La langue française

Écharpe

Sommaire

  • Définitions du mot écharpe
  • Étymologie de « écharpe »
  • Phonétique de « écharpe »
  • Évolution historique de l’usage du mot « écharpe »
  • Citations contenant le mot « écharpe »
  • Images d'illustration du mot « écharpe »
  • Traductions du mot « écharpe »
  • Synonymes de « écharpe »

Définitions du mot écharpe

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHARPE, subst. fém.

I.− [Désigne une bande d'étoffe]
A.− Pièce du vêtement masculin passée obliquement de l'épaule droite à la hanche gauche ou nouée autour de la taille.
1. [Sans valeur de symbole] HIST. Longue bande d'étoffe que les chevaliers portaient sur l'armure et qui leur servait pour s'essuyer le front ou pour étancher le sang d'une blessure. Porter une écharpe aux couleurs de sa dame (Ac.). Celui-ci vous jetait pêle-mêle hauberts, écharpes, cimiers, géants (France, Vie fleur,1922, p. 118).
2. [Avec valeur de symbole]
a) HIST. Bande d'étoffe qui permettait de marquer (par la couleur) l'appartenance des combattants revêtus d'une armure à une nation, un parti, une cause; qui indiquait leur responsabilité au sein d'une armée. Les Français portaient l'écharpe blanche, les Espagnols l'écharpe rouge (Ac.). Tous, et même le roi, portaient l'écharpe des Armagnacs (...) ses vieux serviteurs (...) s'affligeaient que l'on quittât la croix blanche (...) pour prendre le signe d'un simple seigneur (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 3, 1821-24, p. 406).Piero Aldobrandi, sans casque, portait la cuirasse noire, le bâton et l'écharpe rouge de commandement (Gracq, Syrtes,1951, p. 116).
Loc. fig., vieilli. Changer d'écharpe. Changer de parti, abandonner la cause pour laquelle on combattait (Ac. 1835-78).
b) Mod. Large bande d'étoffe aux couleurs de la nation et garnie d'une frange de couleur différente suivant qu'elle est l'insigne des députés ou de certains officiers civils. Écharpe de commissaire de police; maire en écharpe. Le tribun [Jaurès], avec son melon, et sa poitrine barrée de l'écharpe tricolore des parlementaires (Aragon, Beaux Quart.,1936, p. 340):
1. − Monsieur sait que je vais me remarier (...) − Eh bien! Mulot, je ne suis pas maire pour rien. Quand vous voudrez (...) je ceignis pour la première fois mon écharpe en vue d'unir le nouveau couple. Gide, Feuillets d'automne,1949, p. 1094.
B.− [Pièce du vêtement masc. ou fém.] Bande de tissu, de tricot, entourant le cou ou passé autour des épaules, éventuellement noué, qui permet de se protéger du froid ou qui sert d'ornement. Écharpe de laine; mettre, porter une écharpe; nouer une écharpe autour du cou. Elle [la duchesse] fit voler les deux bouts de l'écharpe qui pendait à ses côtés (Balzac, Langeais,1834, p. 215).Elle [Fernande] (...) enroula autour de son cou une écharpe rayée de beige et de brun, maintenue par une barrette brillante épinglée en biais (Chardonne, Dest. sent. III,1936, p. 219):
2. Il [Gallimard] me montre Copeau de loin. (...) le torse moulé dans un chandail vert épinard, la mâchoire enfoncée dans une écharpe flottante en laine écossaise, ... Martin du Gard, Souvenirs autobiographiques et littér.,1955, p. LXV.
SYNT. Écharpe blanche, bleue, noire, verte; grande, longue, large écharpe; passer, porter une écharpe; s'envelopper dans une écharpe; écharpe de/en cachemire, coton, crêpe, dentelle, mousseline, satin, soie, tulle, velours.
