Empreinte : définition de empreinte


Empreinte : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EMPREINTE, subst. fém.

A.− Marque, forme laissée par la pression d'un corps sur une surface. Empreintes de pas sur le sable; laisser des empreintes. Synon. impression (vx), trace.Mais sur le dallage blanc du bar carrelé en damier, demeuraient des empreintes de semelles ensanglantées (Malraux, Espoir,1937, p. 464):
1. Verscleven (...) prit ses clefs sur la table, enfonça celle qui ouvrait la porte (...) dans un morceau de mie de pain, coupa cette mie en deux suivant l'axe de la clé, et en obtint ainsi l'empreinte, qu'il donna à Deraedt. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 292.
P. compar. Ma mémoire avait enregistré chacune de ses phrases, comme une cire molle prend l'empreinte du sceau (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 376).
B.− Spécialement
1. MÉD. Dépression se trouvant à la surface des os ou des organes. Empreinte aortique de la trachée; empreinte colique du pancréas; empreintes costales du foie; empreinte artérielle, empreinte duodénale, empreinte œsophagique. La petite tubérosité (...) marquée en avant d'une large empreinte pour l'insertion du muscle sous-scapulaire (Gérard, Anat. hum.,1912, p. 130).
PROTHÈSE DENT. Forme en creux des dents et des tissus buccaux obtenue par moulage à l'aide d'une pâte spéciale (d'apr. Méd. Flamm. 1975).
2. GÉOL. Traces d'organismes fossilisés. Empreintes de coquillages, de fougères. Enfin, à Sézanne, un travertin du même âge (...) est riche en empreintes de plantes dicotylédones offrant quelques affinités tropicales (Lapparent, Abr. géol.,1886, p. 339).
3. TECHNOLOGIE
TYPOGR. Matrice destinée à fondre les clichés. La prise d'empreinte précède le clichage (Voyenne1967).
GRAV. ,,Épreuve que prennent les graveurs avec de la cire molle pour juger de leur travail`` (Chesn. 1857).
4. Usuel. Empreinte digitale. Trace laissée par les doigts sur un objet. Spéc. Cette trace, obtenue par pression du doigt encré sur une feuille, afin de fournir une marque d'identité individuelle. L'empreinte digitale est la vraie signature de l'individu (Carrel, L'Homme,1935, p. 286).Il y eut enfin le relevé des empreintes digitales, par quoi se complétait notre signalement de bagnards (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 48).
C.− Au fig. [Le compl. désigne une réalité non concr.] Marque propre à quelque chose. Empreinte de la douleur, du mal; empreinte d'une civilisation. Synon. marque, sceau.Ce n'est point un temple grec, c'est l'empreinte du génie italien, croyant imiter les Grecs (Stendhal, Hist. peint. Ital.,t. 2, 1817, p. 301).La gravité espagnole a mis son empreinte sur les édifices et les terrasses (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 218):
2. ... elle lui apparut telle qu'elle était là (...) avec son tailleur ajusté (...) et dans le maintien, sur le visage, il ne savait quoi d'indéfinissable : la trace, l'empreinte, de tout un milieu social. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été, 1914, 1936, p. 542.
Spéc., PSYCHOL. Empreinte perceptive. Acquisition d'un schéma perceptif par un jeune animal au contact de ses congénères adultes (d'apr. Piéron 1973).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃pʀ ε ̃:t]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1200 « figure marquée par une impression », empreinte de la munee (Chardry's Josaphaz, Set dormanz, éd. J. Koch, 999, p. 101); 1605 fig. (Malherbe, Poésies, XVIII, 74, éd. A. D. Régnier, t. I, p. 72); 1905 empreintes digitales (L. Testut, Traité d'anatomie hum., III. 288 ds Quem. Fichier). Part. passé fém. substantivé de empreindre*. Fréq. abs. littér. : 1 392. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 820, b) 1 976; xxes. : a) 1 830, b) 1 352.

