Injecter : définition de injecter


Injecter : définition du Wiktionnaire

Verbe

injecter transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’injecter)

  1. (Médecine) Introduire un liquide dans l’organisme par le moyen d’une seringue ou de tout autre instrument, en parlant du liquide comme de la partie dans laquelle se fait l'injection.
    • Les toxicos t’attirent que des emmerdes. Surtout les PD. Ces chbebs qui t’appellent trois fois par jour, ils s’injectent la coke avec des seringues. — (Alexandre Kauffmann, Surdose, Paris : Éditions Goutte d'or, 2018, chap. 8)
    • On prévient certaines maladies en injectant un sérum dans telle ou telle partie du corps. — Injecter une plaie.
  2. (Anatomie) Introduire une matière colorée, ou du mercure, dans les vaisseaux d’un cadavre, soit pour le conserver, soit pour rendre ces parties plus apparentes et pour en faciliter la dissection.
    • Injecter un cadavre.
    • Injecter les veines, les artères.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Injecter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INJECTER. v. tr.
T. de Médecine. Introduire un liquide dans l'organisme par le moyen d'une seringue ou de tout autre instrument. On prévient certaines maladies en injectant un sérum dans telle ou telle partie du corps. Il prend aussi pour complément le nom des parties dans lesquelles on injecte une liqueur. Injecter une plaie. Il signifie également, en termes d'Anatomie, Introduire une matière colorée, ou du mercure, dans les vaisseaux d'un cadavre, soit pour le conserver, soit pour rendre ces parties plus apparentes et pour en faciliter la dissection. Injecter un cadavre. Injecter les veines, les artères. Fig., Face injectée, Face colorée par l'afflux du sang. Yeux injectés de sang, ou simplement Yeux injectés, Yeux où l'engorgement du sang fait paraître de petites veines rouges.

Injecter : définition du Littré (1872-1877)

INJECTER (in-jè-kté) v. a.
  • 1Introduire, par le moyen d'une seringue ou de tout autre instrument, un liquide dans une cavité du corps, dans une plaie, dans le rectum, dans une fissure, dans les vaisseaux d'un cadavre. Reynier Graaf fut le premier qui, pour voir le mouvement du sang dans les vaisseaux, inventa une nouvelle espèce de seringue par où il injectait dans les vaisseaux une matière colorée, Fontenelle, Ruysch.
  • 2Remplir d'un liquide à l'aide d'une seringue une cavité quelconque. Injecter les veines, les artères. Injecter les vaisseaux lymphatiques avec du mercure. Injecter un cadavre.

    Absolument. L'art d'injecter.

  • 3S'injecter, v. réfl. Être injecté. Le mercure s'injecte dans les vaisseaux lymphatiques.

    Être rempli par un liquide injecté. Les veines s'injectent par l'orifice aortique du cœur.

    Terme de médecine. Recevoir un excès de sang dans les vaisseaux capillaires. Ses yeux s'injectent.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

INJECTER. Ajoutez :

Introduire une substance métallique ou organique dans les fibres d'une pièce de bois pour la protéger contre les actions de l'eau, des agents atmosphériques, etc. On injecte les poteaux télégraphiques, les traverses de chemin de fer, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Injecter : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INJECTER, verb. act. (Anatom.) c’est la méthode de remplir les vaisseaux des animaux avec une liqueur colorée, qui se durcissant, tient les vaisseaux distendus & fermes, & laisse la liberté d’en observer plus exactement la distribution, la situation & les diametres, de découvrir le nombre de leurs ramifications & de leurs anastomoses, qu’il ne seroit pas possible d’appercevoir sans ce moyen.

La nature des instrumens, celle des liqueurs dont on se sert pour les injections, la maniere dont on veut faire l’injection, enfin la manœuvre même de l’injection, sont autant d’articles dont on va donner l’explication.

C’est une découverte qui a beaucoup contribué à éclaircir l’économie animale. Malpighy & Glisson se sont servi de liqueurs colorées, mais Swamerdam paroît être le premier qui ait employé une préparation de cire. Il ajoute qu’il apprit cette méthode en 1666 à Van-Horne & à Hade ; ce ne fut qu’en 1668 que Graaf fit graver la figure des instrumens dont il falloit se servir, & qu’il décrivit tout ce merveilleux artifice. Mais Ruysch a poussé cet art si loin, que les plus savans hommes sont aussi pleins d’admiration que les plus ignorans, à la vue des prodiges qu’a opéré son industrie. Il faisoit une espece de mystere de son secret ; mais à présent les anatomistes sont suffisamment instruits de la maniere de remplir les vaisseaux.

