La langue française

Hanche

Sommaire

  • Définitions du mot hanche
  • Étymologie de « hanche »
  • Phonétique de « hanche »
  • Citations contenant le mot « hanche »
  • Traductions du mot « hanche »
  • Synonymes de « hanche »

Définitions du mot hanche

Trésor de la Langue Française informatisé

HANCHE, subst. fém.

A. − ANAT. Région du corps qui unit chaque membre inférieur au tronc. Mouvement des hanches; hanches étroites, larges. Femmes qui portaient leurs enfants sur la hanche (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 72).Il regardait avec des yeux fauves les balancements de hanches de sa maîtresse (Zola, T. Raquin,1867, p. 63).Une douleur qu'il connaissait bien lui assiégeait la jambe, depuis la hanche jusqu'au mollet (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1263) :
1. ... il regarde de toutes ses forces; la jeune fille a des seins petits et parfaitement dressés, presque sans pointes; la taille longue et grasse, les hanches abondantes, son duvet luisant de lumière noire. Jouve, Paulina,1925, p. 72.
Le poing, la main sur la hanche; les poings sur les hanches. [Attitude qui marque le défi] :
2. Elle ôta sa mantille, la jeta à ses pieds, et se tint immobile un poing sur la hanche, me regardant fixement. − Tu veux me tuer (...), mais tu ne me feras pas céder. Mérimée, Carmen,1847, p. 71.
En partic. Articulation du fémur avec l'os iliaque. Luxation de la hanche. Voici la petite Doré atteinte de strabisme et vingt autres, victimes de la même hérédité alcoolique. Quand ce ne sont pas les yeux, ce sont les hanches qui chavirent : nous possédons toute une collection de coxalgies (Frapié, Maternelle,1904, p. 141).
B. − P. ext.
1. MAN. Train postérieur du cheval (ou, p. ext., d'un autre quadrupède), compris entre les reins et le jarret. J'ai vu deux beaux bœufs dans ma vie. Le premier avait les jambes basses, l'avant épais, la culotte pleine, les hanches larges, une bonne longueur de la nuque à la croupe (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 195) :
3. D'admirables chevaux (...), à l'ossature carrée, aux membres épais, le tout dominé par la ligne, de l'encolure étendue à la hanche oblique comme chez le pur sang. Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 181.
Loc. verb. Mettre un cheval sur les hanches. [Le suj. désigne une pers.] Dresser un cheval de manière à ce qu'il galope en s'appuyant sur l'arrière-train. (Dict. xixeet xxes.). Aller sur les hanches. [Le suj. désigne un cheval] Baisser la croupe en marchant. (Dict. xixeet xxes.). Traîner les hanches. [Le suj. désigne un cheval] Mal galoper. (Dict. xixeet xxes.).
2. ENTOMOL. Endroit où la cuisse s'articule au corselet :
4. La figure de la hanche varie. Chez les insectes auxquels les pattes ne servent qu'à la marche, (...) les hanches sont globuleuses et forment un véritable genou des mécaniciens. Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 453.
C. − P. anal.
1. MAR. ,,Partie latérale arrière de la muraille du navire`` (Sizaire, Marine 1972). [Un navire] coulé par une torpille portée faisant explosion sous sa hanche bâbord, mais non au contact (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1899, p. 514).
2. TECHNOL. ,,Chacun des deux montants d'une chèvre`` (Noël 1968; dict. xixeet xxes.).
3. Partie arrondie d'un pot, d'une marmite qui relie le fond aux parois. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Hanchu, -ue, adj.,hapax. Qui a de fortes hanches. Il préférait à une bergère de chanson, c'était visible, quelque grasse fille hanchue (Guèvremont, Survenant,1945, p. 133).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃:ʃ] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1155 anat. (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 1143); 2. 1678 mar. (Guillet). Du germ. *hanka « hanche » (cf. m. néerl. hanke « id. ») qui s'est substitué au lat. coxa « hanche » (v. cuisse) lorsque ce dernier a remplacé le lat. femur « cuisse », lequel était devenu homon. de *femus « fumier » (v. fumier). Cf. Wartburg, Problèmes et méthodes de la linguistique, 2eéd., p. 127 et FEW t. 16, p. 142 b. Fréq. abs. littér. : 1 040. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 652, b) 2 159; xxes. : a) 2 007, b) 1 501. Bbg. Bugge (S.). Étymol. fr. et rom. Romania. 1874, t. 3, pp. 152-153. - Genaust (H.). Vox rom. 1972, t. 31, pp. 390-391.