P. compar. Il [Chéri] retira son bras avec brusquerie et la jeune femme glissa au creux du lit comme une écharpe détachée (Colette, Chéri,1920, p. 111).De grands lambeaux de brouillard flottant autour d'eux comme des écharpes (Green, Journal,1940-43, p. 268).
C.− Spéc., MÉD. ,,Bandage large appliqué contre la poitrine ou autour du cou et destiné à maintenir l'avant-bras fléchi sur le bras`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Le bras bandé par le chirurgien et soutenu d'une écharpe (Gautier, Fracasse,1863, p. 247).
Écharpe de Mayor. ,,Pièce de toile triangulaire utilisée pour maintenir un pansement du sein`` (Méd. Biol. t. 2 1971).
Loc. adv. [Prép. sans art.] En écharpe. Soutenu par ce bandage. Avoir, porter le bras en écharpe. P. anal. Il y a sur le boulevard deux hommes que tout le monde connaît. L'un se traîne sur deux béquilles, le pied gauche en écharpe (Balzac, Œuvres div.,t. 1, 1824-30, p. 87).Il portait sa main en écharpe (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 215).
Au fig. [Avec l'idée de blessure] En mettant en évidence, de manière à attirer l'attention. Il [Tartarin] savait que les femmes aiment à consoler, et que porter ses chagrins de cœur en écharpe est la meilleure façon de réussir auprès d'elles (A. Daudet, Port-Tarascon,1890, p. 258).Il a tué des types dans le maquis (...) ce n'est pas une raison pour se promener dans la vie avec son âme en écharpe (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 272).
Proverbe Le lit est l'écharpe de la jambe. ,,Une personne blessée à la jambe, ou qui souffre de la jambe doit garder le lit`` (Ac. 1835).
II.− P. anal.
A.− [Avec l'écharpe qui passe obliquement sur l'armure]
1. Loc. adv. [Prép. sans art.] En écharpe
a) En bandoulière. Le grand cordon de plusieurs ordres se porte en écharpe (Ac.).
b) Obliquement, de biais, de côté.
[En parlant d'un vêtement] Cordon qui coupe le corsage en écharpe. La fine chemise rose (...) glissant en écharpe sur l'épaule, découvrait un sein et voilait l'autre (France, Lys rouge,1894, p. 244).
[En parlant d'un tir d'artillerie, d'un coup porté à l'aide d'une arme blanche] Être pris en écharpe par une fusillade. On apercevait (...) les corps prussiens échelonnés; il [Napoléon] les prit en écharpe par du canon (Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 3, 1863-69, p. 138).
Rem. On rencontre ds la docum. la loc. adv. d'écharpe. Feu d'écharpe; prendre d'écharpe; frapper d'écharpe. Une profonde anfractuosité que la bourrasque ne frappait que d'écharpe (Verne, M. Strogoff, 1876, p. 140).
[En parlant d'un phénomène lumineux] . Salle éclairée en écharpe. Les rayons du soleil tombaient (...) obliquement sur la maison, la prenaient en écharpe (Balzac, Rech. absolu,1834, p. 123).La lumière coule mollement, du verre suspendu, (...) sur les rideaux dont elle jette l'ombre en écharpe au travers d'un corps pelotonné (Goncourt, Sœur Philom.,1861, p. 3).
c) [En parlant de véhicules en mouvement] Latéralement; de biais. Véhicule pris en écharpe.
CH. DE FER. Collision en écharpe. Qui a lieu au point de rencontre de deux voies convergentes. Aux bifurcations, il est nécessaire de prendre des mesures de sécurité pour éviter les collisions en écharpe (Bricka, Cours ch. de fer,t. 2, 1894, p. 159).
2. TECHNOL. Pièce de bois ou de métal placé diagonalement pour consolider les pièces assemblées. Le transporteur [de la lieuse] est supporté par un cadre rectangulaire fortement armaturé de cornières et d'écharpes et garni d'une tôle aidant à l'entretoisement (Ballu, Mach. agric.,1933, p. 429).
