La langue française

Chaire

Définitions du mot « chaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAIRE, subst. fém.

A.− Vx. Siège généralement à dossier et sans bras.
1. ANTIQ. ROMAINE. Chaire (curule). Synon. chaise curule (cf. chaise B 1).Assis sur sa chaire d'ivoire, Hiéroclès [gouverneur romain]... (Chateaubriand, Les Martyrs,t. 2, 1810, p. 178).
2. [Au Moy. Âge et à l'époque de la Renaissance] Siège de bois massif, sculpté, à dossier et à accotoirs, ancêtre du fauteuil, réservé aux personnages de haut rang :
1. Au lieu d'escabelles, les locataires avaient pour sièges de grandes chaires en noyer sculpté, provenues sans doute du pillage de quelque château. Balzac, Les Proscrits,1831, p. 4.
3. [Dans les premiers siècles de l'Église et au Moy. Âge] Siège du pape, d'un évêque, plus rarement d'un abbé dans une église. L'évêque, étant dans sa chaire, donna la bénédiction au peuple (Ac.1798-1878).La chaire abbatiale (Leconte de Lisle, Poèmes tragiques,1886, p. 85).
P. méton. Fonction, autorité d'un évêque et plus particulièrement du pape.
SYNT. Chaire apostolique, pontificale; chaire de saint Pierre, chaire d'unité. Papauté, Saint-Siège. (1198), on voit monter sur la chaire de saint Pierre un homme dans la force de l'âge (Montalembert, Hist. de Ste Élisabeth de Hongrie, 1836, p. IX).
B.− Usuel. Siège élevé, tribune d'où l'on domine l'assistance que l'on instruit ou à laquelle on donne ses instructions. Il s'adressa à un huissier installé à l'entrée dans une chaire solennelle (Estaunié, L'Empreinte,1896, p. 130).
[P. anal. de forme] L'Apennin central avec (...) ses tabourets, ses tables, (...) ses chaires de marbre (Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 224).
Spéc., ARCHÉOL. Chaire (au diable). Menhir dont la forme rappelle grossièrement un siège (cf. Flaubert, Par les champs et par les grèves, 1848, p. 236).
P. métaph. :
2. Du haut de mon promontoire Du promontoire de ma justice, Et du siège de ma colère Et de la chaire de ma jurisprudence... Du trône de mon éternelle grandeur Je vois monter vers moi... Cette flotte qui m'assaille... Péguy, Le Mystère des Saints Innocents,1912, p. 53.
En partic.
1. [Dans une église, un temple] Tribune généralement surmontée d'un dais, d'où un prêtre, un pasteur fait des lectures, parle aux fidèles. Chaire évangélique; chaire à prêcher. L'abbé Lebrun (...), posa ses mains sur le bord de la chaire et (...), il prêcha (G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 94).
SYNT. Chaire sacrée; descendre de chaire; monter, prêcher tonner en chaire; du haut de la chaire. Chaire de vérité [syntagme surtout employé en Belgique] (cf. Claudel, Un Poète regarde la Croix, 1938, p. 247).
P. méton. Charge, fonction de prédicateur, place qu'il occupe. Chaires éminentes de l'église (Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 536).
Expr. Être assis (dans) sur la chaire de Moïse. Enseigner la loi de Moïse chez les Juifs (Matthieu, XXIII, 2 cité par Estaunié, L'Empreinte, 1896, p. 226).
Au fig.
a) Prédication. L'éloquence de la chaire :
3. La plume à la main, il [le P. Eudes] ne s'arrête pas de prêcher, d'improviser, et il cède éperdument à toutes les tentations de la chaire. Bremond, Hist. littér. du sentiment relig. en France, t. 3, 1921, p. 631.
Expr. Chaire de mensonge, de pestilence. Hérésie. C'est autel contre autel et chaire de pestilence en face de chaire de vérité (Barrès, La Colline inspirée,1913, p. 208).
b) Ensemble de prédicateurs. La chaire chrétienne ne le désigne [un vice] que de loin et obscurément (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 189).
