La langue française

Fer

Sommaire

  • Définitions du mot fer
  • Étymologie de « fer »
  • Phonétique de « fer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fer »
  • Citations contenant le mot « fer »
  • Images d'illustration du mot « fer »
  • Traductions du mot « fer »
  • Synonymes de « fer »

Définitions du mot fer

Trésor de la Langue Française informatisé

FER, subst. masc.

A.−
1. Métal résistant, d'un blanc grisâtre, magnétique, ductile et malléable, très peu utilisé à l'état pur, de numéro atomique 26 et de symbole Fe. Exploitation des mines de fer, extraction du minerai de fer. L'aurore de la grande industrie s'est levée dans une contrée de la Grande-Bretagne, où se concentraient le fer et la houille (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 80).L'acier, à mi-chemin de la fonte et du fer, contient moins de carbone que la fonte (Lesourd, Gérard, Hist. écon.,1968, p. 202).V. amalgame ex. 2.
En emploi ell. (sels de) fer. Il lui faut [à la vigne] un sol sec qui s'égoutte, profond, substantiel, riche en fer s'il se peut (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 159).Les eaux riches en fer sont mauvaises pour la brasserie (Boullanger, Malt., brass.,1934, p. 27).
Âge du fer. Époque succédant à l'âge du bronze et caractérisée par une utilisation courante du fer pour la réalisation d'armes et d'outils. Les bracelets fermés se multiplient à partir du premier âge du fer (J. Déchelette, Manuel archéol. préhist. celt. et gallo-rom.,t. 2, 1914, p. 314):
1. Comme les anthropologues ont distingué, dans la phase primitive de l'humanité, l'âge de la pierre polie, l'âge du bronze, l'âge du fer, nous parlons aujourd'hui de l'âge de la vapeur, de l'âge de l'électricité, de l'âge de l'énergie atomique... Univers écon. et soc.,1960, p. 6216.
2. [Fer + adj. ou subst. appos. indiquant les variétés du métal, ses composés, ses alliages et ses traitements]
a) [Fer + adj. ou subst. appos. indiquant la nature, la forme physique, les variétés cristallines du métal] Ce fer natif est allié au carbone (Lapparent, Minér.,1899, p. 558).Le fer pur et l'acier ont une texture grenue (Champly, Nouv. encyclop. prat.,t. 2, 1927, p. 1).Le fer alpha est magnétique, les fers bêta et gamma ne le sont pas (Barnerias, Aciéries,1934, p. 12).
b) [Subst. + de fer; fer + adj. Il s'agit d'un composé chimique ou d'un alliage]
α) [Il s'agit d'un métal composé] Le ruisseau promenait ses eaux vives et limpides entre de hautes berges de terre rouge, dont la couleur décelait la présence de l'oxyde de fer (Verne, Île myst.,1874, p. 107).Fonte dont tout le carbone est à l'état de carbure de fer (Guillet, Techn. métall.,1944, p. 15):
2. Puis on procédera à une fusion scorifiante qui, par action de la silice, permettra de faire passer dans la scorie le fer oxydé. Il restera alors un sulfure double de fer et de cuivre, appelé matte, facile à séparer de la scorie par différence de densité. Guillet, Techn. métall.,1944p. 42.
SYNT. Hydroxyde, perchlorure, phosphure, protoxyde, pyrite, sesquioxyde, sulfate, sulfure de fer; fer bi-sulfuré, carbonaté, chloruré, ferreux, ferrique, hydraté, hydroxydé, oxydulé, phosphoreux, titané.
[Désignant des variétés rocheuses] Fer météorique. Un filon composé de bandes alternatives de fer spathique et de quartz (Élie de Beaumont, B. Sté géol. Fr.,t. 4, 1847, p. 37).Le fer micacé (...) est utilisé en grande quantité dans la fabrication des couleurs antirouille (Coffignier, Coul. et peint.,1924, p. 495).
β) [Il s'agit d'un mélange ou d'un alliage] Ferblanc*. Fer doux, fer qui contient très peu de carbone et dont l'aimantation rémanente est très faible (d'apr. Laitier 1969). La membrane est en tôle de fer doux vernie sur ses deux faces pour la protéger de la rouille (A. Leclerc, Télégr. et téléph.,1924, p. 175).Une matière magnétique, telle que le fer doux (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 203).
c) [Fer + adj. indiquant qu'il s'agit d'un métal traité] Fer chromé, émaillé, nickelé. On rencontre dans les lavages de platine une grande quantité de fer chromé (Élie de Beaumont, B. Sté géol. Fr.,t. 4, 1847p. 17):
3. Vers 1875, les chaloupes employées jusque-là (difficiles à manier) furent remplacées par des embarcations plus légères, les « doris », en même temps que les hameçons français, en fer étamé, disparaissaient au profit d'hameçons en acier de fabrication anglaise. Boyer, Pêches mar.,1967, p. 12.
3. P. méton.
a) BIOCHIM. Substance ferrugineuse (contenue dans le corps humain, les aliments, des médicaments). Il faut boire du fer, se promener et dormir et aller dans le Midi, quoi qu'il en coûte, voilà! (Flaub., Corresp.,1867, p. 272).« Qu'est-ce que tu as donc? souffres-tu? − Non, un peu de fatigue. Ce n'est rien. − Que dit ton médecin?... − Il parle d'anémie et m'ordonne du fer et de la viande rouge » (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Sage, 1883, p. 918):
4. Le teint est jaune; dans l'émotion, ils [les bilieux] pâlissent au lieu de rougir. Le foie fonctionne bien : mais leur bile est trop riche en cholestérine, peut-être à la suite d'un excès en fer, car tout aliment riche en fer, comme les épinards, leur est nuisible... Mounier, Traité caract.,1946, p. 181.
b) Le fer. L'industrie, le grand commerce du fer :
5. Se trouvaient là, attirés par la campagne de publicité, tous ceux qui avaient un nom en Europe dans le commerce et l'industrie, les rois et les princes du fer, de l'acier, du caoutchouc, de l'automobile et du pétrole. Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 41.
B.− [Le fer, ou un métal en ayant l'apparence, en tant que matériau entrant notamment dans la fabrication d'objets d'usage industriel ou domestique] Les métiers du fer. L'odeur de carton du bureau, de fer et de fumée de la gare (Malraux, Espoir,1937, p. 437):
6. − Je ne peux pas boire dans une timbale, ça sent le vieux fer... − Comment, le vieux fer! ... − dit grand'mère qui s'indigne − ta timbale est en vermeil ... − C'est possible... mais elle sent tout de même le vieux fer et ça m'dégoûte... Gyp, Souv. pte fille,1928, p. 122.
En partic. [En parlant d'une armure] Bardé de fer. Recouvert d'une armure métallique. Au fig. Les vaincus ont subi le dur châtiment de leur faute. Mais les vainqueurs en portent aussi le poids; et leur civilisation bardée de fer est un fardeau pour eux comme pour l'Europe (Jaurès, Eur. incert.,1914, p. 200).V. bardé ex. 1, 2, 3.
1. [Le fer en tant que matériau travaillé] Dîner chez Gisette, dans la splendide demeure à escalier de marbre et de fer poli (Goncourt, Journal,1867, p. 313).La trace de l'outil dans la pierre, dans un bois dur, dans le fer, est déjà un ornement (Alain, Beaux-arts,1920, p. 32).J'ai encore dans les oreilles les bruits de la perceuse qui, dans le fer, perfore le trou du boulon (Morand, New-York,1930, p. 37).
a) Spéc., dans le domaine de la forge, du laminoir, de la tréfilerie, de la chaudronnerie.Battre, forger le fer. Mon marteau remontait plus vite qu'il ne tombait sur l'enclume, le fer s'allongeait comme de la pâte (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 163).J'entends encore (...) le bruit de ces métiers : tintement de l'enclume (...) sifflement du fer ardent plongé dans l'eau (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 165):
7. Chez lui, on avait toujours été trop pauvre pour moderniser la technique. Il ferrait les chevaux comme au xviesiècle. Le marteau sonnait sur l'enclume. Les étincelles jaillissaient du fer. Aragon, Beaux quart.,1936, p. 61.
Loc. proverbiale. Il faut battre* le fer pendant/quand il est chaud. Venez, ne perdons pas un instant (...). Battons le fer tandis qu'il est chaud (Sandeau, Sacs,1851, p. 49).Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud (...). Ce sera une affaire faite, et demain soir vous n'y penserez plus (Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 318).V. battre ex. 6 :
8. Lorsque l'île, satisfaite, se fut tue, Thomas, en prière au bas de l'autel, hésita un instant. Il ne voulait pas empiéter sur le lendemain, un dimanche. D'un autre côté, quand le fer était chaud, ne devait-on pas le battre? ... Queffélec, Recteur,1944, p. 129.
Rem. On relève ds la docum. un emploi au fig. de à fer et à chaux. Solidement. Un auteur en pleine vogue doit être bâti à fer et à chaux (Blanche, Modèles, 1928, p. 94).
Fer étiré, laminé; (fil de) fer galvanisé. Les rampes de ces petits escaliers [à Kœnigsberg] (...) sont en fer coulé de Berlin, je crois (Stendhal, Rom. et nouv.,t. 1, 1842, p. 22).On les exécute [les cales] en bois dur; il vaudrait beaucoup mieux employer du fer fondu (Nosban, Manuel menuisier,1857, p. 117).Fer forgé; porte, balcon en/de fer forgé. De grands valets blonds avaient ouvert une grille de fer forgé (Maurois, Climats,1928, p. 83).
b) De fer, en fer. Le Pont-des-Arts est construit en fer (ce à quoi l'Académie n'a point pensé dans l'article de son dictionnaire où elle définit le mot Pont : « bâtiment de pierre ou de bois élevé au-dessus d'une rivière ») (Jouy, Hermite,t. 5, 1814, p. 129).Un petit lit de fer garni de rideaux blancs (Zola, Assommoir,1877, p. 775).V. alliage ex. 13, chaîne ex. 5 :
9. Plus de dollars, d'ascenseurs ni de gratte-ciel : (...) les maisons rouge-sang à deux ou trois étages, avec des courettes qu'il serait plus juste de nommer des puits d'aération et des escaliers de sûreté en fer qui servent surtout à étendre le linge. Morand, New-York,1930, p. 75.
Emplois spéc.
α) Fil* de fer, fil de fer barbelé (v. ce mot A 2).
Limaille de fer. Ces dessins que forme l'aiguille aimantée déposée parmi la limaille de fer (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1910, p. 195).
β) Paille* de fer. Filaments, copeaux de métal réunis en paquets. Non! non! j'aime mieux laver la vaisselle! j'aime mieux gratter le plancher avec la paille de fer... (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 173).La paille de fer mord le parquet du salon, dont les lattes s'effritent dangereusement (H. Bazin, Vipère,1948, p. 235).
γ) Rideau, volet de fer. Fermeture métallique de la devanture des magasins. Il prend une longue manivelle, l'enfonce dans le mur et commence à baisser le rideau de fer (Pagnol, Marius,1931, II, 4, p. 131):
10. Les boulevards offraient un aspect inaccoutumé : tous les boutiquiers avaient baissé leurs rideaux de fer; la plupart des cafés étaient fermés; sur l'ordre de la police, ceux qui restaient ouverts avaient dégarni leurs terrasses... Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 406.
P. anal. Ligne qui isole les pays communistes des pays non communistes en Europe. Les deux côtés du rideau de fer. Il restait, alors, quelques chances d'empêcher que le rideau de fer vînt à couper l'Europe en deux (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 203):
11. Scriassine avait arrangé une rencontre entre Robert et un fonctionnaire soviétique qui venait de franchir le rideau de fer tout exprès pour dénoncer à l'Occident les méfaits de Staline. Beauvoir, Mandarins,1954, p. 333.
δ) Domaine des transp.Chemin* de fer. Par voie de fer. Par train. Rapatrier par voie de terre ou de fer les troupes des corps d'armée de l'intérieur (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 211).
ε) HIST. Couronne, croix (v. ce mot II C 1) de fer. Napoléon chausse la couronne de fer en 1804 (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 714).La fameuse couronne de fer que Charlemagne et Napoléon se sont mise sur la tête (Flaub., Corresp.,1845, p. 175):
12. C'étaient d'énormes poux gris, marqués sur le dos d'une tache blanche. Comme elle affectait très vaguement la forme d'une croix, on disait que l'Empereur les avait décorés aussi, leur avait donné la croix de fer... Van der Meersch, Invas. 14,1935,p. 364.
Le Masque* de fer. Le Masque de fer, frère jumeau de Louis XIV (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 294).Nomination de Picquart au poste de grand prisonnier d'État vacant depuis la mort du Masque de Fer (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 373).V. antériorité ex. 7.
SYNT. Ceinture, lunettes (à branches), peigne (à dents) de fer; coupe-papier de fer; cuiller, table en fer; anneau de fer; armature de/en fer; barres, barreaux de fer; cage de/en fer; grille en fer; tenons, tige de fer; édifices de fer; porte, portière de fer.
2. P. méton. Pièce manufacturée, objet en fer ou en métal ayant l'apparence du fer. Le bruit du talon des bottes à fer que l'inconnu faisait un peu trop sonner au goût d'Oscar lui retentissait jusqu'au cœur (Balzac, Début vie,1842, p. 341).
a) Partie d'un instrument, d'un outil, qui est en fer ou en un métal ayant l'apparence du fer.
Fer de lance. Et l'aïeul Semble, droit et glacé parmi les fers de lance, Avoir déjà pris place en l'éternel silence (Hugo, Légende,t. 2, 1859, p. 544).Tantôt le chapeau de Véronique figurait un fer de lance en satin vieil or déposé sur un plateau de velours noir, on ne sait pour percer quel cœur monumental (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 62).
Au fig. [En parlant de choses] Ce qui, dans un ensemble, est le plus dynamique, le plus important. Le modélisme était le fer de lance de l'exposition ferroviaire (La Vie du Rail,15/1/67ds Gilb. 1971).[En parlant de pers.] Celui (ceux) qui est (sont) le(s) plus actif(s), le(s) plus combatif(s). Les étudiants sont supposés être le fer de lance du progrès (Le Monde,16/1/68ds Gilb. 1971).
Loc. En fer de lance. Dont la forme rappelle celle d'un fer de lance. Feuilles, grille en fer de lance; nez en fer de lance. C'était des bombes de dix kilos : un éclatement rouge en fer de lance, et de la fumée dans les champs (Malraux, Espoir,1937, p. 517).P. anal. En fer de hache. Dont la forme rappelle celle de la partie en fer d'une hache. Et quand ce dernier lui-même [Robespierre], soigneusement poudré, avec son profil en fer de hache (...) se mit en tête d'offrir un bouquet à l'Être Suprême (...) les vieux Jacobins secouèrent la tête (Nerval, Illuminés,1852, p. 402).
b) Dans le lang. soutenu, p. méton. Toute arme tranchante, toute arme blanche. Le fer au poing, le fer de l'assassin, frapper avec le fer. On tourne la virole ainsi et puis on donne le coup comme cela; de bas en haut, le fer entre mieux (Gautier, Fracasse,1863, p. 275).Une poitrine où le fer s'enfonce (Faure, Espr. formes,1927, p. 162).
Souvent littér. Lame. Il (...) visa un instant, le couteau levé (...) et enfonça le fer dans la nuque du fauve (Montherl., Bestiaires,1926, p. 545).V. aimé ex. 13.
Locutions
α) Engager, croiser le fer. Se battre (à l'épée). On ne croise pas le fer avec un traître (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 425).Je vous administrerais d'abord une paire de claques, et soignées, puis nous irions croiser le fer dans la forêt de Chantepie (Proust, Sodome,1922, p. 979).Un homme du Moyen Âge croisait le fer pour une peccadille (Mounier, Traité caract.,1946, p. 136).
β) Vx et au fig. [Dans les loc. évoquant la guerre, les violences de la guerre, ou la cruauté et la violence en gén.] Par le fer et par le feu, pays de fer et de feu, monde de fer et de sang. Enfin il résolut (...) de prendre du service en Saxe, contre la Pologne, ne fût-ce que pour porter le fer et le feu dans le château de Marie (France, Génie lat.,1909, p. 219).Mais si l'Europe absurde que vous avez faite ne devait retrouver son ordre que par le fer et par le sang, vous seuls encore en seriez responsables (Guéhenno, Journal« Révol. », 1938, p. 266):
13. Oh Barbara Quelle connerie la guerre Qu'es-tu devenue maintenant Sous cette pluie de fer De feu d'acier de sang. Prévert, Paroles,1946, p. 238.
γ) Tourner le fer dans la plaie. Synon. remuer le couteau dans la plaie (Cf. couteau A 1 d).Le départ de Julien fut connu dans la ville, et les amis de M. Creton Du Coche vinrent l'en avertir en lui faisant compliment; c'était tourner le fer dans la plaie (Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 283).
c) Objet (en particulier outil) composé entièrement ou partiellement de fer ou d'un métal ayant l'apparence du fer.
α) Fer à + verbe.Fer à glacer, fer à souder, fer à marquer le drap, fers à dorer (Ac.).
Fer à repasser. Vieille femme aux traits durcis, courbée sur son fer à repasser (Arland, Ordre,1929, p. 421).Si j'étais mariée, je tiendrais pas une heure entre le pot-au-feu et le fer à repasser. Faudrait que je cavale (Aymé, Cléramb.,1950, III, 2, p. 143).
P. ell., fer. Regardez-moi ce devant de chemise, il est brûlé, le fer a marqué sur les plis (Zola, Assommoir,1877, p. 640).Il porte un veston qui lui moule la taille, un pantalon avec un pli au fer (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 215).Prends tes fers, Annie. On en a jusqu'à minuit à repasser (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 215).
Un coup de fer. Un repassage rapide. Une jaquette de vingt-cinq francs (...) aussi fort que le drap, plus durable même. Quand il a plu, un coup de fer la remet à neuf (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 288).
Au fig. ,,Mettre les fers au feu. Commencer à s'occuper sérieusement d'une affaire`` (Ac.).
Fer à friser, p. ell. fer. Il s'attristait de trouver des bigoudis sur sa table à écrire, et de voir ses manuscrits brûlés par des fers à friser (France, Orme,1897, p. 159).Une moustache retroussée au fer, agressive (Martin du G., Thib.,Consult., 1928, p. 1081).À bientôt le retour (...) des coiffures au petit fer, comme celle de feue la reine Alexandra (Morand, Londres,1933, p. 75).
β) Fer + compl. prép.
Fer + compl. prép. à.Fer à crêpes, à gaufres, à moustache.
Fer à cheval. Bande de métal, généralement en forme de demi-cercle, dont on garnit le dessous des sabots de certains équidés. Une table couverte de registres crasseux et de vieux fers à cheval qui servaient de presse-papier (France, Mannequin,1897, p. 311).En fer à cheval. Qui a la forme, dont la disposition rappelle la forme d'un fer à cheval. Table en fer à cheval. Une épingle de cravate en fer à cheval (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 184).
P. ell., fer. Mettre un fer à un mulet, à un âne (Ac.1835-1932).Les quatre fers en l'air. L'âne culbuta, les quatre fers en l'air puis se roula sur le dos (Zola, Terre,1887, p. 357).Fam. [En parlant d'un homme] Il a failli me flanquer les quatre fers en l'air! (Courteline, Train 8 h 47,1888, 1repart., 2, p. 21).Marie-Anne donna une secousse si brusque qu'il s'étala, les quatre fers en l'air (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 199).
Loc. fig. Faire feu* des quatre fers.
Fer + compl. prép. de.Fers de relieur, p. ell. fers. Instrument servant à faire des empreintes sur la reliure. Un petit album magnifiquement relié avec les armes de la famille frappées avec des fers froids sur les deux côtés de la couverture (Stendhal, Rom. et nouv., t. 1, 1842, p. 108).Relieur appliquant des fers sur le cuir (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 94).
Fer + compl. prép. à/en.Fer à/en T, en I, en U; fer à double T. Poutre métallique profilée en forme de T, de I, de U. On fait des clôtures très économiques au moyen de cornières formant lisses qui sont fixées à des poteaux en vieux rails ou en fers à double T (Bricka, Cours ch. de fer,t. 1, 1894, p. 276).Les fers en I ou en T utilisés par l'homme dans ses constructions (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 2, 1931, p. 284).V. équerre B 1 citat. Viollet-Le-Duc :
14. Les charpentiers américains n'ont pas de rivaux dans l'art de construire ces ponts (...). Ces constructions audacieuses ne sont renforcées ni par des croix de Saint-André ni par des fers en T. Elles ne tiennent que par quelques poutrelles et quelques chevilles (...) Et c'est un tout... Cendrars, Du monde entier,Documentaires, 1924, p. 131.
γ) Fer (rouge). Pièce de fer chauffée au rouge. Marquer au fer; fer à marquer les moutons. Si les caustiques ne suffisent pas, si les accidents marchent, une fois la gangrène produite, le fer rouge deviendra votre unique ressource (Trousseau, Hôtel-Dieu,1895, p. 214):
15. Mes mignons, vous avez de la chance de tomber sur un homme du monde. Certains de mes collègues vous font appliquer un fer rouge sur les côtes afin de vous délier la langue. Moi, je n'en viendrai là qu'à la dernière extrémité. Camus, Révolte Asturies,1936, IV, p. 431.
P. métaph. et/ou au fig. Ce qui blesse à vif; ce qui marque à la manière d'un fer rouge. Marquer, tracer au fer rouge. La création toute entière appartient au poète (...) sa plume est (...) un fer rouge (...)! honte et malheur à ceux qui méritent qu'il les marque! (Dumas père, Napoléon,1831, préf., p. 8).Par des considérations très vagues sur le grand écrivain qui marqua d'un fer rouge, disait-il, le front des tyrans (France, Chat maigre,1879, p. 210).La blette parole du prêtre Me fouaillait la mémoire, Elle traçait au fer rouge Toute la zone du remords (Jouve, Trag.,1922, p. 41).
Loc. fig. Porter le fer rouge dans la plaie. V. affliger ex. 13.
δ) Au plur.
Synon. de forceps.Accoucher avec les fers (Ac.1932).Eh bien! moi, je m'accouche avec les fers, et l'enfant, quand même, me semble une horreur (Zola, Œuvre,1886, p. 286).V. appliquer ex. 6.
Synon. de chaînes, menottes.Être aux fers; être dans les fers; on lui mit les fers aux pieds et aux mains (Ac.). Rien que la honte de passer chargés de fers, car on leur avait mis les menottes [à Tartarin et Pascalon], devant les matelots et les midships (A. Daudet, Port Tarascon,1890, p. 265).
P. métaph. Aucun d'eux n'a eu la poigne nécessaire pour briser ses fers (Huysmans, Art mod.,1883, p. 100).Dès le premier regard que nous échangeâmes, je sentis que j'avais les fers aux pieds (...). Ce fut un amour noir, dévorant (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 200):
16. S'ils [les hommes] étaient nés médiocres et serviles, le génie même se faisait médiocre, en passant par leurs âmes, et le cri d'affranchissement du héros brisant ses fers devenait le contrat de servitude des générations à venir. Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 447.
P. méton., vieilli. (Condamnation aux) travaux forcés, (à la) prison; en partic. peine de discipline dans la marine. Jeter quelqu'un dans les fers, le retenir dans les fers (Ac.). Mettre aux fers. Il y a beaucoup de meurtres de cette espèce, sans préméditation. La punition est de vingt ans de fers (Taine, Voy. Ital.,t. 1, 1866, p. 95).L'affaire se réglera par une simple punition disciplinaire. Huit jours de fers, et ce sera tout (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 159).
Rem. On relève ds la docum. un emploi au sing. Cabanis condamné à huit années de fer pour avoir expédié des faux passeports (Staël, Lettres L. de Narbonne, 1793, p. 121).
Au fig. État d'oppression, esclavage. L'Afrique entière tombée dans les fers (Chateaubr., Itinér. Paris Jérus.,t. 2, 1811, p. 239).
Rem. On relève ds la docum. l'expr. river le fer, v. chaîne ex. 10.
C.− Loc. adj. De fer. Qui rappelle le fer.
1. Qui rappelle le fer par sa couleur.
a) Subst. + de fer.Ciel (couleur) de fer. Un ciel bas, couleur de fer, pesait sur les maisons muettes (Genevoix, Marcheloup,1934, p. 256).Il fait un signe de tête vers le ciel de fer (...) « C'est l'hiver, dit-il (...) » (Giono, Eau vive,1943, p. 109).
b) Adj. ou n. de couleur + de fer
Bleu de fer. Boules bleu de fer des hortensias (Arnoux, Écoute,1923, p. 169).La route, d'un bleu de fer sous l'aube et sous la pluie (Colette, Jumelle,1938, p. 152).
Gris de fer. Son poil (...) passé du gris de fer au blanc d'argent (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 334).Des gris de fer violacés, des gris clairs sales et jaunâtres (Du Bos, Journal,1928, p. 133).Vaste muraille gris de fer qui barrait la cour (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 105).
Rem. On relève ds la docum. des emplois en appos. à un adj. ou à un n. de couleur, gris(-)fer. Cheveux gris-fer. Une moustache courte et rude, gris fer, coupait la figure en deux (Martin du G., Thib., Consult., 1928, p. 1100). V. bariolure ex. 2.
2. Au fig. Qui a la dureté, la résistance du fer.
a) [En parlant des qualités physiques et/ou morales de l'homme]
Homme de fer. Homme d'une solidité, d'une résistance à toute épreuve. Âpre au travail, ardent dans ses convictions, absolu dans ses jugements, un homme de fer au moral et au physique (Halévy, Carnets,t. 1, 1908, p. 172).Le duc est enfin mort. Cet homme de fer semblait éternel (Maurois, Disraëli,1927, p. 215).
Verbe + de fer.Étre de fer. Pour être (...) un chef qui tient sa place, il faut être de fer. La valeur professionnelle et toutes les qualités morales seront inutiles, si on n'est pas de fer (Montherl., Olymp.,1924, p. 322).
[En parlant de l'état physique en gén.] Résistant, vigoureux. D'une santé de fer, elle survécut non seulement à son mari, mais aussi à son fils aîné (Gide, Si le grain,1924, p. 376).Les médecins s'écrièrent qu'il était sauvé (...) lui dirent qu'il fallait qu'il eût une constitution de fer (Nizan, Conspir.,1938, p. 248).
[En parlant du corps ou d'une de ses parties]
Corps, estomac de fer. Corps, estomac résistant. C'est un corps de fer. Il avait un estomac de fer. Toute la force de l'homme est là... (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 249).
[P. allus. à un instrument en fer] Main de fer. Main ferme comme un instrument de fer. Picaud songeait à sortir des Tuileries quand une main de fer le saisissant au col le jeta lui-même par terre (Dumas père, Comte Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 792).Bras de fer, v. bras I B 2 a.
b) [En parlant (du caractère) de l'homme, de ses qualités morales]
Homme de fer. Homme dur, homme intransigeant. Un Dubourg ne s'achète pas; il demeure de fer, inflexible dans ses opinions (Arnoux, Roi,1956, p. 289).
[En parlant d'une qualité] Inflexible, inébranlable. Volonté de fer. On devinait une ténacité de fer dans ce corps fragile (Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1227).
Rem. La docum. atteste en ce sens a) L'expr. âme de fer. Il y a une âme de fer dans ce pauvre petit corps si frêle et si délicat (Dumas père, op. cit., p. 701). b) La loc. croire dur comme fer. Croire fermement. Il suffit que quatre pelés et deux tondus vous disent une chose en l'air pour que vous la croyiez dur comme fer!... (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 275). V. croire III A 2 a.
c) Dans le domaine du commandement, des relations d'autorité.
α) [En parlant d'éléments imposant l'obéissance, la soumission, etc.]
Implacable, inflexible. Ils sont (...) soumis à une discipline de fer, sous le coup de punitions terribles (Verne, Île myst.,1874, p. 431).La loi de la puissance est une loi de fer (Alain, Propos,1925, p. 667).La règle de fer des États est de ne donner rien pour rien (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 4).
(Avoir une) main*, (une) poigne* de fer. (Commander avec) autorité et intransigeance. Comment, sans une poigne de fer, conduire une armée de près de cent hommes (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 12).Richelieu avait demandé beaucoup au pays et tout ce qui avait été contenu sous sa main de fer se libéra sous Mazarin (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 216).
Loc. Une main de fer dans/sous un gant de velours. Une autorité rigoureuse sous une apparence douce. Il aperçut la main de fer sous le gant de velours; la personnalité, l'égoïsme, sous les manières; le bois, sous le vernis (Balzac, Goriot,1835, p. 137).Un homme charmant ce Dauvergne (...) une main de velours, la grâce, la fleur même de ce ministère acclamé, dont le terrible Monferrand était la poigne de fer (Zola, Paris,t. 2, 1897, p. 174).
β) Emplois spéc.
HIST., MYTH. Âge, siècle de fer. Époque de violence, de guerre succédant à l'âge, au siècle d'airain. C'était le temps où, en France, nous étions en plein âge de fer, en pleine barbarie, et où, après l'agonie des derniers Carolingiens, une monarchie rude s'ébauchait sous Hugues Capet et le roi Robert (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 1, 1850, p. 551).Jean-Jacques (...) ne pouvait marcher au pas de ces grands bourgeois pressés qui se démenaient dans ce siècle de fer. Il ne cesserait jamais pour lui de rêver du siècle d'or (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 92).V. airain ex. 9.
− Dans les domaines milit., pol.
Le 20ecorps est le corps d'armée de Nancy qui comprend la 11edivision de Nancy (la fameuse division de fer) et la 39ede Toul (Barrès, Cahiers,t. 11, 1916, p. 195).Renforcer le noyau communiste de l'armée de fer (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 280).La ligne de fer se rapprochait d'Herlem (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 387).
P. métaph. Talon de fer. Le Talon de fer, c'est le terme énergique par lequel Jack London désigne la ploutocratie (F. Lacassin, Introduction auTalon de fer de Jack London, Paris, Hachette, 1973, p. 7).
REM.
Fer(-)chaud,(Fer chaud, Fer-chaud) subst. masc.,rare. Cautère; pyrosis. Brûlure, empreinte au fer chaud. Le peuple français (...) battu de verges et marqué d'un fer chaud pour un jurement (...) se mit en tête de demander des comptes à la monarchie (Hugo, Nap. le Pt,1852, p. 137).Instruments de grand patron, parfois bordés d'ivoire et marqués de ses initiales au fer chaud à l'intérieur (Grillet, Ancêtres violon,t. 2, 1901, p. 201).
Prononc. et Orth. : [fε:ʀ]. Enq. : /feʀ/. Homon. faire, ferre. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xes. « épée » (Passion de Clermont, éd. D'Arco Silvio Avalle, 158); 2. ca 1100 « partie métallique d'une arme, d'un instrument » (Roland, éd. J. Bédier, 3154); 3. a) 1174-87 plur. « menottes, chaînes » (Chr. de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 2516); b) 1552 fig. « esclavage » (Ronsard, Amours, LXV, 2 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 66); 4. a) 1176-81 « fer à cheval » (Chr. de Troyes, Chevalier au lyon, éd. M. Roques, 753); b) 1760 zool. fer-à-cheval (Buffon, Hist. nat., Quadrupèdes, II, La Chauve-souris, 258 ds Quem. DDL t. 15); 5. a) 2emoitié xiiies. « outil, instrument en fer, en métal » (Oustillement au villain, 77 ds A. de Montaiglon et G. Raynaud, Recueil de fabliaux, t. 2, p. 150); b) 1660 spéc. « fer à repasser » (Nouv. archives de l'art fr., 1874, 19 : fer à unir le linge). B.1. Ca 1100 « métal » (Roland, éd. J. Bédier, 3663); 2. 1225-30 fig. de fer « très robuste, très fort » (G. de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 2579). C. 1279 dr. bêtes de fer, cheptel de fer (Laurent, Somme, ms. B. N. fr. 943, fo19 rods DG : bestes [...] de fert). Du lat. class. ferrum « fer; épée, objet en fer; chaînes ». C expr. jur. qui existe en hébr. mishnaïque (iies.) : ṣo'n-barzel (mot à mot « petit bétail [ṣo'n] de fer [barzel] ») pour désigner des biens que le preneur est tenu de restituer dans leur intégralité à l'expiration du bail (Traité Baba Meçia 8, 6 d'apr. A. Even-Shoshan, Millon ḥadash, Jérusalem 1966). Cette expr. existe également en m. b. all. : îser(e)nkô (îseren = all. mod. eisern « de fer » et = all. mod. Kuh « vache »; d'apr. Lasch-Borchl.). Fréq. abs. littér. : 8 879. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 984, b) 17 305; xxes. : a) 13 429, b) 10 184. Bbg. Cherpack (C.-C.). Gold and iron in Voltaire's Alzire. Mod. Lang. Notes. 1959, t. 74, pp. 629-633. − Leonard (C.-S.). Strong(R) and weak(r)in Gallo-Romance. Rom. Philol. 1965, t. 18, pp. 296-299.

