Emmener : définition de emmener


Emmener : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EMMENER, verbe trans.

I.− Mener avec soi, d'un endroit dans un autre.
A.− [L'obj. désigne un être vivant, homme ou animal]
1. [Le suj. désigne une pers.] Emmener qqn en voiture, en auto. Par redondance. Emmener qqn avec soi.
a) [Avec un compl. de lieu, ou un adv., précisant la destination] Emmener qqn au restaurant, au théâtre, en voyage, en vacances; emmener à l'écart :
1. ... il [M. Rosenthal] leur demanda : − vous avez fait une bonne promenade? − excellente, répondit Catherine, mais votre fils m'a emmenée chez des gens impossibles. Nizan, La Conspiration,1938, p. 141.
[Avec un inf.] Emmener qqn (à) dîner, (à) déjeuner, (se) promener. Il [Mirbeau] l'a [Jaurès] emmené voir, à Épinal, un Rembrandt, merveilleux, mon cher! (Renard, Journal,1908, p. 1206).
[Avec un attribut de l'obj.] Emmener qqn prisonnier. Moi-même, j'ai été emmenée esclave (FranceClio,1900, p. 13).
b) [Sans indication de la destination; parfois le lieu de départ est précisé] Emmener de, hors de.Quand on demandait du lait à un fermier, il maudissait les Cosaques qui avaient emmené ses vaches (Maurois, Ariel,1923, p. 174):
2. Malgré moi je songe à ce regard de douce pitié que Clélia laissa tomber sur moi lorsque les gendarmes m'emmenaient du corps de garde; ce regard a effacé toute ma vie passée. Stendhal, La Chartreuse de Parme,1838, p. 302.
[Avec méton. de l'obj.] :
3. ... la bonne société se mit à remonter vers le nord, emmenant avec elle ses théâtres, ses boutiques, ses clubs (...) et les premiers hôtels. Morand, New-York,1930, p. 116.
Rem. Lorsque l'obj. désigne une pers. incapable de se déplacer, on emploie d'ordinaire le verbe emporter*. Il l'a emmené [le général]? − Oh! emmené! Presque emporté. Le général était raide à ne pas pouvoir se tenir (Richepin, Césarine, 1888, p. 319). On rencontre cependant qq. ex. où l'emploi du verbe emmener s'apparente à un euphém. J'étais reparti, emmenant blotti contre moi ce paquet de chair sans âme (...) je pensais : dort-elle? (Gide, Symph. pastor., 1919, p. 880).
c) Arg. ,,Trahir, faire marcher`` (Esn.). Des tronches à la manque à emmener le travailleur. De sales physionomies capables de dénoncer le voleur (Rigaud, Dict. arg. mod.,1881, p. 146).
Loc. fam. Emmener à la campagne; emmener à pied et à cheval. Se moquer de, envoyer promener, ne tenir aucun compte de. Synon. trivial emmerder.Je me moque de tes je t'assure, je les emmène à la campagne, tes je t'assure (Verlaine, Œuvres posth.,t. 1, Histoire comme ça, 1896, p. 328):
4. Il me répondit (...) d'aller me rhabiller. J'insistai, toujours poli (...) on me fit savoir aussitôt que, de toute manière, on m'emmenait à pied et à cheval. Camus, La Chute,1956, p. 1500.
d) Emploi pronom., fam., pop. Arriver, venir dans un endroit, ou en partir. Des gens s'emmenaient encore devant des tableaux, dont les sujets seuls frappaient et retenaient le public (Zola, Œuvre,1886, p. 334).« Ah! si je pouvais ne pas m'emmener! » (Gide, Faux-monn.,1925, p. 1032).
S'emmener qqn.Emmener, prendre quelqu'un avec soi [Le jeune S.] quand y voit qu'on se l'emmène pas [au spectacle] (Musette, Cagayous et Pickman,1909, p. 8).
2. [Le suj. désigne une chose animée de mouvement, au propre ou au fig.] Train, voiture qu'emmène des passagers. Quand l'été emmenait M. de Lamartine à Saint-Point, ils [V. Hugo et lui] s'écrivaient (MmeV. Hugo, Hugo,1863, p. 34).C'est la charrette de MmeFollet qui nous emmène et qui nous ramène (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 106).
Rem. Dans l'ex. suiv., l'emploi du verbe emmener représente un écart p. rapport à amener* qui est attendu :
5. Un ancien souvenir n'a pas plus de détours et de plus étranges passages que le chemin qui, par une suite de cours, de grottes et de corridors, m'a emmené où je suis. Claudel, Connaissance de l'Est,1907, p. 61.
P. euphém. [Le suj. désignant la mort ou la cause de la mort] Enlever à la vie, faire mourir. Synon. emporter, enlever.Ils [ceux qu'on va fusiller] sont étrangers à tout ce qui se passe; Ils regardent la mort qui vient les emmener (Hugo, Année terr.,1872, p. 319).C'est l'hémorragie qui s'est décidée, mais alors abondante, interne, massive. Elle l'a emmené (Céline, Voyage,1932, p. 615).