2. FRANC-MAÇONNERIE. ,,Siège présidentiel d'un chef d'atelier`` (Mellor 1971). ,,L'installation rituélique d'un Vénérable se nomme Installation dans la chaire du roi Salomon`` (Mellor 1971).
3. Tribune, estrade pourvue d'une table et d'un siège où s'installe un professeur dans une école, une faculté pour faire son cours. Il se tenait au pied de la chaire, debout, face aux élèves (Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1135).
En partic. [Le subst. est personnifié] Les chaires où dissertaient les maîtres de la scholastique sont restées muettes (Ozanam, Essai sur la philos. de Dante,1838, p. 282).
P. méton. Charge, place dont est titulaire un professeur dans une école, une faculté pour l'enseignement d'une discipline faisant l'objet d'un cours régulier. Chaire de médecine, de philosophie; occuper une chaire. Augustin se rappelait sa carrière (...). Une chaire de faculté, un siège de député (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 424).
SYNT. Chaire de professeur, de rhétorique; briguer, créer une chaire; être nommé à une chaire, être titulaire d'une chaire; professeur sans chaire.
P. iron. Des femmes de la société, de graves philosophes, avoient leurs chaires d'incrédulité (Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 1, 1803, p. 6).
Au fig. Enseignement :
4. Mais ce n'est rien de lire ce qui s'imprime sur votre compte auprès de cette sensation singulière de s'entendre commenter à l'Université, (...). Les vivants, de mon temps, n'existaient pas pour la chaire; ... Valéry, Variété III,1936, p. 57.
IDÉOL. POL. Socialisme de la chaire. Doctrine socialiste élaborée en 1872, au congrès d'Eisenach où les professeurs d'université étaient en majorité (cf. J.-A. Lesourd, C. Gérard, Hist. écon., XIXeet XXes., t. 2, 1966, p. 442).
Prononc. et Orth. : [ʃ ε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. et homogr. chair, cheire, cher et chère. Pour le terme qui désigne un siège de bois, muni d'un dossier, formant coffre, Lar. encyclop. enregistre chaire ou chayère. Étymol. et Hist. 1. [xies. ds FEW t. 2, p. 506a, sans réf.]; 1remoitié xiies. chaere « siège à dossier » (Voyage de Charlemagne, éd. Aebischer, 343), encore attesté en ce sens sous la forme chaire au xviies. (v. Livet Molière, s.v. chaise), demeuré en usage dans les dial., notamment ceux de l'Ouest et du Centre (FEW t. 2, p. 506b), fortement concurrencé par chaise*; 2. ca 1170 « trône » (Rois, éd. Curtius, p. 6); 1690 Chaire de St. Pierre (Fur.); 3. 1269-78 « siège élevé d'où parle un professeur » (J. de Meung, Rose, éd. Lecoy, 12787); 1680 chaire de droit (Rich.); 1694 éloquence de la chaire (Ac.); 4. [ca, 1380 chaiere « siège dans lequel on se faisait porter », FEW, t. 2, p. 507a, sans réf.]; 1404 chayere (Christ. de Pisan, Charles V, 3ep., ch. 34, Michaud ds Gdf.); 1644 cherre à porteurs (Texte cité ds Gay) v. chaise étymol. 2; 5. mil xves. chaire de verité « chaire d'une église » (Chastellain, Chroniques, V. 116, 12 ds Heilemann, Der Wortschatz von Georges Chastellain, Leipziger romanistische Studien, Leipzig, 1937); 6. 1328 « base, charpente » (Compte de Odart de Laigny, Arch. KK 3a, fo85 vods Gdf.), seulement en m. fr., v. chaise étymol. 3. Du lat. class. cathedra « siège à dossier » en partic. « siège de celui qui fait une lecture publique, du professeur » et p. ext. « charge du professeur » puis en lat. chrét. « chaire à prêcher », « siège des apôtres [des évêques] » et « charge, dignité épiscopale », v. aussi chaise. Fréq. abs. littér. : 881. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 445, b) 1 333; xxes. : a) 1 385, b) 965. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 14. − Soyer (J.). Qq. mots du fr. mod. rares ou inéd. trouvés dans les doc. orléanais. Fr. mod. 1944, t. 12, p. 181.