Wiktionnaire

Nom commun

hanche (h aspiré)\ɑ̃ʃ\ féminin

  1. (Anatomie) Partie du corps humain dans laquelle le haut de la cuisse est emboîté.
    • L’articulation de la hanche.
    • Avoir les poings sur les hanches.
    • Cette femme n’a point de hanches, a trop de hanches.
    • Luxation de la hanche.
    • Le marquis Foulques, qui, sous des manières rudes, cachait le naturel craintif d'un enfant, avait toujours redouté que l'œil aigu de la vieille Minerve ne perçât la flamme dont il brûlait pour la bouche en cerise et les hanches en bât de mulet que balançait Mlle de Quinconas. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 116)
  2. (Anatomie) Une région anatomique de l’arrière du corps de quadrupèdes tel le cheval, située entre les reins et le jarret, au niveau de l’angle externe de l’ilium (la pointe de la hanche).
  3. (Équitation) Train de derrière d’un cheval, depuis les reins jusqu’au jarret.
    • Ce cheval a de belles hanches, a les hanches hautes.
    • Mettre un cheval sur les hanches : Le dresser, en sorte qu’il se soutienne sur le derrière en galopant.
    • Ce cheval traîne les hanches.
  4. (Marine) Arrière d’un bâtiment qui est entre la poupe et les haubans du grand mât.
    • Un grain arrivant par notre hanche tribord nous aveugle en un bref et cinglant déluge. — (Pierre Schoendoerffer, Le Crabe-tambour, 1976, p. 11)
    • Aborder un vaisseau par la hanche, le canonner par la hanche, etc.

Forme de verbe

hanche (h aspiré)\ɑ̃ʃ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de hancher.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de hancher.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de hancher.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de hancher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de hancher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HANCHE. (H est aspirée.) n. f.
La partie du corps humain dans laquelle le haut de la cuisse est emboîté. L'articulation de la hanche. Avoir les poings sur les hanches. Cette femme n'a point de hanches, a trop de hanches. Luxation de la hanche. En termes de Manège, il désigne le Train de derrière d'un cheval, depuis les reins jusqu'au jarret. Ce cheval a de belles hanches, a les hanches hautes. Mettre un cheval sur les hanches, Le dresser, en sorte qu'il se soutienne sur le derrière en galopant. On dit, dans un sens analogue, Ce cheval va sur les hanches; et, dans le sens contraire, Ce cheval traîne les hanches. En termes de Marine, il se dit de la Partie de l'arrière d'un bâtiment qui est entre la poupe et les haubans du grand mât. Aborder un vaisseau par la hanche, le canonner par la hanche, etc.

Littré (1872-1877)

HANCHE (han-ch') s. f.
  • 1Partie du corps qui est formée par l'évasement de l'os iliaque et les parties molles environnantes, et qui se continue avec la cuisse par l'articulation du fémur ou os de ce membre. Avoir les poings sur les hanches. Mais souvent sa main sur sa hanche Faisait bien voir ce qu'elle était, Scarron, Œuv. t. I, p. 307.

    Avoir de la hanche, avoir les hanches prononcées. Cette femme n'a point de hanches.