Wiktionnaire

Nom commun 1

fer \fɛʁ\ masculin

  1. (Chimie) (Indénombrable) Élément chimique de numéro atomique 26 et de symbole Fe qui fait partie des métaux de transition.
    • Le perchlorure de fer ajouté à une solution d’antipyrine donne une coloration rouge. — (Cousin & Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
    • Le fer, en particulier, a un spectre total (visible et photographiable) ne renfermant pas moins de 5000 raies […] — (Compte Rendu, volume 41, Association française pour l’avancement des sciences, 1913, page 166)
  2. (Métallurgie) (Indénombrable) Métal pur de cet élément, blanc grisâtre, ductile et malléable.
    • Le minerai de fer a donné naissance à l’une des principales et des plus anciennes industries des Ardennes, la métallurgie du fer. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 10)
    • On sait que l’emploi du fer fut inconnu de toute l’Amérique avant l’arrivée de Colomb. […] Parfois cependant le fer météorique est employé accidentellement. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., page 18)
    • D’après d’anciennes traditions, ce furent des peuples sarmates, habitant la Tauride (Crimée actuelle) ou la région de Kertch, riveraine de la mer d’Azov, qui, les premiers en Europe, apprirent à fabriquer des armes et des outils de fer. — (Maurice Lecerf, Le Fer dans le monde, Payot, 1942)
  3. (Métallurgie) (Par extension) Acier ne durcissant pas par trempe (acier doux, à faible teneur en carbone).
    • Au dessus de la cheminée, sur un piton de fer planté au mur, était fiché un pan de lard gras […] — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Fer doux, étamé, blanc, battu, forgé.
    • Un monsieur de Lyon qui se trouvait là, venant de Sisteron où il visitait les quincailleries pour y vendre des casseroles de fer battu l’avait obligée, en lui donnant deux tablettes de chocolat et un petit flacon d’alcool de menthe. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 87)
    • Nos travaux commencèrent par le vol, dont je fus chargé, d'une cuillère en fer battu, dans un tiroir de la cuisine. Ma mère la chercha longtemps, et la retrouva plusieurs fois. Mais elle ne la reconnut jamais, car nous l'avions aplatie à coups de marteau pour en faire une truelle. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 112)
  4. (Par extension) Minéral contenant du fer.
    • La sidérose est aussi appelée fer spathique.
  5. (Biochimie) Substance ferrugineuse contenue dans certains aliments et indispensable au bon fonctionnement des organismes biologiques.
    • La viande rouge contient beaucoup de fer.
    • Et comme disait mon grand-fer… euh… mon grand-père, il faut vivre mais il faut pas sans fer !… — (Bourvil, La Causerie anti-alcoolique)
  6. (Par extension) (Astronomie) Météorite de type sidérite, constituée essentiellement de fer et de nickel.
  7. (Par métonymie) Objet en fer.
    • Je vis que sa beauté, comme son caractère, était absolument sans fard. Ni rouge aux lèvres, ni fer aux cheveux ; rien aux cils ni aux paupières. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre IV)
  8. (En particulier) (Escrime) Lame d’une arme ou d’un outil.
    • Deux cris retentirent en même temps ; les fers se croisèrent tout jaillissants d’étincelles, et le combat dura une minute qui me parut un siècle. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Dans les houes, le fer forme un angle aigu avec le manche, généralement incurvé en dedans […] — (P. Bussard, Cultures légumières, 1943)
    • Il […] choisit avec un soin extrême une flèche dans sa trousse, la posa en équilibre sur son doigt, de manière à voir si le fer de la pointe ne pesait pas plus que l’ivoire de l’encoche […] — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Il faudra faire changer le fer du rabot, il ne coupe plus.
  9. (Maréchalerie) (Par ellipse) Fer-à-cheval, bande recourbée en fer formant une semelle, que l’on fixe sous la face inférieure du pied du cheval et de quelques autres bêtes de somme.
    • Si ce sont des chevaux de distinction, ayant une certaine dose de sang anglais, on les chausse avec de vieux fers à l’anglaise à leur passage à Nîmes ou tout autre ville, et on les dit originaires d’outre-Manche. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  10. (Au pluriel) (Par métonymie) Entraves ; chaînes ; menottes.
    • Pendant mille ans nous avons garrotté l’humanité sur les chevalets ensanglantés ; de nouveau nous lui tenaillerons les chairs avec des fers rougis pour que la foi pénètre en son cœur. — (Paul Lafargue, Pie IX au Paradis, 1890)
    • Je te le dis, je te préviens que, à la première faute de ce genre, je te punirai de la prison et des fers. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  11. (Au pluriel) (Par extension) Esclavage, état d’oppression.
    • L’homme est né libre, et partout il est dans les fers. — (Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, Livre I, 1762)
  12. (Golf) Club de golf à tête métallique, pour frapper la balle à distance longue ou intermédiaire.
    • Située à Carlsbad en Californie et spécialisée dans la fabrication d'équipement de golf, cette compagnie fabrique des bois, des fers, des wedges, des putters, des balles de golf et licencie son nom pour ce qui concerne l'habillement, les chaussures, les chronomètres et les accessoires. — (Petit Futé : 52 week-ends de golf, Nouvelles Éditions de l’Université, 2009, page 22)
  13. (Métallurgie) (Mécanique) Profilé métallique obtenu par laminage ou étirage.
    • Fer I, fer H, fer C, fer U, fer cornière.
  14. (Typographie) Parties métalliques d’un composteur touchant la première et la dernière lettre en plomb, d’où les expressions fer à gauche et fer à droite désignant l’appui de la première lettre dans une ligne et ainsi l’alignement d’un texte en bout de justification à gauche et à droite. Ces expressions sont restées pour la photocomposition.
  15. (Populaire) (Par ellipse) Fer à repasser.
  16. (Héraldique) Voir de fer.

