Évaporer : définition de évaporer


Évaporer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVAPORER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Emploi concr.
1. [Le suj. désigne un liquide ou un solide, le compl. le liquide (gén. de l'eau) qui subit l'évaporation] Transformer en vapeur (par sa surface libre) sous l'action du soleil et par contact avec l'air. Une terre en jachère évapore moins d'eau qu'une terre en culture (Saillard, Betterave,1923, p. 159):
1. ... les terres évaporent (...) moins d'eau qu'elles n'en reçoivent. Inversement, les mers évaporent plus d'eau qu'elles n'en reçoivent sous forme de pluie, puisqu'elles évaporent aussi l'eau des pluies terrestres qui leur vient par ruissellement. Maurain, Météor.,1950, p. 41.
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi anal. en phys. nucl., l'évaporation s'effectuant sous l'action d'agents externes. Ce noyau composé se désexcite en évaporant un certain nombre de nucléons (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 367).
Littér. Le sureau de l'angle des communs évaporait sa liqueur organique et mielleuse (Arnoux, Calendrier Fl.,1946, p. 114).
Rem. On rencontre ds la docum. une attest. où le compl. désigne la vapeur résultant de l'évaporation. L'astre ramasse, vers la fin de la journée, le peu de nues qu'évapore la mer chaude (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 25).
2. [Suj. gén. pronom indéf. on; le compl. désigne un liquide] Faire passer à l'état gazeux. Évaporer de l'eau, un liquide dans le vide, une solution jusqu'à siccité. Pour le préparer [l'extrait de quinquina] on met la poudre de quinquina dans l'eau froide (...) on filtre et on évapore la liqueur claire jusqu'à la consistance requise (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. 2, 1821, p. 606).
B.− P. anal. [Fréq. au part. passé; le compl. désigne une sensation phys., un parfum, plus rarement un son; l'élément évaporé conserve son individualité, sa force] Répandre au dehors, diffuser à l'extérieur. Synon. dégager, exhaler.La Brindille évaporait un peu de fraîcheur sous l'immense toiture de branches (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Pte Roque, 1885, p. 1038).Le vieil amphithéâtre (...) évaporait par ses trous noirs tous ces rugissements de bêtes et d'hommes (A. Daudet, Crit. dram.,1897, p. 166):
2. ... ses placards de chêne noir (...) où les épices depuis un siècle, évaporaient leur âme : la cannelle sucrée, le singulier gingembre, le poivre... Toulet, Notes art,1920, p. 60.
C.− Au fig. [Le compl. désigne un sentiment]
1. Répandre, donner libre cours, laisser échapper. Évaporer son chagrin (Ac.). Tu verras néanmoins que nous aurons quelques désagréments de ce côté-là. Ayant ainsi évaporé sa bile, madame de Montauron parut accepter avec résignation les leçons d'aquarelle (Feuillet, Honn. d'artiste,1890, pp. 82-83).
2. (Faire) disparaître, cesser d'être perceptible. Le poète éprouve seulement le besoin d'aller évaporer au dehors l'agitation que lui cause cette grande nouvelle (A. Daudet, Jack,t. 2, 1876, p. 132).Ma première indignation évaporée, j'avais cessé de penser à l'histoire du petit homme aux lèvres minces (Estaunié, Solitudes,1917, p. 25).
II.− Emploi pronom.
A.− Emploi concr. [Correspond à I A]
1. [Le suj. désigne un liquide; le produit qui s'évapore se diffuse, sans laisser de trace, dans l'atmosphère] Se transformer en vapeur sous l'action d'une source de chaleur ou (lentement par sa surface libre) sous l'action du soleil et au contact de l'air. (Goutte d')eau, rosée qui s'évapore. Synon. se vaporiser.L'esprit de vin s'évapore aisément (Ac.).La jeune fille, recueillant dans sa main quelques gouttes du robinet, les éparpillait (...) sur la plaque chaude du fourneau, où elles s'évaporaient avec un bruissement de robe de soie (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1125).C'était un soir de juillet, à cette heure après chien et loup où la sueur s'évapore sur la peau (Nizan, Conspir.,1938, p. 9):