Empreinte : définition du Wiktionnaire

Nom commun

empreinte \ɑ̃.pʁɛ̃t\ féminin

  1. (Sens propre) Figure empreinte, impression, marque obtenue par pression.
    • Marbre et Sabine avaient obtenu de leur lieutenant la permission de suivre quelques traces fraîches […]. Ces empreintes étaient évidemment dues au passage récent d'une demi-douzaine de daims de grande taille. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • A Beduaram il entre dans cette vaste et monotone plaine saharienne, sans végétation et où l’empreinte même de l'animal ne laisse qu'une trace insensible que le moindre vent efface. — (Pierre Legendre, La conquête de la France africaine : Nombreuses illustrations photographiques, Paris : chez P. Paclot & Cie éditeurs, 1900, p. 119)
    • Nous campons sur sa rive droite, dans un terrain spongieux, où chaque pas laisse une empreinte profonde qui se remplit d'eau, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 139)
    • […], ils me font toujours souvenir du ciel gris de chaleur, de la poussière qui portait l’empreinte de pieds nus et des touffes immobiles des hauts papayers lisses […]. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • À son arrivée, on lui avait demandé une empreinte de sa carte de crédit, et elle l’avait donnée, elle ne voyait pas comment refuser. — (Ruth Rendell, Le majordome de la plage, nouvelle, 1999, traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj, page 12.)
    1. (Histoire naturelle) Figure de plantes, d’insectes, de poissons, etc., qu’on trouve empreintes sur certaines pierres.
      • Empreintes de fougère. Empreintes de poissons.
    2. (Métallurgie) Forme en creux à l'intérieur d'un moule qui permet d'obtenir une pièce.
      • Un moule peut contenir plusieurs empreintes.
  2. (Figuré) Marque distinctive et durable.
    • Le style du chantre d’Ulysse n’est pas un style d’école et de pratique ; et l’ongle du lion, la divine empreinte du génie y est partout manifeste, et aussi évidente, sinon aussi brûlante, que dans le style du chantre d’Achille. — (Alexis Pierron, Histoire de la littérature grecque, Librairie Hachette et Cie, 1875, p. 43-88)
    • Qu’il s’agisse d’une entrée ou d’une sortie de prison, d’une libération ou d’un transfèrement, ou simplement de la notification d’une décision administrative ou judiciaire (comme un arrêté d’expulsion, par exemple), le but est toujours le même : conserver une empreinte suffisante de la personnalité pour pouvoir identifier la description présente avec celle que l’on pourrait être amené à relever ultérieurement. — (Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique, instructions signalétiques, Imprimerie Administrative, 1893, p. xiii-xvi)
    1. (Éthologie) Fixation du nouveau-né sur le premier objet qui se présente à lui.
  3. (Cryptographie) Résultat d'une fonction de hachage qui permet d'identifier la donnée initiale.

Forme d’adjectif

empreinte \ɑ̃.pʁɛ̃t\ féminin

  1. Féminin singulier de empreint.

Forme de verbe

empreinte \ɑ̃.pʁɛ̃t\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe empreindre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Empreinte : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPREINDRE. v. tr.
Imprimer une figure, un dessin, des traits sur une surface. Empreindre une marque. Empreindre des caractères. Leurs pas s'étaient empreints sur la neige, sur le sable. Fig., Rome a empreint sur tous ses monuments un caractère de grandeur. La tristesse est empreinte sur son visage. Ce sont des sentiments que la nature a empreints dans le cœur de tous les hommes.

Empreinte : définition du Littré (1872-1877)

EMPREINTE (an-prin-t') s. f.
  • 1Figure marquée par impression. Empreinte en creux, en relief. Je me tourmentais l'esprit pour deviner qui pouvait avoir pris des empreintes ou des modèles de mes clefs, Lesage, Guzm. d'Alfar. IV, 3. Dans le cabinet où travaillait cet infatigable écrivain [Le Nain de Tillemont], on voyait l'empreinte de ses deux pieds marquée sur les carreaux qui étaient sous son bureau, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvres, t. III, p. 369, dans POUGENS.

    Terme de géologie. Figures d'insectes, de plantes, etc. empreintes sur une roche.

    Terme d'anatomie. Nom donné aux inégalités des os auxquelles s'attachent les fibres tendineuses et ligamenteuses.

  • 2 Fig. La foi de ses aïeux, ton amour et ta crainte Dont il porte dans l'âme une éternelle empreinte, Malherbe, II, 1. Ni l'air ni le vent ne portent l'empreinte de Dieu, Bossuet, Lett. Corn. 25. Elle s'arrête, et d'une douleur feinte, à tous ses traits elle donne l'empreinte, Millevoye, Charlemagne à Pavie, ch. I. Maintenant je cherche dans l'école historique anglaise l'empreinte de Montesquieu et de Voltaire, en cette liberté philosophique, cette raison supérieure dont ils donnèrent l'exemple, Villemain, 18e siècle, 2e partie, 3e leçon. Partout du doigt de Dieu reconnaissant l'empreinte Je courbe mon orgueil sous sa majesté sainte, Delavigne, Vêp. sicil. Scène supprimée. Voyageur fatigué qui reviens sur nos plages Demander à tes champs leurs antiques ombrages, à ton cœur ses premiers amours ; Que de jours ont passé sur ces chères empreintes ! Lamartine, Harm. III, 4.
  • 3 Terme de peinture. Première couleur couchée uniformément sur la toile avant d'y dessiner le sujet du tableau. On dit aussi impression.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant autre conseil n'i puet metre, Si taille emprainte de tel letre Qu'il lor donne formes veroies [vraies] En coinz de diverses monnoies, la Rose, 16216. Et voit-on cler par ce seel [sceau] que l'empreinte du seel brisée est semblable au seel entier, Joinville, 201.