L’instrument dont on se sert ordinairement pour pousser la liqueur dans les vaisseaux, est une forte seringue de cuivre, dont le piston doit couler avec aisance, & à laquelle peuvent s’adapter différens tuyaux qu’on y fixe par le moyen d’une vis ; les extrémités de ces tuyaux ont différens diametres, & sont sans vis, afin qu’ils puissent entrer dans d’autres tuyaux, & s’emboîter avec eux si exactement que pour peu qu’on les force l’un contre l’autre, rien ne puisse passer entre eux. Mais parce que leur cohésion n’est pas assez forte pour résister à la force avec laquelle on pousse l’injection, & qu’il est à craindre que ce second tuyau ne soit repoussé, & que la matiere de l’injection ne s’échappe & ne fasse ainsi manquer l’opération ; l’extrémité du second tuyau qui reçoit celui qui est fixe sur la seringue, doit avoir une partie quarrée terminée devant & derriere par un cercle élevé ou saillant, afin d’empêcher la clé qui embrasse étroitement l’entre-deux de ces cercles ou la partie quarrée, de glisser ; ou bien elle doit être garnie de deux branches de cuivre, afin de pouvoir la contenir avec deux doigts. L’autre extrémité de cette espece de tuyau est de différente grosseur, & il y a vers cette extrémité une hoche ou entaillure qui sert à arrêter un fil ; par le moyen de cette hoche, le fil qui lie ce vaisseau par lequel on doit faire l’injection, ne sauroit glisser : outre cette forme commune à tous les tuyaux de la seconde espece, on doit en avoir quelques uns qui soient plus larges & qui soient configurés d’une autre maniere pour des cas particuliers. Par exemple, si l’on veut injecter les gros vaisseaux, le tuyau attaché à un grand vaisseau doit avoir une valvule ou un robinet, & qu’on puisse tourner selon le besoin pour empécher que l’injection ne sorte du vaisseau par le tuyau ; autrement il faut que celui qui fait l’injection attende pour retirer la seringue, que la matiere injectée soit refroidie ; ou s’il retire trop tôt la seringue, l’injection s’échappe, & les gros vaisseaux se desemplissent. Lorsque la seringue n’est pas assez grande pour contenir toute la matiere nécessaire pour remplir les vaisseaux, il faut la remplir une seconde fois ; si l’on étoit obligé pour cela de retirer la seringue du tuyau attaché au vaisseau, il se perdroit de l’injection, & ce qui seroit exposé à l’air se refroidiroit & se durciroit. Pour éviter ces inconvéniens il faut avoir quelques tuyaux qui aient une branche courbe soudée latéralement, & une valvule disposée de maniere que la liqueur ne puisse pas passer du tuyau droit dans le tuyau courbe, mais qui au contraire la laisse passer du tuyau courbe dans le tuyau droit. Celui qui fait l’injection ayant alors soin de tenir l’extrémité du tuyau courbe dans la liqueur qui sert à l’injection, peut aussi-tôt qu’il a desempli la premiere seringue, la remplir de nouveau en tirant seulement le piston, & reitérant cette manœuvre avec diligence, il sera en état de pousser dans les vaisseaux tout autant de liqueur qu’il en faudra pour les injecter parfaitement. Tous ces différens tuyaux sont ordinairement faits de cuivre jaune ; ils peuvent néanmoins l’être de tout autre métal, comme d’étain, &c.

