La langue française

Coquillage

Définitions du mot « coquillage »

Trésor de la Langue Française informatisé

COQUILLAGE, subst. masc.

A.− Mollusque (généralement marin et comestible) qui habite une coquille. Coquillages comestibles, manger des coquillages crus :
1. N'est-elle que le sentiment de désirer ou de trouver, dans une œuvre humaine, cette certitude dans l'exécution, cette nécessité d'origine intérieure, et cette liaison indissoluble et réciproque de la figure avec la matière que le moindre coquillage me fait voir? Mais notre mollusque ne se borne pas à distiller en mesure sa merveilleuse couverte. Valéry, Variété V,1944, p. 35.
P. compar. Intérieurement l'homme est un assemblage de coquilles. (...) la vie partielle construit sa demeure comme le coquillage construit sa coquille (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 111).
B.− P. ext. La coquille même. Collier de coquillages. Comme un pèlerin de Palestine emporte sur son habit les coquillages de la rive, ainsi vous nous aviez attachés au bord du manteau du matin (Quinet, Ahasverus,1833, 4ejournée, p. 350):
2. Cette petite fille à la peau presque noire, ... Qui cueille sa parure aux buissons des chemins, Et qui n'a pour orner ses bras et ses oreilles Qu'un rang de coquillage ou de graines vermeilles; ... Lamartine, Toussaint Louverture,1850, I, 2, p. 1273.
[Avec une valeur symbolique] :
3. ... Charbonneaux-Lassay écrit (Le bestiaire du Christ, p. 922) : « pris dans son ensemble, test et organisme sensible, le coquillage fut, pour les Anciens, un emblème de l'être humain complet, corps et âme. La symbolique des Anciens fit de la coquille l'emblème de notre corps qui renferme dans une enveloppe extérieure l'âme qui anime l'être entier, représenté par l'organisme du mollusque. Bachelard, La Poétique de l'espace,1957, p. 114.
P. compar. La peau, la chair des femmes [ressemble] à la chair des fruits, au duvet des fleurs. Telle corolle ou coquillage est comme un sexe (Faure, Esprit formes,1927, p. 196).
Expr. fig., péj. Raisonner comme un coquillage. Faire un raisonnement creux, déraisonner. Vous raisonnez comme un coquillage, (...) voilà Danglars, qui est un finot, un malin, un grec, qui va vous prouver que vous avez tort (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 39).
C.− [P. anal.]
1. [De forme] Ce qui rappelle la forme arrondie ou la couleur d'un coquillage.
a) [À propos du corps, d'une partie du corps] Une bouche quelquefois entr'ouverte avec la netteté rose et le nacré d'un coquillage (Goncourt, Journal,1865, p. 135).
b) [À propos d'une chose] :
4. ... la chaleur du plein jour interdit tout contact entre les êtres, dresse entre eux des herses de flammes invisibles et de cristaux bouillants, où sans transition le froid de la nuit les fige un à un dans leurs coquillages de gemme, habitants nocturnes d'une banquise sèche, ... Camus, L'Exil et le royaume,1957, p. 1581.
2. [De fonction; p. réf. au murex, mollusque dont les Anciens tiraient la pourpre] Une belle journée humaine est un coquillage de soleil, de nacre et de sel, − d'intelligence, de plaisir et de larmes. Elle sent que la destinée du coquillage est de donner une goutte de pourpre, et elle la donne (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 178).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Coquillagé, ée, adj. Couvert de coquillages. Petit temple Renaissance, tout en coquillages (...) les armoiries du maître de la maison sont soutenues par deux nègres tout coquillagés (Goncourt, Journal, 1860, p. 812). b) Coquillageux, euse, adj. Même sens. Elle [la Tarasque] roulait au gré de tous les courants marins, luisante, algueuse, coquillageuse, mais sans avarie (A. Daudet, Port-Tarascon, 1890, p. 248).
Prononc. et Orth. : [kɔkija:ʒ]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. 1573 (Jacques de Billy, Œuvres spirituelles, 151 vods Delb. Notes). Dér. de coquille*, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 509. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 702, b) 960; xxes. : a) 523, b) 735. Bbg. Dub. Dér. 1962, p. 82 (s.v. coquillageux).Goug. Mots t. 1 1962, p. 85. − Quem. Fichier.

