La langue française

Transport

Définitions du mot « transport »

Trésor de la Langue Française informatisé

TRANSPORT, subst. masc.

I. − [Corresp. à transporter I]
A. −
1. Action de porter d'un lieu à un autre. Transport d'un blessé sur un brancard. En sortant des mains du mouleur, les briques sont disposées sur une aire préparée à l'avance, aussi près que possible de l'atelier de moulage afin d'éviter des transports inutiles et des déformations qui peuvent se produire pendant ce transport (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 128).
GYMN. Action consistant à faire passer le corps latéralement d'une partie du cheval d'arçons à l'autre (d'apr. Petiot 1982).
2. Action de déplacer (quelqu'un, quelque chose) sur une certaine distance par des moyens appropriés. Synon. acheminement, transfert.C'est dans les transports directs à grande distance que le chemin de fer réalise sa supériorité et exerce le maximum de son action géographique (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 251).Les classes de paralysés, fonctionnant en externat, pour lesquelles est prévu un transport quotidien des enfants en autocar (Encyclop. éduc., 1960, p. 206).
SYNT. Transport aérien, ferroviaire, fluvial, maritime, routier, terrestre; transport par avion, par (chemin de) fer, par eau, par mer, par voie ferrée; transport de blessés, de malades en/par ambulance; transport de fonds, de marchandises, de passagers, de voyageurs; entreprise, société de transport; capacités, conditions, frais, mode de transport; prix du transport; prime, titre de transport.
Mal des transports. V. mal3.Moyens de transport. V. moyen2.
DR., JUST. Transport de justice. Déplacement d'un magistrat en vue d'opérer une mesure d'instruction, des constatations sur les lieux d'un crime, d'un délit. Ce ne devait être qu'un transport de justice. Autrement dit, une mise en situation des trois personnes inculpées (L'Est Républicain, 22 avr. 1989, p. 643, col. 2).
P. ext. Déplacement d'un lieu à un autre. Transport de chaleur, de l'électricité. Le dépôt des corps marins au sein des continents, le transport des fossiles du midi au nord (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 170).Si on admet l'existence, au sein d'un métal, d'électrons à peu près libres, la conduction électrique résulte du transport de leur charge et la conduction thermique du transport de leur énergie cinétique (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 290).
PATHOL., vieilli. Transport (au cerveau). Congestion cérébrale; délire, égarement de l'esprit causé par la maladie. Il a une grosse fièvre et on craint un transport au cerveau (Ac.).Vous avez un transport au cerveau et vous devenez folle incurable! (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 254).Les globes flamboyants de ses yeux chaviraient, tournaient au blanc, comme si elle allait rendre l'esprit dans un transport (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 251).
SC. DE LA TERRE GÉOL. Terrain de transport. ,,Terrain dont les matériaux ont subi un déplacement naturel par la force d'un courant d'eau ou de boue, du vent ou des glaciers`` (Plais.-Caill. 1958).
HYDROL. Transport solide. ,,Déplacement de matériaux emportés par les eaux d'une rivière, se trouvant en suspension ou en saltation, ou bien étant charriés`` (Hydrol. 1978).
3. P. méton.
a) Moyen employé pour transporter des personnes, des marchandises. Tout le monde prend le train et l'autobus, et ces transports travaillent à perte (Alain, Propos, 1930, p. 954).
Transport (de troupes). Navire spécialement construit ou paquebot réquisitionné pour transporter des troupes et leur matériel. À Santa-Cruz de Ténériffe, où le paquebot relâcha quelques heures, il visita un de ces transports sur lesquels l'Angleterre expédiait ses munitions, ses approvisionnements, ses chevaux et ses hommes (Tharaud, Dingley, 1906, p. 43).Le paquebot à turbines America (...) fut mobilisé pendant la guerre comme transport de troupes sous le nom de West Point (Le Masson, Mar., 1951, p. 87).
