La langue française

Exempt

Définitions du mot « exempt »

Trésor de la Langue Française informatisé

EXEMPT1, EXEMPTE, adj.

[En parlant de pers. ou d'un groupe soc.]
A.− Domaine du dr.Exempt de qqc.
1. Qui est exonéré, dispensé (de quelque chose) par une décision juridique, réglementaire ou dans le cadre d'une réglementation. Cent mille nobles étaient exempts de payer des impôts (Staël, Consid. Révol.,t. 1, 1817, p. 222).Les sous-offs sont exempts de travail (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 222):
1. Il [Flaminius] (...) fit proclamer par un héraut le Sénatus-consulte suivant : « Le Sénat et le peuple romain, et T. Q. Flaminius, proconsul, vainqueur de Philippe et des Macédoniens, déclarent libres et exempts de tout tribut, les Corinthiens, les Phocidiens... Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 56.
Absol., vieilli. Exempté des obligations militaires. Je me trouve exempt comme fils de veuve, et je n'ai pas envie d'aller faire, pour un autre, le métier qui m'aurait déplu pour mon propre compte (Soulié, Mém. diable,t. 2, 1837, p. 298).
P. ext. [En parlant d'une chose, d'une opération comm. ou jur.] Les obligations, reconnaissances et tout acte concernant l'administration des monts [-de-piété], sont exempts des droits de timbre et d'enregistrement (Dumont, Organ. monts-de-piété,1905, p. 19):
2. Toujours est-il qu'il y a une certaine « progressivité à rebours » des charges fiscales pour les revenus les plus faibles, puisque ceux-ci, tout en étant exempts de l'impôt sur le revenu, sont sujets aux taxes effectivement régressives sur les consommations. Univers écon. et soc.,1960, p. 4806.
2. Vieilli. Qui est soustrait à (une juridiction générale). Certains ecclésiastiques étaient exempts de la juridiction épiscopale ordinaire (DG). Il obtint (...) que cet hôpital (...) fut exempt de toute juridiction épiscopale (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 294).
B.− Au fig.
1. [Le compl. désigne un mal considéré comme commun à l'ensemble des hommes] Qui est préservé de (quelque chose). Aussi échappa-t-elle à la malédiction prononcée contre Ève et sa postérité. Elle est exempte de douleur et de mort (France, Balth.,Fille Lil., 1889, p. 97).Les rois ne sont pas exempts du déplaisir (Audiberti, Mal court,1947, I, p. 136).
En partic., vieilli. [Le compl. désigne une maladie contagieuse ou très commune] Qui est épargné. Ces deux villages, dans l'exposition favorable du nord, sont exempts des progrès de la fièvre (Latouche, L'Héritier, Lettres amans,1821, p. 77).Ils avaient beau être solides et flibustiers et petites canailles!... ils étaient pas exempts de bronchite! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 615).
2. [Le compl. désigne un défaut] Qui est dépourvu de (quelque chose). Aucun peintre, je crois, n'est plus original et plus exempt de manière que lui [Murillo] (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 341).C'est un vrai sage, pur de haine, exempt d'erreur (Hugo, Burg.,1843, p. 118).
[Dans une constr. négative] Qui n'est pas exempt de, non exempt de. Qui a à quelque degré. Les meilleurs ne sont pas exempts d'une pensée égoïste (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 527):
3. ... il s'acoquina à des hommes du monde (...) : lord Grimthorpe et sir William Eden, gentilshommes excentriques, fastueux et fanfarons, non exempts de cynisme, comme on l'était sous les rois George. Blanche, Modèles,1928, p. 221.
P. ext. Qui n'est pas entaché de.
a) [En parlant d'un comportement, d'un sentiment, d'une activité intellectuelle] Son jugement est sain, exempt de troubles autres que ceux qu'il cherche, de passions autres que ses colères contenues (Vigny, Chatterton,1835, p. 234):
4. Aussi frappa-t-elle avec une netteté et une vigueur de bourreau et qui étaient exemptes de cruauté, car Odette n'avait pas conscience du mal qu'elle faisait à Swann... Proust, Swann,1913, p. 370.
b) [En parlant d'une œuvre de l'esprit] Un procédé simple et exempt d'erreur (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. xxvii).Le premier alphabet n'avait pu manquer d'être exempt de tous défauts (Destutt de Tr., Idéol. 2,1803, p. 349).
c) [En parlant d'une chose concr.] Sans. Un ciel exempt d'orages (Barbier, Iambes,1840, p. 86).La garniture de la cheminée, l'encadrement des glaces étaient exempts de ce faux goût qui gâte tout en province (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 316).
3. [Le compl. désigne un désagrément, une tâche matérielle] Qui est soulagé de (quelque chose). C'est pour moi un soulagement utile de passer quelques jours exempt des soins et des travaux qu'exige une famille nombreuse (Crèvecœur, Voyage,t. 2, 1801, p. 264).
C.− Dans le domaine des techn. et des sc. de la nature.Qui ne comporte pas certaines choses. Si la liqueur ne se colore pas, le sel est exempt de plomb (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. 1, 1821, p. 162).Des produits exempts de soufflure (Barnerias, Acieries,1934, p. 95).
Prononc. et Orth. : [εgzɑ ̃], [e-], fém. [-ɑ ̃:t]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Comme l'adj. est toujours suivi de la prép. de, le problème de la liaison ne se pose pas. Noter que tous les dict. gén. suppriment [p] dans exempt et exempter, mais qu'ils le transcrivent tous dans exemption. D'apr. Rouss.-Lacl. 1927, p. 161, c'est parce que le dernier est un emprunt plus récent que les 2 premiers. Étymol. et Hist. 1260 (Menestrel de Reims, 478 ds T.-L.). Empr. au lat. exemptus, part. passé du verbe eximere « retirer, enlever »; cf. lat. médiév. exemptus adj. « exempt de l'autorité épiscopale » (1171-72 ds Nierm.).

