La langue française

Ressentir

Sommaire

  • Définitions du mot ressentir
  • Étymologie de « ressentir »
  • Phonétique de « ressentir »
  • Citations contenant le mot « ressentir »
  • Images d'illustration du mot « ressentir »
  • Traductions du mot « ressentir »
  • Synonymes de « ressentir »

Définitions du mot ressentir

Trésor de la Langue Française informatisé

RESSENTIR, verbe trans.

I. − Empl. trans.
A. − Éprouver une sensation physique, en tant que telle, agréable ou désagréable. Ressentir du bien-être; ressentir un coup, (de) la douleur, la fatigue, le froid, un malaise. J'éprouve en même temps le mouvement que l'on ressent lorsqu'un vaisseau vire de bord (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 230).Et Stephen respirait à longs traits; (...) il se sentait vivre avec délices; l'impression qu'il ressentait était celle, et plus suave encore, qu'on ressent au haut d'une montagne quand on hume à grands flots un air pur et dégagé (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 23).
B. − Éprouver vivement dans son âme ou dans son esprit l'effet d'une cause extérieure.
1. Qqn ressent qqc.Ressentir un chagrin, un deuil, une émotion, une injustice, une peine, un plaisir, une satisfaction; ressentir du dépit, du remords, de la tristesse. Aussitôt, j'instruisis le Sicilien de l'insulte. Il la ressentit comme j'avais prévu qu'il la ressentirait et il envoya, pour en tirer vengeance, huit cents cavaliers (A. France, Clio, 1900, p. 117).
2. Qqn ressent qqn ou qqc.Ressentir un écrivain, un poète. Oui, avec vous et comme vous, je la vois et je la ressens jusqu'à la hantise, cette femme si belle, mais si étrangement perverse (Loti, Journal, 1878-81, p. 6).Ruskin vit Rouen la même année qu'Abbeville, mais il ne devait comprendre Rouen que beaucoup plus tard, tandis qu'il ressentit tout de suite Abbeville (Proust, Chron., 1922, p. 146).
C. −
1. Avoir une vive conscience d'un état subjectif. Je ressentis devant elle ce désir de vivre qui renaît en nous chaque fois que nous prenons de nouveau conscience de la beauté et du bonheur (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 655):
Le voyageur excédé de fatigues et mourant de soif au milieu des déserts, ne ressent pas une joie plus vive lorsqu'il rencontre un puits et quelques arbres touffus à l'ombre desquels il puisse se reposer... Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 17.
2. Éprouver un sentiment favorable ou défavorable à l'égard de quelqu'un. Ressentir de l'admiration, de l'affection, de la jalousie, du mépris, de la pitié (pour qqn); ressentir de la fureur, de la haine, de l'humeur (contre qqn). Avant Talma l'on n'avoit guère aperçu dans cette pièce foiblement écrite la passion d'amitié que Manlius ressent pour Servilius (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 238).Ce qu'on ressent pour certaines femmes, ce n'est pas de l'amour, ce n'est pas de l'amitié non plus: c'est de la tendresse (Renard, Journal, 1899, p. 521).
II. − Empl. pronom.
A. − Se ressentir de qqc.
1. Vieilli. Se souvenir (d'une offense, d'une injure); en éprouver du ressentiment. Je me ressentirai de l'injure que vous m'avez faite (Ac.1798-1878).
2. Continuer à éprouver les effets d'un mal physique. Se ressentir d'une maladie, d'une opération. Dans son enfance, il était tombé d'un arbre et s'était cassé cette jambe; la fracture avait été si mal soignée que maintenant encore il s'en ressentait (Arland, Ordre, 1929, p. 28).Je me ressens encore de ce grand coup d'épée qu'il me fournit au travers du corps un matin de carnaval (Claudel, Soulier, 1929, 1rejournée, 5, p. 666).
3. Éprouver l'influence de, subir les suites de.
a) Qqn se ressent de qqc.Il se ressent de la mauvaise éducation qu'on lui a donnée (Ac.).Je ne dois pas vous cacher que j'ai trouvé beaucoup de mal ici: la dissimulation est partout; je crains même que le jeune Henri ne se ressente bientôt des leçons qu'on lui donne (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 470).Elle se ressent de ses origines, et fait parfois usage d'un langage hardi (Toulet, Nane, 1905, p. 191).
