La langue française

Guimpe

Sommaire

  • Définitions du mot guimpe
  • Étymologie de « guimpe »
  • Phonétique de « guimpe »
  • Citations contenant le mot « guimpe »
  • Traductions du mot « guimpe »
  • Synonymes de « guimpe »

Définitions du mot guimpe

Trésor de la Langue Française informatisé

GUIMPE, subst. fém.

COSTUME
A. −
1. Corsage brodé ou froncé, sans manches, et très montant, qui se porte sous une robe décolletée. Guimpe de tulle; guimpe tuyautée. Une jeune femme, en chapeau rose, dont le châle glissait, découvrant une guimpe plissée à petits plis (Zola, Ventre Paris,1873, p. 610).
Robe à/en guimpe. Robe à corsage montant. Une jeune fille mince et bien faite, vêtue d'une robe à guimpe de percaline rose à mille raies (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 121).Elle avait une robe de taffetas noir, à taille haute et à guimpe de lingerie, qui lui seyait à merveille (Pourrat, Gaspard,1925, p. 17).
P. anal. Poitrail d'un animal, gorge d'un oiseau. Synon. corsage.La plus charmante tourterelle que nous eussions vue; elle était blanche, (...) sa guimpe semée de petites taches rouges et blanches, semblables à des feuilles d'anémone (Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 182).
2. Ornement de dentelle destiné à orner ou éventuellement à atténuer le décolleté d'une robe. La ciselure du tuyautage d'une guimpe cachant l'entre-deux des seins de la femme décolletée (Goncourt, Journal,1894, p. 688).
B. − HIST. COST. Pièce de toile blanche, encadrant le visage et couvrant le cou et la poitrine, qui fait encore partie du costume de certaines religieuses. Synon. barbette (vx).La petite sœur de l'Assomption (...) passait (...). Son sévère costume avait enseveli sa grâce. La guimpe laissait voir seulement le visage délicat (Bourget, Actes suivent,1926, p. 172).La religieuse (...) me reçoit dans le parloir du couvent, en compagnie d'une sœur beaucoup plus jeune dont la jolie figure est serrée dans une guimpe amidonnée (Green, Journal,1942, p. 228).
REM.
Guimpier, -ière, subst.a) Personne qui fabrique des guimpes. (Ds Lar. Lang. fr. et Lexis 1975). b) Ouvrier spécialisé dans la confection de certains fils fantaisie. (Ds Littré, Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth. : [gε ̃:p]. Att. ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1140 guimple « pièce de toile fine, de lin ou de soie dont les femmes encadraient leur visage et qu'elles laissaient retomber sur le col et la poitrine » (G. Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 3787); 1564 guimpe « id. » (Thierry); b) 1225-30 guimple « id. (dans le costume des religieuses) » (G. de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 3546); 1660 guimpe de religieuse (Oudin Esp.-Fr.); 2. a) 1812 robe a guimpe cout. (Jouy, Hermite, t. 2, p. 226); b) 1894 « ruche ou volant de dentelle qui dépasse de l'intérieur d'un décolleté de robe pour le diminuer » (Goncourt, loc. cit.). De l'a. b. frq. *wimpil « fichu de tête » que l'on peut restituer d'apr. l'a. h. all. wimpal « theristrum », m. néerl. wumpel « coiffe », all. Wimpel « banderolle ». Le fém. qui a évincé le masc. (1572, Ronsard, La Franciade, III, 138 et IV, 148 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, XVI2, p. 178 et 250), s'explique sans doute par la finale -le, mais l'a. h. all. winfila « fichu de tête » (attesté au ixes. ds une gl., v. Steinmeyer-Sievers, 4, 335, 12) laisse à penser qu'il existait peut-être à l'orig. un a. b. frq. *wimpila subst. fém. (FEW t. 17, p. 587 a et note 5). Fréq. abs. littér. : 94. Bbg. Legge (M. D.). Some notes on Anglo-Norman vocabulary. In : [Mél. Ewert (A.)]. Oxford, 1961, p. 217. - Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