Nom commun 2

fer \fɛʁ\ masculin

  1. (Linguistique) langue sara-bongo-baguirmienne parlée en Centrafrique
    • À l’exception du fer, lequel renforce alors la voyelle initiale par une consonne qui souvent ‘copie’ la consonne interne. — (Pascal Boyeldieu, Présentation des langues sara-bongo-baguirmiennes, CNRS-LLACAN, Paris, 2006, page 7)

Adjectif

fer \fɛʁ\ invariable

  1. De couleur fer, gris neutre moyen sombre souvent mat. #AFAFAF
    • Une voiture fer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FER. n. m.
Métal dur et malléable, d'un gris clair et brillant, fusible à une haute température et dont l'emploi dans les arts est très considérable. Mine de fer. Minerai de fer. Fer fondu. Fer de fonte. Fer battu. Fer forgé. Fer doux. Fer aigre. Fer dur. Fer cassant. Affiner le fer. Faire rougir du fer. Fer rouge, incandescent. Marquer au fer rouge, au fer chaud. Battre le fer. Souder le fer. Fer qui se rouille. Fer aimanté. Fil de fer. Anneau de fer. Barre de fer. Pont de fer. Porte de fer. On l'emploie au pluriel, surtout en termes de Commerce et d'Administration. Les différentes sortes de fers. Il fait le commerce des fers. Marchand de fers. Droits sur les fers. Les fers français et les fers étrangers. Fer natif, Fer qu'on trouve dans la terre à l'état pur. Le fer natif est d'une extrême rareté. Chemin de fer. Voyez CHEMIN. Fam., Cela ne tient ni à fer ni à clou, Cela est mal fixé. Prov. et fig., Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Voyez BATTRE. Fig. et fam., Une santé de fer, un tempérament de fer, Une santé, un tempérament très vigoureux. Fig. et fam., Avoir une main de fer, Exercer l'autorité avec rigueur. Fig. et fam., On n'est pas de fer, Il est des fatigues auxquelles le corps humain ne peut résister. On dit de même : Il faudrait être de fer pour résister à de telles fatigues, pour tenir à ce métier, etc. Fig. et fam., C'est une tête de fer, se dit d'une Personne extrêmement opiniâtre. Vous ne le ferez pas changer, c'est une tête de fer. Fam., Cet homme est raide comme une barre de fer. Voyez BARRE. Fig., Âge de fer. Voyez ÂGE. Il se dit particulièrement de la Pointe de fer ou d'autre métal, qui est au bout d'une pique, d'une lance, d'une flèche, etc. Le fer d'une pique. Le fer d'une lance. Le fer d'une flèche. On dit dans un sens analogue Le fer d'une gaffe. Se battre à fer émoulu. Voyez ÉMOULU. Fer d'aiguillette, de lacet, Petite pièce de fer-blanc, de cuivre ou d'autre métal, dont une aiguillette, un lacet est garni par le bout. En termes d'Escrime, il se dit quelquefois du Fleuret, de l'épée. Engager le fer. Croiser le fer. Il se dit aussi figurément pour signifier Engager une discussion, une lutte. Fig. et fam., Battre le fer, Faire des armes. Il y a longtemps qu'il bat le fer, se dit d'un Homme qui s'adonne depuis longtemps à quelque étude, à quelque profession, à quelque exercice. On dit de même C'est à force de battre le fer qu'il est parvenu à ce degré d'habileté. Dans le style oratoire ou poétique, il se prend pour Poignard, épée, sabre, et généralement pour toutes sortes d'armes blanches. Il tomba sous le fer d'un meurtrier. Un fer homicide. Porter la flamme et le fer dans un pays. Tout périt sous le fer du vainqueur. Ceux que le fer avait épargnés. Il se dit, en termes d'Arts, de Plusieurs instruments et outils de fer qui servent à divers usages. Un fer à friser. Un fer à gaufres. Fers à gaufrer. Fers à dorer. Fers à froid. Fers de relieur, Fers qui servent à mettre des empreintes, des ornements sur les reliures. Il se dit particulièrement d'un Instrument de fer pour repasser le linge. Fer à repasser. Passer le fer sur une dentelle. Fam. et fig., Mettre les fers au feu, Commencer à s'occuper sérieusement d'une affaire. Il est temps de mettre les fers au feu. On dit aussi Les fers sont au feu, en parlant d'une Affaire à laquelle on travaille actuellement. Il se dit aussi au pluriel dans le sens de Forceps. Accoucher avec les fers. Il désigne encore la Bande de fer demi-circulaire qu'on fixe sous le pied du cheval, du mulet, de l'âne, du bœuf et qui est destinée à protéger la corne. Fer de cheval. Fer neuf. Fer usé. Relever les fers d'un cheval. Mettre un fer à un cheval, à un mulet, à un âne. Tomber les quatre fers en l'air, se dit d'un Cheval, d'un mulet, etc., qui se renverse et tombe sur le dos. Il se dit, par extension, d'une Personne qui tombe à la renverse. Fig. et fam., Cela ne vaut pas les quatre fers d'un chien, Cela ne vaut absolument rien. En fer à cheval, En forme de fer à cheval. Table en fer à cheval. On dit de même Cela fait le fer à cheval, forme le fer à cheval, etc. En termes d'Architecture, il se dit d'un Escalier qui a deux rampes, qui se joignent en un palier commun. Au Palais de Fontainebleau, il y a un magnifique escalier en fer à cheval. Il se dit, par extension, de Deux pentes douces qui sont ainsi disposées dans les jardins. Au pluriel, Fers signifie Chaînes, menottes, etc. Être aux fers. Être dans les fers. Avoir les fers. Avoir les fers aux pieds. On lui mit les fers aux pieds et aux mains. On le chargea de fers. Condamner aux fers. Deux jours de fers. Fig., Jeter quelqu'un dans les fers, le retenir dans les fers, etc., Mettre, retenir quelqu'un en prison, le priver de sa liberté. Il se dit encore, figurément et poétiquement, d'un État d'esclavage, d'oppression. Ces peuples, longtemps opprimés, aspirèrent à briser leurs fers. Il s'est dit également de la Tyrannie qu'exerce l'amour.

Littré (1872-1877)

FER (fêr) s. m.
  • 1Métal ductile, malléable, d'un emploi considérable dans les arts, et dont la pesanteur spécifique est de 7788. Le fer s'appelait mars dans l'ancienne chimie. Les veilles cesseront au sommet de nos tours ; Le fer mieux employé cultivera la terre, Malherbe, II, 1. Les fers, fontes et aciers qui s'y fabriquent… fer en barre, fil de fer, fer blanc, Arrêt du Conseil d'État, 16 août 1659. Avec une mine qui donnait le plus mauvais fer de la Bourgogne, j'ai fait du fer assez ductile, aussi nerveux, aussi ferme que les fers du Berri, qui sont réputés les meilleurs de France, Buffon, Min. t. VIII, p. 56, dans POUGENS. Les végétaux, soit qu'ils soient consumés par le feu ou consommés par la pourriture, rendent également à la terre une quantité de fer peut-être beaucoup plus grande, qu'ils en ont tirée par leurs racines, Buffon, ib. t. II, p. 153. On doit compter qu'avec deux cent cinquante arpents de bois bien économisés, l'on peut faire annuellement six cents ou six cent cinquante milliers de fer, Buffon, ib. t. IV, p. 107. Du poivre excellent et du fer si pur qu'on le forge sortant de la mine, sans le faire fondre, Raynal, Hist. phil. IV, 14.

    Fer natif, fer que l'on trouve à l'état de pureté dans la terre. Le feu des volcans a quelquefois formé de ces régules de fer, et c'est ce que les minéralogistes ont appelé mal à propos fer natif, Buffon, Min. t. IV, p. 142.

    Fer cendreux, fer auquel on ne saurait donner le poli, à cause de taches grises couleur de cendre.

    Fer aigre, celui qui se casse facilement à froid. Fer doux, fer qui ne se casse pas facilement. Du fer doux ou aigre, Édit de février 1626.

    Fer à acier, fer doué de la propension aciéreuse et devenant acier plus facilement qu'un autre.

    En termes de commerce, il se dit au pluriel. Les différentes sortes de fers. M. Dantic a travaillé longtemps à découvrir un moyen par lequel on pût sûrement classer tous les fers connus, Raynal, Hist. phil. XVI, 17.

    Cela ne tient ni à fer ni à clou, cela est mal attaché, mal fixé. On le dit aussi d'une chose qui, servant à meubler une maison, n'est pas scellée aux murs et peut être ôtée facilement.

    Fig. et familièrement. Cette affaire ne tient ni à fer ni à clou, elle n'est pas solidement conclue, arrêtée.

    En un sens opposé, à fer et à clou, d'une façon très solide. Vous savez bien que le nôtre [le cardinal de Retz qui voulut remettre son chapeau et que le pape força de le conserver] l'est à fer et à clou, Sévigné, Lett. 16 oct. 1675.

    Il userait du fer, il digérerait du fer, se dit d'une personne qui use beaucoup et en peu de temps ses habits, qui digère parfaitement.

    C'est un corps de fer, il a un corps de fer, c'est un homme robuste et qui résiste aux fatigues, aux excès. Il faut un corps de fer pour résister aux agitations, Massillon, Panégyr. Ste Agnès. Ce corps de fer [Charles XII] gouverné par une âme si hardie, Voltaire, Ch. XII, 8.

    On dit de même une santé de fer, un tempérament de fer. Il faut se bien porter pour être héros : tous ceux de l'antiquité avaient une santé de fer, Voltaire, Lett. Lekain, 2 mars 1767.

    On n'est pas de fer, c'est-à-dire il est des fatigues auxquelles le corps humain ne peut résister. Les dieux sont-ils de fer ? Molière, Prol. Amph. Mes anges me croiront-ils de fer quand je suis d'argile, et prendront-ils zèle Pour puissance ? Voltaire, Lett. d'Argental, déc. 1760.

    On dit de même : il faudrait être de fer pour résister à de telles fatigues.

    Cet homme est roide comme une barre de fer, ou fig. c'est une barre de fer, il est d'une fermeté, d'une opiniâtreté invincible.

    Une tête de fer, une personne que la plus grande contention d'esprit ne fatigue pas, et aussi une personne extrêmement opiniâtre. Les vieillards, remplis de l'indignation la plus vive, s'en retournèrent [quittant Charles XII à Bender] en criant : Ah ! la tête de fer ! puisqu'il veut périr, qu'il périsse, Voltaire, Charles XII, 6.

    Un cœur de fer, un cœur dur, impitoyable, inflexible. Bientôt ces cœurs de fer se verront adoucis, Racine, Théb. III, 4. Moi ! complaire à ce peuple, aux monstres de Scythie…à ces âmes de fer…, Voltaire, Scythes, V, 4. Il [le tigre] s'irrite des bons comme des mauvais traitements ; la douce habitude qui fait tout ne peut rien sur cette nature de fer, Buffon, Tigre.

    Fig. Avoir un bras de fer, une main de fer, avoir le bras, la main extrêmement vigoureuse.

    Par une nouvelle figure, avoir un bras de fer, exercer avec dureté, avec rigueur le pouvoir dont on est revêtu.

    Gouverner avec un sceptre de fer, gouverner avec une extrême dureté. Sous un sceptre de fer tout ce peuple abattu, Voltaire, Brutus. I, 2.

    On dit dans le même sens : un joug de fer. Un joug de fer est sur leur tête, Bossuet, Hist. II, 13. Le joug du monde est un joug de fer, Massillon, Carême, Mot. de conv.

    Un ciel de fer, un ciel rigoureux. Il [Dieu] nous rejettera de devant sa face, et le ciel deviendra de fer sur nos têtes, Bossuet, Sermons, jubilé, Pénit. 1. Le sort, dit le vieillard, n'est pas toujours de fer, Chénier, Idylles, l'Aveugle.

    Le sommeil de fer, le sommeil de la mort. Ces mânes sacrés [des anciens Romains] n'avaient point rompu leur sommeil de fer, Chateaubriand, Mart. XVI.

  • 2Le siècle de fer, l'âge de fer, l'âge qui, suivant la mythologie, succéda au siècle d'airain, et qui, signalé par le débordement des violences et des crimes, amena la colère des dieux et le déluge. On vit avec le fer naître les injustices, Boileau, Sat. x.

    Fig. Un siècle de fer, un siècle d'ignorance, de barbarie, et aussi un siècle signalé par les guerres et les violences.

    Dans le langage de l'histoire, l'âge de fer se dit du temps où l'on commença à faire usage du fer, par opposition à l'âge de cuivre, plus ancien, où tous les ustensiles étaient en cuivre, et à l'âge de pierre, encore plus ancien, où les instruments tranchants étaient en silex.

  • 3La pointe qui termine une pique, une lance, une flèche. Le fer d'une lance.

    On dit dans un sens analogue le fer d'une gaffe.

    Lance à fer émoulu, lance dont la pointe est affilée, par opposition aux lances dont le fer était émoussé.

    Se battre à fer émoulu, se disait quand, dans un tournois, au lieu d'employer, comme c'était l'habitude, des armes émoussées et rabattues, on se servait d'armes affilées.

    Fig. Se battre à fer émoulu, disputer, controverser, lutter sans ménagement.

  • 4 Terme d'escrime. L'épée, le fleuret. Croiser, engager le fer.

    Familièrement. Battre le fer, s'exercer à l'escrime. Et j'ai battu le fer en mainte et mainte salle, Molière, l'Étour. IV, 3. Monsieur le batteur de fer, je vous apprendrai votre métier, Molière, Bourg. gent. II, 3. L'on jugeait à sa mine martiale que c'était un homme qui avait battu le fer, Lesage, Estev. Gonz. ch. 46.

    Fig. Il y a longtemps qu'il bat le fer, se dit d'un homme qui s'occupe depuis longtemps d'une étude, d'un exercice.

    On dit de même : C'est à force de battre le fer qu'il est parvenu à ce degré d'habileté. Enfin, à force de battre le fer, il en est venu glorieusement à avoir ses licences, Molière, Mal. imag. II, 6.

  • 5Un instrument tranchant. Le chirurgien qui porte le fer dans les tissus vivants.

    Terme de chirurgie. Employer le fer et le feu, employer, dans une opération, l'instrument tranchant et le fer rougi ; et fig. employer les remèdes, les moyens les plus violents.

    Dans le langage vulgaire, les fers, et quelquefois le fer, le forceps. On n'a pu l'accoucher sans les fers. J'ai coûté la vie à ma mère en venant au monde ; j'ai été tiré de son sein avec le fer, Chateaubriand, René.

  • 6Dans le style oratoire ou poétique, poignard, épée et, en général, toute arme tranchante. Et si les pâles Euménides, Pour réveiller nos parricides, Toutes trois ne sortent d'enfer, Le repos du siècle où nous sommes Va faire à la moitié des hommes Ignorer que c'est que le fer, Malherbe, III, 3. Prêt à quitter le fer et prêt à le reprendre, Racine, Alex. II, 2. Le fer ne produit point de si puissants efforts, Racine, Brit. v, 5. J'ai reconnu le fer, instrument de sa rage, Ce fer dont je l'armai pour un plus digne usage, Racine, Phèdre, IV, 1. Oui, nous jurons ici pour nous, pour tous nos frères, De ne poser le fer entre nos mains remis…, Racine, Athal. IV, 3. Il a dans sa colère Du fer de la vengeance armé la main d'un père, Voltaire, Alz. v, 5. Sous le fer castillan ce monde [l'Amérique] est abattu, Voltaire, ib. I, 2.

    Porter le fer et la flamme dans un pays, ravager un pays en tuant et en brûlant.

    Fig. Un fer sacré, un moyen de guerre, de vengeance, caché sous l'apparence de la religion. D'autant plus dangereux dans leur âpre colère, Qu'ils prennent contre nous des armes qu'on révère, Et que leur passion, dont on leur sait bon gré, Veut nous assassiner avec un fer sacré, Molière, Tart. I, 6. Qui, tout couvert de sang, de flammes entouré, Égorge les mortels avec un fer sacré, Voltaire, Henr. VI.

    Le fer des lois, l'autorité des lois en tant qu'elle punit. Et déposant des lois le fer saint et terrible, Briffaut, Ninus II, I, 1. Du fer sacré des lois tu profanais l'usage, Delavigne, Vêpres sicil. III, 5.

  • 7Il se dit de quelques outils servant à divers usages. Un fer à friser. Un fer à faire des gaufres, des oublies. Un autre objet fort important sont les fers de charrue ; on ne saurait croire combien la mauvaise qualité du fer dont on les fabrique fait du tort aux laboureurs, Buffon, Min. t. VII, p. 88, dans POUGENS.

    Fer à gaufrer, fer rond qui, chauffé, sert à faire des ondes à une garniture ou à une dentelle.

    Fer à papillotes, fer en forme de pince qu'on applique chaud sur les papillotes pour faire friser les cheveux.

    Fer chaud, instrument en fer que l'on chauffait pour marquer à l'épaule certains condamnés. Comme un gredin que la main de Thémis A diapré de nobles fleurs de lis, Par un fer chaud, gravé sur l'omoplate, Voltaire, Pauv. diabl.

    Fig. Chose, personne qui presse, tourmente. C'est le fer chaud du pont Neuf, à ce que je vois, et, pour avoir M. le duc, il faudra deux choses : lui donner l'éducation du roi, et un établissement à son frère, Saint-Simon, 509, 245. Fer à crochet, manivelle pour tordre les lacets.

    Fers plats, fers ronds, certains outils de luthier pour recoller les fentes des instruments.

    Terme de pêche. Fer à croc, se dit de l'hameçon dans quelques provinces.

    Terme de construction. Fer d'amortissement, toute aiguille de fer entée sur un poinçon pour tenir une pyramide, un vase, etc.

  • 8Fer à repasser, fer dont les lingères se servent pour repasser le linge.

    Fig. Mettre les fers au feu, se dit quand on commence sérieusement l'exécution de quelque chose. Mettons les fers au feu, tout nous est favorable, Hauteroche, Bourg. de qualité, I, 7. Le bon père [Tellier] piqua et tourna si bien le roi que les fers furent mis au feu pour leur destruction [des filles de Port-Royal], Saint-Simon, 250, 82.

    Les fers sont au feu, se dit d'une affaire que l'on pousse activement.

  • 9 Terme de reliure. Fer, instrument qui sert à faire des empreintes sur la reliure. Je rêve à mon état, et souvent dans la nuit, Ou je dessine un fer, ou je trouve un granit, Lesné, la Reliure, p. 40. Un fer à dos remplissait d'un seul coup tout un entre-nerf, tandis que maintenant que le goût des petits fers s'est propagé…, Lesné, ib. p. 204. On nomme roulette tout fer qui en a la figure, et qui sert à pousser de simples filets ou des dessins… les rosettes sont des fers qui, d'un seul coup, forment un dessin… les palettes sont des fers qui ont la figure d'un T, Lesné, ib. p. 217.

    Petit fer, celui qui sert à faire des compositions. La cosmographie universelle de André Thevet, couverte de velin blanc, doré sur la tranche et à petit fer, estimé six livres, Inventaire de la royne Loyse douairière, De Laborde, Émaux, p. 312.

  • 10 Terme de maréchalerie. Fer de cheval, ou, elliptiquement, fer, bande de fer formant semelle, que l'on fixe sous la face inférieure du pied du cheval et de quelques autres bêtes de somme. Mettre un fer à un cheval, à un mulet. Pour faire mettre un fer à sa monture, La Fontaine, Orais.

    Fer à demi, à l'anglaise, celui qui ne couvre ni trop ni trop peu le pied du cheval. Fer barré par devant, fer dont on n'a pas eu le soin d'aplatir la bordure. Fer couvert, fer dont les branches sont fort larges.

    Fer à glace, fer garni de clous pour mordre sur la glace.

    Fer à pantoufle, fer de cheval forgé de manière à avoir plus d'épaisseur en dedans qu'en dehors, et à s'amincir en talus du côté de la corne.

    Par catachrèse, fer d'argent, fer d'or. Ses fers sont d'argent à onze deniers, Voltaire, Zadig, 3.

    Fer de bœuf, ferrure qu'on applique quelquefois aux pieds des bœufs, dans les localités où ces animaux sont employés à des travaux pénibles.

    Fig. Quand on quitte un maréchal, il faut payer les vieux fers, c'est-à-dire quand on quitte un ouvrier, il faut lui payer tout ce qui est arriéré.

    Il a toujours quelque fer qui loche, se dit d'un homme maladif.

    En un autre sens. Il y a quelque fer qui loche, il y a quelque chose qui empêche cette affaire d'aller bien.

    Tomber les quatre fers en l'air, se dit d'un cheval à qui les quatre pieds manquent à la fois et qui tombe sur le dos.

    Familièrement, il se dit d'un homme qui tombe à la renverse ; et fig. de celui qui reste frappé d'étonnement.

    Cela ne vaut pas les quatre fers d'un chien, cela ne vaut rien du tout, puisqu'un chien n'est pas ferré. Cet homme ne vaut pas les quatre fers d'un chien.

  • 11En fer à cheval, en forme de croissant. La cataracte se divise en deux branches, et se courbe en fer à cheval, Chateaubriand, Atala, épilogue.

    On dit de même : Cela fait le fer à cheval, forme le fer à cheval, etc.

    Terme d'architecture. Fer à cheval, escalier qui a deux rampes et qui est fait en demi-cercle.

    Il se dit, par extension, de deux pentes douces qui sont en demi-cercle, dans les jardins.

    Fer à cheval, ouvrage de fortification en demi-cercle, fait en dehors d'une place.

    Fer à cheval, petite pièce qui s'ajuste en forme de doublure ou de soutien à l'épaulette de certaines chemises d'hommes.

    Terme de chasse. Fer à cheval, se dit d'un plumage rouge qui vient sur le ventre du perdreau, du coq. Il a, comme le précédent, le fer à cheval noir sur l'œil, et de plus il [le petit paille-en-queue] est tacheté de noir sur les plumes de l'aile voisines du corps, et sur les grandes pennes, Buffon, Ois. t. XVI, p. 113, dans POUGENS.

    Fer à cheval, se dit de deux espèces de chauves-souris d'Europe.

    Fer de cheval, se dit d'un fer qu'on met au pied d'un cheval ; fer à cheval, d'un ouvrage en forme de fer de cheval.

  • 12Fer de botte, morceau de fer dont on garnit le dessous du talon d'une botte, et qui est en forme de fer à cheval.
  • 13Fer en meubles, mauvaise orthographe pour faire en meubles, voy. FAIRE.
  • 14 Terme de marine. Fer d'Andriveau, ou, simplement, fer, grappin de galère. Il est certain qu'elles [des galères] n'en souffriraient pas un pareil [mauvais temps] pendant quatre heures sans courir risque de se perdre, et qu'elles ne résisteraient pas, même sur le fer, à une grosse mer sans s'entr'ouvrir, La Pailleterie, Au ministre, 29 août 1676, dans JAL.
  • 15Fer de lacet, fer d'aiguillette, petite pièce de fer-blanc, de cuivre ou d'autre métal dont un lacet, une aiguillette est garnie par le bout.

