La langue française

Cerise

Définitions du mot « cerise »

Trésor de la Langue Française informatisé

CERISE, subst. fém.

A.− Petit fruit à noyau de forme ronde, de couleur généralement rouge, que produit le cerisier :
1. ... j'arrive de la ferme pour vous apporter un petit panier de cerises... vous savez, de ces cerises croquantes du cerisier derrière le hangar, ... Erckmann-Chatrian, L'Ami Fritz,1864, p. 132.
SYNT. Cerises à courte queue (cf. aigriotte); cerises précoces (Lamartine, Le Tailleur de pierre de Saint-Point, 1851, p. 445), tardives (Ac. 1798-1932); cerises à confire, cerises confites (Ac. 1798-1932).
GASTR. Vin de cerises. Alcool fait à base de jus de cerise (cf. Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 1, 1801, p. 276).Ratafia de cerise (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 2, 1812, p. 274). Sirop, confiture de cerises; tarte aux cerises; cerises à l'eau-de-vie (Balzac, Les Illusions perdues, 1843, p. 355).
Expr. pop.
1. Le temps des cerises. Le printemps; au fig. le début de l'existence, la jeunesse :
2. ... la guerre avançait, prenait de l'âge. Viendrait un jour où elle finirait. Toutes les bouches de la fontaine aux milliards tariraient soudain. Tant pis, alors, pour ceux qui auraient fait les dégoûtés ou les timides. Ils contempleraient, d'en bas, les insolentes fortunes des autres. Ils regretteraient un peu tard le temps des grenades, comme d'autres le temps des cerises. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 176.
2. P. ell. Aux prochaines cerises. Au prochain printemps :
3. « Et vous, quel âge? » fis-je avec brutalité, et je regardai méchamment le malade; il fut étonné. « Moi? 23 ans aux prochaines cerises. » Jouve, La Scène capitale,1935, p. 222.
3. Vieilli. C'est un panier de cerises (p. allus. au jugement que donna Mmede Sévigné sur les fables de La Fontaine). Tout [dans une collection d'objets] est également à louer (cf. Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Rob.).
B.− [P. anal. avec la couleur, la forme, la fraîcheur du fruit]
1. BOT. Fruit d'une autre plante ressemblant beaucoup à la cerise. Cerise d'hiver ou en chemise (Lar. 19e, Lar. encyclop.). Fruit de l'alkékenge*. Cerise d'ours (Lar. 19e, Lar. encyclop.). Fruit de la busserole*. Cerise gommeuse (Rob.). Fruit du savonnier. Cerise carrée (Rob.). Fruit du giroflier (cf. cerisier A). Cerise des Antilles (Rob.). Fruit de la malpighie. Cerise du café, du caféier (cf. Chateaubriand, Les Natchez, 1826, p. 297).
2. [En parlant d'une pers.] Un teint de cerise (Ponchon, La Muse au cabaret, Insatiabilité, 1920, p. 187). Un teint frais et rose. Bouche en cerise (Green, Journal, 1944, p. 129). Bouche rouge, menue et charnue. Rouge comme une cerise. Très rouge, naturellement ou par suite d'un effort, d'une émotion :
4. ... il [Stephen] imagina de moucher une bougie; la crainte de l'éteindre fit qu'il l'éteignit, tous les regards se tournèrent vers lui, il devint rouge comme une cerise. Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 58.
Rem. L'emploi adj. de cerise pour rouge est assez fréq.; dans ce cas, cerise reste inv. Chevaux bai cerise (Ponson du Terrail, Rocambole, t. 4, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 45). Rubans cerise (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 76). Ils [les navires] portaient des femmes en brocart cerise ou en damas vert (Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 898).
C.− Emplois techn. ou spéc.
1. Argot
a) Visage, tête. Tomber sur la cerise. Tomber dessus. Ils nous tombaient sur la cerise toujours en guise d'apéritif (Céline, Mort à crédit,1936, p. 536).
b) Malchance. Avoir la cerise (Rob.). Pas de souhait de bonne chance. Ça porte malheur. Assez de cerise comme ça! Charogne de grève! (A. Arnoux, Double chance,1958, p. 200).
c) Région. (Canada). Virginité. Faites-moi perdre ma cerise (V.-L. Beaulieu, Mémoires d'Outre-tonneau, Montréal, 1968, p. 171).
2. MÉTALL. Rouge(-)cerise ou cerise, subst. masc. Couleur que prend le fer soumis à une très haute température et, p. ext., indication de cette température. Fer chauffé au rouge-cerise (Littré, DG). Le rouge de cuivre et le cerise du métal en fusion (Colette, Claudine en ménage,1902, p. 153).Du rouge cerise au rouge sombre, chauffer lentement et bien à cœur jusqu'au rouge cerise, qu'il ne faut pas dépasser (J. Cahen, E. Bruet, Carrières, plâtrières, ardoisières,1926, p. 95).
3. MÉD. VÉTÉR. Sorte d'excroissance qui peut se développer à la surface d'une plaie, particulièrement sur le pied du cheval (cf. E. Garcin, Guide vétér., 1944, p. 184).
Prononc. et Orth. : [s(ə)ʀi:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1190 (J. Bodel, Chanson des Saisnes, XXIII ds Gdf. Compl.). Du lat. vulg. *cerĕsia « id. » neutre plur. considéré comme fém. sing., du b. lat. ceresium neutre sing. (1remoitié vies. Anthimus. ds André Bot., s.v. cerasium), var. apophonique de cerasium (Columelle ds TLL s.v., 854, 29), empr. au gr. κ ε ρ α ́ σ ι ο ν « cerise » lui-même dér. de κ ε ́ ρ α σ ο ς (ou κ ε ρ α σ ο ́ ς) « cerisier ». Fréq. abs. littér. : 472. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 348, b) 1 103; xxes. : a) 692, b) 701. Bbg. Brüch 1913, p. 168. − Des Cerises et des merises. Vie Lang. 1953, p. 290. − Gottsch. Redens. 1930, p. 128, 175. − Goug. Mots t. 1, 1962, p. 100. − Mat. Louis-Philippe, 1951, p. 205.

