La langue française

Heure

Sommaire

  • Définitions du mot heure
  • Étymologie de « heure »
  • Phonétique de « heure »
  • Citations contenant le mot « heure »
  • Images d'illustration du mot « heure »
  • Traductions du mot « heure »
  • Synonymes de « heure »

Définitions du mot « heure »

Trésor de la Langue Française informatisé

HEURE, subst. fém.

I.
A. − Espace de temps égal à la vingt-quatrième partie du jour (pratiquement, aujourd'hui, du jour solaire moyen). À Paris, où tout le monde voudrait trouver une vingt-cinquième heure à chaque journée (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 294).Nous en avons pour deux heures et demie, aller et retour (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 115) :
1. « Partir? dit-il. − Oui! partir. − Encore une heure! − Oui, encore une heure, » répondit le digne major. Et, l'heure écoulée, Glenarvan demanda en grâce qu'une autre heure lui fût accordée. On eût dit un condamné implorant une prolongation d'existence. Verne, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 124.
Heure d'horloge. Heure qui paraît particulièrement longue. Si elle n'est pas restée une heure d'horloge à se pommader, elle n'est pas restée cinq minutes (Proust, Sodome,1922, p. 787).
Rem. Cette expr. s'emploie aussi, sans nuance d'exagération, pour insister sur l'exactitude du décompte du temps écoulé.
ASTRON. Heure sidérale, solaire moyenne, solaire vraie; heures égales, équinoxiales, moyennes.
Heure temporaire. Douzième partie du jour naturel (temps allant du lever au coucher du soleil) et dont la durée varie selon les saisons (d'apr. Goyot 1953).
ADMIN. PUBL., DR. Vingt-quatre, quarante-huit heures. Durée d'un, de deux jours. Le commandement allemand sera tenu de signaler, dans un délai de quarante-huit heures après la signature de l'armistice, toutes les mines (Foch, Mém., t. 2, 1929, p. 309).
Dans les vingt-quatre, les quarante-huit heures. Dans l'espace d'un, de deux jours entiers. On devait répondre à cet ultimatum dans les vingt-quatre heures (Ac.1935).
LITURG. CATH., vieilli. Prières de(s) quarante heures et p. ell., les quarante heures. Prières publiques et prolongées devant le Saint Sacrement exposé, que l'on fait dans des circonstances extraordinaires ou, chaque année, lors de l'entrée en Carême. On fit des prières de quarante heures pour la maladie du roi (Ac.).Chez nous quand si peu tu demeures [Carnaval], Des prières de quarante heures Les heures qu'on retranchera Sont tout ce qu'on y gagnera (Béranger, Chans., t. 2, 1829, p. 132).
SYNT. Une, deux heure(s) après, avant, plus tard, plus tôt; après, au bout de, depuis, durant, pendant une, deux, etc., heure(s); à chaque heure du jour, plusieurs fois dans l'heure, par heure, l'heure; une, plusieurs heure(s) par jour, par mois, par semaine; des heures entières, plusieurs heures d'affilée, consécutives, de suite; avancer, retarder un départ de plusieurs heures; partir, revenir dans une, deux heure(s); consacrer, passer une heure à, perdre une heure, avoir une heure d'avance, de retard; avoir une heure à donner à qqn, à perdre; un quart d'heure, une heure et quart, une heure et demie, une heure trois quarts; une heure s'écoule, passe; une heure de temps.
Rem. Heure est souvent abr. en h (en ce sens, mais surtout au sens I B 2). Wright a établi le record de distance. Il a (...) tenu l'air pendant 1 h 31' 25'' (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p. 29).
1. [Cet espace de temps considéré sous l'angle de l'activité ou de l'événement qui l'occupe, ou servant d'unité pour certaines mesures ou évaluations] Heure + compl. déterminatif.Heure consacrée à, passée à, occupée par. Heure de garde, de lecture, de liberté, de loisir, de marche, de repos, de sommeil. Cinq heures de travail accroupi dans une atmosphère étouffante (Gide, Journal,1931, p. 1066).V. infra ex. 3 :
2. ... une heure d'oraison, et à peu près une demi-heure de lecture spirituelle et mes visites au Saint-Sacrement. Cette heure passée paisiblement avec Dieu en me promenant me fera grand bien. Dupanloup, Journal,1857, p. 191.
N'avoir pas une heure à soi. N'avoir pas de temps dont on puisse disposer, être accablé d'occupations.
a) ENSEIGN. Espace de temps, approximativement égal à 60 minutes, pendant lequel a lieu un cours, une surveillance. Heure de classe, d'enseignement; heure de dessin, de français, de mathématiques, de travaux pratiques; heure de colle, de consigne. Les élèves ont une heure de morale par semaine, mais le professeur découragé n'ayant pas de morale à enseigner à ses élèves... (Barrès, Cahiers, t. 7, 1909, p. 221).La durée des cours ne peut être inférieure à 150 heures ni supérieure à 200 heures par an, à raison de quatre heures au moins et de huit heures au plus par semaine (Encyclop. éduc.,1960, p. 162).
b) Domaine des communications
α) [Mesure d'une distance selon le temps passé à la parcourir]
[Avec un compl. déterminatif indiquant le mode de locomotion ou la nature du trajet] Heure d'avion, de bus, de chemin de fer, de métro, de route, de train, de voiture. Encore une heure de marche... encore cinq cents mètres. Encore cent mètres. Encore cinquante (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 230).Trois ou quatre heures de vol; et un avion vous dépose à Naples; mais il ne faut pas moins de six jours ensuite (...) pour gagner la frontière (Gide, Journal,1943, p. 215).
[P. ell. du compl. déterminatif] Nous allâmes camper à environ une heure de cet endroit funeste (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 63).
β) À l'heure, par heure [Mesure d'une vitesse; heure est précédé de l'indication de la distance parcourue en 60 minutes] Parcourir vingt milles à l'heure. Le chameau (...) fait régulièrement ses quatre ou cinq kilomètres par heure (Lowie, Anthropol. cult.,1936, p. 61).
[Avec ell. du subst. indiquant la distance] Rouler à, faire du cent à l'heure. Toutes les voitures, cette nuit, allaient à quatre-vingts à l'heure (Malraux, Espoir,1937, p. 443).
[Avec ell. de la prép. et du déterm.] 120 kilomètres heure.
γ) Distance parcourue en 60 minutes. Battre le record de l'heure.
c) Domaine du travail.Espace de temps d'une durée de 60 minutes.
α) Emploi abs., p. ell. du compl. déterminatif de travail. Journée de huit heures; heure supplémentaire. C'est lui [le syndicalisme] qui, en un siècle, a prodigieusement amélioré la condition ouvrière depuis la journée de seize heures jusqu'à la semaine de quarante heures (Camus, Homme rév.,1951, p. 367) :
3. ... deux heures de travail par jour. Au taux où il me rétribue, deux heures acquittent et avec générosité ce que je dois à cet égard. Si je laisse de côté les dimanches, et que pour simplifier je compte tous les mois à trente jours, cela fait cinquante-deux heures par mois, cela fait 9 fr. 50 par heure. Ces deux heures doivent (...) prendre place le matin de 8 à 10. Du Bos, Journal,1924, p. 163.
β) Locutions
Loc. verb. Prendre (une personne ou un moyen de transport) à l'heure. L'employer, l'utiliser en payant à l'heure. J'ai dit au cocher qu'on le prenait à l'heure et qu'il aurait pour boire (Mérimée, Deux hérit.,1853, p. 8).
Coûter, gagner, être payé tant par l'heure/à l'heure, l'heure ou de l'heure (fam.). Un ouvrier français qui gagne 2 fr. 50 de l'heure, ce n'est pas rare (Barrès, Cahiers, t. 14, 1923, p. 253).C'est 20 francs l'heure.
Pop. S'embêter, s'emmerder à cent sous de l'heure. S'ennuyer profondément.
Loc. adj. À l'heure. Qui est payé ou loué à l'heure. Anton. au forfait, à la course.Une course capricieuse et désordonnée, un trimballement insensé de fiacre à l'heure (A. Daudet, Nabab,1877, p. 102).
Loc. adj. et adv. À l'heure. (Qui est payé) selon le nombre d'heures de travail fourni. Anton. au mois, aux pièces, aux primes, à la tâche.Être (payé) à l'heure. Formules, qui sont des combinaisons du salaire à l'heure et du salaire aux pièces (Brunerie, Industr. alim.,1949, p. 129) :
4. ... une capitale où les idées s'échangent et se vendent à tant la ligne, où tous les jours amènent de succulents dîners, de nombreux spectacles; où fourmillent de licencieuses prostituées, où les soupers ne finissent que le lendemain, où les amours vont à l'heure comme les citadins... Balzac, Peau chagr.,1831, p. 44.
Le quart* d'heure de grâce; passer un mauvais quart* d'heure.
γ) P. méton. Tarif horaire. L'heure est de deux francs (DG). L'heure est à x francs.
d) SPORTS. Les vingt-quatre heures (du Mans), les 24 Heures. Course automobile qui a lieu chaque année au Mans. Le succès de la Formule 1 a balayé toutes les autres disciplines du sport automobile, à l'exception des 24 Heures du Mans (L'Action automobile et touristique, no211, avr. 1978, p. 54).
2. Durée correspondant approximativement à cet espace de temps.
a) Adj. + heure
Une bonne/grande/longue heure. Un peu (ou beaucoup) plus d'une heure. Toute une grande heure je me suis senti plus léger, comme si m'avait été remis un crime (J. Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 160).Je ne vais pas vite. J'en ai pour trois bonnes heures (Abellio, Pacifiques,1946, p. 370).
Fam. Une petite heure. Un peu moins d'une heure :
5. ... il se hissait sur un antique et flegmatique cheval blanc, lequel en moins de deux petites heures [it. ds le texte] (c'était son expression) le transportait à la ville. Là, il s'oubliait encore deux ou trois petites heures au cabaret... Sand, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 282.
Littér. Mortelles heures. Heures où l'on s'ennuie considérablement. Une lecture qui dura trois mortelles heures (Genlis, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 244).
b) P. exagér. [Pour marquer l'impatience] Voilà une heure que je t'attends, que je t'écoute. D'où venez-vous, d'où sortez-vous, depuis une heure que je vous appelle? (Labiche, Edgar,1852, 19, p. 248).
c) Littér. Temps (qui passe).
Au sing. La volupté d'aimer clôt à demi leurs yeux, Ils ne savent plus rien du vol de l'heure brève (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 18).Tu dors, Robespierre! L'heure passe, le temps précieux coule (A. France, Dieux ont soif,1912, p. 289).
Au plur. Je ne m'aperçus de la fuite des heures qu'au soleil de midi qui atteignait déjà la cime des pans de muraille de l'abbaye (Lamart., Raphaël,1849, p. 162).
B. − Point précis du jour, déterminé par référence à la position du soleil ou au temps civil moyen du pays − et le plus souvent, au moyen d'une horloge ou d'une montre. Seriez-vous assez bonne pour me dire l'heure à laquelle vous passerez samedi par Rouen? (Flaub., Corresp.,1866, p. 222).Sans montre, sans aucun moyen mécanique de mesurer le temps, (...) ils lisent l'heure au soleil le jour et la nuit aux étoiles (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 231).V. infra ex. 7 :
6. Elle [l'horloge] retarde de cinq bonnes minutes. J'ai vu l'heure au clocher, madame. Je viens de la voir il y a un instant. On devrait toujours avoir des horloges à l'heure, n'est-ce pas, madame? Arland, Ordre,1929, p. 451.
SYNT. Demander, dire, donner, indiquer, lire, regarder, savoir, voir l'heure; heure avancée, indue, matinale, tardive; heure exacte, juste, pile (fam.); la date et l'heure, le jour et l'heure; quelle heure est-il? à quelle heure? à n'importe quelle heure; à cette heure du jour, de la nuit; x heure(s) passée(s).
1.
a) Heure + adj. ou compl. déterminatif.Heure sidérale, heure (solaire) vraie. La carte des fuseaux horaires aidera le lecteur à se faire une idée des écarts pouvant exister entre l'heure locale d'une région du monde et le gmt ou temps de Greenwich (Divin.1964, p. 179).
Heure légale, officielle (vieilli). Heure fondée sur le temps moyen et fixée dans chaque pays par le gouvernement (d'apr. Goyot 1953); en France, heure du méridien de Greenwich, avancée d'une heure en hiver, heure d'hiver et de deux heures en été, heure d'été, depuis 1977.
DR. Heure légale. Moment de la journée pendant lequel peuvent et doivent être exécutées les significations et les exécutions d'actes ou de jugements (d'apr. Jur. 1974). Il était sept heures (l'heure légale où la police a le droit de vous arrêter à domicile) (Montherl., Pte Inf. Castille,1929, p. 631).
Heure ancienne (vieilli), solaire. En France, heure du méridien de Greenwich. Au moment des grands travaux, de la rentrée du foin, de la moisson surtout, qui dépendent non point de l'heure légale ni solaire, mais des états de la température (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 69).
L'heure (qu'il est) au soleil (cf. infra ex. de Meilhac, Halévy).
MAR. Heure du bord. Heure du lieu où se trouve un navire. (Dict. xixeet xxes.).
b) Loc. verb.
Avoir l'heure (sur soi). Avoir un moyen (le plus souvent une montre) de connaître l'heure. Avez-vous l'heure, s'il vous plaît? V. infra ex. 7.
Donner l'heure (à qqn). Indiquer l'heure. Pouvez-vous me donner l'heure?
Être à l'heure (le sujet désigne une horloge, une montre). Indiquer l'heure avec exactitude. V. supra ex. 6.
Mettre (une horloge, une montre) à l'heure; prendre l'heure. Régler (une horloge, une montre) de façon qu'elle indique l'heure avec exactitude.
c) Loc. adv.
À l'heure de + adj. ou subst. désignant une ville, un pays.À la manière, à la mode, selon la méthode, le rythme (de vie) de. À l'heure de Moscou. Nos socialistes français seraient bien inspirés de se mettre à l'heure suédoise (L'Express,6 oct. 1969ds Gilb. 1971).
À l'heure de + adj. ou subst. désignant notamment une invention, une technique moderne.À l'époque, à l'ère de. Vivre à l'heure atomique/de l'atome, informatique/de l'informatique (cf. Gilb.1971).
d) Au fig. Je ne te/vous demande pas l'heure qu'il est (pour signifier à un importun qu'on ne désire pas connaître son avis). (Dict. xxes.).
e) Adj. + heure
P. iron., vieilli. Vous venez à une belle heure; il est belle heure pour venir; la belle heure pour arriver (Ac.).
Dernière heure. ,,Rubrique d'un journal destinée aux nouvelles dites de dernière heure, c'est-à-dire parvenant avant la mise sous presse`` (Rey-Chantr. Expr. 1979). Ce même sentiment que nous éprouvons quand, à la « dernière heure » des journaux, nous lisons la nouvelle que nous attendions le moins (Proust, Sodome,1922, p. 867).