b) Qqc. se ressent de qqc.Ce pays a été ruiné par la guerre, il s'en ressentira longtemps (Ac.).Ces termes abstraits, cette subtilité européenne, produisent une sorte de sécheresse et d'indifférence, dont nos mœurs se ressentent beaucoup (Senancour, Rêveries, 1799, p. 228).L'hiver (...) exceptionnellement rigoureux (...) glace et enneige les routes, ralentit la circulation. Les ravitaillements s'en ressentent (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 138).
B. − Pop., arg. S'en ressentir (pour).Avoir envie de.
1. [Suivi d'un subst.] V. amateur ex. 51.
En partic. ,,Aimer, avoir plaisir à. Il s'en ressent pour c'te môme`` (Lacassagne, Arg. « milieu », 1928, p. 179).
2. [Suivi de pour + inf.] S'en ressentir pour se battre. Dis donc, toi, gueule de raie ultra-plate, tu veux du galon? Si tu t'en ressens pour aller te faire écraser par les tanks, vas-y (Malraux, Espoir, 1937, p. 734).
3. Absol. Maintenant j'en ai marre... Ceux qui s'en ressentent, c'est pas moi qui prendrai leur place (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 308).
REM.
Ressenti, -ie, part. passé en empl. adj.,beaux-arts. Dont le contour ou le renflement est plus bombé ou plus fort qu'il ne doit l'être. Supposons deux hommes de même taille: si l'on revêt le premier de muscles très-développés et très-ressentis, on en fera un Hercule; si l'autre a des muscles délicats (...) on en pourra faire un Apollon (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p. 148).
Prononc. et Orth.: [ʀ əsɑ ̃ti:ʀ], (il) ressent [-sɑ ̃]. Barbeau-Rodhe 1930: se ressentir [sə ʀsɑ ̃-], [sʀ ə-]. Étymol. et Hist. A. 1. Recevoir d'une cause extérieure une impression agréable ou pénible a) fin xiies. « sentir chacun de son côté, éprouver [par sympathie] ce que sent autrui » (Béroul, Tristan, éd. E. Muret, 1650: Chascun d'eus soffre paine elgal Qar l'un por l'autre resent mal); b) 1268-78 ,,sentir l'effet pénible d'une cause extérieure`` (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 4420: ... Ou, s'il resent trop grief le fes [du couvent] Si s'en repent e puis s'en ist); 1580 (Montaigne, Essais, II, XII, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p. 580); c) 1562 réfl. soi resentir de « éprouver, faire l'expérience de [un avantage] » (Rabelais, 5eLivre, VII ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 3, p. 31); 2. a) déb. xiiies. réfl. soi resentir + attribut « se sentir à nouveau... [en reprenant ses esprits] » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 1922, append. II [Miracle de St Thomas], 69, p. 214: Il resent sei mëime tut sein e tut legier, Si apele e esveille cels kil durent veiller); b 1580 trans. « être conscient d'un état subjectif, éprouver un sentiment » (Montaigne, op. cit., I, XXXVIII, p. 235: Nous avons poursuivy... la vengeance d'une injure, et resenty un singulier contentement de la victoire); 1680 ressentir l'amour (Quinault, Proserpine ds Littré); c) 1580 réfl. « éprouver les effets d'un mal » (Montaigne, op. cit., II, XXXVII, p. 764); 3. a) 1558 réfl. se ressentir de « se souvenir [d'une chose] avec ressentiment » (Des Periers, Nouv. Récr., 13, éd. K. Kasprzyk, p. 70: Si tost qu'ilz furent en liberté, se ressentans du mauvais tour que leur avoit joué...); 1664 trans. ressentir l'injure (Racine, Thébaïde, I, 5); b) av. 1630 trans. « se souvenir avec reconnaissance » (D'Aubigné, Lettre [s.d.] ds Œuvres, éd. E. Réaume et Fr. de Caussade, t. 1, p. 356: des esprits... qui ressantent ce qu'ils luy doivent à Dieu); 1633, 22 oct. ressentir [une faveur] (Voiture, Lettre 45 ds Œuvres, Paris, J. Clousier, t. 1, 1734, p. 110); 4. 1554 « avoir le caractère de » en parlant d'un inanimé (Thevet, Cosmogr., I, 12 ds Hug.: La langue des anciens Maltois... ressentoit encore le vieil langage de Carthage); 1636 (Monet, p. 761b: Cet homme là me ressant son pédant à pleine gorge); 5. a) 1620, 9 mars « reconnaître, saisir, discerner » (D'Aubigné, Lettre ds Œuvres, éd. citée, t. 1, p. 372); b) 1687 « percevoir un sentiment chez une personne » (Bossuet, Oraison funèbre de Louis de Bourbon ds Œuvres, éd. B. Velat et Y. Champailler, p. 198: On ressentait dans ses paroles un regret sincère d'avoir été poussé si loin par ses malheurs). B. xiiies. trans. « avoir, prendre l'odeur de » (Isopet, I, XXXVII, 67 ds Isopets, éd. J. Bastin, t. 2, p. 267: ... les aux rescent le mortier). Dér. de sentir*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 3 294. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 583, b) 3 174; xxes.: a) 4 119, b) 5 916.