Wiktionnaire

Nom commun 1

cerise \sə.ʁiz\ féminin

  1. (Botanique) Fruit comestible du cerisier charnu, petit et sphérique et à la peau généralement rouge. C’est une drupe.
    • Dans les cantons riches en arbres fruitiers, […], on fait du kirsch avec des cerises, auxquelles on ajoute quelquefois des prunes ou même quelques pommes. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 143)
    • Quand tout dort encore, les larges avenues de Carpentras voient affluer des amoncellements d’asperges, de petits pois, de pommes de terre, de cerises et de fraises. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Je me souviens vaguement des traits de la gamine, une blondine coiffée d'un chapeau de paille orné de cerises artificielles, avec une robe en lingerie blanche, percée de trou-trous ourlés. — (Jules Clozel , Mémoires d'un enfant du XXème siècle, BoD/Books on Demand, 2012, p.247)
  2. (Par analogie) Fruit du caféier, qui contient deux noyaux, les grains de café.
    • Dans les autres pays on forme les cafeteries en semant la cerise en pépinière ou mieux à demeure, si le quartier est pluvieux. — (« Café », dans le Dictionnaire du commerce et de l'industrie, Bruxelles : à l'imprimerie de A. Cauvin, 1837, vol. 1, page 414)
    • Un caféier en culture a une production annuelle moyenne de cerises de 2,5 kg. Elles fournissent 500 g de café vert qui seront transformés en 400 g de café torréfié (en conditions exceptionnelles, un caféier peut produire jusqu'à 20 kg de cerises). — (Claire Doré & ‎Fabrice Varoquaux, Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, Éditions Quae, 2006, page 165)
  3. (Populaire) Malchance, guigne, poisse :
    • — Dis, on te cause ! D'abord, tu sais pas que c'est défendu de siffler dans un théâtre ? ça porte la cerise. — (France illustration: Le monde illustré - Supplément théâtral et littéraire, 1950, n° 50-62, page 18)
    • Et finir enterré vivant à quelques encablures de la fin de la guerre, franchement, ce serait vraiment la cerise. — (Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel, Paris, 2013, page 22)
  4. (Populaire) (Québec) Gyrophare de police (qui est habituellement rouge).
    • Quand Remo sortit par le parking, des voitures de police avec de grosses cerises illuminées sur le toit y entraient. Deux agents, pistolet au poing, coururent dans l'hôpital. — (Warren Murphy & ‎Richard Sapir, L'Implacable, vol. 22 : Cervelle trafic, traduit par France-Marie Watkins & Brigitte Sallebert, éd. Milady, 2015)
  5. (Vulgaire) (Canada) Virginité, pour une femme.
    • Mais j'peux pas m'en empêcher ! J'peux pas m'en empêcher ! Chus t'en amour comme une fille de dix-huit ans qui a encore sa cerise ! Pis c'est même pas parce qu'y fait ben l'amour ! Même pas ! — (Michel Tremblay, En pièces détachées et La Duchesse de Langeais, éd. Leméac, 1970, p. 92.)
