La langue française

Signature

Sommaire

  • Définitions du mot signature
  • Étymologie de « signature »
  • Phonétique de « signature »
  • Citations contenant le mot « signature »
  • Images d'illustration du mot « signature »
  • Traductions du mot « signature »
  • Synonymes de « signature »

Définitions du mot signature

Trésor de la Langue Française informatisé

SIGNATURE, subst. fém.

A. − Action de signer. Fixer la signature d'un contrat. Simond allait le trouver le jour même de l'entrevue avec Waldeck-Rousseau et à force d'obsessions lui arrachait la signature de la nomination (Goncourt, Journal, 1890, p. 1271).Les projets définitifs de l'accord militaire franco-britannique à conclure à l'issue de la conférence seront soumis, avant signature, à l'approbation du Président du Gouvernement provisoire de la République (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 641).
Envoyer, proposer, remettre, soumettre à la signature. Remettre (un papier) à la personne qui doit le signer. Le décret de révocation a peut-être été soumis hier à la signature présidentielle (Courteline, Client sér., 1897, 1, p. 7).Dès demain je soumettrai à la signature du général une ordonnance de non-lieu en faveur du capitaine Conan (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 223).
Être à la signature. [À propos d'un acte, d'un papier] Être entre les mains de la personne qui doit signer pour approbation. Sa nomination d'officier de la légion d'honneur était à la signature chez l'Empereur (Goncourt, Journal, 1856, p. 264).
DR. Délégation de signature. V. délégation I B 1 a.
Avoir la signature. Avoir une délégation de signature. Cette femme avait depuis trente ans donné, soit à son mari, soit à ses fils, des preuves de capacité qui faisaient d'elle un associé-gérant, car elle avait la signature (Balzac, Mmede La Chanterie, 1850, p. 236).
B. −
1. Inscription de son nom, sous une forme particulière et reconnue, ou d'une marque spécifique, apposée par une personne sur un écrit afin d'en attester l'exactitude, d'en approuver le contenu et d'en assumer la responsabilité. Signature claire, élégante, griffonnée, illisible, soulignée; fausse signature; signature légalisée; signature au bas d'une page, d'une lettre; signature en marge; chèque sans signature; apposer, faire, mettre sa signature; contrefaire, imiter une signature; légaliser une signature. Il était Rousseau de Genève. Il y tenait. « Citoyen de Genève », ç'avait été sa signature chaque fois qu'il avait voulu donner aux hommes l'idée de ce que pouvaient la vertu et la liberté (Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p. 130):
1. François feuilletait le dossier, voyait apparaître la signature longue et pâlie de son grand-père, terminée d'un paraphe tortillé d'homme prudent, et l'épaisse signature de son père, au prénom bien détaché du nom, auxquelles allait s'ajouter désormais sa propre signature. Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 40.
DR. Signature sociale. Signature engageant une société, confondue avec la raison sociale dans les sociétés de personnes et correspondant, dans les sociétés par actions, à la signature de certaines personnes ayant reçu une délégation spéciale du Conseil d'Administration. M.A. aura la signature sociale et aura seul qualité pour engager la société (Un Contrat de société, 1928ds Doc. hist. contemp., p. 162).Lorsque le journal est constitué en société par actions, (...) [le] responsable légal est, soit l'administrateur délégué dans la société anonyme, soit le gérant au sens technique du mot dans la société en commandite, soit enfin le mandataire qui a la signature sociale (Civilis. écr., 1939, p. 44-14).
Au fig. Ensemble de traits caractéristiques et reconnaissables permettant d'attribuer quelque chose à quelque chose ou à quelqu'un. Le baron embrassa tout d'un coup d'oeil, vit la signature de la médiocrité dans chaque chose, depuis le poêle en fonte jusqu'aux ustensiles de ménage (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 88).Une pareille machination porte la signature d'Hitler. Il est de l'essence même de ce diabolique génie d'utiliser pour sa guerre la dégradation des autres (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 422).Je craignais que l'on pût lire sur mon visage les signatures éclatantes du plaisir, en ombres sous mes yeux, en relief sur ma bouche, en tremblements (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p. 122).
