La langue française

Métal

Sommaire

  • Définitions du mot métal
  • Étymologie de « métal »
  • Phonétique de « métal »
  • Citations contenant le mot « métal »
  • Images d'illustration du mot « métal »
  • Traductions du mot « métal »
  • Synonymes de « métal »

Définitions du mot métal

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉTAL, -AUX, subst. masc.

A. − CHIM. Corps simple, bon conducteur de la chaleur et de l'électricité, libérant des cations et donnant des oxydes généralement basiques par combinaison avec l'oxygène et doué d'un éclat souvent brillant; cour., un tel corps simple ou alliage de tels corps simples et parfois d'autres éléments. L'or est le plus beau et le plus précieux des métaux (Ac.1835, 1878).Transmuer les métaux vils, tels que l'étain, le plomb, le cuivre, en des métaux nobles comme l'argent et l'or (Huysmans,Là-bas,t.1, 1891, p.134).Le mercure est un métal liquide à la température ordinaire (Ac.1935).Barres d'uranium (...) gainées de zirconium, métal nouveau, résistant à la corrosion de l'eau (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p.94):
1. L'acier se recommande (...) par de notables avantages (...). L'usure du métal fondu est plus uniforme que celle du fer laminé, qui a tendance à s'exfolier. Haton de La Goupillière,Exploitation mines,1905, p.687.
SYNT. Métaux alcalins, alcalino-terreux, (non) ferreux, spéciaux; métal aimanté, doux, tendre, radioactif, recuit; métal bouillant, colloïdal, fondu/en fusion, incandescent; métal natif, vierge; métal brillant, bruni, martelé, poli; métal argenté; scie à métaux; bouton, chandelier, feuille, gobelet, morceau, objet, plaque, tige de métal; lunettes à monture de métal; éclat, froid, reflet, sonorité du métal; gravure sur métal; travailler le métal; fondre du métal; transmuter des métaux (en or).
Métal d'Alger. Alliage d'étain, de plomb et d'antimoine ayant l'apparence de l'argent. J'y ai mis tous nos couverts d'argent, huit à filets. Bah! Cibot mangera dans du métal d'Alger: c'est très bien porté, comme on dit (Balzac,Cous. Pons,1847, p.192).
Métal anglais. Alliage d'étain et d'antimoine. Les flambeaux et les crucifix sont en métal anglais, se nettoyant comme l'argent (Nerval,Voy. Orient,t.1, 1851, p.37).V. cafetière ex. 1.
Métal (d') antifriction*.
Métal blanc. Alliage d'antimoine, de nickel, de cuivre, de zinc et de bismuth. Couvert, plateau de métal blanc. Fourchette à manche de métal blanc (Zola,Ventre Paris,1873, p.669).Chandelier de métal blanc (Hémon,M. Chapdelaine,1916, p.229).
Métal de cloche. ,,Alliage de cuivre et d'étain qui sert à faire les cloches`` (Ac. 1878-1935).
Métal carbonyle*.
Métal déployé. ,,Treillis métallique obtenu par estampage`` (Duval 1959). Le métal déployé sert d'armature au plâtre et autres produits de protection contre l'incendie (Forest.,Métall.1977).
Métal jaune*.
Métaux précieux. L'argent, l'or et le platine. Valeur des métaux précieux. Le Mexique et le Pérou continueront vraisemblablement à nous fournir nos principaux approvisionnements de métaux précieux. L'or et l'argent sont des marchandises de leur crû (Say,Écon. pol.,1832, p.343).Les métaux précieux, dès l'âge du bronze, servirent à l'ornementation des objets industriels (J. Déchelette,Manuel archéol. préhist. celt. et gallo-rom.,t.2, 1914, p.360).
Demi-métal*.
En partic. Un tel corps (généralement l'or, l'argent ou certains de leurs alliages) servant de monnaie. Si la quantité des billets émise n'excédait pas les besoins de la circulation, les porteurs de billets n'exigeraient pas leur conversion en métal, parce que des lingots ne se prêtent pas aux besoins de la circulation (Say,Écon. pol.,1832p.277).
HÉRALD. L'or et l'argent formant le champ de l'écu (d'apr. Bach.-Dez. 1882). Les émaux [des armoiries que brodait Angélique] étaient faits de cordonnet, les métaux, de fil d'or et d'argent (Zola,Rêve,1888, p.162).Suivant les règles héraldiques, l'écu ne doit jamais porter métal sur métal (Ac.1935).
B. − P. méton., au plur. Métallurgie. Syndicat des métaux. La chambre syndicale des métaux (A. France,Anneau améth.,1899, p.308).La fédération des métaux (Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.676).
C. − P. anal. ou au fig., littér.
1. De métal, loc. adj. Synon. de métallique.
a) Qui rappelle l'aspect du métal. Lueur de métal. Des yeux de métal bleui (A. Daudet,Fromont jeune,1874, p.134).Une sorte d'aurore vagabonde (...) un feu d'artifice jaune et rose qui creva (...) en rubans de métal aveuglant (Colette,Chatte,1933, p.163).
b) Qui rappelle la sonorité du métal. Tu parles et tu sophistiques avec ta voix de clair métal (Moréas,Syrtes,1884, p.90).[Faire] sonner les finales comme des notes de métal (Maupass.,Contes et nouv.,t.2, Duchoux, 1887, p.703).
2. Nature profonde et solide. Métal du coeur, de la volonté. Sa force morale était d'un beau métal (L. Daudet,Salons et journaux,1917, p.95):
2. ... la paix à coups de sabre, la seule qui tienne, la seule qui dure, la seule enfin qui soit digne; la seule au fond qui soit loyale et d'un métal avéré... Péguy,V.-M., comte Hugo,1910, p.833.
Prononc. et Orth.: [metal], plur. masc. [-o]. Ac. 1694, 1718: metal; Ac. 1740 : metal, metail; dep. 1762: métal. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 (Pèlerinage Charlemagne, éd. G. Favati, 352); ca 1225 fig. «matière» (Reclus de Molliens, Charité, éd. A.-G. van Hamel, I, 12); 2. 1690 hérald. (Fur.). Empr. au lat. metallum «mine» (cf. l'a. fr. metal «mine», 1remoitié xiiies. Macchabées, éd. E. Goerlich, I, 8 − xvies. ds Hug.), d'où «toute production minérale» et au fig. «matière», du gr. μ ε ́ τ α λ λ ο ν «mine» et «produit que l'on extrait». La forme metail, très att. du xiiies. (ca 1225 Gautier de Coinci, Mir. Vierge, éd. V. Fr. Koenig, II Mir. 19, 341) au xviies., est encore répertoriée par la lexicogr. au sens de «composition formée de métaux» dep. 1803, Boiste. Fréq. abs. littér.: 1579. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2406, b) 2214; xxes.: a) 2063, b) 2233. Bbg. Sculpt. 1978, p.643. _ Gohin 1903, p.363.