coquillage « mollusque dont l'enveloppe est une coquille »

Wiktionnaire

Nom commun

coquillage \kɔ.ki.jaʒ\ masculin

  1. Mollusques marins, dont le corps est enveloppé dans une coquille. — Note : Il désigne généralement des animaux pêchés sur le rivage à basse mer. — Note d’usage : Le terme est alors le plus souvent utilisé au pluriel.
    • Il mangeait les coquillages crus ; les coquillages sont, dans une certaine mesure, désaltérants. — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer,)
    • L’industrie tire encore des fils pour tissus du fond des mers dont le plus remarquable est le tissu fabriqué à l’aide du « byssus » d’un coquillage appelé « Pinna » et qui se rencontre dans la Méditerranée. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Ça me rappelle le vieux port marseillais, les marchandes de coquillages, les pieds-paquets et le vin de Cassis, doré comme du soleil. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 187-188)
  2. (Par extension) La coquille du mollusque elle-même, voire la valve isolée d’une coquille de bivalve.
    • Après le repas, plusieurs cadeaux me furent présentés, notamment des nacres, des coquillages et plusieurs chapeaux tressés en paille de pandanus. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Les peuples préhistoriques ont eu des conventions monétaires, de coquillages, pierres, pépites ou lingots de métaux précieux, de valeur intrinsèque relative constante, pour acheter des objets moins portatifs dont le possesseur était titulaire. C’était des constitutions financières démocratiques de l’âge d’or. — (Géo, Démocratie Européenne, Saint-Nazaire : Imprimerie ouvrière, 1924, non paginé : page 3)
  3. (Par analogie) Vulve, sexe de la femme
    • Chaque coquillage incrusté
      Dans la grotte où nous nous aimâmes
      A sa particularité
      [...]
      Mais un, entre autres, me troubla.
      — (Paul Verlaine, Coquillages dans Fêtes galantes, 1891, p. 21-22).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COQUILLAGE. n. m.
Mollusque recouvert d'une coquille. Les huîtres, les moules, les clovisses etc., sont des coquillages. Il y a des coquillages de mer, d'eau douce et de terre. Il se dit aussi de Cette coquille quand elle est vide. Le coquillage de la pourpre est beau, est rare. Coquillage doré, marqueté, etc. Des débris de coquillages. Une grotte de coquillages, ornée de coquillages. Coquillages fossiles.

Littré (1872-1877)

COQUILLAGE (ko-ki-lla-j', ll mouillées, et non ko-ki-ya-j') s. m.
  • 1Animal revêtu d'une coquille. Les coquillages abondent sur les bords de la mer. Les coquillages composent deux grandes familles ; celle des conques dont la coquille est formée de deux ou de plusieurs pièces, et celle des limaçons dont la coquille est d'une seule pièce, tournée ordinairement en spirale, Bonnet, Contempl. nat. 3e part. ch. 21.
  • 2La coquille même. Coquillages fossiles. Il [l'Océan] laisse au sein des monts ses brillants coquillages, Des vengeances du ciel éternels témoignages, Bernis, Relig vengée, II. Voyez au fond des eaux ces brillants coquillages ; La terre a moins de fruits, les bois moins de feuillages, Delille, Trois règnes, VII.