Wiktionnaire

Verbe

ressentir \ʁə.sɑ̃.tiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se ressentir)

  1. Sentir ; éprouver.
    • J'avais les membres roidis et ressentais une si pénible lassitude, que je restai longtemps sans pouvoir trouver le sommeil. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 94)
    • Ma myopie renforçait encore l'impression d'irréel, de cauchemar que je ressentais et contre laquelle je m’efforçais de lutter, dans la crainte de voir se briser ma volonté. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Le changement des conditions objectives de la lutte, qui imposait la nécessité de passer de la grève à l’insurrection, fut ressenti par le prolétariat bien avant que par ses dirigeants. — (Lénine, Rapport sur la Révolution de 1905, traduit du russe (Pravda du 22 janvier 1925), Moscou : Éditions du Progrès, 1966, p. 6)
    • Or Belle de Candeur était vierge, et au moment de la défloration, elle ne manqua pas de ressentir une douleur passablement désagréable. — (Belle de Candeur : Roman érotique de la dynastie Ming, traduit du chinois par Christine Barbier-Kontler, Arles : Editions Philippe Picquier, 1990, 1994, page 25)
    • Il a ressenti vivement la perte de son ami. — Il est également incapable de ressentir et d’inspirer l’amitié. — Je ressens un grand plaisir, une grande joie de votre retour.
  2. (Pronominal) Sentir quelque reste d’un mal qu’on a eu.
    • Il se ressent encore de sa maladie, de sa blessure, de son opération.
  3. (Pronominal) (Figuré) Éprouver les suites, les conséquences fâcheuses, l’influence nuisible de quelque chose.
    • Il se ressentira longtemps des désordres de sa jeunesse.
    • Ce pays a été ruiné par la guerre, il s’en ressentira longtemps.
    • Il se ressent de la mauvaise éducation qu’on lui a donnée, de la fréquentation des mauvaises compagnies.
    • Son ouvrage se ressent de la précipitation avec laquelle il l’a composé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESSENTIR. v. tr.
Sentir, éprouver. Ressentir du bien-être, du malaise. Ressentir un picotement à la gorge. Il ressentira les effets de ma colère. Il a ressenti vivement la perte de son ami. Elle ressent vivement cette injure. Il est également incapable de ressentir et d'inspirer l'amitié. Je ressens un grand plaisir, une grande joie de votre retour.

SE RESSENTIR signifie Sentir quelque reste d'un mal qu'on a eu. Il se ressent encore de sa maladie, de sa blessure, de son opération. Il signifie figurément Éprouver les suites, les conséquences fâcheuses, l'influence nuisible de quelque chose. Il se ressentira longtemps des désordres de sa jeunesse. Ce pays a été ruiné par la guerre, il s'en ressentira longtemps. Il se ressent de la mauvaise éducation qu'on lui a donnée, de la fréquentation des mauvaises compagnies. Son ouvrage se ressent de la précipitation avec laquelle il l'a composé.

Littré (1872-1877)

RESSENTIR (re-san-tir) v. a.

Il se conjugue comme sentir.

