La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « moule »

Moule

Variantes Singulier Pluriel
Féminin moule moules

Définitions de « moule »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOULE1, subst. masc.

A. −
1. Objet solide, façonné en creux, destiné à être rempli d'une substance plus ou moins fluide qui, en se solidifiant, prend la forme exacte de ce creux. V. coquille B 2.Tel qui resterait insensible au travail du pouce dans la glaise, jouit de précipiter dans le moule l'étain et le cuivre en fusion (Faure,Espr. formes, 1927, p.166):
1. On pétrit de la terre délayée, on la verse dans des moules, on la fait sécher au soleil, et l'on fabrique ainsi des briques crues qui peuvent durer quatre ou cinq mille ans. About,Grèce, 1854, p.229.
SYNT. Moule d'une seule pièce, de plusieurs pièces; moule à balles (v. balle2e.. 11), à béton, à briques, à cartouches, à caractères d'imprimerie; moule en métal, en sable, en terre; moule de canon, de cloche, de statue; moule de fonderie; chappe, frette, noyau d'un moule (de fonderie); jeter en moule (une figure); couler, jeter, verser (une matière) dans un moule; briser un moule.
Moule à cire perdue (v. cire A 1 c). Moule à creux perdu (qui ne donne qu'une épreuve et que l'on brise après utilisation). Moule à bon creux, à bon fond. Le moule à bon creux fait de pièces détachées, qui peut fournir un nombre illimité d'épreuves (Vogüé-Neufville1971).
Loc. verb. fig., fam.
(Être) fait au moule. [Le suj. désigne une pers. ou une partie du corps] (Être) beau, bien fait, d'une forme parfaite, harmonieuse. Synon. (être) fait au tour (fam.), fait à ravir, bien balancé (pop.), bien modelé, bien galbé.Jambe, taille faite au moule. Son corps (...) fait au moule, que la mouillure du costume plaquait de partout (A. Daudet,Sapho, 1884, p.253).
Être coulé, jeté dans le/un même moule (vieilli), sortir du même moule, être fait sur le même moule. [Le suj. désigne deux/plusieurs pers. ou choses] Se ressembler de façon frappante. Le cocher portait, en toute saison, un bouquet énorme!... On ne voit plus rien de semblable à Paris: toutes les figures, tous les costumes, tous les caractères, y semblent jetés dans le même moule (Jouy,Hermite, t.1, 1811, p.219).
Cela ne se jette pas en moule (vx). C'est une oeuvre qui demande beaucoup de soin et de temps. (Ds Ac. 1798-1878).
Le moule (en) est brisé, cassé, perdu, rompu, usé (pop.). C'est une personne/une chose remarquable et unique en son genre, comme on n'en trouve plus. Le filet! Voilà l'épreuve du journaliste! Avec quelle mélancolie Accard rappelle ceux du Français: il y a encore un an!... «Le moule en est perdu...» gémit-il (Bourget,Physiol. am. mod., 1890, p.11).Mais on ne fait plus des hommes comme moi. Le moule en est brisé (A. France,P. Nozière, 1899, p.41).
En partic.
a) CONFIS., ART CULIN., PÂTISS. Ustensile creux, avec ou sans fond, servant à la confection ou à la cuisson de diverses préparations. Moule à pâtisserie, à gâteaux; moule à charlotte, à gaufre(s), à madeleines, à manqué, à pâté, à tarte; moule lisse, à côtes, à cannelures; bords, fond d'un moule; beurrer, fariner, foncer, garnir un moule. Mettez de la pâte à flan Dans le flanc De moules à tartelette; D'un doigt preste, abricotez Les côtés (Rostand,Cyrano, 1898, ii, 4, p.73).M. Bellaigue de Rabanesse (...) moyennant finances avait obtenu (...) un moule à faire les hosties (Barrès,Cahiers, t.5, 1906, p.310).J'espère bien que vous ne m'en commanderez [des glaces] que prises dans ces moules démodés qui ont toutes les formes d'architecture possible (Proust,Prisonn., 1922, p.129).
Au fig., loc. interj. [Servant d'injure] Moule à gaufre(s)*, moule à tarte. Imbécile. Démokos: (...) il prête aux épithètes, ventru et bancal comme il est . Abnéos: Dis donc, moule à tarte! (Giraudoux,Guerre Troie, 1935, ii, 4, p.110).
