La langue française

Grippe-sou

Définitions du mot « grippe-sou »

Trésor de la Langue Française informatisé

GRIPPE-SOU, subst.

A. − Vx. ,,Celui qui était chargé par les rentiers de recevoir leurs rentes, moyennant une légère remise`` (Ac. 1932).
P. ext. Usurier. Bonjour, mon jeune ami; que, diantre, faisiez-vous, Avec ces usuriers, boursiers et grippe-sous? (Ponsard, Honn. et arg.,1853, IV, 5, p. 96).Marchands de grains, donnant la mauvaise mesure, Et force grippe-sous prêtant à grande usure Autour des chérubins et des sept chandeliers (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 343).
B. − Personne que l'avarice attache à de petits gains sordides :
Papa disait « Madame Delahaie, Monsieur Delahaie ». Même rétrospectivement, même à titre historique, il n'aurait, pour rien au monde, consenti à donner de l'oncle ou de la tante à cette gent détestée, à ces grippe-sous, à ces paltoquets. Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 111.
Emploi adj. Cultivateur et maquignon, Haudouin n'avait jamais été récompensé d'être rusé, menteur et grippe-sous. Ses vaches crevaient par deux à la fois, ses cochons par six, et son grain germait dans les sacs (Aymé, Jument,1933, p. 7).
REM. 1.
Grippe-sol, subst. masc.; grippe-liard, en emploi adj.Avare. Réal, ancien grippe-sol du palais, antagoniste forcené de Robespierre, et brissotin pour de l'argent (Marat, Pamphlets, Aux amis de la Patrie, 1792, p. 311). Ma belle-mère paraît un ange aux yeux du monde, et quand il y a quelqu'un au salon : un ange grippe-liard, soit, et ayant le front étoilé d'une pièce de deux sous (Mallarmé, Corresp.,1862, p. 31).
2.
Grippe-billet, grippe-monnaie, subst. masc.,fam. et pop. Escroc, petit voleur. Mort de ma vie, quel grippe-monnaie vous faites! (Fabre, Courbezon,1862, p. 157).Tous les tauliers se bourraient en deux ou trois ans, et, vendant leur fond, cédaient la place à de nouveaux grippe-billets, en proie au vertige de la fortune rapide (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 105).
Prononc. et Orth. : [gʀipsu]. Ds Ac. dep. 1718. Au sing. avec et sans -s (Balzac, Goriot, 1835, p. 31, grippe-sou; Aymé, loc. cit., grippe-sous); au plur. avec -s. Étymol. et Hist. 1. 1680 « homme que les particuliers, moyennant un sou par livre, chargent de recevoir leurs rentes (Rich.); 2. av. 1778 « avare qui fait de petits gains sordides » (Voltaire ds Lar. 19e). Composé de la forme verbale grippe (gripper* « prendre, saisir ») et de sou*. Fréq. abs. littér. : 11.