guimpe \ɡɛ̃p\ féminin

  1. (Religion) Morceau de toile dont les religieuses se servent pour se couvrir le cou et la poitrine.
    • En apprenant dix ans plus tôt qu’on allait fermer le couvent de la Croix où elle avait grandi si heureuse et si pure et que sœur Saint-Ildefonse ne serait plus qu’une femme comme les autres, sans guimpe ni auréole de tulle blanc (avait-elle pressenti ce désastre ?) ma mère aux intuitions prophétiques pleura une nuit et un jour entiers, sans se comprendre elle-même, si fort qu'on venait des quatre coins de la ville pour la voir dans son magasin, comme une curiosité, pleurer sœur Saint-Ildefonse. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, pages 96-97.)
    • Porter la guimpe.
  2. Petite chemisette brodée, en étoffe légère, que portent les femmes et qui dépasse la robe et monte jusqu’au cou.
    • Sa longue robe de deuil et sa guimpe flottante de crêpe noir rehaussaient la blancheur de sa peau et la beauté de ses tresses blondes […] ; — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Cependant la reine se pâmait de rire à une fenêtre, dans sa haute guimpe de Malines aussi raide et plissée qu’un éventail. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Une robe gris de perle, […] couvrait les épaules, encore un peu maigres, d’une guimpe qui ne laissait voir que les premières rondeurs par lesquelles le cou s’attache aux épaules. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Leur toilette était presque puritaine : du noir et encore du noir ; seule une petite guimpe blanche jetait un peu de clarté sur la robe de Miss Arabella, la cadette. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Chambre 113, 1933)
    • La femme aux cheveux gris, qui portait un chignon dur sur le haut du crâne, une guimpe à baleines et un camée épinglé au corsage, avait le visage osseux et volontaire d’une paysanne. — (Georges Simenon, Strip-tease, Presses de la Cité, 1958, Deuxième partie, ch. 2)

Forme de verbe

guimpe \ɡɛ̃p\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe guimper.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe guimper.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe guimper.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe guimper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe guimper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GUIMPE. n. f.
Morceau de toile dont les religieuses se servent pour se couvrir le cou et la poitrine. Porter la guimpe. Il se dit aussi d'une Petite chemisette brodée, en étoffe légère, que portent les femmes et qui dépasse la robe et monte jusqu'au cou.

Littré (1872-1877)

GUIMPE (ghin-p') s. f.
  • 1Toile dont les religieuses se couvrent la gorge. Les voilà avec la guimpe et le voile, et aussi religieuses à l'extérieur qu'elles le sont dans l'âme, Maintenon, Lett. à Mme de Villette, 13 août 1708. Souvent l'essaim des folâtres amours… Donne aux bandeaux une grâce piquante, Un air galant à la guimpe flottante, Gresset, Vert-Vert, I.

    Absolument. La guimpe, voile de sainte Agathe conservé à Catane.

  • 2 Terme de toilette de femmes. Espèce de fichu, ou chemisette en mousseline, en tulle ou étoffe fine, généralement froncé ou plissé, qui se met avec les robes décolletées et qui monte jusqu'au cou.

    Robe en guimpe, robe à corsage froncé et montant.

REMARQUE

Chateaubriand a employé guimple en termes de moyen âge : Si le chevalier voulait rester inconnu, il couvrait son écu d'une guimple plus blanche que fleur de lys, Génie, IV, V, 4.

HISTORIQUE

XIIIe s. Sans guimple [la dame] estoit echevelée, Et nu piez fut par la rosée, Lai del Desiré. Si fu [Honte] humilians et simple, Ele ot ung voile en leu de gimple, Aussinc cum nonnain d'abeïe, la Rose, 3574.

XVIe s. C'estoit plaisir ; car l'une en cotte simple Lors se despoille, et l'autre met sa guymple Dessus son chef, pour avoir meilleur grace…, Marot, J. V, 212. Defenses à tous tireurs d'or et d'argent, et à tous autres, de quelque qualité et condition qu'ils soient, de vendre aucunes guimpes, et autres ouvrages d'or et d'argent traict, entremeslez de faux et de fin, Ordonn. tireurs et batteurs d'or, etc. 1586.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GUIMPE, s. f. (Hist. mod.) partie du vêtement des religieuses ; c’est une espece de bande ou de mouchoir dont elles se couvrent le cou & la poitrine.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « guimpe »

Anc. h. allem. wimpal, habit d'été ; angl. wimple, voile de femme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1660) De l’ancien bas vieux-francique *wimpil (« fichu de tête ») reconstitué d’après le vieux haut allemand wimpal (« theristrum[1] »),le moyen néerlandais wumpel (« coiffe ») et l’allemand Wimpel (« banderolle »). Le mot était à l’origine masculin mais le féminin a pris le dessus. Cela peut s’expliquer par la finale en -le, mais on trouve aussi le vieux haut allemand winfila (« fichu de tête ») (IXe siècle) qui laisse penser que l’origine viendrait d’un ancien bas vieux-francique *wimpila féminin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « guimpe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
guimpe gɛ̃p