b) IMPR., TYPOGR. (vx). Lettre de moule. Caractère d'imprimerie. Synon. lettre moulée.Le Nanne revint fort en peine de ce que pouvait contenir le mot d'écrit, car il ne savait lire un peu que la lettre de moule (Pourrat,Gaspard, 1922, p.27).
c) JEUX. Jouet d'enfant, en métal ou en plastique ou d'une autre matière, servant à faire des pâtés de sable. Louise avait rangé dans son cabas ma pelle et mes moules (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p.16).
d) ARTS PLASTIQUES. Empreinte en plâtre d'un objet, du corps ou d'une partie du corps, servant à obtenir des moulages. Après avoir disposé la tête de la morte dans une attitude favorable, Jacques commença à couler le plâtre par couches successives jusqu'à ce que le moule eût atteint l'épaisseur nécessaire (Murger,Scènes vie boh., 1851, p.215).
2. Modèle solide plein, servant à la fabrication et à la reproduction d'un objet par coulée d'une substance plus ou moins liquide qui, en se solidifiant, prenne les contours exacts de ce modèle (utilisé notamment en sculpture et dans diverses industries):
2. Sur le moule il versait du plâtre liquide fait à l'instant, et sur-le-champ du plâtre moins fin et plus fort, de façon à donner quatre lignes d'épaisseur à la médaille en plâtre. Stendhal,H. Brulard, t.1, 1836, p.225.
P. anal., p. plaisant., pop. ou arg., vx
Moule du bonnet. Tête, crâne. Un furieux coup de plat d'épée sur la tête lui fracassa le moule du bonnet (Gautier,Fracasse, 1863, p.216).
Moule du pourpoint. Corps; p. méton. peau, vie. Les deux cousins de Mmede Lagrené ont laissé chacun une jambe en Valachie. L'un d'eux (...) pourra bien y laisser même le moule du pourpoint, car il a reçu un boulet au-dessus du genou, très mauvaise blessure (Mérimée,Lettres ctessede Montijo, t.2, 1854, p.16).
B. − Au fig.
1. Ce qui forme quelqu'un ou modèle quelque chose. Synon. modèle, patron, type.Moule scolaire, universitaire; couler dans le moule de; se former sur le moule de qqn. Les amis (...) croyaient retrouver là l'esprit des Guermantes. Et certes c'était le même moule, la même intonation, le même sourire qui avaient ravi Bergotte (Proust,Temps retr., 1922, p.1005).La plupart des grands hommes ont été élevés presque isolément, ou bien ils ont refusé d'entrer dans le moule de l'école (Carrel,L'Homme, 1935, p.326):
3. Qu'un homme répande des larmes sans objet, qu'il pleure sur l'universelle douleur, qu'il rie d'un rire long et mystérieux, on l'enferme à Bicêtre, parce qu'il ne garde pas sa pensée dans nos moules habituels. Renan,Avenir sc., 1890, p.426.
2. ARTS PLASTIQUES, LITT. Forme fixe dans laquelle l'auteur, l'artiste doit faire entrer sa pensée, son génie artistique. Moule de l'alexandrin, du sonnet, d'une phrase, d'un vers; couler ses pensées, jeter ses idées dans le moule de + subst. Une nouvelle forme de vers a été créée, et ses successeurs ont été affranchis du moule étroit et symétrique de Malherbe et de Boileau (Sainte-Beuve,Tabl. poés. fr., 1828, p.287).V. architectonique ex. 10:
4. ... il voulut couler ces idées dans les formes musicales ordinaires; il fit la découverte qu'aucun des moules anciens ne pouvait leur convenir... Rolland,J.-Chr., Buisson ard., 1911, p.1423.
C. − P. anal.
1. MAR., PÊCHE. Moule (d'un filet sardinier). Petit morceau de bois de forme cylindrique servant à la confection ou à la réparation des mailles de filet (d'apr. Bonn.-Paris 1859). ,,Grandeur de la maille exprimée en fonction de la taille des sardines qui sont susceptibles de s'y mailler (...)`` (Gruss. 1952). ,,La capture [des sardines] au filet (...) exige le choix d'un moule rigoureusement approprié; d'où la nécessité pour les pêcheurs de se munir d'un jeu de filets de moules différents`` (Gruss.1952).