EXEMPT2, subst. masc.

A.− Ecclésiastique qui n'est pas soumis à la juridiction épiscopale ordinaire mais à l'autorité pontificale (Dict. xixeet xxes.).
B.− Vx, HIST.
1. Sous-officier de cavalerie, commandant en l'absence du capitaine et de ses lieutenants. M. de Duras, (...) était exempt dans les gardes (Balzac, Œuvres div.,t. 1, 1824-30, p. 543).
2. Officier de police qui procédait aux arrestations. Accompagné du procureur du roi au Châtelet, de trois commissaires et d'un exempt, il se transporta aux lieux indiqués, et ordonna que tous étrangers eussent à en sortir dans les vingt-quatre heures (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 397).
Prononc. et Orth. Cf. exempt1. Étymol. et Hist. 1617 un ezent de gardes « sous-officier de cavalerie exempt du service ordinaire qui commandait en l'absence du capitaine ou de ses lieutenants » (A. d'Aubigné, éd. Réaume et Caussade, II, p. 385); 1165 « officier de police qui commandait une escouade de gardes » (Molière, L'Etourdi, éd. A. D. Régnier, 1677); 1690 « celui qui est délivré de certaines charges » (Fur.). Emploi subst. de l'adj. exempt*.
STAT. − Exempt1 et 2. Fréq. abs. littér. : 570. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 270, b) 833; xxes. : a) 445, b) 625.