Wiktionnaire

Nom commun

métal \me.tal\ masculin

  1. Corps simple, brillant, tantôt ductile et malléable, comme le fer et l’argent, tantôt cassant, comme l’antimoine et le bismuth : on le trouve dans les entrailles de la terre, quelquefois pur, mais le plus souvent uni à d’autres substances, avec lesquelles il forme des oxydes, des sulfures ou d’autres combinaisons chimiques.
    • L’histoire des métaux se confond avec l’histoire de la civilisation, et l’on peut dire qu’à mesure que l’homme s’est avancé dans la voie du progrès, l’emploi des métaux a pris des développements de plus en plus considérables. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 176)
  2. (Chimie) Élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques dans le cas des métaux alcalins.
    • Les métaux possèdent des bandes de valence et de conduction qui se recouvrent.
  3. (Astronomie) Tout élément autre que l’hydrogène et l’hélium[1].
  4. (Héraldique) En termes de blason, se dit de l’or et de l’argent, qu’on représente par le jaune et le blanc.
    • Suivant les règles héraldiques, l’écu ne doit jamais porter métal sur métal.
  5. (Musique) Heavy metal. Musique caractérisé par de vivaces battements de batterie, des guitares distordues et l’utilisation d’accords dissonants tel que le triton.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉTAL. n. m.
Corps simple, brillant, tantôt ductile et malléable, comme le fer et l'argent, tantôt cassant, comme l'antimoine et le bismuth : on le trouve dans les entrailles de la terre, quelquefois pur, mais le plus souvent uni à d'autres substances, avec lesquelles il forme des oxydes, des sulfures ou d'autres combinaisons chimiques. Extraire le métal de la mine. Purifier, fondre un métal. Doreur sur métaux. Le mercure est un métal liquide à la température ordinaire. Métal natif, Celui qui se présente à l'état pur dans la mine. Métaux précieux, L'or, l'argent et le platine. Métal de cloche, Alliage de cuivre et d'étain qui sert à faire les cloches. Métal anglais, Alliage d'antimoine et d'étain, avec un peu de cuivre, qui sert à faire des couverts de table, etc. Métal blanc, Alliage de divers métaux, qui ressemble à de l'argent.

MÉTAL, en termes de Blason, se dit de l'Or et de l'Argent, qu'on représente par le jaune et le blanc. Suivant les règles héraldiques, l'écu ne doit jamais porter métal sur métal.