2. Vx ou région. (Lyonnais, Ouest, Suisse romande). Cadre en bois servant à mesurer un volume déterminé de bois de chauffage; p. méton., mesure de bois ainsi obtenue. Bois de moule (synon. moulée). Un hiver comme il y a trois ans, en 80, que le bois coûtait huit sols le moule (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p.86).De là livraison à Voltaire par ledit Charlot de quatorze moules de bois, mesure du pays (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.7, 1852, p.116):
5. Les faissonats sont façonnés dans des «moules», appareils rudimentaires composés de deux traverses accouplées (...). Les branches sont couchées là-dessus (...) jusqu'à ce qu'elles atteignent le volume demandé. Pesquidoux,Livre raison, 1925, p.7.
3. COUT. Moule (de bouton). Partie solide d'un bouton en bois, en os ou d'une autre matière et qui est recouverte d'un tissu. Une redingote filandreuse à boutons sans moule, dont les capsules béantes et recroquevillées étaient en parfaite harmonie avec des poches usées (Balzac,Rabouill., 1842, p.350).
Prononc. et Orth.: [mul]. Att. ds Ac. dep. 1694. Pas d'accent circonflexe pour sb musculus. Étymol. et Hist. 1. Fin xies. Modle «modèle» (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, 714, p.99); ca 1170 modles (Rois, p.244 ds T.-L.); 1926 «forme fixe en littérature» (le moule de l'alexandrin (Arnoux, Chiffre, p.178); 2. a) ca 1165 molle «corps creusé dans lequel on verse une substance liquide ou pâteuse qui en se solidifiant garde la forme prise dans la cavité» (Benoît de Sainte-Maure, Troie, éd. L. Constans, 16730); 1678 jetées dans le même moule «qui se ressemblent de façon frappante» (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, t.5, p.468); av. 1709 faite au moule «bien faite (d'une femme)» (Regnard, Voyage de Normandie ds Œuvres, t.1, p.123); 1718 le moule en est rompu (Ac.); b) 1737 «ustensile creux employé en cuisine, en pâtisserie» (Nouvelle instruction pour les confitures, p.178); 3. a) 1260 «modèle plein sur lequel on applique une matière malléable pour qu'elle en prenne la forme» (E. Boileau, Métiers, éd. Depping, 1repart., LXXVIII, p.209); b) id. molles (le Roy) «modèle légal fixé pour les mailles du filet» (Id., ibid., éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, XCIX, 5); c) 1316 «mesure pour le bois de chauffage» (Orden. de l'ost le roy, A.N. JJ 57, fo57 vods Gdf. Compl.); d) 1664 «forme qu'on recouvre de tissu pour en faire un bouton» (Tarif, 18 sept. ds Littré). Empr. au lat. modulus «mesure».
DÉR.
Mouleau, subst. masc.a) Appareil de stéarinerie servant au coulage des acides gras. Chacun des mouleaux est percé sur l'un de ses petits côtés et à peu de distance au dessous du bord supérieur d'une ouverture longitudinale (Wurtz,Dict. chim., t.2, 2evol., 1876, p.1657).b) Moule servant à la fabrication industrielle de la glace par congélation de l'eau potable. Le condenseur, est introduit (...) dans le pot de réfrigération; au centre du condenseur se trouve un espace creux cylindrique, que l'on remplit d'eau (...) cette eau (...) se congèle et (...) fournit, au bout d'un temps total de 3 heures environ, un cylindre de glace. Le mouleau à glace peut être remplacé par une sorbetière si l'on veut obtenir des crèmes glacées (Lar. mén.1926, p.630).P. méton. Bloc de glace ainsi obtenu. La machine servant à fabriquer des mouleaux de glace (Pouriau,Laiterie, 1895, p.454).[mulo]. 1resattest. a) 1876 «petit pain d'une substance qu'on met en moule» (Gaz. des Trib., 3 déc., p.1171, 4ecol. ds Littré Suppl.), b) 1890 «moule pour fabriquer la glace» (Ser, Phys. industr., pp.634-635); de moule1, suff. -eau*.
BBG.Duch. Beauté 1960, p.155. _ Quem. DDL t.7. _ Sculpt. 1978, pp.562-563.