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi du verbe emmener au sens de « enlever », avec un obj. désignant une chose abstr. Mais qu'attendre donc? Il a fait jour, et aujourd'hui nous a emmené l'espoir (Claudel, Tête d'Or, 1890, 2epart., p. 50).
B.− [L'obj. désigne une chose; le suj. désigne une pers.]
1. [une chose susceptible de mouvement, ou une chose inerte mais non portée] On emmenait des chariots, on poussait les canons à bras avec des hommes toujours à califourchon sur les gueules (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 422):
6. ... derrière ce grand Issaac à notre tête qui emmène sa poutre, apprenons, nous aussi, petites fourmis, à charrier notre fétu... Claudel, Un Poète regarde la Croix,1938, p. 58.
2. [une chose que l'on tient à la main, ou que l'on transporte par un moyen quelconque] Emporter. J'emmène tout le pèze dans ma poche (Céline, Mort à crédit,1936, p. 516).
Rem. L'emploi de emmener avec un tel compl. peut être entraîné par la présence d'un premier compl. désignant une pers. Il a trouvé ma nièce seule, qui est une fort belle garce, et il a su si bien la prêcher qu'il a pu l'emmener avec ma bourse et mes affaires (Camus, Esprits, 1953, p. 489).
3. VÉN. [Le suj. désigne un chien] ,,Chasser franchement`` (E.V.F. ds Duchartre 1973), c'est-à-dire s'engager sans hésitation sur les traces de l'animal poursuivi. Synon. emporter la voie.
II.− P. ext.
A.− Entraîner à sa suite, dans son mouvement, dans son élan. On entraînait tout, on balayait tout, on emmenait avec soi toute la foule sur son passage (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 422):
7. La tête du serpent disparut derrière l'épaule [d'une actrice], emmena le corps dans l'indicible progression aphidienne... Colette, Paysages et portraits,1954, p. 209.
P. plaisant. Elle emmenait ses fesses avec une majesté monstrueuse (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 446).
B.−
1. Entraîner à sa suite, en exerçant une autorité, une influence ou un ascendant. Il disparut de la chapelle, l'âme emmenée par celles des autres, hors du monde, loin de son charnier, loin de son corps (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 54):
8. La cavalerie légère d'Arménie venait se joindre aux irrésistibles escadrons des Gaulois et des Espagnols qu'emmenait Antoine; Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 316.
Rem. On rencontre ds la docum. un ex. du syntagme emmener la chasse, au sens de « mener la chasse ». À travers les forêts le chevreuil emmène la chasse (Florian, Fables, 1792, p. 111).
2. Transporter en esprit, conduire par la pensée ou par l'imagination. Nos pensées (...) nous emmènent dans une rêverie incohérente (Alain, Propos,1929, p. 829).Le pauvre Jeuselou les emmenait au pays de son délire (Pourrat, Gaspard,1931, p. 242):
9. La nouveauté d'une douleur errante qui ne savait encore où se poser, emmenait Michel... vers la jeunesse d'Alice et la sienne... Colette, Duo,1934, p. 82.
Rem. On rencontre ds la docum. les dér. a) Emmènement, subst. masc. Fait d'être emmené. L'emmènement de Colette par son mari (Goncourt, Journal, 1883, p. 287). b) Emmeneur, euse, adj. Qui emmène. Il appelait le fiacre emmeneur, cet Alcibiade, le corbillard de la lettre de change (Id., ibid., 1852, p. 75).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃mne], (j')emmène [ɑ ̃mεn]. Enq. : /ãmen/ (il) emmène. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Change [ə] muet du rad. en [ε] ouvert, écrit è accent grave, devant syll. muette. Comparez (r)emmener (2 m) avec (r)amener, remener (1 m). Étymol. et Hist. Ca 1100 trans. em meinet « mener hors du lieu où l'on est, en quelque autre lieu » (Roland, éd. J. Bédier, 2817); 1155 [ms. P xiiies.] enmener (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 305); 1831 « (d'un chef) conduire avec autorité » (Michelet, supra ex. 8); 1839 fig. (Sand, Lélia, p. 378 : Je me suis laissé emmener par elle [la vertu]); 1853 « transporter par la pensée, l'imagination » (Du Camp, Mém. suic., p. 124 : Je restai libre de suivre les pensées qui m'emmenaient bien loin). Dér. de mener* « conduire en un lieu »; préf. en-*. Fréq. abs. littér. : 3 929. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 423, b) 7 040; xxes. : a) 6 812, b) 5 916. Bbg. Pamart (P.), Écriture artiste et créations verbales. Vie Lang. 1970, p. 305.- Pinchon (J.). Quest. de vocab. Fr. Monde, 1968, no60, pp. 53-54.