3. ... on a reconnu au pétrole (...) de nombreux avantages. Il s'évapore sans laisser aucun résidu, de plus (...) on peut l'obtenir à tous les degrés de volatilité voulus. On obtient des pétroles qui s'évaporent aussi vite que l'éther jusqu'à des huiles lourdes qui mettent plusieurs mois à s'évaporer complètement. Meyer, Art émail Limoges,1895, p. 26.
[Avec ell. du pron. pers.] Faire évaporer une solution. Si l'on fait chauffer les cristaux [des sels], ils laissent évaporer leur eau (Metzger, Genèse sc. cristaux,1918, p. 164).Réduisez en cendre une fougère; dissolvez ces cendres dans une eau pure, faites évaporer la dissolution (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 116).
2. [Le suj. désigne un solide] Le filament [en tungstène thorié d'une lampe radioélectrique] se trouve recouvert d'une couche monoatomique de thorium qui s'évapore (J. Mercier, Radio-électr.,t. 1, 1937, p. 131).
B.− P. anal.
1. [Le suj. désigne un parfum, un son, plus rarement une fumée et gén. qqc. de volatil]
a) [L'élément qui s'évapore garde sa force, reste présent]
Se diffuser, se répandre. La chambre où s'évaporait, alourdissant l'atmosphère, un grand flacon de parfum que la princesse venait de renverser (Péladan, Vice supr.,1884, p. 116).L'un des cierges expirait et sa fusée de fumée bleue s'évaporait (...) dans le pourtour ajouré des arches (Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 252).Que demandons-nous à la Timbale? Une vibration, un son s'évaporant comme celui d'une corde de Harpe (Widor, Techn. orch. mod.,1904, p. 127).Rive où s'évapore sous les pas l'odeur des menthes d'eau (Toulet, Comme une fantaisie,1918, p. 194).
Rare. S'exhaler de quelque chose et se répandre au dehors. Hymne [des cloches] qui le matin s'évapore des eaux (Hugo, Chants crépusc.,1835, p. 158).Une vague odeur d'oranger s'évapore, avec la rosée, des grappes blanches des acacias (Feuillet, Journal femme,1878, p. 84).Il [Pierrot] entendait les chants religieux s'évaporer lentement du couvent (Queneau, Pierrot,1942, p. 209).
Au fig. Les yeux où de la terreur s'évaporait (Noailles, Nouv. espér.,1903, p. 271).Le parler était assez plaisant à entendre malgré l'afféterie qui s'en évaporait (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 132).
b) [L'élément qui s'évapore disparaît] Cesser d'être visible, perceptible. Brumes qui s'évaporent. Le lointain (...) Où la molle vapeur bleuit et s'évapore (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 18).Le ciel, tout à l'heure plombé, semblait monter de minute en minute, s'alléger, s'évaporer (Genevoix, Raboliot,1925, p. 185).
Rem. La docum. atteste des ex. où le suj. désigne un parfum, l'arôme d'un vin; l'élément qui s'évapore perd tout ou partie de sa force, de ses qualités en gén. par un contact prolongé avec l'air. Synon. s'éventer. Dans le cas des vins mousseux il y a inconvénient à ce que les bouteilles restent ouvertes en attendant le bouchage (...) le bouquet peut s'évaporer (Brunet, Matér. vinic., 1925, p. 484). [Avec ell. du pron. pers.] Quand tu décantes pour le déjeuner un Château Larose 75, quel parfum! S'il en reste le soir dans la carafe, le domestique te dira que c'est du Bordeaux. Non, c'est très mauvais, le parfum est évaporé (Chardonne, Romanesques, 1937, p. 88). Au fig. Souvenirs qui s'évaporent. Il semble que le sentiment de l'humanité s'évapore et s'affaiblisse en s'étendant sur toute la terre (Guéhenno, Jean-Jacques, 1950, p. 99).
2. [Le suj. désigne un obj., un élément, une chose qui disparaît subitement, qu'il est impossible de retrouver, qui n'est pas là où l'on s'attendait à la trouver ou qui disparaît sans qu'on puisse expliquer la cause de la disparition] Synon. disparaître.Je serrerais mon sucre et mon eau-de-vie (...) ces choses-là s'évaporent facilement (Labiche, Pts oiseaux,1862, II, 4, p. 240).Aucune collection ne nous montre de type de contrebasse à quatre cordes. Se sont-elles donc toutes évaporées (Widor, Techn. orch. mod.,1904, p. 240).Son beau-père avait machiné plusieurs sociétés dont il était l'administrateur et d'où l'argent s'était évaporé (Lacretelle, Silbermann,Paris, Gallimard, 1946, [1922], p. 160).