MOULE2, subst. fém.

A. −
1. MALACOL. Mollusque lamellibranche (de la famille des Mytilidés), à coquille bivalve foncée et renflée, comprenant soixante-dix espèces qui vivent dans toutes les mers du globe. C'est sur les rivages des mers que l'homme trouva la riche teinture de la pourpre, la soie de la moule pinnée (Bern. de St-P.,Harm. nat.,1814, p.197).
2. En partic.
a) Mollusque bivalve d'un bleu ardoisé, de forme oblongue et renflée, vivant à proximité des côtes sur les rochers et les corps submergés, et faisant l'objet d'un élevage (la mytiliculture). Byssus, coquille de moule; parc à moules; moules de bouchot; un litre de moules. Les sacs, mouillés, avaient une odeur fraîche d'algues marines; un d'eux, crevé par un bout, laissait couler un tas noir de grosses moules (Zola,Ventre Paris,1873, p.622).La Pointe-du-Nez, jaune de lichens, barrée de violet par la plinthe de moules que découvrent les basses marées (Colette,Mais. Cl.,1922, p.277):
. Comme nous arrivions devant les marchandes et que les moules étaient fraîches et tentantes, je dis: (...) je pourrais t'offrir une douzaine de moules. Ses yeux noirs brillaient de désir et nous nous mîmes, tous deux, à manger des moules. La marchande nous les ouvrait et nous dégustions. G. Leroux,Parfum,1908, p.24.
P. méton. Chair comestible de ce mollusque. Moules (à la) marinière(s), farcies, frites.
b) Moule rouge de Toulon (Provence), moule barbue (Normandie). Synon. région. de modiole.
c) P. anal. Moule d'étang. Anodonte. V. ce mot ex.Moule (de rivière). Mulette. Une coquille de moule tombée sur le gazon frappa son regard. Il la ramassa. C'était une de ces moules de la Vologne qui contiennent des perles grosses comme des pois (Hugo,Rhin,1842, p.204).
3. Arg. Sexe de la femme (ds Le Breton 1975).
B. − P. anal., péj., fam. Personne molle, sans énergie; personne sotte, maladroite, niaise. Synon. imbécile, gourde (fam.), nouille (fam.).Quelle moule! On craignait la partie nulle. On criait: − Vas-y! Vas-y, fainéant! Tape, hé! grande moule! (Van der Meersch,Empreinte dieu,1936, p.121).Si je vous écoutais, je ferais de ce garçon une moule, un incapable (Duhamel,Passion J. Pasquier,1945, p.101).
Emploi adj. Être moule; air moule. À dîner... le soir où j'étais à côté de vous... ce que j'ai dû vous paraître moule! (Gyp,Mar. Chiffon,1894, p.56).
Prononc. et Orth. V. moule1. Étymol. et Hist. 1. 1240-80 moulles «mollusque lamellibranche comestible» (Baudouin de Condé, Dits et contes, 159, 180 ds T.-L.); 1690 moules d'eau douce dans les rivières et les étangs (Fur.); 2. 1878-79 «personne peu dégourdie» (La Petite lune, no27, p.4). Du lat. musculus «même sens».
DÉR.
Moulière, subst. fém.Bassin naturel de moules ou installation d'élevage des moules. Synon. parc* à moules.Moulière artificielle; bouchots d'une moulière. La Corée du Sud possède aussi quelques moulières naturelles importantes dont les apports forment la presque totalité de sa production (A. Boyer,Les Coquillages comestibles,Paris, P.U.F., 1968, p.53). [muljε:ʀ]. 1reattest. 1681 subst. fém. «lieu où l'on élève les moules» (Ordonn., août ds Littré); de moule2, suff. -ière*.
STAT.Moule1 et 2. Fréq. abs. littér.: 575. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 832, b) 920; xxes.: a) 855, b) 727.
BBG.Quem. DDL t.9.