Littré (1872-1877)

MÉTAL (mé-tal) s. m.
  • 1Corps opaques, pesants, qui se trouvent, dans la nature, associés à des substances terreuses ou entre eux, et qui constituent alors des composés connus sous le nom de mines. Les Grecs et les Romains ne connaissaient que sept métaux, l'or, l'argent, le fer, le cuivre, le plomb, l'étain et le mercure. Allons briser ces dieux de pierre et de métal, Corneille, Poly. II, 6. …Cent fois la bête a vu l'homme hypocondre Adorer le métal que lui-même il fit fondre, Boileau, Sat. VIII. Les torrents et les incendies nous ont fait découvrir que les terres contenaient des métaux, Montesquieu, Esp. XVIII, 15. En devenant monnaie, les métaux n'ont pas cessé d'être marchandise ; ils ont une empreinte de plus et une nouvelle dénomination ; mais ils sont toujours ce qu'ils étaient, et ils n'auraient pas une valeur comme monnaie s'ils ne continuaient pas d'en avoir une comme marchandise, Condillac, Comm. gouv. I, 14.

    Fig. Vous avez bien raison de croire que je serai affligée de la perte de M. l'archevêque… il n'y a point d'esprits ni de cœurs sur ce moule ; ce sont des sortes de métaux qui ont été altérés par la corruption du temps, Sévigné, 18 mars 1689.

    Métal natif ou vierge, celui qui se présente à l'état pur dans la mine. On nommait autrefois ridiculement métaux vierges ce que l'on désigne plus exactement aujourd'hui par le nom de métaux natifs, Fourcroy, Connaiss. chim. sect. VI, art. 1.

    Métaux précieux, l'or, l'argent et le platine. L'or est un charme étrange, un métal précieux, Qui corrompt toute chose et tenteroit les dieux, Rotrou, Antig. V, 5. Ils ont en abondance des métaux précieux qu'ils tiennent immédiatement des mains de la nature, Montesquieu, Esp. XXI, 2. Que ne puis-je à la fois engloutir sous le Tibre Ces métaux corrupteurs d'un peuple jadis libre ? Chénier M. J. Gracques, II, 3.

  • 2Aujourd'hui la chimie, qui compte 49 métaux, ne peut les définir que d'une manière très générale, en disant que ce sont des corps simples, liquides ou solides, attaquables par l'oxygène ou par les acides.
  • 3Métal de cloche, alliage de cuivre et d'étain qui sert à faire les cloches. Le cuivre et l'étain peuvent être facilement séparés l'un de l'autre par le procédé qui a été employé pendant la révolution pour exploiter le métal de cloche, Thenard, Traité de chimie, part. I, liv. VI, ch. 3, n° 254 bis.

    Métal de Darcet, alliage fusible de bismuth, d'étain et de plomb.

    Terme de fondeur. Métal, mélange d'étain, de cuivre jaune et de débris de vieux canons. Cuiller, fourchette de métal.

    Métal de potier, alliage d'étain, de cuivre et de bismuth.

    Métal du prince Robert, alliage de cuivre et de zinc.

    Métal d'Alger, composition métallique qui imite grossièrement l'argent. Couvert de métal d'Alger.

    Métal de prince, cuivre très raffiné dont on fait des tabatières, des étuis, etc.

    Métal de miroirs, composition métallique qui prend le poli au point de devenir unie comme une glace (cuivre, plomb, antimoine).

    Métal anglais, sorte d'étain. Une cuiller en métal anglais.

  • 4Demi-métal, nom que les anciens chimistes donnaient aux substances métalliques cassantes et volatiles, comme l'arsenic, le bismuth, etc. M. Margraaf a eu le mérite d'enrichir la chimie d'un nouveau demi-métal, du régule de manganèse, Condorcet, Margraaf.
  • 5 En termes de blason, métaux, l'or et l'argent, qu'on représente par le jaune et le blanc.
  • 6 Terme d'alchimie. Métaux parfaits : l'or, l'argent ; métaux imparfaits : le plomb, l'étain, le mercure.
  • 7 Fig. Les quatre métaux, les quatre âges du monde, dits siècle d'or, siècle d'argent, siècle de cuivre, siècle de fer. La bonne foi… N'alla pas jusqu'au temps du troisième métal, Boileau, Sat. X.

HISTORIQUE

XIIe s.

Il ont mis desoz lor poesté les metauz [mines] d'or et d'argent qui là sont, Machab I, 8. Sonent busines [trompettes] d'arain et de metal, Ronc. p. 78.

