La langue française

Fard

Définitions du mot « fard »

Trésor de la Langue Française informatisé

FARD, subst. masc.

A.− Composition colorée qu'on applique sur différentes parties du visage pour en rehausser l'éclat. Boîte à fard. Des filles énormes et bouffies, aux cheveux jaunes, plâtrées et grasses de fard, dévisageaient les passants avec de sales regards (Rolland, J.-Chr.,Antoinette, 1908, p. 865).Après la représentation, Bouchotte, dans sa loge, ôtait son fard (France, Révolte anges,1914, p. 278):
1. ... bien qu'elle eût (...) allongé jusqu'aux tempes la ligne noire de ses yeux, avivé sa joue de fard, jamais Poëri n'avait semblé y faire attention. Pourtant Tahoser était bien belle... Gautier, Rom. momie,1858, p. 244.
P. anal. Tu as mon châle jaune! Ah! cette couleur est le fard des brunes (Balzac, Cous. Bette,1847, p. 37):
2. La poussière rose couvrait ses mains, et, volant quelquefois jusqu'à son visage, saupoudrait ses joues et ses lèvres d'un léger fard, qui faisait paraître ses yeux plus bleus et plus resplendissants. Lamart., Confid.,Graziella, 1849, p. 216.
Fam. Piquer un fard. Rougir sous l'effet d'une émotion. Anaïs, qu'est-ce que tu racontais donc à Marie Belhomme pour lui faire piquer des fards, que ceux de la Bastille sont pâles à côté! (Colette, Cl. école,1900, p. 151).
B.− Au fig., littér. Apparence trompeuse qui dissimule la vérité. L'être débarrassé de ses fards (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 5):
3. ... il tenait à la nièce de Jupien des discours aussi sentimentaux (...) qu'étaient d'une bassesse sans fard, les théories qu'il avait exposées à M. de Charlus au sujet de la séduction, du dépucelage. Proust, Prisonn.,1922, p. 52.
Agir, parler sans fard. Sans dissimulation. Un aveu sans fard. Cette gaieté (...) me révélait sans fard tous les changements qui étaient survenus en moi! (Balzac, Chabert,1832, p. 51).
Vx, littér. Faux ornements. Le manque de simplesse réelle, le fard trop ingénieux du style (Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 39).
Prononc. et Orth. : [fa:ʀ]. Littré souligne que le d ne se lie pas mais que quelques-uns lient l's du plur. Ds Ac. 1694-1932. Homon. far, fart, phare. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 fart « procédé par lequel on essaie de dissimuler ou d'embellir la vérité » (Renart, éd. M. Roques, 8867); 2. 1213 fard « produit qu'on applique sur le visage pour en changer l'aspect naturel » (Les Faits des Romains, éd. F. L. Flutre et K. Sneyders de Vogel, t. 1, p. 627, ligne 2). Déverbal de farder*. Fréq. abs. littér. : 320. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 194, b) 571; xxes. : a) 494, b) 591. Bbg. Brüch (J.). Die Sippe des frz. baudrier, frz. coffin, frz. fard. Z. rom. Philol., 1922, t. 42, pp. 226-227.

Wiktionnaire

Nom commun 1

fard \faʁ\ masculin

  1. (Cosmétologie) Enduit qu’on applique sur la peau ou une partie du visage pour la colorer ou pour la protéger.
    • Une petite boîte de bois rose, qui venait de l’île Dioscoride, contenait des fards de toutes les couleurs. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Elle achetait les onguents, des pots de fard, des crayons, qui traînaient sur tous les meubles, avec des houppettes de poudre de riz et des flacons d’odeur. Ses journées, elle les passait, devant sa glace, à se maquiller, à se contempler […] — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • L’emploi des fards que l’on applique sur la figure pour en modifier l’aspect doit être fait avec la plus extrême prudence […] il serait délicat d’insister sur l’apparence regrettable qu’ont pris certains visages féminins qui ont été trop longtemps exposés aux attaques des fards ; ceux-ci ont pu à un certain moment donner un éclat particulier au visage, mais ils l’ont souvent irrémédiablement flétri. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la savonnerie, 1924, page 126)
    • Je vis que sa beauté, comme son caractère, était absolument sans fard. Ni rouge aux lèvres, ni fer aux cheveux ; rien aux cils ni aux paupières. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre IV)
    • Ses airs penchés, sa ravissante et luxueuse pochette de soie, son bracelet-montre en or, le fard étalé sur ses joues le tenaient quitte de manifester son opinion. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Figuré) Déguisement, feinte, dissimulation.
    • Privé de tout accommodement, de ses fards, de ses sourires et de ses ruses, le vice a peu de chance de séduire la vertu la plus chancelante. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928 ; Préface de la 3e édition de 1929)
    • Livres, discours, manifestes, la remise en cause de cet esprit qui a irrigué le XVIIIe siècle autour des figures totémiques de Voltaire, de Rousseau, de Kant et de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, ce mouvement fondateur de la modernité politique européenne et matrice intellectuelle de la Révolution française, s’affiche aujourd’hui sans fard. — (Ariane Chemin, Vincent Martigny, Mais qui veut éteindre les Lumières ?, Le Monde. Mis en ligne le 15 novembre 2018)

