Ébahir : définition de ébahir


Ébahir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBAHIR, verbe trans.

A.− Rare. Ébahir qqn.Frapper d'un grand étonnement. Synon. abasourdir, épater, étonner.Nous allons les éblouir : nous leur réciterons des vers de ce poète dont vous avez toujours un exemplaire dans votre poche (...) ça les ébahira (Renard, Comédies,Vernet, 1904, II, 2, p. 253).
Gén. au passif. Être ébahi de, par qqc. :
1. Que vous vous arrêtiez en effet devant la merveilleuse eau-forte de Bracquemond (...) comme devant certains poèmes de Baudelaire, (...) vous demeurez remué jusqu'aux entrailles, pris au charme de je ne sais quelle voix de sirène, au fond déconcerté, ébahi par cet art d'écrire ses plus subtiles évocations qui franchit les limites de la peinture... J. Lorrain, Sensations et souvenirs,1895, p. 67.
B.− Usuel. S'ébahir.
1. Employé absol. Il s'ébahissait : − Pas possible!... Ah bah!... En vérité?... pas de chance au bilboquet! (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epart., 9, p. 203).Les nigauds s'ébahissent, béant d'admiration (Léautaud, Théâtre M. Boissard,t. 2, 1943, p. 259):
2. ... à mesure qu'ils en [du palais] approchoient, le vieux et la vieille s'ébahissoient de plus en plus, et Trésor des Fèves auroit craint de troubler leur joie. Nodier, Trésor des Fèves et Fleur des Pois,1833, p. 57.
2. En constr. prép. S'étonner, manifester un grand étonnement.
a) S'ébahir à + subj. ou inf.L'amour à la Werther qui s'ébahit d'aise à regarder une Lolotte beurrant des confitures à des marmots d'enfants (Barb. d'Aurev., Mémor., 1,1838, p. 55).Pour m'ébahir au torrent qui tonnait au-dessus de moi, ou aux vapeurs de la tempête qui s'amoncelaient à mes pieds (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 511).
b) S'ébahir de.Dans le métier de philosophe, il est essentiel de ne pas comprendre. Il leur faut tomber de quelque astre, se faire d'éternels étrangers. Ils doivent s'exercer à s'ébahir des choses les plus communes (Valéry, Variété II,1929, p. 26).
S'ébahir de + inf. ou (de ce) que.Tous ces gens s'ébahissent de voir passer cet équipage de fous (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 287).Je m'étais souvent ébahie que Nadine se donnât si aisément à des inconnus (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 72).
c) S'ébahir devant.Nous nous ébahissions devant l'acte de pitié de ces magistrats excusant une pauvre mère (Coppée, Bonne souffr.,1898, p. 189).
d) S'ébahir sur.Nous nous ébahissons longuement sur la présence en ce lieu saint de ce bazar à dix-neuf sous (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 44).
Rem. On rencontre ds la docum. l'emploi adj. du part. prés. Une femme relevant son baby tombé qui est une ébahissante surprise de réalité et d'élégance (Huysmans, Art mod., 1883, p. 221).
Prononc. et Orth. : [ebai:ʀ], (j')ébahis [ebai]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1remoitié xiies. intrans. « être frappé de stupeur » [stupebam] (Ps. Cambr. 76, 4 ds T.-L. : Je esbahisseie e si me parlowe). Composé de l'a. fr. baer (anc. forme de bayer*) avec changement de conjugaison sous l'infl. de l'adj. a. fr. baïf « étonné » (v. baliveau); préf. é-*. Fréq. abs. littér. : 58. Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 414.

Ébahir : définition du Wiktionnaire

Verbe

ébahir \e.ba.iʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Étonner fortement, surprendre.
    • Je restai ébahi.
    • Il n’y a point là de quoi s’ébahir.
    • Puis elle souleva par ses moignons un gilet de couleur cuivrée, charmant et fort coûteux, l’étirant lentement entre ses mains silencieuses tel le chasseur d’oiseaux ébahi qui retient son souffle en contemplant l’oiseau prodigieux qu’il déploie en le tenant par le bout de ses ailes flamboyantes. — (Nabokov, traduction de Maurice Couturier, Lolita, in Œuvres romanesques complètes, t. II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2010, p. 932)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ébahir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉBAHIR. v. tr.
Étonner fortement. Il m'a ébahi par ses raisonnements. Je restai ébahi. Il n'y a point là de quoi s'ébahir. Il est familier.

Ébahir : définition du Littré (1872-1877)

ÉBAHIR (é-ba-ir ; Palsgrave, XVIe s. p. 19, dit que l'h est aspirée) v. réfl.
  • Rester la bouche ouverte, s'étonner, être surpris. On s'ébahit à la vue d'un événement imprévu ou d'un spectacle agréable.

