La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « espérer »

Espérer

Définitions de « espérer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ESPÉRER, verbe trans.

I.− Emploi trans. dir.
A.− Espérer + compl.
1. [Le compl. est un subst.]
a) Espérer qqn
Vieilli et région. (Picardie, Ouest, Midi de la France, Québec). Attendre l'arrivée, la venue de quelqu'un; attendre sa présence. Mon frère espère une épouse, et ma sœur un mari (Crèvecœur, Voyage,t. 1, 1801, p. 154).Certaines gens, pour une commission, l'attendaient [le facteur] au coin des routes; d'autres « l'espéraient » aux points fixes qu'on lui connaissait (La Varende, Normandie en fl.,1950, p. 40):
1. Nous prîmes à travers champ pour gagner Théotime. Françoise nous attendait à la limite. Elle nous dit : − On vous espère à la métairie. C'est midi sonné. Bosco, Mas Théot.,1945, p. 208.
Rare. Espérer qqn + attribut.Prêter à quelqu'un une qualité probable, avec une nuance intérieure de doute ou d'interrogation. Edmond, si vous saviez toutes les prières que j'ai adressées pour vous à Dieu, tant que je vous ai espéré vivant et depuis que je vous ai cru mort (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 430).Moi, je travaille en vous espérant pour lecteur. Un grand esprit, c'est un public. Votre applaudissement me paie (Hugo, Corresp.,1868, p. 113).
Emploi pronom. MmeÉterlin s'espérait encore désirable et désirée (Druon, Gdes fam.,t. 2, 1948, p. 233).
b) Espérer qqc.
Vieilli et région. Synon. de attendre qqc.Espérez un peu que la nuit vienne! (Claudel, Part. midi,1949, I, p. 1073).
Absol. − Après? dit Groult en fronçant les sourcils. − Espérez un peu, dit le Normand dans son patois, espérez (France, Jocaste,1879, p. 102).Il me déclara qu'il avait à me montrer quelque chose... mais là, quelque chose... Espérez un brin! − Et il appela (Feuillet, Scènes et prov.,1851, p. 339).
S'attendre à quelque chose de manière intuitive; s'imaginer qqc. [Ne cherchez pas là] les nuances de bistre et de vieille pipe qu'un peintre pourrait espérer : tout est blanchi à la chaux selon l'usage arabe (Gautier, Tra los montes,1843, p. 18).J'ouvris le carnet et fus d'abord déçu : j'espérais un roman, des contes (Sartre, Mots,1964, p. 87).
Attendre avec confiance un bien que l'on désire; considérer comme possible et probable sa réalisation; considérer comme certaine une chose dont on n'est pas scientifiquement, objectivement sûr. Espérer un miracle, la paix, le salut. Ma cousine (...) me laisse espérer un généreux pardon (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1736).Le lord de la trésorerie : − Jamais entrevue ne fut plus désirée. Richard : − Vous y comptiez? Le lord de la trésorerie : − Nous l'espérions (Dumas père, Richard Darlington,1832, II, 2, p. 96).L'expression d'attente anxieuse du dieu Tlaloc, espérant la pluie comme un pauvre homme dont le soleil a calciné le champ (Faure, Espr. formes,1927, p. 118).
Entrevoir la possibilité de quelque chose; escompter, logiquement et par voie de conséquence, quelque chose. La vue, à chaque instant, est arrêtée par des monts qui laissent à peine espérer un défilé (Dusaulx, Voy. Barège, t. 2, 1796, p. 57).La nuit (...) était trop inquiétante pour laisser espérer un départ à l'aube (Peyré, Matterhorn,1939, p. 255):