    Luxation de la hanche, luxation dans laquelle la tête du fémur sort de la cavité de l'os iliaque. Harcourt s'était démis une hanche d'une chute qu'il fit du rempart de Luxembourg en bas, Saint-Simon, 116, 16.

    Terme d'escrime. Se mettre sur la hanche, se mettre en garde ; et fig. prendre une attitude agressive.

    Fig. L'écueil aux hanches énormes, Hugo, Crépusc. 26.

  • 2 Terme de manége. Le train de derrière d'un cheval, depuis les reins jusqu'au jarret. Ce cheval a de belles hanches, les hanches hautes. Le cheval doit être sur la hanche, c'est-à-dire hausser les épaules et baisser la hanche en marchant, Buffon, Quadrup. t. I, p. 30.

    Rabaisser les hanches, forcer un cheval qui plie les jarrets de devant à se redresser en baissant la croupe.

    Traîner les hanches, se dit de l'action d'un cheval qui change de pied en galopant, ou qui galope faux.

    Hanche gagnée, se dit lorsque le cavalier est parvenu à diriger les hanches.

    Mettre un cheval sur les hanches, le dresser, en sorte qu'il se soutienne sur le derrière en galopant.

    Cheval allant sur les hanches, paré sur les hanches, cheval qui se soutient sur le derrière en galopant.

  • 3 Terme de boucherie. Hanche ou maille, maniement pair ou double, commun aux deux sexes, situé à l'angle antérieur et externe de l'ilium.
  • 4Chez les insectes, partie de la région inférieure de la poitrine et du corselet qui reçoit la cuisse ou la première pièce des pattes antérieures, moyennes et postérieures des insectes.
  • 5 Terme de marine. La partie arrondie du vaisseau qui, du flanc, s'étend à l'arrière où se forment les fesses. Canonner un vaisseau par la hanche.

    Hanche du vent, celle qui est du côté exposé au vent ; hanche sous le vent, l'autre.

  • 6La partie arrondie d'un vase qui unit le fond aux parois. La hanche d'une chaudière.

HISTORIQUE

XIIIe s. Goutes de hankes, de genous et des piés, Alebrand, f° 20. Torz fu e de piez et de hanches, Et si vos di en ses deus manches N'avoit pas deus aunes de drap, Ren. 22739. Grailles les flancs, basses les hances, Moult li siet bien sa destre mance, Fl. et Bl. 2907.

XIVe s. Le quel Guillaume abati à terre le dit Laurens du tour d'une haute hanche [sorte de croc en jambe], Du Cange, hancha.

XVe s. Paine mectrai, d'entente franche, Que l'ayez de croq ou de hanche, Orléans, Reponse à Fredet.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HANCHE. Ajoutez :
7Les hanches d'une chèvre (machine) sont les deux grands côtés qui vont en se rapprochant, et entre les extrémités desquels est montée une poulie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HANCHE, s. f. (Anatomie.) partie du corps qui est entre les dernieres côtes & les cuisses.

Les hanches consistent en trois os joints ensemble, qui, à-mesure que l’homme avance en âge, deviennent secs, durs, & osseux ; de sorte que dans les adultes ces trois os semblent n’en faire qu’un seul.

Les deux os des hanches & anciennement os innominés, sont unis ensemble antérieurement, par une espece de symphise cartilagineuse, & postérieurement aux deux côtés de l’os sacrum ; de façon qu’ils représentent un bassin. Voyez Bassin.

Chacun d’eux n’est qu’une seule piece dans l’âge parfait, quoique dans les jeunes sujets il soit composé de trois, l’ilium, l’ischion, & le pubis. Voyez Ilium, &c.

Les parties formées par ces trois pieces sont la cavité cotyloïde formée par les trois, le trou ovale formé par l’ischion & le pubis, la grande échancrure ischiatique formée par l’os ilium & l’ischion, une éminence ou protubérance oblique au-dessus de la cavité cotyloïde faite par l’os ilium & l’os pubis, une échancrure sur le bord de la cavité vers le trou ovale, taillée dans l’os pubis & l’os ischion. Voyez Cotyloïde. (L)

Hanches, (Manége & Marechall.) parties de l’arriere-main du cheval, dont, soit eu égard au traitement, soit eu égard au maniment de l’animal, il paroît que l’on n’a pas eu des notions exactes.