b) Au plur. Ensemble des moyens utilisés pour l'acheminement des personnes et/ou des marchandises. Transports privés, publics; transports métropolitains, urbains; régie autonome des transports parisiens (RATP); ministère des transports. Des réseaux de transports denses et efficaces (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 605).
Transports en commun*.
B. − DR. Cession d'un bien incorporel, droit ou créance. Synon. transfert.Transport d'une créance; l'endossement opère le transport. Abandon général et transport à Turelure de tous mes droits, titres et possessions (Claudel, Otage, 1911, III, 2, p. 282).
C. − Action de placer ailleurs, dans un autre domaine. Synon. transfert, transplantation.Le cubisme, à mon sens, n'est que le transport dans le raisonnement qui s'applique à la forme, des idées de Matisse sur la couleur (Faure, Hist. art, 1921, p. 226).La formation des figures est indivisible de celle du langage lui-même, dont tous les mots « abstraits » sont obtenus par quelque abus ou quelque transport de signification, suivi d'un oubli du sens primitif (Valéry, Variété V, 1944, p. 290).
II. − Vieilli ou littér. [Corresp. à transporter II] Vive émotion, sentiment passionné; manifestation d'une telle émotion, d'un tel sentiment. Synon. effusion, élan2, emportement, exaltation, ravissement.Il mit involontairement la main sur la garde de son épée; mais aussitôt il eut honte de ce transport (Mérimée, Chron. règne Charles IX, 1829, p. 71).C'est bien un véritable transport de l'amour analogue au transport mystique, qui a porté Proust tout entier, corps et âme, vers le Dieu de la vie mondaine (Thibaudet, Réflex. litt., 1936, p. 185).
SYNT. Transport amoureux, brûlant, furieux, poétique; doux, grand, vif transport; transport d'admiration, d'allégresse, d'enthousiasme, de bonheur, de colère, de douleur, de jalousie, de joie, de passion, de plaisir, de rage, de tendresse; embrasser qqn avec transport.
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃spɔ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1312 dr. « cession d'un droit qu'on a sur quelque chose » (Cart. de Guise, B. N. l. 17777, fo26 vods Gdf. Compl.); 2. a) 1538 « action de porter d'un lieu dans un autre » (Est.); 1813 moyens de transport, v. moyen2étymol. A 2 b; b) 1610 « déportation » (Cl. Fauchet, Œuvres, Paris, t. 2, p. 11); c) 1669 « action d'une personne, qui par autorité de justice, se rend sur les lieux » (Racine, Les Plaideurs, I, VII, vers 224); 3. a) 1788 « vaisseau de transport » 12 vaisseaux de guerre et 60 transports (Fér. Crit. t. 3); 1835 plus gén. « véhicule servant à transporter » la route était couverte de transports (Ac.); d'où b) 1873 au plur. « ensemble des divers modes d'acheminement » bureau des transports maritimes (Verne, Tour monde, p. 101); 4. 1862 géol. terrain de transport (D'Omalius D'Halloy, Abr. de géol., Paris, Leiber, p. 214); cf. 1884 (E. Perrier, Philos. zool. av. Darwin, p. 120); 5. 1883 électr. transport de la force d'un point à un autre d'un conducteur (Jacquez, Dict. d'électricité et de magnétisme, p. 98 ds Quem. DDL t. 21). II. 1. 1604 « vive émotion, sentiment passionné qui émeut, qui entraîne » (Montchrétien, La Carthaginoise, II ds Les Tragédies, éd. L. Petit de Julleville, p. 128: que lasche son cœur aux transports de son ire); 2. 1668 « délire, égarement d'esprit causé par la maladie, la fièvre... » (Molière, Amphytrion, I, II, vers 431); 1671 transport au cerveau « id. » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 312). Déverbal de transporter*. Fréq. abs. littér.: 2 089. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 569, b) 1 730; xxes.: a) 1 569, b) 3 114. Bbg. Kemna 1901, pp. 80-81. − Quem. DDL t. 16, 21, 29, 31.