Nom commun 2

fard \faʁ\ masculin

  1. (Marine) Fard de l'avant : Ensemble du mât de misaine et du mât de beaupré.
  2. (Marine) Fard de l'arrière : Ensemble du mât d'artimon et du grand mât.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FARD. n. m.
Enduit qu'on applique sur la peau pour la colorer ou pour la protéger. Elle met du fard pour donner plus d'éclat à son teint. L'acteur met du fard avant d'entrer en scène. Sa table de toilette était couverte de fards. Il signifie encore, figurément, Déguisement, feinte, dissimulation. Un aveu sans fard. C'est un homme sans fard. Parlez-moi sans fard.

Littré (1872-1877)

FARD (far ; le d ne se lie jamais ; au pluriel, l's ne se lie pas, et on prononce : les far et les autres cosmétiques ; cependant quelques-uns la lient : les far-z et…) s. m.
  • 1Composition destinée à embellir le teint, en remédiant aux défauts qu'il a. C'est pour eux [les étrangers] qu'elle étale et l'or et le brocard, Que chez toi se prodigue et le rouge et le fard, Boileau, Sat. X. Une courtisane qui tire toutes ses grâces du fard, qui n'a qu'une beauté empruntée, et qui sait tout au plus charmer les oreilles par le son d'une voix douce et mélodieuse, Rollin, Hist. anc. t. XI, 2e part. p. 773, dans POUGENS. L'air la noircit [la céruse] en assez peu de temps, et les vapeurs du charbon ou les mauvaises odeurs des égouts, des latrines, etc. changent presque subitement le beau blanc de perle en gris obscur, en sorte qu'il est souvent arrivé aux femmes qui se servent de ce fard de devenir tout à coup aussi noires qu'elles voulaient paraître blanches, Buffon, Min. t. V, p. 387, dans POUGENS.
  • 2 Fig. Déguisement, feinte, dissimulation dans les discours. Leurs paroles n'ont point de fard, Malherbe, VI, 10. Les bons esprits… Qui savent, avisés, avecque différence, Séparer le vrai bien du fard de l'apparence, Régnier, Sat. v. Toutes les couleurs et le fard de la poésie ne l'ont su peindre [Angélique, de l'Arioste] aussi belle que nous vous voyons, Voiture, Lett. 4. Je vois trop que vos cœurs n'ont point pour moi de fard, Corneille, Cinna, Il, 1. Je te parle sans fard, et veux être chrétien, Corneille, Poly. v, 2. De ses pleurs tant vantés je découvre le fard, Corneille, Rodog. II, 4. Seigneur, moi qui connais le fond de son courage Et qui n'ai jamais vu de fard en son langage, Corneille, Clit. v, 3. Et n'y doit point chercher ni le fard du langage Ni la subtilité, Corneille, Imit. I, 5. La sévérité des femmes est un ajustement et un fard qu'elles ajoutent à leur beauté, La Rochefoucauld, Réfl. 204. Sans envie, sans fard, sans ostentation, toujours grand dans l'action et dans le repos, il parut à Chantilly comme à la tête des troupes, Bossuet, Louis de Bourbon. Tout ne fut plus que fard, qu'erreur, que tromperie, Boileau, Épît. IX.

    Terme de littérature. Faux ornements. Soyez simple avec art, Sublime sans orgueil, agréable sans fard, Boileau, Art p. I.

HISTORIQUE

XIIIe s. Renart, qui set assez de fart, Li avoit dit…, Ren. 14938.