Les hanches résultent proprement des os des iles ; on a donc eu tort d’en fixer l’étendue depuis le haut ou le sommet des flancs jusqu’au grasset ; car dès-lors on a pris deux parties pour une seule ; & l’on a confondu celles dont il s’agit avec la cuisse qui est incontestablement formée par le fémur. Cette erreur en a produit une autre non moins grossiere, puisque l’on a donné le nom de cuisse à la portion qui devoit porter celui de jambe, & que le tibia compose. Voyez Efforts.

L’extrémité supérieure de l’arriere-main ainsi faussement envisagée, on a pensé que dès qu’il y avoit trop ou trop peu de distance des reins à l’origine de la queue, ou à l’endroit qui termine la croupe, les hanches n’étoient pas proportionnées au corps, & qu’elles étoient trop longues ou trop courtes. Quoique l’œil éclairé qui compare cette distance avec l’étendue des parties qui précedent cette même extrémité, puisse en reconnoître aisément les défauts, quelques auteurs se sont persuadés de pouvoir en juger par la position du jarret ; dans le cas où la distance est trop considérable, ils ont prétendu que la saillie en doit être trop en-arriere ; & dans celui où elle est trop raccourcie, ils nous ont donné pour maxime qu’il doit tomber trop à plomb. Comment admettre une semblable regle, & y déférer, lorsque l’on fait attention que le port & la situation de cette portion de l’extrémité postérieure varie conséquemment à la multitude innombrable des attitudes différentes du cheval, qui tantôt se campe d’une façon & tantôt d’une autre, & qui dans sa marche peut être plus ou moins assis, plus ou moins ensemble ? Il est néanmoins vrai que de la forme peu mesurée du fémur, du tibia, & même du cavon, dépend la position plus ou moins perpendiculaire ou plus ou moins oblique du jarret ; mais les hanches proprement dites ne sauroient y donner lieu. S’il s’agissoit de fixer les proportions que doit avoir l’espace qu’on leur a très mal-à-propos assigné, nous établirions comme un principe sûr, que deux lignes tirées dans un cheval vû de profil, l’une depuis la portion la plus éminente de la croupe jusqu’au grasset, l’autre depuis la sommité de l’os des hanches ou de l’os iléon jusqu’à la pointe de la fesse, doivent être égales en longueur à deux lignes qui seroient tirées du grasset au-dessous de la partie saillante & latérale externe du jarret, & de cette partie saillante perpendiculairement à terre.

Dès que les hanches sont réellement un composé de plusieurs os unis par symphise, c’est en ignorer & en méconnoître totalement la disposition mécanique, que de leur attribuer la faculté d’être mûe. Le jeu, les ressorts de l’arriere-main dérivent essentiellement de la flexibilité & de la mobilité des vertebres lombaires, qui tiennent toute la liberté de la propre configuration. En partant de cette vérité constante & dont on est pleinement convaincu par la seule inspection du mouvement progressif de l’animal, puisqu’au moment où ses piés de derriere avancent sous lui & répondent à la ligne de direction de son centre de gravité, la flexion & la courbure de ses reins sont très-apparentes, il est facile de concevoir que dans la circonstance de la distance trop longue des parties qui limitent antérieurement & postérieurement l’extrémité supérieure dont nous avons parlé, ces mêmes piés, lors du pli des vertebres & des articulations des colonnes, outre-passeront nécessairement dans leurs portées la piste de ceux de devant, & constitueront à chaque pas l’animal dans un degré véritable d’instabilité, & conséquemment de foiblesse. Cette considération a sans doute engagé Soleysel à regarder des chevaux ainsi conformés comme des chevaux excellens dans les montagnes. L’élévation du terrein s’oppose en effet au port de leurs piés trop en avant ; & la facilité naturelle qu’ils ont à s’asseoir assûrant celle de la percussion, le devant est chassé & relevé avec véhémence : mais aussi dans la descente, il faut convenir qu’ils souffrent infiniment, non par la peine qu’ils ont à plier les jarrets, ainsi que l’a soûtenu cet auteur, mais parce qu’ils sont à chaque instant prêts à s’acculer.