XIIIe s. Li diable les rostisseient, Divers metaus sur eus fundeient, Marie de France, Purgatoire, 1099. Cil qui font monnoie à essient de malvès metail et les voelent alouer por bone, Beaumanoir, XXX, 12. Car tout ausi comme li ors Est li mieudres [meilleur] metaus qu'on truise [trouve], Rutebeuf, 230.

XVe s. Les sept planetes que j'ay dict, Accomparons sans contredit Aux sept metaulx venans de terre Qui tous sont faicts d'une matiere, La Fontaine, 408.

XVIe s. L'argent en masse et celui qui est monnoyé, puisque c'est tout un mesme metail, Calvin, Instit. 1041. L'art de transmuer les metaux imparfaits, et de les multiplier en quantité, Lanoue, 460.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MÉTAL. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. Renan, il ne faut pas chercher l'origine de μέταλλον dans le grec lui-même ; c'est la racine sémitique matal, dans MAX MÜLLER, Essais sur la mythologie comparée, trad. Perrot, p. 60, Paris (1873).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉTAL, au pl. Métaux. (Hist. nat. Chimie & Métallurgie.) metalla. Ce sont des substances pesantes, dures, éclatantes, opaques, qui deviennent fluides & prennent une sur face convexe dans le feu, mais qui reprennent ensuite leur solidité lorsqu’elles sont refroidies ; qui s’étendent sous le marteau ; qualités que les differens métaux ont dans des degrés differens.

On compte ordinairement six métaux ; savoir, l’or, l’argent, le cuivre, le fer, l’étain & le plomb. Mais depuis peu quelques auteurs en ont compté un septieme, que l’on nomme platine ou or blanc. Voyez Platine.

Il y a trois caracteres principaux & distinctifs des vrais métaux ; c’est 1°. la ductilité ou la faculté de s’étendre sous le marteau & de se plier, sur-tout lorsqu’ils sont froids ; 2°. d’entrer en fusion dans le feu ; & 3°. d’avoir de la fixité au feu, & de n’en être point entierement ou du moins trop promptement dissipés. Les substances qui réunissent ces trois qualités, doivent être regardées comme de vrais métaux. Il y a plusieurs substances minérales semblables en plusieurs points aux métaux, & qui ont une ou deux de ces propriétés, mais comme elles ne les ont point toutes, on les appelle demi-métaux ; ces substances ont bien à l’extérieur le coup d’œil des vrais métaux, mais elles se brisent sous le marteau, & l’action du feu les dissipe & les volatilise entierement, quoiqu’elles ayent la faculté d’entrer en fusion dans le feu. Voyez l’art. Demi-métaux.

On divise les métaux en parfaits & en imparfaits. Les métaux parfaits, sont ceux qui n’éprouvent aucune alteration de la part du feu ; après les avoir fait entrer en fusion, il ne peut point les calciner ou les changer en chaux, ni en dissiper aucune partie ; l’air & l’eau ne produisent aucune altération sur les métaux parfaits ; on en compte deux, qui sont l’or & l’argent ; on appelle métaux imparfaits, ceux à qui l’action du feu fait perdre leur éclat & leur forme métallique, & dont à la fin il vient à bout de détruire, de décomposer & même de dissiper une grande partie. Tels sont le cuivre, le fer, l’étain & le plomb. L’air & l’eau sont en état d’altérer ces sortes de métaux.

Pour simplifier les choses, on peut dire que les métaux parfaits sont ceux à qui l’action du feu ne fait point perdre leur phlogistique ou la partie inflammable qui leur est nécessaire pour paroître sous la forme métallique qui leur est propre ; au lieu que les métaux imparfaits sont ceux que le feu prive de cette partie. Voyez Phlogistique & voyez Chaux métallique.

Les anciens Chimistes ont encore divisé les métaux, en solaires & en lunaires. Suivant eux, les métaux solaires sont l’or, le cuivre & le fer ; & les métaux lunaires sont l’argent, l’étain & le plomb. Les uns sont colorés & les autres sont blancs. M. Rouelle a trouvé que cette distinction n’étoit point si chimérique que quelques Chimistes l’ont cru ; & les métaux lunaires ou blancs ont en effet des proprietés qui les distinguent des métaux solaires ou jaunes. Voyez Rapport, table des.

Enfin, l’or & l’argent ont été appellés métaux précieuxmétaux nobles, à cause du prix que les hommes ont attaché à leur possession ; les autres métaux plus communs ont été appellés métaux ignobles ; cependant, si l’on ne consultoit que l’utilité pour attacher du prix aux choses, on verroit que le fer devroit sans difficulté, être regardé comme un métal plus précieux que l’or.