2. Les bilans et les programmes d'emploi des énergies, de prospection et de mise en œuvre des sources de matières premières, font espérer l'augmentation des « ressources naturelles » disponibles, grâce à la communication des informations et à la coordination des prévisions et des intentions des producteurs et des pouvoirs publics. Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 560.
Espérer qqc. de qqc., espérer qqc. de qqn.Escompter la réalisation de ce que l'on attend par l'action de quelqu'un ou de quelque chose. Que n'espérions-nous pas de sa jeune vertu! (Constant, Wallstein,1809, V, 9, p. 163).Cf. créosote ex. :
3. Le paysan est timide à côté [du marin]; il craint parce qu'il espère. Le marin a jugé cette masse fluide, évidemment sans projet et sans mémoire; et, parce qu'il ne peut espérer rien d'elle, il ne compte alors que sur lui-même. Alain, Propos,1926, p. 685.
2. [Le compl. est une prop.]
a) [Prop. complétive] Espérer que.Avoir une opinion, proche de la conviction, sans idée d'attente. Les Américains doivent venir me chercher ici pour une visite en Alsace. J'espère bien que ce ne sera pas le 26, ni le 27 (Barrès, Cahiers,t. 11, 1917-18, p. 371):
4. soubrier. − (...) Il paraît que tu lui as dit qu'au bout de huit jours j'en aurais assez de notre vie nouvelle. sevrais. − J'ai dit : « J'espère qu'il n'en aura pas assez après huit jours. » Espérer et croire, ce n'est pas la même chose. Montherl., Ville dont prince,1951, II, 4, p. 891.
Par affaiblissement
Formuler un souhait ou poser une question de manière atténuée ou indirecte. J'espère que le voyage s'est bien passé (Montherl., J. filles,1936, p. 934).J'espère qu'il y a de l'eau chaude (Mauriac, Asmodée,1938, I, 6, p. 48).Mes hommages, madame. J'espère ne pas être indiscret (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1505).
Atténuer la formulation d'un vœu, d'un souhait, d'une question (généralement en style épistolaire). Lord Beaconsfield espère que Votre Majesté se souvient de sa gracieuse promesse de ne pas écrire la nuit (Maurois, Disraëli,1928, p. 296):
5. Nous espérons, Madame, que vous apprécierez comme il convient notre proposition et que vous voudrez bien prendre en considération les risques auxquels notre cabinet s'expose dans votre intérêt. Veuillez agréer, Madame... Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 174.
b) [Prop. infinitive] Escompter la réalisation de quelque chose d'une manière proche de la certitude. Ces dames espéraient bien se retrouver en haut (Zola, Bonh. dames,1883, p. 623).À quelle heure espères-tu avoir fini? Au plus tôt et au plus tard. − Entre trois et quatre (Malraux, Espoir,1937, p. 621):
6. Nous continuâmes notre route pour doubler une pointe derrière laquelle nous espérions trouver un abri; (...) l'île (...) se termine (...) en pointe, et son plus grand diamètre est au plus d'une lieue. Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 179.
B.− Absolument
1. Avoir confiance dans l'avenir, dans la vie; entrevoir que la vie ne se termine pas dans le néant mais qu'il y a survie de l'individu (par la descendance, la vie future); entrevoir une issue favorable à la situation actuelle. « On commence à jouir, dis-tu, dès qu'on espère : » Je jouirois aussi déjà, si j'étois père; Mais pour un vieux garçon il n'est point d'avenir (Collin d'Harl., Vieux célib.,1792, II, 1, p. 31).Il espère pourtant, ils espèrent tous, même le moribond. Tous veulent vivre (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 231):