2. En partic. Nom de l'auteur, ou marque, apposé sur une œuvre. Authentifier, expertiser une signature. Un sacristain le scandalisa fort, quand il ne put le retenir de grimper sur l'autel pour lui montrer, démarche superflue! la signature du Greco dans la tête du lion sous la main de sainte Técla (Barrès, Greco, 1911, p. 110).Simon lut: « Récit des derniers instants ». Son œil courut en bas de page; il éprouva une chaleur bienfaisante dans la poitrine: sa signature était là, en caractères noirs trois fois plus gros que la typographie du texte (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 89).
P. méton. Une signature. [Dans la presse] Collaborateur important (d'apr. Voyenne 1967). Où mettez-vous les grandes signatures, alors? demanda Lartois. − Ici, répondit Noël en ouvrant le journal et en montrant le haut de la seconde page (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 153).[Dans la vie artistique ou littéraire] Artiste, auteur de renom. Ce sont là les plus prestigieuses signatures de la littérature française (GDEL).
Au fig. Ensemble des caractères, des qualités spécifiques et reconnaissables qui révèlent la personnalité d'un auteur, d'un artiste. Les bleus et les citrons de Vermeer n'appartiennent qu'à lui. C'est sa signature (Estaunié, Rom. et prov., 1942, p. 198):
2. Le nom du peintre était autrefois écrit dans la couleur du ciel, dans l'expression des têtes; la signature du Vinci était un paysage bleuâtre hérissé de pointes de rochers et perdu dans l'azur d'un lac; celle de Michel-Ange était la stature des muscles robustes; celle du Corrège, le demi-jour flottant d'un clair obscur. Mussetds Le Temps, 1831, p. 110.
3. P. méton. Engagement signé. Donner sa signature; faire honneur à sa signature; honorer sa signature. Il fallait payer, jamais le comte n'aurait laissé protester sa signature (Zola, Nana, 1880, p. 1417).Tu ne supposes tout de même pas que je vais déshonorer ma signature parce que le simoun t'a donné sur les nerfs? (Lenormand, Simoun, 1921, 13etabl., p. 152).
C. − ARTS GRAPH. Repère (chiffre, lettre) placé au bas de la première page de chaque cahier d'un ouvrage permettant de les classer avant l'assemblage; p. méton., cahier d'un ouvrage. La signature, indispensable pour l'assemblage, indique au brocheur de quelle manière doit se plier la feuille, et comment doivent en être détachés et classés les différents cartons, s'il y a lieu (E. Leclerc, Nouv. manuel typogr., 1932, p. 221):
3. On tire épreuve de ces pages assemblées en imposition simulée; ce sont les feuilles ou signatures, généralement de 16 pages chacune. Au bas de la première page de chaque feuille, et à droite, figure un numéro d'ordre appelé signature − d'où le nom donné à la feuille − qui, avant de guider le brocheur pour l'assemblage du volume, sert de repère pendant les travaux de composition. Gouriou, Mémento typogr., 1961, p. 9.
Prononc. et Orth.: [siɳaty:ʀ]. L'anc. prononc. est ds Fér. 1768: si-natûre. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1430 « action d'écrire son nom à la fin d'une lettre, d'un contrat; nom d'une personne écrit de sa main à la fin d'une lettre, d'un contrat, etc. » (doc. ds Bibl. Éc. Chartes, t. 74, p. 522); 2. a) 1660 « réunion de petits rubans placés entre les feuillets d'un bréviaire, etc. pour marquer les endroits qu'on veut retrouver » (Oudin Fr.-Esp.); b) 1669 « lettre ou chiffre qu'on met au bas des feuilles imprimées pour en reconnaître l'ordre quand on veut les assembler » (Widerhold Fr.-all.). Dér. de signer*; cf. lat. jur. signatura (Du Cange), dér. du lat. class. signator « signataire ». Fréq. abs. littér.: 1 201. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 684, b) 2 024; xxes.: a) 1 604, b) 1 620.