B.− [Avec la bande longue et étroite de l'écharpe dépliée]
1. [Avec un déterminant, adj. ou compl. prép. de] Écharpe d'air, de brume, de neige, de poussière, de sable. L'arbre mort laissait pendre (...) une écharpe de polygonum (Colette, Chatte,1933, p. 31).Ceux du sol nous distinguent à cause de l'écharpe de nacre blanche qu'un avion (...) traîne comme un voile de mariée (Saint-Exup., Pilote guerre,1942, p. 298):
3. Savez-vous ce qu'est le chemin de Saint-Jacques? C'est, au-dessus de la campagne (...) tout près de l'horizon, de grandes écharpes grises qui, en montant vers le zénith, (...) s'effrangent, se brisent, se font nuages et tracent à travers le ciel un beau chemin doré... Guéhenno, Journal d'une« Révolution », 1937, p. 68.
Au fig., littér. L'écharpe d'Iris, l'écharpe aux sept couleurs. L'arc-en-ciel. L'écharpe aux sept couleurs que l'orage en la nue Laisse (Hugo, Odes et ball.,1828, p. 381).
2. AMEUBL. Large bande d'étoffe retenue à chaque extrémité et retombant au milieu. Alcôve décorée d'écharpes (Havard. t 2 1888).
C.− [Avec la courbe de l'écharpe qui entoure l'épaule, le cou]
1. Avec la couronne de son casino le plus somptueux de France, l'écharpe scintillante des hôtels de qualité (...) Nice veut dire beauté (Le Figaro,19-20 janv. 1952, p. 10, col. 7-8).
En écharpe. En forme de courbe, en rond. Nice (...) jetée au loin en écharpe, fait penser à la Naples des images légendaires, par une certaine composition (...) de rivage bien courbé (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 74).
2. TECHNOLOGIE
a) MAÇONN. Cordage qui entoure un fardeau et qui permet de le monter à l'aide d'une grue (d'apr. Chesn. 1857).
b) MAR. Synon. herpe.
Prononc. et Orth. : [eʃaʀp]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 escharpe « panetière, sacoche (de pèlerin) » (Couronnement Louis, 1454 ds T.-L.) − 1681 escherpe ds Bulletin archéol. publ. p. le Comité hist. des Arts et des Monuments, t. 3, p. 456; 1283 en escherpe « en bandoulière » (Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, 1653); ca 1330 en escharpe (Girart de Roussillon, éd. E. B. Ham, 1481); 1690 en écharpe « obliquement, de côté » (Fur.); 2. 1306 escherpe « large bande d'étoffe que l'on porte obliquement, d'une épaule à la hanche opposée » (G. Guiart, Royaux Lignages, éd. L. Delisle et N. de Wailly, 20038); 3. 1549 « bandage passé autour du cou ou porté en bandoulière, qui sert à soutenir l'avant-bras » (Est.); 4. 1567 « cordage qui sert à retenir un fardeau que l'on monte avec une grue » (J. Martin, Architecture, trad. de Vitruve, 136 ds IGLF); 5. 1666 « bande d'étoffe portée autour du cou ou sur les épaules » (Furetière, Le Roman bourgeois, éd. E. Colombey, p. 71); 6. 1755 menuis. (Encyclop. t. 5); 7. 1864 décoration (Littré). De l'a. b. frq. *skirpa, *skirpja « panier de jonc », lui-même du lat. scirpus « jonc », cf. le lat. médiév. scrippa « sacoche de pèlerin » (754-755 ds Nierm.) et, dès le lat. class., scirpea « panier », dér. de scirpus. Fréq. abs. littér. : 797. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 006, b) 1 770; xxes. : a) 1 038, b) 957. Bbg. Archit. 1972, p. 61. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 320. − Wind 1928, p. 22.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHARPE, subst. fém.