Les Alchimistes comptoient sept métaux, parce qu’ils joignoient le mercure aux six qui précedent ; ils croyoient aussi que chacun de ces sept métaux étoient sous l’influence d’une des sept planetes, ou bien, comme ils affectoient un style énigmatique, ils se sont servi des noms des planetes pour désigner les differens métaux. C’est ainsi qu’ils ont appellé l’or, Soleil ; l’argent, Lune ; le cuivre, Venus ; le fer, Mars ; l’étain, Jupiter ; le plomb, Saturne.

Quoique nous ayons dit que les métaux sont des corps pesans, ductiles, malléables & fixes au feu, il ne faut point croire qu’ils possedent tous ces qualités au même degré. C’est ainsi que pour le poids, l’or surpasse tous les métaux ; le plomb tient le second rang ; l’argent, le cuivre, le fer & l’étain viennent ensuite.

Il en est de même de la ductilité des métaux, elle varie considerablement. L’or possede cette qualité dans le degré le plus éminent ; ensuite viennent l’argent, le cuivre, le fer, l’étain, & enfin le plomb. A l’égard de la malleabilité ou de la faculté de s’étendre sous les coups de marteau, le plomb & l’étain la possedent plus que les autres métaux ; ensuite vient l’or, l’argent, le cuivre & enfin le fer, qui est moins malleable que tous les autres.

Une autre propriété génerale des métaux est d’entrer en fusion dans le feu, & d’y prendre une surface convexe, sans qu’il soit besoin pour cela de leur joindre d’additions ; mais tous ne se fondent point avec la même facilité. Il y en a qui se fondent avec une très-grande promptitude à un degré de feu très-foible, & avant que de rougir ; tels sont le plomb & l’étain : d’autres se fondent en même-tems qu’ils rougissent, & exigent pour cela un feu beaucoup plus violent que les premiers ; tels sont l’or & l’argent. Enfin, le cuivre & le fer demandent un feu d’une violence extreme, & rougissent long-tems avant que d’entrer en fusion. Voyez Fusion.

Les métaux sont dissouts par differens menstrues ou dissolvans ; il y a des dissolvans qui agissent sur les uns sans rien faire sur d’autres ; c’est ainsi que l’esprit de nitre dissout l’argent, le cuivre, le fer, &c. sans agir sur l’or. Mais une vérité que M. Rouelle a découverte, c’est que tous les acides agissent sur les métaux ; il faut pour cela que leur aggrégation ait été rompue, c’est-à-dire qu’ils ayent été divisés en particules déliées. Cependant il est certain qu’il y a des métaux qui ont plus de disposition à se dissoudre dans un dissolvant, que d’autres métaux qui y sont pourtant déja dissouts ; c’est ainsi que si de l’argent a été dissout par de l’esprit de nitre, en trempant du cuivre dans cette dissolution, le dissolvant quitte l’argent pour s’unir avec le cuivre ; & alors on-dit qu’un métal en a dégagé un autre. Voyez Dissolvant & Précipitation.

La plûpart des métaux & des demi-métaux ont la proprieté de s’unir ou de s’amalgamer avec le mercure, mais cette union ne se fait point avec autant de facilité pour tous, & il y en a qui n’ont aucune disposition à s’amalgamer. Voyez Mercure.

L’action du feu dilate tous les métaux, & leur fait occuper plus d’espace qu’ils n’en occupoient auparavant, lorsqu’ils étoient froids. La chaleur de l’atmosphere suffit aussi pour dilater les métaux, mais cette dilatation est plus insensible.

A l’exception de l’or & de l’argent, le feu fait perdre à tous les métaux leur éclat & leur forme metallique, il les change en une espece de terre ou de cendre que l’on nomme chaux métallique ; par cette calcination, ils perdent leur liaison, ils changent & augmentent de poids ; le plomb, par exemple, devient de la nature du verre ; ils changent de couleur ; ils sont rendus moins fusibles ; ils ne sont plus sonores ; ils ne sont plus en état de s’unir avec le mercure. Ces changemens s’operent plus ou moins promptement sur les différens métaux, mais on peut toujours rendre à ces cendres ou chaux leur premiere forme metallique, en leur joignant une matiere grasse ou inflammable, & en les exposant de nouveau à l’action du feu. Voyez l’article Réduction. Les chaux des métaux jointes avec la fritte, c’est-à-dire, avec la matiere dont on fait le verre, la colore diversement, suivant la couleur propre à chaque metal. Voyez Émail & Verrerie.