Les liqueurs dont on se sert lorsqu’on a dessein de remplir les vaisseaux capillaires, sont telles qu’elles peuvent se mêler ou avec l’eau ou avec les liqueurs grasses ; les unes & les autres ont des avantages & des inconvéniens. Toutes les différentes especes de glues, comme la colle de poisson, la colle forte, &c. dissoutes & délayées dans l’eau, se mêlent aisément avec les liqueurs contenues dans les vaisseaux des animaux, ce qui est un grand avantage ; car elles pénetrent jusques dans les plus petits vaisseaux d’un sujet bien choisi & bien préparé, & souvent elles suffisent pour répondre à l’intention de l’anatomiste, lorsqu’il n’a d’autre dessein que de préparer quelque fine membrane, dont les vaisseaux sont si déliés, qu’il n’est pas possible de les appercevoir à la vue, si les sections transversales de ces vaisseaux sont circulaires, ou si leurs parois sont affaissées. Mais lorsqu’il faut aussi injecter les gros vaisseaux, ces sortes d’injections ont un inconvénient fâcheux, & la préparation en est moins utile & moins belle. En effet, si l’on n’injecte qu’une liqueur glutineuse, il n’est pas possible de conserver un sujet aussi long-tems qu’il en faut à la colle pour sécher & se durcir ; & comme en disséquant la partie injectée, il n’est guere possible qu’on ne coupe plusieurs vaisseaux, l’injection s’épanchera. Pour éviter cet inconvénient, on pourroit à la vérité tremper la partie dans l’esprit de vin qui coaguleroit la colle ; mais alors elle devient si fragile, qu’elle se casse pour peu qu’on la manie, & si l’on veut conserver la préparation, les gros vaisseaux se fléchissent presque entierement lorsque les parties aqueuses de l’injection sont évaporées. On pourroit aussi prévenir l’épanchement de l’injection en liant exactement chaque vaisseau avant que de le couper ; mais cela n’empêche pas que les vaisseaux ne se contractent lorsque la colle se desseche. Si pour obvier à ces inconvéniens, on commence à injecter d’une dissolution de colle ce qu’il en faut pour remplir les vaisseaux capillaires, & que pour remplir ensuite les grands vaisseaux, on se serve de l’injection grasse ordinaire, la cire ne va pas fort loin sans se congeler, & les deux sortes d’injections ne manquent jamais de se mêler irrégulierement ; desorte que les vaisseaux paroissent interrompus & cassés par la séparation mutuelle de ces deux liqueurs, ce qui devient encore plus sensible dans la suite à mesure que les parties aqueuses se dissipent. L’esprit de vin coloré se mêle avec les eaux & les huiles, & peut encore pénétrer jusques dans les plus petits vaisseaux ; mais d’un autre côté il coagule toutes les liqueurs animales qu’il rencontre, & qui quelquefois bouchent les vaisseaux de maniere que l’injection ne sauroit passer jusqu’aux capillaires ; d’ailleurs, l’esprit-de-vin ne peut tenir qu’avec peine, suspendues quelques-unes des poudres qui communiquent les couleurs les plus durables ; & comme il s’évapore à la fin entierement, les vaisseaux deviennent fort petits, & cette petite quantité de poudre colorée qui reste dans les vaisseaux n’ayant rien qui en tienne les parties liées & réunies entre elles, elle paroît ordinairement interrompue en tant d’endroits, que les petites ramifications de vaisseaux ont plûtôt l’apparence d’un coup de pinceau jetté au hasard, que de tuyaux réguliers & continus. Le suif fondu & mêlé avec un peu d’huile de térébenthine, peut quelquefois remplir les petits vaisseaux, & tient les plus gros suffisamment distendus ; mais il s’arrête dès qu’il rencontre quelque fluide dans les parties, & ne peut jamais pénétrer aussi avant que les autres liqueurs ; il a d’ailleurs si peu de ténacité qu’il se casse pour peu qu’on le manie, ce qui rend les préparations fort desagréables. Ce qui réussit le mieux pour les injections finies, c’est l’huile de térébenthine colorée qu’on pousse d’abord à la quantité requise pour remplir les plus petits capillaires, & immédiatement après on remplit les gros vaisseaux avec l’injection commune. L’huile de térébenthine est assez subtile pour pénétrer plus avant qu’aucune autre liqueur colorée ; ses parties résineuses qui restent après l’évaporation des parties spiritueuses lient assez celles de la matiere qui a servi à la colorer pour les empêcher de se desunir, & elle s’incorpore intimement avec l’injection ordinaire ; de maniere que si l’injection est bien faite, il est impossible à la vue la plus perçante de s’appercevoir qu’on a employé deux sortes d’injections. Toutes les liqueurs dont on se sert pour injecter les vaisseaux des animaux n’ayant qu’une foible & presque toûte une même couleur, ne paroîtroient pas du tout dans les plus petits vaisseaux, parce qu’elles y deviennent entierement transparentes. Il faut pour les rendre sensibles, y mêler quelque matiere capable de les colorer ; & lorsqu’on injecte différens vaisseaux d’une partie, même des plus gros, on a de la peine à distinguer les uns, à moins qu’on ne donne différentes couleurs aux injections, ce qui rend aussi les préparations plus belles. Pour cet effet les Anatomistes se servent de plusieurs matieres pour colorer leurs liqueurs selon leurs intentions ; telles par exemple, que la gomme gutte, le safran, l’ivoire brûlé, &c. qu’on peut avoir aisément. L’essentiel est d’examiner les matieres qui sont propres à être mêlées avec les liqueurs destinées à injecter les vaisseaux capillaires ; car il est rare qu’on ait besoin d’injecter d’autres vaisseaux, excepté certaines ramifications principales des arteres, & quelques veines. Les couleurs communément employées par ces deux dernieres sortes de vaisseaux, sont le rouge, le verd, & quelquefois le bleu. Les Anatomistes sans doute, se sont proposés d’imiter les couleurs naturelles des arteres & des veines de l’animal vivant, en remplissant les unes avec une matiere rouge, & les autres avec une matiere bleue ouverte. Il résulte cependant d’autres avantages de ces couleurs, telle que la vive réflexion des rayons de lumiere, & le peu de disposition qu’elles ont à les laisser passer ou à devenir transparentes, sans quoi les vaisseaux les plus fins seroient encore imperceptibles après avoir été injectés. Les matieres animales & végétales dont on se sert pour colorer les injections, telles que la cochenille, la lacque, l’orcanette, le bois de Brésil, l’indigo, &c. ont en général l’inconvénient de se grumeler & de boucher ainsi quelques vaisseaux. Leurs couleurs aussi se passent trop tôt lorsqu’on fait dessécher les parties pour les conserver, & elles les communiquent encore aisément aux liqueurs dans lesquelles on conserve les préparations, outre qu’elles ont l’inconvénient d’attirer les insectes ; ainsi quoiqu’on réussisse assez souvent en se servant de ces couleurs, il faut cependant préférer les substances minérales, telles que la pierre calaminaire, le minium ou le vermillon, pour les injections rouges ; & de ces matieres le vermillon est encore préférable aux autres, parce qu’il donne une couleur plus vive, & qu’on le trouve ordinairement mieux broyé. La couleur verte qu’on emploie généralement est le verd-de-gris, & celui qu’on nomme crystallisé vaut mieux encore, parce que sa couleur est plus éclatante, qu’il ne se grumele jamais, & qu’il se dissout dans les liqueurs grasses.