XVIe s. Fard est perdu dessus mine de singe, Marot, J. p. 20, dans LACURNE. Et d'eau de fard son visage ne lave, Marot, IV, 148. Les regrets de quelque femmelette, qui regrette la perte des bouettes où estoient ses fards, Amyot, Timol. 22. Si on y adjouste demie dragme de sublimé, lavé et preparé comme celui des fars, il sera de grande efficace, Paré, XVI, 36.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FARD, s. m. (Art cosmétique.) fucus, pigmentum ; se dit de toute composition soit de blanc, soit de rouge, dont les femmes, & quelques hommes mêmes, se servent pour embellir leur teint, imiter les couleurs de la jeunesse, ou les réparer par artifice.

Le nom de fard, fucus, étoit encore plus étendu autrefois qu’il ne l’est aujourd’hui, & faisoit un art particulier qu’on appella Commotique, κωμμωτικὴ, c’est-à-dire l’art de farder, qui comprenoit non-seulement toutes les especes de fard, mais encore tous les médicamens qui servoient à ôter, à cacher, à rectifier les difformités corporelles ; & c’est cette derniere partie de l’ancienne Commotique que nous nommons Orthopédie. Voyez Orthopédie.

L’amour de la beauté a fait imaginer de tems immémorial tous les moyens qu’on a crû propres à en augmenter l’éclat, à en perpétuer la durée, ou à en rétablir les breches ; & les femmes, chez qui le goût de plaire est très-étendu, ont cru trouver ces moyens dans les fardemens, si je puis me servir de ce vieux terme collectif, plus énergique que celui de fard.

L’auteur du livre d’Enoc assûre qu’avant le déluge, l’ange Azaliel apprit aux filles l’art de se farder, d’où l’on peut du moins inférer l’antiquité de cette pratique.

L’antimoine est le plus ancien fard dont il soit fait mention dans l’histoire, & en même tems celui qui a eu le plus de faveur. Job, chap. xl. v. 14. marque assez le cas qu’on en faisoit, lorsqu’il donne à une de ses filles le nom de vase d’antimoine, ou de boîte à mettre du fard, cornu stibii.

Comme dans l’Orient les yeux noirs, grands & fendus passoient, ainsi qu’en France aujourd’hui, pour les plus beaux, les femmes qui avoient envie de plaire, se frotoient le tour de l’œil avec une aiguille trempée dans du fard d’antimoine pour étendre la paupiere, ou plûtôt pour la replier, afin que l’œil en parût plus grand. Aussi Isaïe, ch. iij. v. 22. dans le dénombrement qu’il fait des parures des filles de Sion, n’oublie pas les aiguilles dont elles se servoient pour peindre leurs yeux & leurs paupieres. La mode en étoit si reçue, que nous lisons dans un des livres des rois, liv. IV. ch. jx. v. 30. que Jésabel ayant appris l’arrivée de Jehu à Samarie, se mit les yeux dans l’antimoine, ou les plongea dans le fard, comme s’exprime l’Ecriture, pour parler à cet usurpateur, & pour se montrer à lui. Jéremie, chap. jv. v. 50. ne cessoit de crier aux filles de Judée : En vain vous vous revêtirez de pourpre & vous mettrez vos colliers d’or ; en vain vous vous peindrez les yeux avec l’antimoine, vos amans vous mépriseront. Les filles de Judée ne crurent point le prophete, elles penserent toujours qu’il se trompoit dans ses oracles ; en un mot, rien ne fut capable de les dégoûter de leur fard : c’est pour cela qu’Ezéchiel, chap. xxiij. v. 40. dévoilant les déréglemens de la nation juive, sous l’idée d’une femme débauchée, dit, qu’elle s’est baignée, qu’elle s’est parfumée, qu’elle a peint ses yeux d’antimoine. qu’elle s’est assise sur un très-beau lit & devant une table bien couverte, &c.

Cet usage du fard tiré de l’antimoine ne finit pas dans les filles de Sion ; il se glissa, s’étendit, se perpétua par-tout. Nous trouvons que Tertullien & S. Cyprien déclamerent à leur tour très-vivement contre cette coûtume usitée de leur tems en Afrique, de se peindre les yeux & les sourcils avec du fard d’antimoine : inunge oculos tuos, non stibio diaboli, sea collyrio Christi, s’écrioit S. Cyprien.