En fondant au feu les métaux, plusieurs s’unissent les uns aux autres, & forment ce qu’on appelle des alliages métalliques, c’est ainsi que l’or s’unit ou s’allie avec l’argent & avec le cuivre ; d’autres ne s’unissent point du tout par la fusion ; tels sont le fer & le plomb. Il y a aussi des métaux qui s’unissent avec les demi-métaux ; c’est ainsi que, par exemple, le cuivre s’unit avec le zinc, & forme le cuivre jaune ou laiton. Les métaux alliés par la fusion n’occupent point le même espace, qu’ils occupoient chacun pris séparement : il y en a dont le volume augmente par l’alliage, & d’autre, dont le volume diminue. D’où l’on voit, que le fameux probleme d’Archimede, pour connoître l’alliage de la couronne d’Hiéron, étoit fondé sur une supposition entierement fausse. Il en est de même des alliages des métaux avec les demi-métaux. Voyez la métallurgie de M. Cellert, tom. I. de la traduction françoise.

La balance hydrostatique ne peut point non plus faire connoître exactement la pesanteur specifique des métaux. Aussi, voit-on, que jamais deux hommes n’ont été parfaitement d’accord sur la pesanteur d’un métal : ces variations viennent, 1°. du plus ou du moins de pureté du métal que l’on a examiné ; 2°. du plus ou du moins de pureté de l’eau que l’on a employée pour l’experience ; 3°. des différens degrés de chaleur de l’atmosphere qui influent considérablement sur les liquides, sans produire des effets si marqués sur des corps solides, tels que les métaux.

Telles sont les proprietés génerales qui conviennent à tous les métaux : on trouvera à l’article de chaque métal en particulier, les caracteres qui lui sont propres & qui le distinguent des autres. Voyez Or, Argent, Fer, Plomb, &c.

Les sentimens des anciens Alchimistes & des Physiciens speculatifs, qui ont voulu raisonner sur la nature des métaux, ont été très-vagues & très-obscurs ; ils regardoient le sel, le soufre & le mercure, comme les élémens des métaux ; ce système subsista jusqu’à ce que Beccher eût fait voir, que ces trois prétendus principes sont eux-mêmes des corps composés, & par conséquent ne peuvent point être regardés comme des élémens ; d’après ces reflexions, ce celebre chimiste regarde les métaux, ainsi que tous les corps de la nature, comme composés de trois substances qu’il appelle terres. La premiere de ces terres est la terre saline ou vitrescible ; la seconde est la terre grasse ou inflammable ; & la troisieme, est la terre mercurielle ou volatile. Suivant lui, ces trois terres entrent dans la composition de tous les métaux, & c’est de leur combinaison plus ou moins exacte & parfaite, que dépend la perfection des métaux, & leur difference ne vient que de ce que l’un de ces principes domine sur tous les autres, & des différentes proportions suivant lesquelles ils se trouvent combinés dans les métaux. Quoiqu’il soit très-difficile d’analyser les métaux, au point de faire voir ces trois principes distincts & séparés les uns des autres, Beccher s’efforce de prouver leur existence par des raisonnemens, & par des expériences qui doivent encore avoir plus de poids.

1°. Il prouve l’existence d’une terre vitrescible, par la propriété que tous les métaux, à l’exception de l’or & de l’argent, ont de se calciner au feu, c’est-à-dire, de se changer en une terre ou cendre, qui, exposée à un feu convenable, se convertit en un verre. Selon ce même auteur, cette terre vitrescible se trouve dans le caillou, dans le quartz, & c’est à elle que les sels alkalis doivent la proprieté qu’ils ont de se vitrifier.

2°. Le second principe constituant des métaux est, suivant Beccher, la terre onctueuse ou inflammable ; elle corrige & tempere la siccité de la terre vitrescible, elle sert à lui donner de la raison, & par cette terre, il a voulu désigner ce que l’on appelle le principe inflammable ou le phlogistique des métaux, dont on ne peut nier l’existence.

3°. Enfin, Beccher admet un troisieme principe constituant des métaux, qu’il appelle la terre mercurielle ; c’est cette derniere qu’il regarde comme la plus essentielle aux métaux, & qui leur donne la forme metallique. En effet, les deux principes ou terres qui précedent sont communs aux pierres, aux végetaux, &c. mais, selon lui, c’est la terre mercurielle, qui étant jointe avec les deux autres, donne aux métaux la ductilité qui leur est propre & qui les met dans l’état métallique, ou la métallicité.

Telle est la théorie de Beccher, sur la nature des métaux, depuis elle a été adoptée, modifiée & expliquée par Stahl & par la plûpart des Chimistes ; il paroît néanmoins qu’il sera toujours très-difficile d’établir rien de certain sur une matiere aussi obscure que celle qui s’occupe des élemens des corps ; sur-tout si l’on considere que les parties simples & élementaires échappent toujours à nos sens, qui sont pourtant les seuls moyens que la nature fournisse pour juger des êtres physiques.

