La langue française

Cocon

Sommaire

  • Définitions du mot cocon
  • Étymologie de « cocon »
  • Phonétique de « cocon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cocon »
  • Citations contenant le mot « cocon »
  • Images d'illustration du mot « cocon »
  • Traductions du mot « cocon »
  • Synonymes de « cocon »

Définitions du mot cocon

Trésor de la Langue Française informatisé

COCON, subst. masc.

Enveloppe soyeuse que filent les chenilles de certains lépidoptères pour s'y transformer en chrysalide. Les chenilles, au haut des balais des bruyères, Tissent leurs cocons argentins (Jammes, Clairières dans le ciel,Le Poète et sa femme, 1906, p. 77).Plusieurs espèces de ,,bombyx`` produisent des cocons qui peuvent être dévidés et qui fournissent les soies plus ou moins sauvages (J. Brunhes, La Géogr. hum.,1942, p. 159).
P. ext. Enveloppe soyeuse que filent certaines araignées pour y déposer leurs œufs. L'araignée ne se contente pas de porter ses œufs en cocon, mais dans certaines espèces, elle les nourrit (Michelet, L'Insecte,1857, p. 220).
P. métaph.
[P. réf. à la forme et à la fonction d'un cocon] Avril était doux et brumeux (...) les petites feuilles vertes dépliaient leurs cocons (R. Rolland, Jean-Christophe,Le Buisson ardent, 1911, p. 1317).Les nourrices portaient (...) les derniers nés dans des cocons blancs (Giono, Un Roi sans divertissement,1947, p. 102).
Arg. Tête. Elle lui raconte pas les assiettes qu'il lui brisait sur le cocon (Céline, Mort à crédit,1936, p. 45).
[P. réf. à l'abri que constitue un cocon] S'enfermer, se retirer dans son cocon. Je me façonnai au cœur feutré du tumulte, un cocon inviolable (Colette, En pays connu,1949, p. 181).
[P. réf. à l'être nouveau qui sort d'un cocon] :
Maintenant, nous nous battons, l'espoir est là tout proche, nous allons changer la face du monde, ouvrir le cocon où frémit déjà l'homme nouveau; le travail est commencé. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 96.
Rem. La plupart des dict. gén. enregistrent les mots suivants a) Coconnage, subst. masc. [En parlant du ver à soie] Action de filer un cocon. b) Coconner, verbe intrans. [En parlant du ver à soie] Filer un cocon. c) Coconnière, subst. fém. Magnanerie, lieu de stockage des vers à soie.
Prononc. et Orth. : [kɔkɔ ̃]. Fér. Crit. t. 1 1787 : ,,Rollin écrit coquon ou couquon. (...) Pluche dit coucon``. Guérin 1892 : ,,Vieilli : concon.`` Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1600 coucon (Olivier de Serres, V, 15 ds Gdf. Compl.), forme encore relevée par Trév. 1752; 1653 coccon (Oudin, Recherches ital. et fr. ou Dict. ital. et fr.). Empr. au prov. coucoun « coque (d'un œuf) » et « cocon » (Mistral) dér. du prov. coco « coque, coquille » (ibid.) de même orig. que coque*. Fréq. abs. littér. : 58.

Wiktionnaire

Nom commun 1

cocon \kɔ.kɔ̃\ masculin

  1. (Zoologie) Enveloppe que se filent beaucoup de larves d’insectes, et dans laquelle doit s’opérer leur dernière mue.
  2. (En particulier) Coque qui renferme le ver à soie quand il a achevé de filer et dont on obtient la soie en la dévidant.
    • Le travail de filature consiste à retirer le fil du cocon dont la longueur est d’environ 480 mètres et à le dévider sans le briser. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  3. (Par analogie) Tout ce qui protège un être fragile ou immature.
    • Le cocooning remonte à la fin des années 1980 : ce terme, forgé par la futurologue américaine Faith Popcorn, désignait la tendance à se renfermer dans un cocon, au sein d'une intimité protégée, afin de se défendre des agressions du monde extérieur. — (Willy Pasini, Le Couple amoureux, traduit de l'italien par Jacqueline Henry, éd. Odile Jacob, 2005, chap. 2)
    • L’école, les copines, la zumba et les petits restaus : il ne lui en faudrait pas plus pour se sentir bien, à l’aise dans le cocon qu’elle s’était tissé. Pas plus, mais elle en avait besoin plus que jamais. — (Valérie Gans, Des fleurs et des épines, J.-C. Lattès, 2015)

Nom commun 2

cocon \ko.kɔ̃\ masculin

  1. (Argot polytechnicien) (Vieilli) Élève polytechnicien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COCON. n. m.
Enveloppe que se filent beaucoup de larves et dans laquelle doit s'opérer leur dernière mue. Il se dit particulièrement de la Coque qui renferme le ver à soie quand il a achevé de filer et dont on obtient la soie en la dévidant. Un cocon de ver à soie.

