La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « effigie »

Effigie

Définitions de « effigie »

Trésor de la Langue Française informatisé

EFFIGIE, subst. fém.

A.− Représentation (généralement d'une personne) sous une forme quelconque. Effigie mortuaire, royale; effigie de cire, de pierre. Synon. figure, image, représentation.La terrible effigie équestre que Titien fit de Charles-Quint (Faure, Espr. formes,1927, p. 205).De grossières effigies de plâtre, en rond dans le désert, rappelleront aux espèces futures ce que fut la race humaine (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 115):
Sans attendre la fin de la guerre, Haudouin avait décroché les portraits de l'Empereur et de Canrobert : un peu plus tard, il y substitua ceux de Thiers, de Mac-Mahon, puis de Jules Grévy, de Gambetta et ainsi de suite. Mais l'effigie de la jument verte demeurait en place. Aymé, La Jument verte,1933, p. 18.
B.− Spécialement
1. Représentation du visage d'une personne sur une médaille. Effigie d'un monarque; battre à l'effigie, frapper, marquer en effigie; monnaie à l'effigie (de qqn). Dans le parti socialiste, le commerce des médailles à l'effigie de Jaurès fut, un temps, des plus prospères (Bloch, Dest. du S.,1931, p. 154).Ils ressemblent à des aveugles qui comptent de leurs doigts tremblants des pièces de monnaie dont ils ne connaissent pas l'effigie (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1271).
Au fig. Image, représentation. L'Italie est à jamais marquée de l'effigie de la grandeur romaine. (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 157).Il est bien permis au spectateur de reprendre dans la boue cette effigie de la messe (Alain, Propos,1935, p. 1248).
2. Anciennement, DR. [Dans l'expr. en effigie] Représentation d'un condamné, à laquelle on faisait subir une peine physique en l'absence du condamné (contumace, etc.). Exécuter un criminel en effigie (Ac.1835-1932).Il fut pendu, il eut la tête tranchée en effigie (Ac.1835, 1878).
P. ext. Mais, à l'heure où la belle jeunesse française dépense son énergie à casser les carreaux des Juifs et à brûler Zola en effigie sur un bûcher d'exemplaires de l'Aurore (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 152).
ANTHROPOL. Les Maori façonnent des effigies de leurs ennemis et les frappent, croyant par là blesser l'individu lui-même (Lowie, Anthropol. cult.,1936, p. 326).
Rem. La docum. atteste effigier, verbe trans., rare et vx. a) Représenter en effigie. Ils [les peintres] avaient voulu (...) donner, comme un instantané de la vie courante des cénobites et ils les avaient effigiés, l'Abbé en tête (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 297). b) Dr. Exécuter en effigie. Effigier un criminel par contumace (Ac. 1798-1835).
Prononc. et Orth. : [efiʒi]. Sous l'influence des lettres redoublées, Littré et Barbeau-Rodhe 1930 transcrivent [εfiʒi]. Cf. aussi Warn. 1968 à titre de var. Enq. : /efiʒi/. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1468 « aspect, stature de quelqu'un » (G. Chastellain, Hauts faits du duc de Bourgogne, éd. J. Kervyn de Lettenhove, t. 7, p. 220 : ne séoit à homme, fors à empereur ou roy, porter telle effigie que luy); b) ca 1468 « forme, image de quelque chose » (Id., Chroniques, éd. cit., t. 5, p. 243 : narration [...] de la forme et effigie de sa venue); 2. a) 1510 « représentation d'une personne » (Obsèques de Georges d'Amboyse ds Laborde, s.v. représentacion : sur ledict drap estoit l'effigie dudict seigneur); b) 1669 numism. (Inv. de N.D. de Reims, éd. P. Tarbé, p. 64 ds Gay, s.v. médaille : deux médailles [...] marquées de l'effigie du roi); 3. 1611 just. « tableau ou mannequin représentant un condamné par contumace » (Cotgr.). Empr. au lat. class.effigies, ei « représentation, image, statue, portrait ». Fréq. abs. littér. : 285. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 234, b) 404; xxes. : a) 515, b) 484. Bbg. Monnot (R.). Dat. nouvelles. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 224 (s.v. effigier).

