La langue française

Gaiement, gaîment

Sommaire

  • Définitions du mot gaiement, gaîment
  • Étymologie de « gaiement »
  • Phonétique de « gaiement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « gaiement »
  • Citations contenant le mot « gaiement »
  • Traductions du mot « gaiement »
  • Synonymes de « gaiement »
  • Antonymes de « gaiement »

Définitions du mot gaiement, gaîment

Trésor de la Langue Française informatisé

GAIEMENT, GAÎMENT, adv.

A. − Avec gaieté.
1. Avec bonne humeur, enjouement. Chanter, dire gaiement. Le bon petit M. Pallu faisait sa médecine gaiement et en pénitent plus guilleret que morose (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 188).Zilou prenait la chose gaiement et trouvait encore le moyen de sourire (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 142) :
Je fus très gai. Je m'enivrai presque de bière anglaise. Un demi-manant, capitaine anglais au petit cabotage, fit quelques objections à mes contes, je lui répondis gaiement et en bon enfant. (...) j'aurais dû répondre vertement et non gaiement... Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 70.
2. D'une manière plaisante, qui exprime ou inspire la gaieté. Une toile quasi japonaise, amusante et gaiement peinte (Huysmans, Art mod.,1883, p. 297).L'or des cadres brillait gaiement et le vaste tapis semblait heureux d'étaler ses guirlandes de fleurs multicolores (Green, Chaque homme,1960, p. 94).
B. − Vieilli
1. De gaieté de cœur, volontiers, sans peine. Ils [les Royalistes] ont librement, gaiement et volontairement perdu la France (Lamart., Corresp.,1830, p. 83).Les chevaux de la poste allemande font très-gaîment, très-facilement et sans effort, la course (Balzac, Œuvres div., t. 3, 1847, p. 661).Donc, rien plus ne me soucie (...) je puis gaiement et bravement mourir (Banville, Gringoire,1866, p. 38).
2. Avec vivacité, rapidité. Vous avez donné à votre monture un coup de cravache qui l'a fait partir au galop et s'en retourner gaiement à son écurie (Sand, M. Sylvestre,1866, p. 301).Pendant un temps, tout alla bien; la frappe [de la monnaie] marcha gaîment, et des particuliers (étrangers) récoltèrent de beaux profits aux frais de la France (Shaw, Hist. monnaie,1896, p. 153).
C. − Loc. fam., parfois iron. Y aller gaiement. [Pour s'encourager, se donner de l'entrain] Allons-y gaiement (Ac.1878-1932).
Prononc. et Orth. : [gemɑ ̃], [gε-]; [gε-]ds Land. 1834, Gattel 1841 et, de nouv. ds Martinet-Walter 1973 (12/17). Les traces de l'anc. [ə], sous forme d'allongement compensatoire de la voyelle, n'ont pas entièrement disparu : un sujet de Martinet-Walter 1973 dit [gε:-]. Mart. Comment prononce 1913, p. 162, admet des traces similaires dans gréement ([e] ,,plus fermé et plus long`` que dans agrément), féerie ([e] ,,plus fermé`` que dans série), c'est-à-dire en cas de paron. Buben 1935, § 58 note seulement que gaie- et gaî- traduisent respectivement l'anc. [ə] et l'allongement de la voyelle qui précède. ,,Les étrangers se laissent souvent séduire par [ces graphies] et allongent la voyelle`` (ibid.). Ds Ac. dep. 1694. Ac. 1694, 1718 gayement (Ac. 1694 ,,quelques-uns écrivent gayment``), ensuite gaiement avec ds Ac. 1798-1878 une var. gaî-. Ac. admet de même, en 1798, et écarte de même, en 1932, des var. gaîté/gaieté, dénûment/dénuement, dévoûment/dévouement, etc. (cf. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 83). Gaîment se maintient, après Ac. 1932, ds Rob., à titre de variante. Étymol. et Hist. Ca 1280 gayement (Clef d'amour, 1488 ds T.-L.). Dér. de gai*, gaie; suff. -(e)ment2*. Fréq. abs. littér. : 1 263. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 953, b) 2 222; xxes. : a) 1 950, b) 1 340. Bbg. Quem. DDL t. 15.

Wiktionnaire

Adverbe

gaiement (orthographe traditionnelle)

  1. D’une manière gaie.
    • Et nous nous promenons là tout gaiement, jusqu'à la route qui descend vers le canal […] — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895, 1923)
    • Voilà l'image de ma vie :je devrais fredonner gaiement sous la douche, tout à la joie de ce jour nouveau, et je m'engonce dans l’amère moiteur de maussades ruminements. — (Patrick Cauvin, Huit jours en été, Jean-Claude Lattès, 1979, chap.1)
  2. (Familier) Rapidement, d'un bon train.
    • Aller gaiement. aller son train.
    • Allons-y gaiement.