Wiktionnaire

Adjectif

exempt \ɛɡ.zɑ̃\ masculin

  1. Qui par droit, par privilège, par nature, n’est pas sujet à quelque chose ; qui n’est pas assujetti à quelque chose.
    • Autrefois les gentilshommes étaient exempts de tailles.
    • Être exempt du service militaire.
    • Être exempt de passion.
    • Son cœur n’est point exempt de faiblesse.
    • Azora fit l'éloge du défunt ; mais elle avoua qu'il avait des défauts dont Cador était exempt. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, II. Le nez, 1748)
    • Cette dernière a peu apprécié d’être accusée, dans un courriel de l’association évoquant un complot contre Wikimédia France, d’avoir pris une décision non exempte de motifs personnels, et l’a fait savoir. — (Morgane Tual, Damien Leloup, Démissions, subvention amputée, gouvernance mise en cause : crise ouverte chez Wikimédia France sur LeMonde.fr, Le Monde. Mis en ligne le 29 juillet 2017, consulté le 29 juillet 2017)
  2. Qui est garanti de ; qui est préservé de ; qui est dépourvu de.
    • Quelquefois on décape l’argent à l'acide azotique, mais il faut employer de l’acide bien exempt de chlore, qui formerait du chlorure d’argent à la surface de l’objet. — (A. De Plazanet, « Hydroplastie (Électro-chimie - Galvanoplastie) », chap. 38 des Études sur l'Exposition de 1867 ou Les archives de l'Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’État actuel des arts des sciences de l'industrie et de l'agriculture chez toutes les nations, édité par Eugène Lacroix, Paris, 1867, p. 423)
    • C’est le procédé Wynne et Powel qui emploient une solution de densité 1,8 exempte d’oxychlorure, qui à la température de 100° dissous 5 à 6 % de cellulose. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Nom commun

exempt \ɛɡ.zɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : exempte)

  1. Officier qui commandait en l'absence du capitaine.
  2. (Désuet) Officier de police.
    • – Eh! Sire, dit le duc, si vous doutez, envoyez un exempt au Palais et faites venir le conseiller au Louvre. — (Alexandre Dumas, Le comte de Moret (Le sphinx rouge), 1865, II, 2)
  3. Officier subalterne dans les service du guet, chargé des arrestations.
  4. Ecclésiastique qui n'etait pas soumis à la juridiction de l'Ordinaire.

Adjectif

exempt masculin

  1. Exempt.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXEMPT, EMPTE. (Dans ce mot et dans les deux suivants, le P ne se prononce point.) adj.
Qui par droit, par privilège, par nature, n'est point sujet à quelque chose, qui n'est point assujetti à quelque chose. Autrefois les gentilshommes étaient exempts de tailles. Être exempt du service militaire. Être exempt de passion. Son cœur n'est point exempt de faiblesse. Il signifie aussi Qui est garanti, préservé de. Mener une vie exempte de peines, de soucis. Un ouvrage exempt de défauts. Sa conduite ne fut point exempte de blâme.

Littré (1872-1877)

EXEMPT (è-gzan-gzan-t') adj.
  • 1Qui n'est point assujetti à. Être exempt du service militaire. Être exempt de la taxe. Tous le disent exempt de la rigueur des lois, Rotrou, Vencesl. v, 8.

    Il est exempt de bien faire, se dit par raillerie d'un homme qui se tient oisif pendant que ses compagnons travaillent.

    Fig. Par les muses seulement L'homme est exempt de la parque, Malherbe, II, 2. Le dieu qu'on nomme Amour n'est pas exempt d'aimer ; à son flambeau quelquefois il se brûle, La Fontaine, Psyché, I, p. 22. Ô vous dont les grands noms sont exempts de la mort, Racine L. Relig. II. On ne plaint jamais dans autrui que les maux dont on ne se croit pas exempt soi-même, Rousseau, Ém. IV.

    Dispensé de. L'on s'est trouvé exempt de charger l'ouvrage de longues observations, La Bruyère, Disc. sur Théophr.