Du défaut opposé naît l’impossibilité de baisser le derriere, dont la roideur se montre constamment ; la courbure des vertebres n’opérant en quelque sorte qu’un mouvement obscur, & la situation perpendiculaire des colonnes dans leur appui haussant & relevant toûjours la croupe.

Le cheval est réputé avoir les hanches hautes, lorsque les iléons paroissent à l’extérieur ; il est appellé cornu, lorsque la graisse & son embonpoint ne peuvent en dérober l’extrème saillie : il est dit éhanché ou épointé, dans le cas où ces os n’atteignent pas une hauteur égale. Voyez Éhanché, Épointé. Si le cheval se berce en marchant, ce qui provient de la foiblesse de ses reins, nous disons encore qu’il a des hanches flottantes. Après un effort dans les reins, le derriere est à-peine susceptible de mouvemens ; l’action progressive est d’une lenteur extrème, & n’a lieu que par l’action des colonnes ; les hanches sont traînantes ; le tride, l’agilité, la vivacité des hanches, qualités communes au cheval d’Espagne, dépendent de la juste proportion des parties, de la vigueur de l’animal, de la force de ses reins, ainsi que de celles des agens qui meuvent le derriere.

Assouplir, assûrer, affermir, baisser, faire plier, travailler, assujettir les hanches, &c. ces expressions usitées dans les manéges, prises dans le véritable sens & dans leur signification propre, ne doivent donc présenter à l’esprit que l’idée que lui offriroit l’emploi de ces mêmes verbes régissant & précédant ces mots, le derriere, l’arriere-main, ou la croupe.

Cette extrémité dans l’animal chargée des principaux efforts qui peuvent opérer le transport de la masse en-avant, & soûtenir celui de cette même masse en-arriere, a nécessairement besoin d’être sollicitée insensiblement & par degré, comme toutes les autres parties mobiles de la machine, aux mouvemens dont la répétition & l’habitude doivent lui faciliter les actions qui lui sont permises : tout cheval qui n’en a pas acquis la liberté & l’aisance, est totalement incapable de la distribution proportionnée de ses forces, du rejet mesuré, du contre-balancement exact du poids de son corps sur les parties postérieures, & d’une union qui seule peut le rendre agréable à la main, alléger son devant, assûrer sa marche, & maintenir le derriere dans une situation où toutes percussions s’effectuent, pour ainsi dire, sans travail & sans peine. Voyez Union.

Observer les hanches, faire observer les hanches, voyez Fuir les talons, Élargir.

Hanche, (Marine.) c’est la partie du vaisseau qui paroît en-dehors depuis le grand cabestan jusqu’à l’arcasse ; ou bien c’est la partie du bordage qui approche de l’arcasse, au-dessous des banseilles ou galeries qui sont sous les flancs. Voyez Pl. I. Marine, un vaisseau vû par le côté. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hanche »