Loc. adj. De (la) dernière*, première* heure.
Loc. adv. À la bonne heure! À propos, au bon moment. Vous arrivez à la bonne heure, seigneurs, pour châtier ce vilain traître (Camus, Dév. croix,1953, 2ejournée, p. 559).
Loc. interjective
[Marque l'approbation] À la bonne heure! aimablement, je réponds au commandant en chef (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 171).
[Marque l'iron.] De la politique maintenant!... À la bonne heure!... (Sardou, Rabagas,1872, II, 11, p. 80).
2. En partic.
a) Ce point précis, chiffré de 0 à 23. Le matin, le soir à x heure(s); la messe, la récréation, le train de x heure(s); le goûter de quatre heures, le thé de cinq heures; à trois heures juste; sur, vers les deux heures, vers une heure, onze heures passées; la pendule sonne trois heures. Pradonet avait l'habitude de se raser sur le coup de cinq heures et demie six heures (Queneau, Pierrot,1942, p. 32) :
7. césar : Félix, tu as l'heure juste? escartefigue : Mais je crois que ta pendule va bien. Il est huit heures précises. césar : Si ma pendule marchait bien, je ne te demanderais pas l'heure qu'il est. Pagnol, Fanny,1932, I, 1ertabl., 1, p. 10.
Le bouillon* d'onze heures.
Loc. verb. Avoir x heures. Avoir une horloge, une montre qui indique x heure(s). P. plaisant. Hélène : (...) Quelle heure as-tu, toi au soleil?... Pâris, regardant en l'air : Trois heures vingt-cinq. Hélène, regardant en l'air d'un autre côté : Déjà!... Moi, j'ai deux heures quarante (Meilhac, Halévy, Belle Hélène,1865, I, 10, p. 194).
Au fig. Chercher midi* à quatorze heures.
Loc. adv. À x heure(s) battant(es), sonnant(es), pétant(es) (fam.), tapant(es). [La forme en -ant s'accorde ou reste inv., ce dernier cas étant un peu plus fréq.] À x heures précises. Sainte-Beuve est mort tantôt à 1 heure et demie sonnant (Flaub., Corresp.,1869, p. 77).Le duc (...) s'écria : « (...) Mmede Saint-Euverte tient à ce qu'on se mette à table à huit heures tapant (...) » (Proust, Guermantes 2,1921, p. 596).À neuf heures tapantes, Léonie est à son poste (Queneau, Pierrot,1942, p. 45).
Rem. 1. La numérotation de 0 à 23 est un usage qui semble en progression et qui est notamment en vigueur dans l'admin., (et partic. les transp. publ.), à la radio et à la télévision. Mais dans le lang. cour., on dit minuit pour 0 heure et midi pour 12 heures; par ailleurs, la numérotation reprenant de 1 à 11 pour les heures qui suivent midi, on précise, pour les heures de la première moitié du jour « de la nuit/du matin » et pour les heures de la seconde moitié du jour « de l'après-midi/du soir ». Ainsi 15 heures se dit 3 heures de l'après-midi; 20 heures, 8 heures du soir. Une, deux heure(s) de relevée*. Les cours du collège nous tiennent depuis 8 heures du matin jusqu'à 5 heures du soir (Hugo, Corresp., 1816, p. 296). Éveillé dès 2 heures de la nuit, debout dès 4 h 30 du matin (Amiel, Journal, 1866, p. 359). Il est midi et la journée est partagée en deux. Le soleil dévore l'ombre de nos corps, marquant l'heure qui n'est point l'heure : midi (Claudel, Échange, 1954, I, p. 754). 2. Dans certains cas, l'heure est indiquée avec une grande précision (par une horloge parlante, à la radio, dans les compétitions sportives p. ex.). Zéro heure quinze, trois heures vingt-quatre minutes et trente secondes. Dans le lang. cour., on indique l'heure en faisant suivre le nombre des minutes écoulées depuis la fin de cette heure, si ce nombre est égal ou inférieur à trente (deux heures cinq, deux heures dix, deux heures vingt-cinq; il est onze heures (passées de) dix minutes); si le nombre des minutes écoulées depuis la fin de la dernière heure entière est supérieur à trente, on indique la prochaine heure à venir puis le nombre de minutes qui doivent s'écouler avant d'y parvenir (quatre heures moins vingt, moins dix, moins cinq). Dans le lang. admin., on indique l'heure en faisant suivre le nombre des minutes écoulées depuis la fin de cette heure, même s'il est supérieur à trente. Le Train de 8 h 47 (titre d'une pièce de Courteline). Par ailleurs − et sauf encore dans le lang. admin. − les indications de minutes 15, 30, 45 sont remplacées par des expr. formées avec quart et demie. Deux heures moins le quart (moins un quart, vieilli). M. La Rouquette se tournait fréquemment pour voir l'heure; quand l'aiguille marqua trois heures moins un quart, il eut un geste désespéré; il manquait un rendez-vous (Zola, E. Rougon, 1876, p. 27). 3. Le mot heures est parfois sous-entendu. Ouvert de 8 à 12 et de 14 à 18. Séance du comité de l'Intérieur depuis 1 heure jusqu'à 5 (Maine de Biran, Journal, 1816, p. 229). Cléo de 5 à 7 (film d'Agnès Varda). V. aussi supra ex. 3. 4. Après l'indication de l'heure, on rencontre tantôt le plur., tantôt le sing., selon que le suj. est lui-même au plur. ou au sing. Midi va sonner; la demie de trois heures vient de sonner. Je regardai cent fois ma pendule et ma montre, qui malheureusement allaient l'une comme l'autre. Quand dix heures et demie sonnèrent, je me dis qu'il était temps de partir (Dumas fils, Dame Camélias, 1848, p. 115).
b) P. méton.
Signe sur un cadran servant à indiquer une heure. Les heures de ce cadran sont en chiffres romains, en chiffres arabes (Ac.). Cadran, fond noir, heures blanches (Catal. jouets [Trois-Quartiers], Suppl. Madelios, 1936).
Synon. de horaire.Se procurer les heures des marées; se renseigner sur les heures des trains.
ANTIQ. Les Heures. Divinités de la mythologie gréco-romaine, personnifiant les saisons. Il rouloit sous des portiques semés de paillettes d'or, comme le Soleil conduit par les Heures (Chateaubr., Ét. disc. hist., t. 3, 1831, p. 61).
c) ANTIQ. Adj. ordinal + heure.Partie de la journée (divisée en 12 heures) entre le lever et le coucher du soleil, de longueur variable selon les saisons (la fin de la sizième heure correspondant à midi) :
8. ... on se levait de bon matin à Rome, et, vers la première ou la deuxième heure du jour, tout était en mouvement (...) − mais ensuite, vers la huitième heure de la journée ou la quatrième de l'après-midi, toute activité avait cessé. Nerval, Filles feu, Isis, 1854, p. 651.
Loc. adj. De la onzième* heure.
Rem. On rencontre parfois cette constr. par souci styl., sans réf. au comput anc. L'heure de mon retour était justement celle de l'arrosage, et je chéris encore cette sixième heure du soir (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 80).
d) Dame(-)d'onze(-)heures. V. dame1I C.
3. P. méton. Moment convenu, fixé. L'heure venue. Si vous arriviez à l'heure, le matin, et si vous attendiez la fin de la consultation, au lieu de filer à onze heures et demie pour soigner votre clientèle payante (Martin du G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 756).
L'heure H. Moment prévu pour le déclenchement d'une opération. Au fond, le plus simple est de préparer l'opération en accumulant les précautions et d'attendre l'heure H pour improviser (San-Antonio, Au suivant de ces messieurs,p. 32 ds Rey-Chantr., Expr. 1979, p. 499).
Loc. adv. À l'heure; après, avant l'heure.
Fam. Avant l'heure, c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure.
Loc. verb.
Ne pas avoir d'heure. Ne pas observer un horaire régulier. Marie : « (...) C'est vers midi que monsieur et madame déjeunent? » La concierge : « Oh! Ils n'ont pas d'heure » (Bourget, Fille-mère,1928, p. 203).
Être à l'heure. [Le suj. désigne une pers., un moyen de locomotion] Être exact, ponctuel. J'avais certes de la bonne tenue (...) la déférence facile et la peur toujours de n'être pas à l'heure (Céline, Voyage,1932, p. 140).Avec ma détestable manie d'être à l'heure, je suis toujours le premier (Green, Journal,1946, p. 16).
Vx. Prendre (une) heure, prendre jour et heure (avec qqn). Fixer le moment d'un rendez-vous. Synon. usuel fixer une heure.
SYNT. Donner, fixer une heure; oublier, laisser passer l'heure; s'informer de l'heure, se rendre (qq. part) à l'heure, se tromper d'heure; c'est l'heure; le respect, les impératifs de l'heure; l'heure limite; à l'heure convenue, dite, sonnée, fixée, indiquée, marquée, voulue.
4. LITURGIE
a) Heures (canoniales, canoniques, liturgiques). Heures prévues pour la récitation du Bréviaire :
9. Il se remémorait le symbolisme de ces heures canoniales qui retraçaient, chaque jour, au fidèle, la brièveté de la vie (...). Récitée dès l'aube, prime figurait l'adolescence; tierce la jeunesse; sexte la pleine vigueur de l'âge; none les approches de la vieillesse et les vêpres allégorisaient la décrépitude. Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 232.
P. méton.
Au sing. Chacune des parties de l'office. Heure de prime, de sexte. Chaque heure canonique était signalée par une sonnerie de cloche, venant de l'église paroissiale, d'un monastère ou d'un beffroi municipal (Ph. Contamine, La Vie quotidienne pendant la guerre de Cent ans, Paris, Hachette, 1976, p. 34).
Au plur. Office du Bréviaire. Dire, réciter ses heures.
Au sing. et au plur. Petite heure (Prime, Tierce, Sexte, None); grande heure (Matines, Laudes, Vêpres). Les petites heures se dévidaient sans difficultés; il savait d'ailleurs par cœur les hymnes et les psaumes (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 258).
Rem. ,,La récente réforme liturgique a supprimé prime pour le rite romain, ramené les petites heures à une seule et considérablement réduit les autres`` (Mus. 1976).
b) Livre d'heures et p. ell. heures. Recueil de dévotion, destiné surtout aux laïques, comportant principalement l'office de la Vierge et l'office des défunts, et en usage surtout du xiveau xviesiècle. Heures manuscrites, heures en français, en latin. Heures à l'usage de Paris, de Rome. Jean Foucquet, le savant miniaturiste du livre d'heures de maître Estienne Chevallier (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 164).
P. ext. Livre de prières. Cueillir, avant le départ, pour la faire sécher dans le livre d'heures de sa mère, une rose (Coppée, Bonne souffr.,1898, p. 61).Cette femme, qui ne lisait jamais que son livre d'heures, fit une chose extraordinaire (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 282).
II.
A. − Moment du jour plus ou moins long ou plus ou moins déterminé dans le temps, selon son emploi ou l'aspect selon lequel il est considéré. Passer agréablement ses heures; ménager, régler ses heures.
Toutes ses heures sont marquées. Se dit d'une personne occupée à différentes choses dont chacune à son temps marqué (cf. Ac.).
1. Heure + adj.Heure creuse* (anton. heure de pointe*); heure(s) libre(s), heures perdues, tranquilles, vides. Le petit vieux était sorti sur le balcon, à l'heure habituelle (Camus, Peste,1947, p. 1310).
À mes heures perdues. À mes temps libres. À ses heures perdues, elle soignait les bêtes blessées qu'elle pouvait recueillir (Peyré, Matterhorn,1939, p. 91).
2. Adj. + heure.Voici la bonne heure pour faire telle chose; c'est une mauvaise heure pour lui parler (Ac.).
3. Heure + compl. déterminatif.L'heure de l'angélus est passée et je ne l'ai pas entendue (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 57).Elle craignait d'arriver à l'hôpital après l'heure des visites (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 269).
SYNT. Heure des adieux, d'affluence, d'attente, de pointe, de sortie, du bain, du coucher, du couvre-feu, du crépuscule, du déjeuner, du départ, du dîner, du goûter, de la messe, de la prière, de la promenade, de la récréation, du repas, de la sieste, de la soupe, du souper, du thé; heures de fermeture, d'ouverture; aux heures de bureau, des repas.
4. Adj. poss. + heure.Moment qui convient à quelqu'un ou qui est dans ses habitudes pour entreprendre quelque chose; moment où quelque chose doit arriver. Attendre, choisir son heure. Vint à passer dans la rue le marchand de petits gâteaux. C'était son heure (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 81).Ainsi l'ennemi était là (...). Il ne refusait pas le combat, mais il prétendait le livrer à son heure, à sa façon et dans le champ qui lui convenait (Feuillet, Bellah,1850, p. 243).
Loc. adv. À ses heures. Par intermittence, selon sa fantaisie. Il ne veut travailler, il ne veut manger qu'à ses heures, il ne fait rien qu'à ses heures (Ac.).
Loc. verb. Venir à son heure. Venir au moment favorable, quand il plaît. Au fig. La vie n'est pas faite de seuls instants élevés. Ceux-là ne viennent qu'à leurs heures (Barrès, Cahiers, t. 10, 1914, p. 292).
a) Avoir son heure. [Le plus souvent au passé simple ou au passé composé] Connaître un moment de célébrité. Il y a, dans la pipe d'Ibsen, le culot de la pipe de Schopenhauer (...). Ces sombres fariboles, qui eurent leur heure, sont aujourd'hui aussi démodées que la crinoline (L. Daudet, Idées esthét.,1939, p. 28).
b) L'heure suprême, dernière; la/sa dernière heure; son heure. Heure de la mort. Il pria le meunier de l'aider à se mettre sur son lit, en lui demandant pardon de lui donner l'embarras de sa mort, car il crut sa dernière heure arrivée (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 545).Son heure était arrivée, il agonisait debout en brave cheval qu'il avait été (Gautier, Fracasse,1863, p. 164).L'invincible hémorragie continuait, précipitait son heure dernière (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Enf., 1882, p. 683).
Mourir avant l'heure. Mourir prématurément.
c) Il n'y a pas d'heure(s) pour les braves. Tout moment est bon pour agir, pourvu qu'on en ait le courage. Cf. brave.
5. [Autres constr.]
a) L'heure où.Le moment (habituel) où. C'était l'heure où les mécanos se frottent les yeux, et retirent les housses d'hélices (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 249) :
10. La ville dormait; les maisons étaient fermées, et les rues désertes : c'était l'heure grise, s'éteignent les lumières de la nuit, et celle du jour n'est pas encore venue... Rolland, J.-Chr., maison, 1909, p. 1077.
b) L'heure de + verbe à l'inf.Le moment de. L'heure de déjeuner, de se coucher, de manger, de partir; attendre l'heure de; l'heure est venue de. P. ext. L'époque, le temps de. L'heure est passée de faire le collégien (Arland, Ordre,1929, p. 57).