Adverbe

gaîment \ɡɛ.mɑ̃\ invariable

  1. (Archaïque, orthographe d’avant 1835) Gaiement.
    • […] ; elle répondait fort gaîment, et paraissait tout heureuse de l’accueil qu’on lui faisait. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • — Ma foi ! cher ami, dit-il gaîment, il faut en prendre notre parti ; nous sommes magnifiques nous ressemblons à s’y méprendre à des mannequins de la Passion. — (Gustave Aimard, Le Forestier, Éditions Amyot, Paris, 1869, p. 66)
    • Donc, ma trousse en bandoulière et ma boîte pleine de trésors, je revenais gaîment par la route, quand, aux portes de Dublin, j’aperçus une jolie fille de cinq à six ans, toute seule, qui pleurait. — (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAIEMENT. adv.
D'une manière gaie. Vivre gaiement. Aller gaiement. Chanter gaiement. Faire gaiement quelque chose. Ces troupes allaient gaiement au combat. Fam., Aller gaiement. Aller son train. Pop., Allons-y gaiement.

Littré (1872-1877)

GAIEMENT (ghé-man) adv.
  • 1Avec gaieté. Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte ; Un curé s'en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite, La Fontaine, Fabl. VII, 11. Je ne suis pas de l'avis de ceux qui, au sortir d'un spectacle, dans un souper délicieux, dans le sein du luxe et du plaisir, disent gaiement que tout est perdu, Voltaire, Tancr. Épître.
  • 2De bon cœur. Aller gaiement au combat.

    Familièrement. Aller gaiement, aller bon train. Cela le fit partir plus gaiement qu'il n'était nécessaire à un petit homme, Scarron, Rom. com. I, 19.

    Allons-y gaiement, locution populaire pour s'encourager. Il faut se battre ? eh bien, allons-y gaiement.

HISTORIQUE

XIVe s. Et vint droit à Paris montez moult gaiement, Hugues Capet, v. 553.

XVIe s. Il se meit à marcher devant tout le premier, aussi guayement comme s'il eust esté asseuré d'aller à une victoire toute certaine, Amyot, Timol. 16. Tout ce qui avoit couru gayment perdit sa colere au bout des espées des autres, D'Aubigné, Hist. II, 380. Le sainement et gayement vivre, Montaigne, IV, 151.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GAIEMENT. - HIST. Ajoutez : XIIIe s. De riches dras de soie [les dames] estoient aournées, Et d'autres paremens si gaiement parées, Brun de la Montaigne, V. 2374, éd. P. Meyer, 1875.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gaiement »

Gaie, et le suffixe ment ; provenç. guayamen ; anc. catal. gayament ; ital. gajamente.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de gaie avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gaiement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gaiement gemɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « gaiement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gaiement »

  • L’ouvrage est toujours gai quand il se fait gaiement. De Etienne / Brueys et Palaprat
  • La France : Laissez-lui faire des choses frivoles sérieusement et gaiement les choses sérieuses. De Montesquieu
  • L'expérience ne nous empêche jamais de faire une bêtise, seulement elle nous empêche de la faire gaiement. De Francis de Croisset
  • Jamais on ne fait le mal si pleinement et si gaiement que quand on le fait par conscience. De Blaise Pascal / Pensées
  • Un peu plus loin, le public se presse pour admirer les pandas roux allongés nonchalamment sur la branche d’un arbre.On découvre aussi les wallabies, qui sautillent gaiement, les springboks d’Afrique du sud ou encore les oryx beïsa. Nice-Matin, On a testé pour vous le parc zoologique de La Barben situé dans les Bouches-du-Rhône - Nice-Matin
  • « Les Québécois, on aime la vie, on enlève les masques et les visières et la COVID est finie », lance gaiement M.  Blais dans une vidéo de l’événement publiée sur les réseaux sociaux. La Presse, L’avocat Guy Bertrand se dissocie de clients complotistes
  • Inspirée par la cuisine thaïlandaise, cette recette de salade de bœuf à la citronnelle cumule les qualités pour accompagner gaiement votre été : elle est d'une incroyable fraîcheur, ultra-parfumée et légère, avec des textures contrastées qui provoquent l'extase en bouche ! En plus, elle se prépare en un clin d'œil. leparisien.fr, La recette de la salade de bœuf à la citronnelle - Le Parisien
  • Niveau caractère, les Japonais ont tout de même des traits communs. Allons-y gaîment ! DozoDomo, Etre étranger, véritable atout pour séduire un Japonais ou une Japonaise ? | DozoDomo

Traductions du mot « gaiement »

Langue Traduction
Anglais cheerfully
Espagnol alegremente
Italien allegramente
Allemand fröhlich
Chinois 兴高采烈
Arabe بمرح
Portugais alegremente
Russe весело
Japonais 元気に
Basque alai
Corse alegre
Source : Google Translate API

Synonymes de « gaiement »

Source : synonymes de gaiement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gaiement »

Partager