    • (Figuré)Viens t'asseoir! viens t'asseoir! poursuivit Gladu, pétulant. Je viens justement d'acheter une bonne bouteille de rhum de la Barbade. Il serait temps qu'on lui fasse perdre sa cerise. — (Yves Beauchemin, Le matou, Les Éditions Fides, 2007, page 509)
  6. (Argot) Visage, tête.
    • Tomber sur la cerise.

Nom commun 2

cerise \sə.ʁiz\ ou \sʁiz\ masculin singulier

  1. Couleur rouge des cerises.
    • Enfin , il est bon de donner des apprêts huileux , des mordans et des bains de teinture moins chargés que pour le rouge ou le cerise. — (M. G. T. Doin, Le Dictionnaire des teintures, dans l’Encyclopédie méthodique : ou par ordre de matières, Paris : chez Veuve Agasse, 1828, page 152)
    • Si le Teinturier n’a pas le soin de désaviver les couleurs fines en saffrano, dans dans lesquelles il entre du jus de citron, comme dans le ponceau, le cerise, toute sorte de rose, nacarat, isabelle, chamois vif, jamais la moëre ne prendra bien, ainsi que sur le noir, si on ne recommande au Teinturier qu’il soit extrêmement lavé, plutôt à quatre Battures qu’à deux. — (Joubert de l’Hiberderie, Le dessinateur, pour les fabriques d’étoffes d’or, d’argent et de soie, 1765, pages 64-65)

Adjectif

cerise \sə.ʁiz\ ou \sʁiz\ invariable

  1. De la couleur rouge vif à profond de la cerise. #BB0B0B
    • Il avait fait meubler cette « loge » des meilleures chaises de l’inn, et placer au centre un grand fauteuil de velours d’Utrecht bouton d’or à dessins cerise pour le cas où quelque femme d’alderman viendrait. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1869, édition 1907)
    • La femme, à côté de son époux, s’épanouissait dans une robe de soie cerise extraordinaire. — (Guy de Maupassant , Une partie de campagne, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 185.)
    • Aussi décorée de blanc et d'or, de pur Louis XIV, et meublée dans le goût Louis XVI, comme presque tout l'hôtel, avec d'adorables trumeaux au-dessus des portes et des draperies cerise et argent dans la sertissure du bois doré, cette galerie semble en quelque sorte détachée du palais de Versailles […]. — (Les lettres et les arts: revue illustrée, vol. 4, n° 1, éd. Boussod, Valadon et cie, 1889, page 350)
    • Howard jette un coup d'œil aux profondeurs insondables des niveaux inférieurs par-dessus la rambarde et aperçoit un méli-mélo de robes cerise, de corps au bronzage artificiel et de chaussures de strip-teaseuse — (Elizabeth Day, Paradise City, traduit de l'anglais par Benoîte Dauvergne, éd. Poche City (Terra Nova), 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CERISE. n. f.
Petit fruit à noyau, dont la chair est aqueuse et sucrée et la peau plus ou moins rouge et très mince. Cerise à courte queue. Cerises précoces. Cerises tardives. Cerises à confire. Cerises confites. Par apposition, Rouge-cerise, Rouge très vif et un peu clair.