Pour les injections fines, on prend une livre d’huile de térébenthine bien claire, & l’on y mêle peu-à-peu une once de vermillon ou de verd-de-gris crystallisé en poudre subtile, ou plutôt exactement broyé sur le porphyre ; il faut les agiter avec une spatule de bois jusqu’à ce que le mélange soit exact, & passer ensuite la liqueur par un linge fin. La séparation des parties les plus grossieres se fait encore mieux, en ne versant d’abord sur la poudre que quelques onces d’esprit de térébenthine, & agitant fortement avec une spatule : laissez un peu reposer, & versez par inclination dans un autre vase bien net l’esprit de térébenthine & le vermillon ou le verd-de-gris qui y est suspendu, & répétez cela jusqu’à ce que l’esprit de térébenthine n’enleve plus de la poudre, & qu’il n’en reste que les parties les plus grossieres. L’injection ordinaire se prépare ainsi : prenez une livre de suif, cinq onces de cire blanche ou jaune, trois onces d’huile d’olive, faites fondre ces matieres au feu de lampe ; lorsqu’elles seront fondues, ajoutez-y deux onces de térébenthine de Venise ; & quand elle sera mélée, vous y ajouterez environ deux onces de vermillon ou de verd-de-gris préparé, que vous mélerez peu-à-peu ; passez alors votre mélange par un linge propre & chauffé, pour séparer toutes les parties grossieres ; & si l’on veut pousser cette matiere plus avant dans les vaisseaux, on peut avant que de s’en servir, y ajouter un peu d’huile, ou esprit de térébenthine.