Wiktionnaire

Nom commun 1 - français

moule \mul\ féminin

  1. (Malacologie) Mollusque bivalve, comestible, dont la coquille est de forme oblongue.
    • Pour les fruits de mer, c’étaient les moules, les coques et les « sauterelles » ou crevettes grises. — (Jean-François Leblond & Yvan Brohard, Vie et traditions populaires en Picardie: Oise, Somme, Aisne, Éditions Horvath, 1994, page 103)
    • Une moule est consommable si elle est fermée avant cuisson, ou ouverte après cuisson, ou encore, si elle ne flotte pas.
    • Moules marinière, moules préparées à une sauce dite marinière.
  2. (Argot) (Vulgaire) Sexe des femmes.
    • Monique colle son ventre contre ma hanche et me frotte délicieusement. J’enfile mon bras sous ses robes, remonte le long de ses cuisses qu’elle écarte pour me livrer passage et je m’empare de sa moule baveuse. — (F. Delmore, Cuisantes Vacances)
  3. (Populaire) Chance.
    • On a eu de la moule de trouver un magasin ouvert à cette heure-là.
  4. (Populaire) Personne molle, niaise, sans volonté.
    • — C’est donc des moules ceux d’Auxerre qui vous ont dit que vous pouviez remiser là ? — (Hector Malot, En famille, 1893)
    • Encore cette fois, il avait eu l’air certainement gauche et niais. « Une moule ! » avait dû penser la petite Leclerc.— (André Lafaurie, Hippolyte Mahuzac, Plon, 1934, page 152)