    Or en coquillage. Voy. COQUILLE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COQUILLAGE, s. m. (Hist. nat. Ichtiolog.) on employe souvent ce mot dans la même signification que celui de coquille : mais à proprement parler la coquille n’est qu’une partie du coquillage ; un coquillage est un animal revêtu d’une coquille ; voyez Coquille. Les animaux de ce genre sont appellés testacées, parce qu’ils sont recouverts d’une matiere si différente de la chair & des os des autres animaux, si compacte & si dure, qu’on l’a comparée à une terre cuite, à un test, testa, d’où vient le mot de testacées.

Aristote, hist. anim. lib. IV. cap. j. a mis ces animaux dans la classe de ceux qui n’ont point de sang, exanguia, voyez Animal. Il distingue les animaux testacées des animaux crustacées, des animaux mous & des insectes, en ce que la partie charnue des testacées est renfermée sous une enveloppe qui est très dure, qui se brise & se casse, mais que l’on ne peut pas froisser & écraser comme les tayes des animaux crustacées.

Le grand naturaliste que nous venons de citer fait mention, dans le chap. jv. du I. liv. de l’hist. des anim. des principales différences qui se trouvent entre les diverses especes de coquillages, tant par rapport à leurs coquilles, que par rapport à la partie charnue qui y est renfermée. Il fait d’abord remarquer qu’il n’y a dans cette partie charnue aucune matiere dure ; ensuite il divise les testacées relativement à leurs coquilles en univalves, bivalves, & en turbinées. Les univalves sont ceux dont la coquille est d’une seule piece ; les bivalves ont, pour ainsi dire, deux coquilles ; celles des turbinées sont ainsi nommées, parce qu’ils ont une figure conique ou approchante de celle d’une poire, ou parce qu’ils sont contournés en spirale.

On a fait beaucoup plus d’observations sur la figure des coquilles, que sur celle des animaux qui y sont renfermés : on a nommé & décrit, on a dessiné & gravé, on a distribué par ordre méthodique toutes les coquilles que l’on a pû trouver ; on en a cherché presque dans toutes les parties du monde ; on en a fait de nombreuses collections, que l’on conserve avec soin & que l’on admire chaque jour, tandis que l’on jette à peine les yeux sur les animaux qui sont renfermés dans les coquilles que l’on rencontre. Cependant il seroit plus nécessaire de connoître l’animal que la coquille ; cet animal est la partie principale du coquillage : la diversité des formes & des couleurs que nous présentent les coquilles, n’est qu’un spectacle vain en comparaison des connoissances réelles que nous pourrions tirer de la conformation des animaux qui les habitent. En développant leurs organes, en les comparant dans les différentes especes, nous prendrions une nouvelle idée des ressources de la Nature & de la souveraine intelligence qui en est l’auteur. Nous ferions par ce moyen des progrès dans la science de l’œconomie animale, qui de toutes les sciences humaines est la plus intéressante pour l’homme. Les animaux les plus abjects, ceux qui paroissent les plus vils aux yeux du vulgaire, n’en sont pas moins dignes des recherches du naturaliste. Loin de négliger ces êtres vivans qui sont cachés & ignorés dans leurs coquilles couvertes de fange ou enfoncées dans la terre, il faut ouvrir toutes les especes de coquilles bivalves, quoiqu’elles ne renferment que des animaux aussi informes que ceux de l’huître, du pétoncle, & de la moule ; il faut pénétrer dans les cavités les plus réculées des coquilles univalves, & suivre tous les mouvemens de leurs animaux, soit qu’ils ne rampent que comme ceux du limaçon de terre, ou qu’ils nagent comme les nautiles ; enfin il faudroit faire des descriptions complettes de toutes les especes de coquillages.

