Obligé : définition de obligé, obligée


Obligé, obligée : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OBLIGÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de obliger* et adj.
A. − Qui est imposé par les circonstances, les faits, dont la fonction semble nécessaire, d'usage.
1. [En parlant d'une chose]
Qu'il paraît nécessaire de faire, à quoi l'on ne peut échapper, dont on ne peut se dispenser. Synon. obligatoire, inévitable, de rigueur.Point de passage obligé. J'ai fait, outre mes livres obligés et mes articles, deux pièces en cinq actes, dont une avec prologue, qui entre demain en répétition à l'Odéon (Balzac,Lettres Étr., 1842, p.572).Malheureusement, Parme n'est guère sur la ligne des touristes. Le troupeau admiratif suit l'itinéraire obligé, Florence, Rome et Naples (Gautier,Guide Louvre, 1872, p.250).En février 1941, deux des nôtres, Hulot et Magnin, se laissèrent enfermer à dessein dans la cave où nous défilions chaque soir un à un, selon le cérémonial obligé, pour y déposer nos chaussures, que nous accrochions à des clous (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.233).
Qui est prévisible et semble inévitable. Le salariat, enfin, postérieur à la division du travail et à l'échange, est le corrélatif obligé de la théorie de réduction des frais, de quelque manière que s'obtienne cette réduction (Proudhon,Syst. contrad. écon., t.2, 1846, p.160).Tous se promettaient notre prochaine défaite, suivie d'une chute obligée, ou d'une inévitable révolution (Chateaubr.,Mém., t.3, 1848, p.180).C'était le frère de Sylvie qui nous rejoignait avec cette bonne gaieté rustique, suite obligée d'une nuit de fête, que des rafraîchissements nombreux avaient développée outre mesure (Nerval,Filles feu, Sylvie, 1854, p.611).
BIOL. Les virus sont des parasites intracellulaires obligés (Bariéty, Coury,Hist. méd., 1963, p.726).
Fam. C'est/c'était obligé. C'est/c'était une chose inévitable. Synon. c'est forcé*, fatal*.F...: Les bateaux anglais viendront prendre le blé dans le port moscovite le plus proche de nous. L'impératrice Catherine nous en louera un. Le Maréchal: Prodigieux! Totalement prodigieux! F...: Elle nous en louera un. C'est obligé (Audiberti,Mal court, 1947, iii, p.196).Voyez-vous, monsieur Mégrin, je vais vous dire une chose: en prison, c'est presque obligé, l'homme médite (Aymé,Uranus, 1948, p.231).
2. [En parlant d'une pers.] Qui ne peut se dispenser de remplir sa fonction. Celle-ci en effet possède ainsi dans sa filiale une cliente obligée, qui fait fructifier les capitaux qu'on lui confie, ou qui apporte ceux dont momentanément elle n'a pas l'emploi (Baudhuin,Crédit et banque, 1945, p.191).
[En parlant d'éléments d'une composition picturale] Qui est d'usage. Synon. attendu, inévitable.En haut, un centurion à cheval en manteau, l'air triste, semble montrer la scène: c'est le démonstrateur obligé dans les tableaux de Rubens (Michelet,Journal, 1832, p.106).C'est toujours le personnel obligé de ces peintures mystiques: la Vierge, l'Enfant Jésus, saint Sébastien (...) sainte Catherine, et (...) le donateur (Gautier,Guide Louvre, 1872, p.82).
3. MUS. Qui ne peut être supprimé sans que soit changée la structure du passage, de la composition du morceau. Accompagnement, instrument obligé. Partie obligée (Ac. 1835, 1878). Ce morceau étant avec piano obligé je priai Seymour-Schiff (...) de l'accompagner (Berlioz,Souv. voy., 1869, p.161).Plusieurs variations [des Partite] sont faites avec pédale obligée (Pirro,J.-S. Bach, 1919, p.206).Pratique scolaire de la fugue avec ses rentrées obligées (Koechlin,Écrit. fugue, 1933, p.30).