Nom commun 2 - français

moule \mul\ masculin

  1. (Fonderie) Matière creusée selon une forme définie, et dans laquelle le fondeur verse le métal en fusion.
  2. (Cuisine) Récipient de forme particulière servant au moulage et à la cuisson de certains mets.
    • Moule à tarte.
  3. (Pêche) (Maritime) Nombre d’individus d’une pêche monospécifique compris dans un échantillon d’un poids déterminé.
  4. (Pêche) Morceau de coton utilisé pour déterminé la taille des mailles d’un filet de pêche.
  5. (Métrologie) (Régionalisme) Unité de volume de bois, de volume variable selon la région. Le volume peut ainsi faire 1,6 stère en Savoie, 2,353 stères en Bourgogne, 3 stères en Bourgogne.
  6. (Doreur à la feuille) Corps étranger dans une feuille d’or et qui empêche cette dernière d’adhérer.
  7. Morceau de tissus découpé et utilisé pour la confection de fleurs artificielles.
  8. Planche d’imprimerie utilisée pour le tirage des cartes à jouer.
  9. Corps d’une épingle.
  10. (Figuré) Formatage, idée ou habitude dont on n’arrive pas à sortir.
    • Comme si revendiquer l’égalité entre les sexes revenait à rejeter le sexe et le désir. Certains imaginaires feraient bien de sortir des moules existants ! — (Clémentine Autain, Clémentine Autain : « La “liberté d’importuner” n’est rien d’autre qu’un privilège masculin », Le Monde. Mis en ligne le 22 janvier 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOUDRE. (Il n'est plus guère usité qu'aux trois premières personnes de l'indicatif présent, à l'infinitif, à la première personne de l'impératif, au futur et au participe passé.) v. tr.
Broyer, mettre en poudre par le moyen du moulin. Moudre du blé, du café, du poivre. Faire moudre un sac de blé. Absolument, Le moulin n'a pas assez d'eau, il ne peut moudre que six mois de l'année. Ce moulin à café moud trop gros, ne moud pas assez fin. Par analogie, Or moulu, Or réduit en très petites parties et dont on se sert quelquefois pour dorer des métaux. Fig., Avoir le corps tout moulu, être tout moulu, Sentir des douleurs par tout le corps, par suite d'une fatigue excessive. Être moulu de fatigue.

Littré (1872-1877)

MOULE (mou-l') s. m.
  • 1Matière creusée de manière à donner une forme précise à la cire, au métal, etc. qu'on y verse liquide. Jeter en moule. Cela est fait au moule. Un moule à faire des balles de plomb, ou, simplement, un moule à balles. On admire avec raison la beauté et l'artifice d'un moule où, la matière étant jetée, il s'en forme un visage fait au naturel ou quelque autre figure régulière, Bossuet, Conn. IV, 2. Vitruve parle d'une espèce de pierres qui se trouvaient aux environs du lac de Volsène et en d'autres endroits d'Italie, lesquelles résistaient à la violence du feu et dont l'on faisait des moules pour jeter diverses sortes d'ouvrages, Rollin, Hist. anc. t. XI, p. 77, dans POUGENS.

    Par extension. Le corps d'un animal est une espèce de moule intérieur, dans lequel la matière qui sert à son accroissement se modèle et s'assimile au total, Buffon, Hist. anim. ch. 3, Œuv. t. III, p. 60.

    Fig. Quand une époque est finie, le moule est brisé, et il suffit à la Providence qu'il ne se puisse refaire ; mais des débris restés à terre, il en est quelquefois de beaux à contempler, A. Carrel, Œuvres, t. V, p. 127.

    Fig. Cela ne se jette pas au moule, se dit d'un ouvrage qui ne peut se faire qu'avec soin et temps.

    Le moule en est rompu, en est perdu, se dit d'une chose rare, d'un homme excellent, qu'on craint de ne pas retrouver. Le moule est-il cassé de ceux qui aimaient la vertu pour elle-même, un Confucius, un Pythagore, un Thalès, un Socrate ? Voltaire, Dict. phil. Socrate. Si la nature a bien fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, Rousseau, Conf. I.

    Le moule n'en est pas rompu, se dit d'une chose dont on ne devrait pas trop regretter la perte.

    On dit d'une personne belle et bien faite, qu'elle est faite au moule. Taille, jambes, etc. faites au moule.

    Jetés dans le même moule, se dit de personnes ou de choses qui sont semblables. Notre enfant [le jeune marquis de Grignan] fut transporté… de voir cette belle compagnie à cheval… ces chevaux jetés dans le même moule, Sévigné, 502. Je suis d'accord de ce que vous dites de la Princesse de Clèves ; votre critique et la mienne étaient jetées dans le même moule, Sévigné, 9 août 1678. Tous les esprits semblent avoir été jetés dans un même moule, Rousseau, Science.