    Je n'en donnerais pas un fer d'aiguillette, se dit d'une chose qu'on méprise.

  • 16 Terme de blason. Il se dit de plusieurs figures de fer, qui paraissent dans les écus, tels que le javelot, la pique, les fers de lance, etc.
  • 17S. pl. Chaînes, ceps, menottes. Il avait les fers aux pieds et aux mains. Le sieur de la Cornière a bien fait de mettre aux fers les matelots de sa chaloupe, puisqu'il a eu lieu de les soupçonner du vol qui…, Colbert, à Gaboret, 1er juin 1678, dans JAL. Ils sont encore aux fers, et vous les briserez, Voltaire, Lett. Beaumont, 16 janv. 1768. En des lieux différents comme toi mis aux fers, Voltaire, Alz. II, 1.

    On dit, surtout pour les peines militaires : Il a été condamné à cinq ans de fers.

    Fig. Jeter quelqu'un dans les fers, le retenir dans les fers, le mettre en prison, le retenir en prison, le priver de sa liberté.

    On dit aussi languir, gémir dans les fers.

    Être mis aux fers de quelqu'un, tomber en son pouvoir. Auraient-ils mis Othon aux fers de l'empereur, Et dans ce grand succès la fortune inconstante Aurait-elle trompé notre plus douce attente ? Corneille, Oth. v, 6.

  • 18 Fig. et poétiquement. État d'oppression, d'esclavage. [Le monde] à qui par sa défaite il [Pompée] met les fers aux mains, Corneille, Pomp. I, 1. Qui veut tenir aux fers les maîtres de la terre, Corneille, Sertor. III, 2. Rompez vos fers, Tribus captives, Troupes fugitives ; Repassez les monts et les mers ; Rassemblez-vous des bouts de l'univers, Racine, Esth. III, 9. Plus fort que le fils d'Alcmène, Il [l'hiver] met les fleuves aux fers ; Le seul vent de son haleine Fait trembler tout l'univers, Rousseau J.-B. Cantate 13. Ils se forgent des fers d'argent, Rousseau, Hél. v, 5.

    Par extension et poétiquement, tyrannie qu'exerce l'amour. Pour rentrer dans mes fers il brisera tes chaînes, Corneille, Sertor. I, 3. Vous, pour porter des fers, elle, pour en donner, Racine, Andr. I, 4. Et d'aller, trop content de mes fers, Soupirer avec vous au bout de l'univers, Racine, Bérén. V, 6. D'enchaîner un captif de ses fers étonné, Racine, Phèdre, II, 1. Il se trouva dégagé des fers de Mlle d'Hamilton, Hamilton, Gramm. 9.

  • 19Fer d'or, nom d'un ordre de chevalerie, institué en 1414, à Paris, par Jean duc de Bourbon, et composé de seize gentilshommes, partie chevaliers, partie écuyers. Les chevaliers portaient, tous les dimanches, à la jambe, un fer d'or de prisonnier, et les écuyers un fer d'argent.
  • 20À mi-fer, se dit, dans un chemin de fer, des rails dont l'un empiète sur l'autre. Les rails en fer tantôt sont posés bout à bout, tantôt se réunissent à mi-fer, comme les rails en fonte.
  • 21Cette pièce de monnaie est entre deux fers, se dit d'une pièce qui ne trébuche pas quand on la pèse.

    Fig. Je le tins longtemps entre deux fers, et je fis exprès monter cette impatience jusqu'à la dernière frayeur, Saint-Simon, 311, 62.

  • 22Au billard, avoir du fer, donner du fer, se disait autrefois lorsqu'une des deux branches de la passe gênait le joueur.
  • 23Fer de lance, espèce de chauve-souris ; sorte de serpent.
  • 24Les Portes de Fer, nom par lequel les historiens russes désignent les monts Ourals.

PROVERBE

Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, il ne faut point suspendre la poursuite d'une affaire en voie de succès. Lorsque le temps presse et qu'il faut battre le fer quand il est chaud, Scarron, Virg. VI.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Empeint [empoint] le bien tout le fer lui mist outre, Ch. de Rol. CXVII.

XIIe s. [Il] Tenoit sa lance, dont li fers reflamblie, Ronc. p. 33.

XIIIe s. Certes durement me merveil, Comment hons, s'il n'iere [n'était] de fer, Puet vivre un mois en tel enfer, la Rose, 2604. Je tant me fi là où biauté repaire, Qu'aÿmans sui [je suis un aimant], se tout n'est ver [vers] moi fers, Poésies mss. avant 1300, t. I, p. 491, dans LACURNE.

XIVe s. On doit battre le fer entreulx [pendant] qu'il est bien chaux, Guesclin. 20862. Les mareschaux qui ferrent les chevaux ne pourront prendre n'avoir d'un fer neuf à palefroy ou à roussin, de fer de Bourgogne, que neuf deniers, Ord. des rois de Fr. t. II, p. 271. À Jehan Thierri Masson, pour mettre le fer du rond de la verriere où est la resurrection de Nostre Seigneur, Bibl. des chartes, 5e série, t. III, p. 233. À Perin de Choisy, orfevre, pour l'argent et la façon de plusieurs fers d'argent à cuire [brûler, marquer] chevaux, De Laborde, Émaux, p. 311.

XVe s. À Jehan Lessayeur, orfevre, pour un fer d'argent, par lui fait pour donner le feu aux faucons de ma dicte dame, De Laborde, ib. Et à voir dire, si il eust esté de fer ou d'acier, si convint-il qu'il fust demeuré, Froissart, II, II, 114. Il fit jetter le fer et encrer ceste part, Bouciq. liv. II, p. 234, dans LACURNE. Nul chevalier qui prison vouloit promettre, ne estoit mis en fer ne en anneaulx, Lancelot du lac, t. III, f° 41. Chevalier, laissez aller la damoiselle, ou vous appareillerez de jouster à moy ; car, se vous voulez efforcer la damoiselle, ce sera parmy les fers [il faudra combat tre], Perceforest, t. II, f° 65. Il estoit expedient d leur tenir le fer au dos, afin qu'ils fussent en plus seure subjection, J. Chart. Hist. de Charles VII, p. 271, dans LACURNE. Lire et non comprendre ce qu'on lit, est battre l'eau ou froit fer, Hist. de la Tois. d'or, t. I, f° 132, dans LACURNE.

XVIe s. S'il faut s'accommoder à ceux qui sont comme entre deux fers et se vantent de tenir le milieu, Bèze, Vie de Calvin, p. 147. Aubigné ne pleura point pour sa prison, ouy bien lors qu'on luy osta une petite espée, et une ceinture avec des fers d'argent, D'Aubigné, Hist. I, 180. Sommant Titus de deslier les fers de la Grece, Amyot, Flamin. 18. Bertrand leur promit qu'on allait mettre incessamment les fers au feu pour cet effet…, Mém. s. du Guesclin, ch. 9. Honnestes femmes qui n'auront jamais eu fer à pié [mauvaise réputation], Contes d'Eutrap. p. 460, dans LACURNE. Prendra le secretaire deux provendes d'avoine et mengera à cour, et prendra à cour fer et clou pour les gages de ses valets, et toutes ces autres choses, dix-huit deniers par jour, Miraumont, T. de la chancel. f° 90, dans LACURNE. …il y a trois nuicts Que, sans me reposer, je suis à faire l'extrait d'un procez, En droit et matiere d'excez, D'un gentilhomme de Poitou ; S'il vient, j'en aurai fer ou clou, Quand il seroit ferré à glace, Belleau, Œuvres, t. II, p. 120, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. FER. Ajoutez :
25 Armoire de fer, armoire de fer fabriquée en 1790 par ordre de l'Assemblée constituante, et qui, placée aux Archives, contient les objets et pièces les plus importantes, Journ. offic. 4 mars 1877, p. 1680, 1re col.

Armoire de fer, armoire fabriquée par Louis XVI avec l'aide de son serrurier, et où il enferma des papiers secrets.

26 Arbre de fer, dans l'Inde le mesuea ferrea, à Maurice le stadmannia ferrea, Baillon, Dict. de botan. p. 247.
27Fer brûlé, barre de fer qui, ayant été portée au blanc soudant et refroidie à l'air sans qu'on l'ait martelée, devient fragile à chaud comme à froid, et présente dans la cassure une cristallisation en lames.
28Mettre au vieux fer, se dit d'ustensiles en fer usés qu'on met au rebut.

Fig. Les hommes spéciaux affirment que la mulle-jenny. pour la filature de la laine longue, sera complétement mise au vieux fer avant peu d'années, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. III, p. 617.

REMARQUE

1. Ajoutez : Au n° 7, on aura remarqué, de Saint-Simon, la locution : c'est le fer chaud du pont Neuf. J'en dois l'explication à M. A. Chéruel, qui a trouvé dans Tallemant, au chapitre intitulé Visionnaires extravagants, etc. ceci : " Il y a eu ici un certain fou qui allait l'hiver sur le pont Neuf, avec un réchaud plein de feu, où il chauffait toujours un fer comme les fers de plombiers, et, s'approchant des passants, il leur disait : Voulez-vous que je vous mette ce fer chaud dans le c.. ? - Coquin ! - Monsieur, répliquait-il naïvement, je ne force personne, je ne l'y mettrai pas, s'il ne vous plaît pas. On riait de cela, et puis il demandait quelque chose pour le charbon. " M. Chéruel remarque que le fer chaud du pont Neuf était devenu une expression proverbiale pour indiquer une demande absurde, impossible ; et c'est dans ce sens que Saint-Simon l'emploie.

2. Au n° 13, on lit : Marchand de fer en meubles, celui qui vend des objets de literie, tels que matelas, plume, duvet, etc. Tarif des patentes, 1850, p. 114 ; et il est dit que fer en meubles est une mauvaise orthographe, et on renvoie au verbe FAIRE, n° 63 ; mais voici une explication différente : Ces industriels, anciennement connus sous la désignation de marchands de fer en meubles, ont, depuis quelques années, donné une grande extension à la fabrication des articles de literie, Statistique de l'industrie de Paris par la Chambre de commerce, 1851, 2e part. p. 167. (En note : Le nom de marchand de fer appliqué aux marchands d'articles de literie vient d'un vieux mot feurre, paille, paillasse).

3. Au n° 21, revenir entre deux fers, se dit d'une pièce de monnaie qui ne trébuche pas.

Fig. Entre deux fers, se dit de quelque chose d'insuffisant. On trouvait [à propos de Mme de Vibraye] la qualité entre deux fers pour entrer dans le carrosse de la reine, Sévigné, 26 janv. 1680.

En un autre sens, revenir entre deux fers, se dit d'une affaire qui recommence. Ce que j'en crus après… c'est que la chose était revenue entre deux fers, Saint-Simon, t. VIII, p. 151, éd. Chéruel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FER, s. m. (Hist. nat. Minéral. Métall. & Chim.) ferrum, mars. Le fer est un métal imparfait, d’un gris tirant sur le noir à l’extérieur, mais d’un gris clair & brillant à l’intérieur. C’est le plus dur, le plus élastique, mais le moins ductile des métaux. Il n’y en a point qui entre aussi difficilement en fusion : cela ne lui arrive qu’après qu’il a rougi pendant sort longtems. La principale propriété à laquelle on le reconnoît, c’est d’être attiré par l’aimant. La pesanteur spécifique du fer en à celle de l’eau, à-peu-près comme sept & demi est à un ; mais cela doit nécessairement varier à proportion du plus ou du moins de pureté de ce métal.

Le fer étant le plus utile des métaux, la providence l’a fort abondamment répandu dans toutes les parties de notre globe. Il y en a des mines très-riches en France, en Allemagne, en Angleterre, en Norwege ; mais il n’y a point de pays en Europe qui en fournisse une aussi grande quantité, de la meilleure espece, que la Suede, soit par la bonté de la nature de ses mines, soit par les soins que l’on se donne pour le travail de ce métal.

On a été long-tems dans l’idée qu’il n’y avoit point de mines de fer en Amérique ; mais c’est une erreur dont on est revenu depuis long-tems ; & des observations plus exactes nous assûrent que cette partie du monde ne le cede on rien aux autres pour ses richesses en ce genre.

Les mines de fer varient & pour la figure & pour la couleur. Les principales sont :

1°. Le fer natif. On entend par-là du fer qui se trouve tout formé dans la nature, & qui est dégagé de toute matiere étrangere, au point de pouvoir être travaillé & traité au marteau sans avoir éprouvé l’action du feu. Les Minéralogistes ont été très-partagés sur l’existence du fer natif, que plusieurs d’entre eux ont absolument niée : mais cette question est aujourd’hui pleinement décidée. En effet M. Roüelle de l’académie royale des Sciences, a reçu par la voie de la compagnie des Indes, des morceaux de fer natif, apportés du Sénégal où il s’en trouve des masses & des roches très-considérables. Ce savant chimiste les a forgés, & il en a fait au marteau des barres sans qu’il ait été nécessaire de traiter ce fer par aucun travail préliminaire.

2°. La mine de fer crystallisée. Elle est d’une figure ou octahedre, ou cubique, ayant la couleur de fer même. La fameuse mine de fer de l’île d’Elbe, connue du tems des Romains, est de cette espece.

3°. La mine de fer blanche. Elle est en rameaux, ou elle est en crystaux, ou bien elle ressemble à du spath rhomboïdal, étant formée comme le lin d’un assemblage de feuillets ou de lames étroitement unies les unes aux autres. Celle d’Alvare en Dauphiné est de cette espece : au coup-d’œil on n’y soupçonneroit point de fer, cependant elle est très-riche, & fournit 70 à 80 livres de fer au quintal. Pour distinguer la mine de fer blanche du spath, il n’y a qu’à la faire rougir dans le feu ; si elle devient noire, ce sera une marque qui annoncera la présence du fer.

4°. La mine de fer noirâtre. Elle est très-riche, attirable par l’aimant, d’un tissu compact ; ou bien elle est parsemée de petits points brillans, ou formée par un assemblage de petits grains ou paillettes de différentes figures & grandeurs.

5°. La mine de fer d’un gris de cendre. Elle est un peu arsénicale, & n’est point attirable par l’aimant.

6°. La mine de fer bleue. Elle n’est point attirable par l’aimant ; sa couleur est d’un bleu plus ou moins foncé ; elle est ou en grains, ou en petites lames, &c.

7°. La mine de fer spéculaire. Elle est formée par un amas de lames ou de feuilles luisantes, d’un gris obscur ; l’aimant l’attire.

8°. L’hématite ou sanguine. Sa couleur est ou rouge, ou jaune, ou pourpre, ou ressemble à de l’acier poli, c’est-à-dire est d’un noir luisant ; elle varie aussi quant à la figure, étant ou sphérique, ou demi-sphérique, ou pyramidale, ou en mamellons. Quand on casse cette mine, on la trouve intérieurement striée. Quand on l’écrase, elle se réduit en une poudre ou rouge, ou jaune. Cette mine se trouve souvent en petits globules bruns ou jaunes, semblables à des pois, des feves, ou des noisettes. Il y a des pays où il s’en trouve des amas immenses : ce sont autant de petites hématites dont on peut tirer de très-bon fer.

9°. L’aimant. C’est une mine de fer qui est ou d’un tissu compact, ou composée de petits grains, ou parsemée de points brillans ; la couleur est ou rougeâtre, ou bleuâtre, c’est-à-dire de la couleur de l’ardoise ; elle a la propriété d’attirer le fer. Voyez l’article Aimant.

10°. La mine de fer sabloneuse. Il paroît que cette mine ne devroit point faire une espece particuliere ; en effet elle ne differe des autres qui précedent, que par la petitesse de ses parties, qui sont détachées les unes des autres. C’est ordinairement dans un sable de cette espece que se trouve l’or en paillettes, ou l’or de lavage.

11°. La mine de fer limoneuse, (palustris). Elle est d’un brun plus ou moins foncé à l’extérieur, & d’un gris bleuâtre, ou d’un gris de fer à l’intérieur quand on la brise. C’est de toutes les mines de fer la plus ordinaire ; elle n’affecte point de figure déterminée, mais se trouve par couches & par lits dans le sein de la terre, ou au fond de quelques marais ou lacs.

12°. L’ochre. C’est une terre, ou plûtôt du fer décomposé par la nature ; il y en a de brune ; de jaune, & de rouge : c’est à la décomposition des pyrites & du vitriol, qu’on doit attribuer la formation de l’ochre.

Toutes ces mines de fer sont décrites en détail dans la Minéralogie de Wallerius, tom. I. pag. 459. & suiv. de la traduction françoise, que l’on pourra consulter, ainsi que l’Introduction à la Minéralogie de Henckel, pag. 151. & suiv. de la premiere partie dans la traduction.

Quelques auteurs ont parlé de mines d’acier ; mais ces mines ne doivent être regardées que comme des mines de fer qui donnent de l’acier dès la premiere fusion, parce qu’elles sont très-pures & dégagées de substances étrangeres nuisibles à la perfection du fer. Peut-être aussi que des voyageurs peu instruits ont appellé mines d’acier, des substances qui n’ont rien de commun avec l’acier qu’une ressemblance extérieure souvent trompeuse.

On voit par ce qui vient d’être dit, que parmi les mines de fer il y en a qui sont attirables par l’aimant, tandis que d’autres ne le sont point ; ce qui prouve que ce n’est pas à ce caractere seul qu’on peut reconnoître la présence du fer dans un morceau de mine. On verra même dans la suite de cet article, que le fer peut être allié avec une portion considérable d’autres substances métalliques, sans perdre pour cela la propriété d’être attiré par l’aimant. On a lieu de croire que cette propriété dépend du phlogistique. Voyez la Minéralogie de Wallerius, tom. I. pag. 493. & suiv.

M. Henckel pense que la division la plus commode des mines de fer, se fait en consultant leur couleur. Suivant ce principe, il les divise en blanches, en grises, en noires, en jaunes, en rouges, en brunes, &c. Voyez l’introduction à la Minéralogie, partie I. Il est certain que la couleur peut servir beaucoup à nous faire reconnoître les substances qui contiennent du fer ; mais ce signe seul ne peut toûjours suffire : il est donc à-propos pour plus de sûreté d’avoir recours à l’essai.

La meilleure maniere de faire l’essai d’une mine de fer, suivant M. Henckel, c’est de commencer par griller & pulvériser la mine, d’en prendre un quintal docimastique, deux quintaux de flux noir, un demi-quintal de verre, de borax, de sel ammoniac, & de charbon en poudre, de chacun un quart de quintal ; on fait fondre le tout à grand feu dans un creuset. Il ajoûte qu’il y a de l’avantage à y joindre de l’huile de lin. Voyez Introduction à la Minéralogie, partie II. liv. IX. chap. ij. sect. 7.

Les mines de fer que nous avons décrites, ne sont pas les seules substances qui contiennent ce métal ; il est si universellement répandu dans la nature, qu’il n’y a presque point de terres ou de pierres dans lesquelles il ne s’en trouve une portion plus ou moins grande, sans que pour cela on puisse l’en retirer avec avantage. Un grand nombre de pierres précieuses, telles que les rubis, les jaspes, l’amétiste, la cornaline, &c. lui doivent leurs couleurs, sinon en tout, du moins en grande partie. Presque toutes les pierres & terres colorées sont ferrugineuses, & il y en a très-peu qui soient entierement exemptes de quelque portion de ce métal : mais il se trouve sur-tout d’une façon sensible, sans cependant pouvoir en être tiré avec profit, dans l’émeril, la manganese, les mines de fer arsenicales, que les Allemands nomment Schirl, Wolfram, Eisenram ; dans la calamine, les étites ou pierres d’aigle ; dans l’argile des potiers, &c. Il en entre une portion plus ou moins grande dans les différentes pyrites. C’est le fer qui fait la base du vitriol martial, ou de la couperose ; il se trouve dans un grand nombre d’eaux minérales, & il est joint avec presque toutes les mines des autres métaux & demi-métaux, au point que l’on peut regarder la terre martiale comme une matrice de ces substances. Cependant le fer se trouve uni par préférence aux mines de cuivre ; il est très-rare de le voir joint avec les mines de plomb : mais on a observé qu’il se trouve inséparablement uni avec les mines d’or ; & il n’y a point, suivant les plus célebres naturalistes, de mines de fer qui ne contiennent un vestige de ce métal précieux. Fondés sur cette analogie, quelques-uns ont pensé que le fer pouvoit bien contribuer en quelque chose à la formation de l’or ; d’autant plus que Becher, Kunckel, & quelques autres chimistes du premier ordre, ont assûré qu’on pouvoit tirer de l’or du fer : mais c’est dans une quantité si petite, qu’elle ne doit point tenter les adeptes qui voudroient réitérer leurs expériences.