7. ... le bonheur n'est bonheur que quand vous le tenez; si vous le cherchez dans le monde, hors de vous-même, jamais rien n'aura l'aspect du bonheur. En somme, on ne peut ni raisonner ni prévoir au sujet du bonheur; il faut l'avoir maintenant. Quand il paraît être dans l'avenir, songez-y bien, c'est que vous l'avez déjà. Espérer, c'est être heureux. Alain, Propos,1911, p. 105.
Loc. proverbiale et hist. [P. allus. à Guillaume de Nassau, prince d'Orange, dit le Taciturne] Cf. Du Bos, Journal, 1927, p. 266 :
8. À la longue, ils eussent pu prononcer avec Guillaume d'Orange qu'« il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer ». Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 220.
2. Spéc., RELIG. CHRÉT. Avoir la vertu d'espérance. Partout où souffrent ou espèrent des cœurs humains, le Christ établit sa demeure (Mauriac, Journal 1,1934, p. 53).Quelque Josué, en priant et en espérant comme il faut, a pu arrêter le soleil (Alain, Propos,1908, p. 26):
9. Il faut avoir confiance en Dieu mon enfant. Il faut avoir espérance en Dieu. Il faut faire confiance à Dieu. Il faut faire crédit à Dieu. Il faut avoir cette confiance en Dieu d'avoir espérance en lui. Il faut faire cette confiance à Dieu d'avoir espérance en lui. Il faut faire ce crédit à Dieu d'avoir espérance en lui. Il faut faire espérance à Dieu. Il faut espérer en Dieu, il faut avoir foi en Dieu, c'est tout un, c'est tout le même. Péguy, Porche Mystère,1911, p. 240.
3. Expressions
a) J'espère, j'espère bien, je l'espère. Incise à valeur exclamative pour nuancer une affirmation dont on doute, ou pour essayer d'influencer la réponse à une interrogation que l'on fait. Les détails suivans suffiront, je l'espère, pour en donner une idée (Crèvecœur, Voyage,1801, p. 236).Tu n'es pas marié, j'espère? (Sartre, Nausée,1938, p. 178).
b) (Ah çà, eh bien,) j'espère! Exclamation admirative ou exprimant le contentement. Ah çà! j'espère que voilà assez de fatigue pour une nuit (Labiche, Fille bien gardée,1850, I, 19, p. 330).« Eh bien, j'espère! Quelle promenade! Vous avez été voir Compiègne, je parie! » Il riait d'aise, et levait les bras (Martin du G., Thib.,Pénitenc., 1922, p. 717).
II.− Emploi trans. indir.
A.− Espérer + dans (ou en) + subst.
1. Rare. Espérer dans/en qqn.Avoir une confiance absolue; espérer selon la vertu théologale d'espérance; faire de Dieu, de la religion, d'un être supérieur le fondement de sa vie et le guide du futur. Il vaut encore mieux se fier aux tigres qu'aux hommes. Mais le ciel, dans qui j'espère, ne nous abandonnera pas (Bern. de St-P., Chaum. ind.,1791, p. 133).Mon âme a espéré dans le Seigneur (Claudel, Chr. Colomb,1929, 2epart., p. 1187):
10. « (...) S'il n'y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n'est point ressuscité. Et si le Christ n'est point ressuscité, votre prédication est donc vaine et vaine aussi est votre foi... Si c'est pour cette vie seulement que nous espérons dans le Christ, nous sommes les plus misérables de tous les hommes » [d'apr. St Paul]. Mais ce n'est pas pour cette vie seulement que le chrétien espère, et c'est pourquoi il est le plus heureux des hommes... Gilson, Esprit philos. médiév.,1931, p. 175.