C.− Au fig.
1. [Le suj. désigne un sentiment, sa manifestation, une qualité intellectuelle, etc.]
a) Vx. [Compl. prép. en qui indique le type de manifestation] Se répandre au dehors, se faire jour, se faire entendre (généralement en prenant une autre forme). Sa colère s'évaporait en menaces (Ac.).Leur enthousiasme s'évaporait en phrases (Taine, Voy. Ital.,t. 2, 1866, p. 32):
4. ... ce nid de turbulente bohême [la Pie-Borgne] d'où chaque nuit, jusqu'à deux et trois heures du matin s'évaporait en rires énormes (...) la joie immense des jeunes hommes... Courteline, Linottes,1912, VII, p. 99.
b) Disparaître. Amour, bon sens, scrupules qui s'évapore(nt). Du drame... de la colère de femme qui s'évaporera au bout de quelques jours (Goncourt, Journal,1886, p. 608).On m'envoyait passer une partie des vacances, [chez le curé doyen de Clarescombes] de crainte de voir s'évaporer (...) le latin et le grec dont les dix autres mois m'avaient empli (Arène, Veine Argile,1896, p. 57):
5. ... ce qu'il y a de plus triste, c'est que la tristesse elle-même, elle n'est pas assez fidèle. Certains jours, elle s'évapore. On ne peut pas compter sur elle. Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 234.
2. [Le suj. désigne une pers.] Disparaître brusquement. Personne qui s'évapore sans laisser de trace, qui s'évapore complètement. Synon. se volatiliser.Quand la petite [Nana] se sentait un peu requinquée, elle s'évaporait un matin. Ni vu ni connu! L'oiseau était parti (Zola, Assommoir,1877, p. 743).
Fam. S'évaporer dans la nature. [Menacé de la police], son terrible gang, à cette heure, devait (...) s'être un peu évaporé dans la nature (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 93).
Rem. 1. La docum. atteste a) Des ex. où le suj. désigne (les qualités intellectuelles d')une personne. Je sens que le parnassien qui a d'abord été Moi se dissout et s'évapore (Valéry, Lettres à qq.-uns, 1945, p. 40). Je m'amenuise et m'évapore en m'accomplissant (Arnoux, Visite Mathus., 1961, p. 240). b) Un ex. au sens vieilli de « se laisser aller, avoir une conduite, des mœurs relâché(e)s dans le domaine sexuel ». Synon. se débaucher, se dévergonder, se dissiper. − Et il fait le dévôt? − Je crois bien, quand il le faut (...) Mais une fois qu'il a fait sa parade, il s'évapore dans les bals cancans (...) où les femmes l'ont surnommé Nini-Moulin (Sue, Juif errant, 1844-45, p. 62). 2. La docum. et les dict. enregistrent les dér. a) Évaporable, adj. Qui est susceptible de s'évaporer ou d'être évaporé. Liquide évaporable. Les fluides les plus évaporables peuvent résister (...) à une chaleur très-forte (Lavoisier, Traité chim., t. 1, 1789, p. 29). b) Évaporatif, ive, adj. ,,Qui est propre à provoquer l'évaporation`` (Villen. 1974). Attesté ds tous les dict. à partir de Ac. Compl. 1842 jusqu'à Guérin 1892. c) Évaporimètre, évaporomètre, subst. masc., météor. Appareil destiné à mesurer l'évaporation dans l'atmosphère. Les évaporomètres (...) n'évaporent pas dans les mêmes conditions que le sol au-dessus duquel on les place (Maurain, Météor., 1950, p. 217). 3. La docum. atteste a) Évaporatrice, adj. fém. La centrale (...) est à même de fournir des sous-produits dus à sa puissance évaporatrice (Romanovsky, Mer, source én., 1950, p. 63). b) Évaporement, subst. masc. Où l'évaporement laisse de gras feuillets (Richepin, Mer, 1886, p. 293).
Prononc. et Orth. : [evapɔ ʀe], évapore [evapɔ:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1314 « dissiper » (H. de Mondeville, Chirurgie, 151 ds T.-L. : pour ce que les fumees ... puissent estre evaporees); spéc. 1607 « dissiper un liquide, ici les larmes » trans. (Anc. Poésies Françaises, VIII, 144 ds Hug.). Empr. au b. lat. evaporare « disperser en vapeur ». Fréq. abs. littér. : 343. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 587, b) 579; xxes. : a) 494, b) 348. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 126.