I.− [Désigne une bande d'étoffe]
A.− Pièce du vêtement masculin passée obliquement de l'épaule droite à la hanche gauche ou nouée autour de la taille.
1. [Sans valeur de symbole] HIST. Longue bande d'étoffe que les chevaliers portaient sur l'armure et qui leur servait pour s'essuyer le front ou pour étancher le sang d'une blessure. Porter une écharpe aux couleurs de sa dame (Ac.). Celui-ci vous jetait pêle-mêle hauberts, écharpes, cimiers, géants (France, Vie fleur,1922, p. 118).
2. [Avec valeur de symbole]
a) HIST. Bande d'étoffe qui permettait de marquer (par la couleur) l'appartenance des combattants revêtus d'une armure à une nation, un parti, une cause; qui indiquait leur responsabilité au sein d'une armée. Les Français portaient l'écharpe blanche, les Espagnols l'écharpe rouge (Ac.). Tous, et même le roi, portaient l'écharpe des Armagnacs (...) ses vieux serviteurs (...) s'affligeaient que l'on quittât la croix blanche (...) pour prendre le signe d'un simple seigneur (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 3, 1821-24, p. 406).Piero Aldobrandi, sans casque, portait la cuirasse noire, le bâton et l'écharpe rouge de commandement (Gracq, Syrtes,1951, p. 116).
Loc. fig., vieilli. Changer d'écharpe. Changer de parti, abandonner la cause pour laquelle on combattait (Ac. 1835-78).
b) Mod. Large bande d'étoffe aux couleurs de la nation et garnie d'une frange de couleur différente suivant qu'elle est l'insigne des députés ou de certains officiers civils. Écharpe de commissaire de police; maire en écharpe. Le tribun [Jaurès], avec son melon, et sa poitrine barrée de l'écharpe tricolore des parlementaires (Aragon, Beaux Quart.,1936, p. 340):
1. − Monsieur sait que je vais me remarier (...) − Eh bien! Mulot, je ne suis pas maire pour rien. Quand vous voudrez (...) je ceignis pour la première fois mon écharpe en vue d'unir le nouveau couple. Gide, Feuillets d'automne,1949, p. 1094.
B.− [Pièce du vêtement masc. ou fém.] Bande de tissu, de tricot, entourant le cou ou passé autour des épaules, éventuellement noué, qui permet de se protéger du froid ou qui sert d'ornement. Écharpe de laine; mettre, porter une écharpe; nouer une écharpe autour du cou. Elle [la duchesse] fit voler les deux bouts de l'écharpe qui pendait à ses côtés (Balzac, Langeais,1834, p. 215).Elle [Fernande] (...) enroula autour de son cou une écharpe rayée de beige et de brun, maintenue par une barrette brillante épinglée en biais (Chardonne, Dest. sent. III,1936, p. 219):
2. Il [Gallimard] me montre Copeau de loin. (...) le torse moulé dans un chandail vert épinard, la mâchoire enfoncée dans une écharpe flottante en laine écossaise, ... Martin du Gard, Souvenirs autobiographiques et littér.,1955, p. LXV.
SYNT. Écharpe blanche, bleue, noire, verte; grande, longue, large écharpe; passer, porter une écharpe; s'envelopper dans une écharpe; écharpe de/en cachemire, coton, crêpe, dentelle, mousseline, satin, soie, tulle, velours.
P. compar. Il [Chéri] retira son bras avec brusquerie et la jeune femme glissa au creux du lit comme une écharpe détachée (Colette, Chéri,1920, p. 111).De grands lambeaux de brouillard flottant autour d'eux comme des écharpes (Green, Journal,1940-43, p. 268).
C.− Spéc., MÉD. ,,Bandage large appliqué contre la poitrine ou autour du cou et destiné à maintenir l'avant-bras fléchi sur le bras`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Le bras bandé par le chirurgien et soutenu d'une écharpe (Gautier, Fracasse,1863, p. 247).
Écharpe de Mayor. ,,Pièce de toile triangulaire utilisée pour maintenir un pansement du sein`` (Méd. Biol. t. 2 1971).
Loc. adv. [Prép. sans art.] En écharpe. Soutenu par ce bandage. Avoir, porter le bras en écharpe. P. anal. Il y a sur le boulevard deux hommes que tout le monde connaît. L'un se traîne sur deux béquilles, le pied gauche en écharpe (Balzac, Œuvres div.,t. 1, 1824-30, p. 87).Il portait sa main en écharpe (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 215).
Au fig. [Avec l'idée de blessure] En mettant en évidence, de manière à attirer l'attention. Il [Tartarin] savait que les femmes aiment à consoler, et que porter ses chagrins de cœur en écharpe est la meilleure façon de réussir auprès d'elles (A. Daudet, Port-Tarascon,1890, p. 258).Il a tué des types dans le maquis (...) ce n'est pas une raison pour se promener dans la vie avec son âme en écharpe (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 272).
Proverbe Le lit est l'écharpe de la jambe. ,,Une personne blessée à la jambe, ou qui souffre de la jambe doit garder le lit`` (Ac. 1835).
II.− P. anal.
A.− [Avec l'écharpe qui passe obliquement sur l'armure]
1. Loc. adv. [Prép. sans art.] En écharpe
a) En bandoulière. Le grand cordon de plusieurs ordres se porte en écharpe (Ac.).
b) Obliquement, de biais, de côté.