  • 1Sentir, éprouver. Il a ressenti des douleurs dans les articulations. Ressentir du bien-être, du malaise. Quelqu'un dira peut-être qu'elle n'a pas ressenti de ces douleurs aiguës qui font qu'on regarde la mort comme une consolation, Fléchier, Duch. de Mont. Quel peuple ennemi de la France n'a pas ressenti les effets de sa valeur ? Fléchier, Turenne. Le peuple lève sans cesse les mains vers lui [Dieu], et vous doutez même s'il existe, vous qui seuls ressentez les effets de sa libéralité et de sa puissance, Massillon, Pet. carême, Vices et vert. des Gr.

    Fig. Avec un nom de chose pour sujet. Tout ressent de ses yeux les charmes innocents, Racine, Esth. III, 9.

    Il s'emploie d'une manière analogue au sens moral. L'ayant cherché longtemps afin de divertir L'ennui que de sa perte il pouvait ressentir, Corneille, Rod. V, 4. Mes sens par son excès [de ma douleur] sont demeurés perclus ; Pour la trop ressentir je ne la ressens plus, Rotrou, Antig. III, 2. Revenue d'une si longue et si étrange défaillance, elle se vit replongée dans un plus grand mal [le regret de ses péchés], et, après les affres de la mort, elle ressentit toutes les horreurs de l'enfer, Bossuet, Anne de Gonz. Je ressens tous les maux que je puis ressentir, Racine, Bér. V, 6.

  • 2Il se dit de l'âme saisie par un sentiment. Ressentir de l'amitié pour quelqu'un. C'est déjà ressentir l'amour Que de commencer à le craindre, Quinault, Proserp. I, 3. Tout ce que la reconnaissance, l'amitié, l'amour peuvent inspirer de plus tendre, de plus passionné, je le ressens, je l'éprouve pour vous, Genlis, Théât. d'éduc. l'Amant anonyme, V, 2.
  • 3Témoigner ressentiment, sympathie. Si votre affliction est une affliction publique, et si elle touche généralement tout ce qu'il y a d'honnêtes gens en France, je pense que vous ne doutez pas que je ne la ressente extrêmement, moi que vos bontés…, Voiture, Lett. 156. Le roi-prophète, qui ressentait le bien d'autrui comme le sien propre, Fléchier, Sermons, Envie. Il ressent mes douleurs beaucoup plus que moi-même, Racine, Iphig. II, 5. Je reconnais l'erreur qui nous avait séduits, Et ressens votre joie autant que je le puis, Racine, Iphig. III, 1.

    Témoigner ressentiment, désir de vengeance. Plus on doit ressentir les coups de cette offense, Molière, D. Garc. I, 1. Plus l'offenseur m'est cher, plus je ressens l'injure, Racine, Théb. I, 5. Jupiter près de vous m'envoie en diligence Vous annoncer le pardon d'une offense Qu'il ressentit avec trop de chaleur, Dancourt, Métemps. III, 11. Le roi [Charles VI] voulait empêcher ses chevaliers de relever le gant, et de ressentir ces insultes particulières, Chateaubriand, Génie, IV, V, 4.

    Témoigner ressentiment, reconnaissance. Je ne suis pas moins généreux à ressentir cette faveur, que vous l'avez été à me la faire, Voiture, Lett. 45. Ressentez donc aussi cette félicité, Racine, Esth. III, 1.