Wiktionnaire

Nom commun

signature \si.ɲa.tyʁ\ féminin

  1. Nom d’une personne écrit de sa main, mis à la fin d’une lettre, d’un contrat, ou d’un acte quelconque, pour le certifier, pour le confirmer, pour le rendre valable.
    • Si l’on peut ajouter foi à des lettres circulaires, sans date ni signature, de l’armée du Prince Potemkin le siége [sic] d’Oczakof n’est pas totalement abandonné. — (Le Journal de Bruxelles, dans Mercure de France, part. 1, 1788, page 158)
    • Plaider contre sa signature.
    • Reconnaître sa signature.
    • Désavouer sa signature.
    • Renier sa signature.
    • Manquer à sa signature.
    • Faire légaliser une signature.
  2. Action de signer.
    • Dans la soirée, sur la terrasse de l’ambassade, au milieu de la ville muette et hostile, on tira le feu d’artifice emporté de Tanger pour célébrer la signature du traité de protectorat. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Les Éditions de la porte, Rabat, 1947, p. 281)
    • L'Autriche déclarait en outre, qu'elle trouvait inadmissible que, dans l'article 3, les puissances se congratulassent de la signature de la paix entre la Prusse et le Danemarck, les hostilités ayant formellement repris. — (Eugène de Guichen, Les grandes questions européennes et la diplomatie des puissances sous la seconde république française, Paris : chez Victor Attinger, 1929, page 112)
    • Présenter à la signature. — Le décret est à la signature.
    • Signature en cour de Rome, Minute originale d’un acte par lequel le pape accorde un bénéfice ou quelque autre grâce.
    • Obtenir une signature en cour de Rome.
    • Tribunal de la signature, Tribunal établi par le Siège pour connaître de certaines affaires.
  3. (Figuré) (Par extension) Marque distinctive, manière de faire ou résultat particulier auxquels on reconnaît l’auteur d’une œuvre ou d’un acte.
    • Dès le départ de sa carrière […] cette volonté de Lefèvre de faire entendre toutes les voix [dans une œuvre pianistique] est un choix esthétique, déjà une signature. — (George Nicholson, Alain Lefèvre, Éditions Druide, Montréal, 2012, p. 89)
    • Elles ont cherché à mesurer leur exclusion et leur effacement de la postérité et à identifier ses mécanismes, dont celui d’une critique ad feminam qui fait passer au lit de Procuste les écrits portant une signature féminine. — (Évelyne Ledoux-Beaugrand, « Quand les femmes comptent », sur le site de CWILA: Canadian Women In The Literary Arts (https:/ /cwila.com), 2 octobre 2014)
  4. (Figuré) (Par extension) Signe qui révèle la présence d’une personne ou d’une chose cachée.
    • Cet hydrogène est la signature d’une activité hydrothermale propice à la vie, avaient alors conclu les scientifiques en annonçant cette importante découverte en avril dernier. — (Le Monde.fr avec AFP, La sonde Cassini a émis son dernier message en plongeant vers Saturne sur LeMonde.fr, Le Monde. Mis en ligne le 16 septembre 2017, consulté le 1er novembre 2017)
    1. (Militaire) Ensemble des caractéristiques d’un signal qui permettent l’identification d’une cible.
  5. (Imprimerie) (Cartographie) Lettre, chiffre ou signe que l’on met au bas des feuilles imprimées, pour en reconnaître l’ordre quand il s’agit de les assembler et d’en former un volume à partir de différents cahiers.
    • Vérifier les signatures.
  6. (Marketing) Slogan publicitaire accolé au nom d’une marque et la caractérisant.
  7. (Informatique) Modèle utilisé pour assortir l’identité d’un virus, ou des types de comportement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SIGNATURE. n. f.
Nom d'une personne écrit de sa main, mis à la fin d'une lettre, d'un contrat, ou d'un acte quelconque, pour le certifier, pour le confirmer, pour le rendre valable. Je connais sa signature. Apposer sa signature. Contrefaire une signature. Cette signature est fausse. Plaider contre sa signature. Reconnaître sa signature. Désavouer sa signature. Renier sa signature. Manquer à sa signature. Faire légaliser une signature. Il désigne aussi l'Action de signer. Présenter à la signature. Le décret est à la signature. Signature en cour de Rome, Minute originale d'un acte par lequel le pape accorde un bénéfice ou quelque autre grâce. Obtenir une signature en cour de Rome. Tribunal de la signature, Tribunal établi parle Saint-Siège pour connaître de certaines affaires.

SIGNATURE, en termes d'Imprimerie, se dit des Lettres ou des chiffres que l'on met au bas des feuilles imprimées, pour en reconnaître l'ordre quand il s'agit de les assembler et d'en former un volume. Vérifier les signatures.

Littré (1872-1877)

SIGNATURE (si-gna-tu-r') s. f.
  • 1Le seing d'une personne écrit de sa main au bas d'un acte, d'un titre. Une fausse signature. Reconnaître une signature. Un homme me disait l'autre jour : c'est un crime que sa signature [de M. de Pompone, au bas d'un accommodement avec les jésuites, à cause du nom d'Arnauld qu'il portait, persécuté pour jansénisme], Sévigné, 8 déc. 1679. Vous me parlez, ma bonne, de cette héroïque signature que vous avez faite pour lui [Mme de Grignan s'engageant pour son mari], Sévigné, 6 nov. 1675. La défense si expresse qu'on a faite à leur auteur [Mme Guyon, auteur d'ouvrages mystiques] de les répandre, à quoi elle s'est soumise par sa signature, Bossuet, Ét. d'orais. X, 21. Il faut qu'ils [les historiens] soient encouragés autant au moins pour ce qu'ils feront, que le furent les Boileau, les Racine, les Valincourt, pour ce qu'ils ne firent point, et qu'on ne dise pas d'eux ce que disait de ces messieurs un commis du trésor royal, homme d'esprit : nous n'avons vu encore d'eux que leur signature, Voltaire, Mél. hist. Fragm. sur l'hist. XII.