[En parlant d'un vêtement] Cordon qui coupe le corsage en écharpe. La fine chemise rose (...) glissant en écharpe sur l'épaule, découvrait un sein et voilait l'autre (France, Lys rouge,1894, p. 244).
[En parlant d'un tir d'artillerie, d'un coup porté à l'aide d'une arme blanche] Être pris en écharpe par une fusillade. On apercevait (...) les corps prussiens échelonnés; il [Napoléon] les prit en écharpe par du canon (Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 3, 1863-69, p. 138).
Rem. On rencontre ds la docum. la loc. adv. d'écharpe. Feu d'écharpe; prendre d'écharpe; frapper d'écharpe. Une profonde anfractuosité que la bourrasque ne frappait que d'écharpe (Verne, M. Strogoff, 1876, p. 140).
[En parlant d'un phénomène lumineux] . Salle éclairée en écharpe. Les rayons du soleil tombaient (...) obliquement sur la maison, la prenaient en écharpe (Balzac, Rech. absolu,1834, p. 123).La lumière coule mollement, du verre suspendu, (...) sur les rideaux dont elle jette l'ombre en écharpe au travers d'un corps pelotonné (Goncourt, Sœur Philom.,1861, p. 3).
c) [En parlant de véhicules en mouvement] Latéralement; de biais. Véhicule pris en écharpe.
CH. DE FER. Collision en écharpe. Qui a lieu au point de rencontre de deux voies convergentes. Aux bifurcations, il est nécessaire de prendre des mesures de sécurité pour éviter les collisions en écharpe (Bricka, Cours ch. de fer,t. 2, 1894, p. 159).
2. TECHNOL. Pièce de bois ou de métal placé diagonalement pour consolider les pièces assemblées. Le transporteur [de la lieuse] est supporté par un cadre rectangulaire fortement armaturé de cornières et d'écharpes et garni d'une tôle aidant à l'entretoisement (Ballu, Mach. agric.,1933, p. 429).
B.− [Avec la bande longue et étroite de l'écharpe dépliée]
1. [Avec un déterminant, adj. ou compl. prép. de] Écharpe d'air, de brume, de neige, de poussière, de sable. L'arbre mort laissait pendre (...) une écharpe de polygonum (Colette, Chatte,1933, p. 31).Ceux du sol nous distinguent à cause de l'écharpe de nacre blanche qu'un avion (...) traîne comme un voile de mariée (Saint-Exup., Pilote guerre,1942, p. 298):
3. Savez-vous ce qu'est le chemin de Saint-Jacques? C'est, au-dessus de la campagne (...) tout près de l'horizon, de grandes écharpes grises qui, en montant vers le zénith, (...) s'effrangent, se brisent, se font nuages et tracent à travers le ciel un beau chemin doré... Guéhenno, Journal d'une« Révolution », 1937, p. 68.
Au fig., littér. L'écharpe d'Iris, l'écharpe aux sept couleurs. L'arc-en-ciel. L'écharpe aux sept couleurs que l'orage en la nue Laisse (Hugo, Odes et ball.,1828, p. 381).
2. AMEUBL. Large bande d'étoffe retenue à chaque extrémité et retombant au milieu. Alcôve décorée d'écharpes (Havard. t 2 1888).
C.− [Avec la courbe de l'écharpe qui entoure l'épaule, le cou]
1. Avec la couronne de son casino le plus somptueux de France, l'écharpe scintillante des hôtels de qualité (...) Nice veut dire beauté (Le Figaro,19-20 janv. 1952, p. 10, col. 7-8).
En écharpe. En forme de courbe, en rond. Nice (...) jetée au loin en écharpe, fait penser à la Naples des images légendaires, par une certaine composition (...) de rivage bien courbé (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 74).
2. TECHNOLOGIE
a) MAÇONN. Cordage qui entoure un fardeau et qui permet de le monter à l'aide d'une grue (d'apr. Chesn. 1857).
b) MAR. Synon. herpe.
Prononc. et Orth. : [eʃaʀp]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 escharpe « panetière, sacoche (de pèlerin) » (Couronnement Louis, 1454 ds T.-L.) − 1681 escherpe ds Bulletin archéol. publ. p. le Comité hist. des Arts et des Monuments, t. 3, p. 456; 1283 en escherpe « en bandoulière » (Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, 1653); ca 1330 en escharpe (Girart de Roussillon, éd. E. B. Ham, 1481); 1690 en écharpe « obliquement, de côté » (Fur.); 2. 1306 escherpe « large bande d'étoffe que l'on porte obliquement, d'une épaule à la hanche opposée » (G. Guiart, Royaux Lignages, éd. L. Delisle et N. de Wailly, 20038); 3. 1549 « bandage passé autour du cou ou porté en bandoulière, qui sert à soutenir l'avant-bras » (Est.); 4. 1567 « cordage qui sert à retenir un fardeau que l'on monte avec une grue » (J. Martin, Architecture, trad. de Vitruve, 136 ds IGLF); 5. 1666 « bande d'étoffe portée autour du cou ou sur les épaules » (Furetière, Le Roman bourgeois, éd. E. Colombey, p. 71); 6. 1755 menuis. (Encyclop. t. 5); 7. 1864 décoration (Littré). De l'a. b. frq. *skirpa, *skirpja « panier de jonc », lui-même du lat. scirpus « jonc », cf. le lat. médiév. scrippa « sacoche de pèlerin » (754-755 ds Nierm.) et, dès le lat. class., scirpea « panier », dér. de scirpus. Fréq. abs. littér. : 797. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 006, b) 1 770; xxes. : a) 1 038, b) 957. Bbg. Archit. 1972, p. 61. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 320. − Wind 1928, p. 22.