  • 2 Fig. Modèle. Formons nos ouvrages Aux moules si parfaits de ces grands personnages, Régnier, Sat. IX. M. de Grignan aurait été amoureux de cette femme ; elle est sur le moule de celle qu'il a vue à Paris, Sévigné, 434. Jamais il n'y en aura sur ce moule-là [il s'agit de Mme de la Vallière], Sévigné, 453. Les sensations qu'il aura prises par le toucher seront, pour ainsi dire, le moule de toutes ses idées, Diderot, Lett. sur les aveug. Sa morale [du christianisme] offre des formes nobles à l'artiste, et des moules parfaits à l'écrivain, Chateaubriand, Génie, I, I, 1.
  • 3 Par plaisanterie. Le moule du pourpoint, le corps. De plus huppés que vous… Y laissent bien souvent le moule du pourpoint, Du Cerceau, Incommod. de la grandeur, I, 1.

    Moule de gant, la main, un coup de la main. Si je lui déchargeais un bon moule de gant, Boursault, Les deux Nicand. II, 9.

  • 4 Terme de géologie. Moule externe, le moule qu'a laissé dans une pierre un corps fossile qui a disparu après son enfouissement.

    Moule interne, l'empreinte intérieure d'un corps fossile, par exemple d'une coquille.

  • 5Vase dans lequel on met le lait caillé destiné à être transformé en fromage.

    Moules des six, des huit, etc. se dit des moules qui, pour une certaine masse de matière, servent à fabriquer six, huit, etc. chandelles ou bougies.

  • 6Instrument dans lequel on donne une forme déterminée à certaines substances qui ne sont pas liquides. Moule à faire des mottes. Moule à faire des biscuits de Savoie.
  • 7Moule de bouton, petit morceau de bois ou d'os, plat, rond et percé au centre, qu'on recouvre d'étoffe pour en faire un bouton d'habit. Patenôtres de bois, moule de boutons… et autres ouvrages de bois, Tarif, 18 sept. 1664.

    Moule de bouton, petit agaric des environs de Paris.

    Moule perçoir, outil qui sert à percer les moules de boutons.

  • 8Bout de fil de laiton sur lequel on fait la tête de l'épingle.
  • 9Moule de filet, morceau de bois de la grosseur et de la figure dont on veut les mailles d'un filet de chasse ou de pêche.
  • 10 Terme de tailleur de pierre. Moule, forme de bois ou de métal, suivant laquelle il trace, sur les pierres, les profils des corniches et autres pièces d'architecture, pour les tailler.
  • 11Ancienne mesure de bois à brûler, faite de deux traverses entre lesquelles on rangeait les bûches.

    Bois de moule, ou moulée, se dit de bois à brûler de moyenne grosseur et d'une longueur déterminée. Le bois qu'emportent les trains descendants de l'Yonne et de la Seine est du bois de moule.

  • 12Planche de bois où sont gravés les modèles des cartes à jouer.
  • 13Mandrin pour faire des cartouches.

    Morceau de bois, de linge ou de carton servant d'âme à un gland de tapisserie.

  • 14Certain nombre de feuilles de vélin ou de parchemin entre lesquelles on met les feuilles d'or et d'argent.

HISTORIQUE

XIIe s. E volt pur ço li reis que ses humes fussent od [avec] les charpentiers le roy Yram, pur duner les modles e les mesures del mairein que cil abatirent, Rois, p. 244.

XIIIe s. Li seliers apele chose emprainte ou empastée, quant aucuns fet euvre par molles, de quelque molle que ce soit…, Liv. des mét. 209.

XIVe s. Nous voulons [engins de pêche] estre faiz à notre mole, c'est assavoir à la largeur d'un gros tournois, chacune maille, Ordonn. des rois, t. VII, p. 779.

XVe s. Le bourreau lequel luy osta le moule de son chaperon, c'est à sçavoir la teste, et puis fut escartelé, Monstrelet, t. III, f° 64, dans LACURNE. Et à ceste cause ne vint point de bois à Paris par la riviere de Seine, et fut bien chier, comme de sept à huict sols pour le moule, J. de Troyes, 1480.

