Dépressif : définition de dépressif


Dépressif : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPRESSIF, IVE, adj.

A.− Qui déprime, qui affaiblit, abat. Climat dépressif; émotion, fièvre, influence dépressive. Anton. agité, maniaque.
B.− Qui a les caractères de la dépression. Délire, fond, suicide dépressif; phase, tendance dépressive; psychose maniaque ou maniaco-dépressive. Des périodes de dépression morose et d'accablement (pôle dépressif) (Mounier, Traité caract.,1946, p. 346).Un état dépressif marqué avec somnolence et indifférence totale (Quillet Méd.1965, p. 359).
Emploi subst. Les maniaques dépressifs (Mounier, Traité caract.,1946, p. 274).
Prononc. et Orth. : [depʀ εsif] ou par harmonis. vocalique [depʀesif]; fém. [i-:v]. Étymol. et Hist. 1468 « qui anéantit » batailles depressives (G. Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, IV, 307, 19), rare av. 1856 « qui affaiblit » (La Châtre). Dér. du rad. de dépression*; suff. -if, -ive*. Fréq. abs. littér. : 24.

Dépressif : définition du Wiktionnaire

Adjectif

dépressif \de.pʁɛ.sif\ masculin

  1. Qui affaiblit, qui abat.
  2. (Psychologie) Qui présente les caractères de la dépression.
    • Le premier jour de cours notre professoresse, une Siennoise blonde d'une trentaine d'années, douce et au regard fuyant, un peu trop pressée, peut-être un rien dépressive, commença par nous demander de nous présenter en disant notre prénom, d'où nous venions et ce que nous avions pris ce matin-là pour le petit déjeuner. — (Santiago Amigorena, Les premières Fois, POL Éditeur, 2016)

Nom commun

dépressif \de.pʁɛ.sif\ masculin (pour une femme on dit : dépressive)

  1. Celui qui est atteint d’un état dépressif.
    • Un dépressif a une représentation négative de lui-même, du monde, de son avenir. — (Bernard Croisile, Tout sur la mémoire, éditeur Odile Jacob, 2009)
    • Mais, si ce critère rorschachien est intéressant pour alerter le praticien qui travaille avec un dépressif sur un éventuel risque suicidaire pour son patient, il ne saurait servir de mesure d’un suicide à venir. — (Claude Wacjman, Dispositifs cliniques et changements culturels, éditions L’Harmattan, 2006)
    • Les dépressifs qui souhaitent s’isoler, passer quelques mois dans les bois pour « faire le point avec eux-mêmes », ça ne doit pas manquer ; mais des gens qui acceptent sans sourciller de se couper d’Internet pour un temps indéfini, c’est qu’ils filent un bien mauvais coton. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, pages 276-277.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dépressif : définition du Littré (1872-1877)

DÉPRESSIF (dé-prè-ssif, ssi-v') adj.
  • Terme didactique. Qui déprime, qui cause un enfoncement. Les actions dépressives qui ont formé les bassins des fleuves.

    Fig. Qui abat. Passions dépressives.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dépressif »

Étymologie de dépressif - Littré

Lat. depressum, supin de deprimere, déprimer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de dépressif - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Sens 1.
(XXe siècle) Sens 2. qui se disait auparavant mélancolique.
Dérivé de dépression.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dépressif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépressif deprɛsif play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « dépressif »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépressif »

  • Notre étude, basée sur les données du projet « Citizens' Attitudes Under COVID-19 Pandemic », utilise le Patient Health Questionnaire, une version réduite de l'échelle d'Hamilton, échelle référence depuis la fin des années 1950 pour mesurer le degré de dépression chez un individu. Des questions de natures différentes sont posées aux participants, de la sensation de fatigue, au sentiment d'abattement, en passant par la diminution marquée de l'intérêt et du plaisir dans les activités. Les réponses à cette échelle nous permettent de déterminer trois catégories d'individus : ceux ne présentant quasiment aucun signe dépressif, ceux présentant quelques signes dépressifs – ils ont eu moins de la moitié des symptômes analysés au moins une fois – et ceux présentant de très forts signes dépressifs – ils ont eu plus de la moitié des symptômes au moins une fois. Le Point, Comment le confinement favorise la dépression - Le Point
  • Certaines de ces monoamines sont devenues par la suite très populaires : la sérotonine, la dopamine ou encore la noradrénaline… Ainsi a-t-on mis en lumière les mécanismes biologiques de la dépression : un taux anormalement bas de sérotonine se traduit généralement par un état dépressif, un taux de dopamine trop faible par une perte de motivation. En jouant sur la quantité de neurotransmetteurs présents au niveau de la connexion entre deux neurones (ou synapse), les antidépresseurs permettent de rétablir leur équilibre (voir encadré). CNRS Le journal, Nouveaux regards sur la dépression | CNRS Le journal
  • Le chiffre ne laisse pas de surprendre, et permet de toucher du doigt l’ampleur du phénomène : en moyenne, 25 % des patients hospitalisés pour un problème de santé générale présentent aussi des symptômes dépressifs. « Si l’on se situe du côté des personnes qui sont suivies pour dépression, les études rapportent que 35 à 50 % d’entre elles souffrent d’une autre maladie », complète Bruno Aouizerate, psychiatre à l’hôpital Charles Perrens à Bordeaux et chercheur au laboratoire NutriNeuro. Ainsi, il n’est pas rare de voir associés dépression et obésité, dépression et diabète, dépression et AVC, dépression et Parkinson, dépression et douleur chronique… Sans que l’on sache toujours quel trouble cause l’autre. CNRS Le journal, Quand la dépression n’arrive pas seule | CNRS Le journal
  • Les données sont à venir. Par exemple, nos collègues italiens ont décrit une augmentation actuelle de 30% d'épisodes dépressifs chez des personnes qui ont eu une infection par le Covid-19. On a besoin en France de soutien à la recherche en psychiatrie. C'était l'objet du manifeste que nous avons publié pour dire que la recherche doit faire une évaluation et répondre à votre question avec précision, c'est-à-dire savoir combien personnes ont une dépression. Quelles sont les conséquences du confinement ? Quels sont les types de pathologies qui a été observées chez des patients présentant un Covid-19 ? Bref, toute une série de questions qu'il faut documenter et évaluer. Franceinfo, Coronavirus : il y a "une augmentation des dépressions du fait des conséquences psychiatriques du confinement", alerte une psychiatre
  • L'attitude européenne à l'encontre de l'Afrique sur la question du virus n'est pas isolée. Elle est le révélateur d'un état d'esprit qui prévaut depuis les indépendances africaines, et dans lequel le continent a souvent agi à la manière d'un maniaco-dépressif et l'Europe comme une perverse narcissique. D'un côté, voici un continent jeune et pauvre, récemment affranchi du joug colonial tout en regorgeant de matières premières. De l'autre un continent vieux qui est « riche parce qu'il a pu avoir un accès très bon marché aux ressources de l'Afrique », comme l'affirme l'essayiste et militant écologiste Pierre Rabhi. Forte de ses atouts, l'Afrique aurait du connaître un décollage économique exponentiel. Le reste de l'histoire est connu. La conjonction de la fragmentation, du népotisme, du manque d'intégration régionale, combinée à des systèmes politiques basés sur la rente - à l'instar de ceux installés par les puissances coloniales- ainsi que les soubresauts de la guerre froide ont contribué à laisser l'Afrique sur le bord du chemin du développement. L'équivalent de plusieurs « plans Marshall » seront déversés sur le continent en cinquante ans, pour des résultats nettement