Wiktionnaire

Nom commun

chaire \ʃɛʁ\ féminin

  1. (Christianisme) Sorte de tribune élevée et ordinairement surmontée d’un dais ou baldaquin dans laquelle se place le prêtre ou le pasteur pour prêcher, pour faire quelque lecture aux assistants, etc.
    • Oui, c’était son devoir de les avertir ; il fallait qu’il le fît, qu’il le fît avec force, qu’il le fît avec éclat, qu’il le clamât en pleine chaire, un beau dimanche, car cela devenait scandaleux à la fin ! — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Là, tous les ans, au dimanche des Rameaux, l'évêque montait en chaire et il haranguait les fidèles rassemblés dans la Cathédrale, en ces termes: […]. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Après l'Évangile selon saint Luc, monsieur le Curé des Hautes-Héez est monté en chaire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • En chaire, la vicaire disait que l'école laïque (la laïque) était l'école du crime et que les enfants qui en sortiraient ne feraient que des voyous. — (Claude Rivals, Pierre Roullet, meunier angevin, page 184 Éditions Cheminements, 2004)
  2. (Figuré) Prédication.
    • Le clergé partage l’opinion de la noblesse, et a de plus que lui l’influence de la chaire et du confessionnal. — (Alexandre Dumas, La Vendée après le 29 juillet, La Revue des Deux Mondes T.1, 1831)
    • Et, quant aux prêtres catholiques, ils ne disposent pas seulement, eux, de la chaire, mais aussi de ce moyen d'investigation et de coercition qui s'appelle le confessionnal. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. Ensemble des prédicateurs.
    • Nous sommes arrivés, de critique en critique, à cette triste conclusion : […] ; que tous ces mots Droit, Devoir, Morale, Vertu, etc., dont la chaire et l'école font tant de bruit, ne servent à couvrir que de pures hypothèses, de vaines utopies, d'indémontrables préjugés; […]. — (Joseph Proudhon, De la Justice dans la Révolution et dans l’Église, tome I, p.70)
  4. (Figuré) Siège apostolique.
    • La chaire apostolique.
    • Le Pape est assis dans la chaire de saint Pierre.
  5. (Par extension) Tribune plus ou moins élevée où un professeur se place pour faire une leçon.
    • La chaire du professeur.
    • Le professeur est en chaire.
    • Ma mémoire conserve encore avec une netteté photographique l’image de la chaire et du cahier de classe sur lequel nous ne cessions de loucher parce que nos notes y étaient consignées ; […] — (Stefan Zweig, trad. Dominique Tassel, Le Monde d’hier, Gallimard, 2013, page 64)
  6. (Par métonymie) Place de professeur dans une université, et par extension dans une grande école ou un établissement d'enseignement supérieur.
    • La création d'une chaire des dialectes et patois comparés rendrait les plus grands services aux romanistes en leur fournissant le foyer central qui leur manque encore dans notre pays. — (E. de Chambure, Glossaire du Morvan, Paris, H. Champion & Autun, Dejussieu père & fils, 1878, p.XIX)
    • […], Galilée a dû combattre continuellement les Péripatéticiens qui occupaient alors presque toutes les chaires magistrales des Universités. — (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • Créer, établir une chaire. — Être titulaire d’une chaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAIRE. n. f.
Sorte de tribune élevée et ordinairement surmontée d'un dais ou baldaquin dans laquelle se place le prêtre pour prêcher, pour faire quelque lecture aux assistants, etc. Chaire de bois, de marbre, de pierre, etc. La chaire de Saint-Sulpice, de Saint-Roch, etc. Dès que le prédicateur fut en chaire. Monter en chaire. Descendre de chaire. Ce mandement fut lu en chaire dans toutes les églises. Il fit cette déclaration en pleine chaire. La chaire de vérité, la chaire évangélique, La chaire où l'on prêche l'Évangile. Souiller la chaire de vérité par des propositions impies. Tonner du haut de la chaire évangélique. Il signifie aussi, figurément, Prédication. L'éloquence de la chaire. Les orateurs de la chaire. On a interdit la chaire à ce prédicateur. La chaire chrétienne n'admet point d'ornements profanes. Il signifie par extension Tribune plus ou moins élevée où un professeur se place pour faire une leçon. La chaire du professeur. Le professeur est en chaire. Il se dit aussi, figurément, d'une Place de professeur dans une grande école publique. Chaire de droit, de philosophie, de mathématiques. Chaire d'hébreu. Occuper une chaire au Collège de France. Être nommé à une chaire. Mettre une chaire au concours. Créer, établir une chaire. Être titulaire d'une chaire. Il se dit figurément, en ce sens, du Siège apostolique. La chaire apostolique. Le Pape est assis dans la chaire de saint Pierre.