Wiktionnaire

Nom commun

écharpe \e.ʃaʁp\ féminin

  1. Large bande d’étoffe, que l’on portait autrefois de la droite à la gauche en forme de baudrier et qu’on porta encore en forme de ceinture.
    • La couleur de l’écharpe servait autrefois, parmi les gens de guerre, à distinguer les différentes nations ou les différents partis.
    • Les Français portaient l’écharpe blanche, les espagnols l’écharpe rouge.
    • Les officiers municipaux, les commissaires de police ont une écharpe tricolore.
    • Porter une écharpe aux couleurs de sa dame. (dans les romans de chevalerie)
  2. Bande de quelque étoffe qu’on porte passée au cou, pour soutenir un bras blessé ou malade.
    • Avoir le bras en écharpe.
    • Porter le bras en écharpe.
  3. Sorte de vêtement ou de parure que les femmes ou les hommes portent sur les épaules ou autour du cou.
    • Le parfait gentleman qu’est mon vieil ami Jacques arborait ce soir-là une suave écharpe de soie, d’impeccables chaussures vernies, un pardessus du bon faiseur et un chapeau d’au moins vingt louis. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Sa silhouette montrait les contours d'une longue robe descendant jusqu'aux chevilles, une écharpe autour du cou et une épaisse tignasse tombant sur les épaules. — (Patrick Sant-Anna, Les naufragés du destin, ‎Publibook, 2011, page 109)
  4. (Par extension) (Arts) Souvent une pièce de bois ou de fer posée obliquement ou des travaux de terre destinés à arrêter les eaux sur une route, sur la pente d’une colline, etc.
  5. (Par analogie) (Arts) Cordages dont se servent les maçons pour faire avancer ou faire monter les gros matériaux de construction.
  6. (Architecture) Petite moulure du chapiteau dorique.
  7. (Marine) Armature métallique du corps d'une poulie.
  8. Pièce de bois placée en diagonale dans un bâti de menuiserie.
  9. (Militaire) Tir d'écharpe : Tir oblique par rapport à la cible.
  10. (Chemin de fer) Prendre en écharpe : Se dit d'un train mal aiguillé qui heurte le flanc d'un autre train circulant sur la voie voisine.
    • Un train passa, forcené, hurleur, avec sa chenille de lumière, son flamboiement, sa fumée folle. Je fermai les yeux, et il me sembla que le train nous prenait en écharpe, nous roulait, nous emportait dans un vacarme de roues et de coups de sifflet stridents. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 28)

Forme de verbe

écharpe \e.ʃaʁp\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de écharper.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de écharper.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de écharper.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de écharper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de écharper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCHARPE. n. f.
Large bande d'étoffe, que l'on portait autrefois de la droite à le gauche en forme de baudrier et qu'on porta encore en forme de ceinture. La couleur de l'écharpe servait autrefois, parmi les gens de guerre, à distinguer les différentes nations ou les différents partis. Les Français portaient l'écharpe blanche, les Espagnols l'écharpe rouge. Les officiers municipaux, les commissaires de police ont une écharpe tricolore. Dans les Romans de chevalerie, Porter une écharpe aux couleurs de sa dame. Il se dit aussi d'une Bande de quelque étoffe qu'on porte passée au cou, pour soutenir un bras blessé ou malade. Avoir le bras en écharpe. Porter le bras en écharpe. Il se dit encore d'une Sorte de vêtement ou de parure que les femmes portent sur les épaules ou autour du cou. Écharpe de soie. Écharpe de tulle. Écharpe de dentelle. Par extension, en termes d'Arts, il désigne souvent une Pièce de bois ou de fer posée obliquement ou des Travaux de terre destinés à arrêter les eaux sur une route, sur la pente d'une colline, etc. Par analogie, il désigne encore, en termes d'Arts, les Cordages dont se servent les maçons pour faire avancer ou faire monter les gros matériaux de construction.

EN ÉCHARPE. loc. adv. Obliquement, de biais, de travers. Un coup d'épée qui va en écharpe. Le canon tirait en écharpe. Ce train prit l'autre en écharpe.

Littré (1872-1877)

ÉCHARPE (é-char-p') s. f.
  • 1Large bande d'étoffe portée en forme de baudrier ou de ceinture. Sortons et lui laissons cette écharpe à la main, Rotrou, Bélis. IV, 2.

    Porter une écharpe aux couleurs de sa dame, ce qui se disait aussi porter l'écharpe de sa dame.

    Fig. La nature… D'une écharpe de monts entourant l'Helvétie, Masson, Helv. I.

  • 2Insigne de certaines dignités. L'écharpe de maire.

    Insigne de guerre ou de parti. Une écharpe blanche. Une écharpe tricolore. Là brillent sous deux croix, vain signe des partis, L'écharpe de la pourpre et l'écharpe d'Iris, Lemercier, Charles VI, III, 2.

    Changer d'écharpe, changer de parti. Plusieurs se sont trouvés qui, d'écharpe changeant, Au danger, ainsi qu'elle [la chauve-souris], ont fait souvent la figue, La Fontaine, Fabl. II, 5. Notre maire tourne à tout vent, D'écharpe il change, Béranger, Vendanges.

