La langue française

Japper

Sommaire

Définitions du mot japper

Trésor de la Langue Française informatisé

JAPPER, verbe intrans.

A. − Aboyer d'une manière aiguë ou claire.
1. [Le suj. désigne un (jeune) chien] Une meute immense qui jappe en courant (Flaub., Tentation,1849, p. 382).Celui-ci, de joie, se roula sur le sol, éternua, agita sa queue en jappant (Maran, Batouala,1921, p. 137).
Japper à, après qqn, qqc. :
1. ... le petit chien qui reçoit un coup de pied du grand cheval au sabot duquel il a aboyé et jappé... Maurois, Disraëli,1927, p. 99.
2. P. anal. [Le suj. désigne un autre animal] Synon. glapir.Les gens entendent (...) la hyène japper d'une façon sinistre (Tharaud, Randonnée Samba Diouf,1922, p. 28).Des renards jappaient dans le Jas de Jean Richaud (Giono, Chant monde,1934, p. 18).
3. P. métaph. [Le suj. désigne une chose] Produire un bruit qui évoque un aboiement aigu. Le vent jappe comme un chien (Renard, Journal,1900, p. 620).Les autos qui jappent et grincent tandis que les chauffeurs annamites crient des injures (Malraux, Conquér.,1928, p. 17).
B. − P. anal., fam. [Le suj. désigne une pers.] Parler fort; s'emporter contre quelqu'un ou contre quelque chose. Synon. criailler.Gentleman, faites comme votre boy, glapissez, jappez, hurlez (Hugo, Homme qui rit, t. 3, 1869, p. 51).Ma petite Luce, je m'engage à te loger huit jours, à prévenir ta mère − et de façon qu'elle ne jappe pas − (Colette, Cl. Paris,1901, p. 174):
2. L'aînée, qui était muette, babille maintenant sans cesse, mord et jappe sous l'aile de son mari : personne n'a le compliment plus venimeux... Taine, Notes Paris,1867, p. 80.
Japper à, après qqn, qqc.Japper après la justice et se courroucer au nom du peuple de ce qu'on envoie aux galères un voleur de nuit et de poules (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 716).
Rem. Emploi trans., rare. Japper qqc. Dire d'une façon bruyante, répéter. De plus en plus limande et craignant sans doute les remords de mon portefeuille, Fred s'aplatit, jappa une série de oui-oui (H. Bazin, Mort pt cheval, 1949, p. 300).
Prononc. et Orth. : [ʒape], (il) jappe [ʒap]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. xiiies. d'un chien; ici, trans. (Isopet de Lyon, 1257 ds T.-L. : li chiens lo larron jape); 1306 en parlant d'une pers. (G. Guiart, Royaux lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, 16676). Terme dér. en -er de l'onomat. jap- traduisant un aboiement, un jappement, et originaire des domaines occitan et fr.-prov. (a. prov. japar « japper, aboyer » 2emoitié xiiies. ds Rayn. t. 3, p. 581b; xvies. ds Pansier t. 3; d'où le déverbal a. prov. jap, jaup 2emoitié xiies. ds Rayn. t. 3, p. 581a; mil. xiiies. ds Levy [E.] Prov.); passé en fr. et maintenu au sens plus large de « aboyer » en norm., dans les parlers du Centre et en fr.-prov. (FEW t. 5, p. 30a; cf. Dur., no9898; Gardette, Atlas ling. Lyonnais, carte 372; Nauton, Atlas ling. Massif Central, carte 561). Fréq. abs. littér. : 100.
DÉR. 1.
Jappage, subst. masc.Synon. de jappement (v. ce mot A 2).Le jappage du chacal, du renard. (Dict. xixeet xxes.). − [ʒapa:ʒ]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. 1845 (Besch.); du rad. de japper, suff. -age*.
2.
Jappe, subst. fém.,vx, pop. Synon. de bavardage, caquet, loquacité.Tu as une belle jappe et une fière hardiesse, lui dit-elle (Sand, Pte Fad.,1849, p. 186).[ʒap]. 1resattest. 1555 jap subst. masc. « jappement de chien » (V. Philieul, Euvres vulg. de Fr. Petrarque, p. 161, éd. 1555 ds Gdf.), 1605 jape subst. fém. (Le Loyer, Hist. des Spectres, VII, 10 ds Hug.), 1704 « caquet, babil » (Trév. qui note ,,mot bas et du petit peuple``); déverbal de japper; cf. dès le xiies., le déverbal a. prov. jap., v. japper.
BBG. Darm. 1877, p. 51. - Juneau (M.). Un Nouv. art. d'essai du TLF 9 : japper et ses dér. Trav. de ling. québécoise. Québec, 1978, t. 2, pp. 1-19.