Ce qu’il y a de singulier, c’est qu’aujourd’hui les femmes Syriennes, Babyloniennes, & Arabes, se noircissent du même fard le tour de l’œil, & que les hommes en font autant dans les deserts de l’Arabie, pour se conserver les yeux contre l’ardeur du soleil. Voyez Tavernier, voyage de Perse, liv. II. ch. vij. & Gabriel Sionita, de moribus orient. cap. xj. M. d’Arvieux, dans ses voyages imprimés à Paris en 1717, livre XII. pag. 27, remarque, en parlant des femmes Arabes, qu’elles bordent leurs yeux d’une couleur noire composée avec de la tuthie, & qu’elles tirent une ligne de ce noir en-dehors du coin de l’œil, pour le faire paroître plus fendu.

Depuis les voyages de M. d’Arvieux, le savant M. Shaw rapporte dans ceux qu’il a faits en Barbarie, à l’occasion des femmes de ces contrées, qu’elles croiroient qu’il manqueroit quelque chose d’essentiel à leur parure, si elles n’avoient pas teint le poil de leurs paupieres & leurs yeux de ce qu’on nomme al-co-hol, qui est la poudre de mine de plomb. Cette opération se fait en trempant dans cette poudre un petit poinçon de bois de la grosseur d’une plume, & en le passant ensuite entre les paupieres : elles se persuadent que la couleur sombre, que l’on parvient de cette façon à donner aux yeux, est un grand agrément au visage de toutes sortes de personnes.

Entr’autres colifichets des femmes d’Egypte, ajoûte le voyageur anglois, j’ai vû tirer des catacombes de Sakara, un bout de roseau ordinaire renfermant un poinçon de la même espece de ceux des Barbaresques, & une once de la même poudre dont on se sert encore actuellement (1740) dans ce pays-là, pour le même usage.

Les femmes greques & romaines emprunterent des Asiatiques, la coûtume de se peindre les yeux avec de l’antimoine ; mais pour étendre encore plus loin l’empire de la beauté, & réparer les couleurs flétries, elles imaginerent deux nouveaux fards inconnus auparavant dans le monde, & qui ont passé jusqu’à nous : je veux dire le blanc & le rouge. Delà vient que les Poëtes feignirent que la blancheur d’Europe ne lui venoit que parce qu’une des filles de Junon avoit dérobé le petit pot de fard blanc de cette déesse, & en avoit fait présent à la fille d’Agenor. Quand les richesses affluerent dans Rome, elles y porterent un luxe affreux ; la galanterie introduisit les recherches les plus rafinées dans ce genre, & la corruption générale y mit le sceau.

Ce que Juvénal nous dit des bapses d’Athènes, de ces prêtres efféminés qu’il admet aux mysteres de la toilette, se doit entendre des dames romaines, sur l’exemple desquelles, ceux dont le poëte veut parler, mettoient du blanc & du rouge, attachoient leurs longs cheveux d’un cordon d’or, & se noircissoient le sourcil, en le tournant en demi-rond avec une aiguille de tête.

Ille supercilium madidâ fuligine factum,
Obliquâ producit acu, pingitque trementes,
Attollens oculos
. Juvén. Sat. 2.

Nos dames, dit Pline le naturaliste, se fardent par air jusqu’aux yeux, tanta est decoris affectatio, ut tingantur oculi quoque ; mais ce n’étoit-là qu’un leger crayon de leur mollesse.

Elles passoient de leurs lits dans des bains magnifiques, & là elles se servoient de pierres-ponces pour se polir & s’adoucir la peau, & elles avoient vingt sortes d’esclaves en titre pour cet usage. A cette propreté luxurieuse, succéda l’onction & les parfums d’Assyrie : enfin le visage ne reçut pas moins de façons & d’ornemens que le reste du corps.

Nous avons dans Ovide des recettes détaillées de fards, qu’il conseilloit de son tems aux dames romaines, je dis aux dames romaines, car le fard du blanc & du rouge étoit reservé aux femmes de qualité sous le regne d’Auguste ; les courtisanes & les affranchies n’osoient point encore en mettre. Prenez donc de l’orge, leur disoit-il, qu’envoyent ici les laboureurs de Libye ; ôtez-en la paille & la robe ; prenez une pareille quantité d’ers ou d’orobe, détrempés l’un & l’autre dans des œufs, avec proportion ; faites sécher & broyer le tout ; jettez-y de la poudre de corne de cerf ; ajoûtez-y quelques oignons de narcisse ; pilez le tout dans le mortier ; vous y admettrez enfin la gomme & la farine de froment de Toscane ; que le tout soit lié par une quantité de miel convenable : celle qui se servira de ce fard, ajoûte-il, aura le teint plus net que la glace de son miroir.