XIVe s. En tel pays que tu puisses veoir l'emprunte du pied sur l'herbe, Modus, ms. f° 7, dans LACURNE.

XVe s. Emprainte en plomb où est le visage de François de Carare en un costé, De Laborde, Emaux, p. 260.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EMPREINTE. Ajoutez :
4Cabestan à empreinte, sorte de cabestan. En deux heures et demie à peine, au moyen de 16 cabestans à empreinte, mis en action par 608 hommes, le halage du Majestueux fut effectué, Journ. offic. 27 fév. 1872, p. 1392, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Empreinte : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* EMPREINTE, s. f. (Gramm. & Arts méchan.) il se dit de l’image qu’un corps laisse de lui-même sur un autre auquel il a été appliqué ; si le corps est en relief, l’empreinte est en creux ; si le corps est creux, l’empreinte est en relief ; l’empreinte du corps est plane, si la surface appliquée l’est aussi : mais à parler rigoureusement, ce dernier cas ne peut avoir lieu, si ce n’est peut-être lorsque le corps qu’on applique laisse son image tracée sur le corps auquel il est appliqué, par le moyen de quelqu’enduit qui se separe de l’un pour s’attacher à l’autre ; je dis peut-être, parce qu’alors l’enduit n’étant pas absolument sans épaisseur, on peut dire que l’empreinte est de relief.

Empreinte, s. f. en Anatomie, nom de petites éminences superficielles, qui donnent attache à des ligamens ou à des muscles ; c’est dans ce sens que l’on dit empreinte musculaire, empreinte ligamenteuse. Voyez Ligament & Muscle. (L)

Empreinte, s. f. (Gravûre.) Empreindre, c’est graver, c’est imprimer une chose sur une autre pour lui en donner la figure. Empreinte, est donc la gravûre, l’impression même ; & la chose gravée ou exprimée reçoit aussi le nom d’empreinte.

On tire des empreintes de médailles, de monnoies, de cachets, de pierres gravées, c’est-à-dire on en prend artistement la représentation semblable à l’original, par le moyen d’un corps mou. Cependant comme d’un côté on n’y sauroit parvenir sans en savoir la manœuvre, & que de l’autre il est aussi utile que satisfaisant pour un vrai curieux, d’avoir en sa possession le plus grand nombre qu’il est possible d’empreintes tirées sur les plus belles pierres gravées & les autres ouvrages de l’art, on sera bien aise de savoir la maniere de les faire. Je vais l’apprendre aux lecteurs d’après M. Mariette.

Cette pratique n’a rien de difficile dans les gravûres en creux, toute personne, pour peu qu’elle ait d’adresse, en est capable ; les matieres qu’on employe le plus ordinairement pour cette opération, sont la cire d’Espagne, le soufre, & le plâtre.

La premiere a cet avantage, que les empreintes se font sur le champ sans beaucoup de préparation, & que la matiere encore liquide s’insinuant exactement dans toutes les cavités de la gravûre, le relief qui sort est presque toûjours très-complet & très net ; il s’agit seulement d’avoir de la meilleure cire de Graveur.

Au lieu de cartes à joüer, il faut se servir d’une simple feuille de papier bien uni pour y appliquer la cire : mais pour le faire avec soin & avec proprété, on aura une assiette d’argent qu’on mettra sur un réchaut rempli de feu ; & lorsqu’elle sera suffisamment échauffée, l’on y posera dans le fond un morceau de papier bien sec, sur lequel on répandra la cire qu’on aura fait fondre en l’exposant au feu, & non en la présentant à la flamme d’une bougie ; on évite par ce moyen que la fumée ne s’attache, comme il est ordinaire, au bâton de cire & n’en altere la couleur. On tiendra pendant quelque tems la cire en fusion, on la remuera ; & quand on verra qu’elle est bien unie & bien liée, on y imprimera le cachet, & il est comme indubitable qu’il en sortira une bonne empreinte.