Wiktionnaire

Nom commun - français

effigie \ɛ.fi.ʒi\ féminin

  1. Figure, représentation d’une personne sous une forme quelconque.
    • Les effigies qu’on publia de lui soulignaient d’abord une immense moustache noire et, en second lieu, derrière la moustache, un air farouchement irascible. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 34 de l’édition de 1921)
    • Les cinq hommes fumaient silencieusement leur pipe de bois ou de plâtre, immobiles comme des effigies après leur longue besogne : des effigies couleur d’argile, aux yeux creux de fatigue. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Comme il fait bon marché des empereurs de Rome dont il manipule avec une familiarité déconcertante les effigies et la gloire, on serait tenté de plaindre Néron et Caligula d’être tombés en de pareilles mains, pour tout le reste si estimables. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 225)
    • La pratique de « l’effigie vivante » du roi en cire (mannequin de bois dont seules la tête, réalisée d’après le masque mortuaire du défunt, et les mains sont en cire) est un rituel funéraire soucieux de distinguer deux représentations du corps du roi : l'effigie funéraire couchée sur un lit ou un catafalque vide, et le cadavre royal dans la bière. — (Maurice Godelier, Michel Panoff, La production du corps : approches anthropologiques et historiques, Taylor & Francis Group, 1998, page 352)
    • Sur les hauteurs dominant le fleuve, un métronome géant battait la mesure où s'élevait encore, quelques années auparavant, une statue déboulonnable à l’effigie du petit père des peuples. — (Raphaël Péaud, Circus Aléa, Editions Le Manuscrit, 2005, page 380)
    • Glénat propose aux libraires des ramasse-monnaie à l’effigie de Titeuf. — (Livres hebdo, 2008, n°715-718, page 80)
  2. (Spécialement) Figure représentée sur la face d'une monnaie ou d'une médaille.
    • Comme il avait payé son emplette avec une pièce de monnaie à l'effigie du duc Raymond de Toulouse, le doyen de Beaucaire le fit incarcérer, sous prétexte qu'il avait contrevenu à un édit royal interdisant l'emploi d'une monnaie autre que celle de Nimes. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  3. (Histoire) Tableau où le condamné, qui était en fuite, était représenté subissant la peine prononcée contre lui, et au bas duquel son nom et l’arrêt étaient écrits
    • Exécuter un criminel en effigie. — Exécution en effigie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EFFIGIE. n. f.
Figure, représentation d'une personne, soit en relief, soit en peinture. Cette médaille est à l'effigie, porte l'effigie de tel prince. Exposer en public l'effigie d'un roi, d'un prince qui vient de mourir. Effigie de cire. Exécuter un criminel en effigie, Exposer en public un tableau où le condamné qui est en fuite est représenté subissant la peine prononcée contre lui, et au bas duquel son nom et l'arrêt sont écrits. On dit de même Exécution en effigie.

Littré (1872-1877)

EFFIGIE (è-fi-jie) s. f.
  • 1Représentation en relief ou en peinture de la figure d'une personne. Monnaie frappée à l'effigie d'un prince. Et là [dans le Mercure galant] s'impriment tous les morts, Avec leurs généalogies, Leurs éloges, leurs effigies. Leurs dignités et leurs trésors, Chaulieu, Ép. d'Hamilton. Aux cris religieux d'un parterre idolâtre, En face de vous-même, au milieu du théâtre, Jamais en effigie, assis sur un autel, Vous a-t-on couronné d'un laurier solennel ? Gilbert, Apologie. Jésus-Christ s'unit à la chair par son effigie humaine, Chateaubriand, Génie, I, I, 7.

    Fig. Ce que nous cachons de nous-mêmes, est ce que nous sommes réellement ; ce que nous en découvrons est ce que nous voudrions être ; nous étalons une conscience qui n'est que la fausse effigie de la nôtre, Massillon, Carême, Confess.

  • 2Figure grossière qu'on faisait d'une personne et qu'on attachait à une potence, lorsque cette personne était condamnée à mort par contumace. Exécuter un criminel en effigie, attacher à l'instrument du supplice l'effigie et un écriteau portant la sentence de condamnation. Larochepot était fils de Mme du Fargis persécutée et mise en effigie par le ministre [Richelieu], Retz, I, 20. Vous avez fait pendre en effigie votre père Jarrige, Pascal, Prov. 16. Les rebelles déposèrent leur roi [Henri IV de Transtamare] en effigie, Voltaire, Mœurs, 101. Ils ressemblent aux honnêtes gens qui pendent les autres en effigie : ils ne s'embarrassent pas que le portrait soit ressemblant, Voltaire, Lett. Leclerc, 10 fév. 1765.

SYNONYME

EFFIGIE, IMAGE, PORTRAIT. L'image est ce qu'il y a de plus général ; elle se fait de toute façon et de tout objet : l'image d'un homme, d'un arbre, d'une montagne. Effigie ne se dit que des personnes ; elle est ou en relief, ou en figure, ou en peinture. Le portrait est toujours en dessin ou en peinture.