Les mines de fer se trouvent dans la terre, ou par filons, ou par lits & en couches suivies, ou par fragmens détachés que l’on nomme rognons ; on les trouve souvent dès la premiere couche de la terre ; il s’en rencontre aussi au fond de quelques lacs & marais.

On ne donnera point ici la description des travaux, par lesquels on fait passer les mines pour en tirer le fer ; on en trouvera les détails à l’article Forge qui a été fourni par un homme intelligent & expérimenté. On se contentera donc d’observer que ce travail n’est point par-tout le même. En effet quelquefois, lorsque la mine de fer a été tirée de la terre, on peut après l’avoir écrasée & lavée pour en séparer les substances étrangeres, la traiter sur le champ dans la forge, tandis qu’il y en a d’autres qu’il faut commencer par griller préalablement avant que de les laver : la mine de fer blanche d’Alvare du numéro 3 est dans ce cas ; on la fait griller pour que la pierre se gerce ; ensuite on la laisse exposée à l’air pendant quelque tems, & plus elle y reste, plus le fer qu’on en tire est doux. On est encore obligé de griller les mines de fer argilleuses qui portent des empreintes de poissons & de végétaux, comme il s’en trouve en plusieurs endroits de l’Allemagne : mais il faut sur-tout avoir soin de griller suffisamment, avant que de faire fondre les mines de fer qui sont mêlées d’arsenic, parce que l’arsenic a la propriété de s’unir si étroitement avec le fer dans la fusion, qu’il est impossible ensuite de l’en séparer, ce qui rend le fer aigre & cassant : on ne sauroit donc apporter trop d’attention à griller les mines de fer arsénicales. Il en est de même de celles qui sont chargées de soufre. On trouvera à la fin de cet article, la maniere de remédier à ces inconvéniens. Il y a des mines de fer qui pour être traitées dans le fourneau, demandent qu’on leur joigne des additions ou fondans analogues à leur nature, & propres à faciliter leur fusion, ce qui exige beaucoup d’expérience & de connoissances ; & cela varie selon les différentes mines que l’on a à traiter, & selon les différentes substances qui les accompagnent : d’où l’on voit qu’il est impossible de donner là-dessus des regles invariables, & qui puissent s’appliquer à tous les cas. Ceux qui exigeront un plus grand détail, pourront consulter Emanuel Swedenborg, de ferro, ouvrage dans lequel l’auteur a compilé presque toutes les manieres de traiter le fer, qui se pratiquent dans les différentes parties de l’Europe.

Le fer qui vient de la premiere fonte de la mine, s’appelle fer de gueuse ; il est rarement pur & propre à être traité au marteau : cependant on peut s’en servir à différens usages, comme pour faire des plaques de cheminées, des chaudieres, &c. Mais pour lui donner la ductilité & la pureté qui conviennent, il faut le faire fondre à plusieurs reprises, & le frapper à grands coups de marteau ; c’est ce qu’on nomme affiner. Ce n’est qu’à force de forger le fer, qu’on lui donne de la ductilité, la tenacité & la douceur ; qualités qui lui sont nécessaires pour qu’il passe par les autres opérations de la forge. Voyez Forge, &c.

L’acier n’est autre chose qu’un fer très-pur, & dans lequel, par différens moyens, on a fait entrer le plus de phlogistique qu’il est possible. V. Acier, Trempe, &c. Ainsi pour convertir le fer en acier, il n’est question que d’augmenter le phlogistique qu’il contient déjà, en lui joignant, dans des vaisseaux fermés, des substances qui contiennent beaucoup de matiere grasse ; telles que de la corne, des poils, & d’autres substances animales ou végétales, fort chargées du principe inflammable. Voyez l’article Acier.

On a crû fort long-tems qu’on ne pouvoit employer que du charbon de bois pour l’exploitation des mines de fer, & que le charbon de terre n’y étoit point propre ; mais il n’y a pas long-tems qu’en Angleterre on a trouvé le moyen de se servir avec assez de succès du charbon de terre dans le traitement des mines de fer. Il faut pour cela qu’il ne contienne que très-peu, ou même point de parties sulphureuses, & beaucoup de matiere bitumineuse. Voyez Wright, dissert. de ferro, page 4.

Nous avons dit plus haut que le fer est si abondamment répandu dans le regne minéral, qu’il y a très-peu de terres & de pierres qui n’en contiennent une portion. C’est ici le lieu de rapporter la fameuse expérience de Becher. Ce chimiste prit de l’argille ou terre à potier ordinaire, dont on se sert pour faire les briques. Après l’avoir séchée & pulvérisée, il la mêla avec de l’huile de lin, & en forma des boules qu’il mit dans une cornue ; & ayant donné un degré de feu qui alloit en augmentant pendant quelques heures, l’huile passa à la distillation, & les boules resterent au fond de la cornue : elles étoient devenues noires. Après les avoir pulvérisées, tamisées & lavées, elles déposerent un sédiment noir, dont, après l’avoir séché, il tira du fer en poudre au moyen d’un aimant.

Cette expérience de Becher donna lieu à beaucoup d’autres, & l’on trouva que non-seulement l’argille, mais encore toutes les substances végétales, donnoient, après avoir été réduites en cendres, une certaine quantité d’une matiere attirable par l’aimant. C’est-là ce qui donna lieu à la fameuse question de M. Geoffroy, de l’académie royale des Sciences de Paris : s’il étoit possible de trouver des cendres des plantes sans fer ? sur quoi il s’éleva une dispute très-vive, pour savoir si le fer qu’on trouvoit dans les cendres des végétaux, y existoit réellement avant qu’elles eussent été brûlées ; ou si ce métal n’y avoit été formé que par l’incinération & la combustion du végétal.

M. Lemery le jeune soûtint le premier sentiment contre M. Geoffroy qui maintenoit le dernier, & la dispute dura pendant plusieurs années entre ces deux académiciens, comme on peut le voir dans les mémoires de l’académie royale des Sciences, des années 1704, 1705, 1706, 1707, 1708 & 1709, où l’on trouvera les raisons sur lesquelles chacun des adversaires établissoit son sentiment.

Ces deux avis ont eu chacun leurs partisans. M. Henckel, dans sa pyritologie, semble pencher pour celui de M. Lemery ; mais il trouve qu’il n’avoit pas toutes les connoissances nécessaires pour bien défendre sa cause. M. Neumann au contraire pense que le fer n’est composé que de deux principes ; savoir d’une terre propre à ce métal, qu’il appelle terre martiale, & du phlogistique ; & que c’est de la combinaison de ces deux principes que résulte le fer. Il se fonde sur ce qu’il seroit inutile de traiter à la forge la mine de fer la plus riche au plus grand feu, dont jamais on n’obtiendra du fer, si l’on n’y joint pas du phlogistique. Voyez la chimie de Neumann.

Quoi qu’il en soit, il est certain que le fer étant si généralement répandu dans le regne minéral, & ce métal étant disposé à se dissoudre & à être décomposé par tous les acides, par l’eau, & même par l’air, il n’est pas surprenant qu’il soit porté dans les végétaux, pour servir à leur accroissement & entrer dans leur composition. Il y a même lieu de croire que c’est le fer diversement modifié, qui est le principe des différentes couleurs que l’on y remarque. Cela posé, il n’y a pas non plus à s’étonner s’il se trouve du fer dans les cendres des substances animales ; il est aisé de voir qu’il a dû nécessairement passer dans le corps des animaux, au moyen des végétaux qui leur ont servi d’alimens. Des expériences réitérées prouvent ce que nous avançons. En effet, il se trouve plus ou moins de fer dans le sang de tous les animaux : c’est la chair & le sang des hommes qui en contiennent une plus grande quantité ; les quadrupedes, les poissons, & enfin les oiseaux, viennent ensuite. Il faut pour cela que les parties des animaux soient réduites en cendres, & alors on trouvera que dans les os & les graisses il n’y a point du tout de fer ; qu’il n’y en a que très-peu dans la chair, mais que le sang en contient beaucoup. Ces parties ferrugineuses ne se trouvent point dans la partie séreuse, mais dans les globules rouges, qui donnent la couleur & la consistence au sang. M. Menghini, savant Italien, a cherché à calculer la quantité de fer contenue dans chaque animal, & il a trouvé que deux onces de la partie rouge du sang humain donnoient vingt grains d’une cendre attirable par l’aimant ; d’où il conclut qu’en supposant qu’il y ait dans le corps d’un adulte 25 livres de sang, dont la moitié est rouge dans la plûpart des animaux, on doit y trouver 70 scrupules de particules de fer attirables par l’aimant.

M. Gesner, auteur d’un ouvrage allemand qui a pour titre, selecta physico-œconomica, tome I. p. 244. imprimé à Stutgard, rapporte ces expériences ; il y joint ses conjectures, qui sont que les particules de fer qui se trouvent dans le sang, doivent contribuer à sa chaleur, en ce qu’elles doivent s’échauffer par le frotement que le mouvement doit causer entr’elles ; & il insinue que ces phénomenes étant examinés avec soin, peuvent éclairer la Medecine, & jetter du jour sur le traitement des maladies inflammatoires : d’ailleurs on sait que les remedes martiaux excitent au commencement un mouvement de fievre dans ceux qui en font usage.

Le fer, suivant les meilleurs chimistes, est composé d’une portion considérable de phlogistique, du principe mercuriel ou métallique, & d’une grande quantité de terre grossiere ; à quoi quelques-uns ajoûtent qu’il entre un sel vitriolique dans sa composition. Nous allons examiner ce métal, eu égard aux substances dont la Chimie se sert pour le décomposer.

Le fer à l’air perd une partie de son phlogistique, ce qui fait qu’il se convertit en rouille, qui est une chaux martiale : sur quoi il faut observer que l’acier, qui, comme nous l’avons déjà remarqué, n’est que du fer très-chargé de phlogistique, ne se rouille pas si promptement à l’air que le fer ordinaire.

L’eau agit sur le fer ; mais, suivant M. Roüelle, ce n’est pas comme dissolvant : cependant elle le dégage de son phlogistique, & le change en rouille.

Quant aux différens effets du fer allié avec les autres substances métalliques, on n’a crû pouvoir mieux faire que de rapporter ici les expériences que M. Brandt, célebre chimiste suédois, a communiquées à l’académie de Stockolm, dont il est membre, dans un mémoire inséré dans le tome XIII. des mémoires de l’académie royale de Suede, année 1751, dont nous donnons ici l’extrait.

Le fer & l’or fondus en parties égales, donnent un alliage d’une couleur grise, un peu aigre, & attirable par l’aimant.

Parties égales de fer & d’argent donnent une composition dont la couleur est à peu de chose près aussi blanche que celle de l’argent ; mais elle est plus dure, quoiqu’assez ductile : elle est attirable par l’aimant.

Si on fait fondre une partie de fer avec deux parties d’étain, on aura une composition qui sera d’un gris obscur dans l’endroit de la fracture, malléable, & attirable par l’aimant.

Le cuivre s’unit avec le fer par la fusion, & acquiert par-là de la dureté. Cette composition est grise, aigre, & peu ductile : elle est attirable par l’aimant.

Une partie de fer & trois parties de plomb fondus à l’aide du flux noir & de la poussiere de charbon, donnent une composition qui ressemble à du plomb, & qui est attirable par l’aimant. On peut douter de cette expérience de M. Brandt.

Le fer peut être amalgamé avec le mercure, si pendant qu’on triture ensemble ces deux substances, on verse dessus une dissolution de vitriol ; mais l’union qui se fait pour lors n’est point durable, & le mercure au bout de quelque tems se sépare du fer, qui est réduit en rouille ou en saffran de Mars.

Parties égales de fer & de régule d’antimoine fondus ensemble, font une composition qui ressemble à du fer de gueuse, & qui n’est point attirable par l’aimant.

Le fer fondu avec l’arsenic & le flux noir, forme une composition semblable au fer de gueuse, qui n’est point attirable par l’aimant.

Le régule du cobalt s’unit avec le fer, sans qu’il arrive aucun déchet de leur poids. Quand la fusion s’opere à l’aide d’un alkali & d’une matiere inflammable, la composition qui en résulte est attirable par l’aimant.

Le fer & le bismuth s’unissent par la fusion, & le tout qui s’est formé est attirable par l’aimant.

Le fer & le zinc ne peuvent point former d’union, parce que le zinc se brûle & se dissipe à un degré de chaleur aussi violent que celui qu’il faut pour mettre le fer en fusion.

Le fer seul exposé à la flamme, se réduit en une chaux ou safran de Mars ; phénomene qui n’arrive point dans les vaisseaux fermés, quelle que fût la violence du feu : pour lors ce métal ne fait que se purifier & se perfectionner.

Le fer se dissout avec une effervescence considérable dans l’acide nitreux ; mais lorsque cet acide est très-concentré, la dissolution n’est jamais claire & transparente. Quand on veut qu’elle soit claire, il faut affoiblir l’acide nitreux avec une grande quantité d’eau, & n’y mettre qu’un peu de fer. C’est un moyen d’avoir de l’esprit de nitre fumant, très-fort, que de le distiller sur du fer.

L’acide du sel marin dissout le fer aussi-bien que l’acide végétal. L’eau régale, soit qu’elle ait été faite avec du sel ammoniac, soit avec du sel marin, agit aussi sur le fer.

L’acide vitriolique dissout le fer, & forme avec lui un sel que l’on nomme vitriol ; mais pour que la dissolution se fasse promptement, il faut que l’acide vitriolique ne soit pas concentré. Pendant que cette dissolution s’opere, il s’en dégage des vapeurs qui s’enflamment avec explosion. La même chose arrive avec l’acide du sel marin.

Le fer, quand il a été mis dans l’état de chaux métallique, n’est plus soluble, ni dans l’acide nitreux, ni dans l’acide végétal : celui du sel marin agit un peu sur la chaux martiale, & la dissolution devient d’un rouge très-vif : celle qui se fait dans l’acide vitriolique, est verte.

Parties égales de limaille de fer & de nitre triturées ensemble, s’enflamment & détonnent quand on met ce mélange dans un creuset rougi : par-là le fer est mis dans l’état de chaux ; phénomene qui prouve évidemment que le fer contient du phlogistique. Cette vérité est encore confirmée par l’expérience que rapporte M. Brandt, qui dit que lorsque pour dégager l’argent du plomb on se sert d’un têt ou d’une grande coupelle entourée d’un cercle de fer, la litharge ou le verre de plomb qui se fait dans cette opération, se réduit en plomb, lorsqu’il vient à toucher le cercle de fer qui entoure la coupelle.

On peut encore ajoûter une expérience qui prouve cette vérité : c’est qu’on peut enlever à du fer son phlogistique, pour le faire passer dans d’autre fer. C’est ainsi qu’en trempant une barre de fer dans du fer de gueuse en fusion, la barre se change en acier.

Le fer mêlé avec du soufre, & mis à rougir dans les vaisseaux fermés, se change en une chaux métallique ou en safran de Mars ; mais si l’on applique du soufre à du fer qui a été rougi jusqu’à blancheur ou jusqu’au point de la soudure, le fer & le soufre se combinent, & forment une union semblable à celle qu’ils font dans la pyrite martiale, & le corps qui en résulte se décompose à l’air & y tombe en efflorescence, comme cela arrive à quelques pyrites.

Si l’on triture une chaux martiale, eu de la mine de fer qui a été grillée avec du sel ammoniac, le tout devient susceptible de la sublimation.

Le tore de soufre, le sel de Glauber, le sel de duobus, & les autres sels formés par l’union de l’alkali fixe & de l’acide vitriolique, dissolvent le fer, comme les autres métaux, à l’aide de la fusion, & forment des sels avec lui, sur-tout si l’on joint aux deux derniers sels une quantité suffisante de matiere inflammable.

Lorsque le fer est dans l’état d’une chaux métallique, ou de ce qu’on nomme safran de Mars, il entre aisément en fusion avec les matieres vitrifiables ; c’est ce qui fait que l’on peut s’en servir avec succès dans les émaux, la peinture sur la porcelaine & sur la fayence, &c.

Un phénomene digne d’attention, que nous devons à M. Brandt, c’est que les chaux martiales mêlées avec des matieres vitrifiables, demandent un degré de feu moins violent pour être vitrifiées, que celui qu’elles exigent pour être réduites, c’est-à dire remises dans l’état métallique, tandis que les autres métaux demandent un feu plus fort pour leur vitrification que pour leur réduction : sur quoi ce savant chimiste observe qu’il est important de faire attention à cette propriété du fer dans le traitement de ce métal, & lorsqu’il est question de le séparer d’avec les métaux parfaits.

Ni la mine de fer, après qu’elle a été grillée, ni la pierre à chaux, traitées séparément dans un creuset couvert au fourneau de fusion, ne se changent en verre, quand même on donneroit un feu très-violent pendant une demi-heure ; mais si on mêle ensemble ces deux substances en parties égales, en donnant le même degré de feu, en beaucoup moins de tems elles seront entierement vitrifiées, & changées en un verre noir. M. Brandt ajoûte que si l’on joint du spath fusible à la pierre calcaire, la vitrification se fera encore plus promptement.

Il y a du fer qui a la propriété d’être cassant lorsqu’il est froid : c’est à l’arsenic que M. Brandt attribue cette mauvaise qualité. En effet, comme on l’a déjà remarqué, ce demi-métal s’unit très-intimement avec le fer par la fusion, desorte qu’il est ensuite très difficile de l’en séparer. Ce qui prouve le sentiment de M. Brandt, c’est que le fer cassant à froid est très fusible, & que de toutes les substances minérales il n’y en a point qui facilite plus la fusion que l’arsenic. Le moyen le plus sûr de prévenir cette union du fer & de l’arsenic, c’est de griller soigneusement la mine avant que de la faire fondre ; car il est plus facile de faire partir ainsi la partie arsénicale, qu’à l’aide des additions, telles que les alkalis, les pierres calcaires, le soufre, &c. d’autant plus que l’arsenic s’en va en fumée quand il ne rencontre point de substance à laquelle il s’attache & qu’il mette en fusion. Pour que ce grillage soit plus exact, M. Brandt conseille de mêler du charbon pilé grossierement, avec la mine qu’on veut griller, afin que la chaleur soit assez forte pour en expulser la plus grande partie de l’arsenic.

Quant à la propriété que le fer a quelquefois de se casser quand il est rougi, M. Brandt l’attribue à l’acide du soufre, qui n’en a pas été suffisamment dégagé par le grillage : c’est aussi la raison pourquoi le fer de cette espece est plus difficile à mettre en fusion. Pour remédier à cet inconvénient, il faut faire essuyer au fer un grand feu dans les premieres opérations ; & pour que la masse de fer fondu soit mieux pénétrée dans le fourneau, il faut faire ensorte que le sol n’en soit point trop profond. Voyez les mémoires de l’académie royale des Sciences de Suede, vol. XIII. année 1751.

Le fer exposé au miroir ardent, se vitrifie, & se change en un verre qui ressemble à de la poix résine.

Si l’on mêle ensemble partie égale de limaille de fer & de soufre en poudre, & qu’on les humecte avec de l’eau, au bout de quelque tems il part des vapeurs & fumées de ce mélange, qui à la fin s’enflamme. M. Lemery, à qui on doit cette expérience, prétend expliquer par-là la formation des volcans & des embrasemens soûterreins.

Personne n’ignore qu’un caillou frappé avec du fer, donne des étincelles. Quoique cette expérience soit très-commune, elle présente un phénomene très-digne de remarque. En effet, le fer est de tous les métaux le plus difficile à faire entrer en fusion ; cependant dans l’expérience dont il s’agit, il y entre en un clin-d’œil, puisque chaque étincelle qui part, n’est autre chose que du fer fondu & réduit en une scorie, comme on peut s’en assûrer à l’aide du microscope. Voyez Feu.

Le fer a plus de disposition à s’unir avec le soufre, que les autres substances métalliques ; c’est pourquoi on peut s’en servir pour les dégager de leur soufre. C’est cette propriété du fer qui a donné lieu à la phrase dont se servent les métallurgistes allemands, qui disent que le fer est le maître dans le fourneau.

Si la seule utilité décidoit du prix des choses, il est certain que le fer devroit être regardé comme le plus précieux des métaux ; il n’y a point de profession, d’art ou de métier dans lesquels on n’en ait un besoin indispensable, & il faudroit des volumes pour indiquer seulement ses différens usages : tout le monde sait que la Medecine en tire des avantages très réels dans un grand nombre de maladies, on les trouvera à l’article Remedes Martiaux. (—)

Fer cassant à froid ; il se connoît en ce qu’il a le grain gros & clair à la cassure, comme l’étain de glace. Quand on manie la barre, on le trouve rude à la main ; il est tendre au feu ; il ne peut endurer une grande chaleur sans se brûler. Il y a de ces sortes de fers qui deviennent plus cassans en les forgeant, & ne peuvent être ni dressés ni tournés à froid.