Cela posé, il n’est point surprenant que les sentimens des Naturalistes soient si variés sur la formation des métaux ; c’est encore une de ces questions que la nature semble avoir abandonnées aux spéculations & aux systèmes des Physiciens. Il y a deux sentimens géneraux sur cette formation ; les uns prétendent que les métaux se forment encore journellement dans le sein de notre globe, & que c’est par la différente élaboration & combinaison de leurs molécules élémentaires qu’ils sont produits ; on prétend de plus, que ces molécules sont susceptibles d’être mûries & perfectionnées, & que par cette maturation, des substances métalliques, qui dans leur origine étoient imparfaites, acquierent peu-à-peu & à l’aide d’une sorte de fermentation, un plus grand degré de perfection. Les Alchimistes ont enchéri sur ces idées, & ont imaginé un grand nombre d’expressions figurées, telles que celles de semence ou de sperme mercuriel & métallique, de semence saline & vitriolique, &c. termes obscurs & inintelligibles pour ceux mêmes qui les ont inventés.

Le célebre Stahl croit que les métaux ont la même origine que le monde, & que les filons qui les contiennent ont été formés dès sa création ; ce savant chimiste pense que dès les commencemens, Dieu créa les métaux & les filons métalliques tels qu’ils sont actuellement ; il se fonde sur la régularité qui se trouve dans la direction de ces filons sur leur conformation, qui ne semble nullement être un effet du hasard, & sur leur marche qui n’est jamais interrompue que par des obstacles accidentels que differentes révolutions arrivées à de certaines portions de la terre ont pû faire naître. Voyez l’article Filons. Malgré l’autorité d’un si grand homme, il y a tout lieu de croire que les métaux & leurs mines se forment encore journellement, plusieurs observations semblent constater cette vérité, & nous convainquent que ces substances éprouvent dans le sein de la terre, des décompositions qui sont suivies d’une reproduction nouvelle. Voyez l’artîcle Mines, mineræ.

Les métaux se trouvent donc dans le sein de la terre ; on les y rencontre quelquefois purs, c’est-à-dire, sous la forme métallique qui leur est propre, & alors on les nomme métaux natifs ou vierges : mais l’état dans lequel les métaux se rencontrent le plus ordinairement est celui de mines, c’est-à-dire, dans un état de combinaison, soit avec le soufre, soit avec l’arsenic, soit avec l’une & l’autre de ces substances à la fois ; alors on dit qu’ils sont minéralisés. Voyez Minéralisation. C’est dans ces deux états que les métaux sont dans les filons ou veines métalliques ; leur combinaison avec le soufre & l’arsenic leur donne des formes, des couleurs & des qualités très-differentes de celles qu’ils auroient s’ils étoient purs ; l’on est donc obligé de recourir à plusieurs travaux pour les purifier, c’est-à-dire, pour les délivrer des substances avec lesquelles ils sont combinés, pour les séparer de la roche ou de la terre à laquelle ils étoient attachés dans leurs filons, & pour les faire paroître sous la forme nécessaire pour servir aux différens usages de la vie. Ces travaux font l’objet de la métallurgie. Voyez Metallurgie.

Cependant les métaux ne se trouvent point toujours dans des filons suivis & réguliers, on les rencontre souvent ainsi que leurs mines, soit mêlés dans les couches de la terre, soit répandus à sa surface, soit en masses roulées par les eaux, soit en paillettes éparses dans le sable des rivieres & des ruisseaux. Il y a lieu de présumer que les métaux & leurs mines qui se trouvent en ces états ont été arrachés des filons, & entraînés par la violence des torrens ou par quelqu’autres grandes inondations ou révolutions arrivées à notre globle ; c’est par ces eaux que les métaux & les fragmens de leurs mines & de leurs matrices ont été portés dans des endroits souvent fort éloignés de ceux où ils avoient pris naissance. Voyez Mines. (—)

Métal, dans l’Artillerie, est la composition des différens métaux dont on forme celui du canon & des mortiers. Voyez Canon.

