avoir consulté un avocat, comme pour former la demande introductive, pour produire, sur un interrogatoire, sur des criées, &c.

Il ne faut pas confondre ces droits de consultation avec le droit de conseil que les procureurs ont sur les défenses, repliques, & autres procédures.

Consultation est aussi employée dans quelques ordonnances pour déliberations & arrêts du parlement. Charles V. alors régent du royaume, dans des lettres du 18 Octobre 1358 adressées aux gens du parlement leur ordonne, judicetis & consultationes vestras atque judicia pronuncietis, &c. (A)

Consultation, (Medecine.) συμβούλευσις, consultatio, deliberatio : on entend par ce terme la partie de l’exercice de la profession du medecin, qui consiste dans l’examen qu’il fait, soit en particulier soit en commun, avec un ou plusieurs de ses confreres, de l’état présent d’une personne en santé ou en maladie, des causes & des conséquences qu’on peut tirer de cet état, & des moyens qu’il convient d’employer relativement aux indications que présentent ces considérations ; pour conserver la santé si elle est actuellement existante, pour préserver des maladies que l’on peut avoir à craindre & que l’on peut prévenir ; pour guérir celles qui troublent présentement l’œconomie animale, ou au moins pour les pallier si elles ne sont pas jugées susceptibles de guérison, lesquels moyens doivent être dirigés par la juste application de la méthode prescrite par les regles de l’art.

Cet examen, qui forme la consultation & d’où resulte un jugement porté sur le cas proposé, peut être fait, soit sur l’exposé de la personne qui a besoin de conseil pour sa santé & qui le demande elle-même, soit sur la relation qui est faite de son état de vive voix ou par écrit.

Ce jugement d’un ou de plusieurs medecins, qui est le résultat de la consultation, est ce qu’on appelle l’avis du ou des medecins. Ceux de cette profession qui sont actuellement ou habituellement consultés, sont dits conséquemment medecins consultans : on donne particulierement cette épithete à ceux qui ont spécialement la fonction de donner leurs avis sur la santé ou sur les maladies des princes. Voyez sur tout ce qui regarde la consultation & les regles qui la concernent, la préface de Fréderic Hoffman à la tête du tome IV. de ses œuvres, qui sert d’introduction à son recueil de consultations & de réponses médicinales. Voyez Medecin, Medecine. Article de M. d’Aumont.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « consultation »

Lat. consultatio, de consultare, consulter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin consultatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin consultatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « consultation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
consultation kɔ̃syltasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « consultation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « consultation »

  • La consultation du dictionnaire reste une promenade délicieuse. De Bernard Pivot / Le Figaro du 16/06/2015
  • Ceux qui s'accrochant au pouvoir après avoir été désavoués lors d'une consultation nationale et profitent de la confusion qu'ils ont créée pour tenter de se rétablir appartiennent à la confrérie des politiciens habiles, désinvoltes et cyniques. De Pierre-André Wiltzer
  • PARIS (TICsanté) - Les anomalies de consultations de dossiers patients informatisés (DPI) d'agents hospitaliers ont connu une très forte augmentation au mois d'avril 2020, selon une analyse de l'éditeur Daqsan communiquée à TICsanté. , Pic de consultations "anormales" des DPI en avril
  • Les téléconsultations sont vues par de nombreux professionnels de la santé, et par de nombreux patients, comme une médecine de qualité inférieure. La pandémie de COVID-19 a cependant permis à un certain nombre d’entre eux de découvrir que l’on pouvait prendre en charge à distance, sans perte de qualité, de nombreux problèmes de santé. La santé (autrement), Télémédecine : les consultations téléphoniques sont-elles dangereuses? – La santé (autrement)
  • Cette consultation médicale dite « complexe » pourra être proposée par le médecin traitant aux patients à risque ou en ALD, qui n’ont pas pu être vus en consultation au cours de la période de confinement. Previssima, Coronavirus : une consultation médicale « bilan et vigilance » dédiée aux personnes à risque ou souffrant d’une ALD - Previssima
  • Légalement, cette réforme déjà adoptée par le parlement russe ne doit pas faire l’objet d’une consultation. Mais le président russe y tenait, compte-tenu de l’importance du sujet. En effet, les amendements constitutionnels ratissent large et ne doivent surtout pas être minimisés car ils disent beaucoup sur la société russe telle que veut la consolider Vladimir Poutine. Selon le principe du vote qui a débuté jeudi, tout est à prendre ou à laisser. Il n’y a pas de demi-mesure. Dans cette réforme se trouvent donc la référence à dieu et au mariage uniquement entre un homme et une femme pour flatter la fibre ultra-conservatrice, l’indexation des pensions de retraite pour la frange de son électorat la plus âgée, en passant par la sanctuarisation du territoire pour rassurer les nationalistes, auxquels le président russe promet de ne jamais rendre ni la Crimée à l’Ukraine, ni les îles Kouriles au Japon.  France Culture, Russie : une consultation populaire pour relancer Vladimir Poutine

Images d'illustration du mot « consultation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « consultation »

Langue Traduction
Anglais consultation
Espagnol consulta
Italien consultazione
Allemand beratung
Chinois 咨询服务
Arabe التشاور
Portugais consulta
Russe консультация
Japonais 相談
Basque kontsulta
Corse cunsultazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « consultation »

Source : synonymes de consultation sur lebonsynonyme.fr
Partager