La langue française

Courroux

Sommaire

  • Définitions du mot courroux
  • Étymologie de « courroux »
  • Phonétique de « courroux »
  • Évolution historique de l’usage du mot « courroux »
  • Citations contenant le mot « courroux »
  • Images d'illustration du mot « courroux »
  • Traductions du mot « courroux »
  • Synonymes de « courroux »
  • Antonymes de « courroux »

Définitions du mot courroux

Trésor de la Langue Française informatisé

COURROUX, subst. masc.

[À propos d'une pers. occupant un rang social élevé, d'une divinité et p. ext. d'un animal considéré comme noble] Action de se courroucer, irritation véhémente et noble. L'impétueux courroux d'un tigre (Ponson du Terr., Rocambole,t. 3, 1859, p. 502).Geneviève braverait le courroux de son père, l'opinion du monde et ses mépris (Gide, Caves,1914, p. 872):
1. ... si on s'arrête au langage des lois dans chaque partie du monde, on y retrouvera les caractères de leurs habitants; car elles font parler en Amérique le courroux des dieux, en Afrique la colère des rois, en Europe leur bon plaisir, et quelquefois l'intérêt des peuples, et en Asie la volonté du ciel. Bernardin de St-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 298.
2. J'allais voir sur ce corps et cette âme toutes les morsures et les caresses de la vie. (...) Selon l'humeur des jours j'allais voir l'anxiété sur cette confiance, la fièvre sur cette santé, le courroux sur ce calme. Giraudoux, Sodome et Gomorrhe,1943, I, 1, p. 35.
SYNT. Courroux du ciel. « Ah! tremblez que le courroux du ciel ne s'allume » (Volney, Ruines, 1791, p. 135). Apaiser, désarmer le courroux; persévérer dans le courroux.
P. métaph. [À propos des éléments naturels] Agitation violente. C'est alors qu'on découvre le couvent et le château maure, comme deux îles tranquilles au milieu des flots d'une mer en courroux (Crèvecœur, Voyage,t. 2, 1801, p. 291).
Rem. Courroux se rencontre surtout en poésie et dans le style soutenu à la différence de colère, dont l'emploi est plus courant. Actuellement, il est toujours utilisé au sing. Guérin 1892 signale le synon. vieilli courroucement.
Prononc. et Orth. : [kuʀu]. Pour Littré l'x final se lie : un kou-rou-z (aveugle). Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. 2emoitié xes. corropt « colère » (Vie de Saint Léger, éd. J. Linskill, 105); 1165-76 corroz (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 1494); Rich. 1680 remarque que le mot est davantage en usage en poésie qu'en prose où il est surtout employé en parlant de la colère des éléments. Prob. déverbal de l'a. fr. corrocier (courroucer*). Fréq. abs. littér. : 436. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 280, b) 801; xxes. : a) 226, b) 195. Bbg. Goug. Mots t. 1 1962, p. 23, 25, 130, 132.

Wiktionnaire

Nom commun

courroux \ku.ʁu\ masculin invariable

  1. (Soutenu) Irritation véhémente, colère.
    • Il faut perdre Aricie, il faut de mon époux
      Contre un sang odieux réveiller le courroux.
      (Racine, Phèdre, Acte IV, Scène 6)
    • Tandis que les courtisans, […], suivaient l’exemple de leur prince, en lançant un trait de ridicule contre Cédric, la figure du Saxon s’enflammait de courroux, et il dardait des regards fiers de l’un à l’autre, …. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • « C’est étrange, il y a des mots qui sont aussi beaux dans les deux langues… écoute comme il est beau en russe, le mot ‘gniev’, et comme en français ‘courroux’ est beau… c’est difficile de dire lequel a plus de force, plus de noblesse… elle répète avec une sorte de bonheur ‘Gniev’… ‘Courroux’… elle écoute, elle hoche la tête… Dieu que c’et beau… et je réponds Oui. » — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 258)
    • Une publicité […] faisant un "usage abusif" de son image déclenche le courroux de M. Sarkozy. (Le Monde, 30 janvier 2008)
    • (Figuré) (Poétique) Le courroux de la mer, des flots. - Les flots en courroux.
    • Done Elvire -- Je ne viens point ici pleine de ce courroux que j'ai tantôt fait éclater, et vous me voyez bien changée de ce que j'étais ce matin. (Molière, Don Juan, acte IV, scène V)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COURROUX. n. m.
Irritation véhémente. Il ne s'emploie guère qu'en poésie et dans le style soutenu. Le courroux de Dieu. Le courroux du Ciel. Être, entrer, se mettre en courroux. Fuir le courroux de quelqu'un. Qui pourrait soutenir son courroux? Fig., Le courroux de la mer, des flots. Les flots en courroux.