Wiktionnaire

Nom commun

transport \tʁɑ̃s.pɔʁ\ masculin

  1. Action de porter d’un lieu à un autre sur une certaine distance.
    • J’avais laissé Reykjavik, un grand village […] des poneys et une ou deux mauvaises carrioles assuraient le transport. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Autre secteur où la baisse séculaire des prix favorise la production et la productivité : celui des transports. — (Jean-Pierre Rioux, La révolution industrielle : 1780-1880, Éditions du Seuil, 1971, p.85)
    • Le transport de ses meubles lui a coûté cher. - Le transport de ces marchandises se fait par bateau. - Payer les frais de transport. - Le transport de l’énergie électrique.
  2. (Par extension) (Beaucoup moins courant) La chose transportée, elle-même.
    • Le pain était arrivé, non sans peine et sans perte: en venant à nous de Grandpré, où se trouvait la boulangerie, plusieurs chariots étaient restés embourbés, d’autres étaient tombés dans les mains de l’ennemi ; d’ailleurs une partie du transport était immangeable. — (Goethe, Campagne de France, 1822 ; traduction française de Jacques Porchat, Paris : Hachette, 1889, page 79)
  3. (Spécialement) (Justice) Action d’une personne qui, par autorité de justice, se rend, se transporte sur les lieux où sont les choses sujettes à un examen, à une vérification, à une visite.
    • Transport d’un juge, d’un commissaire, d’un expert sur les lieux.
  4. (Marine) (Militaire) Bâtiment chargé de transporter des troupes, des munitions, etc.
    • Le lundi 20, le contre-torpilleur l’Audacieux et le transport Aude mouillaient devant la capitale. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
    • À Eupatoria, dont la rade présentait un spectacle effrayant, quinze transports, tant français qu’anglais, furent jetés à la côte […] — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, chap. 19, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 185)
  5. (Figuré) Cession d’un droit qu’on a sur quelque chose.
    • Il m’a fait transport de ce qui lui est dû par un tel. - Faire le transport d’un billet, d’une rente.
  6. Mouvement passionné, élan qui nous met en quelque sorte hors de nous-mêmes.
    • Il trouva le templier dans un transport de colère causé par un nouveau refus qu’il venait d’essuyer de la part de la belle juive. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La glorieuse défense de Mazagran a excité, dans toute la France, des transports unanimes d'admiration. — (Hazlitt, Défense de Mazagran, dans Le Magasin pittoresque, vol.8, 1840, page 129)
    • Gasbieha se précipita dans la chambre de sa sœur de lait avec des transports de joie. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Aux abords de Bab Segma, toute la population du mellah nous accueillit avec des transports d’allégresse, et plusieurs orchestres israélites nous gratifièrent de l'air de « la Mère Michel », qui passait alors pour notre hymne national. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 269)
  7. (Médecine) (Absolument) Délire, égarement d’esprit causé par la maladie.
    • Il a une grosse fièvre et on craint un transport au cerveau.
  8. (Désuet) (Au pluriel) (Par ellipse) Transports en commun.
    • Aujourd’hui je suis venu en transports.
  9. (Biologie) Mouvement d'une molécule à travers une barrière, généralement la membrane cellulaire.
    • Les carnitines aident au transport des acides gras à longue chaîne du cytoplasme aux mitochondries, ce qui peut augmenter la production d'énergie dans les cellules et combattre la fatigue. — (F. Comhaire & A. Mahmoud, « Nutrition anti-vieillissement et compléments alimentaires », chap. II.4.14 de Traité d'andrologie à l'usage des cliniciens, ouvrage coordonné par Wolf-Bernhard Schill, ‎Roger Mieusset & ‎Frank H. Comhaire, traduction française supervisée par Roger Mieusset, Springer Verlag, 2008, p. 569)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TRANSPORT (tran-spor ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's ne se lie pas ; cependant quelques-uns la lient : des tran-spor-z excessifs) s. m.
  • 1Action par laquelle on transporte quelque chose ou quelqu'un d'un lieu dans un autre. Transport des marchandises, de l'artillerie, de l'argent. Ce malade n'est pas en état de souffrir le transport. Tous les transports de peuples faits à Constantinople n'ont jamais réussi, Montesquieu, Lett. pers. 121. La vertu suppose la liberté, comme le transport d'un fardeau suppose la force active, Voltaire, Dict. phil. Droit canonique. Accablé de chagrins et de maladies, Lalli, prisonnier dans Madras, demanda vainement qu'on différât son transport en Angleterre, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. Inde, 17.