c) Une heure à, pour + inf., synon. du précédent.Ce n'était pas une heure à venir réveiller les gens (Zola, Débâcle,1892, p. 259).
B. − Moment de la vie d'un individu, d'une société. Maître* de l'heure.
Loc. adj. De toutes les heures. Ami de toutes les heures. Ami fidèle. (Dict. xixeet xxes.).
1. Heure + adj.L'heure actuelle; heures décisives, difficiles, douces, graves, terribles, tragiques; connaître, vivre des heures délicieuses, exaltantes. Cette lecture arrive à propos pour me distraire des tristesses de l'heure présente (Barrès, Cahiers, t. 5, 1906, p. 3).
À l'heure actuelle, présente. De nos jours, à notre époque, en ce moment. La crise qui sévit sur les théâtres (...) à l'heure présente, personne ne veut payer sa place (Goncourt, Journal,1892, p. 331).J'ai porté, hier, à Joseph les mille francs qui représentent à l'heure actuelle la totalité de mon capital (Duhamel, Maîtres,1937, p. 46).
2. Adj. + heure.Belle, bonne, grande, longue, mauvaise heure.
3. Heure + compl. déterminatif
[Indiquant une durée] Heure(s) d'abandon, de découragement, de défaillance, de détente, d'ivresse.
[Indiquant un moment déterminé] Heure de la mort, du péril, de la retraite; heure du berger*; heure de vérité*.
4. L'heure du berger*.
C. − Loc. adv.
1. Région. (Ouest). À basse, à haute heure. Tard, tôt dans la journée. Faire la sieste jusqu'à basse heure (E. Pérochon, Babette et ses frères, Paris, Plon, 1936, p. 115).
2. Vx ou région. À bonne heure
a) À propos, au bon moment. Ah, dame, monsieur le notaire, je crois bien que vous arrivez juste à bonne heure, comme on dit (Martin du G., Testam. P. Leleu,1920, III, p. 1158).
À la male heure. Mal à propos, au mauvais moment. Anton. de à la bonne heure.À la male heure êtes venu vous mettre Entre mes mains, bâtard! (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 162).Ô cruelle Violaine! désir de mon âme, tu m'as trahi! Ô détestable jardin! ô amour inutile et méconnu! jardin à la male heure planté! (Claudel, Annonce,1912, IV, 5, p. 98).
b) Tôt le matin. La porte est close. La Célestine doit avoir fait son ménage à bonne heure. Non... la Célestine n'est pas levée (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1038).
3. À cette heure. Maintenant (moment de la journée ou d'une époque). Les dieux sont sur nous à cette heure penchés (Hugo, Légende, t. 3, 1877, p. 194).
À cette heure où, à cette heure que (vx). Au moment où, maintenant que. À cette heure où je vous écris, on vend mes derniers meubles (Hugo, Corresp.,1852, p. 108).
Rem. Certaines graph. se rapprochent de la prononc. pop. vieillie ou région. L'intervention du garde champêtre arrêta heureusement sa réplique. − Elle est peut-être bien réveillée à ct'heure, dit-il d'un air finaud (Bernanos, Crime, 1935, p. 751).
4. À, dès la première heure; à, dès la dernière heure. Le plus tôt possible, très tôt; le plus tard possible, très tard. Il avait été, dès la première heure, saisi, pour cette maison, d'un goût passionné (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 88).Demain, à la première heure, tu repartiras pour les Syrtes. Dieu sait quand et comment nous nous reverrons jamais (Gracq, Syrtes,1951, p. 351).
5. À l'heure qu'il est
a) À ce moment de la journée. Synon. maintenant.Si vous vouliez envoyer l'acte à mon maître, il fallait vous dépêcher davantage. Il est mort à l'heure qu'il est, ou peu s'en faut (A. France, Jocaste,1879, p. 105).
b) À l'époque actuelle. Synon. aujourd'hui, actuellement, maintenant.Plût au ciel qu'elle [notre fortune] fût faite depuis longtemps (...) à l'heure qu'il est, nous roulerions carrosse à Paris (Mérimée, Théâtre Gazul,1825, p. 75).
6. Fam., vieilli et région. À pas, à point d'heure. Très tôt ou très tard. On sera encore obligés de se lever à point d'heure, à cause de toi (M. Liotier, Celui qui va devant, Paris, Arthaud, 1974, p. 212).
7. À toute heure (du jour, de la nuit)
a) À tout moment (du jour, de la nuit). Magasin ouvert à toute heure; casse-croûte à toute heure. M. le curé, sa mère, sa sœur, jusqu'à M. Trouche, sont aux petits soins pour vous; (...) ils sont debout à toute heure du jour et de la nuit (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1179).Je sors seule à toute heure du jour et de la nuit (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 302).
b) À n'importe quel moment. Il arrivait seul à toute heure du jour (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 376).Les Beauchemin pouvaient, à toute heure du jour, recevoir du passant, sur la route ou sur le chenal, un mot, un salut, un signe d'amitié (Guèvremont, Survenant,1945, p. 16).
8. Pop., vieilli. Pour l'heure. Pour le moment, dans les circonstances du moment; maintenant. Pour l'heure, j'avais bien d'autres hontes à fouetter (A. Daudet, Pt Chose,1868, p. 315).Elle reprit pour l'heure cet air modeste et d'eau dormante (Barrès, Déracinés,1897, p. 283).
Pour le quart* d'heure. Pour l'instant.
9. Dans l'heure, sur l'heure. À l'instant même. Synon. aussitôt, sur le champ, immédiatement, illico (fam.).Cours l'annoncer sur l'heure à mon grand-écuyer (Delavigne, Louis XI,1832, V, 7, p. 210).
10. Tout à l'heure
a) Vx. [Futur immédiat] Tout de suite. Benjamin, qui sera pendu le premier, si nous ne l'assommons tout à l'heure (Courier, Pamphlets pol., Lettres partic., 1820, p. 58).
Rem. Certaines graph. se rapprochent de la prononc. pop. Je m'en vas te le dire t'à l'heure, fit Alphonse. Vaut mieux pas se monter l'espérance avant d'être sûr de son coup (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 75).
b) [Futur proche] Dans un moment, après un laps de temps, bientôt. À tout à l'heure. Ces affamés qui, à peine à table, se sont emplis de potage et de bouilli, sans songer qu'il va venir tout à l'heure de la dinde truffée et des sorbets (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 27).
c) [Passé proche] Il y a un moment, il y a peu de temps. Je pensais tout à l'heure à un pipeau de berger pyrénéen que j'avais acheté à Saint-Sauveur (Green, Journal,1941, p. 166).
11. D'heure en heure
a) Toutes les heures, à chaque heure. Une régularité d'infirmiers distribuant, d'heure en heure, des cuillerées de potion et de tisane (Huysmans, À rebours,1884, p. 24).La tsf se mit (...) à annoncer d'heure en heure la progression des troupes du Reich (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 120).
b) D'un moment à l'autre, à mesure que le temps passe. Voyant les choses empirer d'heure en heure, il se désola (A. France, Crainquebille, Riquet,1904, p. 81).
12. Heure(s) par heure(s), heure à heure (vx). Une heure après l'autre. Écrire l'histoire de notre vie, heure à heure, minute à minute (Soulié, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 296).Quinze jours s'écoulèrent, quinze jours, où, heures par heures, il pouvait suivre les nuances dégradées d'un courage qui fuyait (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 252).Je pouvais donner, heure par heure, l'emploi de mon temps (Zola, Bête hum.,1890, p. 262).
13. D'une heure à l'autre. Dans un délai d'une heure, d'un moment à l'autre.
Synon. de bientôt.Il va venir d'une heure à l'autre.
14. De bonne heure. Anton. tard.
a) Tôt le matin ou à un moment de la journée en avance sur l'heure fixée ou habituelle. Se coucher, se lever de bonne heure; la nuit tombe de bonne heure. Il est de trop bonne heure pour dîner (Ac.). Il sursautait au moindre bruit (...) et ça commençait de très bonne heure avec le laitier (Céline, Mort à crédit,1936, p. 568).Nous nous acheminâmes vers N'Gaoundéré le lendemain, d'assez bonne heure (Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1221).
Au fig., fam. Il faut (faudra, faudrait...) se lever de bonne heure pour. Il est très difficile de. Pour lui faire de la peine, il faut se lever de bonne heure... ou se coucher plus tard (A. Blondin, Un Singe en hiver,p. 91 ds Rey-Chantr. Expr. 1979, p. 506).
b) Tôt ou avant l'époque habituelle, l'âge normal. Favourite (...) avait eu de très bonne heure un chez-soi (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 155).
Emploi adj. « Pâques est de bonne heure, cette année... » et l'on se réjouit, parce que la traversée de l'hiver sera plus courte (Mauriac, Journal 2,1937, p. 204).
15. De meilleure heure. Plus tôt. Venez une autre fois de meilleure heure. Il rentra de meilleure heure le samedi pour s'assurer que tout était prêt (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 472).
De meilleure heure que. Plus tôt que. Beethoven était, de bonne heure − (de meilleure heure que Mozart) − exercé à l'interprétation pianistique de l'œuvre de J.S. Bach (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 280).
REM. 1. Heure entre dans la compos. de lexies du domaine techn., comme second élément (ampère heure, kilowattheure) ou premier élément :
heure-machine, subst fém.,,Unité de temps de travail correspondant au travail d'une machine pendant une heure`` (Métro 2975).
2.
Heural, subst. masc.,hapax. À peine arrivé à Brunswick, il [Benjamin Constant] lui adresse [à Mmede Charrière] l'épître suivante (...) qui ressemble à un journal, ou plutôt à un heural, comme ils disaient (Sainte-Beuve, Portr. littér., t. 3, 1844-64, p. 226).
Prononc. et Orth. : [œ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. heur, heurt. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1050 « point situé dans le temps en général, moment d'un événement » (Alexis, éd. Chr. Storey, 305 : Ne guardent l'ure Que terre nes enclodet [sur le sens de cette expr. v. Romania t. 44, pp. 586-594]); 2. ca 1150 de bone heure « à un moment favorable, sous de bons auspices » (Charroi de Nîmes, éd. D. MacMillan, 460); fin xiies. a bone hore « id. » (Chanson de Guillaume, éd. D. MacMillan, 2046); d'où fin xives. a la bonne heure « voilà qui est bien! » (Froissart, Chron., éd. Buchon, IV, XI, t. 3, p. 36), pour ces expr., infl. de heur*; 3. ca 1450 l'heure de qqn ici « derniers moments, heure de la mort » (Mistere du Vieil Testament, éd. J. de Rothschild, 4136); 4. fin xives. pour l'heure « à ce moment-là » (Froissart, op. cit., t. 3, p. 35); ca 1450 id. « dans le moment présent, pour le temps présent » (Mistere du Vieil Testament, éd. citée, 42403). B. 1. a) 1130-40 « moment de la journée selon les divisions du temps en vigueur » (Wace, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 1484 : la tierce ore); ca 1150 (Id., St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 842 : A une hure); b) 1remoitié xiies. tutes ures « à toutes les heures, tout le temps » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, LVIII, 5); c) 1160-74 « moment de la journée, heure prévue pour une activité ou une action particulière » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 2312); 1176-81 emploi abs. (Chr. de Troyes, Chevalier lion, éd. M. Roques, 4010 : Quant ore fu); d) 1172-75 « moment de la journée correspondant à celui d'une activité d'heure régulière » ore de souper (Id., Chevalier charrette, éd. M. Roques, 450); e) 1176-81 a ore « tout de suite » (Id., Chevalier lion, éd. citée, 4297); ca 1210 en l'ore « aussitôt, tout de suite » (R. de Houdenc, Meraugis, 3645 ds T.-L.); 1540 sur l'heure (N. Herberay des Essars, Amadis, éd. H. Vaganay, 51 ds IGLF); f) 2emoitié xiiies. de bele heure « tôt » (Chr. de Troyes, Perceval, éd. A. Hilka, var. ms. L, 2080); ca 1450 [de bonne heure (Mistere du Vieil Testament d'apr. FEW t. 4, p. 470b] a bonne heure « au bon moment, pas trop tard » (ibid., éd. J. de Rothschild, 28164); 1539 de bonne heure « tôt » (Est.); g) ca 1260 d'eure en eure « d'un instant à l'autre » (Ménestrel de Reims, 70 ds T.-L.); 1288 id. « encore toujours » (J. de Journi, Dîme de Pénitence, 837, ibid.); h) 1549 tout a ceste heure « tout de suite, à l'instant même » (Est.); 1628 tout à l'heure « id. » (Sorel, Francion, I ds Dub.-Lag.); 1647 tout à l'heure « il y a un instant » (Corneille, Héraclius, II, IV, éd. Ch. Marty-Laveaux, V, 181); 1694 (Ac. : On dit... tout à cette heure, tout à l'heure pour dire, Dans un moment); 2. a) 1174-76 au plur. « prières dites à heures régulières » ses hures chanter (G. de Pont Ste-Maxence, St Thomas, 4465 ds T.-L.); b) ca 1250 « livre de prières » (Pères 69B159 d'apr. K. Baldinger ds Z. Rom. Philol., t. 94, p. 355 : Ses heures seur. i. cofre prist); cf. aussi ca 1274 (Adenet Le Roi, Berte, éd. A. Henry, 2652); 3. a) 1505 « indication exacte du moment de la journée d'après le système de mesure du temps en vigueur » donner l'eure (Compte de dépenses de la construction du Château de Gaillon, éd. A. Deville, 133 ds IGLF); b) 1751 « chiffre indiquant l'heure sur une horloge » (Encyclop. t. 2, p. 525, s.v. cadran). C. 1. Ca 1150 unité de durée en si poi d'ure « en si peu de temps » (Wace, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 1085); 1160-74 plus précisément « division du jour d'une durée déterminée » (Id., Rou, éd. A. J. Holden, II, 1963); 2. 1176-81 « le temps » (Chr. de Troyes, Chevalier lion, éd. M. Roques, 5883 : Sire, ore passe); 3. a) 1662 division du temps mesurant une activité une heure de peine (Pascal, Pensées, éd. L. Lafuma, § 84); b) 1694 spéc. en parlant du temps de travail (Ac. : il gagne tant par heure); 1740 (ibid. : On dit, Prendre quelqu'un à l'heure, pour dire, Faire travailler quelqu'un à condition de le payer tant par heure : Et, Etre à l'heure, pour dire, Etre employé à condition d'être payé tant par heure); 4. 1690 (Fur. : Heure, est aussi une mesure de chemin chez la plus-part des nations. On dit, Il y a tant d'heures de chemin, pour dire, un chemin qu'on peut faire en tant d'heures). Du lat. hora, unité de mesure du temps désignant un point aussi bien dans le temps en général que dans la journée d'après le système de division du temps, ou une durée. Fréq. abs. littér. : 67 953. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 82 056, b) 124 650; xxes. : a) 108 508; b) 86 928. Bbg. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, pp. 290-291. - Quem. DDL t. 6, 14, 17, 18,19.