Mais comme toutes ces précautions n’empêchent point la cire d’être une matiere cassante, qui se fend d’un rien, M. Mariette seroit d’avis qu’on renonçât aux empreintes de cette espece, à moins qu’une nécessité n’y obligeât, je veux dire qu’il n’y eût aucune espérance de retrouver l’occasion de tirer autrement l’empreinte d’une belle pierre gravée qui se présente, & qu’il fallût absolument la faire sur le champ.

On trouve encore un autre défaut aux empreintes en cire d’Espagne ; elles ont un luisant qui ne permet pas de joüir de la gravûre, & ôte le repos qui doit y regner ; c’est pourquoi les connoisseurs préferent les empreintes qui se font avec le plâtre : la difficulté est de trouver du plâtre assez fin, & peut-être vaudroit-il mieux prendre des morceaux de talc, les faire calciner soi-même dans un feu ardent, & quand ils seroient refroidis, les broyer dans un mortier en poudre la plus fine qu’il seroit possible. Ensuite on passera plusieurs fois cette poussiere au tamis, & on l’employera comme on fait le plâtre, en la coulant un peu claire sur la surface de la pierre gravée, qu’on a eu la précaution d’entourer d’une carte ou d’une petite lame de plomb, pour contenir le plâtre & empêcher qu’il ne se répande au-dehors.

Mais les empreintes qui se font en soufre méritent encore la préférence, parce qu’il est plus aisé d’y réussir, & que la diversité des couleurs qu’on leur peut donner, en rend l’aspect plus agréable. Voici comme il faut y procéder.

On fera fondre dans une cuillere de fer, sur un feu modéré, autant de soufre qu’on aura dessein d’en employer ; & lorsque ce soufre sera liquéfié, on le jettera dans la couleur dont on le voudra colorier. Sur une once de soufre on ne peut mettre moins d’une demi-once de couleur, autrement les soufres seroient trop pâles. Le cinnabre ou le vermillon, la terre verte, l’ocre jaune, le massicot, ainsi que le noir de fumée, sont de toutes les couleurs celles qui s’incorporent le mieux avec le soufre ; mais si la jonction de ce dernier minéral se faisoit moins difficilement avec la mine de plomb pulvérisée très-fin, ce seroit une des teintes des plus flateuses à la vûe. Celle que donne le vermillon est aussi fort bonne ; & quand on veut qu’il ait plus de brillant, on frote à sec avec un pinceau & un peu de carmin la surface de l’empreinte.

La couleur jettée dans le soufre, on aura attention de tenir la cuiller dans une agitation continuelle, tant afin que le soufre ne s’attache point à la cuiller, & ne se brûle point, que pour faciliter l’incorporation de la couleur. Pendant ce tems-là il se forme sur la surface du soufre une espece de crasse ou d’écume, qu’il en faut séparer & enlever avec une spatule ou le tranchant d’un couteau. Au bout d’un demi-quart d’heure, la cuiller étant toûjours restée sur le feu, pour empêcher le soufre de figer, on verse le soufre par inclinaison, ou sur une feuille de papier huilée, ou sur une feuille de fer-blanc bien planée, & on l’y laisse refroidir : le soufre en sort ayant la forme d’un gateau. Cette premiere préparation est pour le colorier, & le purifier de ses ordures les plus grossieres.

Veut-on faire des empreintes ? on coupe un morceau de ce gateau de soufre ; on le fait fondre une seconde fois dans la cuiller de fer, toûjours sur un feu modéré ; on la remue pour l’empêcher de brûler ; on en enleve encore la crasse, en cas qu’il en paroisse, & l’on en verse doucement sur la pierre gravée qu’on a préparée pour recevoir ce soufre liquéfié. On l’a enveloppée, ou plûtôt on l’a environnée d’un morceau de carte fine ou d’un papier fort, qui étant assujetti avec un fil de laiton, & replié sous la pierre, de façon que le soufre ne pouvant échapper par aucune ouverture, prend la figure d’un petit godet : ou bien l’on y met autour une petite lame de plomb mince, qui embrasse exactement la pierre. Ces différens moyens réussissent également, on choisira celui qui conviendra le mieux.

A peine le soufre aura-t-il été versé dans cette espece de petit moule, qu’il commencera à figer ; mais sans lui en donner le tems, & lorsqu’on jugera qu’il se sera déjà formé sur la surface de la pierre une legere couche de soufre figé, qui, comme une peau, s’y sera étendue & la couvrira toute entiere, on survuidera promptement dans la cuiller le soufre encore liquide, pour le reverser tout de suite & en remplir le même moule, jusqu’à ce qu’il y en ait assez pour donner du corps à l’empreinte. C’est ainsi qu’on évite les soufflures.