Littré (1872-1877)

COCON (ko-kon) s. m.
  • Enveloppe que se filent beaucoup de larves et dans laquelle s'opère leur dernière mue.

    Tissu filamenteux produit par le ver à soie, et dont il s'enveloppe comme d'une coque pour subir sa métamorphose.

    Fig. S'enfermer dans son cocon, vivre dans la retraite, ne s'occuper que de ses affaires.

    Cocon percé, voy. PERCÉ.

HISTORIQUE

XVIe s. Les magniaux [vers à soie] des Sevenes de Languedoc, lesquels, tant pour leur propre naturel, que pour estre nourris de fueille de meurier noir, produisent des coucons ou piotons grands et mols, par consequent peu fournis de soie, De Serres, 474. Deux ou trois jours mettent les vers à parfaire leurs escailles, plotons ou coucons (diversement nommés, selon les lieux), De Serres, 487. Le coucon estant percé, les filets de la soie se treuvent tronçonnés, par consequent indevidables, De Serres, 490.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* COCON, s. m. (Œcon. rust.) on donne ce nom à ce tissu filamenteux dans lequel le vers à soie s’enveloppe, & dont on obtient en le dévidant par une opération qu’on appelle le tirage, cette substance animale appellée soie, que nous employons à tant d’ouvrages précieux. Voyez Soie & Ver-à-Soie. On distingue des cocons bons, des mauvais cocons ; des cocons fins, des doubles, des satinés ou veloutés, des ronds, des pointus. Voyez Soie, Tirage de soie.

COCOS (Isle des), Géog. mod. île de l’Amérique méridionale dans la mer Pacifique. Il y a encore une île de ce nom dans la mer d’Afrique près de l’île de Madagascar, & une troisieme dans la mer d’Asie près de l’ile de Sumatra.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cocon »

Nom 1 : de l’occitan coco → voir coque et -on.
Nom 2 : formé des deux mots co-conscrits et désigne ceux qui sont conscrits en même temps : camarades de promotion)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ce mot paraît être un dérivé de coque. On trouve dans Du Cange coconus, cochonus, bouchon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cocon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cocon kɔkɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « cocon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cocon »

  • On peut considérer l'homme comme un animal d'espèce supérieure qui produit des philosophies et des poèmes à peu près comme les vers à soie font leurs cocons et comme les abeilles font leurs ruches. Hippolyte Adolphe Taine, La Fontaine et ses Fables, Préface
  • La saison venue, la chenille tisse un cocon autour d’elle-même et elle devient cacahuète. De François Cavanna / Le saviez-vous ?
  • Dans tout éducateur dort, au coeur du plus épais cocon, un ver tortionnaire. Instruire est le plus grave refoulement. De Germaine Beaumont / Si je devais...
  • Au fond, c’est ça la solitude : s’envelopper dans le cocon de son âme, se faire chrysalide et attendre la métamorphose, car elle arrive toujours. De August Strindberg / Seul
  • FLASH INFO - Deux nou­veaux « cocons » ont récem­ment fait leur appa­ri­tion dans Grenoble. Ces bancs construits autour des arbres ont voca­tion à amé­na­ger l’es­pace public en le ren­dant plus « accueillant » et « convi­vial », selon la Ville. Place Gre'net, Mobilier urbain : deux "cocons" installés à Grenoble | Place Gre'net
  • "Ce confinement est une injonction à la régression pour un adolescent, il redevient un enfant très entouré dans un cocon maternel", assure M. Corcos. Alors, "les remettre à l’extérieur peut être très difficile pour eux". Selon lui, cette proximité nouvelle avec les parents, après avoir "regoûté au cocon intérieur" peut créer de "nouvelles modalités" comme "la peur de l’extérieur, de l’inconnu". Or l’adolescence, c’est "beaucoup de dehors, peu dedans". SudOuest.fr, Du retour dans le "cocon familial" au déconfinement, une période "difficile" pour les adolescents

Images d'illustration du mot « cocon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cocon »

Langue Traduction
Anglais cocoon
Espagnol capullo
Italien bozzolo
Allemand kokon
Chinois
Arabe شرنقة
Portugais casulo
Russe кокон
Japonais
Basque edukien
Corse capuzzu
Source : Google Translate API

Synonymes de « cocon »

Source : synonymes de cocon sur lebonsynonyme.fr
Partager