J’avoue qu’il est difficile de bien observer leur conformation intérieure. Leur consistance est si molle, & les parties si peu sensibles dans la plûpart, qu’on a bien de la peine à les fixer & à les distinguer ; mais des observateurs habiles, tels que Swammerdam & Lister, sont déjà parvenus à surmonter ces obstacles, & nous ont frayé la route. La plus grande difficulté seroit par rapport aux especes de coquillages, qui ne se trouvent que dans des pays fort éloignés. Les liqueurs qui pourroient préserver de la corruption les animaux dans leur coquille, les raccourciroient de façon, qu’on ne pourroit plus développer ces parties, que l’animal étend à son gré au-dehors de son corps, & retire successivement au-dedans, comme nous le voyons pour les cornes des limaçons. De plus, la forme du corps de ces animaux varie dans leurs différens mouvemens, à mesure qu’ils s’allongent ou qu’ils se raccourcissent pour ramper. Il seroit donc nécessaire de les voir tous vivans & agissans ; un observateur seul ne peut pas y parvenir : mais tous ceux qui travaillent pour l’avancement des sciences, concourent au même but : chacun doit s’occuper par préférence des productions du pays qu’il habite. On n’a encore décrit que quelques especes de coquillages ; il en reste beaucoup, même dans ce pays-ci, qui sont à peine connus. J’en ai rassemblé en peu de tems jusqu’à trente-cinq especes différentes dans le petit territoire de la banlieuë de Montbard, & je ne desespere pas d’y en trouver un plus grand nombre ; cependant il n’y a que de petits ruisseaux, de petits étangs, & la petite riviere de Brenne : car je compte les coquillages fluviatiles avec les coquillages terrestres. Par tout pays la nature est abondante dans certaines productions, & il y a par-tout beaucoup de recherches & d’observations à faire. Nos côtes fourniroient encore beaucoup pour les coquillages, si on s’appliquoit à rechercher tous ceux qui y sont ; les naturalistes n’épuiseront jamais le fonds de richesses qui se trouvent à toute heure sous leurs pas.

Il s’en faut beaucoup que nous ayons assez de connoissances sur la génération, l’accroissement & la description des coquillages, pour en traiter dans un article général ; c’est pourquoi nous renvoyons aux articles particuliers, où il est fait mention de ce qui a été dit des coquillages que l’on a observés. Voyez Huitres, Limaçons, Moules &c. (I)

* Coquillage, (diete.) c’étoit un mets dont les Grecs & les Romains faisoient grand cas. Ils étoient si délicats sur le choix des coquillages, qu’ils distinguoient, à ce qu’on dit, au premier coup de dent, le rivage où ils avoient été pêchés. Voyez les art. Huitres, Moules, Tortues &c. Le coquillage est plûtôt un irritamentum gulæ, qu’un véritable aliment. On prétend qu’il dispose à l’acte vénérien. Il faut quelqu’habitude d’en manger, pour le digérer en grande quantité ; il n’est cependant pas indigeste, temoins les huitres, dont quelques personnes ont tant de peine à se rassasier.

Coquillage, (Architect.) est un arrangement symmétrique de différentes coquilles dont on fait des compartimens de lambris, voutes, &c. des masques, festons, &c. & dont on décore des grottes, portiques, niches & bassins de fontaines. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coquillage »

Coquille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIe siècle) Dérivé de coquille avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « coquillage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coquillage kɔkijaʒ

Évolution historique de l’usage du mot « coquillage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coquillage »