Wiktionnaire

Nom commun

heure (h muet)\œʁ\ féminin

  1. (Métrologie) Unité de mesure du temps, compatible avec le Système international, dérivée de la seconde, dont le symbole est h. 1 heure = 60 minutes = 3600 secondes.
  2. Durée mesurée par cette unité.
    • La grande avenue était complètement déserte : on avait accordé trois heures aux habitants pour vider les lieux, et tout le monde, semblait-il, s’était hâté d’en profiter. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 304 de l’éd. de 1921)
    • […] on la fait tremper pendant trois ou quatre heures, après quoi on la retire du bain, on laisse égoutter et on essore. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Et elle s’applique et se multiplie ; elle met beaucoup de temps à s’arranger, mais ce sont des heures importantes et non perdues. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • S’embusquant alors derrière un massif, le fusil au poing, il attendait, des heures et des heures, qu’un chat vînt à passer. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
  3. (Par extension) Ce temps qui est consacré à une tâche, à une activité, etc. — Note d’usage : Il est alors suivi de la préposition de.
    • Le tatouage, en effet, est une institution dans la marine américaine et des heures de service sont spécialement réservées à ce divertissement artistique. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  4. Une des vingt-quatre divisions de la journée, durant soixante minutes.
    • Les heures de ces dimanches pareillement nus, glissent, lentes, torpides. Le temps semble s’être arrêté… — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 92)
  5. Moment d’une journée.
    • C’est l’heure charmante où l’alouette s’élève dans le ciel, salue de ses trilles et de ses roulades le matin jeune, virginal et triomphant. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
  6. Moment du jour considéré par rapport au temps, aux heures écoulées depuis minuit ou depuis midi. Note : Écrit au pluriel excepté une heure, mais employé souvent au singulier. Peut être suivi par la minute ou par et demie.
    • Les veilles furent fixées à deux heures chacune, en ce moment, neuf heures et demie sonnaient à l’église de Kervenheim. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • A midi, j'allais à la messe militaire. […]. De retour, nous dînions à deux heures et demie, et à cinq heures nous gagnions le théâtre où se donnait un opéra tragi-comique. — (La Vie française à la veille de la révolution (1783-1786) : Journal inédit de Madame Cradock, traduit de l'anglais par Mme Odelphin Balleyguier, Paris : Perrin & Cie, 1911, page 153)
    • D’un coup d’œil machinal il interrogea le cadran  : six heures ; c’était le moment. Sa femme, elle, était déjà levée. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Nous étions à 800 kilomètres environ de la côte du Sénégal ; il était 10 heures (G.M.T.) et nous volions depuis 14 heures. — (Jean Mermoz, Mes vols, Flammarion, 1937, page 71)
  7. (Militaire) (Anglicisme) (Au pluriel) Indique l’heure et la minute sur le cadran de 24 heures montrées respectivement avec deux chiffres.
    • Le 5 septembre, alors que la 3e division canadienne commençait d’investir Boulogue et Calais, le Régiment était prêt à avancer à 0730 heures, mais ne partait qu’à 0830 heures. — (Jacques Gouin, Par la bouche de nos canons, 1970, page 93)
  8. (Horlogerie) Indication de l’heure qu’il est, donnée par une horloge, par une montre, etc.
    • Je me souviens que, dans les champs, les grillons chantaient et que, très loin, à la lisière du bois, j’entendais le chat-huant sonnant les heures nocturnes […] — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Le Colporteur)
    • Sur le grands paquebots, on obtient chaque jour l’heure par T.S.F. et l’on peut connaître l’heure à moins d’un cinquième de seconde. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  9. (Au pluriel) (Quelquefois) Les signes d’un cadran qui servent à l’indication des heures.
    • Les heures de ce cadran sont en chiffres romains, en chiffres arabes. Les heures de ce cadran sont effacées.
  10. Moment qu’on indique, qu’on fixe pour un rendez-vous, pour une affaire, etc.
    • Choisir une heure. Fixer une heure. Convenir d’une heure. Il m’a donné heure à cinq heures.
    • Note : Dans ce sens, il est quelquefois précédé de l’adjectif possessif.
    • Donner son heure. Demander à quelqu’un son heure.
  11. Moment de la journée où l’on fait habituellement quelque chose.
    • Il est l’heure de dîner. Il est l’heure de se coucher.
    • Il est l’heure de se retirer. Avancer l’heure du dîner.
  12. Divers moments de la journée, par rapport à la manière dont on les passe, dont on les emploie. — Note : Dans ce sens on le met ordinairement au pluriel, et il est souvent précédé de l’adjectif possessif.
    • Passer les heures entières à quelque chose. Passer agréablement les heures. Employer bien, employer mal les heures.
    • Avoir ses heures d’étude, ses heures de récréation. Il n’a point de temps à perdre, toutes ses heures sont précieuses, lui sont précieuses.
  13. (Plus largement) Temps, moment ou époque quelconque.
    • La canonnade de Valmy retentissait encore à l’heure où se réunissait la Convention nationale, le 21 septembre 1792. — (Ch. Rémond, Les Trois Républiques et les Trois Carnot Paris : chez Georges Maurice, 1881, page 32)
    • « Connaissez-vous mieux que lui les problèmes de l’heure ? » — (Affiche de propagande française montrant le portrait de Philippe Pétain, 1941)
  14. (Absolument) (Avec l’adjectif possessif) Temps, moment où quelque chose doit arriver à quelqu’un.
    • Naguère l’artiste rebuté par la stupidité de la foule se repliait dans sa coquille, œuvrait silencieusement, en garde contre le pompiérisme odieux de son époque, attendant son heure qui sonnait toujours trop tard. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 133)
    • Il y avait longtemps qu’il sollicitait; enfin son heure est venue, on lui a donné le poste qu’il désirait.
    • Il y a longtemps qu’on parlait de la marier, mais son heure n’était pas encore venue.
  15. (En particulier) Le moment de la mort.
    • Il est réchappé d’une grande maladie, son heure n’était pas encore venue. Mon heure est arrivée.
  16. (Souvent) Moment, temps, époque.
    • L’heure présente.
  17. (Astronomie) Unité d’angle valant 15 degrés.
    • Heure d’ascension droite.
  18. (Militaire) (Par extension) Trente degrés, utilisé pour indiquer les directions approximatives selon le cadran de 12 heures.
    • Cible à 3 heures : Cible à droite.
  19. (Au pluriel) (Religion) (Par ellipse) Livre d’heures. → voir heures
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HEURE. n. f.
Espace de temps qui fait la vingt-quatrième partie du jour naturel. On divisait généralement le jour en deux parties, de douze heures chacune, la première commençant à minuit, et la seconde à midi. L'usage tend à s'introduire de numéroter les heures de 0 heure à 24, en commençant à minuit. Un quart d'heure. Trois quarts d'heure. Une demi-heure. L'heure se divise en soixante minutes. Il ne rentrera que dans une heure. Il arriva deux heures après. Ils mirent une heure pour venir. Ils firent le voyage en trente-six heures. Il lui fut enjoint de sortir de la ville dans les vingt-quatre heures. Un intervalle d'une heure. Faire tant de lieues, tant de kilomètres par heure, à l'heure. Vous prendrez d'heure en heure, de demi-heure en demi-heure, une cuillerée de cette potion. Elle passa deux heures en prières. Donner trois heures par jour à un travail. Vous avez encore pour une heure de chemin, ou simplement Vous avez encore une heure de chemin. Si vous avez une heure de temps à perdre, venez la passer avec nous. Fig. et fam., Passer un mauvais quart d'heure, Éprouver quelque chose de fâcheux. On lui a fait passer un mauvais quart d'heure. Fig. et fam., Avoir de bons et de mauvais quarts d'heure, Être d'une humeur inégale et bizarre. Quart d'heure de grâce, Délai accordé au-delà du temps fixé pour faire quelque chose, pour terminer une affaire. Pourquoi ne vient-il pas? mettons-nous à table : le quart d'heure de grâce est passé. Fig. et fam., Le quart d'heure de Rabelais, Le moment où il faut payer son écot; et, par extension, Tout moment fâcheux, désagréable. Fam., N'avoir pas une heure à soi, N'avoir pas de temps dont on puisse librement disposer. On dit à peu près de même N'avoir pas une heure de repos, de relâche, etc. Fam., D'heure en heure, d'une heure à l'autre, D'un moment à l'autre. Poétiq., La fuite des heures, Le cours rapide du temps. Prendre un ouvrier, un homme de peine, une voiture à l'heure, L'employer, s'en servir à condition de la payer tant par heure. On dit de même Être à l'heure, Être employé à condition d'être payé à tant par heure. En termes de Liturgie catholique, Les prières de quarante heures, ou, elliptiquement, Les quarante heures, Certaines prières extraordinaires et continuées jour et nuit, que l'on fait devant le Saint Sacrement, dans les calamités publiques et pendant le jubilé, le lundi et le mardi gras. On fit des prières de quarante heures pour la maladie du roi. Il se dit aussi des Époques, des divers moments du jour considérés par rapport au temps, aux heures écoulées depuis midi et depuis minuit. Dites-moi l'heure qu'il est. Quelle heure est-il? À quelle heure viendrez-vous? Je vous attends demain à cette heure-ci. Vous êtes sûr de le trouver chez lui à cette heure-là. Venez à telle heure. Se tromper d'heure. Se tromper sur l'heure. Ce train arrive à quatorze heures, à vingt-trois heures. Il est une heure, deux heures, trois heures, etc. Jusqu'à deux heures du matin. Il était une heure après minuit. Il est arrivé à trois heures après midi. J'irai chez vous à cinq heures du soir. Il s'est levé à trois heures du matin. Sur les deux heures. Vers une heure. À toutes les heures du jour et de la nuit. À la même heure. À pareille heure. Aux heures où tout repose. Dans les vingt-quatre heures, Dans l'espace d'un jour entier. On devait répondre à cet ultimatum dans les vingt-quatre heures. Attendu, vu l'heure avancée, Attendu, vu qu'il est tard. La délibération fut remise au lendemain, attendu l'heure avancée. Heure indue, Heure de la nuit où tout le monde est ordinairement retiré. Rentrer à heure indue. On le dit aussi, en général, de Toute heure qui ne convient point. Fig., L'heure du berger. Voyez BERGER. Bonne heure, Moment convenable, commode, favorable pour faire quelque chose. Voici la bonne heure pour faire telle chose. On dit dans le même sens Heure favorable, heure propice, etc.; et dans le sens contraire Mauvaise heure. C'est une mauvaise heure pour lui parler. Fam., Arriver à la bonne heure, Arriver à propos. Adverbialement, De bonne heure, Tôt, par opposition à Tard. Il se dit non seulement des Époques du jour, mais aussi des époques du temps en général. Se lever de bonne heure. Tâchez de venir de bonne heure. Il est encore de bonne heure. Ces arbres fleurissent de bonne heure. Il s'est de bonne heure habitué à la fatigue. Les arts ont fleuri de bonne heure en Italie. On dit dans un sens à peu près pareil Venez une autre fois de meilleure heure. Venez un peu de bonne heure. Il est venu d'assez bonne heure. Il est de trop bonne heure pour dîner. Ironiquement, Vous venez à une belle heure; il est belle heure pour venir; la belle heure pour arriver, se dit à une personne qui arrive tard dans un lieu où on l'attend. Fam., À la bonne heure, sert quelquefois à marquer une sorte d'approbation. Vous le voulez : à la bonne heure, je ne m'y oppose point. On l'emploie aussi pour exprimer l'indifférence. Il me menace, dites-vous : à la bonne heure, Passe, je ne m'en inquiète point. Il se dit souvent, d'une façon générale, comme synonyme de Moment, temps, époque. L'heure présente. À toute heure, À chaque instant, continuellement. À cette heure, Maintenant, présentement. À cette heure, vous pouvez entrer. Tout à l'heure, Dans un moment, ou Il n'y a qu'un moment. Je suis à vous tout à l'heure. Vous disiez tout à l'heure que... À l'heure qu'il est, à l'heure où je vous parle, Dans le moment actuel. Mon procès se juge à l'heure qu'il est. À l'heure qu'il est signifie quelquefois Présentement, au temps où nous sommes. Cela n'est plus à la mode à l'heure qu'il est. Sur l'heure, À l'instant même. Rendez-vous-y sur l'heure. Fam., Pour l'heure, Pour le présent. Je n'en ai point pour l'heure. Il se dit encore de l'Indication de l'heure qu'il est, donnée par une horloge, par une montre, etc. Il est trois heures, trois heures vingt minutes à ma montre, à l'horloge, au cadran. L'heure vient de sonner. L'horloge a sonné deux heures. Avancer l'heure, retarder l'heure, Avancer, retarder l'horloge. Mettre une montre à l'heure, Faire qu'elle indique l'heure qu'il est actuellement. On dit dans le même sens Prendre l'heure. On dit encore Cette montre est à l'heure, elle n'est pas à l'heure. Fig. et fam., Chercher midi à quatorze heures. Voyez CHERCHER. Heures astronomiques se dit des Divisions du temps considérées relativement à la marche des corps célestes. On les distingue en Heures solaires, moyennes ou égales, Heures solaires vraies et Heures du premier mobile. Il se dit quelquefois des Signes d'un cadran qui servent à l'indication des heures. Les heures de ce cadran sont en chiffres romains, en chiffres arabes. Les heures de ce cadran sont effacées. Il se dit en outre du Moment qu'on indique, qu'on fixe pour un rendez-vous, pour une affaire, etc.; et, dans ce sens, il est quelquefois précédé de l'adjectif possessif. Prendre une heure. Prendre heure. Prendre jour et heure. Choisir une heure. Fixer une heure. Convenir d'une heure. Nous prendrons votre heure. Prendre heure avec quelqu'un. Donner son heure. Demander à quelqu'un son heure. Il m'a donné heure à cinq heures. Vous êtes, vous n'êtes pas à l'heure. Se rendre à l'heure, à l'heure marquée. À l'heure dite. Être le maître de l'heure, Expression venue de l'arabe et qui se dit de Celui de qui dépend l'heure présente ou prochaine. Il se dit aussi du Moment de la journée où l'on fait habituellement quelque chose. Il est l'heure de dîner. Il est l'heure de se coucher. Il est l'heure de se retirer. Avancer l'heure du dîner. L'heure de l'assemblée. L'heure de la récréation. L'heure de la promenade. Les heures d'audience d'un ministre. Fam., Il ne veut travailler, il ne veut manger qu'à ses heures, il ne fait rien qu'à ses heures se dit de Quelqu'un qui ne veut pas se déranger de son train de vie ordinaire. Il se dit encore des Divers moments de la journée, par rapport à la manière dont on les passe, dont on les emploie. Dans ce sens on le met ordinairement au pluriel, et il est souvent précédé de l'adjectif possessif. Passer les heures entières à quelque chose. Passer agréablement les heures. Employer bien, employer mal les heures. Régler, ménager ses heures. Avoir ses heures d'étude, ses heures de récréation. Je ne puis disposer d'un moment, toutes mes heures sont prises, sont remplies. Il n'a point de temps à perdre, toutes ses heures sont précieuses, lui sont précieuses. Toutes ses heures sont marquées se dit d'une Personne occupée à différentes choses dont chacune a son temps marqué. Heures de loisir, heures perdues, Les moments de loisir d'une personne qui est ordinairement fort occupée. Je lirai cet ouvrage à mes heures de loisir. J'irai vous voir à vos heures perdues. Faire quelque chose à ses heures dérobées, Prendre sur ses occupations ordinaires le temps de faire une chose. Il fait ce travail à ses heures dérobées. En termes de Liturgie, Heures canoniales se dit de Diverses parties du bréviaire que l'Église a coutume de réciter selon les diverses heures du jour, comme Matines, Laudes, Vêpres, etc. Les petites heures, Prime, tierce, sexte et none. Livre d'heures, ou simplement Heures, Livre où ces prières sont contenues. Heures bien reliées. De belles heures. Acheter des heures. Heures en français. Heures en latin. Dernière heure, heure dernière, heure suprême, L'heure, le moment de la mort. Quand la dernière heure est venue. Voyant que sa dernière heure approchait... Quand nous serons à l'heure dernière, à l'heure suprême, à notre heure dernière. Il se dit, dans une acception plus étendue, d'un Temps, d'un moment, d'une époque quelconque. L'heure est venue de vous révéler ce mystère. Les chagrins avancèrent l'heure de sa mort. L'heure de sa ruine allait sonner. L'heure fatale est proche. J'ai vu l'heure que... Fig. et fam., C'est un homme, un ami de toutes les heures, se dit d'un Homme qu'on est toujours heureux de voir et avec lequel on est toujours en sympathie. Il se dit également d'un Homme qui est toujours prêt à obliger. Il s'emploie quelquefois absolument, avec l'adjectif possessif, pour désigner le Temps, le moment où quelque chose doit arriver à quelqu'un. Il y avait longtemps qu'il sollicitait; enfin son heure est venue, on lui a donné le poste qu'il désirait. Il y a longtemps qu'on parlait de la marier, mais son heure n'était pas encore venue. Il se dit particulièrement du Moment de la mort. Il est réchappé d'une grande maladie, son heure n'était pas encore venue. Mon heure est arrivée.