Littré (1872-1877)

CERISE (se-ri-z') s. f.
  • 1Fruit du cerisier ; la peau en est rouge.

    Rouge comme une cerise. Cette jeune fille a les joues rouges comme une cerise.

    Terme de métallurgie. Rouge-cerise, rouge très vif et un peu clair, qui est l'indice d'une très haute température. Fer chauffé au rouge-cerise.

  • 2 Par extension, le fruit du caféier. Du café en cerise. De nombreux esclaves s'empressent à recueillir la cerise du café, Chateaubriand, Natch. II, 65.
  • 3 Terme de vétérinaire. Cerises, petites excroissances charnues, de couleur rouge, qui s'élèvent de la surface des plaies de la sole de chair du cheval.

HISTORIQUE

XIIe s. D'ire et de mautalent [il] rougit come cerise, Sax. XXIII.

XIIIe s. Blanchefleur traïrai [j'empoisonnerai] en pome ou en cerise, Berte, LXXVI. Moult i ot de bones cerises, Et plusors fruiz de maintes guises, Ren. 1285.

XVIe s. De beaux petitz arcz pour tyrer des noyaulx de cerises contre les grues, Rabelais, Pant. IV, 7. En France on appelle cerise le fruit qu'en Languedoc on dit agriote, et la cerise de telle province est nommée en France guine… S'en voient des grosses, moiennes, petites, rondes, longues, plattes, refendues : des rouges, blanches, noires : des aigres, des douces : des molles, des dures… La cerise ou agriote est plus aigre que douce, comme tirant son nom de là ; au contraire la guine est plus douce que aigre… La grosse agriote, aiant la queue courte, le noiau petit, estant de couleur rouge-brun, surpasse les autres en valeur… Parmi les douces, paraissent pour les plus prisées les duracines, appelées aussi graffions, mot pris en Dauphiné pour toutes sortes de guines… Merises sont guines presque sauvages et petites, tenans de l'amer dont elles portent le nom. Cœurs sont assés grosses, poinctues et fendues, ainsi dittes à cause de leurs figure ressemblant, et en leur chair et en leur noiau, aucunement le cœur d'une creature humaine, par aucuns, sans grande raison, appelées aussi cerises heaumées, et leurs arbres, heaumiers. Non plus pouvons-nous dire pourquoi d'autres cerises sont dites pinguereaux, rodanes, greffions et semblables ; très bien des musquates, dont le goust rend raison de leur appellation ; ces noms sont donnés aux guines, non aux agriotes, De Serres, 682. Le pigeon saoul trouve les cerises ameres, Cotgrave C'est folie de manger cerises avec son seigneur, Cotgrave Faire d'une cerise trois morceaux, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CERISE.
4À Paris, marchand de cerises, ouvrier maçon des environs. Messieurs, ce n'est pas là une appellation insultante ; nous appelons marchands de cerises les ouvriers de la banlieue de Paris, ceux qui nous environnent, Nadaud, Journ. offic. 21 juin 1876, p. 4365, 1re col.
5 Fig. Faire deux morceaux d'une cerise, distinguer trop subtilement. Il fait ici deux morceaux d'une cerise ; quelle subtile distinction peut-il alléguer entre le sort et le destin ? Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CERISE, s. f. fruit du cerisier. Voyez Cerisier. Ce fruit est très-bon. On le mange crud quand il est mûr ; ou on le cueille un peu avant sa maturité, & on le met en compote. Pour faire la compote, on en coupe la queue par la moitié ; on fait bouillir du sucre dans une poelle ; on prend une demi-livre de sucre, pour une livre de fruit. Quand le sucre boût, on y jette les cerises ; on remue ; on écume ; on pousse l’ébullition jusqu’à ce que le sucre soit en sirop : après quoi on laisse refroidir, & la compote est prête.