Quelque tems après, le soufre étant figé, on l’ôtera de dessus la pierre gravée, qui s’en détachera aisément & sans le moindre effort ; & il ne faut point douter, si l’on a usé de toutes les précautions qu’on vient d’indiquer, que l’empreinte ne soit exacte & parfaite : mais pour peu qu’elle manque en quelqu’endroit, on ne doit pas balancer d’en recommencer une seconde ; le même soufre reservira, & l’opération n’est ni assez coûteuse ni assez fatigante pour craindre de la répéter.

Telles sont les différentes pratiques qu’il faut observer toutes les fois qu’on fera des empreintes avec les pierres gravées en creux ; & rien, comme l’on voit, n’est plus simple. Il n’en est pas de même des gravures en relief, dont on voudra pareillement avoir des empreintes : celles-ci exigent une double opération ; car la premiere empreinte qu’on en feroit ne donneroit qu’un creux, & il s’agit d’avoir un relief semblable à l’original.

Il faut donc commencer par mouler le relief, & par en tirer un creux qui servira à faire l’empreinte de relief ; & c’est ce qui est presque toûjours accompagné de grandes difficultés, & qui devient même impraticable dans certains cas. Si le relief est plat ou en très-basse taille, le moule se fera aisément avec du plâtre fin ; mais pour peu que les objets ayent de la saillie, & qu’il y ait des parties éminentes, travaillées & feuillées en-dessous, ce qui ne peut guere manquer de se rencontrer dans un relief, le plâtre dont on se sert pour faire le moule, se loge dans les cavités ; & quand on vient à le vouloir séparer de la pierre gravée, non-seulement il en reste dans ces petits creux où il s’étoit insinué, mais ces arrachemens en entraînent souvent d’autres plus considérables encore : le moule demeure imparfait, & ne peut point servir.

Après avoir fait plusieurs tentatives, l’on n’a rien trouvé de mieux pour faire ces moules, que la mie de pain & la colle-forte. Voici la maniere de procéder.

Il faut avoir de la mie de pain très-tendre, d’un pain qui soit peu cuit ; ce qu’on appelle du pain cuit-gras. On la prend entre ses doigts ; on la manie & remanie à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’elle commence à devenir pâteuse : on y mêle alors tant soit peu de vermillon ou de carmin : on la repaîtrit encore ; & quand on est parvenu à la rendre bien molle & bien souple, on y imprime le relief, qu’on retire sur le champ, & le moule se trouve fait & assez bien formé : car cette pâte a une espece de ressort naturel, qui fait qu’elle se prête sans se déchirer ; & comme elle embrasse assez exactement un relief dans toutes ses parties, elle s’en sépare aussi sans former aucune résistance.

Si en se détachant de la gravûre quelques portions de la pâte qui étoient entrées dans des cavités, ont été obligées de céder à des parties saillantes qu’elles ont rencontrées dans leur chemin, & de s’écarter, elles ont bientôt repris leur place. En peu de tems cette pâte se durcit, & elle acquiert assez de consistance pour devenir un moule capable de recevoir le plâtre ou le soufre liquide qu’on y veut couler. Mais elle a un défaut essentiel : quelque bien paîtrie qu’elle soit, elle ne s’insinue jamais assez parfaitement dans tous les petits traits de la gravure, elle demeure toûjours grasse & pâteuse ; de sorte que les reliefs qui sortent de ces sortes de moules, n’ont aucune finesse, & sont privés de tous ces détails qui donnent l’ame & l’esprit à un ouvrage.

C’est ce qui a fait imaginer à un curieux, homme adroit, d’employer plûtôt la colle-forte. Il est un instant où sortant d’être mise en fusion, elle a la même souplesse, le même ressort que la mie de pain réduite en pâte ; & rendue à son premier état, elle a la même dureté que celle-ci étant séchée. Ce curieux ayant fait fondre de la colle-forte dont se servent les Menuisiers, la verse encore toute chaude sur le relief qu’il veut mouler, en usant des mêmes précautions qu’on prend pour les empreintes de soufre ; & quand la colle entierement prise, est encore molle, il retire legerement sa gravure, qui reste imprimée dans la masse de la colle. Celle-ci se durcit promptement, & produit un moule aussi net & aussi exact qu’il est possible, dans lequel on peut couler du plâtre ou du soufre, & l’on en tire un relief assez juste.