HISTORIQUE

XVIe s. Leur effigie [de Sérapis et d'Isis] représentée le doigt sur la bouche, Montaigne, II, 251.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EFFIGIE. Ajoutez :
3 Fig. Le corps d'une personne dont l'intelligence est éteinte. Nous avons enterré depuis quelques jours une personne qui ne vivait plus il y a longtemps ; mais, quoique ce ne fût que son effigie qui nous restât, je n'ai pas laissé d'être touché de sa perte, Guez de Balzac, Lett. à Conrart, 28 avril 1653.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EFFIGIE. s. f. (Jurisprud.) est un tableau ignominieux, où est représentée la figure du criminel absent, condamné à mort par contumace : l’exécution par effigie est celle qui se fait en attachant à la potence le tableau dont on vient de parler. Les condamnations flétrissantes, mais qui n’emportent pas peine de mort, telles que l’amende honorable, le banissement, les galeres, sont aussi écrites dans un tableau, mais sans effigie, c’est-à-dire sans désignation de figure. A Paris les tableaux qui servent d’effigie, ne sont qu’un dessein grossier fait à la plume, qui représente un homme pendu ou sur la roue, selon la condamnation ; mais dans les provinces où les exécutions sont plus rares, les effigies sont ordinairement peintes & coloriées à la ressemblance de l’accusé, le mieux qu’il est possible ; on le représente avec ses habits ordinaires, & autres choses qui peuvent le caractériser, afin que cela fasse plus d’impression au peuple.

L’usage des exécutions par effigie, tire son origine des sacrifices & triomphes des anciens, lesquels au lieu de sacrifier la personne même, sacrifioient quelquefois seulement son effigie, comme le rapporte Plutarque en la 32e & 86e demandes des choses romaines.

L’exécution par effigie, en matiere criminelle, vient particulierement des Grecs, chez lesquels on faisoit le procès aux absens, & on les exécutoit par effigie, ou bien on écrivoit leurs noms avec la condamnation en des colonnes, comme le remarque Ayrault, liv. II. de sa pratique judiciaire, art. 1. n. 23.

A Rome au contraire les exécutions figuratives ou en effigie n’étoient pas en usage, d’autant que l’on n’y condamnoit jamais les absens à aucune peine capitale : il leur paroissoit ridicule d’exécuter quelqu’un en peinture ; & si Trebellius Pollio rapporte de Celsus le tyran qu’il fut pendu en effigie, cujus imago suspensa est quasi celsus ipse videretur ; cela fut fait, comme le remarque cet auteur, novo injuriæ genere : il y avoit cependant des cas à Rome, où l’on écrivoit dans des colonnes, comme chez les Grecs, le nom des absens qui étoient condamnés ; mais cela n’avoit pas lieu pour peines capitales ; ainsi il n’y avoit point d’exécution par effigie.

Les anciennes ordonnances font mention des effigies sous le terme de tableaux. L’ordonnance de François I. du mois d’Août 1536, pour la Bretagne, ch. ij. art. 29. dit que la condamnation faite par contumace & le forban donné, l’on fera attacher aux portes & entrées des lieux les tableaux & cordeaux au desir de la coutume, &c. Celle de Charles IX. de 1566 art. 25. porte que les noms des appellés & ajournés à ban, & poursuivis & condamnés par contumace, seront inscrits aux tableaux qui seront affichés aux portes des villes, des siéges, des auditoires, des lieux d’où les decrets seront émanés, à ce qu’aucun n’en prétende cause d’ignorance.

L’ordonnance de 1670, tit. xvij. art. 16. distingue trois manieres d’exécuter les jugemens par contumace, selon la nature des peines qui sont prononcées ; il est dit par cet article, que les seules condamnations de mort naturelle seront exécutées par effigie ; que celles des galeres, amende honorable, bannissement perpétuel, flétrissure, & du foüet, seront seulement écrites dans un tableau sans aucune effigie ; que les effigies & les tableaux seront attachés dans la place publique ; que toutes les autres condamnations par contumace, seront seulement signifiées & baillé copie au domicile ou résidence du condamné, si aucune il a dans le lieu de la jurisdiction, si non affichée à la porte de l’auditoire.

Suivant l’art. 29. du même titre, ceux qui sont condamnés à mort par contumace, aux galeres perpétuelles ou au bannissement perpétuel hors du royaume, & qui décedent après les cinq années sans s’être représentés ou avoir été constitués prisonniers, sont réputés morts civilement du jour de l’exécution, de la sentence de contumace ; laquelle exécution doit être faite par effigie, si la condamnation est à mort naturelle.

L’exécution par effigie a deux objets : l’un d’imprimer une plus grande ignominie sur l’accusé ; l’autre est afin que cet appareil inspire au peuple plus d’horreur du crime.