Littré (1872-1877)

CHAIRE (chê-r') s. f.
  • 1Siége élevé d'où l'on parle, enseigne ou commande, et, particulièrement, espèce de tribune à dais d'où le prêtre adresse la parole aux assistants. Chaire de bois, de marbre, sculptée, etc. Ce mandement fut lu en chaire dans toutes les églises. Ce qui obligea le curé de monter en chaire, Pascal, Prov. 15. Ils ne montent pas dans les chaires pour y faire de vains discours, Bossuet, Par. de Dieu, 1. Si nous sommes soigneux de former des prêtres que Louis puisse choisir pour remplir nos chaires, Bossuet, le Tellier. Ce que cette chaire, ce que ces autels, ce que l'Évangile que j'annonce, et l'exemple du grand ministre dont je célèbre les vertus, m'oblige à recommander plus que toutes choses, c'est les droits sacrés de l'Église, Bossuet, ib. Les autres [prêtres] à l'État rendus plus nécessaires, Ont éclairé l'Église, ont monté dans les chaires, Voltaire, Henr. V.

    La chaire évangélique ou la chaire de vérité, la chaire où l'on prêche l'Évangile. À présent que je suis assis dans la chaire de Jésus-Christ et des apôtres, et que vous m'écoutez avec attention, Bossuet, la Vallière.

    Être assis dans la chaire de mensonge, de pestilence, etc. professer l'hérésie. Lucifer assis dans sa chaire infernale, Boileau, Sat. XI. Vous, malheureux, assis dans la chaire empestée Où le mensonge règne et répand son poison, Racine, Ath. III, 4. Des femmes de la société, de graves philosophes avaient des chaires d'incrédulité, Chateaubriand, Génie, I, 1.

    L'éloquence de la chaire, nom générique qui comprend toutes les sortes de discours qui sont ou peuvent être prononcés dans les églises, savoir : les panégyriques, les oraisons funèbres, les sermons, les prônes, les conférences, etc.

    Fig. La prédication. Les orateurs de la chaire. Avec quel succès le grand art de la chaire est cultivé à Genève, Rousseau, Dédic.

  • 2Tribune où siége un professeur dans les écoles publiques. Le professeur est en chaire.

    Fig. L'enseignement même ou la place du professeur. Une chaire de littérature française. Ce professeur a obtenu la chaire qu'il désirait. Le peuple ne donne ni chaires, ni pensions, ni places d'académie, Rousseau, Ém. v. Le rhéteur Eumènes tenait à Rome une chaire d'éloquence, Chateaubriand, Mart. 115.