REMARQUE

L'ancien français faisait ébahir actif ; il est fâcheux qu'il ne soit plus que réfléchi.

HISTORIQUE

XIIe s. Mout fu vassaus [brave] qui n'i fust esbaïs, Ronc. p. 72. Moult [j'] ai esté longuement esbahis, Qu'onques n'osai chanson à faire emprendre, Couci, v. Car sa beautez me fait tant esbahir, Que je ne sai devant li nul langage, ib. XI. E cist temples lur iert [sera] en essample, si que tuit icil ki i passeront, forment se esbaïrunt, Rois, 268.

XIIIe s. Lors s'en est Bel-accueil foïs [fui], Et je remès [restai] tous esbahis, Honteux et mas [abattu], Rose, 2964. [La maison] tremble toute effraée, Tant se sent foible et esbaée, et pourfendue de crevaces En plus de cinq cens mile places, ib. 6136.

XIVe s. Or est celui qui est fort ou preuz, de tele condicion que il ne s'esbahist pas et est sans paour en la maniere que bon homme peut estre, Oresme, Eth. 80. Et parceque tristece esbahit, l'on pert son jugement, Oresme, ib. 98. Aiez bon cuer en vous, pour Dieu le fruit de vie ; Car homs qui s'esbahit, il est mors à moitié, Guesclin. 18385. Cilz parla hautement si que tuit l'ont oï, Ne fut couars ne nices, ne fist pas l'eboï, Girart. de Ross. V. 1389.

XVe s. À l'endemain la truie [machine de siége] fut levée au plus près qu'ils purent de Bergerac, qui grandement esbahit ceux de la ville, Froissart, II, II, 7. Et si les esbahyssoit l'yver qui s'approchoit, Commines, IV, 6.

XVIe s. Ils s'esbahissoient comment il laissoit ainsi eschapper le poinct de son occasion, Amyot, Pyrrh. 20.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ébahir »

Étymologie de ébahir - Littré

Wallon, esbawi ; provenç. esbair ; ital. sbaire ; de es- préfixe, et le radical baïr, étonner, qui est dans le rouchi bahi, étonnant, dans l'espagnol em-bair, faire illusion, et dans l'italien baire, étonner, et que les étymologistes regardent comme dérivé de bah, exclamation naturelle d'étonnement. Comp. pourtant BAYER, BÉER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ébahir - Wiktionnaire

De l’ancien français baer. → voir bayer & l’ancien français baïf.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ébahir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ébahir ebair play_arrow

Conjugaison du verbe « ébahir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe ébahir

Évolution historique de l’usage du mot « ébahir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ébahir »

  • Pittoresque et séduisante, la ville n'a pas fini de vous ébahir ! En effet, que vous flâniez dans les ruelles typiques ou que vous vous baladiez sur les berges du Tarn, vous ne pourrez résister à cette douceur de vivre propre au lieu. Poursuivez, en toute quiétude, votre chemin en visitant les nombreux trésors (classés) dont recèle la ville : le palais de la Berbie, la collégiale Saint-Salvi et son cloître ou encore le pont vieux. GenerationVoyage, Tourisme à Albi : guide voyage pour partir à Albi
  • Entièrement d’accord avec le besoin d’humaniser toutes les activités liées à l’exploration spatiale. Je pense qu’il reste encore beaucoup de choses à découvrir et à résoudre sur terre et donc ne pas s’ébahir devant quelqu’un qui joue avec l’écologie sans vergogne pour assouvir ses envies de puissance. Exploration spatiale, Les missions par vols habités ne peuvent pas nuire au développement de l’exploration robotique – Exploration spatiale
  • Et si tu nous avances une telle connerie, sans y habiter, ne crois surtout pas que tes fantasmes qui ne sont que des mensonges puissent ébahir qui que ce soit. Madagascar-Tribune.com, Soixante-quinze nouveaux cas à Antananarivo - Madagascar-Tribune.com
  • Loana métamorphosée : Elle dévoile un look qui va vous ébahir ! Public.fr, Loana métamorphosée : Elle dévoile un look qui va vous ébahir !

Traductions du mot « ébahir »

Langue Traduction
Corse maravigliate
Basque harrituko
Japonais びっくり
Russe удивите
Portugais surpreender
Arabe تدهش
Chinois 惊奇
Allemand überraschen
Italien stupire
Espagnol asombro
Anglais amaze
Source : Google Translate API

Synonymes de « ébahir »

Source : synonymes de ébahir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ébahir »



mots du mois

Mots similaires