De l’ancien bas-vieux-francique hanka (cf. moyen néerlandais hancke, hencke). D’après, Diez, le mot dérive du haut allemand ancha (« jambe »)[1]. Et le TLF remarque que cet allemand « s’est substitué au latin coxa»[2]. Mais il y a tout lieu de penser que ni le dictionnaire du TLF ni le philologue allemand ne se souviennent de l’arabe أنقاء, anqa (« os coaxal »)[3], introduit en latin entre 1060 et 1070 sous la plume de Constantin l'Africain[4]. Ce médecin arabe transfuge de l’Ifriqia, (actuelle Tunisie), est le compilateur du célèbre Liber Pantegni, texte fondateur de l’École de médecine salernitaine. Alors que l’on a cru pendant un certain temps que le livre était de son cru, le Pantegni s’est avéré par la suite œuvre de plagiaire. C. L’Africain n’a fait que traduire et compiler des écrits de médecins arabes dont il a emporté avec lui les livres lors de son passage en Italie. Malgré le soin donné à l’apparat savant de l’ouvrage pour en désarabiser le contenu et le helléniser autant que possible, de nombreux mots arabes ont dû se faire translittérer [5], dont « أنقاء, anqa ». Comme le remarquent Du Cange et Charles Singer[6], c’est dans ce livre précisément que se trouve la première attestation du mot en latin. Un siècle plus tard, le anqa latinisé réapparait une seconde fois à la faveur des Traductions tolédanes d’Ibn Sina[7]. Vulgarisé tour à tour par les médecins issus de l’École de Salerne et le Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (« Canon medicinae ») dont le succès a fait éclipser le Pantegni, ancha s'était fait progressivement oublier comme « barbarisme » de Constantin l’Africain, ou du « bas-latin »[8]. Ainsi lit-on sous la plume de Guillaume de Salicet, en 1273[9], de même que dans divers dictionnaires des 18e[10][11] et 19e[12][13] siècles que ce terme est proprement avicennien. Quelque 30 ans après la parution du Dictionnaire étymologique des langues romaines par Diez (1854), l’anatomiste autrichien Joseph Hyrtl sort un livre où il inventorie 150 arabismes du vocabulaire anatomique passés de l’arabe et de l’hébreu en latin, et repris ensuite par les langues romanes[14]. Dont ancha à propos duquel il rappelle l’expression de Steven Blankaart (1650-1740), auteur de nombreux dictionnaires médico-physiques: « Arabicis scriptoribus usita vox est »[15].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. ainche ; provenç. espagn. portug. et ital. anca ; de l'anc. h. allem. ancha, jambe, d'après Diez ; de cette façon, anche et hanche sont le même mot ; en latin, tibia signifie aussi jambe et tuyau. Le latin ancus, crochu, et le grec ἄγϰη, courbure, sont moins proches que l'étymologie germanique. Dans tous les cas, il faut regarder l'h comme épenthétique.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : M. Bugge, Romania, III, p. 152, rejette l'étymologie donnée par Diez et adoptée dans le Dictionnaire (vieux haut-all. ancha, jambe). Il ne pense pas que l'h soit épenthétique, et il rattache hanche à un autre mot germanique : frison, hancke, hencke, hanche ; l'all. mod. Hanke, hanche d'un cheval ; le diminutif tyrolien, henkel, cuisse. Ces rapprochements sont tout à fait décisifs.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hanche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hanche ɑ̃ʃ

Citations contenant le mot « hanche »