  • 3Siége qu'a l'évêque au haut du chœur. L'évêque, étant dans la chaire, donna la bénédiction au peuple. Les évêques à qui ils avaient laissé une chaire, Bossuet, Hist. II, 13.

    Fig. La chaire apostolique, la chaire de saint Pierre, la chaire d'unité, termes qui désignent le siége apostolique, la papauté.

  • 4Chaire curule, ou, absolument, chaire, chaise curule. Des chaires, des licteurs, des faisceaux, Rousseau, Ém. IV.
  • 5 Terme de marine. Grand bateau plat pour charger et décharger les vaisseaux.

REMARQUE

1. Du temps de Vaugelas, l'identité de chaire et de chaise (voy. CHAISE) était encore si présente qu'il indique les cas où il faut se servir de l'un ou de l'autre. Aujourd'hui l'emploi de ces deux mots, qui sont le même mot différemment prononcé, est tellement spécifié qu'il n'y a plus lieu à aucune remarque de ce genre.

2. Th. Corneille dit : " J'ai vu plusieurs ouvrages de poésie où l'on faisait rimer chaire avec affaire ; ce qui marque qu'il y a des provinces où l'on prononce ce mot comme le féminin de l'adjectif cher. D'autres le font rimer avec guerre, ce qui est mal, quoique la prononciation de chaire en approche davantage. " Ces nuances n'existent plus pour notre oreille ; et chaire rime avec affaire, chère et guerre.

HISTORIQUE

XIIe s. Le povre [il] sache [tire] del femier, od les princes le fait sedeir ; chaere de glorie li fait aveir, Rois, 7.

XIIIe s. Cil qui ci est en une chaiere entre nous, Villehardouin, LXVII. Un riche chevalier estoit mort, et li avoit l'en fet une grant fosse large en terre, et l'avoit l'en assis moult noblement et paré en une chaere, Joinville, 266.

XVe s. Respondit tanstost messire Guillaume de Fermiton et dit : Dites à Jean de Chastel-Morant qu'il s'en voise reposer un petit en sa chaiere, Froissart, II, II, 81. Le duc de Berry, frere du roy, presidoit assis en chaire, Commines, I, 8. Ladicte demoiselle estoit en sa chaire et le duc de Cleves à costé d'elle, Commines, V, 14.

XVIe s. S'eslançant d'une chaire où elle estoit assise, Montaigne, III, 181.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAIRE, sub. f. en Architecture, est un siége élevé, avec devanture & dossier ou lambris, orné d’architecture & de sculpture, de figure ronde, quarrée ou à pans, de pierre, de marbre, de bois ou de fer, couvert d’un dais, & soûtenu d’un cul-de-lampe ou d’un pié, en ornemens ; où l’on monte par une rampe qui prend la forme du pilier auquel la chaire est adossée : telles sont celles de Saint Nicolas-des-Champs & de Saint Etienne-du-Mont, les plus estimées de Paris. (P)

* C’est dans cette espece de tribune que montent les prédicateurs, dans nos églises, pour annoncer au peuple les vérités de la religion. C’est ce qui a fait prendre le terme chaire, comme le terme théatre, métaphoriquement ; l’un pour l’éloquence sacrée & qui s’occupe des matieres de la religion, l’autre pour la Poésie dramatique. Ainsi l’on dit d’un auteur : il a du talent pour le théatre ; & d’un autre, il a du talent pour la chaire.