2. Espérer dans, en qqc.S'en remettre à. Et l'on espère dans le sort, faute de pouvoir s'assurer sur soi (Pourrat, Gaspard,1925, p. 173).Nous nous reprochons d'avoir alors trop espéré dans l'avenir (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 180).
B.− Espérer + de + compl.
1. [Le compl. est un subst.] Espérer de qqc.Escompter quelque chose de favorable, d'heureux, grâce à l'action de quelque chose. J'espère beaucoup de ma visite (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1723).
2. Vieilli ou, de nos jours, littér. [Le compl. est un inf.; la réalisation du compl. comporte le doute, l'incertitude (cf. supra même sens que I A 2 b)] Espérer + de + prop. infinitive.Il ne faut pas espérer d'éternuer à l'insu du voisin (Mauriac, Journal 1,1934, p. 65).Comme s'ils espéraient de tomber au premier effort, pour n'avoir plus à avancer (Mounier, Traité caractère,1946, p. 402):
11. ... nous pouvions espérer de trouver quelques rafraîchissemens dont nous avions grand besoin. Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 177.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Espérable, adj., rare. Qui peut être espéré; susceptible d'être espéré. Il n'y a plus pour moi d'amis espérables (Bloy, Journal, 1892, p. 55). Une sorte de sommaire « réduction au piano » (...) voilà tout ce qui est loyalement espérable et tout ce que j'oserai tenter (Richepin, Aimé, 1893, p. 54). Même si les Allemands se retirent (ce qui n'est guère espérable), les Italiens, je pense, défendront Tunis (Gide, Journal, 1943, p. 177). b) Espérant, ante, adj. Qui espère; qui est enclin à la confiance, à l'espérance. Germinie arriva (...), tout heureuse, toute gaie, tout espérante (Goncourt, G. Lacerteux, 1864, p. 129). Âmes espérantes et pieuses (Barrès, Cahiers, t. 10, 1913, p. 139).
Prononc. et Orth. : [εspeʀe], (j')espère [εspε:ʀ]. Grammont Prononc. 1958, p. 41, indique, à l'inf. [espeʀe]; ,,lorsque dans le [mot] simple la voyelle accentuée est un è ouvert, elle reste ouverte par analogie en perdant l'accent dans le dérivé, quand elle n'est soumise à aucune influence spéciale`` [souligné par nous] : espère [εspε:ʀ] → espérance [εspε ʀ ɑ ̃:s], en dépit de l'orth., à côté d'espérer [espere], sous l'infl. de [e] final, la conversion de la voyelle de seconde syll. entraînant à son tour la conversion de la voyelle initiale. Antécédents de cette dernière hyp. ds Fér. Crit. t. 2 1787 (,,è moyen``) et ds Nod. 1844 (ës-pé-ré; on aurait attendu une syllabation : ë-spé-, laquelle se trouve en effet ds Littré, avec cependant le timbre ouvert...). Enq. : /espeʀ/ (il) espère. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 trans. esperer « considérer comme devant se réaliser » (Alexis, éd. Chr. Storey, 193); 2. 1remoitié xiies. « avoir confiance en quelqu'un » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, IV, 6 : esperez el segnur). Du lat. class. sperare « attendre quelque chose comme devant se réaliser », avec infl. de la lang. écrite pour le maintien du s et le traitement de la voyelle radicale. Fréq. abs. littér. : 10 777. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 18 438, b) 18 711; xxes. : a) 11 966, b) 12 877. Bbg. Hanse (J.). Espérer suivi d'un inf. In : [Mél. Grevisse (M.)]. Gembloux, 1966, pp. 187-206. − Quem. DDL t. 1 (s.v. espérant).