Mais si le trop de saillie d’une gravure a rendu l’opération du moule difficile, les empreintes qu’on doit faire dans ce même moule, rencontreront encore plus d’obstacles, & il ne faut pas même espérer qu’elles réussissent jamais. Quelques moyens qu’on employe, il y aura toûjours quelque partie du relief qui ne pouvant se dépouiller, restera dans le creux du moule. Il faut renoncer à faire des empreintes de ces sortes de gravures trop saillantes & trop évidées.

Les empreintes faites, on en abat les balevres ; on les rogne, on les lime, on leur donne une forme réguliere. Pour derniere façon on les environne de petits morceaux de carton doré sur la tranche, où elles se trouvent renfermées comme dans une bordure ; & qui, outre cette propreté qu’ils y mettent, leur servent encore de rempart contre le choc, & les rendent plus durables. Si l’on a beaucoup de ces empreintes, on leur donne un ordre ; & pour les pouvoir considérer plus commodément, on les colle sur des cartons ou sur des planches, qui, comme autant de layettes, se rangent dans une petite armoire, ainsi qu’on l’observe par rapport aux médailles.

Il est encore une autre façon de faire des empreintes des pierres gravées ; mais qui ne pouvant pas être de longue durée, n’est que pour le moment où l’on est bien aise de juger du travail d’une gravure en creux. Ce sont les empreintes qui se font avec la cire molle. L’on ne voit guere de curieux qui ne veuille avoir à la main de quoi faire de ces empreintes, & qui ne porte pour cela de la cire sur lui. Ils en font remplir de petites boîtes qui se ferment à vis, & auxquelles on donne assez volontiers la figure d’un petit œuf. La composition de cette cire est particuliere, & je ne doute point qu’on ne me sache gré d’en donner ici la recette, telle qu’une personne de l’art l’a communiquée à M. Mariette.

Sur une once de cire vierge qu’on a fait fondre doucement dans un vaisseau de terre vernissé, sans la trop échauffer, & dans laquelle on a mis un gros de sucre-candi broyé très-fin, qui en accélere la fusion, on jette (la cire étant tout-à-fait liquide) une demi-once de noir de fumée qu’on aura fait recuire pour achever de le dégraisser, & une goutte de terebenthine : on remue le tout, se servant d’une spatule, jusqu’à ce que toutes les drogues soient parfaitement incorporées ; & après l’avoir tenu un peu sur le feu, on retire la cire, on la laisse refroidir, on en fait un pain.

Pour ce qui est des pâtes ou empreintes de verre, qui imitent parfaitement les pierres fines, & qui moulées dessus, en sont des copies fideles, voyez Pate.

Voilà les manœuvres connues de tirer des empreintes de toutes sortes de pierres gravées en creux & en relief, même de tous les beaux ouvrages d’un Pyrgotele, d’un Cronius, d’un Apollonide, d’un Dioscoride, d’un Solon, d’un Hyllus. Eh quel plaisir que de pouvoir se procurer des richesses sans embarras & sans remords ! Les empreintes fournissent à un particulier l’agrément de joüir par des images parfaites, de ces morceaux rares gravés sur des pierres précieuses, qu’il n’appartient qu’aux rois & aux gens riches de posséder dans leurs cabinets.

Si les pierres gravées représentent les actions des hommes illustres de Grece & de Rome ; si elles peuvent servir à éclaircir plusieurs faits importans de la Mythologie, de l’Histoire & des coûtumes anciennes ; si elles ornent l’esprit de grandes & magnifiques idées ; en un mot, si elles sont la source d’une infinité de connoissances, comme on n’en sauroit douter, les représentations fideles de ces pierres ne procureront-elles pas les mêmes avantages ? Qu’importe pour l’utilité le prix de la matiere, l’émeraude & le rubis, le soufre ou la cire d’Espagne ? Qu’importe alors que ce soit la pierre gravée même qu’on possede, ou sa parfaite ressemblance ? Qu’importe enfin la valeur de l’original ? ce n’est presque qu’une valeur idéale & fictive, comme de tant d’autres choses de la vie. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

En général le mot empreinte peut avoir deux sens différens : l’un, lorsqu’il signifie une chose gravée pour en imprimer d’autres, comme est un cachet ; l’autre, lorsqu’il signifie la marque & la figure tirée de la premiere, comme est la cire imprimée par le cachet. Quand on veut faire des médailles d’or, d’argent ou de cuivre, l’on imprime une plaque de plomb ou d’étain entre les deux quarrés ou creux de la médaille ; & ce morceau de plomb ayant reçû la figure, s’appelle l’empreinte, & sert pour être imprimé dans le sable, où l’on fait ensuite des médailles de tel métal qu’on veut. Voyez Gravure en Cachets & sur l’acier.

