La langue française

Enrager

Sommaire

  • Définitions du mot enrager
  • Étymologie de « enrager »
  • Phonétique de « enrager »
  • Évolution historique de l’usage du mot « enrager »
  • Citations contenant le mot « enrager »
  • Traductions du mot « enrager »
  • Synonymes de « enrager »
  • Antonymes de « enrager »

Définitions du mot « enrager »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENRAGER, verbe.

A.− Emploi intrans.
1. Vx. Avoir la rage. Cet homme a été mordu d'un chien, et il court le risque d'enrager s'il ne fait pas des remèdes (Ac.1798-1878).
2. Au fig. Enrager de
a) Vx. Être tourmenté d'un violent désir. Comme je fus (...) à table jusqu'au ventre, pendant que les excellences, altesses, majestés enrageaient de faim (Courier, Lettres Fr. et It.,1808, p. 761).
b) Éprouver un vif déplaisir, un violent dépit de quelque chose. Enrager de jalousie. Synon. bisquer, écumer, fulminer, fumer, râler (pop.), rager :
1. En vain il faisait belle jambe, se rengorgeait comme un pigeon pattu, tournait du doigt les boucles de sa perruque, montrait son solitaire et découvrait ses dents jusqu'aux gencives; il ne produisait plus d'effet, et il eût pensé enrager de dépit, si « la dama tapada » n'eût été à son poste, le couvant du regard, répondant aux clins d'yeux qu'il lui adressait par de petits coups d'éventail sur le bord de la loge et autres signes d'intelligence amoureuse. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 252.
Emploi abs. Lorsqu'un de nous enrage, il a du moins la ressource d'envoyer au diable celui qui l'irrite (Hugo, Rhin,1842, p. 198).
En périphrase factitive. (Quasi-)synon. fâcher, tourmenter.Une petite fille (...) que Léonce taquinait beaucoup. (...) Léonce lui disait qu'elle était laide, pour la faire enrager, et elle enrageait si bien qu'elle pleurait de colère (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 329).Le vilain! il fait enrager son papa! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 62).
B.− Emploi trans. [Le suj. désigne gén. un inanimé abstr.]
1. Mettre (quelqu'un) en rage, en colère. Enrager le/ son monde. J'avais gardé mon sang-froid, mais tant de misères m'enragent! (Borel, Champavert,1833, p. 240):
2. Edwige Légaré s'était attaqué seul à une souche; une main contre le tronc, de l'autre il avait saisi une racine comme on saisit dans une lutte la jambe d'un adversaire colossal, et il se battait contre l'inertie alliée du bois et de la terre en ennemi plein de haine que la résistance enrage. Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 67.
Emploi pronom. à valeur subjective. On se tait, mais on s'enrage devant ce patriotisme menteur prêché par des dilettantes qui, par respect de leur propre intellectualité, ont commencé par se soustraire au devoir militaire (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 336).
P. métaph. De gros obus s'enragent à gauche contre un fragile moulin de bois. Ils éventrent la prairie jusqu'au fond noir des eaux (Giono, Gd troupeau,1931, p. 242).
2. P. ext. Exciter au plus haut point. Des réponses discrètes et mystérieuses propres à tourner la cervelle et à enrager la curiosité de ces jeunes veaux (Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863p. 184).
En partic., dans le domaine sensuel :
3. Les soirs humides, lorsque Paris mouillé exhalait une odeur fade de grande alcôve mal tenue, elle savait que ce temps mou, cette fétidité des coins louches enrageaient les hommes. (...). C'était comme un coup de folie charnelle passant sur la ville. Zola, Nana,1880, p. 1313.
Emploi pronom. à sens passif. Elle refusait, elle refusait encore! C'était pour lui une stupeur, une lutte où son désir s'enrageait (Zola, Bonh. dames,1883, p. 706).Le père, à partir de cinq heures, s'enrageait au lit (Zola, Germinal,1885, p. 1259).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. prés. enrageant, ante, en emploi adj., fam. [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Qui met en rage, en colère. Synon. agaçant, lancinant, rageant. Peu de choses sont plus enrageantes que la recherche inutile d'un objet égaré (Amiel, Journal, 1866, p. 256). Enrageant obstacle que celui des êtres! (Montherl., Reine morte, 1942, III, 4, p. 211).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃ ʀaʒe], (j')enrage [ɑ ̃ ʀa:ʒ]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Prend un e devant a et o pour conserver la prononc. de : j'enrageai(s), nous enrageons. Étymol. et Hist. 1160 « devenir enragé; perdre le sens » (Eneas, 5800 ds T.-L.). Dér. de rage*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 386. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 343, b) 539; xxes. : a) 1 060, b) 421.