  • 4Reconnaître, apercevoir. On ressentait dans ses paroles [de Condé] un regret sincère d'avoir été poussé si loin [à la révolte] par ses malheurs, Bossuet, Louis de Bourbon.
  • 5Porter le caractère de. Tout ce qu'ils [les auteurs des Sacramentaires] composaient était fait sur le modèle de ce qu'avaient fait leurs prédécesseurs ; le style même ressent l'antiquité, et les choses la ressentent encore plus, Bossuet, Explic. de la messe, 19. Quoique tout ce qu'il [Jacob] dit des frères de Juda soit exprimé avec une magnificence extraordinaire, et ressente un homme transporté hors de lui-même par l'esprit de Dieu…, Bossuet, Hist. II, 2. Il en usa de la sorte par une prudence qui ne fut ni humaine ni lâche, et qui ne ressentit point le courtisan, mais le prophète, Bourdaloue, 8e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 128. Avec quelle sévérité sainte Thérèse défendit-elle qu'il y eût rien dans les bâtiments de son ordre qui ressentît la vanité ! Fléchier, Panég. Ste Thérèse. Vous voyez en quels lieux vous l'avez amenée [votre fille] ; Tout y ressent la guerre et non pas l'hyménée, Racine, Iphig. III, 1. Cette opinion [l'émission de la lumière] est démontrée de plus d'une façon, et, loin de ressentir la vieille philosophie, elle y est directement contraire, Voltaire, Phil. Newt. II, 2.
  • 6Se ressentir, v. réfl. Sentir un reste d'un mal qu'on a eu. Il a eu la fièvre chaude, il s'en ressent encore. Il s'est ressenti de sa goutte ces jours derniers.
  • 7Porter le caractère de. Ce n'est point une nécessité qu'il y ait du sang et des morts dans une tragédie ; il suffit que l'action en soit grande, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées, et que tout s'y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie, Racine, Bérén. Préf. La statue du dieu, haute d'environ trente coudées, est d'un travail grossier, et se ressent du goût des Égyptiens, Barthélemy, Anach. ch. 41.
  • 8Éprouver une influence fâcheuse. Son ouvrage se ressent de la précipitation avec laquelle il l'a composé. Sa maison a été brûlée, et les maisons voisines s'en sont ressenties. Tu te ressentiras des maux qu'on nous prépare, Mairet, Mort d'Asdrub. IV, 4. Peut-on raisonnablement espérer que, dans un air tout corrompu, vous ne vous ressentiez jamais de sa corruption ? Bourdaloue, 5e dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 242. Il ne fut pas le seul qui se ressentit de cette bizarrerie, Hamilton, Gramm. 11.

    Il m'a fait un tour, mais il s'en ressentira, il en portera la peine.

  • 9En sens contraire, éprouver une influence favorable. Si je fais une grande fortune, mes amis s'en ressentiront. La grâce n'est donnée dans l'oraison qu'afin que toute la vie s'en ressente, Bossuet, Ét. d'Orais. VIII, 16. Dans une république, tout se ressent de la liberté publique, Montesquieu, Esp. XVI, 9.
  • 10Se souvenir, avec amertume et avec désir de se venger, d'un tort, d'une offense, etc. Ils se ressentirent des outrages qu'ils avaient reçus, Vaugelas, Q. C. IV, 8. Je ne suis pas incapable de me venger, si l'on m'avait offensé et qu'il y allât de mon honneur à me ressentir de l'injure, La Rochefoucauld, Portrait. Ils se sont ressentis du traitement que vous leur avez fait, Molière, les Préc. XVIII. Un homme qui a reçu un soufflet sans s'en ressentir est accablé d'injures, Pascal, Pens. V, 14, éd. HAVET. Le célèbre vizir Achmet Couprougli avait traité le fils d'un ambassadeur de France avec outrage, et, ayant poussé la brutalité jusqu'à le frapper, l'avait envoyé en prison, sans que Louis XIV, tout fier qu'il était, s'en fût autrement ressenti qu'en envoyant un autre ministre à la Porte, Voltaire, Russie, II, 1.

    Absolument. Les dieux, qui tôt ou tard savent se ressentir, Dédaignent de répondre à qui les fait mentir, Corneille, Œd. I, 5.

  • 11Être senti, aperçu. Vous le voyez : cette nouvelle vivacité qui animait ses actions se ressent encore dans ses paroles, Bossuet, Anne de Gonz.

HISTORIQUE

XVIe s. Parquoy si tu as cueur de te ressentir jamais des dommages que t'ont fait tes ennemis, sers toy maintenant de mes calamitez…, Amyot, Cor. 35. Combien qu'à sa poursuitte et par ses menées il eust esté banny d'Athenes, neantmoins il ne s'en voulut point ressentir lorsqu'il en eut l'occasion et le moyen, Amyot, Arist. 64. Les collations qui s'en ensuivent sont censées illicites et de nulle valeur, comme resentant simonie, P. Pithou, 56. La terre, ce semble, s'en ressentira d'avantage, si elle est remuée en ceste saison, La Boétie, 229. Nous avons poursuyvl avecques resolue volonté la vengeance d'une injure, et ressenti un singulier contentement de la victoire, Montaigne, I, 271.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ressentir »