Empreinte ou Calibre, outil de bois, du métier de Potier d’étain, & qui sert à tenir les pieces qu’on doit tourner. Quelques-uns nomment ceux qui servent à tourner la vaisselle, empreintes ; & ceux qui servent à tourner les pots ou les pieces de menuiserie, calibres : & d’autres les nomment tous en général, empreintes. Ceux qui servent pour la vaisselle, doivent être de bois de travers : le noyer en table est le meilleur. Ils doivent être creusés de la grandeur & de la forme des pieces qui s’emboîtent dedans, & qui y tiennent par le moyen de trois crampons de fer qui prennent la piece sur le dehors du bord Il faut avoir autant d’empreintes différentes, que l’on a de différentes grandeurs de moules. Ces empreintes, ainsi que les calibres, tiennent sur l’arbre du tour, par le moyen d’une gaîne, qui est un trou quarré dans lequel entre le mandrin de l’arbre du tour. Voyez Gaîne & Mandrin. Ceux qui servent à tourner la poterie ou menuiserie, sont de bois de long, & tournés sur le tour à proportion de la grosseur des pieces qu’il faut tourner dessus. Toutes ces empreintes s’ôtent & se remettent selon le besoin. Voyez Tourner l’Étain.

Empreinte à couteaux ou empreinte plate, c’est une empreinte qui sert à tourner les bas de pots à l’eau avant de les souder, & les bouches après qu’ils sont soudés, les dedans d’aiguerres, de port-dînés, &c. Ce qui lui fait donner ce nom, c’est qu’il y a trois vis qui se traversent avec chacune un écrou par-derriere. Ces écrous lâchent ou serrent trois crampons plats qu’on appelle couteaux, qui prennent le pié des pieces qu’on dresse dessus l’empreinte, pour les tourner en les serrant, & qu’on ôte en les desserrant.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « empreinte »

Étymologie de empreinte - Littré

Empreint ; provenç. emprenta. Empreinte a aussi signifié choc : N'il [les cieux] ne reçoivent pas empreintes, la Rose, 19123. Nous reprenions de ceste empreinte la ville…, Carloix, II, 13. On remarquera la forme emprunte, qui a son analogue dans l'italien impronta, empreinte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de empreinte - Wiktionnaire

Du latin imprimere (« appuyer sur »), (provençal emprenta). On remarquera la forme emprunte, qui a son analogue dans l’italien impronta, empreinte.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « empreinte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
empreinte ɑ̃prɛ̃t play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « empreinte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « empreinte »