  • 3Ornement que les femmes portent en sautoir, ou qui, entourant les épaules, a les deux bouts ramenés par devant. Une écharpe de dentelle. Une jeune beauté, Dont le vent fait voler l'écharpe obéissante, Chénier, 260. Une écharpe d'azur enveloppait ses formes divines [de Gabriel], Chateaubriand, Mart. II, 87.

    Terme de tapissier. Nom donné à deux morceaux d'étoffe coupés en biais et accompagnant une pente dans la décoration des deux côtés d'une alcôve.

  • 4Bandage passé au cou pour soutenir un bras malade. Il a le bras en écharpe.

    Espèce de bandage destiné à tenir l'avant-bras fléchi sur le bras et appliqué contre la poitrine.

    Fig. et par plaisanterie. Avoir l'esprit en écharpe, être distrait, préoccupé.

    Fig. Le lit est l'écharpe de la jambe, le lit est nécessaire à une jambe malade.

  • 5En écharpe, loc. adv. Obliquement. Coup de sabre donné en écharpe, de travers.

    Terme d'artillerie. Batterie en écharpe, celle qui bat quelque endroit obliquement ou de côté. Tirer en écharpe. L'artillerie russe, supérieure en nombre, manoeuvrait au galop ; elle prenait en écharpe et en flanc nos lignes qu'elle abattait, Ségur, Hist. de Nap. IX, 10.

  • 6 Terme d'architecture. Espèce de ceinture qui paraît serrer les coussinets des volutes aux chapiteaux des colonnes ioniques.

    Pièce placée diagonalement dans un bâti de menuiserie.

    Pièce du bâti d'un parquet.

  • 7 Terme de maçonnerie. Cordage qui sert à retenir ou à conduire les engins pour lever des fardeaux.

    Nom d'une pièce de fer ou de bois qui soutient la roue d'une poulie et qui porte le boulon.

    Pièce de bois au bout de laquelle est attachée une poulie et qui fait l'office d'une demi-chèvre.

    Tirant de fer qui, dans une porte d'écluse, empêche les assemblages de céder sous l'action continue du poids de cette porte.

  • 8 Terme de marine. Pièce de bois contournée, partant du dessus des bossoirs, tribord et bâbord, et se terminant par une courbe derrière la tête de la figure, à l'extrémité de l'étrave.
  • 9Exhaussement établi suivant la ligne de plus grande pente d'une route inclinée, pour arrêter les eaux pluviales et les forcer à s'écouler dans les fossés.

    Tranchée en forme de croissant faite dans les terres pour ramasser les eaux dispersées d'une montagne.

  • 10Espèce de poisson.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et c'est li pains que doivent metre li pelerin en leur esquerpe, Du Cange, escerpa. Or voit Renart fere l'estuet [qu'il faut le faire], Escrepe et bordon prent, si muet [il s'en va], Si est entrez en son chemin, Ren. 13152. S'il veut porter espée, porte la chainte desoz son surcot, et non pas à esquerpe, Beaumanoir, LVIII, 13. Cel abbé de Cheminon si me donna m'escharpe et mon bourdon, Joinville, 209. Et au prendre congié que il fesoit à eulz, li mettoient en [dans son] escharpe grant foison d'or et d'argent, Joinville, 266.

XIVe s. Quant à ceux qui gardoient le bastion de Vendosme, ils le partagerent en escharpe de bonne heure, et l'espaule qu'ils y firent estoit assez avantageuse, D'Aubigné, Hist. II, 369. Jusqu'aux fers d'or sur les escarpes de velours, qui avoient en ce temps la grande vogue, Carloix, V, 32. On doit mettre le bras en escharpe, supportant le coude, Paré, VIII, 42. La soie se monstre plus belle en petites qu'en grandes escharpes ou escheveaux, De Serres, 495. Un manteau en escharpe, la cape sur une epaule, Montaigne, I, 192.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉCHARPE. Ajoutez :
11Moufle ou réunion de plusieurs poulies sur une même chape, ces poulies ayant le même axe, à la différence du palan, où elles ont des axes différents.