La confiture de cerise n’a rien de particulier. Voyez celle d’Abricot. On tire à l’alembic une eau-de-vie de cerise qui est très-violente.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cerise »

Provenç. cereira, serisia ; catal. cirera ; espagn. cereza ; portug. cereja ; ital. ciriegia ; mots dérivés, à l'aide d'un suffixe féminin, du latin cerasus, dit ainsi de Cerasus, Cérasonte, ville du Pont d'où Lucullus rapporta le cerisier en Italie. Pline dit qu'un siècle après son importation en Italie, le cerisier avait déjà pénétré dans l'île de Bretagne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin cerasum, du grec ancien κεράσιον, kerásion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cerise »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cerise sœriz

Évolution historique de l’usage du mot « cerise »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cerise »

  • Si on avait toujours des cerises et des raisins, on pourrait se passer de médecin. De Proverbe savoyard
  • Années de cerises rouges met le rire sur les bouches. De Dicton français
  • Il faut cueillir les cerises avec la queue. J'avais déjà du mal avec la main ! De Coluche / Le belge
  • Les auteurs de recueils de citations sont comme ces gens qui mangent des cerises, qui commencent par les meilleures et qui finissent par les manger toutes. De Chamfort
  • La cerise est amère au sommet du cerisier. De Proverbe géorgien
  • Quand tu as bien sucé la cerise, ne regrette pas le noyau. De Proverbe provençal
  • Dans une bonne bande dessinée, quelle qu’elle soit, le dessin reste la cerise sur le gâteau. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est accessoire. De Anthony Jean / Evene.fr -Janvier 2007
  • A colombe saoule, les cerises sont amères. De Proverbe français
  • Quand on te dit beaucoup de cerises, prend un petit panier. De Proverbe grec moderne
  • Si toute l'année il y avait des cerises, Messieurs les médecins n'iraient plus qu'en chemise. De Proverbe français
  • Ce sont les enfants et les oiseaux qu’il faut interroger sur le goût des cerises et des fraises. De Johann Wolfgang von Goethe
  • La plupart des faiseurs de recueils de vers ou de bons mots ressemblent à ceux qui mangent des cerises ou des huîtres, choisissant d’abord les meilleurs et finissant par tout manger. De Chamfort / Maximes et pensées
  • Le week-end France Bleu vous emmène à la découverte d'un joli coin de Bourgogne Franche Comté. Samedi dernier c'était la Haute-Saône et la région de Luxeuil les Bains.L'occasion de visiter l'Ecomusée du pays de la cerise de Fougerolles. France Bleu, "I love Bourgogne Franche Comté" visite l'écomusée du pays de la cerise de Fougerolles (70)
  • « Mon grand-père a introduit les bigarreaux dans les années 50 », explique Nicolas Gidoin, producteur de cerises à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin et à Férolles, et gérant des Vergers de Villiers. Aujourd’hui, c’est cette même cerise, dont il existe environ 50 variétés, que produisent une quarantaine de producteurs du département. Pour l’essentiel, les 800 à 1.000 tonnes récoltées chaque année proviennent de la région d’Orléans. Saint-Hilaire-Saint-Mesmin s’est même autoproclamée capitale de la cerise. www.larep.fr, Les efforts pour promouvoir la cerise de l'Orléanais commencent à porter leurs fruits - Saint-Hilaire-Saint-Mesmin (45160)