  • L’étude donnée sur le rapport sur le marché mondial du copiage d’impression explique les taux de croissance et la valeur de marché du copiage d’impression sur la base de la dynamique du marché du copiage d’impression, de la production, du taux de consommation et bien plus encore. Le rapport global sur le marché des impressions d’empreinte a été analysé à l’aide de facteurs primitifs tels que les différentes opportunités, les tendances futures, l’analyse SWOT, les aspects conventionnels et élémentaires de l’industrie, etc. Instant Interview, Recherche sur le marché du transfert d’empreinte (impact de COVID-19) 2020-2026: BioHorizons, BlueSkyBio, 3M ESPE – Instant Interview
  • La carte bancaire biométrique diffère peu des cartes actuelles. Même taille, même design. Le seul changement, c’est un capteur situé à l’avant de la carte. Pour l’activer, il faudra enregistrer son empreinte digitale, soit avec un boîtier livré avec la carte, soit directement en agence. Ensuite, pour payer, plus besoin de code. Il faudra simplement placer son pouce sur le capteur d’empreinte, puis c’est le même principe que pour le sans contact : on applique la carte sur le lecteur, ça bippe et c’est bon ! "C'est une carte qui présente un niveau de sécurité très élevé", assure Jean-Marie Dragon, responsable monétique et paiements innovants chez BNP Paribas. Europe 1, Bientôt, nos cartes bancaires fonctionneront avec… notre empreinte digitale !
  • L’actrice a publié un long post sur Instagram disant qu’elle était devenue végétarienne pour réduire son empreinte carbone. Shilpa a également parlé des avantages d’un régime végétarien, admettant qu’ayant été un mangeur de viande toute sa vie, c’est une décision difficile à prendre pour elle. News 24, Shilpa Shetty partage son acceptation complète du végétarisme pour réduire l'empreinte carbone - News 24
  • Il suffit de poser sa carte sur un terminal de paiement classique acceptant le sans contact (proposé par 70% des commerçants de proximité en France, selon le Groupement des cartes bancaires), de poser l’une de ses empreintes au préalable enregistrée sur la carte et le tour est joué. , La carte bancaire biométrique arrive : prêt à payer avec vos empreintes digitales ? | Actu
  • Notre Planète est en surchauffe. Il est urgent d'agir et de limiter notre empreinte carbone, tous ensemble et chacun de notre côté, en identifiant les gaz à effet de serre que nous émettons au quotidien. Et bien sûr, en travaillant à réduire nos émissions ou au moins, à les compenser. Futura, Trois grandes étapes pour réduire son empreinte carbone
  • Enfin, pour la marine, les expérimentations de petits navires électriques et les développements de nouvelles formes de coques et de peintures favorisant l'hydrodynamique vont se poursuivre. Mais si les bâtiments à propulsion nucléaire (porte-avions, sous-marins nucléaires d'attaque et sous-marins nucléaires lanceurs d'engins) ont une empreinte carbone limitée, il faudra nécessairement réfléchir à réduire la consommation d'hydrocarbures des grands navires à propulsion classique comme les porte-hélicoptères d'assaut (classe Mistral) ou les frégates. Pour l'ensemble des contrats d'achat de matériel, le ministère assure que « le facteur énergétique sera un élément déterminant des appels d'offres », à commencer par le remplacement prochain des 7 000 camions de l'armée de terre. Le Point, Le plan des armées pour réduire (un peu) leur empreinte carbone - Le Point
  • La crise du Coronavirus a montré les défaillances de chaînes d’approvisionnement hyper-mondialisées. Depuis, Emmanuel Macron n’a eu de cesse d’appeler à la relocalisation pour réduire la dépendance de la France. Outre l’intérêt pour la souveraineté nationale, l’impact serait également positif sur le climat. Le commerce international représente un quart des émissions mondiales et 57 % de l'empreinte carbone de la France. , [Infographie] 57 % de l’empreinte carbone de la France provient de ses importations
  • Si vous voulez laisser vos empreintes dans le sable du temps, ne traînez pas les pieds. De Anonyme
  • Le sourire est chez l'homme l'empreinte de Dieu". La bête ne sourit pas, et quand les hommes deviennent des loups entre eux, ils ne savent plus sourire. De Robert Choin
  • Quand l'oiseau est près de mourir, son chant devient triste ; quand l'homme est près de mourir, ses paroles portent l'empreinte de la vertu. De Confucius
  • Etre le premier à un sommet n'a pas d'équivalent. On innove, on crée, on marque de son empreinte. On donne une mémoire. De Maurice Herzog / Le Figaro, le 9 juin 1997
  • La comédie est une peinture de la société humaine et, quand celle-ci est empreinte de gravité, la peinture ne saurait susciter le rire. De Jakob Lenz
  • Le temps n’est pas encore venu où l’homme pourra laisser son empreinte dans le système solaire. De Arthur Charles Clarke / 2001 l’odyssée de l’espace
  • Les livres ne parlent pas du monde : ils disent l'empreinte du monde sur ton coeur. De Jean-François Somain / La Vraie couleur du caméléon
  • Chacun recèle en lui une forêt vierge, une étendue de neige où nul oiseau n'a laissé son empreinte. De Virginia Woolf / De la maladie
  • La langue est le ciment des actes ; non seulement elle les rend explicites, mais elle en conserve l’empreinte. De André Leroi-Gourhan
  • L’empreinte d’un homme sur un autre est éternelle, aucun destin n’a traversé le nôtre impunément. De François Mauriac
  • Le génie est essentiellement créatif, il porte l'empreinte de celui qui le possède. De Madame de Staël / Corinne, ou l'Italie
  • L'enfance est comme une table de cire où toute empreinte est bonne. De Anselm Kiefer
  • Un portrait, c'est une empreinte directe du vécu sur le temps. De René Huyghe
  • Les rides devraient simplement être l’empreinte des sourires. De Mark Twain / En Suivant l'équateur

Traductions du mot « empreinte »

Langue Traduction
Corse impronta
Basque aztarna
Japonais 足跡
Russe след
Portugais pegada
Arabe اثار
Chinois 脚印
Allemand fußabdruck
Italien orma
Espagnol huella
Anglais footprint
Source : Google Translate API

Synonymes de « empreinte »

Source : synonymes de empreinte sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « empreinte »



mots du mois

Mots similaires