La langue française

Clabauder

Sommaire

  • Définitions du mot clabauder
  • Étymologie de « clabauder »
  • Phonétique de « clabauder »
  • Évolution historique de l’usage du mot « clabauder »
  • Citations contenant le mot « clabauder »
  • Traductions du mot « clabauder »
  • Synonymes de « clabauder »
  • Antonymes de « clabauder »

Définitions du mot clabauder

Trésor de la Langue Française informatisé

CLABAUDER, verbe

A.− Emploi intrans. [Le suj. désigne un chien de chasse ou p. ext. un chien courant] Aboyer fort ou en dehors des voies, mal à propos. Je m'en suis allé pendant que les chiens, sur mes pas, recommençaient de clabauder (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 241).
P. ext. [En parlant d'autres animaux] Les oies, les grenouilles clabaudent. Des canards clabaudaient, en pataugeant dans l'eau de la fontaine (Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 72).
Figuré
1. Crier à tort et à travers. Puis, quand un outsider est demandé, ils [les parieurs] clabaudent, ils crient comme si on les écorchait (ZolaNana,1880, p. 1392).
2. Critiquer injustement une personne, médire. Clabauder sur, contre, qqc. ou qqn. Mais la nouvelle qui fit le plus clabauder le salon jaune, fut celle de la démission du sous-préfet (Zola, La Fortune des Rougon,1871, p. 103).Il [le pays] (...) se vengeait en clabaudant sur le couple (R. Martin du Gard, Vieille France,1933, p. 1050).
B.− Emploi trans., fig. Faire savoir quelque chose de manière bruyante et peu discrète. S'il [le notaire] apprend, dans quelques mois, que Costals s'est marié, il clabaudera partout l'histoire de la lettre-parachute (Montherlant, Le Démon du bien,1937, p. 1280).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. adj. clabaudant. Qui se manifeste d'une manière bruyante. Je travaillais assidûment, allègrement, avec une jubilation entretenue tantôt intime et renfermée, tantôt clabaudante (A. Arnoux, Zulma l'infidèle, 1960, p. 211). b) Le part. passé adj. clabaudé, au fig. Qui fait du bruit, qui tinte. Le bonheur comme l'or est un mot clabaudé. Il roule sur la dalle avec un bruit de dés (Aragon, Le Roman inachevé, 1956, p. 238).
Prononc. et Orth. : [klabode], clabaude [klabo:d]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Av. 1560 clabauder ses rentes « les dépenser en meutes qui aboient » (Du Bellay, Disc. sur la louange de la vertu ds Hug.); 1611 « médire » (Cotgr.); 1648 clabauder contre qqn (Scarron, Virgile, IV, 180a ds Richardson). Dér de clabaud*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 41.
DÉR. 1.
Clabaudage, subst. masc.[En parlant d'un chien de chasse et p. ext. d'un chien courant] Fait d'aboyer en dehors des voies ou mal à propos. Attesté ds la plupart des dict. gén.Fig. et fam. Fait de criailler à tort et à travers. Si tu écoutes les clabaudages des bicots! (H.-R. Lenormand, Le Simoun,1921, p. 148).En partic. Fait de rapporter des médisances. Cette femme se refusait au clabaudage de petites nouvelles, à cette médisance de bas étage qui fait le fond de la vie en province (Balzac, Œuvres diverses,t. 3, 1850, p. 229).Rem. On rencontre ds la docum. clabaudement, subst. masc. Fait de criailler à tort et à travers. Tous ces clabaudements et ce piaillement de basse-cour [des enfants] (Morand, Fin de siècle, 1957, p. 181). [klaboda:ʒ]. Ds Ac. 1718-1932. 1reattest. 1567 (Cl. Gauchet ds DG); 1798 « cancans » (Ac.); de clabauder, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 2.
2.
Clabauderie, subst. fém.,rare [En parlant d'un chien] Fait d'aboyer à l'approche d'étrangers. Ayant senti l'approche d'étrangers, les chiens de garde se mirent à s'agiter et à donner de la voix (...) des pas et des voix d'homme se mêlèrent à leurs clabauderies (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 166).Fig. Parole malveillante (cf. clabaudage). Synon. médisance.Comment se fait-il qu'on puisse (...) écouter les clabauderies et les commérages des ménagères assemblées par groupes (É. Faure, Hist. de l'art,1914, p. 478). [klabodʀi]. Ds Ac. 1694-1932. 1reattest. 1611 « criaillerie, médisance, accusation contre quelqu'un » (Cotgr.); de clabauder, suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 5.