XVIe s. Les grosses busches et bois de fente et de moule, De Serres, 808. Decretales avons prou veu en velin, et imprimées en moulle, Rabelais, Pant. IV, 49. Toutes furent servyes de grosses chandelles de moulle, Rabelais, Pant. V, 33. Ces deux personnages cy monstrent tout un mesme traict, un mesme moule, un mesme tainct et mesme couleur emprainte en leurs meurs, Amyot, Phoc. 5. Ceux qui estoient à sa suite [du prince d'Aumale] Ne s'y endormirent point, Sauvants par heureuse fuitte Le moule de leur pourpoinct, Sat. Ménippée, les Tapisseries.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. MOULE. Ajoutez :
15Nom d'une ancienne mesure locale pour le bois de chauffage, très employée encore dans quelques provinces.
16 Nom donné à la corde de charbonnette, qui est de deux stères et demi, quantité qui donne ordinairement un mètre cube de charbon, Nanquette, Exploit. débit et estim. des bois, Nancy, 1868, p. 36.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

France Terme

Nombre d'individus d'une pêche monospécifique compris dans un échantillon d'un poids déterminé.

FranceTerme, Délégation générale à la langue française et aux langues de France

Étymologie de « moule »

Provenç. molle ; espagn. et portug. molde ; angl. mould ; du latin modulus, module, diminutif de modus, manière, mode, comme l'indique l'ancienne forme modle (voy. MODE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Du latin musculus (« coquillage »).
(Nom commun 2) Du latin modulus (« mesure »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « moule »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moule mul

Fréquence d'apparition du mot « moule » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « moule »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « moule »

  • S’applaudir, c’est se rappeler qu’on existe en dehors du moule, en dehors d’un collectif en putréfaction.
    Gary Victor — Je sais quand Dieu vient de promener dans mon jardin
  • La mer : une grande dame qui prend trop ses aises. Elle n'a pas besoin de tant de place pour produire la moule et l'oursin.
    Lucie Paul-Marguerite — Paillettes
  • On se marie exactement comme on passe son baccalauréat ou son permis de conduire : c’est toujours le même moule dans lequel on veut se couler pour être normal, normal, NORMAL, à tout prix.
    Frédéric Beigbeder — L’Amour dure trois ans
  • Je ne me vois pas en first lady. Cela me rase. Je ne suis pas politiquement correcte : je me balade en jean, en treillis ou en santiags. Je ne rentre pas dans le moule.
    Cécilia Sarkozy
  • Originellement nous ne pensons que pour agir. C'est dans le moule de l'action que notre intelligence a été coulée. La spéculation est un luxe, tandis que l'action est une nécessité.
    Henri Bergson — L'évolution créatrice
  • La glaise ne devient terre à mouler qu'après avoir été pétrie.
    Proverbe grec antique
  • Tous nous sommes faits d'une même argile, mais ce n'est pas le même moule.
    Proverbe mexicain
  • La littérature anticipe toujours la vie. Elle ne la copie point, mais la moule à ses fins.
    Oscar Wilde — La Décadence du mensonge
  • La queue du chien restera toujours tordue, même cent fois ajustée dans un moule.
    Sahar Khalifa — L'impasse de Bab Essaha
  • L’humour avale des hommes comme des moules.
    Francis Picabia
Voir toutes les citations du mot « moule » →

Traductions du mot « moule »

Langue Traduction
Anglais mold
Espagnol molde
Italien muffa
Allemand schimmel
Chinois 模子
Arabe قالب
Portugais mofo
Russe форма
Japonais
Basque moldea
Corse muffa
Source : Google Translate API

Synonymes de « moule »

Source : synonymes de moule sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot moule au Scrabble ?

Nombre de points du mot moule au scrabble : 7 points

Moule

Retour au sommaire ➦