Quæcumque afficiet tali medicamine vultum,
Fulgebit speculo lævior ipsa suo.

Mais on inventa bien-tôt une recette plus simple que celle d’Ovide, & qui eut la plus grande vogue : c’étoit un fard composé de la terre de Chio, ou de Samos, que l’on faisoit dissoudre dans du vinaigre. Horace l’appelle humida creta. Pline nous apprend que les dames s’en servoient pour se blanchir la peau, de même que de la terre de Selinuse, qui est, dit-il, d’un blanc de lait, & qui se dissout promptement dans l’eau. Fabula, selon Martial, craignoit la pluie, à cause de la craie qui étoit sur son visage ; c’étoit une des terres dont nous venons de parler. Et Pétrone, en peignant un efféminé, s’exprime ainsi : Perfluebant per frontem sudantis acaciæ rivi, & inter rugas malarum, tantùm erat cretæ, ut putares detractum parietem nimbo laborare : « Des ruisseaux de gomme couloient sur son front avec la sueur, & la craie étoit si épaisse dans les rides de ses joues, qu’on auroit dit que c’étoit un mur que la pluie avoit déblanchi ».

Poppée, cette célebre courtisane, doüée de tous les avantages de son sexe, hors de la chasteté, usoit pour son visage d’une espece de fard onctueux, qui formoit une croûte durable, & qui ne tomboit qu’après avoir été lavée avec une grande quantité de lait, lequel en détachoit les parties, & découvroit une extrème blancheur : Poppée, dis-je, mit ce nouveau fard à la mode, lui donna son nom, Poppæana pingicia, & s’en servit dans son exil même, où elle fit mener avec elle un troupeau d’ânesses, & se seroit montrée avec ce cortége, dit Juvénal, jusqu’au pole hyperborée.

Cette pâte de l’invention de Poppée qui couvroit tout le visage, formoit un masque, avec lequel les femmes alloient dans l’intérieur de leur maison : c’étoit-là, pour ainsi dire, le visage domestique, & le seul qui étoit connu du mari. Ses levres, si nous écoutons Juvénal, s’y prenoient à la glu :

Hinc miseri viscantur labra mariti.


Ce teint tout neuf, cette fleur de peau, n’étoit faite que pour les amans ; & sur ce pié-là, ajoûte l’abbé Nadal, la nature ne donnoit rien ni aux uns ni aux autres.

Les dames romaines se servoient pour le rouge, au rapport de Pline, d’une espece de fucus qui étoit une racine de Syrie avec laquelle on teignoit les laines. Mais Théophraste est ici plus exact que le naturaliste romain : les Grecs, selon lui, appelloient fucus, tout ce qui pouvoit peindre la chair ; tandis que la substance particuliere dont les femmes se servoient pour peindre leurs joues de rouge, étoit distinguée par le nom de rizion, racine qu’on apportoit de Syrie en Grece à ce sujet. Les Latins, à l’imitation du terme grec, appellerent cette plante radicula ; & Pline l’a confondue avec la racine dont on teignoit les laines.

Il est si vrai que le mot fucus étoit un terme général pour désigner le fard, que les Grecs & les Romains avoient un fucus métallique qu’ils employoient pour le blanc, & qui n’étoit autre chose que la céruse ou le blanc de plomb de nos revendeuses à la toilette. Leur fucus rouge se tiroit de la racine rizion, & étoit uniquement destiné pour rougir les joues : ils se servirent aussi dans la suite pour leur blanc, d’un fucus composé d’une espece de craie argentine ; & pour le rouge du purpurissum, préparation qu’ils faisoient de l’écume de la pourpre, lorsqu’elle étoit encore toute chaude. Voyez Pourpre, (Coquille).

C’en est assez sur les dames greques & romaines. Poursuivons à-présent l’histoire du fard jusqu’à nos jours, & prouvons que la plûpart des peuples de l’Asie & de l’Afrique sont encore dans l’usage de se colorier diverses parties du corps de noir, de blanc, de rouge, de bleu, de jaune, de verd, en un mot de toutes sortes de couleurs, suivant les idées qu’ils se sont formées de la beauté. L’amour-propre & la vanité ont également leur recherche dans tous les pays du monde ; l’exemple, les tems, & les lieux, n’y mettent que le plus ou le moins d’entente, de goût, & de perfection.