Mouvement obligé. Mouvement ,,d'une partie harmonique qui se résout, en vertu de la présence de notes attractives, sur une note invariable de l'accord suivant`` (Brenet, Dict. prat. et hist. mus., 1926, p.276). [L'accord septième de dominante] contient deux notes à mouvement obligé, la septième, dissonance, qui doit forcément descendre, et la tierce, qui, en qualité de note sensible, doit monter (Lavignac,Mus. et musiciens, 1895, p.277).
Récitatif obligé. ,,Récitatif accompagné et coupé par les instruments`` (Ac. 1798-1878). Le récitatif obligé (...) est aujourd'hui la seule ressource qui reste aux belles voix pour toucher les coeurs (Stendhal,Rome, Naples et Flor., t.2, 1817, p.239).
B. − [En parlant d'une pers.] Qui est redevable (à quelqu'un) d'un bienfait, d'une amabilité, et qui (lui) en témoigne de la reconnaissance. Être infiniment obligé à qqn de qqc. Je vous suis fort obligé de votre attention (Ac.):
1. Il aime les ministres, et moi aussi je les aime; je leur suis trop obligé pour ne pas les aimer. Jamais je n'ai eu recours à eux, qu'ils ne m'aient rendu bonne et prompte justice. Ils m'ont tiré trois fois des mains de leurs agents. Courier,Pamphlets pol., Lettres partic., 1, 1820, p.66.
[En tant que formule de politesse, de remerciement] Rouquérolle: (...) M. le baron ne fume pas? Fourchevif: Non... Je vous serais même obligé... le tabac incommode la baronne et moi-même (Labiche,Fourchevif, 1859, xii, tabl. 3, p.416).
P. ell. Machavoine: (...) Et v'là ton billet de garde!... c'est pour demain!... Chiffonnet, prenant le billet: Merci!... bien obligé! (Labiche,Misanthr. et Auv., 1852, x, 1, p.162).
ADMIN. Je vous serais obligé de... Formule traditionnelle qui précède une demande, une instruction, un ordre et combine les deux acceptions de «inciter à» et «rendre service» (d'apr. Admin. 1972):
2. Jusque-là, je vous serais obligé de m'adresser tous renseignements et toutes suggestions qui vous paraîtraient utiles, en tenant compte naturellement du secret dont vous mesurez parfaitement bien toute l'importance. De Gaulle,Mém. guerre,1954, p.340.
II. − Substantif
A. − Personne à qui on a rendu service, qui est liée par la reconnaissance à quelqu'un. L'espion: (...) Vous m'aviez laissé la vie, je sauvai la vôtre; nous étions quittes. De ce jour où je cessai d'être votre obligé, je devins votre enthousiaste (Dumas père, Napoléon, 1831, vi, tabl. 22, 4, p.150).Il ne peut donc pas y avoir de liens de bienfaiteurs à obligés entre ceux qui portent le message évangélique et ceux qui le reçoivent (Philos., Relig., 1957, p.44-16):
3. L'idée ne me vint pas qu'on pût écrire pour être lu. On écrit pour ses voisins ou pour Dieu. Je pris le parti d'écrire pour Dieu en vue de sauver mes voisins. Je voulais des obligés et non pas des lecteurs. Sartre,Mots, 1964, p.150.
B. − DROIT
1. Vx. ,,Acte passé entre un apprenti et un maître, sous des conditions réciproques`` (Ac. 1798-1878).
2. Le principal obligé. ,,Le principal débiteur, pour le distinguer de la caution`` (Ac. 1835, 1878).
Prononc.: [ɔbliʒe]. Fréq. abs. littér.: 6368. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 13275, b) 8573; xxes.: a) 7202, b) 6828.