Wiktionnaire

Verbe

clabauder \kla.bo.de\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Aboyer fréquemment.
    • Un chien qui ne fait que clabauder.
  2. (Figuré) Crier, faire du bruit mal à propos et d’une façon malveillante.
    • On cabalait, mais on gardait le silence, et on laissait clabauder les caillettes et les cafards, ou soi-disant tels, que le conseil mettait en avant pour me rendre odieux à la populace et faire attribuer son incartade au zèle de la religion. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782-1789, Livre XII)
    • Il voulait, avant tout, fuir cet affreux faubourg où l’on clabaudait sur sa famille. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, 1870)
    • Il ne faut nullement répondre, ni faire semblant d’entendre ce que l’ennemi dit. Qu’il clabaude tant qu’il voudra à la porte, il ne faut pas seulement dire : « Qui va là ? » — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 173.)
    • Le pays ne ricanait plus : hostile, envieux, il regardait réussir l’entreprise et se vengeait en clabaudant sur le couple. — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 67.)
    • Vous savez, Marcoul, on clabaude n’importe quoi ! Les méchantes langues n’en sont pas à une supposition, ni à une haine ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. Critiquer injustement une personne ; médire.
    • Mais la nouvelle qui fit le plus clabauder le salon jaune, fut celle de la démission du sous-préfet. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, 1871)
    • Il dégoise, l’ostrogoth de la téloche formaté au formol, tel un psittacidé déréglé et moche… Il clabaude aux esgourdes des blaireaux enfarinés et des tordus pasteurisés […]. — (Jean Maryves, Vieilles cantilènes & jeunes romances, Mon Petit Éditeur, 2013, p. 28)
    • J’habite à trop de milliers de mètres d’altitude au-dessus des bas-fonds où clapotent et clabaudent de tels sales papotages, pour que je puisse être éclaboussé par les plaisanteries d’une Verdurin. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio no 1924, 1987, page 282)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLABAUDER. v. intr.
Aboyer fréquemment et, spécialement, Aboyer fortement sans être sur les voies de la bête. Un chien qui ne fait que clabauder. Il signifie, figurément et familièrement, Crier, faire du bruit mal à propos et d'une façon malveillante. Il clabaude contre tout le monde.

Littré (1872-1877)

CLABAUDER (kla-bô-dé) v. n.
  • 1 Terme de vénerie. Aboyer sans être sur les voies, en parlant d'un chien. Voilà maint basset clabaudant ; Voilà notre renard au charnier se guindant, La Fontaine, Fabl. XII, 23.
  • 2 Fig. Crier sans cause. Il clabaude contre tout le monde. Il jura qu'il s'en vengerait, et clabaude aujourd'hui contre moi chez monsieur le procureur général, Voltaire, Lett. d'Argental, 20 oct. 1764. Un peuple aimable et vain [les Parisiens]… Qui vole au moindre bruit, et qui tourne à tout vent, Y juge les guerriers, les ministres, les princes, Rit des calamités dont pleurent les provinces, Clabaude le matin contre un édit du roi, Le soir s'en va siffler quelque moderne ou moi, Voltaire, Ép. CIX.

HISTORIQUE

XVIe s. C'est un vertueux office, Avoir pour son exercice Force oiseaux, et force abbois, Et en meutes bien courantes Clabauder toutes ses rentes Par les champs et par les bois, Du Bellay, J. III, 87, recto. Les chiens abbayent et clabaudent oyans le bruit des trompettes, Paré, Animaux, 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « clabauder »

(1560)[1] Dénominal de clabaud, chien de chasse aux oreilles pendantes qui aboie sans raison. Ce sens s’est vite étendu aux hommes (voir le site de l’Académie française).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Clabaud.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « clabauder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clabauder klabode

Évolution historique de l’usage du mot « clabauder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clabauder »

  • La cours' terminé, nous vl'a ben embernés ! Nous aut ' nous n'avons eu de cesse d embistrouillés les petiots gars qui bagaraient sur la Loire. Maintenant qui sont à quais, alors nous reste qu'à clabauder, nous les geigneux du canton, sur cesse qui sont pas à portée d'zoreilles ! Club de Mediapart, La course des nayons du pays | Le Club de Mediapart
  • Ce racisme anti-asiatique décomplexé est si puissant qu’il a eu raison du nouvel an chinois à Paris. Au prétexte qu’il faut se prémunir d’une éventuelle infection, on en devient complètement irrationnel, prêt peut-être à clabauder sur l’ami hier. Car elle se propage plus rapidement que n’importe quoi d’autre, la haine risque de faire davantage de victimes que le coronavirus. , L'éditorial du Réveil Normand. La haine, plus virale que le coronavirus | Le Réveil Normand
  • Faut dire que la langue française oblige à choisir son camp : dans le dico, les verbes médire et méditer se suivent sans rien pour les séparer. Deux verbes siamois, donc. Le premier, apparu en 1160 se définit par « dire du mal avec intention de nuire » et se décline en toutes médisances, avec pour synonymes calomnier, débiner, cancanner, casser du sucre, clabauder, diffamer, vilipender, dauber, etc… Le second, formalisé autour de 1495, évoque un état d’esprit, une profonde réflexion, l’abord de sujets philosophiques ou religieux. On médite sur soi-même, à renfort de prières, maximes, sonnets, vers et versets mais on peut aussi méditer des projets plus prosaïques comme une évasion. Comme quoi, en deux entrées, le Larousse emberlificote l’humain dans ce qu’il peut avoir de plus vil comme de plus noble. Vanity Fair, La chronique du Concierge masqué : Médire ou méditer, que choisir ?

Traductions du mot « clabauder »

Langue Traduction
Anglais slander
Source : Google Translate API

Synonymes de « clabauder »

Source : synonymes de clabauder sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « clabauder »

Partager