    Fig. Parmi nos poëtes modernes, Voltaire a, comme Corneille, le rare avantage d'offrir souvent de ces vers heureux qui appartiennent au poëte, et qui sont comme sa signature, D'Alembert, Éloges, Despréaux, note 12.

  • 2 Terme de banque et de commerce. Le seing que met un banquier, un commerçant sur des billets qu'il garantit de la sorte. La banque doit toujours veiller à ce qu'il n'y ait pas dans son portefeuille de signatures collusoires, de ces signatures qu'on appelle du papier de circulation, A. Durand, Enq. sur la banq. 1867, p. 260.

    Jetons de signature, l'indemnité qui, dans les compagnies financières, est allouée aux administrateurs, directeurs ou agents comptables chargés d'apposer une signature au bas des titres mis en circulation.

  • 3Action de signer. Ce ministre emploie par semaine plusieurs heures à la signature.

    Mettre, envoyer un arrêt, une ordonnance, un brevet, un acte à la signature, les mettre entre les mains de celui qui doit les signer ou les faire signer. L'ordonnance est à la signature.

  • 4Signature en cour de Rome, la minute originale de la concession d'une grâce, qui porte le fiat écrit de la propre main du pape, ou le concessum écrit en sa présence.

    Signature de justice, signature de grâce, nom de deux tribunaux établis à Rome pour connaître de différentes sortes d'affaires.

  • 5 Terme d'imprimerie. Lettres de l'alphabet qu'on met au bas des feuilles, et qu'on recommence, en les doublant, lorsque l'alphabet est fini, pour servir à guider les relieurs, en leur faisant connaître l'ordre des feuilles. On n'a chiffré ni les feuillets ni les pages ; il n'y a point de signatures aux feuilles, point de réclames, Camus, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 6.

    On se sert aussi de chiffres pour cela.

  • 6Signature des plantes, certaines particularités de leur conformation ou de leur coloration, d'après lesquelles on les jugeait convenables dans telle ou telle maladie. L'echium vulgare étant tacheté comme la vipère, on l'a appelé vipérine, et on l'a prescrit contre les morsures de cet animal. On définissait la signature des plantes, un rapport entre leur figure et leurs effets.

    S'est dit aussi des caractères mystiques dont on prétendait que chaque homme était marqué par l'astre sous lequel il naissait.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SIGNATURE.
2Ajoutez :

Fig. Un louis, un écu sont des billets dont l'effigie du prince est la signature, Dutot, Réflex. sur le comm. et les financ. I, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SIGNATURE, s. f. (Botan.) rapport ridicule des plantes entre leur figure & leurs effets. Ce système extravaguant n’a que trop régné. (D. J.)

Signature, (Jurisprud.) est la souscription d’un acte, ou l’apposition du nom de quelqu’un au bas de cet acte, mise de sa propre main.

Anciennement du tems que l’usage des lettres étoit fort négligé, on ne signoit point les actes ; au lieu de signature, on mettoit son sceau ou cachet.

Les notaires signoient bien leurs actes, mais ordinairement les parties ne signoient pas avec eux ; c’est pourquoi l’ordonnance d’Orléans en 1560, article 84, leur enjoignit de faire signer les parties & les témoins instrumentaires. Ce qui fut renouvellé par l’ordonnance de Blois en 1579, article 165.

Il y a des actes sous signature authentique, d’autres sous signature privée ou sous seing privé, ce qui est la même chose.

La signature des parties, des témoins, & des officiers publics, dont les actes doivent être souscrits, est ce qui donne la perfection à l’acte jusque là ; & tant qu’il manque quelqu’une des signatures nécessaires, l’acte est imparfait.

Dans les jugemens rendus à l’audience, c’est la prononciation qui en fixe la date ; mais dans les procès par écrit, c’est la signature du juge ou du greffier. Voyez Acte, Jugement, Notaire, Sceau, Seing, Témoin. (A)

Signature de cour de Rome, est une réponse du pape au bas d’une supplique, par laquelle il accorde à l’impétrant la grace ou le bénéfice qu’il lui demande.