Obligé, obligée : définition du Wiktionnaire

Adjectif

obligé

  1. Qui est d’usage, dont on ne peut guère se dispenser ; obligatoire.
    • Le matin était consacré à des courses à travers la ville, à quelque promenade à l’Alhambra ou au Généralife, et ensuite à la visite obligée aux dames chez qui nous avions passé la soirée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Ainsi la télévision publique est-elle un thème de débat, une posture obligée, une rhétorique de salon qui mériterait de figurer dans les mythologies des couches cultivées. — (Monique Dagnaud, L’État et les Médias: Fin de partie, Éditions Odile Jacob, 2000)
    • C’est le compliment obligé. — La formule obligée d’une lettre, d’une pétition.
  2. Redevable.
    • Je vous suis fort obligé de votre attention, de la peine que vous avez prise.
    • Je vous suis bien obligé.
    • (Par ellipse) Bien obligé.
  3. Contraint.
    • Il est obligé par le contrat de faire telle chose.
  4. (Musique) Qualifie la partie qu'on ne pourrait retrancher sans gâter l'harmonie et surtout sans détruire le chant.
    • Ouverture pour piano et violon obligé.
  5. (En particulier) Qualifie un récitatif accompagné et coupé par les instruments ; par opposition à celui qui n'est accompagné que de simples accords de piano et de basse.

Nom commun

obligé \ɔb.li.ʒe\ masculin (pour une femme on dit : obligée)

  1. Se dit à quelqu’un dont on a reçu un service.
    • Je suis votre obligé, votre obligée.
    • « C’est un aimable homme, ajouta le docteur, seulement un peu sauvage, excellent, simple et discret, qui se répand beaucoup en services, peu en paroles. Tout ce que je puis vous dire de lui, c’est que je lui connais autant d’obligés qu’il y a d’habitants dans la commune. » — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 16)
    • Il ne se considérait donc comme l’obligé de personne. Les services qu’on avait pu lui rendre, il les avaient achetés et bien payés. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 132)
  2. (Par extension) Celui à qui on a octroyé un avantage, une faveur, et qui en est donc redevable.
    • L'instruction, qui doit se clore dans les prochaines semaines, établit que 480 000 euros de subventions versés, entre 2008 et 2010, par le conseil général de Haute-Corse [...] ont bénéficié indûment à des proches du député. Et ont permis l'entretien d'un réseau d'obligés. — (L'île de beautés judiciaires, Le Canard enchaîné, 25 mai 2016)
  3. Débiteur, celui qui apporte sa caution.
    • Le principal obligé.
    • À lire l’avocat général, on a l’impression que la nature même du droit de propriété se transforme lorsque l’État en devient le titulaire, ce qu’il exprime avec cette idée que l’État ne peut être considéré comme le « bénéficiaire » des droits fondamentaux, car il doit rester seulement leur « obligé ». — (Lionel Maurel, La propriété de l’Etat et le crépuscule du Léviathan intellectuel, 29 octobre 2018 → lire en ligne)

Forme de verbe

obligé \ɔ.bli.ʒe\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe obliger.

Forme d’adjectif

obligée \ɔ.bli.ʒe\

  1. Féminin singulier de obligé.
    • Il lui prête des livres, les lui commente, et elle lit tellement qu’elle est obligée de « s’enlunetter ». — (Michelle Tricot, Solange, fille de George Sand, 2004, page 149)

Nom commun

obligée \ɔ.bli.ʒe\ féminin

  1. Équivalent du mot obligé, en parlant d’une personne du sexe féminin.

Forme de verbe

obligée \ɔ.bli.ʒe\

  1. Participe passé féminin singulier de obliger.

Forme d’adjectif

obligée \ɔ.bli.ʒe\

  1. Féminin singulier de obligé.
    • Il lui prête des livres, les lui commente, et elle lit tellement qu’elle est obligée de « s’enlunetter ». — (Michelle Tricot, Solange, fille de George Sand, 2004, page 149)

Nom commun

obligée \ɔ.bli.ʒe\ féminin

  1. Équivalent du mot obligé, en parlant d’une personne du sexe féminin.