Voici quelques regles générales pour le choix d’un sujet convenable. 1°. Plus le sujet que l’on injecte est jeune, plus aussi, toutes choses d’ailleurs égales, l’injection se portera loin, & ainsi du contraire. 2°. Plus les fluides de l’animal auront été dissous & épuisés pendant sa vie, plus aussi le succès de l’opération sera grand. 3°. Moins la partie que l’on a dessein d’injecter est solide, plus les vaisseaux se rempliront. 4°. Plus les parties sont membraneuses & transparentes, plus l’injection sera sensible. C’est pourquoi, lorsque l’on injecte quelque partie solide d’un vieux sujet, qui est mort ayant les vaisseaux pleins d’un sang épais, à peine est-il possible de pousser l’injection dans quelques vaisseaux. Les principales choses que l’on doit avoir en vûe, lorsqu’on a dessein d’injecter un sujet, sont de dissoudre les fluides épaissis, de vuider les vaisseaux & de relâcher les solides, & d’empêcher que la liqueur injectée ne se coagule trop tôt. Pour remplir toutes ces fins, quelques auteurs proposent d’injecter par les arteres de l’eau tiede ou chaude jusqu’à ce qu’elle revienne claire par les veines, & les vaisseaux par ce moyen sont si bien vuidés de tout le sang qu’ils contenoient, que les parties en paroissent blanches. Ils conseillent ensuite de pousser l’eau, en introduisant de l’air avec force, & enfin de faire sortir l’air en pressant avec les mains les parties où il a été introduit. Après une semblable préparation, on peut parvenir, il est vrai, à faire des injections subtiles ; mais il y a ordinairement un inconvénient inévitable, qui est dans toutes les parties où il se trouve un tissu cellulaire tant-soit-peu considérable ; la tunique cellulaire ne manque jamais d’être engorgée d’eau qui gâte les parties qu’on a dessein de conserver dans des liqueurs ou de faire dessécher. Il est encore rare qu’il ne se mêle avec l’injection grasse, soit dans les grands, soit dans les petits vaisseaux, quelques parties aqueuses qui font paroître l’injection interrompue ; c’est pourquoi il vaut mieux se passer de cette injection avec l’eau, si on le peut, & faire macérer le sujet, ou la partie que l’on a dessein d’injecter pendant long-tems dans de l’eau chauffée au degré qu’on y puisse facilement porter la main : par le moyen de cette eau chaude, les vaisseaux seront suffisamment ramollis & relâchés, le sang deviendra fluide, & l’injection ne sera pas exposée à se refroidir si-tôt ; mais il faut avoir soin que l’eau ne soit pas trop chaude, car les vaisseaux se raccourciroient & le sang se durciroit. On peut, pendant la macération, exprimer de tems à autre, autant qu’il est possible, les liqueurs de l’animal, & les déterminer vers le vaisseau qu’on a ouvert pour pousser l’injection ; le tems qu’il faut continuer la macération est toujours proportionné à l’âge du sujet, à la grosseur, à la grandeur des parties qu’on veut injecter, & à la quantité de sang que l’on remarque dans les vaisseaux, ce qui ne peut guere s’apprendre que par l’expérience. Mais il faut au moins faire son possible pour que le sujet ou la partie macérée soit bien chaude, & continuer à presser en tous sens avec les mains jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sang, dans quelque situation qu’on mette le sujet. Lorsque la seringue à injecter l’injection & le sujet sont en état, il faut choisir un des tuyaux de la seconde espece, dont le diametre soit proportionné à celui du vaisseau par lequel doit se faire l’injection ; car si le tuyau est trop gros, il est évident qu’on ne pourra pas l’introduire, & s’il est beaucoup plus petit que le vaisseau, il ne sera pas possible de les attacher si bien que les tuniques des vaisseaux, en se repliant, ne laissent entr’elles & le tuyau quelque petit passage par lequel une partie de l’injection rejaillira sur celui qui injecte dans le tems de l’opération, & les vaisseaux les plus proches se vuideront en partie par la perte d’une portion de la liqueur injectée : lorsqu’on a choisi un tuyau convenable, il faut l’introduire dans l’orifice du vaisseau coupé, ou dans une incision qu’on y fait latéralement ; & alors ayant passé un fil ciré au-dessous & le plus près du vaisseau qu’il est possible, par le moyen d’une aiguille ou d’une sonde flexible & armée d’un œil, il faut faire avec le fil le nœud du chirurgien, & le serrer autant que le fil le permet, ayant soin que le nœud porte sur la hoche ou entaillure du tuyau, autrement le nœud glisseroit, & le tuyau sortiroit