Wiktionnaire

Verbe

japper \ʒa.pe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Aboyer, pour désigner l’aboiement des petits chiens.
    • Pendant que le chien jappait, une grosse voix se met à dire : « Mon chien aboie ! il y a quelqu’un de caché dans ce chantier. » — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Quand les agneaux s’écartaient du chemin, Bibiche disait : « Jappe, Castille, jappe. » Elle répétait cela très vite, comme un seul mot, et même quand Castille ne jappait pas, les agneaux se rangeaient, tant la voix de la vieille ressemblait à celle de sa chienne. — (Marguerite Audoux, Marie-Claire, Grasset, 1910, Les Cahiers Rouges, page 94.)
    • Dans la loge de la vedette, à gauche, les chiens jappaient à petits cris aigus. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Familier) Crier, s’énerver sur quelqu’un ou quelque chose.
    • Un sergent, qui travaillait au chemin de fer, lança un regard coupant au préposé militaire et jappa. — (Genjirō Yoshida, La Femme de Seisaku, traduit par Hiroto Kano et Ana Lazarée, édition Stalker, 2007, page 33)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JAPPER. v. intr.
Il se dit principalement pour désigner l'Aboiement des petits chiens. Ce roquet ne fait que japper.

Littré (1872-1877)

JAPPER (japé) v. n.
  • Aboyer d'un aboiement plus clair que l'aboi ordinaire. Les chiens jappent souvent en dormant ; et, quoique cet aboiement soit sourd et faible, on y reconnaît cependant la voix de la chasse, les accents de la colère, les sons du désir ou du murmure, Buffon, Nature des anim.

    Il se dit plus ordinairement du cri des petits chiens. Laissez cette bête importune Tout son sou japper à la lune ; Cela n'arrête point son cours, Dassoucy, le Ravissement de Proserpine, édit. de MDCLIII, in-4°, p. 84.

    Fig. Criailler. On ne peut guère fermer la gueule à ces roquets-là [la canaille littéraire], parce qu'ils jappent pour gagner un écu, Voltaire, Lett. Mme Denis, 22 mai 1752.

    Il s'emploie quelquefois activement et signifie dire d'une façon bruyante. Monsieur l'abbé, vif comme un papillon, Jappe des vers qu'il prit à la pipée, Rousseau J.-B. Rondeau.

HISTORIQUE

XVe s. Là vient la mort en sa figure Noire et hydeuse à moy japper : Je n'attens que ma sepulture, Deschamps, Poésies mss. f° 71.

XVIe s. Le petit chien commença à japper. - Il n'y a amour si secrete, qui ne soit sue, ni petit chien si affeté ni fait à la main, duquel on n'entende le japper, Marguerite de Navarre, Nouv. LXX. Chien qui jappe ne mord pas, Cotgrave Un vieil chien jamais ne jappe en vain, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JAPPER. v. n. (Gramm.) C’est le cri des petits chiens. Les gros chiens aboient, les petits chiens jappent, le renard jappe.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « japper »

De l’ancien occitan japar (« aboyer »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. jaipé ; provenç. japar. Diez et Scheler, comparant l'allemand jappen, y voient une onomatopée. Dans les temps anciens, on trouve non pas japer, mais juper : Si lor colpent les testes à lor brans vienois ; Dont oïssiez juper Sarasins et Percois, Ch. d'Ant. II, 766. Jupper, appeler à haute voix, hucher, se dit encore dans le haut Maine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « japper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
japper ʒape

Citations contenant le mot « japper »

  • Depuis fin juin, le scénario se répète presque chaque soir, parfois vers 23h, mais aussi parfois aussi tard que minuit ou 1h30 du matin. «C’est tellement fort que quand ça commence, mon petit chien se met à japper», témoigne Sabrina, qui habite à quelques rues du parc Conrad-Poirier, à proximité du boulevard Perras. Journal Métro, Des feux d’artifice troublent la quiétude à Rivière-des-Prairies
  • C’est ce qu’a affirmé le suspect lors de son audition par les gendarmes. Il a ainsi déclaré qu’il se promenait dans un bois le lundi 14 août lorsqu’il a entendu l’animal japper. Le chasseur est alors retourné à son domicile pour récupérer sa carabine et tuer le chiot. L’Ardéchois craignait que le petit canidé ne fasse fuir le gibier avant l’ouverture de la chasse, le dimanche suivant. SudOuest.fr, Ardèche : un chasseur abat un chiot car il aboyait trop fort
  • Interrogations et surprise pour la famille de Pascal Antonoff. Depuis quelques jours, leur chien Filou avait un comportement bizarre sur la terrasse dallée de l’habitation. À tel point que le petit Filou en devenait agaçant pour ses propriétaires, restant des heures à japper et à grogner sur la terrasse, essayant aussi de gratter ces dalles de béton en vain. , Insolite | Beauvoir-de-Marc : une maman hérisson se confine en toute sécurité avec ses petits

Images d'illustration du mot « japper »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « japper »

Langue Traduction
Anglais bark
Espagnol ladrar
Italien abbaiare
Allemand borke
Chinois
Arabe لحاء الشجر
Portugais latido
Russe лай
Japonais 吠える
Basque azala
Corse casca
Source : Google Translate API

Synonymes de « japper »

Source : synonymes de japper sur lebonsynonyme.fr
Partager