La langue française

Cogne

Sommaire

  • Définitions du mot cogne
  • Étymologie de « cogne »
  • Phonétique de « cogne »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cogne »
  • Citations contenant le mot « cogne »
  • Images d'illustration du mot « cogne »
  • Traductions du mot « cogne »
  • Synonymes de « cogne »
  • Antonymes de « cogne »

Définitions du mot cogne

Trésor de la Langue Française informatisé

COGNE, subst. masc.

Arg. Gendarme, agent de police. Môme! On ne dit pas les sergents de ville, on dit les cognes (Hugo, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 165):
hugo. − Tu ne trouves pas que ces messieurs ont des gueules de cognes? slick, marche sur lui et lui met la main sur l'épaule. − Fais gaffe, mon petit gars; parce que si c'est qu'on est des cognes, des fois on pourrait se mettre à cogner!... Sartre, Les Mains sales,1948, 2, p. 91.
Rem. 1. On rencontre aussi cogne au fém. et les dér. cognade, subst. fém. et cognerie, subst. fém. pour désigner « la gendarmerie, la police » (cf. Esn. 1966). 2. Cogne (au fém.), cognerie peuvent aussi avoir le sens de « bagarre » (cf. ibid.). Il aperçut la Trouille, qui avait assisté à la bataille (...). − Ah! Caporal, quelle cogne! cria-t-elle. L'os a fait clac! c'était rien drôle! (Zola, La Terre, 1887, p. 286).
Prononc. : [kɔ ɳ]. Étymol. et Hist. 1800 « gendarme » (P. Leclair, Hist. des brigands et assassins d'Orgères, p. 133). Déverbal de cogner*. Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Guiraud (P.). Les Ch. morpho-sém. B. Soc. Ling. 1956, t. 52, pp. 274-277. − Sain. Arg. 1972 [1907], passim.Sain. Lang. par. 1920, p. 542.

Wiktionnaire

Nom commun

cogne \kɔɲ\ masculin

  1. (Argot) (Désuet) Policier.
    • — Fichtre ! reprit Gavroche, tu vas donc te colleter avec les cognes ? — (Victor Hugo, Les Misérables, partie 4, page 68, 1862)
    • […], et d’aucuns l’avaient vu, certain jour, les cognes à ses trousses, son fusil d’une main et un lièvre de l’autre, franchissant les clôtures de ronces artificielles et les murs de pâtures […]. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Or, sous tous les cieux, sans vergogne
      C’est un usage bien établi
      Dès qu’il s’agit de rosser les cognes
      Tout le monde se réconcilie
      — (Georges Brassens, Hécatombe, 1952)
    • Le cogne restait là sans bouger. À un moment donné, il a essuyé le verre avec l’une de ses grosses paumes. — (Reif Larsen, L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, page 119, traduit par Hannah Pascal, 2010, NiL)

Forme de verbe

cogne \kɔɲ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe cogner.
    • Et tout ce monde, en entrant chez moi, se confond en politesses réciproques : et je te salue — et tu me salues, — et je te ressalue, et tu me le rends — et je te ressalue encore, et je ne te le rendrai jamais selon ton mérite, — et moi je me cogne le front par terre, et toi tu piques du nez sur le plancher; les voilà toutes à quatre pattes les unes devant les autres; c’est à qui ne passera pas, à qui ne s’assoira pas, et des compliments infinis se marmottent à voix basse, basse, la figure contre le parquet. — (Pierre Loti, Madame Chrysanthème, 1990)
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe cogner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe cogner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe cogner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe cogner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COGNER. v. tr.
Frapper fort sur une chose pour la faire entrer ou pour la faire joindre avec une autre. Cogner un clou. Cogner une cheville. Il signifie aussi simplement Frapper avec violence. Il s'est cogné la tête contre la muraille. Se cogner contre quelque chose. Absolument, Cogner contre la muraille, sur le plancher. Cogner à la porte. Fig. et fam., Se cogner la tête contre le mur, Entreprendre une chose impossible ou dont on n'est pas capable.

Étymologie de « cogne »

(Forme de verbe) (Date à préciser) De cogner.
(Nom) (Date à préciser) Par allusion aux méthodes supposées de la police [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cogne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cogne kɔɲ

Évolution historique de l’usage du mot « cogne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cogne »

  • La vie c’est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu’au jour où ça cogne quelque chose. De Benoît Gagnon
  • Lorsque l'on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n'est pas forcément le pot qui est vide. De Confucius
  • O tout ce que je ne dis pas Ce que je ne dis à personne Le malheur c'est que cela sonne Et cogne obstinément en moi. De Louis Aragon / Le fou d’Elsa
  • La mort de l'autre, c'est ça : ce mur, ce sens interdit contre lequel on se cogne tous les jours. De Christine Orban / Libération - 15 Septembre 2001
  • A se cogner la tête contre les murs, il ne vient que des bosses. De Proverbe français
  • Vivre, c'est se cogner au présent. De Max / Le Blog de Max
  • Se cogner à la réalité ne peut pas faire de mal. De Smaïn / Sur la vie de ma mère
  • Le front des hommes est fait pour se cogner à des murs derrière lesquels il ne se passe rien. De Jean Rostand / Inquiétude d'un biologiste
  • Lorsqu'on s'apprête à tuer sa femme le soir, on peut bien cogner un peu sur elle le matin. De Jean-Louis Curtis / L'Horizon dérobé
  • A frotter, jour après jour, les barreaux de sa cage pour la rendre plus attrayante et à s'y cogner le nez le reste du temps, l'oiseau finit-il par en oublier sa chanson... De Paule Saint-Onge / La Maîtresse
  • En général les vies semblent virer abruptement d’une chose à une autre, se bousculer, se cogner, se tortiller. De Paul Auster / La Chambre dérobée
  • Vous n’avez pas les os en verre, vous pouvez vous cogner à la vie. De Jean-Pierre Jeunet / Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain
  • Le réel, c'est quand on se cogne. De Jacques Lacan
  • Dès que l’art et l’argent sont en contact, nécessairement ça cogne sec. De Jean Echenoz / Je m’en vais
  • Alors Gandon cogne. Elle l’a fait dès l’annonce de la fusion des formations de la socialiste Nathalie Appéré et de l’écologiste Matthieu Theurier en dénonçant « un système » où « la liste EELV se satisfait de strapontins et autres porte-bagages ». Le Telegramme, À Rennes, la marcheuse Carole Gandon contrainte de « cogner » pour exister - Bretagne - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « cogne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cogne »

Langue Traduction
Anglais bangs
Espagnol golpes
Italien frangia
Allemand pony
Chinois 刘海
Arabe الانفجارات
Portugais franja
Russe челка
Japonais 前髪
Basque bangs
Corse bangs
Source : Google Translate API

Synonymes de « cogne »

Source : synonymes de cogne sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cogne »

Partager