Littré (1872-1877)

COURROUX (kou-rou ; l'x se lie : un kou-rou-z aveugle) s. m.
  • 1Sentiment d'irritation : s'emploie en poésie et dans le style soutenu. Et même ses courroux, tant soient-ils légitimes, Sont des marques de son amour, Malherbe, I, 5. Et si de mes discours vous entrez en courroux, Régnier, Élég. 5. Sans de l'une ou de l'autre allumer le courroux, Corneille, D. Sanche, II, 4. Je sais que mes crimes Vous ont causé souvent des courroux légitimes, Rotrou, Vencesl. V, 4. Je ne sais qui me tient, infâme, Que je ne t'arrache les yeux, Et ne t'apprenne où va le courroux d'une femme ? Molière, Amph. II, 3. Mais si la cruelle Se met en courroux Au récit fidèle Des maux que je sens pour elle, Oiseaux, taisez-vous, Molière, la Princ. II, 2e interm. sc. 3. Quoi ! Tout ce grand projet qui m'a mise en courroux, Molière, l'Étour. I, 10. Il se met en courroux, Molière, ib. I, 2. Un aveu dont d'abord elle a paru contente Faute d'avoir le temps de s'en mettre en courroux, La Fontaine, Fianc. Laisse-t-elle un moment respirer son époux, Ses valets sont d'abord l'objet de son courroux, Boileau, Sat. X. Un esclave est pour elle un objet de courroux, Racine, Alex. I, 2. Je ne condamne plus un courroux légitime, Racine, Andr. II, 4. Poursuivez, s'il le faut, un courroux légitime, Racine, Baj. V, 4. Et ce juste courroux, Ainsi qu'à tous les Grecs, seigneur, vous rend à vous, Racine, ib. II, 5. Ce courroux enflammé, Racine, ib. III, 1. Jouissez à loisir d'un si noble courroux, Racine, ib. III, 6. Dieu parle, et d'un mortel vous craignez le courroux ! Racine, Esth. I, 3. Comment ce courroux si terrible En un moment s'est-il évanoui ? Racine, ib. II, 9. Croyez-moi, plus j'y pense et moins je puis douter Que sur vous son courroux ne soit près d'éclater, Racine, Ath. I, 1. Ces nations frémissaient de courroux, Fénelon, Tél. X.

    Il se dit aussi de quelques animaux nobles ou féroces. Le courroux du lion.

  • 2 Fig. Où la vague en courroux semblait prendre plaisir à feindre de le rendre [le corps de Pompée] et puis le ressaisir, Corneille, Pomp. V, 1. Ma fortune va prendre une face nouvelle, Et déjà son courroux semble s'être adouci, Racine, Andr. I, 1. Des astres ennemis j'en crains moins le courroux, Racine, Esth. II, 7. Comme Neptune de son trident apaise les flots en courroux, Fénelon, Tél. XXIII.

SYNONYME

COURROUX, COLÈRE. Ces deux mots diffèrent non par le sens qui est le même, mais par l'emploi ; c'est-à-dire que colère appartient à tous les styles, tandis que courroux n'appartient qu'au style soutenu et à la poésie.

HISTORIQUE

XIe s. Qui tort eslevera, ou faus jugement fera par curruz, Lois de Guill. 41.

XIIe s. Curuz de rei n'est pas gius [jeu] de petit enfant ; Qu'il comence à haïr, seit pur poi u pur grant, Jamais ne l'amera en trestut sun vivant, Th. le mart. 38. Seignur, fait-il, j'apel ; kar mestier en ai grant : Car cist curuz me vait mult durement grevant, ib. 41. [Ils] ferirent les pecheors en lor ire e les felons en lor corroz, Machab. I, 2. Se il pecchent envers tei, e tu par curuz les livres à male veue à lur enemis, Rois, 263.

XIIIe s. Berte la debonaire sans corous et sans ire, Berte, XI. Si en ot en son cuer si grant courou et si grant ire que…, Chr. de Rains, p. 58. Li pors qui tant curu avoit Que trestout aveglez estoit De lasseté et de corrot, En l'espié se feri debot, Ren. 22511. Ens ou milieu je vi haïne Qui de courrous et d'ataïne [querelle] Sembloit bien estre moveresse, la Rose, 150. Il ot peur que s'il ne fesoit sa volonté, qu'il ne moreust en couroz ou en hayne, Beaumanoir, XII, 35. Mestiers est à celi qui se melle d'ofice d'avocat, qu'il sace souffrir et escouter sans courous, Beaumanoir, V, 10. Quant aucuns a son enfant mort, si comme par fu… on n'en doit rien demander au pere ne à le [la] mere, car li grant courous qu'il en ont les doit delivrer du damace temporel, Beaumanoir, LXIX, 5. Le roy respondi que il en pooient faire leur volenté ; car il amoit miex mourir bon crestien, que ce que il vesquit ou courrous Dieu et sa mere, Joinville, 247.