Wiktionnaire

Verbe - français

espérer \ɛs.pe.ʁe\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) (Soutenu) ou (Acadie) (Louisiane) et (Poitevin-Saintongeais) (Transitif) Attendre la venue de quelqu’un.
    • Peut-être Janine appartient-elle à cette race qu’un vieil avocat connaît bien : ces femmes chez qui l’espérance est une maladie, qui ne guérissent pas d’espérer, et qui, après vingt ans, regardent encore la porte avec des yeux de bête fidèle. — (François Mauriac, Le Nœud de vipères, Grasset, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 154)
    • Nous vous espérons demain à la maison pour le dîner.
    • – Qu’est-ce que tu fais là ?
      – J’attends Nougaro…
      – En Afrique, on ne dit pas qu’on attend quelqu’un, on dit qu’on l’espère !...
      – Alors je suis en train d’espérer Nougaro …
      — (David McNeil, 28 boulevard des Capucines, Gallimard, 2012, collection Folio, page 170)
  2. (Absolument) (Religion) Attendre les bienfaits divins.
    • Vivre comme un dieu exige que l’on cesse de croire aux dieux. Ainsi, la leçon des épicuriens est que la philosophie change les hommes en dieux en leur enseignant qu’il n'y a pas sur cette terre d’autres dieux qu’eux-mêmes dès lors qu’ils auront cessé de croire et vainement d’espérer. — (Robert Redeker, Les épicuriens, professeurs de liberté, dans Marianne du 5 au 11 février 2011, pages 72-73)
  3. Considérer l’objet de son souhait comme réalisable.
    • Un mémoire que je publierai prochainement ne laissera plus, je l’espère, aucune incertitude dans l’esprit de tous les archéologues de bonne foi. — (Modèle:nom w, Carmen, 1845 (Pocket, 1990, page 30))
    • Les différentes dévaluations, dont la dernière en vigueur datait du 8 juin 1306, étaient loin de lui avoir rapporté ce qu’il en avait espéré. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Comme dans les prépas scientifiques, il est tout à fait possible de la redoubler (on dit « cuber ») en espérant être accepté dans une école plus prestigieuse. — (Philippe Mandry, Bien choisir son école de commerce et sa filière d’économie-gestion à la fac, page 20, Éditions l’Étudiant, 2007)
    • Vers 2 heures du matin, je parviens à quitter la soirée. J’ai passé mon temps à ignorer au maximum Elias […]. J’ai aussi laissé Gabriel me draguer en espérant que ça fasse les pieds au premier. — (Laeti Kane, Bleu Caramel, éd. L’ivre-Book, 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESPÉRER. v. tr.
Attendre un bien qu'on désire, et que l'on croit qui arrivera. Espérer une récompense. Il espère une meilleure fortune. Je connais bien cet homme, je n'en espère aucun appui. Nous devons tout espérer de la bonté de Dieu. Il me doit une grosse somme, mais je n'en espère rien. J'espère gagner mon procès. Qu'en dois-je espérer? Il espérait obtenir tel emploi. J'espère le voir aujourd'hui. J'espère qu'il viendra bientôt. Nous n'avons plus rien à espérer. Absolument, Il n'est pas défendu d'espérer. Il y a plus à craindre qu'à espérer. Espérer en Dieu. J'espère en votre justice. Je n'espère qu'en lui.

ESPÉRER, à l'infinitif, et suivi d'un autre infinitif comme complément le fait quelquefois précéder de la préposition de. Peut-on espérer de vous revoir?

Littré (1872-1877)

ESPÉRER (è-spé-ré. L'accent aigu se change en accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : j'espère, excepté au futur et au conditionnel : j'espérerai, j'espérerais) v. a.
  • 1Attendre un bien qu'on désire et que l'on entrevoit comme probable. On doit tout espérer d'un monarque si juste, Boileau, Sat. I. J'avais espéré que Monseigneur achèverait la campagne, Saint-Simon, 2, 38. Je lui fais espérer la grâce de Séide, Voltaire, Fanat. v, 1. Lève-toi, cher appui qu'espérait ma vieillesse, Voltaire, Brut. v, 7.

    Espérer avec de, et un infinitif. J'espérais d'avoir de quoi te satisfaire et répondre à tes dernières lettres, Pascal, Lett. Jacqueline, 26 janv. 1648. Il espéra de contenter son ambition, Bossuet, Hist. I, 8. Hélas ! puis-je espérer de vous revoir encore ? Racine, Brit. II, 6. J'espérais de verser mon sang après mes larmes, Racine, Bérén. I, 4. Que pouvez-vous offrir à l'Église dont elle puisse espérer de faire quelque usage pour la gloire de Jésus-Christ et le salut de ses enfants ? Massillon, Conf. Vocat. I. Ils espèrent de jouir d'un paradis où ils goûteront mille délices, Montesquieu, Lett. pers. 35.

    Espérer avec un infinitif, sans préposition. J'espérais y régner sans effroi ; Moines, abbés, prieurs, tout s'arme contre moi, Boileau, Lutr. II. Il espère revivre en sa postérité, Racine, Esth. II, 9.

  • 2Espérer quelqu'un, espérer sa venue, sa présence. Je lis, je me promène, je vous espère ; gardez-vous de me plaindre, Sévigné, 306.
  • 3 Absolument. Espérez et prenez courage. Il n'y a point d'homme plus aisé à mener qu'un homme qui espère ; il aide à la tromperie, Bossuet, Pensées chrét. 24. Après cinq ans d'amour et d'espoir superflus Je pars fidèle encor, quand je n'espère plus, Racine, Bérén. I, 2. Il n'y a guère de personnes à qui il n'en coûte cher pour avoir trop espéré, Fénelon, Éduc. filles, 12. S'il pouvait se montrer, j'espérerais encore, Voltaire, Tancr. I, 6.