Wiktionnaire

Nom commun

grippe-sou \ɡʁip.su\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Celui, celle qui aime les petits gains sordides.
    • Envoyez donc chercher le procureur : il n’a rien à faire, car il se décharge de toute sa besogne sur son substitut Zolotoukha, le premier grippe-sou du monde. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Il va être suivi de plusieurs autres et abordage est bien le mot, car si ce grippe-sou, grippe-meubles, grippe-linge, grippe-bustes, qui voudrait être grippe-tout ne me rend pas ce buste qui me passe si près du cœur, je me servirai de la hache, comme à l’abordage, et je couperai comme un câble, nos relations de famille. — (Jules-Amédée Barbey d’Aurevilly, Lettre à madame de Bouglon, 25 septembre 1872, dans Correspondance générale, tome VII (1866–1875), Annales littéraires de l’Université de Besançon, Paris, 1987, ISBN 2-251-60-352 ISBN invalide)
    • Lisez les Taine, G. Sand ou Thiers d’aujourd'hui : ils s’appellent Fillon ou Macron ; ce sont les mêmes grippe-sou, les mêmes rogne-salaires, les mêmes sue-la-haine. La seule habileté inédite de la bourgeoisie moderne fut de n'avoir même plus eu besoin d'éliminer physiquement l'ouvrier ; […]. — (« Entropie ? », le 18 mars 2017, sur l'onglet Bloc-Notes 2017 du site Palimpsestes.fr (http:/palimpsestes.fr))
  2. (Vieilli) Celui qui était chargé par les rentiers de recevoir leurs rentes, moyennant une légère remise.
    • Grippe-sou, plur. des grippe-sou : des gens d’affaires qui, moyennant le sou pour livre, c’est-à-dire, une très légère remise, reçoivent les rentes. C’est dans le même sens que l’on écrira des pince-maille. Maille, dit l’Académie, était une monnaie au-dessous du denier : Trois sous, deux deniers et maille. Il n’a ni sou ni maille. — Des pince-maille sont des personnes qui pincent, qui ne négligent pas une maille. Ainsi les pince-maille sont de deux ou trois degrés plus ladres, plus avides que les grippe-sou. Par les mêmes raisons que pour gagne-denier, il faut écrire au pluriel des grippe-sous, des pince-mailles. A.L. — (Charles-Pierre Girault-Duvivier et Pierre-Auguste Lemaire, Grammaire des grammaires, tome premier, A. Cotelle, Libraire-Éditeur, Paris, 1863, dix-huitième édition entièrement revue et corrigée)

Adjectif

grippe-sou \ɡʁip.su\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Cupide.
    • La grisette joyeuse et se contentant de peu est morte et enterrée, tuée par l’exploitation grippe-sou des grands magasins et des grands ateliers et par la prostitution légale et illégale. — (Paul Lafargue, Sapho, paru dans Le Socialiste, 2 janvier 1886)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRIPPE-SOU. n. m.
Celui qui aime les petits gains sordides. Il est familier. Il se disait autrefois de Celui qui était chargé par les rentiers de recevoir leurs rentes, moyennant une légère remise.

Littré (1872-1877)

GRIPPE-SOU (gri-pe-sou) s. m.
  • 1 Anciennement. Nom qu'on donnait à celui qui recevait à l'hôtel de ville de Paris les rentes des particuliers, et qui avait pour sa peine deux liards par livre.
  • 2 Par mépris. Homme qui fait de petits gains sordides.

    Au plur. Des grippe-sou ou sous.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « grippe-sou »

Gripper, et sou.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1680) Composé de gripper et de sou → voir grippe-argent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « grippe-sou »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grippe-sou gripœsu

Citations contenant le mot « grippe-sou »

  • Bref du Clochemerle grandeur nature. Or comme dans tous les feuilletons clochemerlesque, que l’été on ne sait trop pourquoi semble favoriser, le seul résultat obtenu en général est que les deux parties se couvrent de ridicule. Blocher en manifestant une sénilité de grippe-sou revanchard, qui déclare ne pas vouloir faire de cadeau à l’Etat, lorsqu’il voit comment le «Parlement rouge-vert» dépense l’argent. Et les autres en prétendant distribuer les prestations sociales à la tête du client. Largeur.com, Clochemerle pour un été | Largeur.com
  • Pendant les deux dernières semaines que j'ai passées en vacances, ça m'a manqué de travailler sur cette série d'articles. Comme je suis toujours à la recherche d'applications gratuites utiles et que je suis un peu grippe-sou, j'aime faire des recherches sur les applications gratuites intéressantes pour Android et iOS. AndroidPIT, Ces applications Android et iOS payantes sont actuellement gratuites (semaine 26) | AndroidPIT

Traductions du mot « grippe-sou »

Langue Traduction
Anglais grippe-sou
Espagnol grippe-sou
Italien grippe-sou
Allemand grippe-sou
Chinois 抓地力
Arabe جريب سو
Portugais grippe-sou
Russe инфлюэнца-соу
Japonais グリッペ荘
Basque gripe-sos
Corse grippe-sou
Source : Google Translate API

Synonymes de « grippe-sou »

Source : synonymes de grippe-sou sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « grippe-sou »

Grippe-sou

Retour au sommaire ➦

Partager