Fer doux. Le fer doux se connoît à la cassure, qui doit être noire tout-en-travers de la barre : alors il est malléable à froid, & tendre à la lime ; mais il est plus sujet à être cendreux, c’est-à-dire moins clair & moins luisant après qu’il est poli ; il s’y trouve des taches grises : ce n’est pas qu’il ne se trouve des barres de ce fer qui n’ont point ces défauts.

Il y a d’autres fers qui à la cassure paroissent gris, noirs, & tirant sur le blanc, qui sont beaucoup plus roides que le précédent ; ils sont très-bons pour les Maréchaux, les Serruriers, les Taillandiers, & en général tous les ouvriers en gros ouvrages noirs ; car à la lime on lui remarque des grains qu’on ne peut emporter.

Il y a d’autres fers mêlés à la cassure ; ils ont une partie blanche, & l’autre grise ou noire ; le grain en est un peu plus gros qu’aux fers ci-dessus ; ils sont réputés les meilleurs ; ils se forgent facilement ; ils se liment bien prenant un beau poli, & ne sont sujets ni à des grains, ni à des cendrures, parce qu’ils s’affinent à mesure qu’on les travaille.

Il y a une autre sorte de fer qui a le grain fort petit, comme l’acier ; il est pliant à froid, & bouillant à la forge ; ce qui le rend difficile à forger & à limer. Il est bon pour les outils & les travaux de la terre.

Fer rouverain, il se connoît à des gerçures ou découpures qu’on voit traverser les quarrés des barres ; il est pliant, malléable à froid, & cassant à chaud ; il rend une odeur de soufre à la forge ; si on le frappe, il en sort des étincelles semblables à de petites flammes en étoiles. Quand on le chauffe un peu plus blanc que couleur de cerise rouge, il s’ouvre à chaud, & quelquefois presque tout en-travers de la barre, sur-tout lorsqu’on le bat, ou qu’on le ploye. Il est sujet à avoir des pailles & des grains : c’est le défaut du fer d’Espagne.

Les vieux fers qui ont été exposés long-tems à l’air, sont sujets à devenir rouverains.

Fleur de Fer, voyez Flos Martis.

Fer, (Marque des Fers.) droit domanial de la couronne, faisant partie de la ferme générale des aides, consistant au dixieme qui se devoit prendre sur tout ce qui se tiroit des mines & minieres du royaume, dont Charles VI. ordonna la levée à son profit par lettres patentes du 30 Mai 1413, comme lui appartenant de plein droit en qualité de roi, & non aux seigneurs qui le prétendoient.

Il fut rendu par la suite plusieurs édits & arrêts, pour créer divers officiers, remédier aux abus, & empêcher les inconvéniens qui n’arrivoient que trop fréquemment par la rupture des ouvrages. En 1602, la charge le sur-intendant des mines fut créée en faveur de Roger de Bellegarde, & Beringhen en eut le contrôle général. Le meilleur moyen qui fut employé, fut de rétablir l’usage du fer doux, & de ne permettre celui du fer aigre qu’aux ouvrages dont la rupture ne pouvoit causer aucun accident ; il fut créé à cette occasion de nouveaux officiers, pour connoître, marquer, & distinguer le fer doux d’avec le fer aigre ; il fut attribué à tous ces officiers divers droits. En 1628, le fer mis en œuvre & apporté des pays étrangers, fut déclaré sujet, ainsi que celui des forges du royaume, & assujettis à être conduits & déchargés aux bureaux pour y payer les droits.

La quincaillerie étant un composé de fer & d’acier, fut déclarée sujette en 1636.

La mine de fer est sujette auxdits droits, sauf l’évaluation que l’on a fixée au quart ; & s’il est réduit en quintal de gueuses, il paye comme fer parfait, parce que les fontes ne sont plus sujettes à aucun déchet. Ces droits sont fixés par l’ordonnance de 1680, sur le fait des aides & entrées, à raison de 13 sous 6 den. par quintal de fer, 18 sous par quintal de quincaillerie grosse & menue, 20 sous par quintal d’acier, & 3 sous 4 den. par quintal de mine de fer, sur le pié de 100 l. poids de marc par quintal, pour distinguer le poids de forges qui est beaucoup plus fort.

Il n’y a nulle exemption de ces droits, ni aucun privilége ; les fermiers du domaine, les propriétaires des forges de quelque qualité qu’ils soient, même les ecclésiastiques pour celles qui sont du temporel de leurs bénéfices, encore qu’ils les fassent valoir par les mains de leurs domestiques, tous indistinctement y sont assujettis. Les boulets de canon, bombes, & grenades, quoique pour le service de S. M. y ont été déclarés sujets.

Ces droits font partie de la ferme générale, & sont soûfermés pour tout le royaume à une seule compagnie. Les baux sont de six ans, comme ceux des autres droits d’aides. La régie est la même. Cet article est de M. Dufour.

* Fer-blanc. M. Colbert appella en France les premiers manufacturiers en fer blanc qu’on y ait vûs. Les uns s’établirent à Chenesey en Franche-Comté, les autres à Beaumont-la-Ferriere en Nivernois, mais ces ouvriers précieux ne trouvant pour les soûtenir ni une intelligence ni une protection telles que celles qui les avoient attirés, n’eurent aucun succès, & se retirerent. Il s’en éleva une manufacture à Strasbourg sur la fin de la régence. Il y a actuellement quatre manufactures de fer-blanc en France : 1° celle de Mansvaux en Alsace, établie il y a quarante-deux ans : 2° celle de Bain en Lorraine, établie en 1733, sur des lettres-patentes du duc François III. confirmées en 1745 par le roi Stanislas de Pologne : 3° celle de Moramber en Franche-Comté, établie depuis cinq années : 4° une établie depuis trois ans à une lieue de Nevers. On y porte le fer en petits barreaux : le meilleur est celui qui s’étend facilement, qui est ductile & doux, & qui se forge bien à-froid ; mais il ne faut pas qu’il ait ces qualités avec excès. On le chauffe en A ; on l’applatit d’abord un peu en B, & dès le premier voyage sous le gros marteau C, on le coupe en petits morceaux qu’on appelle semelles. La semelle peut fournir deux feuilles de fer-blanc, d d d. On chauffe ces morceaux jusqu’à étinceler violemment, dans l’espece de forge A ; on les applatit grossierement. On rechauffe une troisieme fois, & on les étend sous le même gros marteau C, jusqu’à doubler à-peu-près leurs dimensions ; puis on les plie en deux, suivant la longueur. On les trempe dans une eau trouble qui contient une terre fabuleuse, à laquelle il seroit peut-être très-à-propos d’ajoûter du charbon en poudre, les semelles en seroient moins brûlées. L’effet de cette immersion est d’empêcher les plis de souder. Quand on a une grande quantité de ces feuilles pliées en deux, on les transporte à la forge S ; on les y range à côté les unes des autres verticalement, sur deux barres de fer qui les tiennent élevées, & l’on en forme une file plus ou moins grande, selon leur épaisseur : on appelle cette fille, une trousse. Un levier de fer qu’on leve ou qu’on abaisse quand il en est tems, sert à tenir la trousse serrée : on met ensuite dessous & dessus du plus gros charbon, & l’on chauffe. Quand on s’apperçoit que la file est bien rouge, un ouvrier prend un paquet ou une trousse de quarante de ces feuilles doubles, & le porte sous le marteau. Ce second marteau est plus gros que le précédent ; il pese 700, & n’est point acéré. Là ce paquet est battu jusqu’à ce que les feuilles ayent acquis à-peu-près leur dimension ; mais il faut observer que les feuilles extérieures, celles qui touchent immédiatement à l’enclume & au marteau, ne s’étendent pas autant que celles qui sont renfermées entr’elles, celles-ci conservant la chaleur plus long-tems, & cedant par conséquent aux coups plûtôt & plus long-tems.

Après cette premiere façon, parmi ces feuilles on en entre-larde quelques-unes qui dans le travail précédent n’avoient pas été assez étendues ; puis on fait la même opération sur tous les paquets ou trousses. On remet au feu chaque paquet entre-lardé, on chauffe. Quand le tout est assez chaud, on retire les feuilles du feu par paquets d’environ cent feuilles chacun. On divise un paquet en deux parties égales, & l’on applique ces deux parties de maniere que ce qui étoit en-dedans se trouve en-dehors. On les porte en cet état sous le gros marteau, on bat, on épuise la trousse : on entre-larde encore des feuilles de rebut, on remet au feu, on retire du feu : on divise encore en deux parties chaque paquet, remettant le dedans en-dehors, & l’on bat pour la troisieme fois sous le marteau. Il faut observer que dans les deux dernieres opérations on ne remet plus en trousse, on se contente seulement de rechauffer par paquet. Dans la succession de ce travail, chaque feuille a eu un côté tourné vers le dedans de la trousse ou du paquet, & un côté tourné vers le marteau, & exposé à l’action immédiate du feu. Ce dernier côté a nécessairement été mieux plané que l’autre, plus net, moins chargé de crasse ; ce qui produit aussi quelque inégalité dans le succès de l’étamage.

Tandis qu’on forme une nouvelle trousse dans la forge A, & que des feuilles s’y préparent à être mises dans l’état où nous avons conduit celles-ci, les mêmes ouvriers rognent ; ils se servent pour cet effet d’une cisaille, & d’un chassis qui détermine l’étendue de la feuille. Chaque feuille est rognée séparément. Quand les feuilles sont rognées & équarries, opération dans laquelle chaque feuille pliée se trouve coupée en deux, la cisaille emportant le pli, on prend toutes ces feuilles, on en forme des piles sur deux grosses barres de fer rouge qu’on met à terre ; on contient ces piles par une ou deux autres grosses barres de fer rouges qu’on pose dessus.

Cependant les feuilles de la trousse en travail, du paquet qui suit, s’avancent jusqu’à l’état d’être équarries ; mais dans la chaude qui précede immédiatement leur équarrissage, on divise chaque paquet en deux, & l’on met entre ces deux portions égales de feuilles non-équarries, une certaine quantité de feuilles équarries : on porte le tout sous le gros marteau ; on bat, & les feuilles équarries reçoivent ainsi leur dernier poli. Après cette opération, les feuilles équarries des paquets iront à la cave, & les non-équarries, à la cisaille.

De ces feuilles prêtes à aller à la cave, les unes sont gardées en tôle, ce sont les moins parfaites ; les autres sont destinées à être mises en fer blanc. Avant que de les y porter, on les décape grossierement au grès, puis elles descendent à la cave ou étuve, où elles sont mises dans des tonneaux pleins d’eaux sûres, c’est-à-dire dans un mélange d’eau & de farine de seigle, à laquelle on a excité une fermentation acéteuse, par l’action d’une grande chaleur répandue & entretenue par des fourneaux F dans ces caves, où il put fort, & où il fait très-chaud. C’est-là qu’elles achevent de se décaper, c’est-à-dire que la crasse de forge qui les couvre encore, en est tout-à-fait enlevée. Peut-être feroit-on bien d’enlever en partie cette crasse des feuilles avant que de les mettre dans l’eau sûre ; cette eau en agiroit sûrement d’autant mieux. Les feuilles passent trois fois vingt-quatre heures dans ces eaux, où on les tourne & retourne de tems en tems, pour les exposer à l’action du fluide en tout sens ; puis on les retire, & on les donne à des femmes G, qui se servent pour cet effet de sable, d’eau, de liége, & d’un chiffon : cela s’appelle blanchir, & les ouvriers & ouvrieres occupés à ce travail, blanchisseurs. Après l’écurage ou blanchiment des feuilles, on les jette à l’eau pour les préserver de la grosse rouille ; la rouille fine qui s’y forme, tombe d’elle-même : c’est de-là qu’elles passent à l’étamage.

L’attelier d’étamage E consiste en une chaudiere de fer fondu, E, placée dans le milieu d’une espece de table de plaques de fer inclinées legerement vers la chaudiere qu’elles continuent proprement. Cette chaudiere a beaucoup plus de profondeur que n’a de hauteur la feuille qui s’y plonge toûjours verticalement, & jamais à plat ; elle contient 1500 à 2000 d’étain. Dans le massif qui soûtient ceci, est pratiqué un four, comme de boulanger, dont la cheminée est sur la gueule, & qui n’a d’autre ouverture que cette gueule, qui est opposée au côté de l’étameur. Ce four se chauffe avec du bois.

L’étamage doit commencer à six heures du matin. La veille de ce jour, l’étameur met son étain à fondre en F à dix heures du soir ; il fait feu, son étain est bientôt fondu : il le laisse six heures en fusion, puis il y introduit l’arcane, qu’on ignore ; il est à présumer que c’est du cuivre, & ce soupçon est fondé sur ce que la chose qu’on ajoûte doit servir à la soudure : or le cuivre peut avoir cette qualité, puisqu’il est d’une fusibilité moyenne entre le fer & l’étain. Peut-être faudroit-il employer celui qui a été enlevé des vaisseaux de cuivre étamés, & qui a déjà avec lui une partie d’étain. Il ne faut ni trop ni trop peu d’arcane. L’arcane est en si petite quantité dans l’étain, qu’en enlevant l’étamage d’un grand nombre de plaques de fer étamées, & faisant l’essai de cet étain, on ne peut rendre l’addition sensible : il faut donc très-peu d’addition. Nous pouvons assûrer que c’est un alliage ; mais s’il en faut peu, il ne faut non plus ni trop ni trop peu de feu. Mais ces choses ne se décrivent point, & font l’ouvrier ; elles consistent dans un degré qui ne s’apprécie que par l’usage.

On fait fondre l’étain sous un tectum de suif de quatre à cinq pouces d’épaisseur, parce que l’étain fondu se calcine facilement quand il est en fusion, & qu’il a communication avec l’air. Cette précaution empêche la communication, & peut même réduire quelque petite portion d’étain qui pourroit se calciner ; secret que n’ignorent point les fondeurs de cuilleres d’étain. Ils savent bien que la prétendue crasse qui se forme à la surface de l’étain qu’ils fondent, est une véritable chaux d’étain qu’ils pourront réduire en la fondant avec du suif ou autre matiere grasse. Ce tectum de suif est de suif brûlé, & c’est-là ce qui lui donne sa couleur noire.

Dès les six heures du matin, lorsque l’étain a le degré de chaleur convenable (car s’il n’est pas assez chaud, il ne s’attache point au fer ; trop chaud, l’étamage est trop mince & inégal), on commence à travailler. On trempe dans l’étain, en F, les feuilles retirées de l’eau ; l’ouvrier les jette ensuite à côté, sans s’embarrasser de les séparer les unes des autres, & en effet elles sont presque toutes prises ensemble. Ce premier travail fait sur toutes les feuilles, l’ouvrier en reprend une partie qu’il trempe toutes ensemble dans son étain fondu : il les y tourne, retourne en tout sens, divisant, soûdivisant son paquet sans le sortir de la chaudiere ; puis il les prend une à une, & les trempe séparément dans un espace séparé par une plaque de fer qui forme dans la chaudiere même un retranchement. Il les tire donc de la grande partie de la chaudiere, pour les plonger une à une dans ce retranchement. Cela fait, il les met à égoutter sur deux petites barres de fer assemblées parallelement, & hérissées d’autres petites barres de fer fixées perpendiculairement sur chacune, comme en n. Les feuilles sont placées sur les barres de fer paralleles qui les soûtiennent, & entre les barres verticales qui les conservent verticales.

Une petite fille o prend chaque feuille de dessus l’égouttoir ; & s’il y a de petites places qui n’ayent pas pris l’étain, elle les racle fortement avec une espece de gratoir, & les remet à côté de l’attelier, d’où elles retourneront à l’étamage. Quant à celles qui sont parfaites, elles sont distribuées à des filles qui avec de la siûre de bois & de la mousse, les frotent long-tems pour les dégraisser ; après quoi il ne s’agit plus que d’emporter une espece de lisiere ou reborde qui s’est formé à l’un des côtés de la feuille tandis qu’on les mettoit à égoutter. Pour cet effet on trempe exactement ce rebord dans l’étain fondu, en q. Il y a un point à observer, c’est qu’il ne faut tremper ni trop ni trop peu long-tems, sans quoi un des étains, en coulant, feroit couler l’autre, & la plaque resteroit noire & imparfaite. Les défauts principaux de cette lisiere sont de se calciner, ronger, détruire, sur-tout dans les ouvrages qui doivent souffrir le feu, où elle ne devroit jamais se trouver. Après cette immersion, un ouvrier frote fortement des deux côtés l’endroit trempé, avec de la mousse, emporte l’étain superflu, & les feuilles sont faites.

On fait des plaques de différentes largeur, longueur & épaisseur : les ouvriers disent que le profit est immense. La fabrique est à Mansvaux, en Alsace.

p, chaudiere où l’on fait fondre le suif. q, fourneau d’étain fondu pour les rebords.

Fer a cheval, ferrum equinum, genre de plante à fleurs papilionacées. Il sort du calice un pistil qui devient dans la suite une silique applatie, composée de plusieurs pieces courbées en forme de croissant, ou de fer à cheval. Cette silique renferme des semences qui ont la même forme. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Les Botanistes comptent trois especes générales de fer à cheval, & la plus commune, ou la germanique, qui se trouve dans les boutiques, est mise au rang des plantes astringentes ; elle vient dans les terres à marne, fleurit en Juin & Juillet, & perfectionne sa semence en Août & Septembre.

Il seroit aisé de multiplier le fer à cheval, en semant ses graines au mois de Mars dans un terrein sec, sans les porter ailleurs ; car elles ne souffrent pas la transplantation : alors il faudroit les espacer à un grand pié de distance, parce que cette plante trace sur le terrein, & couvre cet espace en s’étendant. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Fer, (Age de) Myth. L’âge de fer est le dernier des quatre âges que les Poëtes ont imaginé. Je m’exprime mal, cet âge n’est point le fruit de leur imagination, c’est le tableau du spectacle de la nature humaine. Voici comme Dryden le dépeint.

Hard steel succeeded then,
And stubborn as the metal, were the men.
Truth, modesty, and shame, the world forsook ;
Fraud, avarice, and force, their places took ;
Then land-marks limited to cach his right,
For all before was common as the light :
Nor was the ground alone requir’d to bear
Her annual income to the crooked share :
But greedy mortals, rummaging her store,
Dig’d from her entrails first the precious ore ;
Which next to hell the prudent gods had laid,
And that alluring ill to sight display’d :
And double death did wretched men invade
By steel assaulted, and by gold betray’d.
Now brandish’d weapons glitt, ring in their hands,
Mankind is broken loose from mortal bands.
No rights of hospitality remain ;

The guest, by him that harbour’d him, is slain :
The son-in laws pursues the father’s life ;
The wife her husband murthers, he the wife ;
The stepdame poison for the son prepares ;
The son enquires into his father’s years :
Faith flies, and Piety in exile mourns :
And justice, here oppress’d, to heav’n returns.

« L’âge de fer, digne de la race des mortels, vint à succéder ; alors la bonne-foi & la vérité bannies du monde, firent place à la violence, à la trahison, à l’insatiable avarice : rien ne resta de commun parmi les hommes que l’usage de la lumiere, qu’ils ne purent se ravir les uns aux autres. On fouilla dans les mines pour en tirer ces métaux, que la sagesse des dieux avoit enfoüis près du Tartare : l’or servit à trahir, & le fer à porter la mort & le carnage. L’hospitalité ne fut plus un asile assuré ; la paix ne régna que rarement entre les freres ; les enfans compterent les années de leur pere ; la cruelle marâtre employa le poison ; le mari attenta sur la vie de sa femme, la femme sur celle de son mari ; Astrée tout en larmes abandonna le séjour de la terre, qu’elle vit couverte de sang ; & la Piété desolée se retira dans le ciel ».

Je sens bien que j’affoiblis les images du poëte anglois, mais j’ai donné l’original. Voulez-vous, peut-être, quelque chose de mieux encore ? voyez la peinture qu’Hésiode a faite de cet âge de fer dans son poeme intitulé, Opera & Dies. Je ne dis rien de la peinture d’Ovide (Métamorph. lib. I.) ; elle est connue de tout le monde, & il semble s’y être surpassé lui-même. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Fer d’or, (Chevalier du) Hist. mod. Les chevaliers du fer d’or & écuyers du fer d’argent (car ils réunissoient ces deux titres), étoient une société de seize gentilshommes, en partie chevaliers, & en partie écuyers.