Littré (1872-1877)

HEURE (eu-r') s. f.
  • 1La vingt-quatrième partie du jour, c'est-à-dire d'une révolution complète de la terre sur elle-même. L'heure se divise en soixante minutes. Les vingt-quatre heures du jour. Douze heures de jour et douze heures de nuit. Il y a une heure que je vous écoute ; est-ce que nous jouons ici une comédie ? Molière, Pourc. I, 11. Ce peu d'heures [au moment de mourir] saintement passées parmi les plus rudes épreuves et dans les sentiments les plus purs du christianisme tiennent lieu toutes seules d'un âge accompli, Bossuet, Duch. d'Orl. Donnons à ce grand œuvre [la destruction du lutrin] une heure d'abstinence ; Et qu'au retour tantôt un ample déjeuner…, Boileau, Lutrin, IV. Avec eux, dans une heure, il nous réconcilie, Racine, Iphig. III, 3. La nuit arrive alors, une nuit de seize heures ; mais, sur cette neige qui couvre tout, on ne sait où s'arrêter, où s'asseoir, où se reposer, où trouver quelques racines pour se nourrir, Ségur, Hist. de Nap. IX, 11. Mais jusque dans le sein des heures fortunées Je ne sais quelle voix que j'entends retentir, Me poursuit…, Lamartine, Méd. II, 10.

    En une heure, se dit, d'une façon indéterminée, pour un court espace de temps. L'empereur ayant eu besoin d'argent, il trouva en une heure par leur moyen [des financiers] ce qu'il n'aurait pas eu en six mois par les voies ordinaires, Voltaire, Babouc.

    Une heure de chemin, ou, simplement, une heure, l'espace que l'on parcourt en une heure de marche. Nous étions à huit heures de Paris, Sévigné, 202.

    Heure légale, celle qui est donnée par l'horloge communale.

    Terme d'astronomie. Heures solaires moyennes et égales, heures dont chacune est la vingt-quatrième partie d'un jour moyen, c'est-à-dire d'un retour moyen du soleil au méridien. Heures solaires vraies, celles qui sont marquées sur nos cadrans solaires, et qui varient à raison des inégalités de la marche du globe terrestre.

    Terme de marine. Heure de Paris, heure que l'on compte à Paris (où passe le premier méridien) à l'instant d'une observation faite à bord.

    Heure de Paris se dit aussi de l'heure telle qu'elle est à Paris et sur laquelle on règle toutes les horloges des chemins de fer.

    Heure de grâce, quart d'heure de grâce, délai accordé au delà du terme fixé.

    Être à l'heure, être employé à tant par heure.

    Prendre un ouvrier, un homme de peine, un fiacre, un cabriolet à l'heure, s'en servir à tant par heure.

    Être à l'heure, avoir l'heure exacte. Êtes-vous à l'heure ? Votre montre est-elle à l'heure ? Se mettre à l'heure.

    Être à l'heure, arriver juste au moment convenu.

    Avoir l'heure, avoir une montre sur soi.

    Avoir l'heure, se dit aussi de l'heure que marque la montre. Quelle heure avez-vous ?

    Familièrement. N'avoir pas une heure à soi, être tellement occupé qu'on ne peut disposer d'une heure.

    On dit de même : n'avoir pas une heure de repos, de relâche.

    Elliptiquement. Des heures entières, ou, simplement, des heures se dit pour : pendant plusieurs heures. Ils restent des heures sans rien se dire.

    En ce sens, Mme de Sévigné a dit les au lieu de des. Elle est jolie de tout point ; je m'y amuse les heures entières, Lett. 20 mai 1672.

    Dans la liturgie catholique, les prières de quarante heures, des quarante heures, ou, elliptiquement, les quarante heures, prières qui durent quarante heures et qui se font pendant trois jours, temps durant lequel le saint sacrement est exposé dans l'église.

    Demi-heure, la moitié d'une heure. Ceux-là ne sauraient t'entretenir une demi-heure sans te dire cent fois que le roi arme, Guez de Balzac, liv. III, lett. 3. Louis XIV disait à Boileau : Souvenez-vous que j'aurai toujours une demi-heure à vous donner, Villemain, Litt. fr. 18e siècle, 2e part. 2e leçon.

    Dans demi-heure, se dit par abréviation pour dans une demi-heure, Marmontel, Mém. V.

    Quart d'heure, le quart d'une heure. [La reine] tantôt sauvée, tantôt presque prise, changeant de fortune à chaque quart d'heure, Bossuet, Reine d'Anglet.

    Fig. Mauvais quart d'heure, bon quart d'heure, quart d'heure de Rabelais, voy. QUART.

  • 2 Au plur. Dans le langage élevé et poétique, les heures, le temps, la durée. Aussitôt qu'on cesse pour nous de compter les heures et de mesurer notre vie par les jours et par les années, Bossuet, Duch. d'Orl. Tu voudrais cependant que sur un cénotaphe La gloire t'inscrivît ta ligne d'épitaphe, Et promît à ton nom de temps en temps cité, Ses heures de mémoire et d'immortalité, Lamartine, Harm. II, 12.

    La fuite des heures, le cours rapide du temps.

  • 3Il se dit des divers moments du jour, comptés depuis minuit ou depuis midi. On dîne à six heures. Quelle heure est-il ? Venez à telle heure.

    Être sujet à l'heure, ne pouvoir disposer de son temps. Je ne suis point sujet à l'heure.

    À deux heures de nuit, deux heures après le coucher du soleil. À deux heures de jour, deux heures après le lever du soleil.

    Quand on parle des heures comprises entre minuit et midi, on ajoute les mots du matin pour les spécifier. Il s'est levé à trois heures du matin. Il s'est retiré du bal à deux heures du matin.

    Quand on parle des heures comprises entre midi et minuit, on ajoute de l'après-midi pour les premières heures, et du soir pour les dernières. Venez à une heure, à deux heures, à trois heures de l'après-midi. Il est sept heures, dix heures du soir.

    Mme de Sévigné a dit douze heures du soir pour minuit : Nous n'arrivâmes ici qu'après douze heures du soir, Sévigné, 430.

    Terme de pratique. À l'heure de midi, à midi. À deux heures de relevée, à deux heures de l'après-midi.

    L'heure est avancée, se dit quand il s'est fait tard. On leva la séance, vu l'heure avancée.

    Heure indue, heure à laquelle tout le monde est ordinairement rentré chez soi. Que viens-tu faire en cette maison à des heures indues ? - Heure indue ! monsieur voit bien qu'il est aussi près du matin que du soir, Beaumarchais, Barbier, IV, 8.

    Heure indue signifie aussi heure peu convenable.

    Ironiquement. Vous venez à une belle heure, à belle heure, il est belle heure pour venir, la belle heure pour arriver, se dit à quelqu'un qui s'est fait attendre et arrive trop tard.

    Nous faisons commencer la division des heures, ou à midi lorsque le soleil est à notre méridien, ou à minuit que nous regardons comme le commencement du jour et qui s'appelle matin. En Italie, tout le cadran des horloges est divisé en vingt-quatre parties, de sorte que l'aiguille ne fait qu'un seul tour en vingt-quatre heures, et l'on y suppose que le jour commence au coucher du soleil. Les Babyloniens faisaient commencer le jour au lever du soleil. De là la distinction des heures babyloniques, des heures italiques et des heures françaises.

  • 4Indication de l'heure donnée par un cadran, par une horloge, par une montre. L'horloge a sonné deux heures. Il est trois heures vingt minutes. Quelle heure est-il ? Il est une heure ; il est deux heures sonnées. Je vendis ma montre, en me disant avec une joie incroyable : Grâce au ciel, je n'aurai plus besoin de savoir l'heure qu'il est, Rousseau, Confess. VIII.

    Populairement. Il est venu sur les deux heures.

    Avancer l'heure, retarder l'heure, avancer, retarder l'horloge.

    Prendre l'heure, régler sa montre sur une horloge qui va bien.

    On dit dans le même sens : mettre une montre à l'heure.

