La langue française

Dôme

Définitions du mot « dôme »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÔME1, subst. masc.

[En Italie et en Allemagne] Église principale d'une ville, cathédrale. Au dôme, dans la nef de gauche, (...) une porte mène à la Librairie Piccolomini (Suarès, Voy. Condottière,t. 3, 1932, p. 292).Une nouvelle promenade nocturne l'amène enfin dans le « dôme » d'Erfurt (Béguin, Âme romant.,1939, p. 37).Dans le bas-côté du dôme de Florence, on penserait devoir surtout s'émerveiller de la science du trompe-l'œil (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 170):
La Descente de Croix peinte par Baroche pour le Dôme de Pérouse, fut une des premières imitations de Volterra en Italie. Mâle, L'Art relig. après le Concile de Trente,1932, p. 280.
Prononc. et Orth. : [do:m]. Ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1502 domme (J. d'Auton, Annales de Louis XII, p. 102 ds La Curne : L'eglise de S. Laurent qui est le grand domme de Genes); av. 1512 Dome (P. Desrey, Voyage de Charles VIII à Naples, p. 201, ibid.). Empr. à l'ital.duomo « église cathédrale », attesté dep. le xiiies. (Malispini ds Batt.), prob. issu par ell. du lat. médiév. domus episcopi (cf. 766 domus episcoporum à propos de la cathédrale de Lucques cité par P. Aebischer ds R. Ling. rom., t. 31, p. 82; autres doc. lat. viiieet ixes. cités ibid., pp. 82-86), proprement « maison de l'évêque ». Bbg. Aebischer (P.). L'Ital. duomo « cathédrale » et ses orig. In : [Mél. Orr (J.)]. R. Ling. rom. 1967, t. 31, pp. 121-122. − Hope 1971, p. 37.

DÔME2, subst. masc.