Cette société fut établie dans l’église de Notre-Dame de Paris en 1414, par Jean duc de Bourbon, qui s’y proposa, comme il le dit lui-même, d’acquérir de la gloire & les bonnes graces d’une dame qu’il servoit. Ceux qui entrerent dans cette société, se proposerent aussi de se rendre par-là recommandables à leurs maîtresses. On ne sauroit concevoir un plan plus extravagant d’actions de piété & de fureur romanesque, que celui qui fut imaginé par le duc de Bourbon.

Les chevaliers de sa société devoient porter, aussi bien que lui, à la jambe gauche, un fer d’or de prisonnier pendant à une chaîne ; les écuyers en devoient porter un semblable d’argent. Le duc de Bourbon eut soin d’unir étroitement tous les membres de son ordre ; & pour cet effet il leur fit promettre de l’accompagner, dans deux ans au plûtard, en Angleterre, pour s’y battre en l’honneur de leurs dames, armés de haches, de lances, d’épées, de poignards, ou même de bâtons, au choix des adversaires. Ils s’obligerent pareillement de faire peindre leurs armes dans la chapelle où ils firent ce vœu, qui est la chapelle de Notre-Dame de Grace, & d’y mettre un fer d’or semblable à celui qu’ils portoient, avec la seule différence qu’il seroit fait en chandelier, pour y brûler continuellement un cierge allumé jusqu’au jour du combat.

Ils réglerent encore qu’il y auroit tous les jours une messe en l’honneur de la Vierge, & que s’ils revenoient victorieux, chacun d’eux fonderoit une seconde messe, feroit brûler un cierge à perpetuité, & de plus se feroit représenter revêtu de sa cotte d’armes, avec toutes ses armes de combattant ; que si par malheur quelqu’un d’eux étoit tué, chacun des survivans, outre un service digne du mort, lui feroit dire dix-sept messes, où il assisteroit en habit de deuil.

Cette société pour comble d’extravagance, fut instituée au nom de la sainte Trinité & de saint Michel, & elle eut le succès qu’elle méritoit. Le duc de Bourbon alla véritablement en Angleterre, à-peu-près dans le tems qu’il avoit marqué ; mais il y alla en qualité de prisonnier de guerre, & il y mourut au bout de 19 ans sans avoir pu obtenir sa liberté. Voy. si vous êtes curieux de plus grands détails, l’histoire des ordres de chevalerie du P. Héliot, tom. VIII. ch. v. c’est-à-dire le recueil des folies de l’esprit humain en ce genre bisarre, depuis l’origine du Christianisme jusqu’au commencement de notre siecle. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Fer, en termes de Blason, se dit de plusieurs sortes de fers dont on charge les écus, tels que sont les fers de lame, de javelot, de pique, de fleche, & de cheval : ces derniers sont ordinairement représentés la pince en-haut ; & lorsque les places des clous sont d’une couleur ou d’un métal différens, on les blasonne cloüés. Voyez Cloué. Ménétr. & Trév.

Fer de fourchette, Croix à fer de fourchette, (Blason.) est une croix qui a à chacune de ses extrémités un fer recourbé, tel que celui dont les soldats se servent ordinairement pour attacher leurs mousquets. Elle differe de la croix fourchée, en ce que les extrémités de celle-ci sont recourbées en tournant ; au lieu que dans la premiere, la fourchette est placée au quarré de l’extrémité. Voyez-en la figure dans les Planches hérald. ou du Blason, fig. 20.

Fer de moulin, est une piece qui entre dans le Blason, & qu’on suppose représenter l’ancre de fer qui soûtient la meule d’un moulin ; il est représenté dans les Planc. hérald.

Fer (L’île de) Géog. L’île de Fer, autrement Ferro, ou comme les Espagnols à qui elle appartient la nomment, la isla de Hierro, est une île d’Afrique la plus occidentale des Canaries, d’environ sept lieues de long, six de large, & vingt-deux de tour. Elle n’est guere remarquable que parce que les géographes françois placent leur premier méridien à l’extrémité occidentale de cette île, par ordonnance de. Louis XIII. Les Hollandois placent le leur d’ordinaire au pié de l’île Ténériffe, l’une des Canaries. Le P. Riccioli met le sien à l’île de Palma : il est fâcheux qu’on ne soit pas généralement convenu de prendre le même méridien, quoiqu’on remédie à cette diversité par une conciliation des divers méridiens. Voyez Méridien. L’île de Fer est à environ dix-huit lieues de Ténériffe. Sa différence du méridien de Paris, est, suivant M. Cassini, 1 heu. 19′ 26″. Sa latitude 27d 47′ 51″.

Fer a cheval, (Architect.) terrasse circulaire à deux rampes en pente douce, comme celles du bout du jardin du palais des Tuileries, & du parterre de Latone à Versailles : toutes deux du dessein de M. le Nôtre. (P)

Fer a cheval, (Fortific.) c’est dans la Fortification un ouvrage de figure à-peu-près ronde ou ovale, formé d’un rempart & d’un parapet, qu’on construit quelquefois dans les environs d’une place de guerre, pour en empêcher l’accès à l’ennemi.

La figure de ces sortes d’ouvrages n’est point déterminée. On en construit aussi dans les places maritimes, à l’extrémité des jettées, ou dans les lieux où ils peuvent servir à défendre l’entrée du port aux vaisseaux ennemis. (Q)

Fer, (Marine.) on se sert de ce mot pour signifier grapin ou érisson. Il n’est guere en usage que sur les galeres, où l’on dit être sur le fer, pour dire être à l’ancre. (Z)

Fers d’arc-boutans, ou Boute dehors, (Marine.) ce sont des fers à trois pointes, qu’on met au bout d’un arc boutant avec un piton à grille. (Z)

Fer de chandelier de pierrier, (Marine.) c’est une bande de fer qui est troüée par le haut, & que l’on applique sur un chandelier de bois, par où passe le pivot du chandelier de fer, sur lequel le pierrier tourne. (Z)

Fer de pirouette, (Marine.) c’est une verge de fer qu’on met au bout du plus haut mât, où la giroüette est passée. (Z)

Fer, (Maréch.) on appelle de ce nom en général l’espece de semelle que l’on fixe par clous sous le pié du cheval, du mulet, &c. à l’effet d’en défendre l’ongle de l’usure & de la destruction, à laquelle il seroit exposé sans cette précaution.

Communément cette semelle est formée par une bande de ce métal. Cette bande applatie & plus ou moins large, est courbée sur son épaisseur, de maniere qu’elle représente un croissant alongé.

On peut y considérer deux faces & plusieurs parties. La face inférieure porte & repose directement sur le terrein. La face supérieure touche immediatement le dessous du fabot, dont le fer suit exactement le contour. La voûte est le champ compris entre la rive extérieure & la rive intérieure, à l’endroit où la courbure du fer est le plus sensible. On nomme ainsi cette partie, parce qu’ordinairement le fer est dans ce même lieu relevé plus ou moins en bateau. La pince répond précisément à la pince du pié ; les branches aux mammelles ou aux quartiers, elles regnent depuis la voûte jusqu’aux éponges ; les éponges répondent aux talons, & sont proprement les extrémités de chaque branche : enfin les trous dont le fer est percé pour livrer passage aux clous, & pour en noyer en partie la tête, sont ce que nous appellons étampures. Ces trous nous indiquent le pié auquel le fer est destiné ; les étampures d’un fer de devant étant placées en pince, & celles d’un fer de derriere en talon, & ces mêmes étampures étant toûjours plus maigres ou plus rapprochées du bord extérieur du fer, dans la branche qui doit garantir & couvrir le quartier de dedans.

Il seroit inutile de fixer & d’assigner ici des proportions, relativement à la construction de chacune des parties que je viens de désigner ; elles varient & doivent varier dans leur longueur, dans leur épaisseur, & dans leur contour, selon la disposition & la forme des différens piés auxquels le fer doit être adapté : j’observerai donc simplement & en général, qu’il doit être façonné de telle sorte, que la largeur des branches décroisse toûjours insensiblement jusqu’aux éponges ; que la face intérieure d’épaisseur diminue imperceptiblement de hauteur, depuis une éponge jusqu’à l’autre ; que la face extérieure s’accorde en hauteur avec elle à ces mêmes éponges, & dans tout le contour du fer, excepté la pince, où on lui on donne communément un peu plus ; que la face supérieure soit legerement concave, à commencer depuis la premiere étampure jusqu’à celle qui dans l’autre branche répond à celle-ci ; que la face inférieure de chaque branche reste dans le même plan ; que la partie antérieure du fer soit foiblement relevée en bateau ; que les éponges soient proportionnées au pié par leur longueur, &c.

Quant aux différentes especes de fer, il en est une multitude, & on peut les multiplier encore relativement aux différens besoins des piés des chevaux, & même des défectuosités de leurs membres ; mais je me contenterai de décrire ici celles qui sont les plus connues, & dont l’usage est le plus familier.

Fer ordinaire de devant, de derriere, du pié gauche & du pié droit. Le fer ordinaire n’est autre chose que celui dont l’ajusture est telle que je l’ai prescrit ci-dessus ; & ce que j’ai dit plus haut de l’étampure, suffit pour déterminer le pié pour lequel il a été forgé.

Fer couvert. On entend par couvert, celui qui par la largeur de ses branches, ainsi que de sa voûte, occupe une grande partie du dessous du pié.

Fer mi-couvert. Le fer mi-couvert est celui dont une seule des branches est plus large qu’à l’ordinaire.

Fer à l’angloise. On appelle fer à l’angloise, un fer absolument plat. Le champ en est tellement étroit, qu’il anticipe à peine sur la sole ; ses branches perdent de plus en plus de leur largeur, ainsi que de leur épaisseur, jusqu’aux éponges qui se terminent presque en pointe. Il n’y a que six étampures.

Autre espece de fer à l’angloise. Quelques-uns ont encore nommé ainsi un fer dont les branches augmentent intérieurement de largeur entre l’éponge & leur naissance. L’étampure n’en est point quarrée & séparée ; elle est pour chaque branche une rainure au fond de laquelle sont percés quatre trous : les têtes des clous dont on se sert alors ne se noyent dans cette rainure, que parce qu’elles ne débordent les lames que latéralement. Cette maniere d’étampure affoiblit le fer plus que l’étampure ordinaire, dont les interstices tiennent liées les rives que desunit la rainure.

Fer à pantoufle. Ce fer ne differe d’un fer ordinaire, qu’en ce que son épaisseur intérieure augmente uniformément depuis la voûte jusqu’aux éponges ; ensorte que le dessus de chaque branche présente un glacis incliné de dedans en-dehors, commençant à rien au milieu de cette même branche, & augmentant insensiblement jusqu’aux éponges.

Fer demi-pantoufle. Ce fer est proprement un fer ordinaire dont on a simplement tordu les branches, afin que la face supérieure imite le glacis des fers à pantoufle. Le point d’appui du pié sur ce fer est fixé à l’intérieur des branches, mais l’extérieur seul est chargé de tout le fardeau du corps ; de maniere que le fer peut plier, porter, ou entrer dans les talons, & rendre l’animal boiteux ; d’où l’on doit juger de la nécessité de n’en faire aucun usage dans la pratique.

Fer à lunette. Le fer à lunette est celui dont on a supprimé les éponges & une partie des branches.

Fer à demi-lunette. Dans celui-ci il n’est qu’une éponge, & une partie d’une seule des branches qui ayent été coupées.

Fer voûté. Le fer voûté est un fer plus couvert qu’à l’ordinaire, & dont la rive intérieure plus épaisse que l’extérieure, doit chercher la sole & la contraindre legerement. Nombre de maréchaux observent très-mal à-propos le contraire.

Fer geneté. On appelle ainsi celui dont les éponges sont courbées sur plat en contre-haut.

Fer à crampon On ajoûte quelquefois au fer ordinaire un ou deux, & même en quelque pays jusqu’à trois crampons. Le crampon est une sorte de crochet formé par le retour d’équerre en-dessous de l’extrémité prolongée, élargie, & fortifiée de l’éponge. Le fer à crampon est celui qui a un crampon placé à l’extrémité de la branche extérieure. On dit fer à deux crampons, si les branches portent chacune le leur ; & à trois crampons, si, outre ces deux premiers, il en part un de la pince en contre-bas.

Fer à pinçon. On tire dans de certains cas de la rive supérieure de la pince une petite griffe, que l’on rabat sur la pince du pié : c’est cette griffe que l’on appelle pinçon.

Fer à tous piés. Il en est de plusieurs sortes.

1°. Le fer à tous piés simple n’est différent d’un fer ordinaire, qu’en ce que ses deux branches sont plus larges, & qu’elles sont percées sur deux rangs d’étampures distribuées tout autour du fer. Pour que les trous percés sur ces deux rangs près l’un de l’autre, n’affoiblissent point le fer, le rang extérieur n’en contient que huit, & le rang intérieur sept, & chaque étampure d’un rang répond à l’espace qui sépare celles de l’antre.

2°. Le brisé a un seul rang. Les branches en sont réunies à la voûte par entaille, & sont mobiles sur un clou rond rivé dessus & dessous.

3°. Le brisé à deux rangs. Il est semblable à ce dernier par la brisure, & au premier par l’étampure.

4°. Le fer à tous piés sans étampures. Il est brisé en voûte comme les précédens ; & le long de sa rive extérieure s’éleve une espece de sertissure tirée de la piece, qui reçoit l’extrémité de l’ongle comme celle d’un chaton reçoit le biseau de la pierre dont il est la monture. L’une & l’autre éponge est terminée en empatement vertical, lequel est percé pour recevoir une aiguille à tête refendue, dont le bout est taillé en vis. Cette aiguille enfile librement ces empatemens, & reçoit en-dehors un écrou, au moyen duquel on serre le fer jusqu’à ce qu’il tienne fermement au pié. On peut avec le brochoir incliner plus ou moins la sertissure pour l’ajuster au sabot.

5°. Le fer à double brisure. Ses branches sont brisées comme la voûte de ces derniers, & leurs parties mobiles sont taillées sur champ & en-dedans de plusieurs crans, depuis le clou jusqu’aux éponges ; elles sont percées de trois étampures, dont deux sont au long de la rive extérieure, & la troisieme en-dedans & vis-à-vis l’espace qui les sépare. Un petit étrésillon de fer dont les bouts fourchus entrent & s’engagent dans les crans des branches mobiles, entr’ouvre de plus en plus le vuide du fer, à mesure qu’on l’engage dans les crans les plus éloignés des brisures : aussi ce fer est-il d’une grande ressource pour ouvrir les talons.

Fer à patin. Il en est aussi de plusieurs sortes.

La premiere espece présente un fer à trois crampons ; celui de la pince étant plus long que les autres. Comme ce fer n’est point destiné à un cheval qui doit cheminer, on se contente ordinairement de prolonger les éponges, & d’en enrouler les extrémités pour former les crampons de derriere, & l’on soude sur plat à la voûte une bande, qu’on enroule aussi en forme d’anneau jetté en-avant.

La seconde offre encore un fer ordinaire, sous lequel on soude quatre tiges, une à chaque éponge, & une à la naissance de chaque-branche : ces tiges sont égales & tirées des quatre angles d’une petite platine de fer quarré long, dont l’assiette est parallele à celle du fer à deux pouces de distance plus ou moins, & répond à la direction de l’appui du pié.

La troisieme enfin est un fer ordinaire de la pince, duquel on a tiré une lame de cinq ou six pouces de longueur, prolongée sur plat dans un plan parallele à celui de l’assiette du fer, & suivant sa ligne de foi. Cette lame est quelquefois terminée par un petit enroulement en-dessous.

Fer à la turque. Nous en connoissons aussi plusieurs especes.

Nous nommons ainsi 1°. un fer dont la branche intérieure dénuée d’étampure depuis la voute, augmente uniformément d’épaisseur en-dessous jusqu’à son extrémité, où elle se trouve portée jusqu’à environ neuf ou dix lignes, diminuant en même tems de largeur jusqu’au point d’en avoir à peine une ligne à l’éponge.

2°. Un autre fer sous le milieu de la branche intérieure, duquel s’éleve dans la longueur d’environ un pouce une sorte de bouton tiré de la piece, lequel n’en excede pas la largeur, & qui saillant de trois ou quatre lignes, est bombé seulement dans le sens de sa longueur. Sa largeur est partagée en deux éminences longitudinales par une cannelure peu profonde ; il n’est aucune étampure dans toute l’étendue de ce bouton, mais il en est une qui est portée en-arriere entre ce bouton & l’éponge.

3°. Il en est un troisieme dont il est rare que nous fassions usage. Ce fer n’est autre chose qu’une platine contournée pour le pié de l’animal, & percée dans son milieu d’un trou fort petit, eu égard au vuide des fers ordinaires.

Fer prolongé en pince. Nous ajoûtons aux piés des chevaux rampins un fer dont la pince déborde d’un pouce, plus ou moins, celle du sabot. Cet excédent est relevé en bateau par une courbure plus ou moins sensible.

Fers à mulet. Ces fers ne different de ceux qui sont destinés aux chevaux, qu’autant que la structure & la forme du pié de cet animal different de celles du pié du cheval. Le vuide en est moins large pour l’ordinaire ; les branches en sont plus longues, & débordent communément le sabot, &c.

On doit adapter souvent aux piés des mulets des fers de chevaux. Voyez Ferrure. Ceux qui sont dans la pratique particuliere à ces animaux, sont la planche & la florentine.

La planche est une large platine de figure à-peu-près ovalaire, ouverte d’un trou de la même forme, relatif aux proportions de la solle. La partie de cette platine qui fait office de la branche intérieure du fer ordinaire, n’est large qu’autant qu’il le faut pour saillir de quelques lignes hors du quartier. Celle qui recouvre & défend le talon est un peu plus large & déborde à proportion. La portion qui tient lieu de la branche extérieure, a encore plus de largeur ; son bord extérieur est relevé d’environ trois ou quatre lignes, par une courbure très-précipitée, dont la naissance n’est éloignée de la rive que d’environ quatre lignes. Cette courbure regne depuis le talon jusqu’à la pointe du fer. La partie antérieure qui s’étend au-delà de la pince d’environ trois pouces, est elle-même relevée en bateau par une courbure fort précipitée, qui commence dès le dessous de la pince de l’animal. Les étampures sont semblables à celle de fers ordinaires de derriere. Outre ces étampures, on perce encore deux trous plus larges, un de chaque côté de la pince & hors de son assiette, pour recevoir de forts clous à glace quand le cas le requiert.

Fer à la florentine. Ce fer est proprement une planche dont l’ouverture est telle, qu’elle le divise en deux branches, comme les fers ordinaires. L’extrémité des éponges en est legerement relevée : on y perce également des trous en pince pour les clous à glace. La bordure de ceux qu’on destine aux piés de derriere n’est pas relevée, & la courbure de la partie antérieure n’est point aussi précipitée. Les éponges prolongées à dessein sont rejettées en-dessous, & tordues de dehors en-dedans pour former des crampons, tels que ceux que l’on nomme à oreille de lievre ou de chat. Voyez Forger. Outre les deux trous percés pour les clous à glace, on en perce un troisieme, environ au milieu de la portion antérieure & relevée de ce fer pour le même usage. (e)

Fer à Lampas, (Maréchall.) tige de fer dont une extrémité portée par son applatissement à une largeur de cinq ou six lignes environ, est relevée pour former une sorte de crochet tranchant, & en sens croisé à la longueur de la tige. Voyez Feve. (e)

Fers a Cahiers, en terme d’Aiguilletier, sont des fers attachés au bout d’un petit ruban de fil, à l’usage des gens de pratique.

* Fers (ardoisieres), ce sont des instrumens qui servent dans les mines d’ardoise à en détacher des morceaux ; il y en a de grands & de moyens, Voyez ce que nous en avons dit à l’article Ardoise.

Fer a forger ou Fer a creuser, parmi les Batteurs d’or & autres ouvriers ; c’est une lame de fer courbée, assez semblable à un fer à cheval, que l’on met devant le creuset pour ralentir & modérer la chaleur, & rendre l’action du feu sur le creuset toûjours égale.