Forme de verbe

obligée \ɔ.bli.ʒe\

  1. Participe passé féminin singulier de obliger.

Forme d’adjectif

obligée \ɔ.bli.ʒe\

  1. Féminin singulier de obligé.
    • Il lui prête des livres, les lui commente, et elle lit tellement qu’elle est obligée de « s’enlunetter ». — (Michelle Tricot, Solange, fille de George Sand, 2004, page 149)

Nom commun

obligée \ɔ.bli.ʒe\ féminin

  1. Équivalent du mot obligé, en parlant d’une personne du sexe féminin.

Forme de verbe

obligée \ɔ.bli.ʒe\

  1. Participe passé féminin singulier de obliger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Obligé, obligée : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBLIGER. v. tr.
Mettre quelqu'un dans l'obligation de faire ou de dire quelque chose. La loi naturelle, la loi divine nous oblige à honorer père et mère. L'équité nous oblige à restituer ce qui ne nous appartient pas. Obliger à restitution. La vérité m'oblige à vous dire que... Prov., Noblesse oblige. Voyez NOBLESSE.

OBLIGER signifie encore, en termes de Jurisprudence, Lier quelqu'un par un acte, en vertu duquel on puisse l'appeler en justice, s'il n'exécute pas la chose à laquelle il s'est engagé. Son contrat l'oblige à cela. Faire obliger le mari et la femme. Il est obligé par le contrat de faire telle chose. Il y a dans le bail une clause qui l'y oblige. S'obliger solidairement. S'obliger par-devant notaire. Il se dit aussi en parlant des Biens. Il a obligé tous ses biens. S'obliger pour quelqu'un, Lui servir de caution, répondre des pertes ou des dommages qui peuvent arriver par sa faute, des engagements qu'il ne remplirait pas. Substantivement, Le principal obligé, Le principal débiteur, pour le distinguer de la caution.

S'OBLIGER signifie encore Se lier par une simple promesse. Prêtez-moi cette somme, je m'oblige à vous la rendre dans deux jours.

OBLIGER signifie aussi Contraindre, forcer, mettre dans la nécessité de faire quelque chose. Son impertinence m'a obligé à le chasser de chez moi. Quelle raison vous oblige à faire ce que vous faites? Cela m'oblige à une grande surveillance. Après un mois de siège, cette place fut obligée de se rendre. La nécessité de le payer m'a obligé à vendre ma maison. La crainte l'oblige à se taire. Je suis obligé de sortir, de vous quitter. Vous m'obligerez à me fâcher. Je serai obligé de vous punir. Il signifie encore Attacher quelqu'un par un service, rendre un bon office, faire plaisir. Il m'a obligé quand j'étais malheureux. Vous m'obligerez extrêmement, infiniment. Il oblige tout le monde. Il m'a obligé de son crédit, de sa bourse. Vous m'obligerez beaucoup d'aller lui parler pour moi. En me rendant ce service vous n'obligerez pas un ingrat. Je vous suis fort obligé de votre attention, de la peine que vous avez prise, Je vous suis fort redevable, je vous sais beaucoup de gré. On dit souvent, par forme de remerciement, Je vous suis bien obligé, ou familièrement, par ellipse, Bien obligé. Substantivement, Je suis votre obligé, votre obligée, se dit à Quelqu'un dont on a reçu un service.

OBLIGÉ, pris adjectivement, signifie Qui est d'usage, dont on ne peut guère se dispenser. C'est le compliment obligé. La formule obligée d'une lettre, d'une pétition.