XVe s. Et adonc le duc d'Orliens par grant couroulz lui dist : Monseigneur, je n'ay point rompu la paix, Fenin, 1414.

XVIe s. Laquelle ne feroit qu'aigrir nostre courroux, Calvin, Instit. 152. Courroux est vain sans forte main, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 278.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « courroux »

Du latin corruptum, participe passé de corrumpere (« corrompre », « détériorer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anc. wallon, coroche ; provenç. corrotz ; ital. corruccio. Étymologie difficile. On a indiqué le latin coruscare, briller ; mais le sens ne convient pas. Raynouard le rattache à cour, sans indiquer comment s'est faite la dérivation. Diez le tire de cholera, proprement bile, et figurément colère, par l'intermédiaire d'une forme coleruccio ; mais, s'il en est ainsi, comment se fait-il qu'en aucune des formes ne paraisse l'l étymologique ? On devrait trouver ce mot écrit quelquefois colrouz. À l'appui de son dire, Diez cite l'ancien français courine qui signifie aussi colère, et qu'il dérive de cholera, par une forme cholerina ; mais là aussi, d'une part, on regrette de ne pas trouver parfois coulrine, et d'autre part on a, dans le provençal, coreilla, corilla, qui paraît le même que courine et qui dérive de cœur. En étudiant de près les formes du mot, on en trouve deux au régime singulier, l'une plus rare qui est corrot, et l'autre plus commune qui est corrouz. La première correspond à l'italien corrotto, deuil, et est évidemment un substantif fictif corruptus, dérivé du participe corruptus. Que corruptus ait pu donner corrot, et ruptus, rot, c'est ce que prouvent les exemples suivants : Icellui suppliant a congneu [avoué] que ses diz tesmoings il avoit induis et corroz [corrompus], DU CANGE, corrumpere. Roz [rompus] [il] ot les laz del heaume de Baviere, Bat. d'Aleschans, V. 622. Corrot paraît entraîner courroux et le rattacher à corruptus, par l'intermédiaire d'une forme corruptium. On conçoit sans peine que corrumpere ait pris le sens d'aigrir, mettre en peine, irriter ; d'ailleurs le fait est certain pour le français corrot, et l'italien corrotto. L'italien cruccio, crucciare, est une contraction de corruccio, corrucciare, contraction qui se trouve aussi dans l'ancien français (crucier, voy. l'historique de courroucer). Une autre contraction française de courroucer est courcier, de courrecier pour courroucer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « courroux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
courroux kuru

Évolution historique de l’usage du mot « courroux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « courroux »

  • Le jugement qui s'oppose sur le champ promptement au courroux, et le supprime, ne remédie pas seulement au présent, ains* fortifie et rend l'âme plus raide et plus ferme à l'avenir. Jacques Amyot, Œuvres morales, traduit de Plutarque.
  • La justice est souvent le masque du courroux. Jean de Rotrou, Venceslas, V, 6
  • Courroux de frère, courroux de diables d'enfer. De Gabriel Meurier / Trésor des sentences
  • Février trop doux, Printemps en courroux. De Proverbe français
  • Un plan social objet d’une discussion de marchands de tapis publique entre la direction d’un groupe et l’État actionnaire! Le gouvernement, qui a présenté le 9 juin un plan de soutien de 8 milliards à l’industrie aéronautique, a manifesté son courroux dès l’annonce par Airbus, mardi, de son projet de supprimer 15.000 postes, dont 5000 en France. «Le chiffre est excessif, a tonné l’entourage du ministre de l’Économie. Nous attendons qu’Airbus réduise le nombre de suppressions d’emplois.» Bruno Le Maire pourrait être entendu et les suppressions de postes dans l’Hexagone réduites à 3500… Le Figaro.fr, Justifier les aides d’État aux sociétés qui licencient, un casse-tête pour l’exécutif

Images d'illustration du mot « courroux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « courroux »

Langue Traduction
Anglais wrath
Espagnol ira
Italien ira
Allemand zorn
Chinois 愤怒
Arabe غيظ
Portugais ira
Russe гнев
Japonais 怒り
Basque hasarrea
Corse ira
Source : Google Translate API

Synonymes de « courroux »

Source : synonymes de courroux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « courroux »

Partager