L’effet de l’exécution par effigie, dans le cas où elle est nécessaire, est que le crime ne se prescrit plus que par trente ans ; au lieu que sans cette exécution il auroit pû être prescrit par vingt ans ; il en est de même des autres sortes d’exécutions, dans le cas où elles ont lieu. (A)

Effigie, à la Monnoie, c’est le côté de la piece où l’on voit gravé en relief l’image du prince regnant. Autrefois on ne mettoit l’effigie du prince qu’aux médailles, ou autre piece frappée consequemment à quelque bataille gagnée, province conquise, ou aux évenemens remarquables, alliance, fête, &c. Sur la monnoie de cours pour le commerce il y avoit une croix ; c’est de-là que ce côté étoit appellé croix, & le revers, pile. Voyez Croix, Pile.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « effigie »

Lat. effigies, de effingere, représenter, de ex, et fingere, former (voy. FEINDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin effigia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « effigie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
effigie ɛfiʒi

Évolution historique de l’usage du mot « effigie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « effigie »

  • Tout grand écrivain frappe la prose à son effigie. De Victor Hugo / Faits et croyances
  • Bigflo s'extasie comme jamais ! En effet, le frangin d'Oli vient de dévoiler à ses abonés une carte Pokémon à son effigie. Et il en est fier. MCE TV, Bigflo a une carte Pokémon à son effigie !
  • Luis Mariano est décédé le 14 juillet 1970. Le 13 juillet, à l’occasion du 50e anniversaire de sa disparition La Poste émet un timbre à son effigie SudOuest.fr, Arcangues : un timbre à l’effigie de Luis Mariano vendu dès vendredi 10 juillet
  • Lego oblige, il n’est pas simplement question de posters à l’effigie de telle ou telle personnalité, mais bien de construction. Chaque poster arrive en réalité en pièces détachées. Les fans devront recréer le visage de leur idole à partir de petites briquettes en suivant les instructions fournies. , Lego lance une ligne de posters en briquettes à l’effigie d’icônes de la pop culture
  • À partir du 31 août, La Poste sort un carnet de 12 timbres à l'effigie des plus beaux phares de France. Les voici : Bateaux.com, Des timbres à l'effigie des plus beaux phares de France
  • Comment rendre votre courrier plus rock ? Misez sur les timbres Queen ! Le groupe a connu une nouvelle vague de succès grâce au film Bohemian Rhapsody, qui leur avait alors permis découler à nouveau des millions d’albums à travers la planète. Il y a quelques mois déjà, la formation portée par Freddie Mercury avait eu le droit à des pièces de monnaie à leur effigie, et désormais c’est au tour du timbre de se réinventer pour leur faire honneur. Une initiative du Royal Mail, équivalent de la Poste en Grande-Bretagne. Ces derniers ont annoncé qu’ils allaient mettre en vente une série de 13 timbres, vendus au prix de 16 livres, soit 18 euros. Huit de ces timbres porteront des pochettes d’albums incontournables, quatre représenteront Freddie Mercury, Brian May, John Deacon et Roget Taylor sur scène, et le dernier sera une photo du groupe. rfm.fr, Queen : Bientôt des timbres à l’effigie du groupe !
  • Sur l’année qui arrive, en affranchissant un courrier à l’international, vous avez toutes les chances de tomber sur le timbre à l’effigie d’Olympe-de-Gouges. La Poste vient d’en éditer 600 000 à 2,32 € l’unité. Un joli coup à mettre à l’actif du cercle philatélique de Montauban qui travaillait sur ce projet depuis plusieurs années. "On fait des propositions, on monte des dossiers et parfois ces demandes ne sont validées que plusieurs années après, explique Maurice Durrieu, président du cercle montalbanais. C’est ce qui s’est passé pour Olympe-de-Gouges. Nous sommes très heureux d’avoir pu honorer cette figure historique née à Montauban." ladepeche.fr, Montauban. Olympe-de-Gouges s’oblitère : un timbre à l'effigie du symbole féministe montalbanais - ladepeche.fr
  • Avec le soutien local de Mylène Collot pour les reprographies, et l’appui de Gérard Longuet, ancien ministre des Postes et Télécommunications, auprès de l’actuel président de La Poste, Philippe Wahl, un timbre à l’effigie d’Élisabeth de Miribel vient d’être édité. Jean-Pierre Mangin a reçu les premiers exemplaires ce samedi matin avec un léger retard sur l’échéance calendaire, « suite à un incident technique ». , Défense - Guerre - Conflit | Un timbre à l’effigie d’Élisabeth de Miribel

Traductions du mot « effigie »

Langue Traduction
Anglais effigy
Espagnol efigie
Italien effigie
Allemand bildnis
Chinois 肖像
Arabe دمية
Portugais efígie
Russe изображение
Japonais エフィジー
Basque irudia
Corse effigia
Source : Google Translate API

Synonymes de « effigie »

Source : synonymes de effigie sur lebonsynonyme.fr

Effigie

Retour au sommaire ➦

Partager