Les chaires des Catholiques sont ordinairement placées dans les nefs des églises. Les Italiens les ont oblongues, & les prédicateurs y ont plus de commodité pour se livrer à toute l’ardeur de leur zele. Les Protestans ont aussi des chaires, mais moins ornées & plus étroites que les nôtres. Les Rabbins dans leurs synagogues n’ont pour chaire qu’un banc plus éminent que les autres, & devant ce banc une espece de bureau sur lequel ils placent les livres saints qu’ils expliquent, & des lumieres, quand le tems le demande. La chaire de Moyse se prend aussi métaphoriquement pour la fonction d’enseigner & pour l’autorité des docteurs de la Loi ; écoutez ceux qui s’asseyent sur la chaire de Moyse, mais ne les imitez pas. C’est selon la même métaphore qu’on dit, la chaire de pestilence ; comme si les impies avoient leurs tribunes d’où ils annonçassent leurs erreurs, ainsi que les prêtres du vrai Dieu ont les leurs d’où ils annoncent la vérité. Il y avoit encore chez les Juifs des chaires d’honneur, que les Pharisiens affectoient d’occuper dans les synagogues, & nous avons aussi des places d’honneur dans nos temples.

Chaire, se dit non-seulement du lieu d’où les professeurs ou régens dans les universités donnent leurs leçons & enseignent les sciences à leurs disciples, mais il s’attribue encore à leur état ou profession : ainsi nous disons que feu monseigneur le duc d’Orléans a fondé en Sorbonne une chaire de professeur en langue Hébraïque, pour expliquer le texte hébreu de l’Ecriture-sainte. On dit egalement disputer une chaire en droit, parce qu’elles se donnent au concours ; & obtenir une chaire en Sorbonne ou à Navarre, pour être admis à faire la fonction de professeur en Théologie. Voyez Professeur, Université. (G)

Chaire de saint Pierre, nom d’une fête qu’on célebre dans l’Eglise catholique tous les ans le 18 de Janvier : c’est en mémoire de la translation que fit le prince des apôtres de son siége patriarchal d’Antioche, où il fut environ sept ans, dans la ville de Rome qui étoit la capitale de l’empire Romain, & qui l’est devenue ensuite de tout le monde Chrétien. Cette chaire ou le siége patriarchal de Rome, a toûjours été regardé comme le centre de l’unité Catholique. Et c’est en ce sens que dès le second siecle de l’Eglise, S. Irenée a dit que toutes les églises particulieres devoient pour la foi se rapporter à l’Eglise de Rome. Ad hanc Ecclesiam tanquam principaliorem potestatem necesse est omnes convenire ecclesias. (S. Irenæus adversus hæreses lib…) (a)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chaire »

Du latin cathedra.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Saintonge, Berry et norm. chaire, chaise ; bourguig. cheire, chaise ; picard, cahière, cahielle, kielle, chaise ; wallon, chèïre, chaise ; namurois, chèière, chaise ; rouchi, caière, kèière, chaise ; provenç. cadera, cadeira ; catal. cadira ; anc. espagn. cadera ; portug. cadeira ; ital. cattedra ; du latin cathedra, siége, du grec ϰαθέδρα, de ϰαθ, ϰατὰ, sur, et ἕδρα, siége, dont le radical est le même que le radical latin sed dans sed-ere (voy. SEOIR). Plusieurs patois ont conservé des formes analogues à la forme ancienne chaere, c'est-à-dire non contractée ; chaere, dans les anciens textes, était toujours de trois syllabes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chaire ʃɛr

Évolution historique de l’usage du mot « chaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chaire »