Re…, et sentir ; provenç. et espagn. resentir ; catal. ressentir ; ital. risentire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Verbe dérivé de sentir avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ressentir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ressentir rœsɑ̃tir

Citations contenant le mot « ressentir »

  • On peut ressentir une idée comme on ressent une émotion. De Jim Jarmusch / Le Monde - 8 avril 2004
  • Ecouter de la musique fait ressentir le temps physiquement. De Jim Jarmusch / Le Monde - 8 avril 2004
  • L'idéal de l'acteur, c'est être et ressentir tout. De Denise Péron
  • La sexualité existe après la mort, mais nous ne pouvons pas la ressentir. De Lily Tomlin
  • De par sa nature, le vrai chercheur possède la faculté de ressentir l'étonnement. De Hans Selye / Newsweek - 1958
  • C'est important de ressentir des émotions sur un court de tennis. De Justine Hénin / Conférence de Presse à Roland Garros - 4 Juin 2007
  • Les acteurs qui n'ont jamais connu le succès doivent ressentir un manque. De Audrey Tautou / Ciné Live - Octobre 2001
  • Jamais une femme ne peut ressentir d'amitié pour une autre femme du même âge qu'elle. De Stendhal / Lamiel
  • Celui qui est capable de ressentir la passion, c'est qu'il peut l'inspirer. De Marcel Pagnol / Jazz
  • Je fais du théâtre pour ressentir les sensations que la vie ne m'apporte pas... De Jean Marais / Histoires de ma vie
  • On peut décréter et ressentir sa mort, sans attenter à sa vie. La mort est un état d'âme. De Marcel Jouhandeau / Réflexions sur la vieillesse et la mort
  • Nous sommes là pour montrer aux gens que tous leurs rêves peuvent exister, pas pour leur dicter une façon de penser ou de ressentir. De Alain Bashung
  • On aime ressentir l'influence bienfaisante d'un enfant, se mettre à son école, et, l'âme apaisée, l'appeler son maître avec reconnaissance. De Sören Kierkegaard
  • On ne peut ressentir la douceur de cette vie sans en même temps concevoir une colère absolue contre le mal qui la serre de toutes parts. De Christian Bobin / L’Inespérée
  • Je veux ressentir le feu et l’énergie. J’ai envie de continuer mon apprentissage aux côtés des grands de Hollywood. De Angelina Jolie / Le Figaro et vous, 7 janvier 2015
  • « Faire le deuil est différent pour tout le monde, mais une chose est sûre : je trouve qu'il est très difficile de ressentir de la joie ou de rester occupée en ce moment alors que je suis triste, parce que je pense que je n'honore par la mémoire de cette personne ou que je l'oublie. Mais (mon mari) m'a rappelé qu'honorer la mémoire d'une personne, ça peut aussi profiter de sa vie, POUR elle », a-t-elle posté en légende. , Heather Morris n'arrive plus à « ressentir de joie » depuis la mort de son amie Naya Rivera
  • Ce vendredi soir (21h10, Stade de France), l'Olympique Lyonnais retrouvera le Paris Saint-Germain en finale de la Coupe de la Ligue. Pour les Rhodaniens, qui ont terminé à une décevante septième place en championnat, une victoire est impérative pour retrouver la scène européenne la saison prochaine. Malgré cet enjeu important, Rudi Garcia, l'entraîneur des Gones, est apparu plutôt détendu en conférence de presse, expliquant ne ressentir aucune pression particulière. www.madeinfoot.com, OL - Garcia ne ressent pas de pression particulière
  • La sécheresse se fait ressentir, le niveau des cours d'eau du Territoire de Belfort baisse. Les gardes-pêche surveillent attentivement les différentes rivières. Le risque : l'assèchement total qui tue les poissons. Reportage à Lepuix au bord de la Savoureuse. France Bleu, PHOTOS - La sécheresse touche déjà fortement les cours d'eau du Territoire de Belfort

Images d'illustration du mot « ressentir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ressentir »

Langue Traduction
Anglais feel
Espagnol experimentar
Italien sentire
Allemand gefühl
Chinois 感觉
Arabe يشعر
Portugais sentir
Russe чувствовать
Japonais 感じる
Basque sentitzen
Corse senti
Source : Google Translate API

Synonymes de « ressentir »

Source : synonymes de ressentir sur lebonsynonyme.fr
Partager