    Une heure d'horloge, une heure que l'attente ou une raison quelconque fait paraître longue ; ainsi dite pour marquer qu'on ne parle pas par exagération en la nommant ainsi. J'y suis resté trois heures d'horloge.

    On dit dans le même sens : une heure de temps. Ceux qui amusent une conversation pendant deux heures de temps sans qu'il soit possible de retenir un mot de ce qu'ils ont dit, Montesquieu, Lett. pers. 82.

    Il compte toutes les heures, il s'ennuie beaucoup.

    Pièce de huit heures, se disait autrefois de l'aloyau, parce qu'on le mangeait à déjeuner.

    Fig. et familièrement. Chercher midi à quatorze heures, voy. QUATORZE.

    Ils vont chercher midi où il n'est qu'onze heures, se disait, par allusion à l'habitude de dîner à midi, des écornifleurs allant de bonne heure retenir à dîner.

  • 5Signes d'un cadran qui servent à indiquer les heures. Les heures sur ce cadran sont en chiffres romains. Les heures de ce cadran sont effacées. La petite aiguille est sur telle heure.

    Pierre des heures, dit aussi cadran d'Achaz, cadran solaire dont il est fait mention dans la Bible (Rois, IV, 20).

  • 6Moments de la journée, par rapport à la manière dont on les emploie. Régler, ménager ses heures. Passer agréablement ses heures. Avoir ses heures d'étude, de promenade. Ni les divertissements, ni les fatigues des voyages ne faisaient perdre à Marie-Thérèse ces heures particulières qu'elle destinait à la méditation et à la prière, Bossuet, Mar.-Thér.

    Toutes ses heures sont marquées, chacune de ses occupations a son temps marqué.

    Heures de loisir, heures libres, heures perdues, moments inoccupés d'une personne fort occupée d'ordinaire. Je lirai cet ouvrage à mes heures de loisir, à mes heures perdues. Les heures qu'il avait libres furent remplies de bonnes lectures, Bossuet, le Tellier.

    Faire quelque chose à ses heures dérobées, dérober quelques moments à des occupations habituelles et pressantes pour faire quelque chose.

    Moment où une chose se fait habituellement. Il est l'heure de se coucher. Aux heures des repas. Les heures d'audience d'un ministre. Avancer l'heure du dîner.

    Familièrement. Il ne fait rien qu'à ses heures, il ne se dérange pas de son train de vie ordinaire. Il vivait de régime et mangeait à ses heures, La Fontaine, Fabl. VII, 4.

  • 7 Terme de liturgie. Heures canoniales, diverses parties du bréviaire, comme matines, vêpres, etc. qu'on récite aux diverses heures.

    Les petites heures, prime, tierce, sexte et none.

    Livre d'heures, ou, simplement, heures, livre où ces prières sont contenues. Mme la duchesse de Bourgogne vous est bien obligée de penser à elle, et sera ravie d'avoir vos heures, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 3 oct. 1703. Populairement. Une paire d'heures, un livre d'heures.

  • 8Moment précis fixé pour un rendez-vous, pour une affaire. Donner son heure. Choisir une heure. Nous sommes convenus de cinq heures du soir. L'heure du rendez-vous. Le lendemain, à l'heure marquée, il fallut réveiller d'un profond sommeil cet autre Alexandre, Bossuet, Louis de Bourbon. Voici notre heure : allons célébrer ce grand jour, Racine, Athal. II, 1.

    Prendre heure, fixer l'heure d'un rendez-vous. Son ami… Prend heure avec elle au matin, La Fontaine, Nic. Et l'on vous mandera quand l'heure sera prise, Molière, Éc. des f. IV, 2.

    Mon heure, signifie l'heure qu'on m'a fixée. En public, à mon heure, on me donne audience, Racine, Brit. I, 1.

    Mon heure, signifie d'autres fois l'heure qui me convient. Il s'ensuivit de là que je ne lui faisais plus de visite à mon heure, mais à la sienne, Rousseau, Confess. IX.

  • 9Un temps, un moment, une époque quelconque. Heure favorable. Heure propice. Elle n'attend plus que l'heure d'accoucher. Les chagrins avancèrent l'heure de sa mort. À cette heure [pendant le bernement] j'avais la tête en bas, Voiture, Lett. 9. Voyez ce qu'en ces lieux il venait demander, S'il est heure si tard de faire une visite, Corneille, Suite du Ment. IV, 1. …Et ce lieu c'est la cour ; Là donc pour quelque temps il fixe son séjour, Se trouvant au coucher, au lever, à ces heures Que l'on sait être les meilleures, La Fontaine, Fabl. VII, 12. À quelque heure et de quelque côté que viennent les ennemis…, Bossuet, Louis de Bourbon. Enfin l'heure est venue Qu'il faut que mon secret éclate à votre vue, Racine, Mithr. III, 1. Il faut les secourir, mais les heures sont chères, Racine, Esth. I, 3.

    Il se dit, dans le langage élevé, d'un moment fixé par Dieu. Grand Dieu ! voici ton heure, on t'amène ta proie, Racine, Athal. v, 3.

    À l'heure où je vous parle, en ce moment même.

    Fig. et familièrement. C'est un homme, un ami de toutes les heures, se dit d'une personne qu'on est toujours bien aise de voir, et aussi d'une personne sur la bonne volonté de laquelle on peut toujours compter. On disait d'un courtisan d'Auguste que c'était un homme de toutes heures ; cet éloge appartenait légitimement à mon cher ami, il était propre pour les bonnes et pour les mauvaises, Costar, Déf. des œuvres de Voiture. Cet ami de toutes les heures, Bossuet, Serm. Char. frat. I.

    D'heure en heure, d'heure à autre, d'une heure à l'autre, d'un moment à l'autre. Ce que vous y avez vu d'aimable, d'admirable et de charmant a toujours augmenté d'heure en heure, et on découvre tous les jours en elle de nouveaux trésors de beauté, de générosité et d'esprit, Voiture, Lett. 67. L'espérance du pillage multiplie d'heure à autre le nombre des révoltés, Patru, Plaidoyer 7, dans RICHELET.

    D'une heure à l'autre n'est pas français, dit VAUGELAS, Rem. t. II, p. 842, dans POUGENS. N'en déplaise à Vaugelas, la locution est correcte, et l'usage l'a conservée.

    Je vis l'heure que… Voy. VOIR.

    D'heure en heure, toutes les heures. Prendre une potion d'heure en heure.

    Fig. L'heure du berger, l'heure propice aux amants ; locution tirée de ce que, dans le genre pastoral, berger se prend pour amant. Trouver l'heure du berger, trouver l'occasion favorable pour obtenir d'une belle une faveur particulière. Humeur friponne Chez la pouponne Se glissa lors en tapinois ; Son œil me dit en son patois : Berger, berger, ton heure sonne, La Fontaine, Poésies mêlées, V.

    La dernière heure, l'heure dernière, l'heure suprême, l'instant de la mort. Mon Polyeucte touche à son heure dernière, Corneille, Poly. IV, 5. Un philosophe vous dira en vain que vous devez être rassasiés d'années et de jours… la dernière heure n'en sera pas moins insupportable, et l'habitude de vivre ne fera qu'en accroître le désir, Bossuet, le Tellier. Peut-être nous touchons à notre heure dernière, Racine, Athal. V, 1. Mais vous !… Ah ! croyez-moi ; quand votre heure est prochaine, Comme un poids importun déposez votre haine, Delavigne, Paria, V, 2.

  • 10Heure, employé absolument et avec un adjectif possessif, signifie le temps, le moment où quelque chose doit arriver à quelqu'un. On voulait la marier depuis longtemps, mais son heure n'était pas venue. Personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue, Sacy, Bible, Év. St Jean, VII, 30. Ah ! seigneur, si votre heure est une fois marquée, Racine, Phèdre, I, 1. Son heure n'était pas encore venue, J. C…, Massillon, Avent, Disp. C'en est fait ; je vois bien que mon heure est venue, Destouches, Phil. marié, IV, 6.

    Son heure est venue, le moment où il va mourir est arrivé. Ma fille, il faut céder : votre heure est arrivée, Racine, Iphig. IV, 4. La mesure est comblée et votre heure est venue, Voltaire, Orphel. V, 5.

  • 11 Terme de mythologie. Divinités au nombre de trois, Eunomie, Dicé et Irène, qu'on représentait ordinairement accompagnées de la Justice, et soutenant des clepsydres ou horloges d'eau. Les Heures étaient chargées d'ouvrir et de fermer les portes du ciel.

    On met une majuscule à Heure en ce sens.

  • 12Bonne heure, moment convenable pour faire quelque chose. Voici la bonne heure pour cueillir les fraises.

    Familièrement. Arriver à la bonne heure, arriver à propos.

    À la bonne heure, formule de souhait, heureusement, avec un bon succès. …Puisqu'il plaît au ciel que par vos yeux je meure, Vous direz qu'en mourant je meurs à la bonne heure, Régnier, Élég. 1. Voilà votre petit frère qui arrive : le cardinal de Retz me fait dire qu'il est arrivé ; arrivez donc tous à la bonne heure, Sévigné, 185. Que s'il est vrai que Marie ne règle son amour que sur celui du Père éternel, allez, ô fidèles, allez à la bonne heure à cette mère incomparable, Bossuet, 2e serm. Compas. de la Ste Vierge, 2.

    Par extension. À la bonne heure, locution qui exprime l'approbation, soit, j'y consens. À la bonne heure, contentez s'il se peut l'honneur et la dignité de la couronne, Guez de Balzac, 6e disc. sur la cour. S'ils [les philosophes] se sentent pleins de sentiments pour l'aimer [Dieu] et l'adorer et qu'ils y trouvent leur joie principale, qu'ils s'estiment bons, à la bonne heure, Pascal, Grand. et misère, Syst. des philos. 13, éd. FAUGÈRE. Si Baal est votre dieu, adorez-le tout seul, à la bonne heure, Massillon, Carême, Inconst. Quand ces devoirs seront remplis, faites-vous-en, à la bonne heure, de surcroît, Massillon, Carême, Vérit. culte.

    Ironiquement. Il me menace, dites-vous ; à la bonne heure ! cela m'est égal.

    À la bonne heure que… signifie je consens que… À la bonne heure que notre zèle ne soit pas assez héroïque pour conquérir de nouvelles nations et ajouter de nouvelles terres à son héritage, nous devons du moins cultiver celle que nos prédécesseurs lui ont acquise, Massillon, Confér. Zèle contre les scandales.

    Terme de marine. À la bonne heure, réponse qui se fait au porte-voix, d'un bâtiment à un autre, pour annoncer qu'un ordre a été entendu.

    De bonne heure, au matin. Venez de bonne heure. Il nous faudra partir de meilleure heure qu'hier. Il est venu de trop bonne heure.

    Il est encore de trop bonne heure, le jour est peu avancé.

    Il est bonne heure, se dit quelquefois pour il est de bonne heure ; correctement, puisque bonne heure signifie, par métaphore, matin. Ah ! pour cela toujours il est assez bonne heure, Molière, le Dép. IV, 1.

    Par extension. De bonne heure, tôt, par opposition à tard. Ces graines n'ont pas été semées d'assez bonne heure. Vous pouvez cependant faire munir ces places, Disposer de bonne heure un secours de Romains, Corneille, Nicom. II, 3. Je ne manquerai pas d'arriver de bonne heure, Bossuet, Lett. Corn. 147. Il les conjurait [ses enfants]… de l'avertir de bonne heure, quand ils verraient sa mémoire vaciller ou son jugement s'affaiblir, Bossuet, le Tellier.

    À une époque peu avancée. Vous êtes née avec tant de qualités pour commander, il vous importe extrêmement de vous accoutumer de bonne heure de haïr l'injustice, Voiture, Lett. 9. La jeunesse apprenait de bonne heure la science…, Bossuet, Hist. III, 5. Ô bienheureux mille fois L'enfant que le seigneur aime, Qui de bonne heure entend sa voix ! Racine, Athal. II, 9.

    On entend souvent dire : Il est venu trop de bonne heure. C'est une faute contre le bon usage ; il faut dire : de trop bonne heure.

    À bonne heure, tôt. Mangez un morceau et couchez-vous à bonne heure, Hamilton, Gramm. 3.

    Cette locution est condamnée par les grammairiens. Pourtant elle est correcte ; elle a été employée par de bons auteurs ; mais il est vrai d'ajouter que l'usage l'abandonne.

    À bonne heure, s'est dit aussi pour heureusement. Qu'à bonne heure défait d'un masque et d'une épée, J'ai leur crédulité sous vos habits trompée ! Corneille, Clit. II, 3.

  • 13Mauvaise heure, heure défavorable. C'est la mauvaise heure pour lui parler. Ceux qui eurent besoin de son secours trouvèrent-ils jamais entre eux et lui des barrières impénétrables ? fallut-il essuyer à sa porte de mauvaises heures pour attendre un de ses moments commodes ? Fléchier, Lamoignon.

    Des heures inégales, des heures où se manifeste de l'inégalité d'humeur. Point de refus pour moi, point d'heures inégales, Corneille, Place roy. I, 4.

    À la male heure, formule d'imprécation. Va-t'en à la male heure…, Malherbe, IV, 14. Et bien à la male heure est-il venu d'Espagne Ce courrier, que la foudre ou la grêle accompagne ! Molière, l'Ét. II, 13.

  • 14À l'heure que, loc. adv. au moment où. À l'heure que je parle, un jeune Égyptien…, Molière, l'Ét. IV, 9.

    À l'heure qu'il est, dans le moment actuel. À l'heure qu'il est, on délibère sur le sort de la France, de l'Espagne, sur le sort de toute l'Europe, Maintenon, Lett. à Mme de St-Géran, t. II, p. 151, dans POUGENS. Il m'est dû plus de vingt-cinq mille francs, à l'heure qu'il est, Dancourt, La désolation des joueuses, sc. 9. À l'heure qu'il est, qu'y a-t-il qui puisse vous excuser ? Massillon, Carême, Prod.