Obligé, obligée : définition du Littré (1872-1877)

OBLIGÉ (o-bli-jé, jée) part. passé d'obliger
  • 1Lié par quelque chose dont on ne peut se dégager. Elle sera obligée à son vœu ; et elle accomplira effectivement tout ce qu'elle aura promis et juré, Sacy, Bible, Nombr. XXX, 45. Je me retire pour ne me voir point obligé à recevoir ses compliments, Molière, G. Dand. II, 11. Je me tiens obligé de vous désabuser, Pascal, Prov. IV. Quoique personne n'ignore les grandes qualités d'une reine dont l'histoire a rempli l'univers, je me sens obligé d'abord à les rappeler à votre mémoire, Bossuet, Reine d'Angl. Il avait créé des officiers obligés à porter du secours [en cas d'incendie], Fontenelle, Czar Pierre.
  • 2Qui est d'usage, qui est commandé par l'usage, dont on ne peut se dispenser. C'est le complément obligé.

    En musique, partie obligée, partie qu'on ne pourrait retrancher sans gâter l'harmonie et surtout sans détruire le chant. Ouverture pour piano et violon obligé. L'opposé d'obligé est ad libitum, par exemple : première symphonie de Beethoven arrangée pour le piano avec violon obligé et violoncelle ad libitum. Récitatif obligé, récitatif accompagné et coupé par les instruments, par opposition à celui qui n'est accompagné que de simples accords de piano et de basse.

  • 3Attaché par un lien de reconnaissance ; qui a une obligation. L'abbesse lui fait réponse qu'elle et ses filles se sentent infiniment obligées de ses bontés, Patru, Plaidoyer 5, dans RICHELET. Il y a des âmes basses qui se tiennent obligées de tout, et il y a des âmes vaines qui ne se tiennent obligées de rien, Saint-Évremond, dans GÉNIN, Dict. de Molière. Je vois bien que vous vous intéressez pour l'Église ; vous lui êtes bien obligée ; il y a seize cents ans qu'elle gémit pour vous, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 1. Elle [Mlle de Méri] me témoigna l'autre jour qu'elle savait en gros les malheurs de mon fils… je me tins obligée de cette curiosité, et je lui contai tout le détail de nos misères, Sévigné, 6 nov. 1680.

    Je vous suis fort obligé de votre attention, de la peine que vous avez prise, c'est-à-dire je vous suis fort redevable. Hé ! mon Dieu ! nous vous serons obligées de la dernière obligation, si vous nous faites cette amitié, Molière, Préc. 10.

    On dit souvent par forme de remercîment : je vous suis bien obligé, et, par ellipse, bien obligé.

    Bien obligé, se dit quelquefois ironiquement. Bien obligé ; Mais moi, je veux sortir, voilà la différence, Collin D'Harleville, Opimiste, V, 2.

    Substantivement. M'avoir rendue son obligée, Rotrou, Bélis. IV, 1. Lorsqu'on lui demande une grâce, c'est lui qui paraît l'obligé, Bossuet, Louis de Bourbon. De tous ses obligés l'ingratitude extrême, Collé, Dupuis et Desronais, I, 3.

    Je suis votre obligé, votre obligée, se dit à quelqu'un dont on a reçu un service.

  • 4Qui est tenu par quelque engagement de payer ou de faire. On reçoit une certaine somme en demeurant obligé pour davantage, Pascal, Prov. VIII.

    Substantivement. Le principal obligé, le principal débiteur, pour le distinguer de la caution.

  • 5 S. m. Un obligé, un acte passé entre un maître et un apprenti, sous des conditions réciproques.
  • 6 S. m. Obligé, s'est dit de ceux qui, afin de payer leur passage aux îles, engageaient leurs services pour un certain temps.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Obligé, obligée : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

OBLIGE, adj. pris subst. (Jurisprud.) est celui qui a contracté quelque obligation ou autre engagement, soit par écrit, soit verbalement ou autrement. Voyez Contrat, Engagement, Obligation (A)

Obligé, s. m. (Comm.) acte par lequel un jeune homme se met en apprentissage chez un maître pour le nombre d’années portées par les réglemens de chacun des corps & communautés des marchands ou des arts & métiers. Ces actes doivent être passés par-devant deux notaires, & enregistrés par les jurés sur le registre du corps & communauté.