Fer a repasser, est un outil dont se servent les Blanchisseuses & autres ouvrieres, pour unir la surface du linge, des dentelles & des étoffes, & leur donner de la consistance au sortir du blanchissage. Le fer à repasser est quarré par le bas, & rond par la tête ; sa longueur est double de sa largeur : son épaisseur est ordinairement de quatre lignes, suivant la grandeur des fers : sa face doit être polie. A la partie opposée à cette face, est une poignée aussi de fer, & soudée sur ledit fer. Il y a des fers à repasser pour les Chapeliers ; ils ne different des précédens, qu’en ce qu’ils ont un pouce d’épaisseur, & sont presqu’aussi larges que longs, mais toûjours ronds par la tête. Pour faire un fer à repasser, le taillandier prend une barre de fer plat, qu’il courbe pour en former la table du fer à repasser, comme on le voit dans nos Planches. Cela fait, il coupe les angles du côté de la tête, il les arrondit ensuite ; il forge la poignée, il l’enleve & la tourne. Cette poignée est creuse, afin qu’elle ne prenne point trop de chaleur ; cela fait, il tourne les piés de la poignée. Cette partie est ordinairement de la longueur de la table du fer, & soudée dessus au milieu de la tête & du pié. On a représenté dans la Planche, un taillandier qui tient avec des tenailles un fer à repasser, pour le dresser sur une meule d’acier. Cette façon de dresser n’est pas usitée de tous les ouvriers : il y en a qui dressent les fers à la lime, & les finissent sur la meule de grès ; d’autres les finissent tout à la lime.

On voit ailleurs un autre compagnon qui polit un fer à repasser avec une arbalête. Pour appuyer plus fort l’arbalête contre le fer, on s’est servi d’un bâton d’épine ou d’érable, courbé en arc, comme à la manufacture des glaces. On appelle ce bâton ainsi courbé, fleche. Il y a des fers à repasser pointus.

Le fer à repasser en cage, est une espece de fer rond ou pointu, composé de la semelle sur laquelle est montée une cloison, comme la cloison d’une serrure, avec une couverture à charniere montée sur la cloison, & une poignée fixée sur la couverture. Au lieu de faire chauffer ce fer devant le feu, on met dans la cavité de ce fer un morceau de fer chaud. Voyez dans nos Planches de Taillanderie ce fer, son ouverture, sa semelle, sa cloison montée sur la semelle, la couverture garnie de sa poignée & charniere.

Fer a rouler, terme de Boutonnier, c’est une espece de poinçon long de trois pouces & demi ou quatre pouces, qui se termine en vis par la pointe. On se sert de cet instrument pour assujettir les moules, lorsqu’on veut travailler les boutons à l’aiguille. Pour cet effet on enfonce la pointe ou vis du poinçon dans le trou où le moule est percé au centre. Voyez la figure K, Pl. I. M représente le même fer à rouler, sur lequel est monté un moule de bouton. Les figures 1. & 2. de la vignette travaillent avec cet instrument, qui sert à tenir les moules de boutons pour les revêtir de soie ou de trait d’or & d’argent.

Fers, outils de Cartiers ; ce sont des especes de poinçons ou emporte-pieces, au bout desquels sont gravées les marques distinctives des cartes, comme le carreau, le cœur, le pique & le trefle. Ces fers, qui sont coupans par en bas, servent à marquer sur les patrons, les endroits où doivent être empreintes ces marques différentes. Voyez Emporte-piece.

Fer a souder, (Chauderonniers, Ferblantiers, & autres ouvriers.) Ils en ont de deux sortes, les uns pour l’étain, & les autres pour le cuivre : ces derniers sont de cuivre, & les autres de fer. Des uns & des autres il y en a de ronds & de quarrés : ceux-ci sont pour souder dans le milieu de la piece. Il y en a aussi de plats, pour souder dans la quarre des chauderons & autres ouvrages de cuivre. Ils sont presque tous sans manche de bois ; mais au lieu de moufflettes on les tient par une longue queue de fer. Leur longueur est depuis 12 jusqu’à 18 à 20 pouces. Le côté qui sert à souder, est un peu recourbé en croissant à ceux qui sont ronds : aux quarrés c’est un morceau de fer en forme de cube, d’environ 18 lignes, qui est rivé au bout de la queue.

Fer, terme de Corderie, est un morceau de fer plat, large de trois à quatre pouces, épais de deux lignes, long de deux piés & demi, solidement attaché dans une situation verticale à un poteau ou à une muraille par deux barreaux de fer soudés à ses extrémités ; enfin le bord intérieur du fer plat forme un tranchant mousse. Voyez les Planches de Corderie.

Le peigneur tient sa poignée de chanvre, comme s’il vouloit la passer sur le peigne, excepté qu’il prend dans sa main le gros bout, & qu’il laisse pendre le plus de chanvre qu’il lui est possible, afin de faire passer le milieu sur le tranchant du fer : tenant donc la poignée de chanvre, comme nous venons de le dire, il la passe dans le fer ; & retenant le petit bout de la main gauche, il appuie le chanvre sur le tranchant mousse du fer ; & tirant fortement de la main droite, le chanvre frote sur le tranchant ; ce qui étant répeté plusieurs fois, le chanvre a reçû la préparation qu’on vouloit lui donner, & on l’acheve en le pressant legerement sur le peigne à finir. Voyez l’article Corderie, & les figures.

Fers a découper, en terme de Découpeur, sont des emporte-pieces modelés selon le goût & la fantaisie, dont on se sert pour découper divers desseins sur les étoffes. Voyez les figures de la Planche du Découpeur, qui représentent ces sortes d’outils. On frappe sur la tête avec un maillet de bois, comme sur un ciseau, & le fer à découper tranche l’étoffe mise en plusieurs doubles sur une planche.

Fers a gauffrer, en terme de Découpeur, ce sont des planches de cuivre qu’on applique sur les étoffes, pour y imprimer les caracteres qui sont gravés sur ces fers. Voyez Planche du Découpeur, une épreuve de ce fer.

Fers a reparer, en terme de Doreur sur bois, est un terme général qui signifie tous les outils sans distinction, dont on se sert pour reparer les pieces déjà blanchies. Chacun de ces fers a son nom particulier ; l’un est une spatule, l’autre un fer à refendre ; celui-ci un fer à coups fins, celui-là un fer à gros coups. Voyez ces termes ci-après, & la figure 5. de la Planche du Doreur.

Fer a gros coups, en terme de Doreur sur bois, est un outil dont la tranche, moins fine que celle du fer à coups fins, prépare la piece, & la met en état d’être-achevée de reparer par ce dernier. Voyez les figures, Planche du Doreur.

Fer a coups Fins, en terme de Doreur, se dit d’un outil qui ne differe des autres qui sont nécessaires au reparage, que parce que sa tranche est fort petite, & qu’on s’en sert pour reparer en derniere façon. Voyez Planche du Doreur.

Fer a refendre, en terme de Doreur sur bois, est un outil dont la tranche se termine en demi-losange : il sert à dégager les coups de ciseau couverts par le blanc. Voyez la Planche du Doreur.

Fer quarré, en terme d’Eperonnier, est le nom d’un outil de fer dont la forme est quarrée, sur-tout vers sa pointe ; l’autre bout, plus large & presque plat, se replie plusieurs fois sur lui-même, ce qui lui sert de poignée. Son usage est de donner à des trous de la grandeur à discrétion. Voyez les figures de la Pl. de l’Eperonnier.

Fer a souder, outil de Ferblantier ; c’est un morceau de fer long d’un pié & demi, quarré, de la grosseur d’un doigt, qui est emmanché dans un morceau de bois de la longueur de trois à quatre pouces, rond, & gros à proportion. A côté & dans le bas de ce fer, est un œil dans lequel se rive un morceau de cuivre rouge, qui est de l’épaisseur d’environ deux lignes par en-bas ; & du côté où il est rivé, il est environ de la grosseur d’un pouce en quarré. Les Ferblantiers font chauffer cet outil, & posent leur soudure dessus les pieces à souder ; & la chaleur de ce fer faisant fondre la soudure, l’attache dessus le fer-blanc, & assujettit plusieurs pieces ensemble. Voyez les figures, Planche du Ferblantier.

Fer, en terme de Filassier ; c’est un instrument de fer attaché à un mur ou contre quelque chose de solide, dont le ventre large & obtus brise la filasse qu’on y frote, & en fait tomber les chenevottes qui y sont restées. Voyez Planche du Cordier.

Fer a souder, outil de Fontainier : cet instrument ne differe pas des fers à souder ordinaires.

Fer a fileter, outil de Gaînier ; c’est un petit morceau de fer plat, quarré, de la largeur d’un bon pouce, qui est arrondi par en-bas, & qui a une petite meche qui s’emmanche dans un morceau de bois de la longueur de deux pouces, & gros à proportion. Les Gaîniers s’en servent, après l’avoir fait chauffer, pour marquer des filets sur leurs ouvrages. Voyez la figure, Planche du Gaînier.

Fers, outils de Luthier ; il y en a de plusieurs sortes, & ils servent à divers usages.

Fer pour les éclisses des basses, bassons, violons, &c. c’est un fer d’une forme prismatique, dont la base est une ellipse. Ce prisme est terminé par un manche assez long. Voyez la figure 32. Planche XII. de Lutherie. Il sert à plier les éclisses des instrumens nommés ci-dessus.

Pour s’en servir, on le fait chauffer modérément ; on le pose ensuite horisontalement sur un établi de menuisier, ensorte que la partie prismatique déborde en-dehors : on l’assûre par le moyen d’un valet, dont la patte s’applique sur la tige qui forme le manche de cet instrument. On place ensuite les planches minces dont les éclisses doivent être faites, sur le corps de cet outil, & on les comprime pour les plier jusqu’à ce qu’elles ayent acquis la courbure requise, qu’elles conservent à cause de l’espece d’ustion dont le côté appliqué au fer, qui est le concave, a été affecté. On se sert du côté plat de cet outil, c’est-à-dire du côté où il est moins courbé, lorsqu’on veut plier les grands contours des éclisses ; & de l’autre côté, lorsqu’on veut plier de petits contours.

Fers ronds, Fers plats, outils de Luthier, représentés figures 26. 27. & 30. Pl. XII. de Lutherie ; ce sont des fers qui chauffés modérément, aident à recoller les fentes qui arrivent aux instrumens. Si on veut, par exemple, recoller ensemble les deux parties d’une table de violon, après avoir mis de la colle-forte entre les parties à rejoindre, on colle des deux côtés une bande de fort papier ; & se servant de l’un ou de l’autre des fers chauffés au degré convenable, selon que les parties planes ou concaves de la table l’exigent, & frotant legerement, on rechauffe la colle, que l’on parvient par ce moyen à faire sortir en partie d’entre les côtés de la fente, qui est d’autant mieux collée qu’il y reste moins de colle. D’ailleurs la chaleur communiquée au bois, en ouvre les pores, dans lesquels la pression de l’air force la colle rendue très-fluide, d’entrer : c’est la raison physique de toutes les soudures, dont le collage peut être regardé comme une espece. (D)

Fers crochus, (Marqueterie.) outils dont les Ebénistes se servent pour creuser dans les bois de leurs ouvrages, les places où les pênes de leurs serrures doivent se loger ; & aussi pour creuser les mortoises dans lesquelles les pattes des fiches des gonds des portes doivent entrer. Cet outil a deux tranchans A & D. Voyez la figure, Planche de Marqueterie. Le premier est tourné en-travers de la tige BC de l’outil, & l’autre, D, lui est parallele. On se sert de l’un ou l’autre, selon que l’ouvrage ou la commodité de l’ouvrier l’exige. Cet outil est poussé dans le bois au moyen des coups de marteau que l’on frappe sur les talons B & C ; & la tige sert comme de levier pour retirer le tranchant, lorsqu’il est engagé trop fortement dans le bois. (D)

Fers de Varlope, de demi-Varlope, Varlope a onglet, & de Rabot : ils ont tous la même forme, & se sont de même ; ils ne different que sur la largeur : ils sont à un biseau, comme les ciseaux du Menuisier. Pour les faire, l’ouvrier prend une barre de fer, la corroye, enleve un fer de varlope ou autre, comme on le démontre dans la Planche du Taillandier, où l’on voit l’acérure ou la mise d’acier ; ensuite il place l’acérure à la plece enlevée, il corroye les deux ensemble ; il repare & forme le biseau, desorte que l’acier soit du côté qui forme le tranchant. Voyez dans la même Planche un fer de varlope vû du côté du biseau.

Fer, (Menuiserie.) Donner du fer à une varlope, demi-varlope, rabot, & généralement à toutes sortes d’outils de Menuiserie, s’ils sont montés dans des futs ; c’est, lorsqu’ils ne mordent pas assez, frapper dessus la tête doucement pour les faire mordre davantage, en en faisant sortir le tranchant.

Fer, (à la Monnoie.) il se dit de l’exact équilibre du métal au poids lors de la pesée, comme une once d’or tenant un parfait équilibre avec le talon, les deux plateaux ne trébuchant point.

Fer a friser, (Perruquier.) est un instrument dont les Perruquiers se servent pour dessécher les cheveux renfermés dans des papillotes, & leur faire tenir la frisure. Cet instrument est une espece de pince dont les deux branches sont faites à-peu-près comme celles des ciseaux du côté des anneaux, & se terminent par deux plaques unies & disposées de maniere, que quand on ferme la pince, elles se servent l’une contre l’autre. On fait chauffer ce fer au feu ; & quand il est chaud, on pince les papillotes entre ces deux plaques. Voyez la Planche.

Fer a toupet, (Perruquier.) est une espece de pince dont les deux branches sont alongées, & construites de maniere que l’une est ronde comme un cylindre, & l’autre a une rainure creusée, & propre à recevoir la branche ronde. On s’en sert pour friser le toupet, ou les cheveux qui bordent le front : pour cet effet on le fait chauffer ; on pince entre les deux branches la pointe des cheveux, & on roule les cheveux autour du fer, de façon que la chaleur leur fait conserver le pli que le tortillement leur a imprimé avec le fer.

Fer rond a souder, de Plombier ; c’est un cône tronqué arrondi par la tête, avec une queue pour le prendre.

Fer pointu, quarré, à souder ; il a la forme pyramidale.

Fer rond, pointu, à souder, des Vitriers ; il a la forme de la pointe d’un œuf, sa queue est plus longue qu’au fer du Plombier ; il est terminé par un crochet. Pour faire ces sortes de fers, le forgeron prend une barre de fer, comme on voit dans nos Planches de Taillanderie ; ensuite une virole qu’il soude au bout de la barre, ce qui forme la tête du fer : il repare, lime & dresse.

Fer a polir, (Reliûre.) Pour polir on se sert d’un fer de la longueur d’un pié, sur lequel il doit y avoir une platine de cinq pouces de long sur deux de large. Il faut que cette platine soit très-égale ; le reste est en queue, pour être emmanché. Voyez les Planches de la Reliûre. Voyez Polir.

Quand le livre est glairé sur la couverture, & que le blanc d’œuf est sec, on se sert du fer à polir chaud, qu’on passe legerement une fois ou deux sur tout le livre, pour lui donner du lustre.

Fers a dorer, (Reliûre.) Les Relieurs usent de différens fers pour dorer les livres. Voy. Alphabet, Arme, Coin, Bouquet, Dentelle, Palette, Roulette, Fleuron.

Fers, (Rabanter.) Voyez Dent de Rat.

Fer de Velours a cannelure, (Inssrument du métier de l’étoffe de soie.) Le fer de velours est une petite broche de cuivre qui est applatie plus d’un côté que d’un autre, & qui a sur un des dos une petite cannelure dans laquelle la taillerole entre pour couper le poil.

Fer de Velours frisé : les fers de velours frisé sont parfaitement ronds, & sont de fer, au lieu que les autres sont de léton, & non de cuivre, & d’ailleurs n’ont point de cannelure.

Fer de Peluche : les fers de peluche ont une cannelure, comme les fers à velours, mais sont de beaucoup plus hauts : il y a des fers de peluche qui sont de bois, quoiqu’ils soient nommés fers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fer »

Wallon, fier ; génev. Être un vieux fer, n'être plus bon à rien, mettre au vieux fer, rebuter ; bourguign. far ; Berry, far ; provenç. fer, ferr, ferre ; espagn. hierro ; portug. et ital. ferro ; du lat. ferrum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) (Xe siècle) Du latin ferrum, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fer fɛr

Évolution historique de l’usage du mot « fer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fer »

  • J'ai une volonté de fer. Mais c'est toujours la même histoire, le fer... ça rouille. De Quino / Mafalda
  • On ne fond pas une bonne épée avec du mauvais fer. De Proverbe chinois
  • L'envie ronge les envieux comme la rouille ronge le fer. De Antisthène
  • Une baguette est facile à casser, dix baguettes sont dures comme fer. De Proverbe chinois
  • La raison est une arme plus pénétrante que le fer. De Philonide
  • Les journaux sont les chemins de fer du mensonge. De Jules Barbey d’Aurevilly
  • Une parole douce peut ouvrir même les portes de fer. De Proverbe bulgare
  • La Tour est une dentelle de fer. De Roland Barthes / La Tour Eiffel
  • Ô le bon temps que ce siècle de fer ! François Marie Arouet, dit Voltaire, Satires, le Mondain
  • La route permanente du fer est définitivement coupée. Paul Reynaud,
  • Dieu, qui a créé le fer, N'a pas voulu d'esclaves. Ernst Moritz Arndt, Chant patriotique Vaterlandslied
  • Les grandes questions de notre temps ne sont pas tranchées par des discours et des motions majoritaires […], mais par le fer et par le sang. Otto, prince von Bismarck ou, plus précisément, von Bismarck-Schönhausen, Discours au Reichstag, 1886
  • L’habitude est une chemise de fer. De Proverbe tchèque
  • Il faut battre le fer quand il est chaud. De Plaute
  • Tant chauffe-t-on le fer qu'il rougit. De François Villon
  • Marteau d'argent Ouvre porte de fer. De Proverbe français
  • En la balance, l’or et le fer sont un. De Proverbe français
  • Un homme de 32 ans doit passer en comparution immédiate ce vendredi au tribunal de Périgueux. Il est accusé d'avoir frappé avec une barre de fer un homme qu'il soupçonne d'être l'amant de son ex-compagne. France Bleu, Périgueux : il frappe avec une barre de fer l'amant de son ex-compagne
  • La carence en fer est considérée comme la carence en micronutriment la plus fréquente à travers le monde, et en particulier dans les pays industrialisés. Lorsqu’elle survient chez les nouveau-nés et les jeunes enfants, elle est fortement suspectée d’être associée à des effets neurocognitifs néfastes à court et long terme, comme une diminution des capacités d’apprentissage et de mémoire, ou une atteinte neurosensorielle visuelle ou auditive. Salle de presse | Inserm, Les laits de croissance, une bonne stratégie pour prévenir la carence en fer chez les tout-petits | Salle de presse | Inserm
  • Le match, qui s'est terminé vers 22h au stade Jussieu de Versailles, a laissé place à une rixe géante qui a duré jusqu'à minuit, à coups de battes de baseball et barres de fer notamment, a précisé une source policière. CNEWS, Un match de foot sauvage entre jeunes dégénère en bagarre à coups de barres de fer | CNEWS
  • La filiale de distribution du groupe PSA annonce une réorganisation de sa présence en région parisienne. 11 sites seront fermés et les salariés redéployés dans les 25 succursales en périphérie , Volta Trucks veut être le fer de lance des technologies propres
  • 9 méthodes alternatives pour booster sa fertilité PARENTS.fr, Bébés : des chercheurs recommandent le lait de croissance pour prévenir la carence en fer | PARENTS.fr
  • Menace de réduction de l’offre… Des contraintes budgétaires qui pourraient peser sur les capacités d’investissement, et donc sur le développement des réseaux, si l’Etat refuse son aide. Autre piste: augmenter les tarifs. En Ile-de-France, cet «impôt Covid» ferait grimper l’abonnement mensuel de 20 euros. Dernière hypothèse : réduire l’offre… pas question pour Valérie Pécresse, qui juge cette décision en « contradiction totale avec le tournant écologique » voulu par le gouvernement. Dans le reste de la France, les autorités organisatrices de transport public ont perdu environ 520 millions d’euros chaque mois durant le confinement, uniquement du fait de la baisse du versement mobilité, calculé sur la masse salariale des entreprises de plus de 11 salariés. A Lyon par exemple, en comptant les pertes de recettes commerciales, le manque à gagner atteint déjà 125 millions d’euros. Le 7 juillet, les partenaires des États Généraux de la Mobilité Durable (FNAUT, FNTV, GART, Régions de France, TDIE et UTP) ont adressé un courrier au Premier ministre, insistant sur la nécessité d’un plan d’urgence pour les transports publics. Bus&Car - Connexion Transports Territoires, Bus&Car – Connexion Transports Territoires | Transports publics: le bras-de-fer se poursuit entre l'Etat et les AO sur les compensations financières - Bus&Car - Connexion Transports Territoires

Images d'illustration du mot « fer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fer »

Langue Traduction
Anglais iron
Espagnol hierro
Italien ferro
Allemand eisen
Chinois
Arabe حديد
Portugais ferro
Russe железо
Japonais
Basque burdin
Corse ferru
Source : Google Translate API

Synonymes de « fer »

Source : synonymes de fer sur lebonsynonyme.fr
Partager