  • Le temps, ce coquillage au bruit de mer latent. De Suzanne Charoux-Mamet / L'Infini dans le temps
  • L'odeur d'un coquillage putréfié suffit pour accuser toute la mer. De Jules Renard / Journal 1887-1892
  • L'église, c'est la mer qui se met à chanter pour toujours dans le coquillage du monde. De Olivier Clément / L’Autre Soleil
  • Si tu ramasses un coquillage et que tu le portes à ton oreille, tu entendras la mer. Si tu le portes à ta poitrine, il entendra ton coeur. De Philippe Geluck / Le Chat est content
  • Une âme pure est comme une belle perle. Tant qu'elle est cachée dans un coquillage, au fond de la mer, personne ne songe à l'admirer. Mais si vous la montrez au soleil, cette perle brille et attire les regards. De Le curé d'Ars
  • J’ai une grande collection de coquillages que je disperse sur les plages du monde. Peut-être l’avez-vous vue. De Steven Wright
  • Un dauphin en train de secouer un coquillage, jusqu'à ce que le poisson coincé dedans tombe dans sa bouche. © Sonja Wild, Dolphin Innovation Project Futura, Les dauphins apprennent à piéger les poissons dans des coquillages
  • L'été est arrivé pour la plupart des joueurs d'Animal Crossing Switch ! Et pour célébrer ce changement de saison, vous trouverez de mystérieux coquillages bleus sur votre plage. Mais à quoi servent-ils ? Millenium, Animal Crossing New Horizons : Coquillage bleu, tous les meubles coquillage estival - Millenium
  • Cette année encore, recouvert d'or ou serti de pierres précieuses, le bijou coquillage fait son come-back sur les plages. La rédaction vous dévoile ses 15 bijoux préférés à découvrir sans plus attendre pour patienter avant les vacances. Vogue Paris, Tendance bijoux : 14 bijoux coquillages à collectionner cet été sur la plage | Vogue Paris
  • « Les analyses effectuées par le laboratoire départemental d’analyses du Morbihan sur les coquillages ont révélé un taux de toxines lipophiles revenu à un niveau inférieur au seuil de sécurité réglementaire dans certains secteurs. En conséquence, le préfet du Morbihan a pris un arrêté de de levée d’interdiction de la pêche pour tous les coquillages dans les secteurs suivants : -n° 56.16.1 – Littoral damganais Les Infos du Pays Gallo, Coquillages. Le point sur les interdictions - Les Infos du Pays Gallo
  • Tous les coquillages provenant du bassin d’Arcachon, dont ceux du banc d’Arguin, sont de nouveaux autorisés à la consommation à partir de ce vendredi 12 juin.  SudOuest.fr, Bassin d’Arcachon : les dernières interdictions concernant les coquillages sont levées
  • La préfecture signale que le laboratoire Labocea, après avoir effectué des analyses sur des tellines prélevées à Kervel (Plonévez-Porzay), a constaté la présence de toxines lipophiles (toxines diarrhéiques) à un taux de 2371,03 µg/kg supérieur au seuil réglementaire de 160 µg/kg. Une toxicité susceptible d’entraîner un risque pour la santé en cas d’ingestion. En conséquence, de la zone estran allant du Cap de la Chèvre (Crozon) à la pointe de Beuzec (Beuzec-Cap-Sizun), sont provisoirement interdits : la pêche professionnelle et récréative, le ramassage, le transfert, la purification, l’expédition, la distribution et la commercialisation de tous les coquillages de ce secteur, à l’exception des gastéropodes marins non filtreurs (bulots, bigorneaux, etc.). Le Telegramme, Baie de Douarnenez : la pêche au coquillage interdite - Châteaulin - Le Télégramme
  • L’association Brigoudou s’active dès à présent pour ouvrir le Musée des coquillages et animaux marins et d’accueillir le public du 8 juillet au 31 août. Tout est mis en œuvre dans le respect des consignes sanitaires. Le port du masque est obligatoire. Les visites commentées du musée auront lieu le matin sur rendez-vous et l’après-midi à 14 h 30 et 16 h (coût, 4 € par adulte et 1 € pour les moins de 12 ans). Le Telegramme, Le Musée du coquillage prépare son ouverture - Plounéour - Brignogan-Plages - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « coquillage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coquillage »

Langue Traduction
Anglais shell
Espagnol cáscara
Italien conchiglia
Allemand schale
Chinois 贝壳
Arabe صدفة
Portugais concha
Russe оболочка
Japonais シェル
Basque oskol
Corse cunchiglia
Source : Google Translate API

Synonymes de « coquillage »

Source : synonymes de coquillage sur lebonsynonyme.fr

Coquillage

Retour au sommaire ➦

Partager