du vaisseau dans le tems de l’opération, ce qui la rendroit inutile. S’il se trouve de grands vaisseaux coupés qui communiquent avec ceux qu’on a dessein d’injecter ; ou s’il y en a d’autres qui partent du même tronc, & qu’on ne veuille pas y faire passer l’injection, il faut les lier tous avec soin pour ménager la liqueur, & pour que l’opération réponde mieux à l’intention que l’on a pour lors. Tout cela étant fait, il faut faire chauffer au feu de la lampe les deux sortes d’injections, ayant toujours soin de les remuer continuellement, de crainte que la poudre qui leur donne la couleur ne se précipite au fond & ne se brûle. L’esprit de térébenthine n’a pas besoin d’être chauffé plus qu’il ne convient pour qu’on y tienne le doigt ; l’injection ordinaire doit presque bouillir. On aura avant tout cela enveloppé la seringue avec plusieurs bandes de linge qu’on mettra principalement aux endroits où l’opérateur doit la tenir, & qu’on affermira avec un fil ; il faut bien échauffer la seringue, en pompant à plusieurs reprises de l’eau bien chaude ; il faut aussi chauffer le tuyau attaché au vaisseau, en appliquant dessus une éponge trempée dans de l’eau bouillante. Tout étant prêt, & la seringue bien vuidée d’eau, l’opérateur la remplit de l’injection la plus fine ; & introduisant le tuyau monté sur la seringue dans celui qui est lié avec le vaisseau, il les presse l’un contre l’autre, tient avec une main ce dernier tuyau, prend la seringue de l’autre, & portant le piston contre la poitrine, il le pousse en s’avançant dessus ; ou bien il donne à un assistant le soin de tenir fermement le tuyau attaché au vaisseau ; & prenant la seringue d’une main, il pousse le piston de l’autre, & introduit ainsi l’injection, ce qui doit se faire lentement & sans beaucoup de force, d’une maniere cependant proportionnée à la longueur, à la masse de la partie que l’on injecte & à la force des vaisseaux. La quantité qu’il faut de cette injection fine s’apprend par l’usage ; la seule regle que l’on puisse suivre en cela est de continuer à pousser l’injection fine jusqu’à ce qu’on sente quelque résistance, qui demanderoit une force considérable pour être surmontée. Mais il n’en est pas de même lorsqu’on veut injecter toutes les branches d’un vaisseau ; comme, par exemple, si l’on veut injecter les vaisseaux de la poitrine seulement ; car l’aorte est trop grande, eu égard aux branches qui en partent, & il faut moins d’injection fine. Aussi-tôt qu’on a senti cette résistance, il faut tirer l’épiploon de la seringue, afin de desemplir les gros vaisseaux ; on ôte alors la seringue, on la vuide de ce qu’elle contient d’injection fine, & on la remplit de l’injection ordinaire qu’il faut pousser promptement & avec force, ayant toujours égard à la grandeur & à la solidité des vaisseaux & à la grosseur de la partie, &c. on continue à pousser le piston jusqu’à ce qu’on sente une entiere résistance, ou que la liqueur reflue, on doit s’arrêter alors, & ne plus pousser de l’injection ; autrement on ouvriroit quelques vaisseaux, & toute la préparation ou au moins une grande partie seroit perdue par l’extravasation. Il faut boucher le tuyau avant que de retirer la seringue pour la nettoyer, & donner à la matiere injectée en dernier lieu le tems de se refroidir, & de se coaguler avant que de disséquer aucune partie. C’est par ce moyen, & en observant les précautions qui viennent d’être indiquées, qu’on parvient à injecter les vaisseaux les plus déliés du corps, comme ceux de la substance corticale du cerveau, de la tunique choroïde & vasculeuse de l’œil, du périoste, des os de l’oreille, enfin des vaisseaux des dents, de la peau des os & des visceres. J’ai crû faire plaisir à mes lecteurs en donnant ce détail sur un art aussi curieux que l’est celui des injections, & je l’ai fait avec d’autant plus de confiance que j’ai trouvé un guide sûr en M. Alexandre Monro, professeur d’Anatomie en l’université d’Edimbourg & de la société royale de Londres. En effet, je n’ai eu besoin que de transmettre & rédiger en forme d’article la dissertation que cet habile professeur a insérée dans les essais & observations de Medecine de la société d’Edimbourg, & qui se trouve dans la traduction francoise de cet ouvrage, tom. l. art. jx. pag. 113. & suiv.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Injecter : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « injecter » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « injecter »