    À l'heure qu'il est, signifie aussi dans le temps où nous sommes. Cela n'est plus de mode à l'heure qu'il est. À l'heure qu'il est que, aujourd'hui que. À l'heure qu'il est que les bienséances exigent de vous des mœurs plus sérieuses…, Massillon, Carême, Samar.

  • 15À cette heure, maintenant. Vois-tu comme tu as fait la même chose dont tu te moquais à cette heure ? Vaugelas, Q. C. 459. Si je vous écris à cette heure, ce n'est pas tant par crainte que par une véritable affection et une inclination naturelle que j'ai à vous obéir, Voiture, Lett. 67. Je comprends cela à cette heure, Molière, le Bourg. I, 2. Je puis même, en secret, lui parler à cette heure, Voltaire, Sémir. I, 1.

    D'à cette heure, du temps présent. Un même soin n'a garde d'animer les nymphes d'à cette heure, Benserade, dans RICHELET.

    À cette heure que…, aujourd'hui que… À cette heure qu'elle est dame du palais, Sévigné, 181.

    À cette heure-là que, en ce moment où. Elle [une belle princesse] arriva en un bois où il y avait plus de cent ans que le jour n'était entré qu'à cette heure-là qu'il y entra avec elle, Voiture, Lett. 10.

  • 16Dans cette heure, tout de suite. Je vous ferai toucher argent dans cette heure, Pascal, Prov. VIII. (Locution peu usitée présentement.)
  • 17Dès cette heure, aussitôt. Tu me retiens en vain, et dès cette même heure Il faut que je la voie ou du moins que je meure, Racine, Baj. v, 8.

    On dit dans le même sens : Dès à cette heure, aussitôt. Qu'il ne se présente plus devant moi, je le chasse dès à cette heure, La Bruyère, XI.

  • 18Tout à cette heure, aussitôt, présentement. Allez-vous-en donc, monsieur, tout à cette heure, Retz, IV, 246. Ne m'avez-vous pas dit tout à cette heure, que vous voulez de l'ordre dans la méthode pour instruire ? Fénelon, t. XXI, p. 86.
  • 19À toute heure, à chaque instant, continuellement. [Dans la chambre bleue de l'hôtel de Rambouillet] je serai servi et traité magnifiquement huit jours durant par deux demoiselles qui ont été cause de ce malheur [mon bernement] ; à un des coins de la chambre on fera à toute heure des confitures, Voiture, Lett. 9. Le froid et les neiges des montagnes d'Alsace les transissent [vos amis de Paris], et les font trembler tous les jours dans les plus grandes assemblées, et la crainte des embûches des Cravates leur donne l'alarme à toute heure dans Paris, Voiture, Lett. 67. Le reste dont le nombre augmentait à toute heure…, Corneille, Cid, IV, 3. Il arrive à toute heure, dans les discours familiers et dans les discours de science, des occasions…, Pascal, Esprit géom. sect. 1. J'aime à vous entretenir à toute heure, Sévigné, 24. Que vous me permettiez de vous voir à toute heure, Racine, Brit. IV, 2. Dieu veut-il qu'à toute heure on prie, on le contemple ? Racine, Athalie, II, 7.
  • 20Tout à l'heure, loc. adv. Dans un moment, il n'y a qu'un moment. Je suis à vous tout à l'heure. Que disiez-vous tout à l'heure ? Léontine : Depuis quand ? - Exupère : Tout à l'heure, Corneille, Héracl. II, 5.

    Aussitôt, tout de suite, sur-le-champ (emploi qui vieillit). Il se resserra tout à l'heure Au plus bas lieu de sa demeure, Malherbe, II, 3. Il [l'Hymen] représente ce portrait [de la reine] aux yeux de la Discorde et de l'Envie, qui trébuchent aussitôt aux enfers, et ensuite il le présente aux chaînes qui tiennent la Paix prisonnière, lesquelles tombent et se brisent tout à l'heure, Corneille, Toison d'or, Prol. sc. 4. Je ne dis pas que tout à l'heure Une condition meilleure Change en des noces ces transports, La Fontaine, Fabl. VI, 21. Eh ! madame, reprit son époux tout à l'heure, Si votre esprit est si hargneux…, La Fontaine, ib. VII, 2. Je dis que je veux avoir de l'argent tout à l'heure, Molière, Préc. 8. Je vous ai commandé de partir tout à l'heure, Racine, Mithr. III, 1. J'approuve ce conseil, s'écria le licencié ; c'est le ciel, Gonzalez, qui vient de te l'inspirer, et je le veux suivre tout à l'heure, Lesage, Est. de Gonz. I, 6.

  • 21Sur l'heure, à l'instant même. Rodrigue, as-tu du cœur ? - Tout autre que mon père L'éprouverait sur l'heure, Corneille, Cid, I, 8. Toutes les dignités que tu m'as demandées Je te les ai sur l'heure et sans peine accordées, Corneille, Cinna, V, 1. Un corbeau, témoin de l'affaire… En voulut sur l'heure autant faire, La Fontaine, Fabl. II, 16. Juges injustes, ne faites pas des lois sur l'heure, Pascal, dans COUSIN. …Vous vous déclarez ses mortels ennemis, Si cet enfant sur l'heure en mes mains n'est remis, Racine, Athal. III, 4. Et les vers qui le [Hérode] dévorent sur l'heure, nous laissent comprendre quel fut l'excès de son impie vanité, puisqu'elle mérite d'être punie d'un si affreux supplice, Massillon, Carême, Prospér. temp.

    Autrefois on disait aussi : tout sur l'heure.

  • 22 Familièrement. Pour l'heure, loc. adv. Pour le moment. Je trouve que pour l'heure il n'est pas à propos De conter comme quoi je perdis le repos, Mairet, Soliman, I, 2.
  • 23À l'heure, présentement, sans tarder. À l'heure même encor nous avons eu querelle Sur l'hymen d'Hippolyte où je le vois rebelle, Molière, L'Ét. I, 9. Et je souhaite fort, pour ne rien reculer, Qu'à l'heure de ma part tu l'ailles appeler, Molière, Fâch. I, 10.

    À l'heure que, au moment où. À l'heure que chacun est rentré chez soi.

  • 24De grande heure, tôt. Cette petite cour arriva de très grande heure, le 18 février, Saint-Simon, 481, 227.

    Cette locution n'est plus usitée.

PROVERBES

En hiver, les jours n'ont point d'heures, c'est-à-dire ils sont si courts, qu'on n'a pas le temps de faire ses affaires.

C'est peu de se lever matin, mais c'est tout de partir à l'heure.

Il est comme la mule du pape, qui ne boit et mange qu'à ses heures.

À la bonne heure nous a pris la pluie, c'est-à-dire nous avons eu le temps de nous mettre à couvert ; et fig. de nous garantir de maux qui nous menaçaient.

Il sait mieux ses heures que ses matines, il est habile à saisir les moments favorables.

HISTORIQUE

XIe s. [Des péchés] Que je ai fait dès l'ure que nés [je] fu, Ch. de Rol. CLXXII.

XIIe s. D'ores en altres [il] va sa coulpe battant, Ronc. p. 92. Ore est bien raison et heure Que [je] m'i doie retourner, Couci, IV. Et dites lui [que] de male hore [je] fui nez, ib. XI. Quatorze rois i ot à ore de souper, Sax. XII. Ainz erra une lieue qu'il volsist arester ; Hors veie se turna pur ses hures chanter, Th. le mart. 117.

XIIIe s. Et l'en demain de haute heure vinrent à une bonne ville que l'en apele Afilie, Villehardouin, XCIX. L'eure soit beneoite que je onque vous vi, Berte, LIX. Il n'est si grans max [mal] qui n'aït [n'aide], Ne bien qui ne nuise par eures, Ren. 16261. Adès me plot à demorer à la fontaine, et remirer Les deux cristaus qui me monstroient Mil choses qui ilec estoient ; Mès de fort hore m'i miré ; Las ! tant en ai puis souspiré, la Rose, 1615. Envie ne fine nule hore D'aucun blasme as gent metre sore, ib. 267. Et en tele maniere se combatirent bien l'ore d'une liue d'un home à pié, tant qu'il plot au roi que pes fu fete, Beaumanoir, LXI.

XIVe s. Car tout quanque barat [fraude] aüne [amasse] En ving ans, anientist fortune En une seule heure de jour, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 28. Le lundi, à heure de remontée [après midi], Du Cange, hora. Environ heure de entre riote [goûter] et coeuvrefeu, Du Cange, ib. Telz desconfit au soir son adverse partie Qu'au jour d'ui perdera les membres et la vie ; Une heure est de gaignier, et l'autre ne l'est mie, Guesclin. 4457.

XVe s. Il est heure de taire, et si est heure de parler, Froissart, II, II, 52. Une heure perdoient les uns, autre heure perdoient les autres [tantost les uns, tantôt les autres], Froissart, I, I, 313. L'endemain ils s'en vinrent loger de grand heure de lez une grand court d'abbaye, Froissart, I, I, 44. Le chevalier repondit : à la bonne heure ; il s'ordonna tantost et fu prest, Froissart, III, IV, 11. Et ceulx qui ont tout le temps labouré [travaillé] Et qui ont sens et diligence bonne, Sont soufraiteux et de dure heure né, Car ils ne sont remeris [récompensés] de personne, Deschamps, Poésies mss. f° 28. Et si le roy eust envoyé d'heure [à temps], il eust pris le chasteau, Commines, VIII, 1. Toutesfois ils arriverent encores à heure, Commines, VIII, 6. Que je ne nommeray pas pour ceste heure pour briefveté, Commines, I, 2. À l'eure qu'il [Louis XI] vint à la couronne, Commines, I, 3. L'an mil quatre cens septante print vouloir au roy de se revencher du duc de Bourgongne et luy sembla qu'il estoit heure, Commines, III, 1. Dès l'heure commença le roy à praticquer les gouvernemens de Gand, Commines, VI, 7. Sire, dist Lyonnel, tant y ay conquesté, que jamais ne sera heure que je n'en soye plus preux et plus hardy, Perceforest, t. II, f° 98. Elle me meine jusques à la riviere, et puis je ne garde l'heure que je suis outre [et puis tout aussitôt je suis outre], ib. t. I, f° 34. Heure de l'ansery [heure du soir], Du Cange, hora. Icellui de Salheras, le samedi après ensuivant heure tarde [le soir], ala de vie à trespassement, Du Cange, ib.

XVIe s. Il lui dit : ils sont trois heures après minuit passées, Marguerite de Navarre, Nouv. LIII. Il amusa toutes ses heures dernieres…, Montaigne, I, 17. Sur l'heure de sa fin, Montaigne, 1. 18. Assigner l'heure et le lieu, Montaigne, I, 24. Tout sur l'heure, Montaigne, I, 59. Comme nous comptons à cette heure, Montaigne, I, 73. Nul ne meurt avant son heure, Montaigne, I, 88. Il estoit à cette heure là vieil et point marié, Montaigne, I, 92. Les battailles ne sont asture [à cette heure] que routes, Montaigne, I, 361. Nous osons à cett' heure et parler et escrire, Montaigne, II, 42. À cette heure le chagrin predomine en moy, à cette heure l'alaigresse, Montaigne, II, 324. Le roy, l'ayant ouy parler, ne luy respondit rien à l'heure, combien qu'il eust en grande admiration son bon sens et sa hardiesse, Amyot, Thém. 51. Cleandrides, s'en estant fouy de bonne heure, fut par contumace condamné à mourir, Amyot, Péric. 43. Vous voyez comme en un moment d'heure nous avons abattu et mis sous noz piedz la maison d'Alexandre le Grand, Amyot, P. Aem. 45. Et à l'heure mesme le roy des Gaulois l'ayant apperceu…, Amyot, Marcell. 8. Ilz l'eurent traversée en peu d'heure, pour la diligence et l'effort que feirent les vogueurs de ramer, Amyot, Lysand. 20. Un horloge à cognoistre les heures au soleil, Amyot, Dion, 38. Si je m'en fusse apperçu d'heure [à temps], j'y eusse pourveu plus tost, Despériers, Contes, VI. Par espreuve je sens que les amoureux traits Blessent plus fort de loin qu'à l'heure qu'ils sont près, Ronsard, 269. Fais bien sans demeure ; En peu de temps passe l'heure, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 101. Heure de nuit, heur de jour sont toutes bonnes en amour, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 101. Comme les heures de nostre curé, cela va sans dire, Oudin, Cur. fr. add.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HEURE, s. f. (Astr. & Hist.) c’est la vingt-quatrieme & quelquefois la douzieme partie du jour naturel. Voyez Jour.

Le mot heure, hora, vient du Grec ὥρα, qui signifie la même chose, & dont l’étymologie n’est pas trop connue, les savans étant fort partagés sur ce sujet.

L’heure chez nous est une mesure ou quantité de tems égale à la vingt-quatrieme partie du jour naturel, ou de la durée du mouvement journalier que paroît faire le soleil au-tour de la terre. Quinze degrés de l’équateur répondent à une heure, puisque trois cens soixante degrés répondent à vingt-quatre. On divise l’heure en soixante minutes, la minute en soixante secondes, &c. Voyez Minute.

La division du jour en heure est très-ancienne, comme le prouve le P. Kirker dans son Œdip ægypt. tom. II. les heures qui sont la vingt-quatrieme partie du jour, s’appellent heures simples ; les heures qui en sont la douzieme partie, s’appellent heures composées.

Les plus anciens peuples faisoient leurs heures égales à la douzieme partie du jour. Hérodote lib. II. observe que les Grecs avoient appris des Egyptiens entre autres choses, à diviser le jour en douze parties.

Les Astronomes de Cathay conservent encore aujourd’hui cette division. Ils appellent l’heure chag, & donnent à chaque chag un nom particulier pris de quelque animal. Le premier est appellé zeth, souris ; le second chio, taureau ; le troisieme zem, léopard ; le quatrieme mau, lievre ; le cinquieme chiu, crocodile ; le sixieme six, serpent ; le septieme vou, cheval ; le huitieme vi, brebis ; le neuvieme schim, singe ; le dixieme you, poule ; l’onzieme sou, chien, le douzieme cai, porc.