    Terme de marine. Action de porter des hommes, des marchandises, des vivres, etc. d'un lieu à un autre

  • 2 Par extension, voitures servant au transport des choses nécessaires à une armée. Un transport lourd et considérable.

    En marine, un transport se dit pour : bâtiment de transport. Les transports manquaient.

  • 3Action d'une personne qui, par autorité de justice, se rend, se transporte sur les lieux pour procéder à une vérification, à une visite. Transport d'un expert sur les lieux.

    Droit de transport, indemnité accordée aux juges, aux greffiers, aux témoins et aux officiers ministériels, en cas de déplacement

  • 4 Terme de géologie. Terrain de transport, terrain d'alluvion.
  • 5Action de porter le montant d'une addition du bas d'une page au commencement de la suivante. On dit plus souvent report.
  • 6Jouer par transport, se dit, au trictrac, lorsqu'on joue toutes les dames qui sont abattues des piles, et qu'on en fait des cases et des demi-cases.
  • 7 Fig. Transport ou transport-cession, cession d'un droit qu'on a sur quelque chose. Faire le transport d'une rente. Je lui ai fait un transport de ma créance. Le cessionnaire d'un titre exécutoire ne peut poursuivre l'expropriation qu'après que la signification du transport a été faite au débiteur, Code civ. art. 2214.

    Fig. C'est un don [la justification du pécheur] que le Père a fait à son Fils, et ce Fils miséricordieux nous le cède ; il veut que nous jouissions de son droit ; nous l'avons de lui par transport, Bossuet, Sermons, Jubilé, pénitence, I.

  • 8 Fig. Mouvement violent de passion qui nous met hors de nous-mêmes. J'ai pour lui des transports de haine Que je ne conserve pas bien, Corneille, Héracl. v, 1. Je me livre en aveugle au transport qui m'entraîne, Racine, Andr. I, 1. Perfide ! oses-tu bien te montrer devant moi ?.. Après que le transport d'un amour plein d'horreur…, Racine, Phèdre, IV, 2. Ces paroles lui échappèrent dans le transport de sa passion, Fénelon, Tél. VII. Cette indifférence pour les autres, et cette attention continuelle sur lui-même ne venaient que du transport continuel où il était jeté par la violence de ses passions, Fénelon, ib. XVI.

    Absolument. Tout mouvement passionné. Goûtez à pleins transports ce bonheur éclatant, Molière, D. Garc. III, 4. On mande que le roi d'Angleterre est arrivé en Irlande, où il a été reçu avec transport, Sévigné, 536. Le soir, je reçus votre lettre, qui me remit dans les premiers transports [de chagrin], Sévigné, à Mme de Grignan, 6 févr. 1671. Vous êtes toujours en joie toujours content de vous-même ? vous ne voyez rien : les choses humaines ne portent pas ce perpétuel transport, Bossuet, Polit. X, IV, 1. Sait-on ce que l'on fait dans un premier transport ? Quinault, Mère coq. II, 6. Il faut désormais que mon cœur, S'il n'aime avec transport, haïsse avec fureur, Racine, Andr. I, 4. Conçois-tu les transports de l'heureuse Hermione ? Racine, Andr. III, 3. Quels aveugles transports Vous font tenter sur vous de criminels efforts ? Racine, Mithr. v, 1. J'ignore son dessein [de Xipharès] ; mais un soudain transport L'a déjà fait descendre et courir vers le port, Racine, ib. IV, 6. Je critique avec sévérité, et je loue avec transport, Voltaire, Lett. Cideville, 24 mai 1762.