  • Le contour absenté d’une hanche est parfois plus tangible que toute présence. De Yann Apperry / Diabolus in musica
  • Elvis Presley, personne ne l’écoutait plus. Cela faisait des années que, d’un coup de hanche, il avait envoyé sa musique dans d’autres galaxies. De Bob Dylan / Chroniques : Volume 1
  • Il a fallu que l’intelligence de l’homme fût obscurcie par l’amour pour qu’il ait appelé beau ce sexe de petite taille, aux épaules étroites, aux larges hanches et aux jambes courtes. De Arthur Schopenhauer
  • Il fut un temps où les femmes portaient des costumes de bain descendant jusqu’aux chevilles puis jusqu’aux genoux et ensuite aux hanches. Il se pourrait bien cette année qu’elles ne les portent même pas jusqu’à la plage. De Anonyme
  • Il en avait vu, des choses, dans sa vie d’homme. Ce qu’il en avait vu! Le vent sec du malheur, la mort des naufragés, une inoubliable récolte de haricots rouges l’année de ses vingt ans, la main forte des dieux, l’usure des jardins, les hanches douces si douces des femmes. Et tant, tant d’autres choses! De Yanick Lahens / Bain de lune
  • La dysplasie de la hanche, d’origine congénitale, touche davantage les chiots de race de grande taille. Mais l’affection de cette articulation se décèle difficilement avant 3 mois. Animaux-Online.com, Chien : risque-t-il une dysplasie de la hanche?
  • La clinique Champeau de Béziers a obtenu son agrément pour pratiquer le resurfaçage de la hanche. midilibre.fr, Le resurfaçage, une nouvelle technique opératoire de la hanche désormais à Béziers - midilibre.fr
  • "Pour être honnête, je me soucie plus de l'état de ma hanche que du résultat de mes rencontres", a lancé le Britannique après avoir perdu (6-7, 7-6, 10/5) contre Edmund, 44e mondial. "Ma hanche va plutôt bien. Je vais bientôt jouer à un haut niveau si je deviens plus constant et que je modifie quelques petites choses", a analysé le doublé champion olympique et triple vainqueur en Grand Chelem. DH Les Sports +, Malgré la défaite, Andy Murray est rassuré par sa hanche - DH Les Sports+
  • Le segment des services publics est principalement stimulé par laugmentation des incitations financières et des soutiens réglementaires des gouvernements à léchelle mondiale. Les denrées Implant de hanche actuelles sont principalement affectées par la pandémie de COVID-19. La plupart des projets en Chine, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée du Sud sont retardés, et les entreprises sont confrontées à des problèmes opérationnels à court terme en raison des contraintes de la chaîne dapprovisionnement et du manque daccès au site en raison de lépidémie de COVID-19. LAsie-Pacifique devrait être fortement affectée par la propagation du COVID-19 en raison de leffet de la pandémie en Chine, au Japon et en Inde. La Chine est le centre épique de cette maladie mortelle. La Chine est un pays majeur en termes dindustrie chimique. Thesneaklife, Marché mondial des Implant de hanche 2020 meilleures entreprises – DePuy Synthes, Smith & Nephew, Stryker, ConforMIS, Corentec – Thesneaklife
  • Donnant son meilleur, l'ancien n ° 1 mondial, Murray était satisfait de sa performance, laissant le résultat de côté et se concentrant sur sa hanche qui a supporté le défi. Tennis World FR, Andy Murray annonce son retour en tournoi si la hanche va bien
  • Global Remplacement de la hanche et du genou Market 2020 est un rapport de recherche analytique qui se penche sur la dynamique de l’industrie mondiale Remplacement de la hanche et du genou. Il présente un plan directeur du marché au niveau administratif avec un accent clé sur ses développements dans le monde. Dans un format lucide par chapitre, le rapport présente les statistiques factuelles du marché Remplacement de la hanche et du genou en plus d’étudier le paysage concurrentiel. L’objectif de cette étude est de présenter un aperçu complet du marché pour les acteurs de l’industrie. Les principales conclusions de ce rapport aideront les entreprises opérant sur le marché Remplacement de la hanche et du genou à identifier les opportunités sur lesquelles elles peuvent capitaliser pour stimuler la croissance. INFO DU CONTINENT, Le marché mondial Remplacement de la hanche et du genou 2020 devrait détenir la plus grande part du secteur Équipement médical - INFO DU CONTINENT

Traductions du mot « hanche »

Langue Traduction
Anglais hip
Espagnol cadera
Italien anca
Allemand hüfte
Chinois 臀部
Arabe ورك او نتوء
Portugais quadril
Russe тазобедренный
Japonais ヒップ
Basque aldaka
Corse hip
Source : Google Translate API

Synonymes de « hanche »

Source : synonymes de hanche sur lebonsynonyme.fr
Partager