Les heures qui partagent le jour en vingt-quatre parties égales étoient inconnues aux Romains avant la premiere guerre punique. Ils ne régloient leurs jours auparavant que par le lever & le coucher du soleil.

Ils divisoient les douze heures du jour en quatre : prime ou la premiere, qui commençoit à six heures du matin ; tierce ou la troisieme, à neuf ; sexte ou la sixieme, à douze ou midi ; & none ou la neuvieme, à trois heures après midi. Ils divisoient aussi les heures de la nuit en quatre veilles, dont chacune contenoit trois heures.

Il y a diverses sortes d’heures chez les Chronologistes, les Astronomes, les faiseurs de cadrans solaires. On divise quelquefois les heures en égales & inégales. Les heures égales sont celles qui sont la vingt-quatrieme partie du jour naturel ; c’est-à-dire le tems que la terre emploie à parcourir dans son mouvement diurne de rotation quinze degrés de l’équateur.

On les appelle encore équinoxiales, parce qu’on les mesure sur l’équateur ; & astronomiques, parce que les Astronomes s’en servent. Elles changent de nom suivant la maniere dont les différentes nations les comptent. Les heures astronomiques sont des heures égales que l’on compte depuis midi dans la suite continue des vingt-quatre heures. Ainsi quand un astronome dit qu’il a fait telle observation tel jour à dix-neuf heures, cela signifie tel jour à sept heures du soir.

Heures babyloniennes sont des heures égales, que l’on commence à compter depuis le lever du soleil.

Heures européennes sont des heures égales que l’on compte depuis minuit jusqu’à midi, & depuis midi jusqu’à minuit.

Heures judaïques, planétaires ou antiques, sont la douzieme partie du jour & de la nuit. Comme ce n’est qu’au tems des équinoxes que le jour artificiel est égal à la nuit, ce n’est aussi que dans ce tems que les heures du jour & de la nuit sont égales entre elles. Elles augmentent ou diminuent dans tous les autres tems de l’année. On les appelle heures antiques ou judaïques, parce que les anciens & les Juifs s’en sont servis, & que ces derniers s’en servent encore, aussi-bien que les Turcs. On les appelle aussi heures planétaires, à cause que les Astrologues prétendent que chaque heure est dominée par une nouvelle planette ; & que le jour reçoit son nom de celle qui domine à la premiere heure, comme la lune au lundi, Mars au mardi, &c. Par exemple, le jour du soleil, c’est-à-dire le dimanche, la premiere heure que l’on compte au lever du soleil, est attribuée au soleil lui-même, & en prend le nom ; la suivante prend celui de Venus, la suivante de Mercure, ensuite de la lune, de Jupiter, de Saturne & de Mars, d’où il arrive que le jour suivant la premiere heure au lever du soleil tombe sur l’heure de la lune ; la premiere du jour d’après tombe sur l’heure de Mars, & ainsi de suite jusqu’à la fin de la semaine.

Les heures italiques sont des heures égales, que l’on commence à compter depuis le coucher du soleil.

Heures inégales, c’est la douzieme partie du jour, & aussi la douzieme partie de la nuit. L’obliquité de la sphere les rend plus ou moins inégales en différens tems ; & elles ne conviennent avec les heures égales comme les heures judaïques, qu’au tems des équinoxes.

Après les définitions que nous venons de donner des différentes heures, il est très-facile de les réduire les unes aux autres, & nous ne croyons pas qu’un plus grand détail soit nécessaire sur ce sujet. Voyez la Chronologie de Wolf, chap. j. d’où cet article est extrait en partie. Harris & Chambers. (G)

On connoît l’heure sur la terre ferme par le moyen des pendules & des montres. On peut se servir en mer pour le même objet, du second de ces instrumens, le premier étant sujet à trop de dérangemens par le mouvement du vaisseau. Mais faute de montres, on peut trouver aisément l’heure par un calcul fort simple. Connoissant la latitude du lieu où l’on est (Voy. Latitude.), & la déclinaison du soleil (Voyez Déclinaison), on observe la hauteur du soleil à l’heure qu’on cherche, & par la trigonométrie sphérique, on conclut aisément l’heure qu’il est. Voyez le traité de Navigation de M. Bouguer, p. 262 & suiv. où vous trouverez un plus grand détail sur ce sujet. (O)

Heures, (Théologie.) signifie certaines prieres que l’on fait dans l’église dans des tems réglés, comme matines, laudes, vêpres, &c. Voyez Matines.

Les petites heures sont prime, tierce, sexte & none. On les appelle ainsi à cause qu’elles doivent être récitées à certaines heures, suivant les regles & canons prescrits par l’Église, en l’honneur des mysteres qui ont été accomplis à ces heures-là. Ces heures s’appelloient autrefois le cours, cursus. Le P. Mabillon a fait une dissertation sur ces heures, qu’il a intitulée de Cursu Gallicano.

La premiere constitution qui se trouve touchant l’obligation des heures, est le vingt-quatrieme article du capitulaire qu’Heiton ou Aiton, évêque de Basle au commencement du ix. siecle, fit pour ses cures. Il porte que les prêtres ne manqueront jamais aux heures canoniales, ni du jour ni de la nuit.

Les prieres des quarante heures sont des prieres publiques & continuelles que l’on fait pendant trois jours devant le saint Sacrement, pour implorer le secours du ciel dans des occasions importantes. On a soin pendant ces trois jours que le saint Sacrement soit exposé quarante heures, c’est-à-dire treize ou quatorze heures chaque jour.

Heures, (Mythol.) en grec Ὧραι, filles de Jupiter & de Thémis, selon Hesiode, qui en compte trois, Eunomie, Dicé, & Irene, c’est-à-dire, le bon ordre, la justice, & la paix. Apparemment que cette fiction signifioit que l’usage bien fait des heures reglées, entretient les lois, la justice, & la concorde.

Homere nomme les heures les portieres du ciel, & nous décrit ainsi leurs fonctions : « Le soin des portes du ciel est commis aux heures ; elles veillent depuis le commencement des tems à la garde du palais de Jupiter ; & lorsqu’il faut ouvrir ou fermer ces portes d’éternelle durée, elles écartent ou rapprochent sans peine le nuage épais qui leur sert de barriere ».

Le poëte entend par le ciel, cette grande région de l’espace éthéré, que les saisons semblent gouverner ; elles ouvrent le ciel, quand elles dissipent les nuages ; & elles le ferment, lorsque les exhalaisons de la terre se condensent en nuées, & nous cachent la vûe du soleil & des astres.

La Mythologie greque ne reconnut d’abord que les trois heures, dont nous avons donné les noms, parce qu’il n’y avoit que trois saisons, le printems, l’été, & l’hiver ; ensuite quand on leur ajoûta l’autonne & le solstice d’hiver, ou sa partie la plus froide, la Mythologie créa deux nouvelles heures, qu’elle appella Carpo, & Thalatte, & elle les établit pour veiller aux fruits & aux fleurs ; enfin, quand les Grecs partagerent le jour en douze parties égales, les Poëtes multiplierent le nombre des heures jusqu’à douze, toutes au service de Jupiter, & les nommerent les douze sœurs, nées gardiennes des barrieres du ciel, pour les ouvrir & les fermer à leur gré ; ils leur commirent aussi le soin de ramener Adonis de l’Achéron, & le rendre à Vénus.

Les mêmes poëtes donnerent encore aux heures, l’intendance de l’éducation de Junon ; & dans quelques statues de cette déesse, on représente les heures au-dessous de sa tête.

Elles étoient reconnues pour des divinités dans la ville d’Athènes, où elles avoient un temple bâti en leur honneur par Amphiction. Les Athéniens, selon Athénée, leur offroient des sacrifices, dans lesquels ils faisoient bouillir la viande au lieu de la rotir ; ils adressoient des vœux à ces déesses, & les prioient de leur donner une chaleur moderée, afin qu’avec le secours des pluies, les fruits de la terre vinssent plus doucement à maturité.

Les modernes représentent ordinairement les heures accompagnées de Thémis soûtenant des cadrans ou des horloges.

Le mot ὧραι, designoit anciennement chez les Grecs les saisons ; ensuite, après l’invention des cadrans solaires, le même terme se prit aussi pour signifier la mesure du tems que nous nommons heure. Voyez Heure. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « heure »

Provenc, hora, ora ; espagn. hora ; ital. ora ; du lat. hora ; comparez le germanique : goth. jêr ; allem. Jahr, année ; et le celtique : gaél. uair ; bas-bret. eur, ur ; kimry, awr ; zend, yârĕ, année, yâirya, annuel ; comparez aussi le sanscrit yâtu, temps, cours, marche, de , aller. Bèze, au XVIe siècle, recommande de ne pas prononcer hure ; c'est cette prononciation qui fait qu'on trouve dans Montaigne asture pour à cette heure.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1080) (Temps) Du moyen français heure, de l’ancien français eure, ure, primitivement ore, issu du latin hōra, emprunt au grec ancien ὥρα, hôra (« division du temps »), qui remonte à l’indo-européen commun *yēr (« an »)[1] qui l’apparente au latin hornus (« de l’année »).
(15 degrés dans l’astronomie) Du fait qu’en une heure, la Terre effectue une rotation (sidérale) de 360 / 24 = 15 degrés.
(Directions) De l’utilisation d’un cadran d’horloge ou de montre en donnant le nombre des heures comme nom à la direction.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « heure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
heure œr

Citations contenant le mot « heure »

  • Tu pleureras l'heure où tu pleures Qui passera trop vitement Comme passent toutes les heures. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Alcools, À la Santé , Gallimard
  • L'Honneur tient souvent à l'heure que marque la pendule. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Calligrammes, Lundi rue Christine , Gallimard
  • Nous sommes tous l'heure qui sonne. Frédéric Sauser, dit Blaise Cendrars, Aujourd'hui, Grasset
  • Jamais je ne m'assujettis aux heures : les heures sont faites pour l'homme, et non l'homme pour les heures. François Rabelais, Gargantua, 41
  • Et Dieu sait que l'heure se fait mendiante. Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse, Correspondance, à Paul Claudel, 1er août 1949 , Gallimard
  • Toutes blessent, la dernière tue. Anonyme,
  • Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure. , Évangile selon saint Matthieu, XXV, 13
  • Gai lézard, bois ton soleil ! l'heure ne passe que trop vite, et demain il pleuvra peut-être. Frédéric Mistral, Inscription pour le cadran solaire de sa maison à Maillane
  • L'heure, c'est l'heure ; avant l'heure, c'est pas l'heure ; après l'heure, c'est plus l'heure. De Jules Jouy
  • La tristesse rend vieux avant l’heure. De Hazrat Ali
  • L'heure fuit, le droit demeure. De Anonyme / Inscription latine gravée sur un cadran solaire
  • L'heure me regarde et je regarde l'heure. De Koan zen
  • La plus belle heure de la vie, c’est l’heure de la sieste. De Grégoire Lacroix / Les Douze ‘Moi’ de Grégoire
  • Chaque heure nous meurtrit ; la dernière nous tue. De Proverbe français
  • Une nuit d’amour, ça dure un quart d’heure. De Georges Wolinski
  • Une heure de justice vaut soixante-dix ans de prière. De Proverbe turc
  • Le bonheur, c'est de passer une bonne heure. De Eric St-Roch
  • Pour vivre longtemps, il faut être vieux de bonne heure. De Proverbe français
  • Chaque heure fait sa plaie et la dernière achève. De Théophile Gautier / L'Horloge
  • La plus longue heure du jour est celle du sermon. De François Béroalde de Verville
  • Le bonheur n’était autrefois qu’une heure fortunée. De Voltaire / Le sottisier
  • Une heure de conversation vaut mieux que cinquante lettres. De Madame de Sévigné / Correspondance
  • Tout le monde est méchant à son heure. De Antonine Maillet / Pélagie-la-charrette
  • Le concert de Radio-France, qui se déroule depuis huit ans sur le Champ-de-Mars en public, se tiendra lui aussi à huis clos. France Télévisions et Radio diffuseront le concert en direct, sur France 2 et France-Inter, à partir de 20h30. L’accès à cette zone sera restreint dès 11 heures. L'Obs, Heure par heure, le programme d’un 14-Juillet pas comme les autres
  • À 22 h 34 précises mardi, heure de l’attentat commis le 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais, 86 faisceaux lumineux ont illuminé le ciel de Nice pour un hommage aux 86 victimes. L’attentat avait également fait, selon le Fonds de garantie des victimes, 267 blessés et 1.627 traumatisés. Des dizaines de Niçois se sont réunies pour ne pas oublier avec en fond le titre de Calogero Les feux d’artifice. , C’est l’heure du BIM : Macron pris à partie, hommage à Nice et soldes en vue
  • L’intérêt de l’heure d’été réside, selon ses promoteurs, dans les économies d’énergie qu’elle est censée permettre afin de profiter plus tard de la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet) à 780nm (rouge). La lumière est intimement...) solaire pendant la période estivale ; cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et mise en doute par la Commission européenne qui parle d’économies relativement limitées. D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une des sous-parties...) devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales. Techno-Science.net, 🔎 Heure d'été - Définition et Explications
  • Les quatorze heures de vol en même pas vingt-quatre heures, pour son aller-retour express en Guyane dimanche, comme les cinq heures de décalage horaire entre Paris et Cayenne, pèseront-ils ce lundi matin sur les paupières de Jean Castex, au moment de recevoir les associations d'élus locaux à Matignon? Neuf jours après sa prise de fonction, le successeur d'Edouard Philippe poursuit son entrée en matière à un rythme d'enfer. leparisien.fr, «Ça va à 100 à l’heure» : Jean Castex n’arrête jamais - Le Parisien

Images d'illustration du mot « heure »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « heure »

Langue Traduction
Anglais hour
Espagnol hora
Italien ora
Allemand stunde
Chinois 小时
Arabe ساعة
Portugais hora
Russe час
Japonais 時間
Basque ordu
Corse ora
Source : Google Translate API

Synonymes de « heure »

Source : synonymes de heure sur lebonsynonyme.fr
Partager