  • Nous voudrions voir dans les villages une chaire expliquant Homère aux paysans. De Victor Hugo / William Shakespeare
  • L’homme comme le Christ est fait de chaire, de sang et de passion. De Alfonso Di Lernia
  • On devrait fonder une chaire pour l'enseignement de la lecture entre les lignes. De Léon Bloy / Exégèse des lieux communs
  • Le théâtre est une tribune. Le théâtre est une chaire. Le théâtre parle fort et parle haut De Victor Hugo / La préface de Lucrèce Borgia
  • Nouvelles conditions de travail et d’emploi, nouvelles formes de contrats et de collaborations, partenariats collaboratifs… Autant d’aspirations nouvelles qui nourriront ses réflexions et ses travaux. La chaire a été montée en partenariat avec Crédit Mutuel Arkea, Brittany Ferries, Groupama Loire Bretagne, Enedis et Net Plus. Ambition des chercheurs de l’Université issus des laboratoires de la Faculté de droit : repenser les relations de travail dans l’entreprise. Le Telegramme, À Rennes 1, une chaire autour des relations de travail en hommage à Claude Champaud - Rennes - Le Télégramme
  • Plusieurs intervenants étaient réunis en ligne pour l’occasion, dont le maire de Victoriaville, André Bellavance, le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon, et le titulaire de la chaire, le professeur Simon Barnabé. Il s’agissait d’une annonce attendue par tout le monde puisque le modèle proposé est novateur et constitue une première pour une ville québécoise que d’avoir une chaire. La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, Victoriaville et l'UQTR innovent avec une chaire de recherche municipale - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable
  • Renouvellement d’une chaire de recherche en efficacité énergétique industrielle Université de Sherbrooke, Des besoins en froid plus importants que ceux en chaud d’ici 2060 - Actualités - Université de Sherbrooke
  • Engie a remporté le Grand Prix 2020 de la chaire ESSEC Accenture « Strategic Business Analytics » (SBA). Partenaire de la chaire SBA depuis deux ans, ENGIE a proposé à un groupe de cinq étudiants de travailler de novembre à juin sur un cas d’usage concret d’analyse de données : comment optimiser les datas récoltées via ENGIE&Me, l’enquête annuelle conduite par la Direction des Ressources Humaines (DRH) auprès des 170 000 collaborateurs du groupe. Actu IA, ENGIE remporte le Grand Prix 2020 de la chaire ESSEC Accenture grâce à son outil d’analyse des données
  • Une nouvelle chaire de recherche en génie côtier vient d’être créée à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Celle-ci aura pour but de développer des connaissances de pointe et proposer des solutions concrètes et novatrices en vue de réduire la fragilité des infrastructures côtières face aux changements climatiques. Radio-Gaspésie, Une chaire de recherche en génie côtier à l’UQAR - Radio-Gaspésie
  • En hommage à Claude Champaud, premier président de l’Université de Rennes 1 et figure engagée du territoire décédé l’an dernier, la Fondation Rennes 1 ouvre sa 13e chaire de recherche et de formation « Droit des activités économiques - Claude Champaud ». Les travaux visent à poursuivre l’oeuvre académique du Professeur, qui s’ancrent dans une certaine conception de l’entreprise, et de la place de l’humain dans l’entreprise. Trois problématiques seront notamment abordées : les nouvelles formes de collaboration et l’évolution des contrats de travail ; les usages du numérique dans la relation de travail ; le développement, le transfert, et la valorisation des compétences. La chaire est lancée avec cinq entreprises du territoire : Crédit Mutuel Arkea, Brittany Ferries, Groupama Loire Bretagne, Enedis et Net Plus. Le Journal des Entreprises, La Fondation Rennes 1 crée une chaire pour repenser la relation de travail dans l’entreprise - Le Journal des Entreprises - Ille-et-Vilaine
  • Quatre nouvelles chaires de recherche UQTR attribuées à des chercheurs des départements d’anatomie, des sciences de l’environnement, de chimie, biochimie et physique, ainsi que de lettres et communication sociale. L'Hebdo Journal, L’UQTR attribue quatre nouvelles chaires de recherche - L'Hebdo Journal

Images d'illustration du mot « chaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chaire »

Langue Traduction
Anglais pulpit
Espagnol cátedra
Italien cattedra
Allemand lehrstuhl
Portugais cátedra
Source : Google Translate API

Synonymes de « chaire »

Source : synonymes de chaire sur lebonsynonyme.fr

Chaire

Retour au sommaire ➦

Partager