Wiktionnaire

Verbe

enrager \ɑ̃.ʁa.ʒe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être saisi de la rage. — Note : il n’est plus usité dans cette acception qu’au participe passé.
    • Un animal enragé.
    • Ce chien est enragé.
  2. (Figuré) Éprouver un vif déplaisir, un violent dépit de quelque chose.
    • Quant à ceux qui, dans ce monde de richards, n'ont pour subsister que leurs salaires, ils enragent, ils maugréent; ils se considèrent comme des déshérités. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENRAGER. v. intr.
Être saisi de la rage. Il n'est plus usité dans cette acception qu'au participe passé. Un animal enragé. Ce chien est enragé. Fig. et fam., Manger de la vache enragée, Éprouver beaucoup de privations et de fatigues.

ENRAGÉ, ÉE, signifie figurément Qui rend comme atteint de la rage. Une douleur enragée. Une faim enragée. Une passion enragée. Être enragé contre quelqu'un, Être dans une grande colère contre lui. Fig. et fam., Il faut être enragé pour faire cela, pour se conduire ainsi, se dit de Quelqu'un qui se laisse emporter à faire quelque chose hors de raison. Il faut que vous soyez enragé, si vous prenez cette résolution. Il se dit aussi de Ce qui est exécuté avec une sorte de rage, de folie bruyante. Une musique enragée. Une polémique enragée. Il s'emploie aussi comme nom et se dit d'un Homme fougueux, impétueux ou qui s'acharne à quelque chose. Quel enragé! Crier comme un enragé. Ces soldats se sont battus comme des enragés. Il est familier.

ENRAGER signifie aussi figurément Éprouver un vif déplaisir, un violent dépit de quelque chose. Il enrage de voir son rival dans le poste qu'il ambitionnait pour lui-même. Il a une méchante femme qui le fait enrager. Il ne m'écoute pas, ce dont j'enrage.

Littré (1872-1877)

ENRAGER (an-ra-jé. Le g prend un e devant a ou o : j'enrageai, nous enrageons) v. n.
  • 1Être pris de la rage. Ce chien a été mordu ; il est à craindre qu'il n'enrage.
  • 2 Par extension, souffrir une douleur excessive. Il enrage du mal de dents.

    Il n'enrage pas de mentir, ou il n'enrage pas pour mentir, c'est un grand menteur, c'est-à-dire que, mentir ne lui causant aucune souffrance, il s'abandonne à toute sorte de mensonges. En même temps la renommée, Qui souvent est mal informée Et n'enrage pas pour mentir, Scarron, Virg. III. Pour le portrait de Mezzetin, La Fontaine a fait un sixain Où l'on voit cet acteur traité d'incomparable ; Si la Fontaine a cru la chose véritable, Je n'oserais le garantir : Mais je sais bien qu'étant fort porté pour la fable, Il n'enrage pas pour mentir, Gacon, Épigramme.

  • 3Être tourmenté d'un violent désir. Enrager de soif, de faim. Il enrage de jouer, de parler. Tantale enrage de manger ; De mets friands sa table on couvre, Scarron, Virg. VI.
  • 4Éprouver un violent dépit, une grande impatience. Mille fâcheux cruels, qui ne pensent pas l'être, De nos faits avec moi, sans beaucoup me connaître, Viennent se réjouir pour me faire enrager, Molière, Amph. III, 1. On sait assez que le destin Adresse là les gens quand il veut qu'on enrage, La Fontaine, Fabl. VI, 18. Les valets enrageaient, l'époux était à bout, La Fontaine, ib. VII, 2. Quand vous devriez en enrager, Sévigné, 441. Quelle sérénité ! savez-vous, quand j'enrage, Que j'enrage encor plus, si l'on n'enrage aussi ? Piron, Métrom. I, 4. Ces lentes formalités de justice qui tant de fois le firent enrager [le cardinal de Retz], comme lui-même le raconte, Courier, I, 173.