  • 9Enthousiasme. Sentiez-vous, dites-moi, ces violents transports Qui d'un esprit divin font mouvoir les ressorts ? Boileau, Sat. IX. D'est lui qui vous dira par quels transports heureux Quelquefois dans sa course un esprit vigoureux, Trop resserré par l'art, sort des règles prescrites, Boileau, Art p. IV. Est-ce l'esprit divin qui s'empare de moi ! C'est lui-même, il m'échauffe, il m'inspire… de ses mouvements secondez les transports, Racine, Ath. III, 7. [Ces esprits faciles]… Qui, dans les douceurs d'un tranquille délire, N'éprouvèrent jamais, en maniant la lyre, Ni fureurs ni transports, Rousseau J.-B. Ode au comte du Luc. Puis, ivres des transports qui nous viennent surprendre [en lisant les poëtes grecs], Parmi nous, dans nos vers, revenons les répandre, Chénier, l'Invention.
  • 10Transport au cerveau, ou, simplement, transport, délire, égarement de l'esprit causé par la maladie. Mlle de Guise n'a rien à se reprocher que la mort de son neveu ; elle n'a jamais voulu qu'il ait été saigné ; la quantité du sang a causé le transport au cerveau, Sévigné, 73. Souffrirai-je mille et mille douleurs, qui me feront mourir désespérée ? aurai-je un transport au cerveau ? mourrai-je d'un accident ? Sévigné, 126. Ils ont [dans l'Élysée] le transport de l'ivresse, sans en avoir le trouble et l'aveuglement, Fénelon, Tél. XIX. Il vaudrait autant parler raison à une personne dans le transport de la fièvre, que de s'opposer à la passion d'un homme amoureux avec le langage de la sagesse, Mme de Puisieux, Ridic. à la mode, p. 260, dans POUGENS. Une fièvre qui lui a enfin donné le transport, Rousseau, Hél. I, 27.

HISTORIQUE

XVIe s. Simple transport [d'une obligation] ne saisit pas [le nouveau possesseur doit le signifier à l'obligé], Loysel, 365. Qu'il se feroit transport de la matiere des poumons à la teste, Paré, XVIII, 68.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRANSPORT, s. m. (Gram. & Jurisprud.) est un acte qui fait passer la propriété de quelque droit ou action d’une personne à une autre, par le moyen de la cession qui lui en est faite ; ainsi transport & cession en ce sens ne sont qu’une même chose.

Celui qui fait le transport est appellé cédant, & celui au profit duquel il est fait est appellé cessionnaire.

Le transport se fait avec garantie ou sans garantie, ce qui dépend de la convention.

Le cédant est cependant toujours garant de ses faits & promesses.

Le transport ne saisit que du jour qu’il a été signifié, c’est-à-dire qu’il n’a d’effet contre le débiteur & les autres tierces personnes que du jour qu’il a été signifié & copie donnée au débiteur.

Le défaut de signification au débiteur opere,

1°. Que le payement fait au cédant est valable sauf le recours du cessionnaire contre le cédant.

2°. Qu’un créancier du cédant, même postérieur au transport non-signifié, peut saisir & arrêter la dette cédée.

3°. Qu’un second cessionnaire du même effet ayant fait signifier le premier son transport, est préféré au premier cessionnaire.

L’acceptation du transport de la part du débiteur, équivaut à une signification.

Il y a certaines choses dont on ne peut faire valablement un transport à certaines personnes, comme des droits litigieux aux juges, avocats, procureurs. Voyez Droit litigieux.

Les cessions & transports sur les biens des marchands en faillite sont nuls, s’ils ne sont faits au-moins dix jours avant la faillite. Ordonn. du commerce, tit. xj. art. 4.