En matiere de bénéfice, cette signature tient lieu de provisions, excepté pour les bénéfices consistoriaux ou chefs de communauté, pour lesquels une simple signature ne suffit pas, étant nécessaire d’obtenir des bulles.

Sous le terme de signature, on entend non seulement la signature proprement dite, mais aussi la supplique ou acte au bas duquel elle est apposée, lequel prend son nom de la signature qui est au bas.

La signature contient les clauses, dérogations & dispenses, avec lesquelles la grace ou le bénéfice sont accordés avec la commission pour l’exécuter.

Toute signature ou réponse a une supplique qui porte dispense ou provision de dignité dans une cathédrale ou collégiale, prieurés conventuels, canonicats de cathédrale, doit être signée par le pape même, qui répond par ces mots fiat ut petitur ; les autres signatures sont données par un officier de la chancellerie romaine, appellé préfet de la signature de grace, qui répond la supplique en ces termes : Concessum ut petitur, in proesentiâ D. N. papæ.

La date de la signature se prend ordinairement du jour que la supplique a été mise entre les mains du dataîre, & non pas seulement du jour qu’elle a été répondue.

Il est d’usage en France que les signatures originales de cour de Rome y font foi, pourvu qu’elles soient vérifiées par un certificat de deux expéditionnaires.

Ces signatures suffisent pour prendre possession des bénéfices ordinaires, pour lesquels il ne faut pas de bulles.

Il y a trois sortes de signatures ; l’une en forme gracieuse, l’autre in formâ dignum antiquâ, la troisieme in formâ dignum novissimâ, dont on trouvera l’explication ci-après. Voyez l’usage & pratique de cour de Rome de Castel. (A)

Signature authentique, qu’on appelle aussi signature publique, est celle qui est émanée d’un officier public, & qui fait foi en justice, sans qu’il soit besoin de la faire reconnoître. Voyez Signature privée. (A)

Signature in formâ dignum novissimâ, est une seconde signature que le pape accorde par forme de lettre exécutoriale, faute par l’ordinaire d’exécuter dans les trente jours la commission portée par la signature, le pape enjoint à son refus à l’ordinaire plus voisin de l’exécuter. Voyez Castel.

Signature in formâ dignum antiquâ, est une signature de cour de Rome ainsi appellée, parce qu’elle commence par ces mots dignum arbitramur. C’est celle dont le pape use pour les cures & dignités, les canonicats des églises cathédrales, & pour les dévolus, dont il ne pourvoit l’impétrant que sous la condition de ne pourvoir prendre possession du bénéfice qu’après avoir obtenu le visa de l’ordinaire dont il dépend. Voyez Castel.

Signature en forme gracieuse, est une signature de cour de Rome qui s’expédie sur une attestation de l’ordinaire ; c’est pourquoi elle ne contient point de commission de procéder préalablement à l’examen de l’impétrant, de maniere que celui-ci, en vertu de cette provision, peut se faire mettre en possession autoritate propriâ, sans aucun visa de l’ordinaire.

Signature de justice, est une signature de cour de Rome donnée sur quelque matiere de jurisdiction contentieuse, dans l’assemblée des officiers préposés pour cet effet, appellée aussi la signature de justice ; telles sont les commissions, délégations, rescrits, & autres actes qui sont adressés aux tribunaux où se rend la justice. Voyez l’usage & pratique de cour de Rome de Castel, tom. I. p. 10. & le mot Signature de grace.

Signature originale, c’est celle qui est écrite de la main même de celui dont elle contient le nom, à la différence des signatures qui sont copiées d’une main étrangere, & seulement par forme de mention des vraies signatures.

Signature privée, est celle qui émane d’une personne privée, c’est-à-dire qui n’a point de caractere public.

Ces sortes de signatures ne font point foi en justice, jusqu’à ce qu’elles y soient reconnues. Voyez ci-après Signature publique. (A)

Signature publique, voyez ci devant Signature authentique.