Évaporer : définition du Wiktionnaire

Verbe

évaporer \e.va.pɔ.ʁe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’évaporer)

  1. (Pronominal) Se transformer en vapeur.
    • L’alcool s’évapore aisément.
  2. (Pronominal) (Par extension) Se dissiper.
    • Sa colère s’évapore en menaces. — Cette folle ardeur ne tardera pas à s’évaporer.
    • Au milieu de ces vaines subtilités, la raison, le bon sens s’évapore.
  3. (Pronominal) (Figuré) Disparaitre sans laisser de trace.
    • La semaine s'évapora avec une rapidité déroutante. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 64)
  4. (Transitif) Faire se dissiper.
    • Évaporer sa bile, sa mauvaise humeur.
    • Faire évaporer une liqueur à feu lent.
  5. (Transitif) (Figuré) (Plus rare) Montrer de la légèreté, une certaine légèreté, se dissiper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Évaporer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVAPORER (S'). v. pron.
Se résoudre en vapeur. L'esprit-de-vin s'évapore aisément. Faire évaporer une liqueur à feu lent. Par extension, il signifie Se dissiper. Sa colère s'évapore en menaces. Cette folle ardeur ne tardera pas à s'évaporer. Au milieu de ces vaines subtilités, la raison, le bon sens s'évapore. Dans cette acception, on l'emploie quelquefois transitivement dans le sens de Faire se dissiper. Évaporer sa bile, sa mauvaise humeur.

S'ÉVAPORER signifie figurément Montrer de la légèreté, une certaine légèreté, se dissiper. Il s'emploie surtout au participe passé comme nom. C'est une évaporée.

Évaporer : définition du Littré (1872-1877)

ÉVAPORER (é-va-po-ré) v. a.
  • 1Résoudre en vapeur, en parlant des liquides. Évaporer lentement un liquide, l'évaporer à une douce chaleur.
  • 2 Fig. Donner issue, laisser s'exhaler. Et que chacun, lassé du souci qui l'accable, Cherche à l'évaporer pour le moins en discours, Corneille, Imitation, I, 10. Je n'étais point fâché d'évaporer ma bile, Molière, l'Ét. IV, 8.
  • 3S'évaporer, v. réfl. S'en aller en vapeurs. L'esprit de vin s'évapore aisément.

    Avec suppression du pronom personnel. Faire évaporer une liqueur à un feu lent.

    Fig. Quand le creuset des ordonnances Peut faire évaporer la loi, Béranger, Ventru.

