La langue française

Coquillé

Définitions du mot « coquillé »

Trésor de la Langue Française informatisé

COQUILLÉ, ÉE, adj.

A.− Qui contient des coquilles de mollusques fossiles. La roche proprement dite est un calcaire dur et coquillé d'un grain très serré, demi-compact, très dense et propre aux travaux de maçonnerie (Bourde, Trav. publ.,1928, p. 82).Synon. coquillier*.
B.− Qui a, évoque la forme arrondie d'une coquille de mollusque.
1. MODES
a) [En parlant d'un tissu] Qui est légèrement ondulé. Le buste, les hanches sont alors étroitement drapés dans le tissu qui, retenu sur le côté gauche, laisse de la souplesse devant et s'épanouit en un volant coquillé (L'Œuvre,10 mars 1941).
Subst. masc. Elle arracha les épingles du coquillé de dentelles et se dégagea des manches drapées (Chardonne, Dest. sent.,1934, p. 79).
b) [À propos d'une coiffure] Subst. masc. Cheveux légèrement frisés, en petites coques. Une coiffure généralement adoptée est celle qui se compose de coques étagées sur le sommet de la tête. Sur le devant, on fait des petits « coquillés » de cheveux très légers qui voilent le front (Stéphane, Art coiff. fém.,1932, p. 187).
2. TECHNOL. [En parlant d'un objet] Qui présente des boursouflures. Pain coquillé. Au raccordement du marly avec le fond, suivant que le moulage s'opère avec arrêt ou trop de fuyant, l'assiette à la sortie du four est coquillée ou renversée (Brongniart, Traité arts céram.,1844, p. 729).
3. ZOOL. [En parlant d'une certaine espèce de pigeons] Qui a les plumes redressées en arrière de la tête. La famille des colombidés (...) comprend : Le palombe (...), les pigeons (...), coquillé, cravaté (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. naval,1899, p. 449).
Prononc. Seule transcr. ds Littré et DG : kò-ki-yé. Étymol. et Hist. 1350 pain coquillé (doc. ds C. Leber, Collection des meilleures dissertations, XIX-295 ds IGLF). Dér. de coquille*; suff. *. Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Forme de verbe

coquillé \kɔ.ki.je\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe coquiller.

Nom commun

coquillé \kɔ.ki.je\ masculin

  1. (Zootechnie) Une des races de pigeons munis d’une coquille de plumes derrière la tête.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COQUILLE. n. f.
Enveloppe dure et calcaire de certains mollusques testacés, tels que les limaçons, les moules, les pétoncles, etc. Les coquilles sont appelées univalves, bivalves ou multivalves, selon qu'elles sont d'une, de deux ou d'un plus grand nombre de pièces. Coquilles de terre. Coquilles d'eau douce. Coquilles de mer. La coquille d'un limaçon. Or de coquille, en coquilles, Sorte de pâte faite de miel et de feuilles d'or réduites en poudre, dont on se sert en peinture pour dorer, et qui se vend dans des coquilles. Fig. et fam., Rentrer dans sa coquille, par allusion au limaçon. Se retirer d'une entreprise téméraire, abandonner un propos hasardé ; se remettre à sa place de soi-même ou par l'effet de quelque menace. Fig. et fam., Ne faire que de sortir de la coquille, Être fort jeune et sans expérience. Il se dit des Coques d'œufs, de noix, d'amandes, etc., principalement quand elles sont vides, rompues, cassées. Par extension, il se dit aussi, en termes d'Arts, de Certains objets auxquels on donne la forme d'une coquille ou d'une conque marine. Le bassin de cette fontaine est une vaste coquille de marbre, de pierre, etc. En termes d'Architecture, Coquille d'escalier, Le dessous de l'assemblage des marches d'un escalier qui tourne en limaçon ou l'Intrados de la voûte rampante formée par cet assemblage. Il se dit, en termes de Papeterie, d'une Sorte de papier collé, dont la marque est une coquille. On dit aussi, par apposition, Format coquille. Il se dit, en termes d'Imprimerie, de la Lettre qui a été employée pour une autre dans la composition et qu'il faut corriger. Faire des coquilles. Le correcteur a laissé beaucoup de coquilles dans cette épreuve.

Littré (1872-1877)

COQUILLÉ (ko-ki-llé, llée, ll mouillées) part. passé.
  • 1Formé en façon de coquille. Une fois que la dentelle… sera coquillée en volants, froncée en manchettes…, Ch. Blanc, l'Art dans la parure, p. 285.
  • 2Rempli de coquilles. Le fond [de l'étang de Berre] en est de bonne tenue, vase grise et coquillée, Journ. offic. 6 sept. 1874, p. 6400, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « coquillé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coquillé kɔkile

Citations contenant le mot « coquillé »

  • Cet ouvrage imposant de plus de 2 mètres de long prenait la poussière dans les réserves du musée de Picardie depuis plus de 30 ans. Réalisée au XIVe siècle, dans une pierre calcaire coquillée issue des carrières de la région, la sculpture avait été placée sur la tombe de l’évêque Simon de Gonçans, dans une chapelle axiale de la cathédrale d’Amiens. Ce gisant présente des caractéristiques typiques de son époque qui voit s’imposer un plus grand souci d’individualisation et de naturalisme dans la sculpture funéraire. « On s’éloigne vraiment des gisants du XIIIe siècle qui ont, en général, des visages très lisses, l’air jeune et les yeux ouverts », explique François Séguin, « ici, c’est le contraire. Il a l’air âgé, son visage est affaissé, il a des rides et ses yeux sont fermés ». L’encrassement de la sculpture empêchait d’observer les traits finement sculptés de l’évêque, d’où la nécessité de cette restauration. Connaissance des Arts, Restauration : oublié pendant des décennies, un gisant vieux de 700 ans retrouve son éclat à Amiens | Connaissance des Arts

Traductions du mot « coquillé »

Langue Traduction
Anglais shell
Espagnol cáscara
Italien conchiglia
Allemand schale
Chinois 贝壳
Arabe الصدف
Portugais concha
Russe оболочка
Japonais シェル
Basque maskorra
Corse cunchiglia
Source : Google Translate API

Antonymes de « coquillé »

Coquillé

Retour au sommaire ➦

Partager