    Espérer en, avoir confiance. Espère en ton courage, espère en ma promesse, Corneille, Cid, v. 8. …Dieu veut qu'on espère en son soin paternel, Racine, Ath. I, 2. Souvenez-vous d'un fils qui n'espère qu'en vous, Racine, Phèd. II, 5. En l'appui de Jéhu pourriez-vous espérer ? Racine, III, 6.

    Espérer à. N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde, Malherbe, I, 3. Mais espérez au ciel qui vous a fait si belle, Rotrou, St Genest, I, 1. Mais j'espère aux bontés qu'une autre aura pour moi, Molière, Tart. II, 4. Il faut espérer à sa grande jeunesse, Sévigné, 114. J'espère au changement de climat, Sévigné, 562. Pour moi j'espère à M. de Grignan, Sévigné, Lett. 11 nov. 1676. On espère à ce bienheureux héritage, Bossuet, Var. 3.

    Espérer de, avec une personne pour régime. Ceux de qui j'espérais sont tous mes ennemis, Voltaire, Irène, IV, 5.

    Espérer bien de, avec un nom de chose pour régime, avoir bonne espérance qu'une chose se fera. Saint Ambroise, que le jeune empereur avait mandé pour recevoir de lui le baptême, déplora sa perte [il avait été tué avant d'être baptisé] et espéra bien de son salut, Bossuet, Hist. I, 11.

REMARQUE

1. Après espérer, le que régit le futur quand la phrase est affirmative, et le subjonctif quand elle est négative ou interrogative : J'espère que vous le ferez ; je n'espère pas que vous le fassiez ; espériez-vous que je le fisse ? Cependant, dans la phrase interrogative, on peut mettre aussi le futur : Espérez-vous que je le fasse ou que je le ferai ?

2. Quand espérer est à l'imparfait ou au plus-que-parfait, c'est non du futur, mais du conditionnel, que l'on se sert : J'espérais qu'il viendrait ; j'avais espéré qu'il serait venu.

3. Des grammairiens ont condamné espérer avec le présent. Cependant ce verbe, présentant seulement l'idée d'une chose douteuse, peut être suivi d'un verbe au présent ou au passé : J'espère qu'il travaille ; j'avais espéré qu'il travaillait. J'espère que Pauline se porte bien, Sévigné, dans GIRAULT-DUVIVIER. J'espère Que le vin opère ; Oui tout est bien même en prison, Béranger, Guérison.

4. Espérer, en Picardie et dans tout l'Ouest, a simplement le sens d'attendre : J'espère la diligence.

HISTORIQUE

XIe s. Danz Alexis entrat en une nef, Ourent [ils eurent] lur vent, laisent curre par mer ; An dreit Taison espeirent arriver, St Alexis, XXXIX.

XIIe s. Tu es escuz à tous ces qui espeirent en tei, Rois, 208. Et s'il vousplaist à oïr mapriere, Ainsi com je l'espoir, Couci, XVIII.

XIIIe s. La teue [ta] misericorde soit faite seur nos, si come nos esperames en toi, Psautier, f° 191.

XVe s. Ceux dont il esperoit à avoir profit, Froissart, I, I, 75. J'espoire bien que demain nous aurons besogne [paroles de Philippe d'Artevelle aux capitaines flamands], Froissart, II, II, 191. Pour la joie qu'elle eut que son mari n'estoit point si mal ne si devoyé qu'elle esperoit [craignait], Louis XI, Nouv. LIX.