Signature, terme d’Imprim. c’est un signe ou une marque que l’on met au bas des pages au-dessous de la derniere ligne, pour la facilité de la reliure, & pour faire connoître l’ordre des cahiers & des pages qui les composent. Les signatures se marquent avec des lettres initiales qui changent à chaque cahier. S’il y a plus de cahiers que l’alphabet n’a de lettres, on ajoute à l’initiale un caractere courant de même sorte, c’est-à-dire un petit a à la suite d’un grand A, & ainsi de suite, ce qu’on redouble tant qu’il est nécessaire. Pour indiquer l’ordre des feuilles qui composent chaque cahier, on ajoute après la lettre initiale quelques chiffres qui ne passent pas le milieu du cahier, & qui par leur nombre marquent le format de l’édition. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « signature »

Du latin signatura.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. signatura, de signare (voy. SIGNER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « signature »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
signature siɲatyr

Citations contenant le mot « signature »

  • Le comble de l'inélégance : avoir une signature illisible.
  • La beauté, c'est la signature de Dieu. De Charles Kingsley / Un homme de coeur
  • Une signature manuscrite révèle souvent le caractère de son auteur. Et parfois même son nom. De David Letterman
  • Quand une grande signature quitte bruyamment un journal, celui-ci ne perd qu'un seul acheteur. De Guy Hocquenghem / Minigraphie de la presse parisienne
  • La seule signature au bas de la vie blanche, c'est la poésie qui la dessine. De René Char / La parole en archipel
  • Dans le tissu de l'espace comme dans la nature de la matière, figure, en tout petit, la signature de l'artiste. De Carl Sagan / Contact
  • Une femme galante est un billet en circulation qui a d'autant plus de valeur qu'on y lit plus de signatures. De Arsène Houssaye
  • Cette signature est l’aboutissement de négociations menées dans un calendrier resserré et dans le cadre d’échanges particulièrement constructifs, par le ministère de la Justice, représenté par le bureau de la négociation pénale européenne et internationale de la DACG, et le ministère de l’Europe et des affaires étrangères. justice.gouv.fr, Justice / Portail / Signature de la convention d’entraide judiciaire avec Singapour
  • Comment signer des contrats commerciaux ou valider un contrat de travail quand tout le monde est confiné chez soi? Si la signature électronique ne s’imposait que lentement dans les entreprises françaises, son adoption a été brusquement précipitée par la crise du Covid-19. Le Figaro.fr, La signature électronique gagne du terrain dans les entreprises
  • Les banques ont donc tout intérêt à l’adopter au plus vite. En effet, la signature électronique permet à ses utilisateurs de prouver l’intégrité d’un document signé, garantie que son contenu n’a pas été modifié grâce à l’horodatage qualifié, et l’identification d’un signataire. Si la signature numérique a été adoptée par les acteurs historiques du secteur, c’est notamment pour sa capacité à sécuriser les transactions au profit des clients et des établissements bancaires. Alors comment participe-t-elle à la performance des banques ? Tech Talks, Universign : La signature électronique rebat les cartes du secteur bancaire | Tech Talks
  • Ces petits riens, ces petits touts, la preuve que rien ne sera plus comme avant, que le "monde d'après" est déjà là. Jeudi, le confinement n'a fait qu'accélérer la mise en place de la signature électronique sur les documents officiels. Franceinfo, Ma vie d'après. La signature électronique
  • Avant la signature de la convention, le ministre français de la justice, garde des sceaux, a souligné l’engagement constant de la France pour l’amélioration de la lutte contre la criminalité économique et financière, et l’importance d’une coopération pénale internationale efficace en cette matière pour la réussite des investigations compte-tenu du caractère souvent transnational de cette forme de délinquance. Il a souligné la qualité de la coopération pénale entre la France et Singapour, même en l’absence de cadre conventionnel, qui a récemment permis d’aboutir au gel de plusieurs millions d’euros sur le compte bancaire d’un mis en cause. Il s’est réjoui de la signature de cette convention d’entraide pénale qui offrira aux juges français, qui ont saisi les autorités judiciaires de Singapour de 42 enquêtes en 10 ans, un cadre stable permettant une meilleure exécution de leurs demandes. La convention autorisera par exemple le recours à la visioconférence ou à des investigations sur des comptes bancaires, tout en limitant les exigences strictement formelles liées à l’exécution des commissions rogatoires internationales. justice.gouv.fr, Justice / Presse / Signature de la convention d’entraide judiciaire

Images d'illustration du mot « signature »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « signature »

Langue Traduction
Anglais signature
Espagnol firma
Italien firma
Allemand unterschrift
Chinois 签名
Arabe التوقيع
Portugais assinatura
Russe подпись
Japonais 署名
Basque sinadura
Corse firma
Source : Google Translate API

Synonymes de « signature »

Source : synonymes de signature sur lebonsynonyme.fr
Partager