Métal, les Fondeurs de cloches appellent ainsi la matiere dont les cloches sont faites, qui est trois parties de cuivre rouge, & une d’étain fin. Voyez l’article Fonte des cloches.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « métal »

Provenç. metalh ; catal. metall ; espagn. metal ; ital. metallo ; du lat. metallum, qui vient de μέταλλον, que les étymologistes grecs tirent de μετὰ, après, et de ἄλλος, autre, parce que les filons se suivent l'un l'autre dans les mines.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin metallum (« mine »), lui même issu du grec ancien μέταλλον, métallon (« mine, tranchée »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « métal »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
métal metal

Citations contenant le mot « métal »

  • Il y a trois hameçons auxquels se prend la femme : le torse, le sentiment, le métal. De A. Chavanne / Pensées humaines
  • Radiesthésiste. Personne qui utilise une baguette divinatoire pour prospecter le métal précieux dans la poche d’un imbécile. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Dentiste. Prestidigitateur qui, tout en mettant du métal dans votre bouche, subtilise des pièces dans votre poche. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • Médaille. Petit disque de métal, donné en récompense pour des vertus, des talents ou des services plus ou moins authentiques. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • Depuis des siècles, l'homme est victime d'un paradoxe : il cherche le métal précieux qui le libérera, et pourtant il reste son prisonnier. De Paul Ohl / Soleil noir
  • Quand le rêve est trop violent, il désaffecte le désir comme un acide ronge doucement un métal précieux. De Dominique Blondeau / Que mon désir soit ta demeure
  • L'or est d'un grand secours pour acheter un coeur : Ce métal, en amour, est un grand séducteur. De Jean-François Regnard / Le Joueur
  • Une éloquence et une poésie d'Asiatique, Des états d'âme indescriptible, incalculable. C'est de la poésie comme l'or est un métal précieux : par convention. De Lemaître / Journal de Jules Renard 1893 - 1898
  • Très vite, il s’approvisionne en ferrailles diverses et en vieux outils, remet en route son atelier en l’axant sur la découpe et la soudure du métal et commence ses assemblages. , Gironde. Pellegrue : Christian Geneste, le sculpteur de métal | Le Républicain Sud-Gironde
  • Le métal rouge, thermomètre de l’économie mondiale, se négocie aujourd’hui à plus de 6 500 dollars la tonne, soit un rebond d’environ 50 % par rapport à mars, observe Laurence Girard, journaliste au « Monde ». Le Monde.fr, « Le cuivre, métal brûlant chauffé par la spéculation »
  • L'argent brille de tous ses feux. A plus de 21 dollars l'once, le métal blanc a atteint, mardi, son plus haut niveau depuis 2014. L'apparition de nouveaux cas de coronavirus dans plusieurs pays alimente la demande de valeurs refuges. Les Echos, Les cours de l'argent atteignent des cimes | Les Echos
  • Ah ouais 🥺enfin le processeur ARM ne va s installer de sitôt dans les tours , et puis c est surtout métal qui gère. Qui lui est certainement prêt pour arm en plus c est surtout gpu MacGeneration, Octane X : le premier aperçu Metal du moteur de rendu graphique est disponible | MacGeneration
  • Une évolution bullish de l’euro à suivre de près alors que l’argent métal s’envole également de +6% vers 21$/Oz face au dollar: il se trame manifestement quelque chose… ce mardi pourrait constituer un “tournant” Investing.com France, Ca swingue sur le dollar et l’argent métal ! | Investing.com
  • Eiffage Métal est la marque du groupe Eiffage dédiée à la construction métallique clés en main. Ses équipes conçoivent et réalisent des enveloppes et façades de bâtiments, et des ouvrages d'art. Spécialisée dans les projets complexes multitechniques, elle est également un acteur industriel de premier plan, notamment dans l'éolien. Présente dans toute l'Europe et à l'international, Eiffage Métal emploie plus de 2 300 collaborateurs et compte 9 usines. , Eiffage : Métal nomme Thierry Wolkiewiez - Directeur général France | Zone bourse
  • Garner Insights a publié une étude analytique intitulée Global Apprêts en métal marché 2020. Ces données statistiques se concentrent sur les performances des deux enregistrements historiques ainsi que sur les tendances récentes. Il comprend une analyse complète de différents attributs tels que la base de fabrication, le type et la taille. Ce rapport évalue la segmentation du marché ainsi que le paysage concurrentiel aux niveaux mondial et national. Thesneaklife, Apprêts en métal MARCHÉ 2020 PAR FACTEURS DE CROISSANCE, APPLICATIONS, ANALYSE RÉGIONALE, ACTEURS CLÉS Sherwin-Williams, PPG Industries, Akzo Nobel, BASF ET PLUS… – Thesneaklife

Images d'illustration du mot « métal »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « métal »

Langue Traduction
Anglais metal
Espagnol metal
Italien metallo
Allemand metall
Chinois 金属
Arabe معدن
Portugais metal
Russe металл
Japonais 金属
Basque metal
Corse metallo
Source : Google Translate API

Synonymes de « métal »

Source : synonymes de métal sur lebonsynonyme.fr
Partager