XVIe s. Celuy qui se treuve en ce danger ne doibt pas beaucoup esperer ny de sa force ny de sa vigilance, Montaigne, I, 33. J'espere que nous en quitterons l'usage, Montaigne, I, 362. Lorsqu'aprez une longue queste la beste vient à se presenter où nous l'esperions le moins, Montaigne, II, 127. On ne doibt point defendre aux gens de bien d'esperer honneur de leurs vertueux faicts, Amyot, Préf. VI, 32. Joyeux de ceste prosperité non esperée, Amyot, Timol. 18. …Ne jamais l'homme heureux n'espere De se voir tomber en meschef, Sinon alors que la misere Desjà lui pend dessus le chef, Ronsard, 409.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « espérer »

Wallon, espèrer, attendre ; Berry et normand, espérer, attendre : il espère à chaque instant la fièvre ; provenç. et espagn. esperar ; ital. sperare ; du latin sperare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sperare (« espérer, avoir l’espoir que… »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « espérer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
espérer ɛspere

Évolution historique de l’usage du mot « espérer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « espérer »

  • Si je n'espère rien, rien ne me fera craindre. Philippe Desportes, Amours d'Hippolyte
  • On désespère des autres pour ne pas trop espérer de soi. Henri Petit, Les Justes Solitudes, Grasset
  • Celui qui désire, espère et croit en lui-même, celui-là est heureux de voir les autres espérer et croire. De Richard Wagner , 
  • Quand tu n’en peux plus d’aimer, espère. Quand tu n’en peux plus d’espérer, crois. De Abbé Pierre / Rêve, 1958 , 
  • Les bonnes choses n'arrivent que lorsqu'on renonce à les espérer ; à l'inverse, trop espérer, les empêche de se produire. De Paul Auster / Moon Palace , 
  • Vivre, c'est espérer et attendre. De Etienne de Senancour , 
  • Il est indispensable d’espérer pour entreprendre. De Yvon Gattaz , 
  • Nul homme réfléchi ne peut espérer. De Maurice Barrès , 
  • Les syndicats dénoncent à demi-mot un catastrophisme de la direction d’Airbus quant à la situation de l’entreprise. "La direction nous a répété qu’Airbus était un colosse aux pieds d’argile face à une crise qui menace sa survie" a rapporté le délégué syndical central FO, Jean-François Knepper. Pourtant plusieurs raisons laissent espérer un meilleur destin. ladepeche.fr, Toulouse. Cinq raisons d’espérer un redécollage pour Airbus - ladepeche.fr
  • EELV devrait conserver Grenoble et peut espérer prendre Annecy, Metz voire Mulhouse et Orléans en cas de raz-de-marée. Dans les villes où le parti était en retrait ou battu dès le premier tour, son ralliement aux listes de gauche arrivées en tête vient consolider leurs chances de victoire. Exemple à Marseille, qui pourrait avoir comme maire Michèle Rubirola, une écologiste… suspendue d'EELV. Mais aussi Montpellier, où le candidat PS est désormais donné vainqueur, et les mairies déjà dirigées par les socialistes, comme Paris, Nantes et Rennes. lejdd.fr, CARTE. Municipales : ces grandes villes que les écolos peuvent espérer remporter
  • Si je n'espère rien, rien ne me fera craindre. Philippe Desportes, Amours d'Hippolyte
  • On désespère des autres pour ne pas trop espérer de soi. Henri Petit, Les Justes Solitudes, Grasset
  • Celui qui désire, espère et croit en lui-même, celui-là est heureux de voir les autres espérer et croire. De Richard Wagner , 
  • Quand tu n’en peux plus d’aimer, espère. Quand tu n’en peux plus d’espérer, crois. De Abbé Pierre / Rêve, 1958 , 
  • Les bonnes choses n'arrivent que lorsqu'on renonce à les espérer ; à l'inverse, trop espérer, les empêche de se produire. De Paul Auster / Moon Palace , 

Traductions du mot « espérer »

Langue Traduction
Anglais hope
Espagnol esperanza
Italien speranza
Allemand hoffnung
Chinois 希望
Arabe أمل
Portugais esperança
Russe надежда
Japonais 望む
Basque itxaropena
Corse spiranza
Source : Google Translate API

Synonymes de « espérer »

Source : synonymes de espérer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « espérer »

Combien de points fait le mot espérer au Scrabble ?

Nombre de points du mot espérer au scrabble : 8 points

Espérer

Retour au sommaire ➦

Partager