Emmener : définition du Wiktionnaire

Verbe

emmener \ɑ̃.mə.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mener hors du lieu où l’on est vers un autre lieu ; utilisé plutôt en parlant de personnes ou d’objets capables de se déplacer, comme par exemple des véhicules.
    • Nous avions combattu et couru toute la journée. Faits prisonniers par les dragons prussiens, nous avions été emmenés jusqu'à Vrigne-aux-Bois au grand trot de nos montures. — (Victor Thiéry, Après la défaite : Souvenirs et impressions d'un prisonnier de guerre en Allemagne, Paris : chez Frinzine, Klein & Cie, 1884, page 17)
    • Quand Napoléon III fut empoigné à Boulogne pour avoir donné une seconde représentation du débarquement à Cannes, on le jeta au cachot et on l’emmena à Paris sans lui donner le temps de changer de chemise. — (Arsène Houssaye, Les Confessions, tome IV : Souvenirs d'un demi-siècle 1830-1880, tome 4, Paris : chez E. Dentu, 1885-1891, chap. 4)
    • Après une minutieuse préparation, tant de la machine que du passager, à 4 heures du matin, je décolle dans les ténèbres, emmenant un solide gaillard Serbe, ex-chef célèbres de comitadjis. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, page 223)
    • D’un seul coup, brutalement, le flotteur gauche s’engagea. Je fus emmené dans un « cheval de bois » à gauche, que je pus contrecarrer quelque peu en accélérant. — (Jean Mermoz, Mes Vols, Flammarion, 1937, page 62)
    • Une peste de psychologue, que mes parents m’avaient emmené voir sur le conseil d'une prof complètement tarée, avait parlé de « nonchaloir oriental » pour expliquer ces accès de paresse. — (Bernard Du Boucheron, Long-courrier, Éditions Gallimard., 2013)

Note :

D’après l’étymologie du verbe (mener), les puristes utilisent emmener en parlant de choses ou d’êtres aptes à se déplacer par eux-mêmes, et emporter dans les autres cas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emmener : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMMENER. v. tr.
Mener hors du lieu où l'on est en quelque autre lieu. Emmenez cet homme, je vous prie. Il l'a emmené dans sa voiture. Des voleurs ont emmené vos bestiaux. Quand cet employé a quitté cette maison de commerce, il a emmené tous les clients, une partie de la clientèle avec lui.

Emmener : définition du Littré (1872-1877)

EMMENER (an-me-né. La syllabe me prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : j'emmène, j'emmènerai) v. a.
  • 1Mener quelqu'un avec soi d'un lieu dans un autre. Qu'on l'emmène, soldats, il blesse ici la vue, Corneille, Othon, V, 6. Qu'à l'instant hors du temple elle soit emmenée, Racine, Ath. V, 6. L'empereur fit un geste de mépris et d'humeur ; on emmena ce misérable [un des incendiaires de Moscou] dans la première cour, où les grenadiers furieux le firent expirer sous leurs baïonnettes, Ségur, Hist. de Napol. VIII, 6.
  • 2Se dit aussi des bestiaux et des choses. Il a emmené les marchandises. Il a emmené le bétail.

HISTORIQUE

XIe s. Ses meillors homes [il] enmeine ensemble od sei [avec soi], Ch. de Rol. XXXVII.

XIIe s. En douce France [il] l'enmenra sans faillie, Ronc. p. 148. Armer l'enmenent [pour lui donner ses armes] la gent de son lignage, ib. p. 182.

XIIIe s. Devant le roi son pere isnelement [elle] l'enmaine, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 14. Ugues s'en est tournés, s'ammoine Beatris, ib. p. 35. Avec ma femme alastes, quant ele en fu menée, Berte, CIV. Qant ces nonnains se vont par le pays esbatre, Les unes à Paris, les autres à Montmartre, Tel fois emmainne deux qu'on en ramainne quatre, Rutebeuf, 242.

XVe s. Et emmenerent grand pillage et grand proie en leurs garnisons, Froissart, I, I, 113.