L’obligé porte un engagement réciproque des apprentifs envers leurs maîtres, & des maitres envers leurs apprentifs ; aux uns, de servir fidelement & assiduement tout le tems de leur apprentissage ; aux autres, de leur montrer leur profession ou métier, les garder chez eux & les nourir tant qu’ils sont apprentifs. Voyez Apprentif.

Un maître peut engager un apprentif à plus d’années qu’il n’est ordonné par les statuts, mais jamais à moins. Diction. de comm.

Obligé, adj. en Musique, on appelle partie obligée celle qu’on ne sauroit retrancher sans gâter l’harmonie ou le chant, à la différence des parties de remplissage qui ne sont ajoutées que pour une plus grande perfection d’harmonie, mais par le retranchement desquelles la piece n’est point mutilée.

Brossard dit qu’obligé se prend aussi pour contraint ou assujetti. Je ne sache pas que ce mot ait aujourd’hui un pareil sens en Musique. Voyez Contraint. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « obligé »

Étymologie de obligé - Wiktionnaire

Participe passé du verbe « obliger », obligatus en latin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « obligé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
obligé ɔbliʒe play_arrow

Citations contenant le mot « obligé »

  • "C’est lourd à supporter. On est oppressé. Avant l’obligation, je ne portais pas le masque. Je l’ai remis parce qu’on est obligé", juge Leia Villefroy, Lilloise de 17 ans.  Centres commerciaux, magasins, administrations recevant du public, banques et marchés couverts viennent compléter la liste des lieux où le port du masque était déjà requis : musées, gares, aéroports, salles de réunion et de spectacle, cinémas, restaurants, hôtels, centres de vacances, bibliothèques, lieux de culte, établissements sportifs couverts… SudOuest.fr, Masque obligatoire dans les lieux publics clos : "Je l’ai remis parce qu’on est obligé", ce qu’ils en pensent
  • The King of Staten Island m’a permis d’explorer une part plus dramatique. Je me sens moins obligé d’être drôle tout le temps. J’ai réalisé beaucoup de documentaires au cours de ces 5 dernières années. Ces films m’ont permis de créer des moments qui n’ont rien d’humoristique. Et fréquenter Pete Davidson a également été riche d’enseignements. Il se bat sans cesse contre le chagrin. Pete entend aider les autres avec ce film. Son courage m’inspire et m’incite à aider les autres. AlloCiné, Judd Apatow : "Je me sens moins obligé d’être drôle tout le temps" - Actus Ciné - AlloCiné
  • Une odeur suspecte et un risque d'explosion ont obligé 61 personnes à quitter leurs logements ce dimanche 19 juillet à Royan, dans le quartier de Marne Yeuse. Face au risque, en plus de la dizaine de véhicules des pompiers, la police, GRDF, Enedis, et la compagnie des eaux de Royan étaient présents. France Bleu, Royan : une odeur suspecte de gaz oblige 61 personnes à évacuer leurs domiciles
  • Disney qui, début avril, avait déjà décidé de repousser la sortie d'une dizaine de films Marvel et autres grosses productions, n'est bien évidemment pas le seul studio a être obligé de retarder ou annuler la sortie de ses films. Le 20 juillet, les studios Warner ont ainsi annoncé un nouveau report pour la sortie de « Tenet », du réalisateur Christopher Nolan. Les Echos, Le coronavirus oblige Disney à décaler les sorties de « Mulan », « Star Wars » et « Avatar » | Les Echos

Traductions du mot « obligé »

Langue Traduction
Corse obbligatu
Basque behartuta
Japonais 義務
Russe обязан
Portugais obrigado
Arabe أجبرت
Chinois 有义务的
Allemand verpflichtet
Italien obbligato
Espagnol obligado
Anglais obliged
Source : Google Translate API

Synonymes de « obligé »

Source : synonymes de obligé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « obligé »



mots du mois

Mots similaires