En commençant par le Nord, nous apprenons qu’avant que les Moscovites eussent été policés par le czar Pierre premier, les femmes Russes savoient déjà se mettre du rouge, s’arracher les sourcils, se les peindre ou s’en former d’artificiels. Nous voyons aussi que les Groenlandoises se bariolent le visage de blanc & de jaune ; & que les Zembliennes, pour se donner des graces, se font des raies bleues au front & au menton. Les Mingreliennes, sur le retour, se peignent tout le visage, les sourcils, le front, le nez, & les joues. Les Japonoises de Jédo se colorent de bleu les sourcils & les levres. Les Insulaires de Sombréo au nord de Nicobar, se plâtrent le visage de verd & de jaune. Quelques femmes du royaume de Décan se font découper la chair en fleurs, & teignent les fleurs de diverses couleurs, avec des jus de racines de leur pays.

Les Arabes, outre ce que j’en ai dit ci-dessus, sont dans l’usage de s’appliquer une couleur bleue aux bras, aux levres, & aux parties les plus apparentes du corps ; ils mettent hommes & femmes cette couleur par petits points, & la font pénétrer dans la chair avec une aiguille faite exprès : la marque en est inaltérable.

Les Turquesses africaines s’injectent de la tuthie préparée dans les yeux, pour les rendre plus noirs, & se teignent les cheveux, les mains, & les piés en couleur jaune & rouge. Les femmes maures suivent la mode des Turquesses ; mais elles ne teignent que les sourcils & les paupieres avec de la poudre de mine de plomb. Les filles qui demeurent sur les frontieres de Tunis se barbouillent de couleur bleue le menton & les levres ; quelques-unes impriment une petite fleur, dans quelque autre partie du visage, avec de la fumée de noix de galle & du safran. Les femmes du royaume de Tripoli font consister les agrémens dans des piquûres sur la face, qu’elles pointillent de vermillon ; elles peignent leurs cheveux de même. La plûpart des filles Negres du Sénégal, avant que de se marier, se font broder la peau de différentes figures d’animaux & de fleurs de toutes couleurs. Les Négresses de Serra-Liona se colorent le tour des yeux de blanc, de jaune, & de rouge.

Les Floridiennes de l’Amérique septentrionale se peignent le corps, le visage, les bras, & les jambes de toutes sortes de couleurs ineffaçables ; parce qu’elles ont été imprimées dans les chairs par le moyen de plusieurs piquûres. Enfin les femmes sauvages Caraïbes se barbouillent toute la face de rocou.

Si nous revenons en Europe, nous trouverons que le blanc & le rouge ont fait fortune en France. Nous en avons l’obligation aux Italiens, qui passerent à la cour de Catherine de Medicis : mais ce n’est que sur la fin du siecle passé, que l’usage du rouge est devenu général parmi les femmes de condition.

Callimaque, dans l’hymne intitulée les bains de Pallas, a parlé d’un fard bien plus simple. Les deux déesses Vénus & Pallas se disputoient le prix & la gloire de la beauté : Vénus fut long-tems à sa toilette ; elle ne cessa point de consulter son miroir, retoucha plus d’une fois à ses cheveux, regla la vivacité de son teint ; au lieu que Minerve ne se mira ni dans le métal, ni dans la glace des eaux, & ne trouva point d’autre secret pour se donner du rouge, que de courir un long espace chemin, à l’exemple des filles de Lacédémone qui avoient accoûtumé de s’exercer à la course sur le bord de l’Eurotas. Si le succès alors justifia les précautions de Vénus, ne fut-ce pas la faûte du juge, plûtôt que celle de la nature ?

Quoi qu’il en soit, je ne pense point qu’on puisse réparer par la force de l’art les injures du tems, ni rétablir sur les rides du visage la beauté qui s’est évanoüie. Je sens bien la justesse des réflexions de Rica dans sa lettre à Usbek : « Les femmes qui se sentent finir d’avance par la perte de leurs agrémens, voudroient reculer vers la jeunesse ; eh comment ne chercheroient-elles pas à tromper les autres ! elles font tous leurs efforts pour se tromper elles-mêmes, & pour se dérober la plus affligeante de toutes les idées ». Mais comme le dit Lafontaine :

Les fards ne peuvent faire
Que l’on échappe au tems, cet insigne larron ;
Les ruines d’une maison
Se peuvent réparer ; que n’est cet avantage
Pour les ruines du visage ?