    Il se construit avec de et le verbe à l'infinitif. J'enrage de me taire et d'entendre mentir, Corneille, Ment. I, 5. J'enrage de trouver cette place usurpée, Et j'enrage de voir ma prudence trompée, Molière, Éc. des f. III, 5. J'enrage de voir de ces gens qui se traduisent en ridicule malgré leur qualité, Molière, Critique, 6.

    Il se construit aussi avec que et le verbe au subjonctif. J'enrage que mon père et ma mère ne m'aient pas fait bien étudier dans toutes les sciences, quand j'étais jeune, Molière, Bourg. gent. II, 6.

    Fig. Il ferait enrager bête et marchand, ou la bête et le marchand, se dit d'un homme qui tracasse sur tout, qu'on ne saurait satisfaire sur rien.

    Prendre patience en enrageant, c'est-à-dire malgré soi.

REMARQUE

Enrager se construit avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'action : le chien a enragé et s'est enfui ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : le chien est enragé depuis hier.

HISTORIQUE

XIIe s. Tel duel [deuil] en ot [il], par un petit n'enrage, Ronc. p. 81. En la curt l'arcevesque vindrent li enragié ; Tut dreit devant la sale sunt descendu à pié, Th. le mart. 138. Là l'unt trait et mené li ministre enragié : Asolez [absolvez], funt il, cels qui sunt escumengié [excommuniés], E cels qui sunt par vus suspendu e lacié[liés], ib. 148.

XIIIe s. S'en venoit li lions comme beste enragie, Berte, II. Or vous dirons dou roi Ricart qui estoit en Cypre, et ot eu lettres d'Acre qui prise estoit, et en fu si courrouciés qu'à poi qu'il n'erragoit, Chr. de Rains, p. 40. [La jalousie] Qui tous jors d'autrui joie enrage, la Rose, 7442. Sa char soit or livrée as lous, Et les os as chiens enragiés ! ib. 9159.

XVe s. Là estoit le comte [de Flandre] qui les prioit et admonestoit de bien faire et de prendre la vengeance de ces enragés de Gand, Froissart, II, II, 94.

XVIe s. Ibycus les appelle Andromanes, c'est à dire enrageans [désirant] d'avoir le masle, Amyot, Lyc. et Num. comp. 6. Ilz se jetterent hors de toute raison et de toute humanité pour servir à la passion de leur furieuse haine et enragé courroux, Amyot, Cicér. 58. Les autres asseuroyent que l'eau de la mer guerissoit les enragez, si on les jette dedans ; et de faict on les mene maintenant à la mer, comme le plus asseuré remede, Guill. Bouchet, VII Serée.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ENRAGER. Ajoutez :
5Enrager après, éprouver une violente passion pour. L'un enrage après les femmes, l'autre veut toujours avoir le ventre à table, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « enrager »

 Dérivé de rager avec le préfixe en-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

En 1, et rage ; bourguign. enraigé ; provenç. enrabiar, enratjar, enrapjar, enranjar. Il y avait aussi la forme esrager.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « enrager »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enrager ɑ̃raʒe

Évolution historique de l’usage du mot « enrager »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enrager »