REMARQUE

En termes d'artillerie, tirer, battre, prendre d'écharpe, en écharpe, c'est tirer sur la face d'un ouvrage, sur une ligne de troupes, suivant une direction très rapprochée de celle de la face, du front de la troupe. Une batterie d'écharpe, en écharpe, est celle qui est placée de manière à tirer d'écharpe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écharpe »

Espagn. charpa ; ital. sciarpa, ciarpa. Le sens propre est poche, sacoche pendue au cou ; ce qui justifie l'étymologie germanique donnée par Diez : anc. Haut allem. scherbe, poche ; Bas-Rhin, schirpe ; Brême, schrap. Le sens de morceau d'étoffe taillé obliquement ne paraît que tardivement. Scheler pense que, en ce dernier sens, écharpe vient de l'ancien verbe charper ou charpir, tailler, découper. Mais il n'est pas besoin de faire intervenir ce verbe, ce semble ; l'écharpe, poche, était suspendue ; ce sont ces liens qui ont donné le nom à l'écharpe, qui soutient le bras ou une arme, et dont la forme fut déterminée par l'usage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De vieux-francique *skirpja « sacoche, panier de jonc », du latin scirpus (« jonc »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écharpe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écharpe eʃarp

Évolution historique de l’usage du mot « écharpe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écharpe »

  • La nouvelle maire a été chaleureusement félicitée et a reçu l’accolade de Jean-Marie Courtois qui lui a passé l’écharpe de maire.... La Voix du Nord, À Vendin-lès-Béthune, Sylvie Meyfroidt a reçu l’écharpe de maire de Jean-Marie Courtois
  • Les femmes aiment à consoler, et porter ses chagrins de coeur en écharpe est la meilleure façon de réussir auprès d'elles. De Alphonse Daudet / Port-Tarascon
  • Lionel David a été élu maire avec 21 voix. Trois nuls ont été enregistrés, ceux, logiques, de Jocelyne Cieslak et de ses deux colistiers, passant de la majorité à l’opposition. Après avoir enfilé l’écharpe de maire, Lionel David a pris la parole quelques minutes pour effectuer des remerciements, mais aussi pour fixer le cap de son mandat. « Nous allons mener une politique correspondant aux engagements que nous avons pris, il y en a 30. Nous voulons dynamiser Brebières, que la ville se relève, et qu’elle retrouve sa fierté. » Quelques-uns de ces mots sont aussi allés à Jean-Pierre Hecquet, élu depuis 1983, qui lui a laissé son fauteuil. L'Avenir de l'Artois, Brebières : Lionel David enfile l’écharpe de maire
  • Cette élection n’aurait dû être qu’une formalité. Mais à Rabastens, rien ne se passe comme ailleurs et Sarah Campredon, qui a pourtant perdu au second tour des municipales, a brusquement décidé de se présenter contre Nicolas Géraud. Le résultat a été une deuxième fois sans appel : Nicolas Géraud, 22 voix (dont une de l’opposition) ; Sarah Campredon, 5 voix et deux abstentions. Le maire sortant Pierre Verdier a alors remis solennellement l’écharpe tricolore à Nicolas Géraud qui lui a rendu hommage en faisant se lever et applaudir le conseil municipal et le public. Le nouveau maire tient alors son premier discours qu’il conclut par une citation du cardinal de Retz : "L’esprit, dans les affaires politiques, n’est rien sans le cœur." Puis les adjoints au maire ont été désignés : Isabelle Cadène (première adjointe), Serge Garrigues, Françoise Bourdet, Alain de Carrière, Marie-Hélène Malric, Jean-Claude Mouisset, Ludivine Paya-Delmon et Jean-Guy Leclair. Lors de cette séance inaugurale ont été fixées les indemnités mensuelles brutes du maire, de ses adjoints et des conseillers délégués : 894 € pour le maire, 797 pour la première adjointe, 602 pour les autres adjoints, 194 € pour les délégués. Conformément à ses engagements, le maire prend le minimum (le montant maximum pour les communes de 3500 à 9999 habitants est de 2 139 €). À part la première adjointe qui travaillera à plein temps, les indemnités proposées sont soit égales, soit en dessous des indemnités données lors de la dernière mandature. ladepeche.fr, Rabastens. Nicolas Géraud a ceint l’écharpe tricolore - ladepeche.fr
  • Après quoi, c’était au tour de Pierre Bac, le doyen des membres du nouveau conseil, d’énoncer les droits et devoirs de tout élu. Allocution qui introduisait l’élection du premier magistrat de la ville. Une élection sans surprise qui voyait Pierre Durand recevoir l’écharpe de maire des mains de celui qui était son opposant quelques jours auparavant. ladepeche.fr, Pierre Durand revêt l’écharpe de maire de Limoux - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « écharpe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « écharpe »

Langue Traduction
Anglais scarf
Espagnol bufanda
Italien sciarpa
Allemand schal
Chinois 围巾
Arabe وشاح
Portugais cachecol
Russe шарф
Japonais スカーフ
Basque zapi
Corse sciarpa
Source : Google Translate API

Synonymes de « écharpe »

Source : synonymes de écharpe sur lebonsynonyme.fr
Partager