  • 4 Fig. Se répandre au dehors, se faire jour, se faire entendre. J'ai caché si longtemps l'ennui qui me dévore, Qu'en dépit que j'en aie il faut qu'il s'évapore, Corneille, Pulch. II, 1. Souffrez qu'une imprudente ardeur, Prête à s'évaporer, respecte ma pudeur, Corneille, ib. Il, 1. Le mal qui s'évapore en devient plus léger, Corneille, Suréna, I, 1. L'innocente joie aime à s'évaporer au grand jour, Rousseau, Lett. à d'Alemb. sur les spect.

    Absolument, avec ellipse du pronom personnel. Laissons évaporer un peu sa bile émue, Regnard, Légat. v, 2.

  • 5Se dissiper, se perdre. Leur contemplation [des philosophes] s'évaporait en vaines pensées, et leurs paroles aussi peu solides qu'elles semblaient magnifiques …, Bossuet, Hist. II, 12. Au milieu des jeux et des assemblées où l'âme se dissipe et s'évapore ordinairement, la sienne se recueillait en elle-même, Fléchier, Marie-Thér. Ce n'est pas que ce cœur se soit jamais évaporé dans les chimères d'une fausse gloire, Mascaron, Or. fun. de Turenne. Dès qu'il a de l'argent, son amour s'évapore, Regnard, le Joueur, I, 2. … un passé qui s'évapore, Lamartine, Médit. X. Et que les saints échos de la voûte sonore Te portent plus brûlant, avant qu'il s'évapore, Le soupir qui te cherche en montant vers les cieux, Lamartine, Harm. I, 8. [La vie] Songe qui s'évapore, étincelle qui fuit, Lamartine, ib. III, 9.

    Son esprit s'évapore, il devient fou. J'ai … vu ses yeux s'égarer, Et son esprit frappé soudain s'évaporer, Regnard, Fol. amour. II, 6.

  • 6Montrer de la légèreté dans ses discours, dans sa conduite. Ce jeune homme s'évapore.

    Il commence à s'évaporer, se dit de celui qui, après avoir mené une vie réglée, se dérange.

SYNONYME

ÉVAPORER, VAPORISER. Employés en parlant de liquides, ces mots peuvent être distingués en ce que par l'évaporation on laisse perdre la vapeur dans l'atmosphère, tandis qu'on la recueille par la vaporisation. On vaporise de l'eau pour utiliser la vapeur aqueuse comme force motrice. On évapore un extrait, un sirop, pour les concentrer, c'est-à-dire afin d'en augmenter la densité en diminuant la quantité du liquide qu'ils contiennent, Legoarant De plus l'évaporation se fait même à une température basse, tandis que la vaporisation se fait à la température de l'ébullition.

HISTORIQUE

XIVe s. Que les fumées du chief se puissent legierement evaporer et passer par les cheveux, H. de Mondeville, f° 12, verso.

XVIe s. Ce feu s'estant évaporé, tout à un instant, mon ame …, Montaigne, II, 328.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « évaporer »

Étymologie de évaporer - Littré

Provenç. evaporar, esvaporar ; espagn. evaporar ; ital. evaporare ; du latin evaporare, de e, et vapor, vapeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de évaporer - Wiktionnaire

Du latin evaporare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « évaporer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
évaporer evapɔre play_arrow

Conjugaison du verbe « évaporer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe évaporer

Évolution historique de l’usage du mot « évaporer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « évaporer »