A.− ARCHITECTURE
1. Comble, de forme généralement hémisphérique, couvrant tout ou partie d'un édifice. Dôme de bronze, dôme surbaissé; le dôme de la cathédrale. Toute la moitié sud de Paris et son horizon voilé, hérissé de dômes, de clochers, de nuages et de cheminées (Nizan, Conspir.,1938, p. 22).Par la fenêtre, je vois le dôme noir de l'oratoire catholique (Green, Journal,1935-39, p. 62):
1. Celui [le pavillon] du milieu est coiffé d'un dôme écrasé semblable à celui des pavillons dits de l'Horloge aux Tuileries ou au Louvre, et dans lequel se trouve une seule pièce formant belvédère et ornée d'une horloge. Balzac, Le Curé de village,1839, p. 136.
SYNT. Dôme byzantin, à pans, surmonté; dôme d'ardoise, d'airain, de cuivre, de porphyre; dôme central, doré, pointu, renflé; les piliers, les escaliers, la galerie du dôme; le dôme de la mosquée, du temple, de l'église; le dôme de l'Institut, du Capitole, de la Sorbonne, du Panthéon, des Invalides. PARAD. Bulbe, comble, coupole, voûte.
2. P. ext. Plafond voûté. Synon. partic. coupole.Le plafond lui-même était un large dôme de satin bleu changeant, semé de clous d'or (Zola, Contes Ninon,1864, p. 18).
B.− [P. anal.]
1. [de forme]
a) [Par ressemblance avec un édifice] On se croirait (...) sous un autre ciel, si le mont Blanc n'était pas debout, à l'horizon, avec ses dômes de neige (MmeV. Hugo, Hugo,1863, p. 52).La grande majorité des fourmis creusent leurs nids dans le sol et le surmontent d'un dôme en terre (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 363).
b) Objet de forme hémisphérique formant la partie supérieure d'un ensemble. Le dôme d'une pendule, un trône surmonté d'un dôme. MmeLaroque se plongea dans l'ombre du petit dôme qui surmonte son fauteuil (Feuillet, Rom. j. homme pauvre,1858, p. 213).La table était éclairée par un lustre de bronze lourd et compliqué, dont le dôme rabattait la lumière sur la nappe (Chardonne, Dest. sent., I, 1934, p. 59).
Ce qui a une forme bombée, rebondie. Dine ramasse quelque chose sous le lit, je n'aperçois que le dôme de sa croupe, en satin noir (Aymé, Vaurien,1931, p. 173):
2. Fernande soufflait dans une robe écossaise dont le corsage, lacé à toute force par ses compagnes, soulevait sa croulante poitrine en un double dôme toujours agité... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Maison Tellier, 1881, p. 1185.
2. [de fonction] Couverture, abri. Ils pénétraient au pas dans les parcs, sous les dômes apaisants de la nuit, des feuillages et des oiseaux (Giono, Chron.,Noé, 1947, p. 191):
3. Elles [les avenues] aboutissent à de vastes ronds-points, à des salles de verdure, au-dessus desquelles des arbres de haute futaie, pareils à des colonnes, soutiennent des dômes de feuilles. Zola, Le Capitaine Burle,1883, p. 210.
C.− P. métaph. et au fig. Il m'a semblé qu'un dôme de paix descendait sur nous (Bloy, Désesp.,1886, p. 217).L'immobilité du soir presque orageuse, paraissait s'aplatir sous un invisible dôme de peur (Gracq, Syrtes,1951, p. 210):
4. Je lançais le volume en haut du ciel-de-lit! Les livres s'entassaient dans ce creux d'ombre noire, Si bien que je dormais sous un dôme d'Histoire... Rostand, L'Aiglon,1900, II, 4, p. 77.
Loc. Être admis sous le dôme (c'est-à-dire la coupole de l'Institut). Être reconnu par cette instance. Le nom de « Montyon » sonnera sous ce dôme, jusqu'à la fin des siècles, chaque année (Valéry, Variété IV,1938, p. 161).
D.− Emplois spéc.
1. ANAT. Dôme pleural. Partie supérieure de la plèvre pariétale couvrant le sommet du poumon. Elle [la plèvre] se rétrécit graduellement et finit par former à la partie toute supérieure le dôme pleural (G. Gérard, Anat. hum.,1912, p. 113).
2. GÉOMORPHOLOGIE
a) TECTONIQUE. Anticlinal en forme de dôme (cf. George 1970).
b) VULCANOLOGIE. Coulée de lave pâteuse s'accumulant autour du point d'émission pour former un relief particulier, dont le Puy-de-Dôme est un exemple. Dôme d'intrusion, d'extrusion; crypto-dôme :
5. Les dômes péléens d'extrusion n'ont pas de cratère à leur sommet, mais ils peuvent apparaître dans un cratère antérieur, ouvert au sommet d'un cône de scories. M. Derruau, Précis de géomorphol.,Paris, Masson, 1974, p. 295.
3. TECHNOL. Dôme de vapeur. Réservoir formant la partie supérieure d'une chaudière et évitant l'entraînement des liquides dans la vapeur. La vapeur est produite par une chaudière dont le dôme forme réservoir de fluide sous pression (Gorgeu, Machines-outils,1928, p. 333).
4. MAR. Synon. plus rare de capot*.
Prononc. et Orth. : [do:m]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1600 dosme « toiture de forme ronde » ici, à propos d'un colombier (O. de Serres, Théâtre d'agriculture, p. 384). Empr. à un anc. prov.doma « toit en forme de coupole » (qui a dû exister, bien que l'unique ex., Flamenca ds Levy Prov., soit peu clair : cf. G. Paris ds Romania, t. 24, pp. 274-276; cf. lat. médiév. Dome, apr. 1227, St Martial de Limoges ds Du Cange), empr. au b. lat. doma, -atis « toit en terrasse », empr. au gr. δ ω ̃ μ α, « id ».
STAT. − Dôme1 et 2. Fréq. abs. littér. : 807. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 719, b) 1 619; xxes. : a) 968, b) 514.
BBG. − Archit. 1972, p. 112, 205.

Wiktionnaire

Nom commun

dôme \dom\ masculin

  1. (Architecture) Ouvrage en forme de coupe renversée, qui surmonte un grand édifice.
    • Vous ne l’ignorez pas, presque toutes nos cathédrales sont cruciformes ; dans la primitive Eglise, il est vrai, vous trouverez un certain nombre de sanctuaires bâtis en rotonde et coiffés d’un dôme ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Nous avons fait usage du fourneau ordinaire de fondeurs, avec cette différence que ce fourneau étoit recouvert d’un dôme en terre cuite pour concentrer la chaleur. — (Résultat des Expériences & Observations de MM. De Ch… & Cl… sur l’Acier fondu, dans le Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts, juillet 1788, , vol.33, p.47)
  2. Coupole.
    • Le comble de ce pavillon, ce ciel de lit est fait en dôme.
    • Dôme surbaissé.
    • Dôme à pans, celui dont le plan est un polygone.
  3. (Par métonymie) Bâtiment caractérisé par son dôme.
    • Le dôme de Milan.
  4. (Par analogie) Voûte de verdure, de feuillage, des cieux.
    • En quittant le dôme vert des noyers sous lesquels se cachait la poste de la Frillière, cette voiture fut entraînée avec une telle rapidité qu’en un moment elle arriva au pont bâti sur la Cise, […]. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Au fond d'une vallée qui semblait être d'une incommensurable profondeur, la rivière Fnjóská dessinait un ruban argenté sous un dôme de noirs nuages. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 83)
    • Un gai soleil éclairait la scène : une large avenue bordée de cavaliers, toute blanche de fleurs, éblouissante sous le dôme bleu du ciel, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 132)
  5. (Géographie) (Par analogie) Relief arrondi.
    • le Puy de Dôme.
    • Le dôme de Vredefort.
  6. (Médecine) Embout amovible d’une audioprothèse, fixée à l’haut-parleur, et qui se loge dans le conduit auditif afin que l’ensemble soit maintenu en place.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÔME. n. m.
T. d'Architecture. Ouvrage en forme de coupe renversée, qui surmonte un grand édifice, et, par extension, Tout autre ouvrage de même forme. Le dôme du Val-de-Grâce, des Invalides, du Panthéon. Le comble de ce pavillon, ce ciel de lit est fait en dôme. Dôme surbaissé. Dôme à pans, Celui dont le plan est un polygone. Il se dit, dans quelques pays étrangers, d'une Église principale ou cathédrale. Le dôme de Milan. Par analogie, Dôme de verdure, de feuillage, Voûte de verdure, de feuillage.