Étymologie de injecter - Littré

Verbe formé du supin injectum, lancer, pousser, de in… 2, et jacĕre, jeter (voy. JETER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de injecter - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Du latin injectare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « injecter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
injecter ɛ̃ʒɛkte play_arrow

Conjugaison du verbe « injecter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe injecter

Citations contenant le mot « injecter »

  • Les 2 millions de francs injectés dans les PME en mars via la plateforme DireQt n’étaient qu’un apéritif. Mardi, le canton de Vaud est passé au plat de résistance en dévoilant un plan d’investissement de 15 millions de francs destiné au secteur de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs, de la viticulture et des transports publics. Le canton n’agit pas seul: il se base sur la plateforme communautaire d’e-commerce QoQa, déjà à l’origine de DireQt, pour injecter cet argent dans le secteur touristique. Un partenariat public-privé destiné à aider un domaine d’activité qui traverse aujourd’hui les pires difficultés. Le Temps, Vaud s’associe à QoQa pour injecter 15 millions dans l’économie - Le Temps
  • Comment soigner les malades? Le président américain a bien une idée. Il propose d'injecter du désinfectant dans le corps des personnes touchées par le virus. "Le désinfectant est capable de mettre le virus K.O. en une minute. Est-ce qu'il est possible de faire la même chose par injection à l'intérieur du corps? Ou faire une espèce de nettoyage? Parce que vous voyez, le virus pénètre dans les poumons et fait d'énormes dégâts. Ce serait intéressant de vérifier cela avec des médecins. Moi en tout cas ça me parait intéressant", lance Donald Trump lors d'une déclaration officielle à la Maison Blanche. RTL Info, Avril 2020: anniversaire à travers une vitre à Courcelles, Trump veut injecter du désinfectant, New York creuse des fosses communes - RTL Info
  • Le ministre des finances Ayman Benabderrahmane, a annoncé lors du Conseil des ministres, tenu hier que le  pays est prêt à injecter une somme immédiatement pour l’investissement et la relance économique l’équivalent de mille milliards de dinars. Algerie Eco, Relance économique : L'Etat prêt à injecter immédiatement 1000 milliards de dinars - Algerie Eco
  • D'après Samia Hurst-Majno, le risque doit être abaissé, avec un traitement, ou alors avec la certitude d'injecter une maladie bénigne. L'éthicienne pointe un autre problème: celui de la justice distributive. rts.ch, Injecter le Covid-19 pour trouver un vaccin, le dilemme éthique - rts.ch - Sciences-Tech.
  • Alors qu'Emmanuel Macron vient d'annoncer qu'il comptait injecter au moins 100 milliards d'euros dans l'économie française, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux l'exhorte à faire preuve de diligence, alors que l'Hexagone - un des pays les plus makllmenés par les retombées de la pandémie de coronavirus - traverse une mauvaise passe, entre multiplication des faillites et bond du chômage. "Ce que je demande c'est que ça aille vite, et vite dans les entreprises. Je préfère moins d'annonces et plus de résultats", a affirmé le président du Medef sur France 2. Capital.fr, Le Medef appelle Emmanuel Macron à injecter au plus vite les 100 milliards promis - Capital.fr

Traductions du mot « injecter »

Langue Traduction
Corse inietà
Basque injektatu
Japonais 注入する
Russe инъекционные
Portugais injetar
Arabe حقن
Chinois 注入
Allemand injizieren
Italien iniettare
Espagnol inyectar
Anglais inject
Source : Google Translate API

Synonymes de « injecter »

Source : synonymes de injecter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « injecter »


Mots similaires