  • Après une chute de plus de 60 % jeudi provoquée par un quatrième report sine die de la publication des comptes, l'action a chuté de 35 % vendredi, faisant s'évaporer près de six milliards d'euros de capitalisation. Les Echos, Wirecard : après le départ de son patron, l'avenir incertain de l'ex-star du DAX | Les Echos
  • Battue dans le 6-8, bastion historique de la droite, la présidente de la Métropole et du Département voit sa crédibilité s’évaporer pour diriger la ville. « Elle a perdu dans un secteur normalement imperdable », n’a pas manqué de souligner, hier, Renaud Muselier. Le président LR de la Région avance un « homme fort qui se dégage », Lionel Royer-Perreaut, réélu sans difficulté dans le 9-10. Un recours, appelé de ses vœux par Bruno Gilles, qui diviserait encore la droite. Décidément, jusqu’au bout cette élection est incertaine. www.lamarseillaise.fr, Élection du maire : c’est reparti pour un tour
  • C’est un mode opératoire bien connu dans le milieu du banditisme. Le casse à la voiture bélier permet de pénétrer très rapidement dans des locaux. En quelques minutes, les malfaiteurs peuvent ainsi rafler des biens et s’évaporer dans la nature. C’est cette technique qui a été employée ce mardi à 4 h 10 rue de Belfort, à Besançon. Selon nos informations, les voleurs sont toujours en fuite. , Faits-divers - Justice | Casse à la voiture bélier dans un bureau de tabac
  • Justement à cause de ce que vous avez dit. Même si le trou noir extrémal est un objet théorique, son modèle doit tenir debout et donc respecter les lois de la physique telles qu’elles sont connues. L’exercice peut sembler abstrait, mais la science avance parfois, voire souvent, en poussant ses modèles théoriques à l’extrême pour justement en chercher les limites, éventuellement y trouver des failles et ainsi progresser. C’est un peu le principe du crash test. Imaginez une métaphore automobile (qui a ses limites bien sûr). Vous avez conçu une voiture qui sur le papier protège ses passagers jusqu’à telle vitesse en fonction de vos connaissances. Très bien. Et bien il y a un moment où il faut envoyer cette voiture contre un mur à la vitesse dite pour s’en assurer. Si ça ne marche pas, vous retournez à la planche à dessin et peut-être aussi vous rendrez-vous compte que les connaissances employées sont incomplètes. Pour revenir au trou noir extrémal, le «crash test» se passe mal puisqu’on obtient un trou noir qui cesse de rayonner et qui ne peut donc plus s’évaporer (processus extrêmement lent) par la radiation de Hawking, en contradiction avec ce qu’on sait. Il faut donc chercher des solutions. Atlantico.fr, Pour la première fois, des scientifiques ont observé une quantité d’énergie ressortir d’un trou noir… et voilà ce que ça nous apprend sur notre univers | Atlantico.fr
  • Une ville plus verte pour lutter contre les îlots de chaleur urbains. La stratégie a été adoptée par de nombreuses collectivités comme Bordeaux, où la mairie a décidé l'an dernier de planter 20.000 arbres d'ici 2025. Des teintes vertes apparaissent également sur les toits et même les murs de certaines agglomérations comme Paris. De fait, la végétalisation est une solution efficace pour rafraîchir l'espace urbain. A l'ombre des arbres, la température baisse de plusieurs degrés. Autre atout des végétaux : leur évapotranspiration permet de rafraîchir l'air. Un arbre mature peut ainsi évaporer jusqu'à 450 litres d'eau par jour, soit l'équivalent de 5 climatiseurs fonctionnant 20 heures par jour, explique l'Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. leparisien.fr, Ces solutions qui rafraîchissent les villes - Le Parisien
  • Lorsque la Colombie est entrée en confinement le 25 mars pour contenir la propagation du Covid-19, ce parc situé à Calarca, dans le département caféier du Quindio (ouest), a vu s'évaporer sa principale source de revenus: le tourisme qui y attire 600.000 visiteurs par an. tendanceouest.com, Colombie: un botaniste confiné par la pandémie dans son jardin tropical
  • Richard Linklater confie à la toujours brillante Cate Blanchett le rôle d’une mère de famille aimante mais asociale qui peu à peu va totalement s’évaporer Le Temps, «Bernadette a disparu», mais Cate est bien là - Le Temps

Traductions du mot « évaporer »

Langue Traduction
Corse evapora
Basque lurruntzen
Japonais 蒸発する
Russe испарить
Portugais evaporar
Arabe تتبخر
Chinois 蒸发
Allemand verdampfen
Italien evaporare
Espagnol evaporar
Anglais evaporate
Source : Google Translate API

Synonymes de « évaporer »

Source : synonymes de évaporer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « évaporer »


Mots similaires