  • 2Qui n'a pas souffert de, qui n'éprouve pas. Exempt d'ambition, de faste, d'avarice. Crois-tu les gens du monde exempts d'inquiétude ? Ne vois-tu rien pour eux ni d'amer ni de rude ? Corneille, Imit. III, 12. Le sage vit exempt d'un tribut si funeste [l'ambition], La Fontaine, Philém. et Baucis. À mesure qu'ils se justifiaient de l'une [imputation], vos pères en substituaient une autre, afin qu'ils n'en fussent jamais exempts, Pascal, Prov. 17. Exempte des soupçons dont je suis tourmentée, Racine, Bajaz. IV, 4. L'imbécile Ibrahim, sans craindre sa naissance, Traîne, exempt de péril, une éternelle enfance, Racine, Bajaz. I, 1. Elle avoua qu'il avait de défauts dont Cador était exempt, Voltaire, Zadig, II.

    Il se dit de même des choses. Un ouvrage exempt de défauts. Sa conduite n'a pas été exempte de blâme. Je lui garde une flamme exempte d'infamie, Corneille, Pomp. II, 1. Vous avez perdu ces consolations qui par un charme secret faisaient oublier les maux dont la vie humaine n'est jamais exempte, Bossuet, Anne de Gonz.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et Johan de Beaumont dit que chascun doit motrer [montrer] qu'il soit exans, c'est à dire qu'il n'est pas du poer [pouvoir] à celui juge, Liv. de just. 86.

XVe s. De l'escot s'en yra exent, Moyennant qu'il montre ce livre, Villon, Repues franches.

XVIe s. Voyez-le bien [mon cœur], il est, certes, exempt De faux penser, feintise ou trahison, Marot, I, 352. Vie exempte d'affliction, Montaigne, I, 219. Aulcune partie n'est exempte de corruption, Montaigne, IV, 199.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* EXEMPT, adj. (Gramm.) terme relatif à quelque loi commune, qui n’oblige point celui qu’on en dit exempt.

Exempt de l’Ordinaire, (Jurispr.) se dit de certains monasteres, chapitres & autres ecclésiastiques, soit séculiers ou réguliers, qui ne sont pas soûmis à la jurisdiction de l’évêque diocésain, & relevent de quelqu’autre supérieur ecclésiastique, tel que le métropolitain ou le pape. Voyez ci-après Exemption. (A)

Exempt, (Jurispr.) est aussi un officier dans certains corps de cavalerie, qui commande en l’absence du capitaine & des lieutenans. Ces officiers ont sans doute été appellés exempts, parce qu’étant au-dessus des simples cavaliers, ils sont dispensés de faire le même service. Les exempts, pour marque de leur autorité, portent un bâton de commandement qui est d’ébene, garni d’yvoire par les deux bouts ; c’est ce que l’on appelle le bâton d’exempt. Quelquefois par ce terme, bâton d’exempt, on entend la place même d’exempt.

Il y a des exempts dans les compagnies des gardes du corps, qui sont des places considérables.

Il y a aussi des exempts dans la compagnie de la connétablie, lesquels sont chargés, avec les autres officiers de cette compagnie, de notifier les ordres de MM. les maréchaux de France pour les affaires du point d’honneur, & d’arrêter ceux qui sont dans le cas de l’être, en vertu des ordres qui leur sont donnés pour cet effet.

Il y a pareillement des exempts dans le corps des maréchaussées, dans la compagnie de robe-courte, dans la compagnie du guet à cheval, & même dans celle du guet à pié. Ces exempts sont ordinairement chargés de notifier les ordres du roi & de faire les captures, soit en exécution d’ordres du roi directement, ou en vertu de quelque decret ou contrainte par corps. Les exempts de maréchaussée n’ont pas le pouvoir d’informer, comme il fut jugé par arrêt du grand-conseil du 2 Avril 1616. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « exempt »

Provenç, exempt, exem ; espagn. exento ; portug. isento ; du latin exemptus, exempté, retiré, de eximere, retirer, de ex, et emere, prendre, recevoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1265) Emprunt au latin exemptus, « action d’enlever, tirer hors de, affranchir ».
Au sens « policier », les exempts étaient souvent choisis parmi les exemptés de la cavalerie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin exemptus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « exempt »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exempt ɛgzɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « exempt »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exempt »