  • Mais il ne faut jamais penser au bonheur ; cela attire le diable, car c'est lui qui a inventé cette idée-là pour faire enrager le genre humain. De Gustave Flaubert / Lettre à Louise Colet - 21 Mai 1853
  • Si vous voulez faire enrager votre femme, évitez de la contredire. De André Prévot
  • Brailler, multiplier les actions surprises et violentes, défier l’État, vomir sur les entreprises, rire des associations, déverser à la moindre contrariété un flot de rancœurs en espérant bousculer les institutions comme les cercles économiques et solidaires, se considérer comme une victime définitive de la société et enrager contre tout ce qui constitue le creuset républicain, sont les morceaux du puzzle d’une mode tragique et dangereuse. Les images se succèdent et se répètent avec un crescendo inouï de violence. Journal L'Union, Une société mal dans sa peau
  • Enfin une bonne nouvelle dans ce monde impitoyable. Robin Hayward, la femme de Gordon, devrait donner naissance au quatrième enfant du couple pile au moment des demi-finales ou des finales de Conférence. De quoi certainement enrager madame qui devra voir son mari faire l’aller-retour Orlando-maternité-Orlando en quelques jours. Mais le principal est assuré, l’ami Gordon sera bien au chevet de sa femme pour l’accompagner à accoucher de leur premier garçon. Une délivrance pour Robin Hayward qui devait certainement entendre ce souhait tous les jours et qui n’a pas manqué de l’annoncer avec sarcasme en mars 2020, au moment de la connaissance du sexe de l’enfant. Gordon Hayward quittera donc la fameuse bulle. Pour la raison qu’il mentionne, la NBA sera évidemment clémente. Si le joueur ne part d’Orlando que pour sept jours ou moins, en étant testé négatif quotidiennement, il ne sera mis en quarantaine que pendant quatre jours. Que ce soit un match important ou non, le choix de l’ailier des Celtics s’est fait sans la moindre hésitation, au micro d’ESPN. TrashTalk, Gordon Hayward quittera la bulle pour assister à la naissance de son 4ème enfant : à la base, le timing était parfait
  • Une situation qui fait enrager Me Elodie Gibello-Autran, avocate de la victime. « C’est fou ce qu’on peut accepter quand on n’a pas le choix, lorsqu’on vous marie à 15 ans, que votre mari vous tape dessus, on vous encourage à vous taire. Elle, elle a eu le courage de parler. Puis quand votre mari est en prison, on vous dit qu’à cause de vous les enfants n’ont pas à manger et vous ne voyez guère d’échappatoire, votre seul espoir c’est que cet homme-là veuille bien vous reprendre. Nous sommes au 19e siècle. Nous sommes dans un pays où il y a une égalité entre hommes et femmes et là nous sommes à des kilomètres de cette égalité entre hommes et femmes. Aujourd’hui elle a besoin d’être protégée parce que son entourage n’en est pas capable. Nous avons beaucoup trop de décès chaque année de femmes qui elles aussi se sont cognées contre une porte ou ont glissé. » Le Journal De Mayotte, Mariée à 15 ans, battue pour un coup de fil pendant le confinement - Le Journal De Mayotte actualité
  • Selon plusieurs posts publiés sur Reddit, des utilisateurs constatent de plus en plus de publicités dans l’interface OneUI de Samsung. Et il ne s’agit pas de petites publicités textuelles assez discrètes mais de grosses publicités qui prennent une bonne partie de l’écran dans certaines applications natives que Samsung propose avec ses smartphones. Et c’est bien cela qui fait enrager les utilisateurs. Comme nombre d’entre eux le rappellent, il ne devrait tout simplement pas y avoir de publicités, quelle que soit leur taille. Et plus encore après avoir déboursé parfois plus de 1 000€ pour un modèle haut de gamme. Begeek.fr, Samsung intègre des publicités dans son interface OneUI
  • "Son avocate, sa mère et moi autour de lui, avec lui, dans une lutte perdue d'avance, celle du pot de terre contre le pot de fer... Mais rien n'a réussi à l'enrager, c'était un garçon bien, une belle personne, sans rancune. Il avait des rêves et des projets. Il a su vivre sans vengeance, il nous montre le chemin je crois. Ahmed n'est pas juste le titre d'un fait-divers, il était fait de chair et de sang, il était vivant. midilibre.fr, Montpellier : après la marche blanche, l'hommage de l'éducatrice d'Ahmed tué par balles - midilibre.fr

Traductions du mot « enrager »

Langue Traduction
Anglais enraged
Espagnol enfurecido
Italien infuriato
Allemand wütend
Chinois 激怒
Arabe غاضب
Portugais enfurecido
Russe разъяренный
Japonais 激怒
Basque haserre
Corse arraggiatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « enrager »

Source : synonymes de enrager sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « enrager »

Partager