Littré (1872-1877)

DÔME (dô-m') s. m.
  • 1 Terme d'architecture. Construction en forme de demi-sphère creuse surmontant un grand édifice. Le dôme de St-Pierre à Rome. Le dôme du Val-de-Grâce. Le dôme du Panthéon. Philander et Barbaro croient que tholus est ce que nous appelons la lanterne d'un dôme, Perrault, Vitruve, IV, 7, en note, à la fin.

    Dôme à pans, dôme dont le plan est polygonal. Dôme surbaissé, celui qui forme une portion de sphéroïde aplati. Dôme surmonté, celui qui forme une portion de sphéroïde allongé.

    Par extension, voûte. L'antique alleluia de Jacob fait retentir le dôme des églises, Chateaubriand, Génie, I, I, 7. C'est la religion qui fait gémir, au milieu de la nuit, la vestale sous ses dômes tranquilles, Chateaubriand, ib. III, I, 1.

  • 2 Par analogie. Dôme de verdure, voûte de feuillage. Les dômes des forêts que les brises agitent, Bercent le frais et l'ombre et les chœurs des oiseaux, Lamartine, Harm. II, 6.

    Le dôme des cieux, la voûte céleste. Oh ! que tes cieux sont grands et que l'esprit de l'homme Plie et tombe de haut, mon Dieu ! quand il te nomme, Quand, descendant du dôme où s'égaraient ses yeux, Atome, il se mesure à l'infini des cieux ! Lamartine, Harm. II, 4.

  • 3Nom que l'on donne, en plusieurs villes d'Italie et d'Allemagne, à l'église principale, que cette église ait ou non une coupole. Le dôme de Milan.
  • 4 Terme de marine. Sorte de grand capuchon de planches qui couvre l'escalier par où on descend du gaillard d'arrière sur le pont.
  • 5Partie supérieure du fourneau à réverbère.

    Réceptacle métallique d'une chaudière tubulaire, dans lequel le conduit à vapeur prend son origine.

    Couverture d'une cassolette, d'un encensoir.

HISTORIQUE

XVe s. Comme il [Charles VIII] approchoit de la ville de Pavie, ceux du clergé lui vinrent au devant en fort honorable procession, et en ceste maniere il fut conduit jusques à la grant eglise appellée le dome, P. Desrey, Voy. de Charles VIII à Naples, p. 201, dans LACURNE.

XVIe s. L'eglise de St Laurent qui est le grand domme de Genes, Jean D'Auton, Ann. de Louis XII, p. 102, dans LACURNE. Le dosme sur la couverture, portant la principale fenestre pour entrée et issue aux pigeons, ensemble les nids seront disposés comme sera monstré, De Serres, 384.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dôme »

(Siècle à préciser) Du latin doma (« toit de la maison », « dôme (chez Vitruve) ») issu du grec ancien à δῶμα dóma, dómatos (« maison ») issu d’une racine indoeuropéenne dont est issu domus en latin, dům en tchèque, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. doma, domatis, maison, église, qui se trouve dans saint Jérome, et qui vient du grec δῶμα, maison. L'ital. duomo, d'après Diez, vient du latin domus Dei, maison de Dieu ; mais pourquoi séparer duomo de doma, et le rattacher à domus ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dôme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dôme dom

Évolution historique de l’usage du mot « dôme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dôme »

  • Envoyez l’architecte dans nos montagnes. Qu’il apprenne là ce que la nature entend par arc boutant, ce qu’elle entend par un dôme. De John Ruskin

Images d'illustration du mot « dôme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dôme »

Langue Traduction
Anglais dome
Espagnol hazme
Italien cupola
Allemand kuppel
Chinois 圆顶
Arabe قبة
Portugais cúpula
Russe купол
Japonais ドーム
Basque kupula
Corse cupola
Source : Google Translate API

Synonymes de « dôme »

Source : synonymes de dôme sur lebonsynonyme.fr

Dôme

Retour au sommaire ➦

Partager