  • Dieu a fait une queue aux cerises pour que l’on s’en accroche une paire derrière l’oreille. Dieu a donné un noyau à la cerise pour donner du goût au clafoutis. Dieu a inventé la cerise pour qu’on la cueille sur l’arbre. Si, si, souvenez-vous, quand on était môme, les cerises étaient encore meilleures quand elles étaient mangées sur la branche. Car vous pouvez gauler les pommes ou les noix, mais pour une poignée de burlats ou de griottes, il faut s’exposer au vertige ascensionnel du maraudeur. C’est une autre caractéristique de ce fruit : on aime grappiller, picorer la cerise, plus que la pomme ou la prune.  France Culture, Il est revenu le temps des cerises
  • Nos recettes faciles : la tarte à la cerise de “Twin Peaks” Télérama, Nos recettes faciles : la tarte à la cerise de “Twin Peaks”
  • La cueillette a débuté dans les vergers loirétains. La cerise s'annonce abondante et de bonne qualité dans le département. Les producteurs peuvent compter sur une main d'oeuvre fournie et qui a afflué après le déconfinement. Exemple à St-Hilaire St-Mesmin la "capitale de la cerise de l'Orléanais". France Bleu, Il est venu le temps des cerises!
  • Derrière le compte Instragram enrangdoigons, Raphaële Marchal partage régulièrement ses nouvelles pépites culinaires. Dont la recette de la glace à cerise à faire sans sorbetière.  Vogue Paris, La recette de la glace à la cerise sans sorbetière | Vogue Paris
  • La cerise française, arrivée sur les étals en mai 2020, a vu ses prix augmenter. Les cours du mois de mai dépassent de 20 % leur moyenne sur la période allant de 2015 à 2019. La baisse de la production à cause des intempéries en est partiellement responsable. La France Agricole, Conjoncture : Les cours de la cerise ont grimpé en mai
  • - 250 g de cerises de nos régions Le Telegramme, Cheesecake à la cerise - Recettes - Le Télégramme
  • Ces variétés se prénomment Napoléon et reine Hortense. En confiture, bocaux, ou cerises de bouche, elles sont excellentes. De par leurs couleurs, elles résistent à la venue de la mouche. Si de nos jours, ce fruit a disparu des vergers, ne serait-il pas souhaitable, de relancer sa culture à titre expérimental dans le cadre du projet de réflexion envisagé à l’automne avec l’ADEFPAT, la communauté de communes et le Parc. Malgré l’abondance de la pluie, elle a bien résisté et très peu de fruits sont éclatés. Après une semaine fraîche et sans pluie, les arboriculteurs cueillent les dernières variétés. La Maison de la cerise, ouverte tous les jours, a réalisé toute la transformation nécessaire auprès des artisans locaux. Liqueurs, apéritif, nectar, confitures et bocaux permettront de satisfaire les vacanciers en recherche de produits régionaux. Journal de Millau, [Paulhe] Cueillette des cerises blanches | Journal de Millau
  • Ne crachez plus les noyaux de cerise, conservez les précieusement comme des perles. C’est le message de Ju Hyun Lee. Elle participe à « Artistes et territoires », une résidence d’artistes du Parc naturel régional du Ballon des Vosges avec le concours d’autres partenaires. , Culture - Loisirs | Collecte de noyaux de cerise : jetez-vous dans le bain !

Images d'illustration du mot « cerise »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cerise »

Langue Traduction
Anglais cherry
Espagnol cereza
Italien ciliegia
Allemand kirsche
Portugais cereja
Source : Google Translate API

Synonymes de « cerise »

Source : synonymes de cerise sur lebonsynonyme.fr

Cerise

Retour au sommaire ➦

Partager