La délégation est différente du transport, en ce qu’elle saisit sans être signifiée, mais il faut qu’elle soit faite du consentement du débiteur, ou par lui acceptée. Voyez Délégation. (A)

Transport, (Commerce.) action par laquelle on fait passer une chose d’un lieu ou d’un pays en un autre. Le transport des marchandises par eau étant plus commode, plus aisé, & infiniment moins coûteux que par terre, demande tous les soins du gouvernement pour le procurer au commerce. (D. J.)

Transport, terme de Teneur de livres, ce mot se dit du montant des additions des pages qui sont remplies, que l’on porte au commencement des autres pages nouvelles ; il faut bien prendre garde de se tromper dans le transport qui se fait dans les livres, du montant des pages. Ricard. (D. J.)

Transport, Transporter, (Jardinage.) se dit des terres que l’on enleve d’un bassin, d’un canal, d’un boulingrin, ou bien des terres qu’on apporte pour construire une terrasse, une platteforme, un belvedere.

Il y a quatre manieres de transporter les terres, dans des tombereaux tirés par des chevaux, des camions traînés par deux hommes, des paniers mis sur des ânes, & dans des brouettes ou des hottes servies par des hommes.

Les deux premieres manieres sont à préférer, quand le lieu où on transporte les terres est fort éloigné ; un tombereau à un cheval contient environ 6 piés cubes de terre, & vaut trois ou quatre voyages d’un âne qui porte 2 piés cubes dans ses deux paniers ; les camions contiennent ordinairement 8 piés cubes, ensorte qu’il faut vingt-quatre tombereaux tirés par deux chevaux, contenant 9 piés cubes de terre, pour contenir une toise cube de terre ; quand ils ne sont tirés que par un cheval il faut trente-six tombereaux.

Lorsque la distance est peu considérable, on peut se servir des ânes ainsi que des brouettes ou des hottes ou qui ne contiennent qu’un pié cube de terre ; ainsi un âne en porte le double à la fois, & on estime que trois cens hottes ou brouettes médiocrement chargées contiennent une toise cube de terre.

La situation des lieux assujettit à l’une de ces quatre manieres, telle que seroit une descente un peu roide sur un coteau, où il faut absolument des hotteurs.

S’il se trouvoit des rochers dans les terres, on y fera ranger des fagots autour de chaque roche ; on y mettra le feu, & quand la braise sera bien échauffée on jettera de l’eau dessus, ce qui la fera fendre & éclater avec bruit. C’est ainsi que le grand Annibal en passant les Alpes, fit dissoudre les rochers au rapport de Tite-Live ; il se servit de vinaigre au-lieu d’eau. Eamque (quum & vis ventis apta saciendo igni coorta esset) succedunt, ardentiaque saxa insuso aceto putrefaciunt. Titi-Livii, lib. XXI. n°. 37.

On transporte des arbres en motte enmanequinée, soit sur de petits chariots appellés diables, ou sur de plus grands avec des chaînes de fer qui les attachent.

Les orangers & les arbres encaissés d’une moyenne force, se transportent sur des civieres ou sur des traîneaux, deux hommes les portent encore avec de grosses cordes attachées à des crochets qui embrassent les quatre piliers de la caisse ; des chariots tirés par des chevaux servent à transporter les grands arbres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « transport »

Déverbal sans suffixe de transporter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin transporto.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Subst. verbal de transporter ; provenç. transport ; esp. transporte, trasporte ; it. trasporto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « transport »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
transport trɑ̃spɔr

Citations contenant le mot « transport »