Cependant loin que les fards produisent cet effet, j’ose assûrer au contraire qu’ils gâtent la peau, qu’ils la rident, qu’ils alterent & ruinent la couleur naturelle du visage : j’ajoûte qu’il y a peu de fards dans le genre du blanc, qui ne soit dangereux. Aussi les femmes qui se servent de l’huile de talc comme d’un fard excellent, s’abusent beaucoup ; celles qui employent la céruse, le blanc de plomb, ou le blanc d’Espagne, n’entendent pas mieux leurs intérêts ; celles qui se servent de préparations de sublimé, font encore plus de tort à leur santé : enfin l’usage continuel du rouge, sur-tout de ce vermillon terrible qui jaunit tout ce qui l’environne, n’est pas sans inconvénient pour la peau. Voyez Rouge.

Afranius répétoit souvent & avec raison à ce sujet : « des graces simples & naturelles, le rouge de la pudeur, l’enjoüement, & la complaisance, voilà le fard le plus séduisant de la jeunesse ; pour la vieillesse, il n’est point de fard qui puisse l’embellir, que l’esprit & les connoissances ».

Je ne sache aucun ouvrage sur les fards ; j’ai lû seulement que Michel Nostradamus, ce medecin si célebre par les visites & les présens qu’il reçut des rois & des reines, & par ses centuries qui l’ont fait passer pour un visionnaire, un fou, un magicien, un impie, a donné en 1552 un traité des fardemens & des senteurs, que je n’ai jamais pû trouver, & qui peut-être n’est pas fort à regretter. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fard »

Diez, trouvant que le lat. tincta, teinte, est traduit en vieil haut allemand par gi-farwit, gifarit, de farwjan, teindre, tire de là le mot fard. Scheler cite de Palsgrave : paynting of ones face, farcement ; ce qui supposerait un verbe farcer. C'est une faute de Palsgrave ; le verbe est farder ; et non farcer (voy. FARDER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) (1213) Déverbal de farder.
(Nom commun 1) De fardeau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fard far

Évolution historique de l’usage du mot « fard »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fard »