insuffisants. La montée en gamme dans les chaînes de valeurs mondiales par l'Afrique ne sera amorcée qu'à l'orée du XXème siècle, vraisemblablement trop tard. Côté européen, sans pour autant sombrer dans les théories du complot, beaucoup de choses ont été faites pour maintenir le continent dans un état de sous-développement chronique. Lorsque l'Europe aura besoin de main d'œuvre pour se reconstruire et alimenter son secteur vorace du bâtiment, elle fera appel aux travailleurs immigrés maghrébins puis sub-sahariens, vidant ainsi en partie le continent de forces vives. Quelques décennies plus tard, ces mêmes pays européens feront tout pour construire une « immigration intérieure » en stigmatisant ces populations d'origine africaine. De même, des contrats léonins avec des pays pétroliers ou miniers du continent seront maintenus et prolongés par des lobbies politiques puissants de part et d'autre de la Méditerranée. Le cynisme sera même poussé jusqu'à avoir jusqu'encore récemment des mercenaires européens - souvent proches des services de renseignement de leurs pays- être impliqués dans des tentatives de déstabilisation politique en Afrique. La Tribune, Afrique-Europe : l’union du maniaco-dépressif avec la perverse narcissique ?
  • Comment ne pas se décourager et continuer d'y croire sans sombrer ? La journaliste Laure Noualhat, spécialiste de l'écologie (un thème qu'elle couvre notamment pour "Libération") est partie à la rencontre de militants qui ont réussi à ne pas baisser les bras. Elle a condensé leurs conseils dans "Comment rester écolo sans finir dépressif ?", ouvrage salutaire et truffé de punchlines. Ou comment apprendre à lâcher prise sans lâcher l'affaire pour autant. Glamour, "Comment rester écolo sans finir dépressif ?" : le livre salutaire de Laure Noualhat | Glamour
  • Le millepertuis (Hypericum perforatum) « De nombreuses études cliniques montrent que le millepertuis, en augmentant la libération des neu­rotransmetteurs (dopamine, séro­tonine…) dont les taux diminuent dans la dépression, présente un intérêt thérapeutique dans le trai­tement des dépressions mineures (humeur dépressive passagère ou premier épisode dépressif léger), et sans effets secondaires, détaille Caroline Legay, docteure en phar­macie spécialiste en phytothérapie au sein du Groupe Léa Nature. Son inconvénient : des interactions avec de nombreux médicaments (antidépresseurs, contraceptifs oraux, anticoagulants…) dont il diminue l'effcacité. Mieux vaut donc le prendre si l'on ne suit aucun traitement et toujours demander conseil au pharmacien ou au médecin. »En pratique Privilégier les extraits secs de plantes standardisés qui garantissent une teneur minimum en principes actifs. « Il est judicieux d'effectuer deux semaines de traitement, de respecter une pause de deux semaines, puis de reconduire une fois le traitement », conseille Caroline Legay. Mais on consulte en l'absence d'amélioration à l'issue de la première phase de traitement. , Dépression : plantes, pleine conscience… les alternatives pour la soigner
  • A force de limiter la vitesse, il n'y aura bientôt plus aucun pare-brise disponible pour le suicide des moustiques dépressifs. De Patrick Sébastien / Carnet de notes
  • Il existe une zone de flou artistique entre le célibat dépressif et le mariage ennuyeux : baptisons-la bonheur. De Frédéric Beigbeder / Nouvelles sous ecstasy
  • Aller à la messe quand on est dépressif, c’est comme aller voter quand on est communiste, ça ne sert à rien. De Christophe Alévêque / L’Européen - 1998
  • Notre société dite de consommation est le plus grand dépressif qui soit. Robotisé, nous ne nous en rendons pas toujours compte. Nous n'en avons pas le temps. De Wilfrid Lemoine / Le Déroulement
  • Je suis anxieux, assez dépressif et obsessionnel, mais je suis apte à l’étonnement. De Fabrice Luchini / Studio ciné live, septembre 2014

Images d'illustration du mot « dépressif »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dépressif »

Langue Traduction
Corse diprissiva
Basque depresio
Japonais うつ病
Russe депрессивный
Portugais depressivo
Arabe اكتئابي
Chinois 抑郁的
Allemand depressiv
Italien depressiva
Espagnol depresivo
Anglais depressive
Source : Google Translate API

Synonymes de « dépressif »

Source : synonymes de dépressif sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dépressif »


Mots similaires