  • Pensez aux maux dont vous êtes exempt. De Joseph Joubert / Carnets
  • Il y a tant de lois qu'il n'y a personne exempt d'être pendu. De Napoléon Bonaparte
  • S'il y a un amour pur et exempt du mélange de nos autres passions, c'est celui qui est caché au fond du coeur, et que nous ignorons nous-mêmes. De François de La Rochefoucauld
  • Les pensées sont exemptes d'impôt. De William Camden
  • C'est le mérite de la science, d'être exempte d'émotion. De Oscar Wilde / Le portrait de Dorian Gray
  • Les souvenirs ne sont en général, jamais exempts de souffrance. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • Le meilleur des bienfaiteurs est celui qui, par sa parfaite indélicatesse, exempte l'obligé de toute reconnaissance. De Jean Rostand
  • Si la pauvreté fait gémir l'homme, il bâille dans l'opulence. Quand la fortune nous exempte du travail, la nature nous accable du temps. De Antoine de Rivarol / De l'homme intellectuel et moral
  • Les philosophes ne sont pas exempts d'épreuves. La vérité leur coûte parfois la vie quand elle ne leur ôte pas la liberté d'en jouir. De Jean Tétreau / La messe en si mineur
  • Bombay (awp/afp) - Le conglomérat indien Reliance Industries est désormais exempt de dette financière après avoir levé plus de 22 milliards de dollars grâce à l'entrée à son capital de nouveaux actionnaires, dont Facebook, a annoncé vendredi son PDG Mukesh Ambani. , Le conglomérat Reliance Industries se déclare exempt de dette financière | Zone bourse
  • Beaucoup de commerces ont fermé depuis samedi pour limiter la propagation du covid-19. Emmanuel Macron a donc annoncé des mesures pour aider les entreprises à surmonter les difficultés liées à l’épidémie, notamment l’exemptions des loyers et des factures. CNEWS, Qui est concerné par l'exemption des loyers et la suspension des factures ? | CNEWS
  • En effet, le numéro un mondial a été exempté de la compétition par la Fédération française de triathlon (FFTri) en vue de préparer au mieux la finale mondiale de Lausanne (31 août), où il pourrait remporter le premier titre de champion du monde en World Triathlon Series (WTS) du triathlon français (depuis la nouvelle formule). L'Équipe, Vincent Luis exempt du Test Event de Tokyo en vue de la finale mondiale de Lausanne - Triathlon - L'Équipe
  • Tous les citoyens coréens doivent en effet effectuer un service militaire obligatoire de 21 mois avant leurs 28 ans. A 26 ans, celui qu'on surnomme «Sonaldo», en référence à la star portugaise Cristiano Ronaldo, était donc sur le point de voir sa prometteuse carrière compromise par ce service national. Sauf qu'il existe un moyen d'échapper à l'armée: le gouvernement récompense les médaillés d'or aux Jeux asiatiques et tous les médaillés aux Jeux olympiques par une exemption de service militaire. L'unique moyen de poursuivre sa carrière professionnelle était donc de remporter le titre lors de ces Jeux Asiatiques, qui se déroulent en Indonésie du 18 août au 3 septembre. Le Figaro.fr, Le footballeur Heung-min Son exempt de service militaire pour sa victoire aux Jeux Asiatiques

Traductions du mot « exempt »

Langue Traduction
Anglais exempt
Espagnol eximir
Italien esonerare
Allemand befreit
Chinois 豁免
Arabe معفى
Portugais isentar
Russe освободить
Japonais 免除
Basque salbuetsi
Corse esente
Source : Google Translate API

Synonymes de « exempt »

Source : synonymes de exempt sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exempt »

Exempt

Retour au sommaire ➦

Partager