  • Les civilisations sont les fards de l'humanité. De Pierre Reverdy / Le livre de mon bord, notes 1930-1936
  • La dissimulation farde les amitiés nouvelles et recrépit les vieilles haines. De Charles Dufresny / Le double veuvage
  • Le fard blanchit les rides, mais ne les cache pas. De Claude Adrien Helvétius / Maximes et pensées
  • La phare illumine les mers. Le fard enlumine les filles. De Alphonse Allais / Le Chat noir - 25 Janvier 1890
  • Il n'est pour la beauté, de fard pareil au bonheur. De Comtesse de Blessington / Desultory thoughs and reflections
  • Le bonheur est la poésie des femmes, comme la toilette en est le fard. De Honoré de Balzac / Le père Goriot
  • La culture a la vertu d'embellir un visage plus que le fard et les cosmétiques. De Jean Bousquet (1910 - ) / Mon ami Georges
  • Un visage commun s'embellit par le fard, Le beau n'a pas besoin des ornements de l'art. De Jean de Rotrou
  • Les femmes ont à leur disposition deux armes terribles : le fard et les larmes. Heureusement pour les hommes elles ne peuvent pas s’en servir en même temps. De Marilyn Monroe
  • Trois choses ne s’obtiennent pas grâce aux trois autres : la richesse grâce au désir, la jeunesse grâce au fard, la santé grâce aux médicaments. De Proverbe persan
  • La première fois qu'une fille se colle du fard, son univers change du tout au tout, c'est le début de son traumatisme féminin, de son engagement libertaire. De Zoé Valdés / La Douleur du dollar
  • Une excuse est un mensonge fardé. De Jonathan Swift / Toughs on Various Subjects
  • Qui son visage farde à son cul pense. De Proverbe indien
  • Une femme peut mettre ses fards en veilleuse quand elle a de beaux yeux pour éclairer son visage. De Jean Delacour
  • L'on m'a dit aussi que vous vous fardiez. Fort bien ! Dieu vous a donné un visage, et vous vous en fabriquez un autre. De William Shakespeare / Hamlet
  • Dans la dernière recherche de fard à paupières, nos experts ont fourni les dernières tendances de croissance industrielle en fonction des besoins du client. De plus, ce rapport de recherche vous permet de capturer des statistiques perspicaces et, en attendant, d’avoir une compréhension claire du marché mondial des fards à paupières. De plus, il vous permet de garder une longueur d’avance sur la concurrence dans l’environnement industriel. Le rapport sur le marché des ombres à paupières est évalué comme une étude intelligente et systématique qui vous permet de renforcer votre point de vue lié à plusieurs facteurs tels que la croissance du marché des ombres à paupières, les tendances futures, la situation actuelle et les perspectives à venir pour des segments distincts. Journal l'Action Régionale, Taille du marché de fard à paupières 2020-26:, L’Oréal, Avon, Lancôme – Journal l'Action Régionale
  • Mondial Pinceau fard à joues marché 2020: le nouveau rapport de recherche ajoute dans la base de données Rapports de précision. Ce rapport de recherche répartis sur les pages, de résumer les entreprises et les supports Top avec des tables et des chiffres. Rapport final ajoutera lanalyse de limpact des Covid-19 sur cette industrie. , Taille du marché mondial Pinceau fard à joues 2020 Analyse par industrie Tendances, Taille, Partager, Entreprise, Croissance, Développement et prévisions par 2026 – Derrière-l'Entente.com
  • Mondial Le fard à paupières marché 2020: le nouveau rapport de recherche ajoute dans la base de données Rapports de précision. Ce rapport de recherche répartis sur les pages, de résumer les entreprises et les supports Top avec des tables et des chiffres. Rapport final ajoutera lanalyse de limpact des Covid-19 sur cette industrie. , Impact de Covid-19 sur le marché Le fard à paupières 2020: Taille de lindustrie mondiale, les tendances, la croissance, Rapport de recherche Insights et prévisions 2026 – JustFamous
  • Le marché de la beauté et particulièrement du maquillage a été bouleversé par la crise du coronavirus. La routine soin des Français a changé. Exit le rouge à lèvre, les ventes de fard à paupières explosent. CNEWS, Les masques auront-ils la peau du maquillage ? | CNEWS
  • Le rapport d’étude de marché mondial Pinceau fard à joues est une recherche complète qui fournit des informations sur la taille du marché Pinceau fard à joues, les tendances, la croissance, la structure des coûts, la capacité, les revenus et les prévisions 2025. Ce rapport comprend également l’étude globale de la part de marché Pinceau fard à joues avec tous ses aspects influençant la croissance du marché. Le rapport sur le marché mondial Pinceau fard à joues est fourni pour les marchés internationaux ainsi que les tendances de développement, l’analyse du paysage concurrentiel et l’état de développement des régions clés. Les politiques et plans de développement sont discutés ainsi que les processus de fabrication et les structures de coûts sont également analysés. Ce rapport est une analyse quantitative exhaustive de l’industrie Pinceau fard à joues et fournit des données pour l’élaboration de stratégies visant à accroître la croissance et l’efficacité du marché Pinceau fard à joues. , Part du marché Pinceau fard à joues 2020, taille, technologie, application, chiffre d’affaires, analyse des meilleures entreprises et rapport de recherche prévisionnel 2026 – InFamous eSport
  • Rapport global Le fard à paupières marché 2020 a brève analyse et proposition complète à léchelle du segment de marché, la taille, laction, lanalyse transversale, et les prévisions de revenus pour 2026. Le fait de rapport sur les aspects essentiels du marché Le fard à paupières sur les échelles mondiales et régionales. Il présente une analyse des facteurs de marché, les tendances de lindustrie, la dynamique du marché, les principaux acteurs et leurs limites. Par ailleurs, le marché Le fard à paupières comprend des canaux de vente, les distributeurs, les négociants, les résultats de la recherche, la conclusion, lannexe et source de données. , Impact de Covid-19 sur Le fard à paupières Industrie: Taille du marché mondial, la croissance, action, offre, demande, segments et prévisions 2020-2026 – MillauJournal

Images d'illustration du mot « fard »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fard »

Langue Traduction
Anglais blush
Espagnol sonrojo
Italien arrossire
Allemand erröten
Chinois 脸红
Arabe احمر خدود
Portugais corar
Russe румянец
Japonais 赤面
Basque blush
Corse blush
Source : Google Translate API

Synonymes de « fard »

Source : synonymes de fard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fard »

Fard

Retour au sommaire ➦

Partager