Citations contenant le mot « guimpe »

  • Les nonnes du Vatican en ont ras la guimpe : marre d'être confinées à des rôles subalternes, marre d'être exploitées, marre de ne pas être traitées avec la même estime et le même respect que les membres masculins de la communauté religieuse ! Demotivateur, Les nonnes du Vatican en ont marre d'être les bonniches des cardinaux... et poussent un coup de gueule pour plus d'égalité hommes/femmes au sein de l'Église catholique
  • Sainte Thérèse d'Avila avec son habit de carmélite (scapulaire marron recouvert d'une cape blanche, guimpe qui lui enserre le visage, long voile noir) et ses attributs de docteur de l'Église (livre et plume), représentée sur une peinture de Rubens - Wikimedia Commons France Culture, Visions béatiques et apparitions miraculeuses
  • "Après avoir erré longtemps, sans pouvoir retrouver sa route, Aben-Hamet entendit une porte s'ouvrir. Il vit sortir une jeune femme vêtue à peu près comme un de ces reines gothiques sculptées sur les monuments de nos anciennes abbayes. Son corset noir, garni de jais, serrait sa taille élégante... une mantille également noire était jetée sur sa tête : elle tenait, avec sa main gauche, cette mantille croisée et fermée comme une guimpe au dessous de son menton, si bien que l'on n'apercevait, de tout son visage, que ses grands yeux et sa bouche rose..." AgoraVox, Une mantille noire était jetée sur sa tête... - AgoraVox le média citoyen
  • Comme un écrin, la guimpe doit mettre en valeur la tête et ne doit ni remonter sur le cou, ni être posée trop loin sur les épaules. La dentelle ou la broderie affleure la naissance du cou. Sa pose est avant tout conditionnée par la coupe juste de l’eso. Si cette dernière est trop échancrée sur les épaules, elle ne permet pas la pose correcte des épingles. [2]. , Séance d'habillage pour Caroline - Tradicioun
  • Elle s'appelle Soeur Marie Bernard ; sa jolie tête est maintenue dans une sorte de bonnet blanc moulant, augmenté d'une collerette. Le tout forme une guimpe mais dans une version fort simple qu'elle a copié sur une copine bénédictine il y a plus de quarante ans. Plus bas, elle porter un gros gilet un peu beige avec des boutons marrons. A l'annulaire, son alliance signifie que le Christ est son époux. France Culture, Soeur Marie-Bernard, ermite : "Je vis seule, mais la porte est ouverte"
  • Gris, violet foncé, bleu noir vers 1500… Les rois de France portaient le deuil tantôt en écarlate tantôt en violet. Mais il y avait aussi le blanc et les reines blanches: des reines de France qui portaient le deuil du roi dans une robe noire couverte sous une guimpe et un long voile blanc. Le blanc évoque la pureté, le renoncement, mais plus encore l’espoir et la renaissance: c’est la lumière et la lumière, c’est la vie. Cette tradition a été parfois reprise: en août 1993, la reine Fabiola de Belgique portait une robe blanche, couleur de la résurrection, aux obsèques du roi Baudoin. De même, en 2004, aux obsèques de la reine Juliana des Pays-Bas, ses quatre filles, dont la reine Beatrix, étaient entièrement habillées de blanc. Libération.fr, «Le vêtement de deuil est un signe extérieur de tristesse» - Culture / Next
  • Deux braqueuses de banque déguisées en bonnes soeurs... C'est ce que recherche la police de Pennsylvanie après l'attaque d'une agence bancaire qui a tourné court dans une petite ville de Pennsylvanie. Les images de vidéosurveillance diffusées par le FBI montrent deux femmes vêtues d'une longue robe de nonne, la tête couverte d'un grand voile noir sur une guimpe blanche, pistolet au poing. leparisien.fr, Deux femmes déguisées en bonnes soeurs braquent une banque aux Etats-Unis - Le Parisien

Traductions du mot « guimpe »

Langue Traduction
Anglais wimple
Espagnol griñón
Italien wimple
Allemand wimple
Chinois imple
Arabe هزة
Portugais touca
Russe апостольник
Japonais くず
Basque wimple
Corse wimple
Source : Google Translate API

Synonymes de « guimpe »

Source : synonymes de guimpe sur lebonsynonyme.fr
Partager