  • L'imagination est la meilleure compagnie de transport au monde. De Roger Fournier / A nous deux
  • Le temps est un moyen de transport, nous y montons chacun à notre tour, c'est irréversible ! De Anne-Marie / Maintenant et toujours
  • Songez-y bien : il faut désormais que mon coeur, S'il n'aime avec transport, haïsse avec fureur. De Jean Racine / Andromaque
  • Les Hommes sont transportés à travers les siècles par le ventre des femmes. De Jean-Claude Memetai
  • Chacun de nous transporte en soi le centre de l'univers. De Nancy Huston / Instruments des ténèbres
  • On ne peut pas transporter partout avec soi le cadavre de son père. De Guillaume Apollinaire / Les peintres cubistes
  • Choisir le doute comme philosophie de vie c’est comme choisir l’immobilité comme mode de transport. De Yann Martel / L’histoire de Pi
  • La foi transporte les montagnes. C’est vrai. La raison les laisse où elles sont. C’est mieux. De Pierre Bourgault / Bourgault doux-amer
  • L'amour nuit plutôt aux transports de la jouissance qu'il n'y sert. De Marquis de Sade / Juliette
  • La charité est le noeud de l'amour. De nous à Dieu, c'est elle qui fait le transport, entre Dieu et nous, c'est elle qui fait l'union. De L'Admirable / De l'ornement des noces spirituelles
  • La foi transporte les montagnes. De Saint Matthieu
  • La tortue est la plus sage car elle transporte sa maison. De Proverbe malien
  • Cartable : parfois transporté à dos d’âne. De Roger La Ferté
  • Un cœur attendri n'oublie jamais ce qui l'a fait apercevoir des transports qu'il ne connaissait pas, et dont il était capable. Gabriel Joseph de Lavergne, comte de Guilleragues, Lettres de la religieuse portugaise
  • Préjugé. Opinion qui se promène sans moyen visible de transport. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • L’union des transporteurs TLF FNTR et TRM déplore que le fret n’ait pas été mentionné par le Premier ministre Jean Castex… Les Marchés : le média des acheteurs et vendeurs de produits alimentaires, Transport de marchandises : le cadre européen se précise | Les Marchés : le média des acheteurs et vendeurs de produits alimentaires
  • La gratuité des transports à Paris accentuera les inégalités pour les jeunes de banlieue Libération.fr, La gratuité des transports à Paris accentuera les inégalités pour les jeunes de banlieue - Libération
  • La compagnie aérienne la plus importante d'Amérique latine, le groupe brésilo-chilien LATAM, va supprimer quelque 2.700 emplois, soit un tiers de ses effectifs, pour faire face aux conséquences désastreuses de l'épidémie de coronavirus dans le transport aérien. Le Figaro.fr, Transport aérien: LATAM supprime un tiers de ses effectifs
  • Pour les opérateurs de transport, compter précisément et prédire les volumes de passagers a toujours été une préoccupation, par exemple pour évaluer l'ampleur de la fraude ou anticiper les besoins d'adaptation des réseaux. Mais avec le coronavirus, c'est aussi devenu une obligation pour tenter de respecter la distanciation sociale imposée par l'Etat dans les transports en commun. "Si les transports étaient très peu fréquentés en mai, nous sentons une montée en puissance depuis juin et cela devient problématique aux heures de pointe", explique Elisabeth Oger, directrice client pour le groupe Transdev à l'échelle mondiale. "Il faut trouver des solutions pour identifier les risques de surcharge et adapter l'offre", résume-t-elle. , Le coronavirus force les opérateurs de transport à renforcer la prévision de trafic
  • La construction de la deuxième phase d'un projet international de transport fluvial et ferroviaire dans le centre de la Chine à Wuhan, dans la province du Hubei, a débuté samedi. , Un important port du fleuve Yangtsé stimule le transport fluvial et ferroviaire dans le centre de la Chine

Images d'illustration du mot « transport »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « transport »

Langue Traduction
Anglais transport
Espagnol transporte
Italien trasporto
Allemand transport
Chinois 运输
Arabe المواصلات
Portugais transporte
Russe транспорт
Japonais 輸送
Basque garraioa
Corse trasportu
Source : Google Translate API

Synonymes de « transport »

Source : synonymes de transport sur lebonsynonyme.fr

Transport

Retour au sommaire ➦

Partager