XVIe s. Tout ce que le cours de l'eau emmene aval, Amyot, Philop. 12. Nabis sortit à la desrobbée par une autre porte, et emmena son armée à la plus grande haste qui luy fust possible, Amyot, ib. 20.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EMMENER. Ajoutez : - REM. Emmener a été construit avec un infinitif sans préposition intermédiaire. Je n'ai pu emmener Mlle Levasseur errer avec moi dans cette saison, Rousseau, Lett. à d'Ivernois, 2 déc. 1765.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « emmener »

Étymologie de emmener - Littré

En 2, et mener : mener de là. En pouvait autrefois se séparer de mener ; voy. l'exemple de Berte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de emmener - Wiktionnaire

 Composé de en et de mener.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « emmener »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
emmener ɑ̃mœne play_arrow

Conjugaison du verbe « emmener »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe emmener

Évolution historique de l’usage du mot « emmener »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « emmener »

  • L'espoir transpire pourtant. " On va essayer de se préparer au mieux. En août, on devrait récupérer Memphis Depay. Tout est possible dans le foot", souligne-t-il, avant d'ajouter qu'il pourrait emmener son équipe avant... " faire un tour à Lourdes ". , OL (Olympique lyonnais football) | Jean-Michel Aulas pense "emmener l'OL à Lourdes" avant le match contre la Juventus
  • Virgin Galactic, la firme aéronautique de Richard Branson, souhaite d'ici quelques années emmener des touristes vers la station spatiale internationale ISS, puis les ramener sur Terre. La firme a dans ce but signé un accord avec l'organisation aéronautique NASA. Site-DataNews-FR, Virgin veut emmener des touristes vers la station spatiale ISS - ICT actualité - Data News
  • Depuis, les deux joueurs ont eu le temps de s’expliquer, et ils vont devoir mettre leurs différends de côté pour emmener le Jazz le plus haut possible. “On s’est dit ce qu’on avait à se dire. Nous sommes tous les deux sur la même longueur d’onde. Nous voulons tous les deux gagner. Nous pensons tous les deux que nous avons une super opportunité, et nous savons que nous avons besoin l’un de l’autre. Nous avons parlé de plein de choses, mais la principale chose, c’est que nous sommes sur la même longueur d’onde et que notre équipe a besoin de nous. Nous pouvons gagner ensemble. C’est la chose la plus importante. (…) Je pense que nous pouvons accomplir de grandes choses, c’est la morale de l’histoire. Ça ne sera jamais parfait. Parfois on sera très content, et parfois on sera très frustré l’un de l’autre”, reconnait Gobert, sous contrat jusqu’en 2021 avec la franchise de Salt Lake City, tout comme Mitchell. Les deux stars du Jazz vont désormais tenter de bien finir la saison régulière (matchs contre New Orleans, Oklahoma City, les Lakers, Memphis, San Antonio, Denver, Dallas et de nouveau San Antonio), eux qui peuvent mathématiquement terminer ente la deuxième et la septième place de l’Ouest, avant d’attaquer les play-offs, où le Jazz reste sur deux demi-finales de Conférence (2017 et 2018) et un premier tour (2019). 24matins.fr, NBA – Utah : Gobert évoque sa relation avec Mitchell
  • « Je regarderais le clip de cette chanson et je sangloterais », a noté Eilish avant que sa mère ajoute en plaisantant, « Je veux juste dire, nous avons envisagé de vous emmener en thérapie parce que vous souffriez tellement de Justin Bieber. » Urban Fusions, La mère de Billie Eilish a envisagé de l'emmener en thérapie pour cette chanson de Justin Bieber | Musique
  • La seule chose qui m’ennuie avec les grands voyageurs, c’est qu’on ne peut jamais les emmener quelque part pour leur faire une surprise : cela leur rappelle toujours quelque chose. De Pierre Daninos / Vacances à tous prix
  • Il est admirable pour un homme d’emmener son fils à la pêche, mais il existe une place particulière au paradis pour le père qui emmène sa fille faire les boutiques. De John Sinor
  • Je crois profondément que la musique, plus que toute autre forme d'art, peut nous emmener jusqu'au firmament. De Michel Plasson / Figaro, 16 mars 2015
  • Prendre un enfant par la main Pour l'emmener vers demain, Pour lui donner la confiance en son pas, Prendre un enfant pour un roi. De Yves Duteil / Prendre un enfant
  • Il est des limites au-delà desquelles la folie ne pourra jamais nous emmener. De Isaac Asimov / Le robot qui rêvait, 1981

Traductions du mot « emmener »

Langue Traduction
Corse purtà
Basque ekarri
Japonais 持っていく
Russe приносить
Portugais trazer
Arabe احضر
Chinois 带来
Allemand bringen
Italien portare
Espagnol llevar
Anglais bring
Source : Google Translate API

Synonymes de « emmener »

Source : synonymes de emmener sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « emmener »



mots du mois

Mots similaires